Wouah, le guêpier à domicile !!!

C’est un peu l’ébullition de mon côté depuis quelques jours.

J’avais déjà signalé sur ce blog la présence de guêpiers le 1er mai dans mon village. Je n’y avais pas attaché d’importance particulière, on était encore en période de migration et il y avait de fortes chances pour qu’il ne s’agisse que d’oiseaux de passage. Et puis, ce serait vraiment un hasard si cet oiseau, non connu dans cette partie-là de la vallée, venait s’installer dans la commune où j’habite.

Mais les choses sont devenues plus sérieuses la semaine dernière. Deux observations coup sur coup depuis le champ où je fais du jardin m’ont laissé penser qu’il pouvait y avoir nidification dans le secteur. C’est à ce même moment que Jean-Yves, qui habite à quelques kilomètres de chez moi, a fait lui aussi une observation de guêpiers, relatée sur le site internet des observateurs naturalistes franc-comtois. Sa première recherche en aval de la zone où j’habite s’est avérée infructueuse.

Hier soir, alors qu’une quatrième observation de guêpiers à Bussières me poussait à commencer de vraies recherches, j’ai pris ma paire de jumelles et me suis dirigé vers un site favorable en bordure de l’Ognon. Trente secondes après être descendu de voiture, les cris des guêpiers retentissaient, une couple était là sur des fils électriques. Une demie-heure plus tard, j’ai eu la surprise de trouver une cavité dans une berge abrupte avec, juste à côté, un guêpier sur une branche.

guepier12.png
(photo réalisée il y a une vingtaine d’années)

De retour, j’ai vite alerté Jean-Yves et on s’est donné rendez-vous ce matin. Finalement, il est arrivé en début de matinée avec la fine fleur du monde naturaliste franc-comtois : Jean-Claude, Jean-Pierre et Joël, des « vieux de la vieille » comme ont dit chez nous en Franche-Comté. Pendant deux heures, nous avons traîné nos guêtres en bordure de l’Ognon sans voir un seul guêpier, y compris près du trou que j’avais trouvé, mais en entendant tout de même quelques cris à trois ou quatre reprises. Et puis, alors que nous allions partir (nous n’allions quand même pas louper l’heure de l’apéro à cause de quelques satanées bestioles), nous avons remarqué qu’un couple de guêpiers était posé sur des fils électriques près de la voiture, tout près de l’endroit où je les avais vus la veille. Le mâle a alors offert un papillon à sa partenaire et le couple est parti de l’autre côté de la rivière.

Ce soir je suis retourné sur le site, un guêpier était toujours là, perché sur un fil.

Il ne fait plus aucun doute que ce lieu est le site qu’ont choisi les guêpiers pour nicher. Théoriquement, nous sommes en pleine période de couvaison et les allées-et-venues près du nid sont peu fréquentes. On en saura un peu plus dans quelques semaines quand le nourrissage des jeunes commencera. A suivre donc !

La question qui me tarabuste : les guêpiers sont-ils sur la rive gauche côté Doubs ou sur la rive droite côté Haute-Saône ? En d’autres termes : pourrais-je, pour une fois, me sentir fier de ce département ?

Ce contenu a été publié dans Oiseaux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

23 réponses à Wouah, le guêpier à domicile !!!

  1. Humeur badine dit :

    …A peine un mois après le changement de gouvernement ? Chapeau ! Osons le dire : merci Juppé !!!

  2. Vincent dit :

    A mon goût un des oiseaux d’Europe qui a la plus belle « ligne »… et parmi les plus belles couleurs.
    Quelqu’un sait-il qui est le designer ?
    N’est-ce pas celui qui s’est auparavant entraîné avec la Sitelle ? (Il y a un air de parenté, je trouve, au moins au niveau de la tête)

  3. Humeur moins l'quart dit :

    Souhaitons que l’échec de Juppé à Bordeaux ne signe pas celui du Guêpier à Bussières : Le premier n’est pas un grand écologiste si l’on se souvient de Natura 2000 et le second, bien que son observation soit plaisante, est sans doute un des signes avant-coureurs du réchauffement planétaire.
    Bienvenue dans l’oued Ognon quand même.

  4. Humeur badine dit :

    Manger des guêpes, quelle idée ! Ça pique… comme la Harissa !
    Les papillons en revanche, c’est paraît-il beaucoup plus sucré.

  5. Nico dit :

    Je suis stupéfais par ton article Bernard ! C’est tout bonnement incroyable !

    Même si effectivement le réchauffement climatique pourrait bien avoir un lien de cause à effet avec la présence du guêpier à Bussière, je reste malgré tout emballé, emballé à l’idée de pouvoir un jour observer et photographier cet oiseau magnifique !………. un « rêve » ! qui deviendra donc, peut être, réalité d’ici plusieurs semaines…

  6. Humeur badine dit :

    Un « truc » d’ornitho pour attirer le guêpier : habillez-vous comme ça quand vous sortez !
    http://www.artezia.net/cinema/films/image_fiches/c-d/les-dalton.jpg

  7. Humeur badine dit :

    …ou comme ça :
    http://www.lobofakes.com/fakes/sarkozy_villepin_chirac_gregorin_clearstream_dalton_lobo_lobofakes.jpg
    (Y’a vraiment que les guêpiers pour prendre le risque de manger ça : pire que de la Harissa, moi je dis !)

  8. Nico dit :

    Comme le dis Humeur Badine, il faut s’habiller comme le guêpier pour attirer cet oiseau, mais attention !! : en vous habillant comme ça vous attirerez uniquement les oiseaux homosexuels !!!!!! car cette une mode particulière porte le nom de Gai-pié souvent vue sur la Gai-pride !! …

  9. Nico dit :

    Dis Bernard, il se trouve où exactement ce nid précisément ?? car j’irais bien me planquer en affût un de ces quatres matins afin de concrétiser mon « rêve » … :D

  10. Bernard dit :

    L’installation du guêpier sur un nouveau site est très très fragile. Pour cette raison, il n’y aura justement aucune indication précise pour ne pas donner de mauvaises idées aux photographes. Par contre, essayer de photographier l’oiseau sur ses perchoirs habituels, par exemple à une centaine de mètres du nid, n’est pas très génant.

  11. Humeur badine dit :

    Pas cool – dis donc ! – l’oncle Bernard… qui préfère casser un rêve plutôt que dévoiler un nid !

  12. Bernard dit :

    La photographie de certaines espèces, notamment à proximité du nid, nécessite d’énormes précautions. Surtout lorsqu’il s’agit d’une espèce nouvelle s’installant sur un site. Je me rappelle de photos de guêpiers faites en 1985 dans la basse vallée du Doubs. Il avait fallu des jours d’observation avant qu’une méthode de photographie avec déclenchement à distance, que j’avais trouvée la plus appropriée à la situation, soit utilisée. Il m’avait alors fallu une dizaine de jours pour arriver à mes fins et j’avais consacré à cet oiseau une bonne partie de mes congés. C’était à ce prix que la tranquillité des oiseaux était assurée.
    Je me souviens aussi avoir trouvé, à la même époque, le nid du blongios nain et celui du hibou des marais. La tentation était forte. Très forte même. Mais j’ai alors décidé de ne pas retourner sur le site et de ne pas faire de photos, pour éviter tout dérangement. Je savais pourtant que de telles occasions ne se représenteraient jamais. Aujourd’hui, je n’ai aucun regret de n’avoir aucune photo de ces deux espèces.
    Pour revenir aux guêpiers de Bussières, une observation régulière devrait permettre de trouver des perchoirs éloignés du nid et à Nico de pouvoir installer un petit affût.

  13. Humeur badine dit :

    Au moins, comme ça, le guêpier va pouvoir fêter tranquillement sa nouvelle installation sans risquer de trouver sur le net des images d’un léger relâchement alimentant une rumeur médisante.

    Aaaaaaah… si les principes des ornithos étaient suivies avec autant de précaution par tous les photographes (et autres journalistes) !

  14. Vincent dit :

    N’empêche, Bernard, si tu vois le guêpier en train de nicher s’apprêter à faire une conférence de presse après avoir discuté avec un oiseau russe… branche la cam steuplé !

  15. Mag dit :

    Aaaaaaah… si les principes des ornithos étaient suivies avec autant de précaution par tous les photographes (et autres journalistes) !
    Et par tous les ornithos…

  16. Humeur badine dit :

    Hé ben moi, j’aime et respecte tellement les oiseaux, que pour ne pas les déranger, non seulement je ne les prends jamais en photo (au nid ou ailleurs) mais surtout… je les ignore totalement !!!
    ;-)

  17. Vincent dit :

    Le Blongios nain, je ne savais même pas que ça existait, c’te bête là !

  18. MICHELE dit :

    Bernard, s’il te plait, tu peux nous envoyer une photo de blongios nain … je ne vois pas vraiment comment il est.
    Ressemble-t-il à celui qui parait-il a tenu le crachoir à la tv hier soir ?

  19. Bernard dit :

    Michèle, à propos du blongios nain (appelé autrefois petit butor) :
    http://www.oiseaux.net/oiseaux/ciconiiformes/blongios.nain.html
    Mieux que celui de la télé, non ?

  20. Humeur badine dit :

    Dans la famille des « si-conne », il ne doit pas y avoir que des oiseaux !!!

  21. Bernard dit :

    ça y est, Joëlle et moi avons trouvé le nid !

  22. MICHELE dit :

    Bravo !
    Mais pour en revenir au blongio nain, merci pour le lien super, lors d’une réunion FCNE, cet automne, j’avais entendu dire qu’une « colonie » (?) de blongios nains avait été repérée dans une propriété du centre ville de DOLE.
    En fait, ils auraient été dérangés lors des travaux en bordure du Doubs et étaient là en sursi car la propriété (très arborée je crois) avait été mise en vente.
    Quelqu’un peut-il m’en dire plus ?

  23. Djyz dit :

    Bonjour, Vignieu en Isère si vous voulez observer le guêpier d’Europe et Pinson des bois…. Entres autres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: