Meilleurs voeux

Guerres, attentats, migrations forcées, casse sociale, révoltes, dérèglement climatique … il se peut que l’actualité 2019 soit très pimentée, et même bien plus que ne le prévoient les « normales saisonnières ».
Mais il y aura aussi plein d’autres manières – bien plus agréables – de pimenter votre quotidien.
Alors, loin de l’actualité, osez votre propre vie !
Et avant tout, soyez vous-même !

15 réflexions au sujet de “Meilleurs voeux”

  1. C’est grâce à Stéphane qui trouvait – sans doute à juste titre – que la présentation du blog était très vieillotte.
    En fait je crois que c’est son père surtout qui est vieillot !!!!!!!!! :angry: :wink:
    Cette nouvelle présentation est surtout adaptée aux smartphones car la taille du bandeau est à géométrie variable et peut s’adapter à d’autres formats ou tailles d’écran.

  2. bravo pour cet oiseau bleu (le bonheur d’après Tania et son papa Eddie Constantine dans « L’homme et l’enfant »)
    Son repas nous met en appétit pour le réveillon !
    Bon allez, soyons un peu nunuches, parfois ça fait du bien dans ce monde de brutes:

  3. Bonsoir à tous, je n’ai pas de smartphone, Jean pour sa part appelle ces téléphones des Samsaoule, mais j’espère que je pourrais continuer à communiquer avec vous.
    Pour l’instant je vous présente MES MEILLEURS VOEUX.
    @ Bernard je dois très prochainement te contacter pour quelque chose de spécial concernant ta région, et je vais le faire par mail. J’espère que l’adresse que j’ai est toujours valable .
    C’est très très joli la réalisation de ton fils. Félicitations.
    Amitiés à tous

  4. très belle année à tous les lecteurs, emplie de joie, de partage, de bienveillance, de santé, et un peu de sous aussi.
    J’aime beaucoup le blog nouveau et quel est cet oiseau? :heart::heart::heart:

  5. Douces et bonnes choses partagées à chacun… pour le piment j’étais pas inquiet !

    Un peu de poésie…

    VŒU

    Quand je vois des vivants la multitude croître
    Sur ce globe mauvais de fléaux infesté,
    Parfois je m’abandonne à des pensers de cloître,
    Et j’ose prononcer un vœu de chasteté.

    Du plus aveugle instinct je me veux rendre maître,
    Hélas ! Non par vertu, mais par compassion ;
    Dans l’invisible essaim des condamnés à naître,
    Je fais grâce à celui dont je sens l’aiguillon.

    Demeure dans l’empire innommé du possible,
    Ô fils le plus aimé qui ne naîtra jamais !
    Mieux sauvé que les morts et plus inaccessible,
    Tu ne sortiras pas de l’ombre où je dormais !

    Le zélé recruteur des larmes par la joie,
    L’amour, guette en mon sang une postérité.
    Je fais vœu d’arracher au malheur cette proie ;
    Nul n’aura de mon cœur faible et sombre hérité.

    Celui qui ne saurait se rappeler l’enfance,
    Ses pleurs, ses désespoirs méconnus, sans trembler,
    Au bon sens comme au droit ne fera point l’offense
    D’y condamner un fils qui lui peut ressembler.

    Celui qui n’a pas vu triompher sa jeunesse
    Et traîne endoloris ses désirs de vingt ans,
    Ne permettra jamais que leur flamme renaisse
    Et coure inextinguible en tous ses descendants !

    L’homme à qui son pain blanc maudit des populaces
    Pèse comme un remords des misères d’autrui,
    À l’inégal banquet où se serrent les places
    N’élargira jamais la sienne autour de lui !

    Non ! Pour léguer son souffle et sa chair sans scrupule,
    Il faut être enhardi par un espoir puissant,
    Pressentir une aurore au lieu d’un crépuscule
    Dans les rougeurs que font l’incendie et le sang ;

    Croire qu’enfin va luire un âge sans batailles,
    Que la terre s’épure, et que la puberté
    Doit aux moissons du fer d’incessantes semailles
    Pour que son dernier fruit mûrisse en liberté !

    Je ne peux ; j’ai souci des présentes victimes ;
    Quels que soient les vainqueurs, je plains les combattants,
    Et je suis moins touché des songes magnanimes
    Que des pleurs que je vois et des cris que j’entends.

    Puisqu’elle est à ce prix, la victoire future
    Qui doit fonder si tard la justice et la paix,
    Ne vis que dans mon cœur, ô ma progéniture,
    Ignore ma tendresse et n’en pâtis jamais ;

    Que ta mère demeure imaginaire encore,
    Que, vierge, ayant conçu hors de l’hymen banal,
    Sans avoir à souffrir plus qu’un lis pour éclore,
    Elle enfante à l’abri de l’épreuve et du mal.

    Sa beauté que j’ai faite et n’ai pas possédée
    (car les yeux de mon corps n’ont rien vu de pareil)
    Vêt la splendeur pudique et fière de l’idée
    Qui fuit l’argile et peut se passer du soleil !

    Ainsi, je garderai ma compagne et ma race
    Soustraites, en moi-même, aux cruautés du sort,
    Et, s’il est vain d’aimer pour qui jamais n’embrasse,
    Du moins, exempts du deuil, nous n’aurons qu’une mort !

    René-François Sully Prudhomme
    (1839-1907) premier lauréat du prix Nobel de littérature en 1901

  6. bonsoir à tous, j’espère que vous allez bien, pas trop de malades ou d’excès de………..

    je fais ici un mot personnel pour Bernard car ma boîte mail me joue des tours. J’ai envoyé tes coordonnées à la dame .
    J’espère pouvoir t’adresser un message demain, avec son nom.

  7. Salut et bonne année à tous les Dupdupblogeurs !
    On comprend mieux le long congé du Dupdup qui nous préparait une nouvelle présentation.
    Bravo! Très joli et réussi ! :wub:
    Désolé pour le silence radio… très occupé ces derniers mois. :wassat:

  8. Mes meilleurs voeux a tous les lecteurs fidèles du blogadupdup …
    Et aux autres aussi mais il ne doit pas y en avoir beaucoup parce que, qui vient ici devient forcément fidèle :wink:

  9. Entre « l’homme et l’enfant » beau et à l’eau de rose, d’Eddie Constantine et le profond et sombre credo au non -enfantement de Prudhomme, voila de quoi démarrer l’année sur les question fondamentales de l’humanité….
    La réponse sonne la mort de la question
    .Donc amorçons l’année en gardant la question et d’autres vers les imprévisibles horizons, la joie au coeur et la fleur au chapeau…
    Meilleurs voeux à nous tous

  10. Bonjour Bernard,
    Je viens te souhaiter à toi, Joëlle et tes enfants une très belle année 2019, je te souhaite de continuer à partager toutes tes passions comme tu sais si bien le faire, d’être heureux et en bonne santé !
    A bientôt j’espère,
    Mes amitiés
    Nico.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: