Le Pic noir (2)

Ici, en Franche-Comté, une région où le pic noir est très abondant (présent dans toutes les grandes forêts), cet oiseau creuse presque toujours son trou dans un hêtre (qu’on appelle « foyard » dans notre région). Le pic noir n’est pas compliqué, il ne se pose pas de questions existentielles du genre « hêtre ou ne pas hêtre ». C’est « hêtre », un point c’est tout ! Et le hêtre, c’est bon pour la santé, donc pas non plus de questions philosophiques du genre « toubib or not toubib ». On pourrait se demander « pourquoi pas un chêne ? Mais le pic à dû se référer à l’adage populaire « quand y’a du chêne y’a pas de plaisir ! » (cela dit, une vieille femme du village, Odile, décédée depuis quelques années, avait épousé un certain Eugène et elle disait volontiers : « contrairement à ce qu’on dit, là où y’a d’l’Eugène, y’a du plaisir ! » comme quoi, tout est relatif !).

On est en plein dans la période de nidification des pics et les jeunes sont déjà nés dans des cavités que les adultes ont creusées, en tapant et piquant fortement dans un hêtre pendant quasiment un mois (le pic noir gagne d’ailleurs tous les « concours y pique » du secteur !). Tout ça pour dire que l’an passé, grâce à Christophe qui a trouvé le nid (pas facile, vu que le domaine vital du pic noir peut faire 800 hectares), j’ai pu faire quelques images de cet oiseau. En voici juste une (faite in extremis le jour même de l’envol du dernier jeune).

Quand les jeunes naissent, les adultes leur amènent des fourmis (c’est la nourriture habituelle du pic noir, voir ci-dessous une photo faite par Christophe, diffusée ici avec son aimable autorisation, le plumage du mâle est plein de fourmis), ils leurs en collent des grammes et des grammes en leur apprenant la rengaine suivante bien connue « et pic et pic et colle les grammes ». Oui, je sais, jeu de mots facile et un peu tiré par les plumes… alors je laisse le mot de la fin à la maman pic s’adressant à son chéri : « Quelle époque hé pic ! ». N’est-ce pas !?!


La suite quand même dans un prochain article qui paraîtra avant l’été !

Blog en congés

Habituellement, je fais régulièrement une pause sur ce blog. En général ces pauses coïncident avec les vacances scolaires franc-comtoises. Mais là, aucune pause à Noël, aucune en février ! Alors, comme j’ai besoin de souffler un peu plus que d’habitude (et vous aussi peut-être), je m’octroie une pause d’un mois. Alors ce blog reprendra le samedi 1er mai. D’ici là, bien évidemment, les discussions peuvent continuer.

Pour ce dernier article, quelque chose d’original.

Jeannot, un des chasseurs du village m’a dit en janvier dernier qu’il y avait aux alentours de Bussières, tout près de la route qui mène à Voray-sur-l’Ognon, une buse sans ailes (« peut-être même un busard ») , qui se laisse approcher facilement et qui vit au sol en mangeant des vers de terre et autres petites bêtes. En temps normal, j’aurais dit au mec « T’as bu combien de bières ce matin ? ». Mais bon, le Jeannot en question ne boit pas et il a de très bons yeux, malgré son âge déjà avancé (88 ans). Je ne croyais pas à son histoire mais je l’ai quand même écouté poliment. Et puis les mois ont passé, je n’y pensais plus vraiment, sauf de temps en temps avec un petit sourire au coin des lèvres. Et j’ai aussi répété l’histoire à quelques amis.

Et puis, voilà t-y pas que la semaine dernière (le 26 mars exactement, vers 14H30) , le long de la route qui mène à Voray, j’ai vu l’oiseau en question. Je n’en croyais pas mes yeux. Je n’avais pas mon appareil sur moi, je suis allé le chercher à la maison (5 mn aller-retour). Quand je suis revenu, la buse (c’était une buse, comme l’avait supposé Jeannot, sans en être certain toutefois) s’était encore approchée un peu plus de la route et j’ai pu faire ce cliché après avoir baissé la vitre de la voiture.

Je n’ai aucune explication concernant cette atrophie des ailes. Malformation congénitale ? Accident (mais deux ailes, c’est quand même peu probable) ? Pas d’excès de z’ailes en tous cas ! Alors !?! En tous les cas, je suis scotché par le fait que cette buse atypique n’ait pas, au bout de plusieurs mois (au moins), terminé sa vie sous le bec (ou les crocs) d’un prédateur.

Quand je suis allé montrer la photo au Jeannot (hier midi), il m’a dit d’un air un peu rieur (peut-être même moqueur) : « il m’avait pourtant semblé que tu ne croyais pas trop à mon histoire ». « Euh oui, effectivement » ais-je bredouillé d’un air un peu penaud. Tout ça ne nous a pas empêché de boire une bière ensemble, bien au contraire !

Bonnes vacances (du blog) à vous tous !

Vers la résilience alimentaire (1)

Peut-être qu’un jour un virus fera des dégâts sérieux sur la population de la planète. Mais, visiblement, ce n’est pas le virus actuel qui le fera.
Par contre, bien plus que la crise sanitaire actuelle (qui est bien plus une crise de notre système de santé, de notre système de prise de décision, … qu’une véritable crise sanitaire), je vois arriver un danger bien plus grave : celui de notre système d’alimentation en lien avec le mode de production agricole.

J’ai déjà lu beaucoup d’alertes sur le sujet. Voici un ouvrage important qui est paru en 2020 sur cette problématique et qui synthétise bien les choses.

L’ouvrage « Vers la résilence alimentaire » qui a été produit par « Les Greniers d’Abondance » (collectif d’agronomes, chercheurs, anthropologues, économistes …) et publié aux éditions Yves Michel fait, dans la première partie de l’ouvrage, le point sur les menaces qui pèsent sur notre système de production de notre alimentation :
changement climatique (modification de la croissance des végétaux, impact sur les ravageurs de cultures, problème de gestion de l’eau),
érosion de la biodiversité sauvage et cultivée (problèmes de pollinisation, vulnérabilité et manque d’adaptation des plantes, …),
dégradation et artificialisation des sols (sols érodés de moins en moins fertiles, pollution des sols, urbanisation),
épuisement des ressources énergétiques et minières (dépendance de l’agriculture vis à vis du pétrole et des engrais, dont on sait qu’ils sont « non renouvelables »),
instabilité énonomique et politique (niveau d’endettement global = 320% du PIB mondial, pauvreté des agriculteurs qui vendent leurs produits à perte, absence de repreneurs des fermes familiales, concentration de la distribution dans quelques mains …).

Et il faut rajouter à tout ça des tas d’autres choses toutes aussi importantes : le gaspillage généralisé de la nourriture, la spéculation alimentaire au niveau mondial (il y a parfois des bateaux entiers de céréales qui sont bloqués dans les ports, provoquant des pénuries, qui vont faire grimper le cours mondial des produits, c’est d’ailleurs le but recherché) et bien entendu le fait qu’il n’y a plus de lien entre agriculture et territoires (à ce sujet, la revue Zadig, dans son numéro spécial sur l’alimentation d’il y a quelques mois, a montré que dans le Morvan il n’y a que 4% de la nourriture consommée qui vient du Morvan).

Le constat global de ce livre est édifiant.

Ce livre m’a fait prendre conscience que la masse des menaces est telle que le moindre grain de sable qui viendrait perturber la fragile machine (ne serait-ce qu’une augmentation significative du prix du pétrole, une baisse de la croissance ou une crise financière) viendrait paralyser le système.

Je n’aime pas jouer les oiseaux de mauvaises augures, mais la probabilité d’une crise alimentaire majeure me semble importante. Ce sera peut-être dans quelques mois, quelques années, voire une ou deux décennies, mais tous les ingrédients sont là pour dire que cette hypothèse est largement crédible.

Bien sûr, le livre propose des mesures importantes pour sortir de la situation, notamment en lien avec les territoires. C’est la deuxième partie de l’ouvrage. J’en parlerai dans un autre article. Mais pour l’instant, j’avais juste envie qu’on discute du constat de départ.

Petit rappel : à un moment donné (en  décembre 2019), j’avais annoncé que je parlerais sur ce blog du livre de Fabrice Nicolino « lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture » mais au final je n’en ai pas parlé (explication : c’était au moment où j’avais annoncé que j’arrêtais le blog). Je sais que certains d’entre vous l’ont lu tout de même. En tous les cas, c’est un très bon complément au livre dont je viens de parler, car il peut aider à comprendre comment notre monde en est arrivé là.

L’ail des ours

Cela fait grosso modo 10 000 ans que l’Homme s’est sédentarisé et est passé du statut de chasseur-cueilleur à celui de paysan (cultivateur-éleveur). Il ne reste pas grand chose de cette période très ancienne où l’on prélevait dans la nature des herbes, des baies, des petites bestioles, … Mais certaines activités d’aujourd’hui, telles que la cueillette de mûres, le ramassage des escargots, la récolte des pissenlits, … sont assurément des survivances de ces époques-là. Et j’aime bien tout ça, parce que ça me relie à quelque chose qui me semble fondamental, je ne saurais dire quoi d’ailleurs, mais je sais que c’est important d’être encore un peu dans la continuité des choses qui nous ont précédé.

La cueillette de l’ail des ours est l’une de ces choses ancestrales. Sans doute qu’elle a commencé avant la sédentarisation de l’Homme mais on ne trouve trace de son utilisation qu’il y a 6 000 ans .

Comme l’ail des ours affectionne les forêts plutôt fraîches, c’est dans une forêt de la vallée de l’Ognon, exposée nord-ouest, que nous sommes allés. Il s’agit des forêts qui sont sous le fort de la Dame Blanche. C’est à 5 km de chez moi seulement, c’est aussi le domaine du pic noir, du chamois et du lynx ! Nous y sommes allés avec des amis. On était quatre, c’est plus prudent, à cause des ours … ! Mais finalement, pas de crainte à avoir, j’étais le seul ours de tout le secteur et je suis plutôt du genre « nounours gentil » (en tous les cas, les gens qu’on a croisés n’ont pas eu l’air trop effarouché …). Car, comme nous sommes assez près de Besançon (moins de 10 km) c’est un peu fréquenté et il y a quand même quelques promeneurs sur ce secteur (enfin, faut pas exagérer, on croise un promeneur toutes les heures peut-être).

De l’ail des ours, il y en a un peu partout.


On pourrait en cueillir autant qu’on veut, il y a parfois des taches qui font plusieurs dizaines d’ares (parfois même plusieurs hectares), c’est assez impressionnant.

En moins d’un quart d’heure on en ramasse un panier.

Ici, on transforme souvent l’ail des ours en pesto. Soit on le fait « nature »‘, c’est à dire tout simplement avec de l’huile et un peu de sel, soit on ajoute de l’amande et du parmesan (c’est pas très « local », mais bon … ce n’est pas une raison non plus pour me mettre à l’amende … et pour le parmesan, c’est une amie qui a des ascendants italiens qui nous a donné la recette, on a des excuses !). On peut congeler dans des bacs à glaçons et les ressortir  à diverses occasions (sur des pâtes, en accompagnement d’un steak …). Personnellement, j’adore sur des toasts.

La meilleure manière de faire et peut-être la plus goûteuse, c’est de faire sécher les plantes et de les réduire en poudre. Les utilisations sont ensuite multiples, au gré de l’inspiration de chacun.

Pour les vertus de cette plante, on peut avantageusement cliquer sur ce lien.

On est en plein dans la période où ça se récolte, alors si le coeur vous en dit … !

Vous n’avez pas l’impression, vous, que … ?

Le livre « Ni cru ni cuit » de Marie-Claire Frédéric, que j’ai commencé d’évoquer dans le précédent article est fabuleux. Je vous en parlerai dans un article ultérieur. Mais je peux d’ores et déjà vous dire que ce livre, qui raconte l’histoire de la fermentation et qui fait aussi l’apologie des aliments (et boissons) fermentés, donc extrêmement bons à la santé, devrait être intégralement remboursé par la Sécurité Sociale. Mais comme ce ne sera jamais le cas, bien évidemment, inutile d’attendre, procurez-le vous dès maintenant … !

Pour l’instant, je voudrais juste vous parler d’un passage très drôle (pages 47/48), qui m’a bien fait rire. Voici ledit extrait :

« Le roi qui boit est aussi le roi qui règne, qui décide. Au 5ème siècle avant J.-C, Hérodote raconte que les généraux perses délibèrent des affaires importantes quand ils sont ivres. Le lendemain matin, à nouveau sobres, ils demandent au maître de la maison qui les héberge de leur rapporter le détail des décisions qu’ils ont prises. Alors, un nouveau débat a lieu pour décider de les entériner ou non. Ailleurs, Hérodote rapporte le procédé inverse : d’abord ils délibèrent dans un état de sobriété, puis ils boivent tout en poursuivant la discussion. A la fin ils débattent pour savoir quelle est la meilleure décision prise, celle produite par la sobriété ou celle résultant de la boisson. Tacite raconte la même chose au sujet des Germains au 1er siècle de notre ère. L’alcool désinhibe, atténue la méfiance et engendre la bonne humeur : les hommes de pouvoir arrivent ainsi à trouver des solutions innovantes aux problèmes. Mais comme parfois le procédé allait trop loin, réexaminer les résolutions le lendemain dans un état plus lucide n’était pas inutile ».

Vous n’avez pas l’impression, vous, que Macron et sa bande ont appliqué à la lettre ces méthodes et s’en sont largement inspirés pour gérer la crise du Covid ?

Aliments fermentés (1)

Une partie importante de notre nourriture et de nos boissons est constituée d’aliments fermentés. Mais, ce n’est pas parce que l’Homme s’est sédentarisé il y a dix mille ans qu’il a mis ensuite en place ces types d’aliments. Non, c’est exactement l’inverse : c’est parce qu’il avait découvert la fermentation que l’Homme s’est ensuite sédentarisé. Dit en d’autres termes : c’est la fermentation qui a créé la civilisation et non l’inverse. Etonnant, non ?

Le sujet de la fermentation est très vaste, il touche à des tas de domaines, et j’aimerais entamer une série d’articles sur ce sujet. Je vous parlerai notamment, dans un article à venir, du livre passionnant de Marie-Claire Frédéric : « Ni cru ni cuit – Histoire et civilisation de l’aliment fermenté » (Alma Editeur, 2014, 360 pages). J’avais lu ce livre il y a trois ou quatre ans, je suis en train de le relire.

Voici ce que dit la 4ème de couverture de ce livre : « Nous sommes les descendants de ces hommes et femmes qui ont survécu à tous les aléas, depuis des millénaires, grâce à leurs fromages, leurs poissons saumurés et leurs saloirs remplis de viandes et de chou fermenté. Nous sommes humains parce que nous cuisons nos aliments, certes, mais aussi, et surtout, parce que, depuis encore plus longtemps, nous les faisons fermenter. L’aliment fermenté n’est pas un aliment comme les autres : la fermentation apporte à l’alimentation une sorte de verticalité qui nous conduit dans un autre domaine : la nourriture ne sert plus seulement à sustenter le corps, mais elle acquiert un sens, elle entre dans la dimension des relations humaines, de la mémoire individuelle et collective, de l’histoire, de l’identité des groupes sociaux, voire du sacré. Entre le cru et le cuit, le fermenté a accompagné les humains depuis le début de leur existence, et il est probable qu’il ne s’éteindra pas tant que l’humanité habitera cette terre ».

Mais pour aborder ce sujet très dense de la fermentation, j’avais envie de commencer par quelque chose d’assez léger, plus facile à digérer qu’un pavé de 360 pages, aussi passionnant soit-il. Et la vidéo que je vous propose, qui annonce haut et fort que la bière est à l’origine de notre civilisation (rien que ça !), est une très bonne et très agréable introduction à la série d’articles que j’espère vous proposer prochainement.

 

La fenêtre, c’est notre télé à nous ! (2)

La journée de dimanche avait bien commencé. Petite visite rapide de la mésange huppée, c’est assez rare, elle ne vient peut-être qu’un hiver sur cinq. En tout début de matinée, la lumière n’était pas terrible et c’était à travers la vitre, mais bon …


Un  peu plus tard, le soleil s’est levé et quelques tarins des aulnes sont venus.


Et puis, en fin de matinée, Joëlle m’appelle : le mâle d’épervier était devant la fenêtre ! Lui, qui d’habitude attaque les petits passereaux à la vitesse éclair (ça ne dure que quelques secondes) s’est obnubilé sur un moineau qu’il n’arrivait pas à déloger et qui s’était réfugié dans un arbuste (un pyracantha). Et ça a duré, duré, … on était scotché. Au bout de quelques minutes, Joëlle me dit : « Tu devrais quand même faire une photo ». Je n’y pensais même pas. Et voilà … (toutes les images ont été faites à travers la vitre) :


Pour du spectacle, c’est du spectacle !!!

Emotion rarissime pour moi …

Elle est pas belle notre télé gratuite !?!

Petite image (que je viens de retrouver) ajoutée un mois après la parution de cet article (désolé, ça ne se fait pas de modifier un article ultérieurement, mais je n’aurai pas d’autre occasion de publier cette photo) :

La fenêtre, c’est notre télé à nous !

Jacqueline vient de m’envoyer une belle photo, très originale, faite à travers sa vitre.


Merci à Jacqueline qui m’a fait penser que j’avais des tas d’images d’écureuil que je n’avais jamais mises sur le blog. Et comme ce soir j’étais un peu à court d’idées pour écrire un nouvel article …

Chez nous aussi, notre télé, c’est notre fenêtre (j’ai écrit plusieurs fois sur ce blog que je ne regardais jamais la télé, mais ce n’est pas tout à fait vrai). Et il s’y passe des tas de belles choses ! Encore mieux que sur National Geographic ! Et toujours en direct ! Et Macron ne passe jamais sur notre écran !


J’aime beaucoup ce contact quotidien avec cet animal (je parle de l’écureuil, bien évidemment) qui est le mammifère sauvage que j’aurai le plus vu dans ma vie. Et si facile à observer, pour peu qu’on lui dépose de la nourriture toujours au même endroit !


La vision de l’écureuil est pour moi un mystère (celle de Macron aussi d’ailleurs !) : il ne perçoit aucun mouvement derrière une vitre. Et c’est aussi pour cela qu’il est si facile à observer depuis sa maison !

L’écureuil est un animal du matin, son heure préférée c’est 8H  (il est donc l’exact opposé de notre bien-aimé président qui passe à la télé à 8H du soir). Je ne le vois jamais l’après-midi. Et lorsqu’il vient en fin de journée (ça n’arrive même pas une fois par an) et que c’est le seul moment où la fenêtre (exposée plein nord) est éclairée par le soleil couchant, c’est magique !

L’écureuil vient partout autour de la maison : il grimpe aux murs, va sur les mangeoires pour oiseaux, va grignoter des graines au sol …

… et, lorsqu’il a décidé de nous chaparder notre bien (son seul point commun avec Macron) et qu’il envisage de cacher sa nourriture (au sol, pas à la banque !) en prévision des mauvais jours (notamment quand il entend le premier ministre parler du prochain confinement), ses allées et venues sont permanentes …

Et il fait preuve surtout d’une très grande agilité, pouvant prendre des chemins de traverse en jouant l’équilibriste sur un fil, tout ça pour éviter les cammionnettes de flics susceptibles de contrôler ses horaires ! Il faut dire, et c’est son seul point faible : il ne sait pas remplir une attestation de déplacement dérogatoire !


Et je vous dis pas ce que ça donnerait s’il fallait qu’en plus il passe devant les radars au triple galop !


Et pour finir cet article : un petit marque-page, qui vous sera précieux lorsque vous vous pencherez sur les 40 pages du protocole à lire avant de faire vacciner vos aînés dans les Ehpad !

Météo déjantée (3)

Dernier jour de février en Franche-Comté : des oiseaux qui construisent déjà leurs nids, qui ne viennent plus au poste de nourrissage, des gens qui sortent les parasols, qui font des barbecues, qui se déshabillent (j’ai même vu quelqu’un torse nu hier), c’est sans doute du « jamais vu » ici …

C’est pareil chez vous ?

Et comme les plantes fleurissent très tôt, une petite devinette botanique : c’est quoi ça ?

Si vous étiez Président … ?

Lorsqu’on vient d’être élu, il y a « un moment de grâce », un moment où les gens « attendent pour voir ». Alors les nouveaux élus prennent parfois des mesures symboliques, pas forcément de grandes mesures, mais juste des décisions qui leur permettent de jalonner le début de leur mandat, de poser leurs marques.
Parfois je me pose la question « Tu ferais quoi, toi, si tu étais à leur place ? ». Et j’ai des tas d’idées qui me viennent par la tête.
Parmi ces idées, je vous en livre une toute petite (j’en ai des tas d’autres, mais c’est pour plus tard) : Je déclarerais illégal le démarchage téléphonique et je punirais sévèrement cette intrusion violente dans la vie des gens (ceux qui suivent assidûment les discussions de ce blog savent que c’est Jacqueline qui, du haut de ses 88 printemps, m’a soufflé cette idée).
Et vous, vous prendriez quoi comme « petites mesures » ?

Une série déjà ancienne : « Treme »

Les amateurs de séries sont peut-être passés à côté de la série « Treme » (prononcez : Trémé) parue il y a une dizaine d’années. J’en parle seulement aujourd’hui car on vient juste de finir de la visionner (4 saisons, soit 36 épisodes de presque 1 heure chacun). Cette série est considérée comme une très bonne série, malgré le fait qu’elle n’ait pas eu beaucoup d’audience (elle a tout de même été diffusée en France sur France Ô). Mais la chaîne qui l’a produite (HBO) est réputée pour son engagement militant à faire des séries qui collent à la vie sociale américaine, en tournant de nouvelles saisons, même lorsque l’audience n’est pas au rendez-vous (cette chaîne a produit notamment The Wire, Les Soprano, Six feet under …). L’auteur de cette série, qui avait déjà réalisé The Wire (« Sur écoute ») est David Simon.

Le thème de cette série : la vie à la Nouvelle-Orléans après le passage de l’ouragan Katrina en 2005. La série raconte la vie d’une dizaine de personnes, venues de tous horizons, dans le quartier de Treme. La plupart de ces personnes sont amenées à se rencontrer pendant la série. La vie à la Nouvelle-Orleans est difficile pour presque tout le monde : barmans, cuisiniers, musiciens, enseignants, personnes en recherche de disparus, avocats … La vie est d’autant plus difficile que les croques-morts vieillent. Quand je dis « croques-morts », je veux bien entendu parler de tous ceux qui profitent de la situation chaque fois qu’un malheur s’abat sur le monde, et vous avez donc peut-être deviné qu’on croise aussi dans cette série des politiciens véreux (ouh le beau pléonasme !), des promotteurs, des financiers, des flics corrompus, des compagnies d’assurance, des meutriers, …

Le quartier de Treme est riche de la diversité des gens qui le peuple : noirs, blancs, asiatiques et même des indiens (22 tribus sont recensées à la Nouvelle-Orleans). C’est donc un quartier multiculturel dans lequelle les différentes communautés semblent plutôt bien s’entendre.

Je vous ai cité la plupart des ingrédients qui font de cette série une série très intéressante. Mais le véritable plus de cette série, c’est la musique. Car, bien évidemment, la musique est partout à la Nouvelle-Orléans. C’est quand même la ville de Louis Armstrong, de Sidney Bechet , de Fats Domino, … ! La musique est dans la rue, dans les bars, dans les circonstances difficiles (enterrements) ou heureuses (le carnaval), elle est partout et plusieurs personnages que l’on suit pendant la série sont d’ailleurs musiciens. Il y a du jazz, bien évidemment, du rythm and blues, de la country et plein d’autres musiques. Beaucoup de musiciens jouant dans la série sont de la Nouvelle-Orleans et jouent leur propre rôle (on y rencontre notamment Fats Domino et Dr John qui étaient encore vivants à l’époque du tournage). La série laisse donc une large part à la musique et c’est notamment à travers la vie des musiciens qu’on découvre la vie de la ville (et ses problèmes).

En temps normal je n’aurais sans doute pas parler de cette série ancienne sur le blog. Mais voilà, les séries consacrées à la musique, ce n’est pas si fréquent que ça !

On trouve quelques extraits de Treme sur Youtube, en voici cinq :

Pour amateurs de jazz (qui ne peuvent pas passer à côté de cette série) mais aussi, bien évidemment, pour tous les autres !

Pour celles et ceux d’entre vous qui n’habitent pas trop loin de chez moi, je peux prêter l’intégrale en DVD.

Ah la mascarade !

Au Parlement, on vient d’étudier une loi sur la souffrance animale.
Une loi vidée de sa substance dès le début des discussions, vu qu’il était hors de question d’aborder la première cause de souffrance : l’élevage industriel … Ni, bien évidemment, la chasse à courre et la corrida !
Et on fait ça sous la pression de qui … ? : des amis des animaux … qui n’hésitent pas, entre deux tranches de foie gras, à castrer leurs chats et leurs chiens.

Ah la bien belle époque que voilà !!!

Passion tomates avec « Vertiloom »

C’est fou, dès qu’on s’intéresse à quelque chose de précis, on a l’impression qu’on va s’enfermer dans quelque chose de très réduit, un monde minuscule, mais c’est le contraire qui se passe et à chaque fois on se rend compte qu’on pénètre dans un monde infini. Celui qui déciderait par exemple de s’intéresser à la musique italienne du 17ème siècle pourrait y passer sa vie tellement le sujet est vaste, celui qui déciderait d’aborder le monde des papillons nocturnes ne verra jamais le bout de son sujet … Mais ça, vous le savez tous …

Lorsqu’on parle de biodiversité, on pense aussitôt aux espèces sauvages. Et on pense plus rarement à la diversité des plantes cultivées (ou des animaux élevés). C’est un sujet qui m’intéresse énormément. Ainsi, par exemple, je me penche depuis un an sur la diversité des houblons (je vous laisse deviner pourquoi …) et on a décidé, avec Christophe (d’Etuz) et Jacques, de mettre en place un mini-conservatoire sur le sujet (pour notre usage personnel, bien évidemment !) Déjà une quinzaine de variétés ! Et là, même chose, dès qu’on est entré dans ce monde-là, tout est devenu immense. Je savais qu’il existait plusieurs dizaines de variétés de houblons et je pensais que ça allait être dur de s’y retrouver ! Mais voilà-t-y pas qu’un site internet vient de naître et décrit, non pas vingt ou trente variétés mais 316 ! Bon, c’est pas grave, je prends d’ores et déjà l’option de vivre jusqu’à 150 ans pour avoir le temps de défricher un peu le sujet !

Autre exemple, et j’en arrive au sujet d’aujourd’hui : les tomates. Ce thème a déjà été traité de 1000 manières sur ce blog et on est loin d’avoir tout dit sur le sujet. Là aussi c’est un domaine inépuisable. La plupart des gens pense que les variétés anciennes ont été remplacées par des variétés modernes. C’est vrai pour les tomates achetées dans le commerce (sauf chez des tous petits producteurs) mais ce n’est pas vrai pour les variétés proposées aux jardiniers amateurs. L’offre est immense (plus de 16 000 variétés recensées) et ne fait qu’augmenter au fil des années. Pourquoi augmente-t-elle ? Tout simplement parce que partout dans le monde il y a des passionnés qui consacrent leur temps à obtenir de nouvelles variétés (en croisant d’abord deux variétés entre elles, puis souvent en recroisant avec une troisième, voire une quatrième). Et ces variétés ne sont proposées ensuite aux jardiniers que lorsqu’elles sont stabilisées (il faut au minimum 7 générations de tomates pour y arriver, d’où un travail immense). Ces variétés sont donc dites « reproductibles » (contrairement aux hybrides F1 vendues par les semenciers).

Le chef de file de ces « hybrideurs-développeurs-créateurs » (je ne sais pas quel nom utiliser) est Tom Wagner (USA) qui a obtenu en 1985 la première tomate verte (Green zebra) et avec qui j’ai fait un stage en 2008 au château de la Bourdaisière dans la vallée de la Loire. Mais d’autres noms sont devenus célèbres dans ce domaine : Brad Gates, Anna Kozula, Luc Fichot, Pascal Moreau …

A noter également que l’arrivée de tomates vertes dans les années 80 puis des tomates bleues dans les années 2000 a permis de démultiplier les possibilités de croisement et donc de combinaisons génétiques. D’où l’importance, dans les nouvelles variétés obtenues récemment, des tomates striées et des tomates bicolores. On pourrait croire que ces nouvelles variétés sont surtout obtenues pour leur aspect esthétique. On aurait tort de le croire, car les mélanges de couleurs correspondent à des pigments différents, et donc à des composés aromatiques différents. On a souvent de belles complexités d’arômes dans ces tomates-là.

Par cet article, je voudrais faire connaître le site belge Vertilom qui diffuse bon nombre de variétés très récentes, celles obtenues justement par tous ces passionnés du monde entier, et celà à un prix assez bas (2€ le sachet, frais de port gratuit à partir de 25€) . J’ai déjà effectué quatre commandes et j’ai toujours reçu mes commandes en quelques jours seulement. Vertiloom, c’est le top du top ! A noter que Vertiloom est également diffuseur de variétés de piments récemment obtenues.

Allez cliquer sur l’image ci-dessous, vous accéderez directement au site de Vertiloom (vous pouvez choisir la langue si le français ne s’affiche pas directement). Passez ensuite avec la souris sur le mot « tomates » sur le bandeau du haut et faites ensuite votre choix en fonction de la couleur, de la taille, de l’obtenteur … On peut ensuite cliquer sur chacune des photos pour avoir une description précise de la variété et son histoire.

Vous allez voir, vous pénétrez dans un nouveau monde !

Des artistes à domicile !

Il y a eu une petite discussion un peu musclée sur ce blog à propos des sportifs, suite à un commentaire dans lequel je disais grosso modo que le sport professionnel n’a aucune valeur significative s’il n’est pas le reflet d’une vie sportive à la base et qu’un pays dans lequel les enfants ne jouent pas au ballon (dans la rue ou ailleurs) n’a pas beaucoup de légitimité pour gagner une coupe du monde. Et j’ai ajouté que si les pays africains nous fournissent en joueurs d’exception (les meilleurs au monde) ce sont avant tout eux qui méritent de gagner les coupes mondiales. Je ne l’ai pas dit avec ces mots-là mais c’est ce que ça voulait dire. Mais c’est sur le fait que j’aie dit que la pratique sportive diminuait en France que les échanges ont été un peu houleux. Tout ça c’est la vie !

Ce nouvel article, que je mets en ligne ce soir, va dans le même sens mais pour un domaine complètement différent : la culture. Mais la comparaison entre sport et culture s’arrête-là car s’il n’y a plus beaucoup de jeunes qui jouent au ballon, il y en a beaucoup qui jouent d’un instrument de musique et le nombre de personnes ayant appris à jouer à un moment ou à un autre d’un instrument est de plus de 20 millions dans notre pays. Mais bon, je ne voudrais pas réduire le sens de mon propos à la musique qui n’est qu’un aspect particulier de la culture.

Notre vie culturelle en France, ce n’est pas le monde des grands artistes professionnels (aussi excellents soient-ils d’ailleurs) mais avant tout le monde des petits artistes qui font vivre au quotidien la musique, la poésie, l’art en général. Et le secteur où j’habite vit, d’un point de vue culturel, grâce à un réseau non seulement d’artistes (amateurs ou professionnels « gagne-petits » qui n’arrivent pas forcément à obtenir le statut d’intermittents du spectale) mais aussi grâce à des structures associatives tenues par des poignées de bénévoles (exemple du Comité d’animation de Voray, dont je fais modestement partie, qui organise à quelques km de chez moi 4 concerts annuels de qualité exceptionnelle).

Lorsque j’ai écrit mon dernier article, celui sur Doumé, c’est avec la même intention de rendre honneur à ce peuple de fourmis, de petites mains, qui maintiennent vivante une certaine tradition de la chanson. Je pourrais dire la même chose, ou à peu près, si je parlais des groupes qui jouent dans les bars (quelque soit le type de musiqsue) ou des chorales qui contribuent à maintenir vivante la transmission de la musique.

La musique ne peut pas aujourd’hui se résumer à des vidéos qu’on regarde sur youtube ou des disques qu’on écoute sur les sites de streaming (tout comme on ne peut réduire la littérature d’aujourd’hui aux derniers Goncourt …). Car ce mode de diffusion, que l’on dit plus moderne, c’est aussi la mort annoncée des artistes (vaste sujet dont on peut discuter). En d’autres termes : le concert vivant avant tout, bordel de m… !

J’en arrive à l’objet de mon article.

Depuis une dizaine d’années, j’ai vu apparaître un phénomène nouveau en Franche-Comté : celui des spectacles à domicile. Peut-être qu’auparavant ça existait ça et là, mais la dynamique de ce genre de spectacle est plutôt récente. Il est bien évident que cela a lieu également dans les autres régions. Mais personne n’en parle (je n’ai jamais vu un seul article sur le sujet dans la presse), alors qu’il s’agit là d’un vrai fait de société, qui donne peut-être même un aperçu de ce que sera une partie de la culture demain. Toujours est-il que depuis une dizaine d’années Joëlle et moi sommes allés dans une dizaine de lieux, souvent chez des amis (Bernard et Brigitte, Thérèse et Jean-Pierre, Monique …). Au total cinq ou six lieux fréquentés régulièrement plus quelques autres. Et nous avons pu y apprécier un large panel de productions artistiques : expos de peinture, chanson française, jazz, flamenco, musique vocale de la Renaissance, musiques expérimentales, poésie, théâtre,  … le tout joué aussi bien par des amateurs que des professionnels (d’ailleurs si j’ai pensé à faire cet article c’est grâce à Yves qui a signalé sur ce blog le décès de Morice Benin, et cela m’a rappelé que cet artiste était coutumier des interventions à domicile).

Ce mode de fonctionnement de spectacles « chez les gens » présente plein d’avantages par rapport aux spectacles plus classiques : proximité avec les artistes, très faible coût (souvent juste un « chapeau à la sortie »), public restreint (rarement plus de 30 personnes) et donc beaucoup de convivialité : il y a toujours de bonnes bouteilles à boire, chacun amène souvent un petit plat à partager et l’après-spectacle dure souvent des heures. Et à part les amis qu’on y rencontre, les musiciens qu’on connaît parfois, il y a aussi d’autres personnes qu’on finit par croiser régulièrement et avec qui on noue des relations. Tout ça c’est du bonheur ! Du vrai bonheur !

Le covid a quasiment tué le monde de la culture (c’est sans doute le domaine qui a le plus morflé). Evidemment, les spectacles à domicile ont, eux aussi, énormément souffert de la situation. La culture qui renaîtra dans notre pays aura forcément une autre forme que celle que nous connaissions jusqu’à présent. Peut-être que les spectacles à domicile, qui ont l’avantage de fonctionner avec de toutes petites jauges, ont de l’avenir. Mais avec quels artistes ? Il restera peu d’artistes professionnels. Subsisteront tout de même tous les musiciens et artistes amateurs. ça ne compensera pas la perte mais il faudra bien s’en contenter. Et peut-être que tout va repartir de ce vivier de base. Enfin, on a le droit de rêver …

La petite question que je voudrais poser avec cet article est la suivante : Est-ce que chez vous aussi, dans vos régions respectives, ça fonctionne de cette manière ? Et est-ce que vous sentez que ça pourrait bouger dans ce sens-là ?

Pour terminer cet article, comme j’ai eu l’occasion d’organiser un concert du trio Louki dans la grange désaffectée de mes parents (le 6 septembre 2018), je vais mettre quelques vidéos de mon ami Jean-Pierre qui, accompagné de Pascal et de Philippe, joue régulièrement dans toutes sortes de lieux. Il y récite ou chante quelques textes de Pierre Louki. J’ai trouvé ces vidéos par hasard ce soir (ce sont les seules qui existent a priori), au moment où j’allais mettre mon article en ligne, alors je vous les livre (elles viennent toutes du même concert, je ne sais pas où les vidéos ont été filmées) !

En musique avec … Doumé !

EN MUSIQUE AVEC … (1)

Pourquoi cette nouvelle rubrique ?

Une chanson vit sa propre vie. Elle est lachée dans la nature par son auteur et, à partir de ce moment-là elle ne lui appartient plus. Advienne alors que pourra !

Certaines chansons ne seront pas remarquées par le public et passeront complétement inaperçues. D’autres auront un « succès d’estime ». Certaines connaîtront parfois un moment de gloire éphémère mais disparaîtront vite du circuit. Et puis d’autres passeront l’épreuve du temps et garderont la faveur du public pendant des décennies. Ainsi en est-il de la chanson « y’a de la joie » de Trenet dont tout le monde (ou à peu près) connaît l’air et quelques paroles alors qu’elle a été écrite il y a plus de 80 ans. Ces chansons-là que l’on qualifie parfois de « éternelles »  (terme sans doute très exagéré) n’ont pas besoin d’ambassadeurs, elles possèdent leur propre dynamique interne et de ce fait se sont imposées d’elles-mêmes dans notre culture. Mais beaucoup d’autres, qui ont été écrites il y a quelques dizaines d’années, ne peuvent continuer à vivre que si les générations suivantes les reprennent.

Aujourd’hui il y a foison d’artistes pour reprendre certaines chansons des années 50, 60 et 70 (période sur laquelle j’aime bien me pencher), et on en a vu des exemples avec les deux articles que j’ai consacrés à la chanson « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? » (Aragon/Ferré). Il y a donc plein d’artistes professionnels qui font revivre des chansons faisant partie désormais de notre patrimoine culturel.

Mais ce n’est pas de ces artistes-là que je vais parler dans cette rubrique. Je voudrais mettre en avant les autres, des humbles, de ceux pour qui la musique fait partie du pain quotidien et qui continuent inlassablement à jouer les musiques qu’ils aiment, pour eux-mêmes d’abord mais aussi pour leurs proches. Ils n’en vivent pas financièrement, ce sont de simples amateurs, mais la vie musicale d’un pays n’a de sens que si elle est alimentée par quelque chose de fort qui vient de la base. Le confinement a, d’une certaine manière, contribué à faire connaître ces inconnus qui, à un moment donné, ont osé publier leurs vidéos sur Youtube (je dis « osé » car on n’imagine pas comme il est difficile de chanter devant d’autres et c’est sans aucun doute un acte difficile que de franchir le pas à un moment donné). Alors, au travers de cette nouvelle rubrique, je veux rendre hommage à ces inconnus. Bien sûr, ces artistes-là écrivent parfois textes et musiques et je pourrais parler de leurs compositions (peut-être un jour …). Mais je vais axer cette rubrique uniquement sur ces amateurs qui font des reprises d’auteurs anciens et qui contribuent à maintenir vivace notre mémoire musicale. Il est possible que, parmi les gens dont je vais parler, il y ait quelques personnes qui se produisent à l’occasion sur de petites scènes locales, mais globalement ces gens-là restent de véritables amateurs (dans le sens noble du terme).

Je dédie ce premier article de la série à Jacqueline (et aussi à Jehan qui est musicien), d’une part parce que je suis très admiratif du fait que Jacqueline continue à venir sur ce blog, malgré ses 88 printemps et ses gros problèmes de santé. Mais aussi parce que le premier artiste dont je vais vous présenter les vidéos, est, tout comme Jacqueline, de nationalité suisse.

Il se produit sous le nom de Doumé et j’ai vu quasiment toutes ses vidéos. Je l’ai découvert en recherchant une manière de jouer « le vingt-deux-septembre » de Brassens. Puis de fil en aiguille, je suis tombé sur d’autres vidéos. En voici quelques-unes.

– Paris-Canaille (Léo Ferré 1953)

– L’âme des poètes (Charles Trenet 1951)

– Madeleine (Jacques Brel 1962)

– Le vingt-deux septembre (Brassens 1964)

– Black trombone (Serge Gainsbourg, 1962)

Vous trouverez sur Youtube des dizaines d’autres productions de Doumé.

Et, secrétement, j’espère que certains des musiciens dont je vais parler au fil des mois dans cette nouvelle rubrique (un article par mois peut-être), viendront faire un tour sur ce blog. Enfin, j’ai le droit de rêver …

Bonne écoute musicale à vous tous !

De très très bonnes nouvelles !!!

Aujourd’hui, samedi 23 janvier 2021, leMonde faisait sa Une avec la mort d’un journaliste américain. Ouais, bof bof . Titrer ainsi sa Une alors que la colère sévit dans notre pays, quand même ! Tout me semble ridicule dans notre époque. La situation liée au Covid me semble elle-même risible. Les mots employés n’ont plus aucun sens. On perd le sens des réalités. On donne le nom de « pandémie » à quelque chose qui va à peine se voir dans les statistiques mondiales. Evidemment, si ce nom de « pandémie » signifie simplement son sens premier, c’est à dire  « présent à l’échelle de toute la planète », je ne vais pas contester le terme, mais force est de constater que dans ce cas toutes les grippes saisonnières des dernières décennies – et sans doute même des derniers millénaires – étaient aussi des pandémies.

Quand on lit les infos, on a l’impression que tout le monde est appelé à mourir du Covid. Oh, attention, ce n’est jamais dit tel quel ! Mais c’est le sentiment qui se diffuse de manière pernicieuse chez les personnes qui regardent la télé et écoutent la radio. Une personne que j’ai vue récemment (âgée d’environ 45 ans) est assurée qu’on va tous en mourir.

Quand un ancien président de la république meurt, c’est du covid. Quand un réalisateur de cinéma meurt, c’est du covid. Quand un vieil artiste meurt, c’est du covid. Ce qui est drôle, c’est qu’autrefois, quand un vieux de plus de 90 ans mourait, on ne se posait même pas la question de savoir de quoi il mourait. Dans bon nombre de cas, le grand âge avait affaiblit ladite personne et celle-ci mourait souvent d’une infection qui prenait le dessus sur l’organisme défaillant. C’était assez souvent une grippe saisonnière, ou un pneumocoque, ou un truc du genre, … c’est assez souvent le covid aujourd’hui. Ouais, bof bof, rien de nouveau dans notre galaxie, ce qui se passe ressemble à du « déjà vu ».

Mais bon, dans le contexte actuel où personne ne peut s’exprimer sans être taxé de complotiste, j’ai envie de m’exprimer quand même. Et comme j’ai quand même un peu envie de rigoler (d’un rire nerveux certes) je vais le faire en interprétant à ma manière les chiffres (ceux qu’on veut bien nous donner). Et, pour le faire, je vais donc partir du postulat de départ (« oui, on va tous mourir du Covid ») en mettant en perspective ce postulat avec les chiffres officiels. Quitte, évidemment, à raisonner par l’absurde (j’ai envie de me laisser aller).

Pour rigoler (mais aussi, quelque part, de manière sérieuse), je vais vous annoncer trois bonnes nouvelles, qui vont vraiment vous donner du baume au coeur, et qui sont basées sur des chiffres officiels (mais que les journalistes des grands journaux, devenus les organes de communication du gouvernement – on gagne sa croûte comme on peut, hein ! – n’ont pas pensé à analyser).

La première de ces nouvelles est liée à la situation particulière de la France. Il y a eu 64 508  personnes mortes en France du Covid en 2020. Chiffres alarmants diront les « culs serrés », chiffres négligeables diront les autres.  Je ne vais pas départager ces deux types de personnes, je continue juste sur mon postulat de départ distillé ad nauseum par les médias (« on va tous mourir, et papati et papata »). Comme nous sommes 67 400 000 personnes à vivre dans ce pays, cela veut dire qu’à raison de 64 508 morts par an, vous allez tous mourir dans les 1044 années qui viennent (1044,83 exactement). A priori, c’est une mauvaise nouvelle que de savoir que chacun d’entre nous va disparaître au plus tard en novembre 3065 mais comme désormais vous ne pouvez plus mourir que du Covid (vu que les suicides, les accidents de la route, les cancers … semblent avoir disparu de notre paysage), ça vous laisse quand même beaucoup de marge. Et si vous faites un calcul bassement arithmétique, et que vous rendez compte que vous n’avez que 7,6% de probabilité de mourir au cours de ce 21ème siècle, j’en connais parmi vous (suivez mon regard) qui vont illico ouvrir quelques bières pour fêter l’événement (et je les accompagne, pas seulement en pensée !). Ça, c’était la première bonne nouvelle !

La deuxième nouvelle est liée à deux autres infos passées inaperçues. D’abord un article du Monde qui nous raconte que les virus sont partout dans l’air, qu’on en respire entre 17 000 et 400 000 par minute (jusqu’à 2 000 000 même si on fait un effort physique intense) et que le nombre de virus est à peu près partout égal (ce qui sous-entend : « en lieu confiné ou pas »). Deuxième info : l’Institut Pasteur nous a annoncé il y a un mois et demi que 7 millions de personnes avaient déjà contracté le covid dans notre pays. Comme l’info date du 4 décembre, en extrapolant, on peut dire sans beaucoup se tromper qu’on doit être aujourd’hui de l’ordre de 10 millions à avoir été victimes de cet affreux virus (sans doute même beaucoup plus, de l’ordre de 15 millions). Les virus sont tellement partout que, malgré les fermetures de certaines frontières, le variant anglais a contaminé plus de 60 pays en quelques semaines. Je donne ces chiffres pour ceux qui pensent que si on n’a pas pu juguler les quelques foyers de départ (la fameuse rencontre des évangélistes de Mulhouse dont on a tant parlé) on serait quand même capable aujourd’hui d’empêcher, grâce à l’usage du masque et du confinement, 10 (ou 15) millions de personnes (qui consituent autant de foyers potentiels, les fameux clusters) de contaminer les autres. Tout ça pour dire que les personnes qui avalent de telles sornettes – et c’est à elles que j’adresse cette deuxième bonne nouvelle – peuvent, si l’on s’en réfère notamment à l’article du monde qui nous donne ce chiffre hallucinant de 17 000 virus minimum respirés par minute, s’arrêter de respirer. C’est leur seule manière d’ailleurs de s’en sortir. Oui, oui, vous avez bien lu : « s’arrêter de respirer ! ». Mais bon, pour être sûrs de leur coup, tous ces pauvres gens devront le faire pendant 1 044,83 ans ! Oui, je sais, quand on arrête de respirer on devient rouge comme une écrevisse, on a l’air d’un con, d’un véritable con. Mais il paraît que « le ridicule ne tue pas ». Et puis, si on ne devient pas rouge écrevisse, on prend successivement toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, et ça fait rire au moins les enfants des voisins (et peut-être même les voisins eux-mêmes). Et, à l’heure où j’écris, il ne reste aux candidats éventuels à la non-respiration déjà plus que 1044,82 années à tenir. Bon, ça c’était la deuxième bonne nouvelle, exclusivement adressée à ce public particulier … Désolé d’avoir donné une bonne nouvelle juste pour ce public-là (le public des « culs serrés ») mais je réserve une troisième bonne nouvelle, pour tous les autres ! (il est sympa le dupdup, hein, quand il s’y met !).

Pour la troisième bonne nouvelle, je vais revenir aux chiffres donnés au premier chapître. Ces chiffres ne concernaient que la France, pays qui fait partie des 12% des pays les plus atteints au monde … si l’on ne tient compte que du seul indicateur qui est vraiment fiable : le nombre de morts ramené au nombre d’habitants (je dis cela pour ceux qui, ne lisant pas la presse internationale ou les chiffres officiels de l’OMS,  croient encore qu’on fait partie des meilleurs). Hé bien, il n’y a eu que 1 808 254 morts liés au Covid dans le monde (au 31 décembre 2020), soit, proportionnellement, quatre fois moins qu’ici en France. Ce chiffre est ridiculement bas pour une pandémie, vu qu’il meurt chaque année 57 000 000 de personnes et c’est d’ailleurs sur ce chiffre que je me base en début d’article pour dire que la pandémie ne va pas se voir dans les statistiques mondiales  (et si jamais elle se voit ce sera sans doute parce qu’on a arrêté, sous prétexte du covid, de soigner certains vieux, qu’on a pris des mois de retards sur les diagnostics des cancers, que le nombre de dépressions et de suicides a augmenté dans les pays occidentaux, que des centaines de millions de personnes ont basculé en 2020 sous le seuil de la pauvreté… enfin tout ce que les médias appeleront dans quelques années d’un terme détestable « les dommages collatéraux »). Donc, dans le monde, au final très peu de morts ! Et si l’on continue de mourir à ce rythme là ailleurs dans le monde, ce n’est plus au plus tard dans 1 044 ans que nous mourrons tous mais dans 4 310 ans. Vous  avez donc compris ma troisième bonne nouvelle : on a donc intérêt à aller vivre ailleurs qu’en France ! Si la perspective annoncée à mon premier chapitre de ne pas pouvoir dépasser l’année 3065 vous faisait un peu peur (personnellement, je m’en contente et suis prêt à signer tout de suite), demandez l’asile à d’autres pays et avec un peu de chances vous pourrez allez jusqu’en 6331 !!! Elles sont pas belles les propositions de Dupdup ! Cela dit, je mets un bémol à mon propos : il va vous falloir tout de même, pour multiplier par 4 vos chances de survie, aller dans un pays où les systèmes de santé sont performants, où les prises de décision sont rapides, non bureaucratiques, sans experts autoproclamés, sans têtes d’oeuf, sans lobbies présents à tous les niveaux, dans des pays où la malbouffe ne règne pas, où les décideurs sont responsables et ont le sens de l’intérêt général… bref, n’importe où mais pas dans ce qu’on a coutume d’appeler « les pays occidentaux » qui sont, globalement, tous logés à la même enseigne. Bref, il va vous falloir changer complètement de culture ! L’occasion de s’ouvrir aux autres, hein !!! Non seulement, Dupdup vous donne des infos, mais en plus, il vous incite à prendre des vacances ailleurs ! Elle est pas belle la vie !?!

Bon voilà, je me suis lâché. Mais j’ai tellement de colère en moi, vous m’excuserez … !

Tomates et changements climatiques

La tomate est de culture très simple. Sans doute est-ce même le légume le plus facile à cultiver.

Jusqu’à présent, la seule difficulté était liée au mildiou qui, certaines années, peut anéantir l’ensemble de la production dès la fin de l’été, parfois même dès le mois d’août. Mais, dans la dernière décennie, on a remarqué que d’autres problèmes sont apparus. Ces différents problèmes semblent tous liés aux modifications climatiques en cours. Sans doute que la plupart des jardiniers qui consultent ce blog ont remarqué ces impacts. J’en ai recensé six concernant la tomate (mais sans doute en existe t-il d’autres) :

  • La nécrose apicale (appelée « cul noir) est due à un stress hydrique provoqué par l’irrégularité des précipitations, ce stress hydrique entraînant un problème d’assimilation des ions calcium par les racines de la plante. A noter que, comme ces ions calcium ont du mal à atteindre les extrémités de la plante, ce sont les tomates allongées, comme les cornues des Andes, qui sont les plus atteintes.
  • Les coups de soleil sont aujourd’hui devenus fréquents, ils se manifestent par l’apparition d’une grosse plaque blanchâtre, qui reste dure même lorsque le fruit murit, sur la face la plus exposée au soleil.
  • Une certaine dureté de la peau de la tomate se manifeste lors des étés très secs, la texture de la tomate en devient assez désagréable sous la dent. Cette dureté de la peau à une justification : c’est un mode de résistance de la tomate à la sécheresse.
  • L’arrêt du développement du plant de tomate est manifeste pendant les périodes les plus chaudes, la plante ne pousse plus (ou quasiment plus) au-delà d’une température de 29°C (dès 10H du matin on est parfois déjà au-dessus de cette température). Ce bloquage du développement est particulièrement net au niveau du fruit, la chaleur provoquant un arrêt de la production des carotènes et des lycopènes nécessaires à la formation et la transformation du fruit.
  • Le mûrissement des fruits est perturbé par les vents et très peu de jardiniers le savent. En effet, les tomates produisent autour d’elles un petit nuage d’éthylène favorisant leur murissement (cette technique est d’ailleurs mise à profit pour les tomates industrielles qui mûrissent en chambre froide dans une atmosphère artificielle d’éthylène et d’azote). Or, ce petit coussin gazeux qui entoure les tomates de nos jardins est souvent dispersé par les vents, de plus en plus forts au fil des années.
  • A noter également la stérilisation du pollen par la chaleur, ce qui explique que certaines fleurs ne sont pas fécondées et que les grappes de tomates contiennent parfois moins de fruits.

Alors, quel mode de culture pour tenter de remédier à ces inconvénients liés au climat ?

Voici quelques pistes (liste non exhaustive) :

1 – Le choix des variétés
Le choix des variétés est important. D’un point de vue de la croissance de la tomate, il faut distinguer deux types de variétés : celles à croissance indéterminée qui constituent la base de nos variétés traditionnelles et celles à croissance déterminée qui sont développées depuis un siècle. Les variétés anciennes, outre qu’elles sont plus adaptées à lutter contre le mildiou (ce que j’avais expliqué dans un autre article), sont mieux armées pour lutter contre la sécheresse. L’explication est très simple : elles grandissent constamment, sont donc plus vigoureuses et ont par conséquent un système plus développé qui leur permet de puiser loin en profondeur l’humidité dont elles ont besoin. On a par ailleurs intérêt à diversifier les variétés que l’on met en terre. On a actuellement un choix énorme de variétés, de toutes les formes, de toutes les couleurs. Chaque variété réagit différemment des autres aux différents stress, différentes attaques … On aura donc intérêt, pour limiter les risques, à planter deux pieds de dix variétés différentes plutôt que vingt pieds d’une seule variété. Il y aura toujours des variétés qui s’en sortiront bien. Et quand on a pris goût à la biodiversité, on la recherche constamment …

2 – Tailler ou ne pas tailler ?
Je suis partisan du fait de ne pas tailler ou de très peu tailler les pieds de tomate et j’avais expliqué cela également dans mon article sur le mildiou. Le fait de laisser beaucoup de feuillage est intéressant également pour limiter les coups de soleil sur les fruits, les tomates étant protégées de temps en temps au cours de la journée par l’ombre du feuillage.

3 – Arroser ou non ?
Cela fait 40 ans que je cultive des tomates et je ne les arrose jamais. Ici, en plein champ, personne ne les arrose non plus et ça marche. L’arrosage maintient une humidité en surface mais ce n’est qu’une illusion, car l’arrosage incite les racines à rester en surface alors qu’elles devraient au contraire aller en profondeur pour y trouver un peu d’humidité et des nutriments. Il faut absolument que les fines radicelles des plants de tomates descendent le plus loin possible, ce qui permettra à la tomate de s’affranchir (relativement) des conditions météo et de passer les périodes difficiles sans trop de problèmes. Mais il faut tout de même relativiser mon propos, le non-arrosage n’est pas forcément signe de réussite assurée, car si cette technique marche bien dans les sols profonds, humifères, avec une certaine teneur en argile (tels qu’on les trouve dans ma vallée franc-comtoise), cela est plus compliqué dans les sols peu profonds ou les terres sablonneuses qui ne retiennent pas l’eau.

4 – Bien commencer sa vie de tomate !
Il faut que les pieds de tomates aient bien commencé leur vie. Je m’explique. Un pied qui a été stressé au départ sera moins bien armé pour développer ses propres défenses, notamment face aux aléas climatiques de notre époque. Il faut donc mieux avoir semé ses tomates soi-même plutôt que d’acheter des plants dont les racines « tournent autour du pot » car manquant déjà d’espace pour se développer. Et on aura soin de repiquer plusieurs fois ses jeunes plants en les transplantant dans des godets chaque fois un peu plus gros (deux repiquages minimum, trois étant sans doute l’idéal). Attention aussi à tout autre type de stress des jeunes pieds de tomates (excès de chaleur dans une serre, godets de repiquage desséchés en manque d’eau …) qui nuirait à la croissance future du plant de tomates. Pas de stress donc, mais paradoxalement, il faut quand même élever ses tomates « à la dure » pour fortifier les plants (j’en parlerai dans un autre article)

5 – Echelonner ses semis
Voici le point le plus important de mon article.  L’ancienne méthode qui consistait à semer toutes ses tomates en mars (méthode qui fonctionnait) ne marche plus vraiment aujourd’hui. Trop de contraintes climatiques. L’échelonnement des semis est donc devenu la règle, règle basée sur l’adage très connu « il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier ». Il faut savoir qu’un pied de tomate qui a donné des fruits pendant deux mois a fait son boulot. On peut certes prolonger un peu artificiellement sa vie par des moyens de lutte (contre le mildiou notamment) mais le mieux est encore d’étaler la production de ses tomates en échelonnant ses semis. Un pied de tomate qui n’a été semé qu’au mois de mai, c’est-à-dire deux mois après la période la plus habituelle, ne donnera sans doute des fruits qu’à partir de la fin août, mais comme le pied n’a pas encore été épuisé par la production de fruits (vu qu’il commence seulement à en donner), il résistera infiniment mieux aux maladies et aux brouillards de l’automne.

Au cours de trois dernières années, j’ai affiné ma méthode qui me permet non seulement de faire face aux aléas climatiques, mais aussi de consommer des fruits sur une période minimale de cinq mois (six mois les années exceptionnelles).

Je sème doranavant mes tomates sur une longue période de six mois, à six reprises différentes : début janvier, début février, début mars, début avril, début mai et début juin. Il y a évidemment une part de risque dans cette méthode. Car il est possible que les semis extrêmes (ceux de janvier et de juin) ne donnent rien certaines années mais les quatre autres réussiront sans problème. A noter que la prise de risque concerne surtout le fait de mettre au printemps en pleine terre ses plants de très bonne heure. Mais cette stratégie, qui marche 4 années sur 5, s’avère au final très payante. Cette année par exemple, la dernière journée de gel a été le 4 avril sur le secteur de Besançon, soit cinq semaines avant les saints de glace. Ceux qui ont mis leurs plants de tomates en pleine terre dès le 5 avril (quitte à les protéger la nuit en cas de temps très froid), ont consommé ce printemps des tomates dès le 20 mai.

Mon premier et mon dernier semis sont un peu particuliers : pour celui de début janvier, je ne sème que deux ou trois variétés très précoces (dont Stupice). Pour le dernier semis de juin, dont les réulstats peuvent être aléatoires, je ne sème que des variétés qui ont moins d’importance pour moi : ce sont soit, dans la plupart des cas, des variétés dont j’ignore les noms (et que j’ai appelées « petite jaune », « grosse rouge »…), soit des variétés que je teste, par exemple des variétés qu’on m’a remenées d’autres pays (et qui sont en général très décevantes car dans la plupart des cas il s’agit de variétés industrielles … l’uniformisation de la biodiversité cultivée est en marche partout !).

Et je répartis toutes mes autres variétés (60 par an), de manière à peu près équilibrée entre les semis de février, de mars, d’avril et de mai (16 variétés en février, 16 en mars, 16 en avril et 12 en mai … le chiffre de 16 est pratique pour moi, il correspond pile-poil au nombre de godets que je mets sur un plateau). A noter que mes très grosses variétés destinées à faire du jus sont toutes semées dans la série de mars, ça permet ensuite en été de concentrer la période de fabrication de coulis sur une courte période (parce que sinon, ça s’éternise sur tout l’été !).


A noter également, même si cela n’a rien à voir avec mon sujet de départ (les changements climatiques), que mes 360 variétés de tomates correspondent à 60 variétés par an avec un roulement de six ans (une variété donnée ne revient que tous les six ans, ce chiffre correspondant à la durée moyenne de germination des graines) et que j’ai équilibré les différentes années entre elles, à savoir que chaque année je cultive le même nombre de rouges, d’orange, de rayées, … et que dans chaque catégorie de couleur je cultive le même nombre de grosses, de moyennes, de cerises … cela afin d’éviter de me retrouver certaines années avec trop de tomates jaunes, trop de petites …

EN CONCLUSION :
La culture de la tomate, qui était quelque chose d’assez simple, excepté le problème du mildiou, est devenue bien plus problématique aujourd’hui en raison des modifications climatiques en cours. Parmi les manières de s’adapter (pour l’instant, car tout est évolutif …!), il faut en retenir trois principales : la diversité des variétés que l’on met, l’échelonnement des semis sur une période très longue et un mode de culture le plus naturel possible (pas ou peu d’arrosage, pas ou peu de taille, faire ses propres semis).

 

Dis papa, c’est quoi une tête d’oeuf ?

Je ne crois pas vraiment aux experts. Enfin si, je crois à la science, mais l’avis des experts est devenu bien plus politique que scientifique et cela enlève toute la crédibité du propos. Quand on paye quelqu’un pour avoir un avis, on obtient l’avis qu’on a envie d’entendre. Et quand celui qui donne son avis au Pouvoir défend des intérêts extérieurs privés, cela ne laisse plus aucun doute sur le sujet … Et on en arrive à voir paraître des documents expertisés disant que les rivières franc-comtoises sont en bon état alors que la merde crève les yeux !

Par contre, si je suis devenu très sceptique sur ce qui se dit sur le plan scientifique, je crois beaucoup plus au bon sens. Et comme je viens de ma cambrousse, j’ajouterai « le bon sens paysan ». Ce bon sens a souvent raison. Pas toujours, mais souvent. Je n’ai pas forcément partagé les revendications hétéroclites des gilets jaunes. Mais il y avait beaucoup de bon sens dans certaines d’entre elles et notre pays aurait gagné à débattre de ces idées. En tous les cas, on n’avait pas à les écarter d’un revers de main.

A propos de cette oppostion « bon sens / expert », exemple des changements climatiques. Dans les années 70, le paysan qui observait un peu autour de lui observait déjà des changements, celui qui avait une vigne commencait de s’apercevoir qu’on vendangeait de plus en plus tôt, celui qui jardinait notait des choses très inhabituelles, celui qui s’intéressait un peu aux oiseaux ou aux insectes constatait déjà l’arrivée d’espèces méridionales, celui qui allait se promener en montagne voyait déjà l’évolution de l’étagement de la végétation, …. Les ONG environnementales ont alerté très tôt l’opinion sur ces changements climatiques. Et pendant ce temps-là, des experts discutaillaient sur le sujet et, pour la très grande majorité d’entre eux, niaient ces changements. Il aura fallu 40 ans pour que la communauté scientifique s’accorde (à peu près) sur le fait que ce que l’homme de la rue avait pressenti quelques décennies auparavant était vrai. C’est assez incroyable.

En ce qui concerne la crise sanitaire actuelle, si Macron avait demandé à une personne lambda qui possède juste un sou de jugeotte (je ne parle même pas d’intelligence moyenne), ce qu’il faut faire pour empêcher les gens de trop se côtoyer et de se contaminer, la plupart des personnes interrogées auraient répondu plein de choses évidentes, à savoir qu’il ne faut aller que dans les lieux les moins fréquentés (c’est à dire autoriser les gens à aller dans les forêts, à aller se promener à des dizaines de kilomètres de la ville loin du monde, à quitter même la ville pour aller en vacances ou en résidence secondaire à la campagne, … ), à autoriser l’ouverture des magasins sur des amplitudes horaires les plus larges possibles pour fluidifier la fréquentation, à avoir des règlements différenciés selon que l’on habite dans des zones à forte densité de population ou au contraire dans les déserts ruraux, …

Mais voilà, Macron a demandé à ses têtes d’oeufs.

C’est quoi une tête d’oeuf ? J’ai recherché tout à l’heure la définition de ce terme, j’en ai trouvé plusieurs qui valent ce qu’elles valent mais qui, pour beaucoup, visent des énarques (et autres sortis des grandes écoles) qui prennent des décisions abstraites loin des réalités de terrain. Pour moi, ce sont avant tout des gens dont la devise est « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? ».

Alors ces têtes d’oeufs ont proposé l’interdiction d’aller se promener dans les forêts (c’était au printemps dernier), de faire des activités extérieures en groupe (sauf la chasse !), de quitter la ville pour aller à la campagne, … Et on se retouve avec des situations ubuesques, en tous les cas incompréhensibles pour le commun des mortels : le fait de pouvoir aller dans une église mais pas au théâtre, d’aller se serrer au milieu de centaines de personnes dans le métro mais de limiter à six convives les regroupements familiaux, le fait de ne plus pouvoir aller dans des galeries de peinture (là où il n’y a personne), mais par contre d’aller dans des galeries marchandes (là où il y a plein de monde). Et surtout, cette mesure incroyable d’interdire l’activité de certains magasins (au printemps dernier surtout) et d’instaurer un couvre-feu dans certains départements dès 18H. En interdisant certains lieux et en réduisant l’amplitude horaire des lieux ouverts, on ne pouvait qu’avoir une conséquence désastreuse (vis à vis de l’objectif fixé par le gouvernement), à savoir qu’on a concentré l’activité humaine sur certains lieux et sur certains horaires. L’exact contraire de ce qu’aurait dit l’homme de bon sens.

Tout à l’heure, il y avait un monde fou au Super U de Devecey (tout çà parce que le magasin est obligé de fermer le magasin à 17H45, couvre-feu oblige). Je vous dis pas la promiscuité !

Perso, je ne suis que très peu impacté par tout ça car, en tant que retraité, j’ai énormément de latitude pour m’organiser et, bien évidemment, je n’ai pas à me plaindre. Mais, avoir fait toute cette casse économique et sociale de la vie de nos enfants (et petits enfants), sous prétexte de lutte sanitaire alors qu’en fait les mesures aboutissent à l’inverse, je ne comprends pas …

Il fallait vraiment être tête d’oeuf pour concevoir toute ce dispositif abracadabrantesque (merci Chichi pour avoir popularisé ce mot !).

Et, comme je suis dans l’oeuvre de Brassens en ce moment, je vous propose le Grand Pan. C’est une chanson connue pour sa chute peu réjouissante (« j’ai bien peur que la fin du monde soit bien triste »). Mais si je vous la propose c’est surtout parce que chaque fois que je la chante sur ma guitare, je change l’expression « la bande au professeur Nimbus est arrivée » par « la bande au professeur Macron est arrivée ». Et ça me fait bien rire. Et j’en ai bien besoin en ce moment !