Juste quelques traces …

Un épervier attaque une mésange. La scène est extrêmement rapide, fugitive. Elle se déroule là, juste devant mes yeux, à moins d’un mètre de moi. Quelques secondes plus tard, il ne reste rien de cela. Seule la vitre de la fenêtre de la cuisine garde quelques souvenirs de la scène.


Je passe un coup de chiffon, et hop il ne reste rien.

Ainsi va la vie, ainsi va la mort …

Aussitôt oscillo !

Quand il commence à faire un peu chaud, on met les fenêtres de la maison en position « oscillo-battant ».
Et si l’air se rafraîchit, comme ce matin, on les met en position « oscillo-coccinum » pour ne pas attraper froid.

Ça, c’est le genre de blague à la con « à la Dupdup ».

Dupdup, tu devrais arrêter la bière et te mettre en position « aussi l’eau » !

Le monde : gris ou en couleur ?

Reprise du blog après deux mois de pause ! Pour reprendre nos discussions (qui me manquaient un peu), un sujet important pour moi : la noirceur (supposée ou non) de notre monde.

Il y a un an ou deux, un copain que je vois de temps en temps me demande « ca va ? ». Je lui réponds avec un ton un peu provoc’ (sans doute un peu trop) : « oui, ça va, le monde va mal mais moi ça va ! ». Ce n’est pas la première fois que je dis un truc de ce genre, je suis assez coutumier de ce genre d’humour « à la con », mais là, je me suis fait engueulé avec des phrases moralistes du genre « égoïste, comment peux-tu aller bien avec tout ce qui se passe ? » et ça m’avait un peu ébranlé sur le coup.

Derrière le pseudo-humour de ma réponse, il y avait quand même, sur le fond, une vérité que je voulais dire : « on n’a pas le droit, vis à vis de nos enfants et de nos petits-enfants, de dire que tout va mal. Bien sûr, si on dit que ça va bien, il n’est pas certain que le monde va  aller mieux, mais si tout le monde se dit que ça ne va pas, alors là, vous pouvez être certain que notre monde est foutu d’avance (d’autant plus qu’il n’y a rien de pire pour paralyser l’action que la peur et l’angoisse) ».

Alors, le monde est-il déjà complétement gris ou est-il encore très coloré ? Je vous laisse en débattre si vous en avez envie.

Pour illustrer mes propos, je vous laisse juste avec une image toute en couleurs, quelques petites tomates cerises cueillies les jours derniers et partagées avec des amis à l’apéro.

Une journée d’affût « historique » !

Ce blog est en congé estival et ne reprendra que le lundi 19 septembre.

Pour ce dernier article, comme je l’avais promis à Jacqueline (la doyenne de ce blog, mais il paraît qu’on ne dit jamais l’âge des dames), voici un article sur les milans.

« Mes » rapaces savent que je leur suis fidèle. Depuis plus de 40 ans, je les nourris devant ce que j’appelle « la cabane », petit abri dans lequel je me camouflue et à partir duquel j’observe quelques espèces (quand il se passe quelque chose… car rien n’est jamais garanti !). Certaines années, je ne les nourrissais que 10 fois par an (j’habitais à 17 km de là, ce qui explique un peu les choses) mais depuis deux ans, c’est plutôt 70 ou 80 fois chaque année.

Pendant longtemps, les rapaces venaient peu (une buse une séance sur deux, les milans une ou deux fois chaque printemps) et, mis à part les périodes prolongées de gel intense (on atteint facilement les -15°C en Franche-Comté) qui voyaient l’affluence de plus de rapaces, je me satisfaisais de ce que je voyais. C’était souvent peu, mais c’était toujours beaucoup pour moi (les adeptes de l’affût savent que le fait de voir ou de ne rien voir a relativement peu d’importance au final). En tous les cas, j’y trouvais largement mon compte.

L’an passé, les choses se sont accélérées. Beaucoup de rapaces ! Par contre, le début de cette année 2022 ne fut pas à la hauteur des espérances, tout a été très calme alors que je m’attendais à une reprise « sur les chapeaux de roue ». La présence permanente du milan royal (qui se reproduit maintenant à Bussières) a été malgré tout le grand événément de « la cabane » (presque tous les jours au vol, quasiment jamais posé).


Et puis il y a eu l’affluence des dernières semaines … !

J’ai dû faire au moins une cinquantaine de séances d’affût depuis le début de l’année. Bien évidemment, mes images vont finir leur vie au fond de mon ordinateur et je ne sais même pas si je prendrai le temps de les regarder et de les trier un jour … C’est un peu là mon paradoxe, j’adore faire des photos mais je me fous un peu des images réalisées … Je ne suis sans doute pas le seul photographe animalier à être dans ce cas.

Dans cet article, je ne voudrais montrer que des images faites au cours d’une seule séance, afin de montrer la richesse des observations que l’on peut parfois faire en un temps très court. La séance en question s’est passée avant-hier 15 juillet, c’était une séance faste (4 buses variables, 17 milans posés en même temps devant moi, dont 2 milans royaux), la plus belle séance que j’aie jamais faite en 40 ans. Je dis ‘la plus belle » mais au final il n’y avait personne d’autre que moi dans l’affût et je n’ai partagé avec personne ce « moment historique » . Un bémol donc car j’aurais aimé que Michel, Bruno, Jérôme, Christian, Philippe, Christophe ou Joëlle soient là. Mais voilà, même tout seul, le coeur battait fort, très fort même !

La première photo montre l’ampleur de la mêlée (parfois on se croirait à un match de rugby), ça ressemble fort à la curée des vautours !


Voici 40 photos (sur les 400 réalisées), présentées de manière chronologique sans commentaires de ma part (j’ai la flemme d’écrire, la chaleur estivale en est sans doute pour quelque chose, le peu de force que j’ai … je la garde pour décapsuler une ou deux bières !) (à noter que vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir).

Mis à part deux images de buse variable, toutes les photos concernent le milan noir et le milan royal (voir les différences entre les deux espèces sur les deux premières photos qui suivent). Si vous avez du temps, vous pouvez chercher à identifier les jeunes fraîchement sortis du nid.

Merci pour avoir eu le courage d’aller jusqu’au bout des images !

La suite à la rentrée, le 19 septembre.

Très bel été à vous tous !

Mésanges : et c’est reparti !!!

En 2012, j’avais raconté en détail l’expérience que j’avais menée avec les mésanges venant se nourrir sur la main.


Dans les années qui ont suivi, j’ai repris tous les ans l’expérience entre juin et août. Il me fallait chaque fois autant de patience (plusieurs jours) pour qu’une mésange revienne enfin se poser.


Cette année, je n’ai pas pris le temps de refaire l’expérience en juin, j’étais trop pris par les animations dans mon jardin. Comme ma dernière animation a eu lieu avant-hier samedi, je me suis dit que j’allais ressayer mais sans trop y croire (car les jeunes mésanges sont déjà sorties du nid depuis un long moment déjà et il est sans doute bien plus difficile de les attirer maintenant alors qu’elles ont acquis au fil des semaines une certaine méfiance).

Je me suis installé sur mon fauteuil en bois hier matin dimanche (vers 6H15), avec des graines sur mon chapeau et dans les mains. Quelle n’a pas été ma surprise (alors que mon dernier contact datait de l’été précédent) de voir une mésange charbonnière adulte se poser sur ma main en moins de 2 minutes. Dans la matinée, quelques autres mésanges sont venues (4 ou 5 peut-être), uniquement des jeunes de l’année.

Ce matin, à la même heure, tout est reparti de plus belle, et les mésanges sont venues se poser sur ma main (ou mon chapeau) environ 350 fois. Il m’a semblé qu’il y avait 15 ou 20 mésanges différentes qui sont venues se poser (mais il y en a bien plus qui tournent autour de moi et qui n’ont pas encore oser faire le pas), environ moitié-moitié mésanges bleues et mésanges charbonnières, tous des jeunes mis à part l’adulte de charbonnière étant déjà venu hier.

Je vais bien évidemment continuer l’expérience tout l’été et je vous raconterai tout ça à l’automne. Et d’ici là, tous mes amis peuvent passer à l’heure de l’apéro se faire photographier avec les mésanges !

PS – Les deux images de cet article ont été faites en 2012, je n’ai pas encore pris le temps d’en refaire.

Le paillage au jardin : oui mais …

Malgré un début d’année très sec, la saison au jardin s’annonce plutôt bien (« exceptionnelle » disent même les jardiniers de mon entourage, mais il faut rester prudent dans les prévisions, la sécheresse et la canicule peuvent ruiner bien des espoirs, tout est très fragile et provisoire dans la situation actuelle).

Année après année, les jardiniers de notre jardin partagé (on est une dizaine à faire du jardin dans le même lieu, 29 lignes de 65 m de long) sont tous devenus adeptes du travail de la terre. Les autres, ceux qui pensaient qu’il suffisait de semer puis de regarder pousser les légumes ont tous déserté les lieux. De fait, le jardin cette année, malgré les aléas météo excessifs, a de la gueule ! Voir les photos des deux bouts du jardin, faites ce soir.

Dans ce nouvel article consacré au jardin, je voudrais reparler du paillage permanent de la terre, même si je connais de moins en moins de personnes qui pratiquent cette méthode (je vois surtout des gens qui arrêtent cette pratique). On en parle souvent comme étant quelque chose de nouveau, or le fait de pailler est une méthode utilisée par les jardiniers depuis des siècles (mais évidemment moins qu’aujourd’hui, on ne l’utilisait qu’en cas de fortes chaleurs et sans doute que nos Anciens, s’ils vivaient aujourd’hui, l’utiliseraient un peu plus). Quand je dis « paillage », ce n’est pas nécessairement avec de la paille (cela peut-être toutes sortes de végétaux verts ou secs  : tonte de gazon, BRF, foin, épluchures …) mais « paillage » est le mot consacré, je l’utiliserai donc souvent dans cet article.

Je pense que le principe n° 1 du jardinage n’est pas la couverture du sol mais le fait d’avoir absolument un sol meuble et aéré (pour que les racines progressent vite et pour que la circulation de l’humidité soit rapide). Peu importe comment on y arrive. Si on peut avoir un sol meuble par le simple travail de la terre, bravo ! Et si on peut l’obtenir par le paillage (ce que je ne sais pas faire), bravo aussi, mais c’est plus compliqué tout de même et peu de personnes y arrivent vraiment (je me souviens que lors d’une visite d’un jardin permacole dans lequel il y avait une production très faible de légumes, j’étais allé discrètement regarder sous le paillis, c’était dur comme du béton). Pailler ne signifie pas forcément avoir un sol meuble, loin de là !

Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises sur ce blog : alors que les changements climatiques nous obligent à nous adapter en permanence (une année trop chaude et sèche, une autre trop pluvieuse …), on cherche à nous enfermer dans une méthode de jardinage unique, celle en dehors de laquelle il n’y aurait point de salut. Et le paillage serait la solution à tous les maux du jardinier.

Oui mais …

1 – Première remarque : L’argument « biodiversité des adeptes du paillage » ne tient pas. Ceux qui pratiquent cette méthode utilisent leur gazon pour couvrir le sol de leur potager alors qu’ils pourraient laisser leur pelouse aux sauterelles et aux grillons. Ils broient les végétaux de leur haie au lieu de laisser celle-ci aux oiseaux. Combien d’orvets, de couleuvres, d’escargots de Bourgogne, de carabes, …  reste-t-il dans ce type de jardin ? J’ai un ami qui est arboriculteur en Belgique (Cédrock, et qui intervient de temps en temps sur ce blog) et qui plante chaque hiver des milliers d’arbres fruitiers. Il tient un discours que j’aime bien et dit facilement aux gens un truc du genre « si votre objectif principal est la biodiversité, ne faites pas un verger, plantez plutôt des buissons, laissez votre terrain en friche. Plantez un verger avant tout pour la production de fruits et évidemment ça servira aussi un peu à quelques espèces … ». Pour le jardin c’est un peu la même chose, la biodiversité, à l’échelle d’un terrain dont on dispose, ça se gère de plein de manières différentes et, dans tous les cas de figure, la partie potagère ne sera jamais la partie de votre espace la plus riche en biodiversité, gèrez plutôt les à-côtés du jardin (friche, grandes herbes, tas de branchages …) et faites du mieux que possible malgré tout pour la partie potagère.

2 – Dans certaines régions comme la Franche-Comté, les terres sont froides au printemps et se réchauffent lentement. Le paillage retarde encore le réchauffement du sol et la production de légumes n’en sera que plus tardive. Dans ces régions-là (et sans doute toute la moitié nord de la France + toutes les zones montagneuses de la moitié sud), le paillage ne peut-être qu’occasionnel et surtout pas permanent.

3 – Il est impossible de pailler un sol de type « terre battante », la terre devient très vite dure comme du ciment et les légumes vont s’étioler, faute de pouvoir se développer harmonieusement (exemple du sol limono-sablo-agileux que j’ai dans mon jardin et qui doit être travaillé constamment).

4 – Les végétaux (verts ou secs) que l’on met sur le sol pour effectuer le paillage consomment de l’azote en se décomposant (avant de le restituer plus tard). Les sols qui ont ce type de couverture sont donc bien souvent carencés en azote et les légumes auront bien souvent des feuilles qui tirent sur le jaune. Il faut souvent plusieurs années (le temps que le roulement entre matière organique fraîche et éléments nutritifs disponibles se fasse) pour arriver à un équilibre. Tous ceux qui se mettent à pailler ne savent pas qu’ils devront passer par des années difficiles (sol carencé en azote) avant de voir le résultat de leur action.

5 – Lorsqu’il ne pleut que quelques mm d’eau (ce qui est souvent le cas) le paillage empêche la pluie d’atteindre le sol, alors que dans un sol nu, bien travaillé, la moindre goutte d’eau sert à humidifier le sol. Et si, malgré le paillage, la pluie pénètre jusqu’au sol, celui-ci est effectivement maintenu humide grâce au paillage, c’est un avantage certain mais c’est aussi un très gros inconvénient : les racines vont alors rester en surface alors qu’au contraire la plante doit souffrir, aller chercher l’humidité en profondeur et développer un système racinaire qui lui permettra ensuite de résister à la sécheresse. Les jardiniers qui utilisent le paillage en sont réduits au final à utiliser bien plus d’eau qu’un autre jardinier (c’est pourtant l’inverse de l’objectif à atteindre) car les plantes qui n’ont pas de système racinaire bien développé ont besoin qu’on leur apporte de l’eau.

6 – Le paillage limite considérablement l’accès de la plante aux éléments nutritifs du sol. Je m’explique. Le volume des racines, c’est grosso modo une sphère. Le volume d’une sphère évolue au cube, c’est à dire que si l’on double le diamètre de la sphère, le volume est multiplié par 8. Un système racinaire qui a seulement 30 cm de diamètre (parce qu’on maintient l’humidité en surface grâce au paillage) bénéficie d’un certain volume de terre. Celui qui a 60 cm de diamètre (parce qu’il doit aller chercher l’humidité en profondeur) bénéficie d’un volume de terre 8 fois supérieur, c’est à dire qu’il puise dans le sol 8 fois plus d’éléments indispensables à sa croissance (azote, acide phosphorique, potasse … les fameux NPK) mais aussi 8 fois plus d’éléments lui permettant d’être en bonne santé et de lutter contre les maladies (minéraux, oligoéléments …). Personne ne parle de cela, aucun écrit sur le sujet, c’est pourtant évident, non !?!

7 – Le paillage favorise le développement inconsidéré des limaces. Un excès de limaces est inconstestablement un signe de déséquilibre du jardin.

8 – Le paillage, en maintenant une certaine humidité en surface, favorise toutes les maladies cryptogamiques, les deux principales étant le mildiou et l’oïdium.

9 – Contrairement à tout ce qui peut être dit, la technique du paillage et de son entretien prend beaucoup plus de temps que le simple travail de la terre à la serfouette. D’ailleurs, tous ceux qui pratiquent le paillage permanent du jardin, dépensent tellement d’énergie à cela qu’ils n’arrivent jamais à faire un jardin de taille normale, c’est toujours riquiqui, d’une taille insuffisante pour subvenir aux besoins d’une famille. Et le paillage n’empêche pas vraiment les « mauvaises herbes » de pousser (d’ailleurs dans les vidéos sur le paillage, on nous explique qu’on garde les herbes adventices … sauf que sur les images on voit toujours ces plantes adventices au stade « jeune », jamais au stade « graines », ce qui veut dire qu’en fait on a arraché les plantes au fur et à mesure de leur croissance, on n’a gardé les jeunes « mauvaises herbes » que pour le decorum de la vidéo).

10 – Les végétaux qui servent à pailler, on les prend où ? Evidemment si c’est pour avoir un jardin de 10m2, oui on peut, mais si on a un jardin de taille moyenne (ne serait-ce qu’1 ou 2 ares) on fait comment ?

11 – Le paillage empêcherait le travail fastidieux de la terre, c’est ce qui est écrit partout. Je ne comprends pas cet argument. Tous les jardiniers que je connais travaillent leur terre par plaisir et aucun ne considère le jardinage comme un travail. Les jardiniers qui trouvent que désherbage et travail de la terre sont fastidieux ont intérêt à vite changer de métier et à retourner devant leur écran (en mettant en fond d’écran une belle photo de jardin d’autrefois).

Je ne voudrais pas que mon texte sur le paillage soit considéré comme un plaidoyer anti-permaculture. Je suis à fond « anti-permaculture » mais si je suis contre cette « escroquerie des temps modernes », c’est pour bien d’autres raisons (des raisons de fond) bien plus importantes que le simple problème du paillage et sans doute que j’en parlerai un jour. Et surtout il faut bien comprendre que je fais le distinguo entre le paillage occasionnel du sol (que l’on pratique en été en période extrême – à partir d’août surtout – et qui a beaucoup d’avantages) et la couverture permanente du sol qui possède tellement d’inconvénients qu’elle ne peut être considérée comme la panacée universelle qu’on essaie de nous vendre à tous prix dans les livres d’aujourd’hui.

Alors, revenons à nos Anciens, paillons notre sol lorsque les conditions météos deviennent trop dures mais jamais avant le plein été, il faut toujours attendre d’avoir des plantes aux racines fortement développées. Cette méthode de paillage, uniquement lorsque cela devient nécessaire, est quelque chose d’efficace (on paille, on arrose abondamment et on ne touche plus à rien pendant plusieurs semaines).

Le problème avec le paillage permanent, c’est que l’on donne cette méthode en pâture à de jeunes jardiniers en herbe qui ne connaissent rien au cycle du carbone, aux types de terre, à la physiologie des plantes, aux maladies cryptogamiques … et qui se cassent le nez assez vite sur cette méthode (parce qu’ils ne savent rien des inconvénients cités ci-dessus). Alors, plutôt que de se pencher sur d’autres méthodes possibles, un jour ils arrêtent le jardinage (le concept de permaculture date de 1978, impossible de trouver quelqu’un qui ait pratiqué la méthode avant 2000 et qui la continue encore). Quel gâchis !

Je réfléchis à l’idée d’écrire un livre qui pourrait s’intituler « permarnaqu’culture ». A voir, si, vu mon âge avancé, j’arriverai au bout de ce projet … !

En tous les cas, la crise alimentaire majeure qui se profile au niveau de la planète (on a plein de signes avant-coureurs) va sans doute remettre en valeur nos techniques de jardinage ancestrales, basées sur un principe qui finalement a toujours bien fonctionné : l’huile de coude !

 

Le sens caché des mots ?

Il y a quelques semaines, j’ai proposé sur ce blog de regarder en replay la vidéo de l’émission « La Grande Librairie » avec Sylvain Tesson.

J’avais été très très intrigué par le passage où il parle des anagrammes. Si vous regardez de nouveau la vidéo (voir ce lien), vous retrouverez l’échange entre Sylvain Tesson et François Busnel au minutage 1H17’25 ». Je pense qu’il est intéressant que vous alliez revoir ce passage, ça ne dure que quelques minutes.

Les mots ont-ils un sens caché ? Les anagrammes ont-ils le pouvoir de les dévoiler ? Jusqu’à présent, j’aurais dit non (pensant que les anagrammes ne sont – au même titre que les contrepèteries – qu’un exercice purement cérébral). Mais les propos de Sylvain Tesson qui parle de Jacques Perry-Salkow ont insinué un profond doute en moi.

Alors j’ai acheté le livre d’Etienne Klein et de Jacques Perry-Salkow qui s’appelle « Anagrammes renversantes » (paru en 2011) et j’ai été subjugué par les exemples donnés. Je vous en donne trois, j’en donnerai sans doute d’autres dans les commentaires :
– Albert Einstein : Rien n’est établi
– La vérité : Relative
– La gravitation universelle : Loi vitale régnant sur la vie

Et le plus étonnant, qui m’a énormément troublé :
– Marie-Antoinette d’Autriche : Reine, ta tête a dû choir matin

Un livre fabuleux qui interroge forcément !

La différence entre l’Homme et les autres espèces ?

Qu’est-ce qui différencie l’Homme des autres espèces ?
Certaines personnes vous diront que c’est l’intelligence (ouais, bof bof, au vu des connaissances actuelles, c’est pas si sûr que ça !)
D’autres vous diront que c’est le rire (« le rire est le propre de l’Homme »).
Certains vous diront que c’est l’Art (ça, ça me plait infiniment plus).
Je vous donne mon propre point de vue (et je pense que ça mérite débat sur ce blog)  : « L’Homme est la seule espèce de la planète qui contient en elle-même les germes de sa propre destruction ».

L’oeil du milan royal

J’accélère un peu le rythme de parution de mes articles car au début juillet je ferai une pause estivale sur le blog (jusqu’en septembre) et j’ai des tonnes de trucs que j’aurais envie de dire d’ici là (mais de toute façon je n’aurai pas le temps).
Mon dernier article d’avant la pause parlera de ce que je vis en ce moment à mon poste de nourrissage pour rapaces. Voici juste, en préambule de ce prochain article, une image de bisbille entre milan noir et milan royal pour vous donner l’eau à la bouche (cliquer sur l’image pour l’agrandir).


C’est tellement incroyable ce que je vis avec ces rapaces que j’ai fait un millier de photos en trois jours. 90% de ces photos sont à jeter à la poubelle, 10% sont correctes, le 1% restant a quand même de la gueule !!! A suivre donc …

La crise ça rend zen !

Il y a plein de sujets dans l’actualité qui me hérissent et souvent, comme le dit l’expression : « la moutarde me monte au nez ».
Mais avec ce début de crise alimentaire mondiale où de plus en plus de produits sont manquants en magasins, le fait qu’il n’y ait plus de pots de moutardes en rayon m’a rendu forcément plus zen !
La crise, ça a du bon, non ?

Bon, c’est bien parce que mon prochain article n’est pas encore terminé que j’ai pondu cette connerie … ! On peut pas être bon tous les jours hein !?!

« Les hommes sont comme des arbres … »

Il y a très longtemps, en 2006, j’avais écrit un article qui parlait des expressions liées aux fruits et légumes. Cet article, qui était le fruit d’un travail collectif fait par les lecteurs de ce blog, parlait de la signification (parfois coquine) des expressions (exemple : aller aux asperges = faire le trottoir).

Un livre, fort intéressant et paru l’an passé, donne de grandes précisions sur l’origine précise de ces expressions. Alors, si vous avez envie de savoir pourquoi on dit « toucher du bois », « beurré comme un coing », « s’occuper de ses oignons », « tomber dans les pommes », ce livre est peut-être pour vous.

A noter que l’auteur, loin de se satisfaire de l’histoire ancienne, fait souvent référence à des textes plus récents (exemple : « L’homme à tête de chou » de Gainsbourg, « La course à l’échalote » de Zidi), parfois humoristiques.

Et je ne résiste pas à vous livrer cette citation de Pierre Dac, trouvée dans ce livre, qui va vous faire rire (enfin, plus les filles que les mecs je crois …) : « Les hommes sont comme des arbres : avec l’âge ils deviennent durs de la feuille et mous de la branche »

Poil Ueda

Quand le rock alternaif français le plus percutant s’allie au chant vocal traditionnel japonais, ça déménage !!!

Problèmes d’hybridation au jardin (1)

Nana a lancé une discussion sur les risques d’hybridation chez la tomate, l’aubergine et le haricot.

On est persuadé que ces trois plantes sont autogames, c’est à dire en autofécondation et qu’elles s’autopollinisent (au contraire d’autres plantes, notamment les cucurbitacées, qui sont allogames et qui sont en mode de fécondation croisée, c’est à dire qu’elles se fécondent avec du pollen venant d’une autre plante).

La réalité n’est pas si simple que ça, chez les plantes dites autogames, l’autofécondation n’est pas certaine à 100%, il y a un pourcentage faible (de l’ordre de 1 à 5% selon les espèces) de plantes qui sont néanmoins fécondées par du pollen extérieur (amené par les insectes pollinisateurs ou parfois par le vent). Et chez les autres plantes, dites allogames, il arrive souvent que la fleur soit pollinisée par du pollen venant d’une fleur du même pied.

Je vais prendre pour ce premier article l’exemple de la tomate, celui que je connais le mieux.


Le risque d’hybridation chez la tomate est très faible, et jusqu’à présent je ne constatais rien d’anormal dans mon jardin, même pour des variétés que je cultive depuis 40 ans. Mais depuis deux ou trois ans, certaines variétés ne sont plus conformes au type et sont même devenues d’un seul coup franchement différentes de ce qu’elles étaient. Tous mes amis jardiniers constatent ce problème, alors que jusqu’à présent il n’y avait aucun problème.

Voici un essai d’explication.

Si les tomates son considérées comme autogames, c’est parce que la fleur s’autoféconde avant qu’elle ne s’ouvre. Des insectes chargés de pollen auront beau venir visiter ensuite la fleur, ils arrivent presque toujours trop tard. Mais on assiste à un phénomène nouveau lié aux changements climatiques : la chaleur excessive stérilise le pollen, en général lorsqu’il fait 35°C. Et cette température de 35°C, on l’atteint maintenant très souvent. La fleur s’ouvre alors qu’elle n’a pas pu être fécondée par son propre pollen.


Deux cas de figure se présentent alors.

Premier cas de figure : la fleur non fécondée avorte et on voit bien que c’est souvent le cas car il arrive maintenant souvent qu’un bouquet de 7-8 fleurs ne donne au final que 2 ou 3 fruits maximum.

Deuxième cas de figure : la fleur non fécondée s’ouvre et des insectes arrivent à y déposer du pollen extérieur, pollen qui vient de fleurs qui étaient en situation plus protégée (plus fraîche, par exemple du côté nord d’un pied de tomate) et dont le pollen n’a pas été stérilisé par la chaleur. Il y a donc alors fécondation croisée et si l’année suivante on sème les graines des fruits hybridés, on constate de grosses surprises.

La tomate considérée jusqu’à maintenant comme plante autogame (autofécondation) est donc en train de devenir partiellement allogame (fécondation croisée).

Il y a peut-être une autre raison, plus compliquée. J’en parlerai dans un autre article.

La Grande Librairie avec Sylvain Tesson

Je ne regarde jamais la télé, à tel point que je n’ai pas vu un seul journal télévisé depuis le siècle dernier (bien que je m’intéresse plutôt beaucoup à l’actualité, je n’aime que la presse écrite car ça va infiniment plus vite pour s’approprier les choses!). Mais, les rares fois où je la regarde, c’est parce que Dan et Dom m’envoient un mail du genre « ce soir émission Trenet sur Arte » ou « Camille Kouchner à la Grande Librairie ». Donc trois ou quatre fois par an, grâce à Dan et Dom (ou à cause d’eux !) j’allume la télévision (ça me convient bien de la regarder de temps en temps, ça me convient très très bien de ne pas la regarder le reste du temps).

Et cette semaine, ce fut à nouveau la Grande Librairie, émission d’une rare intelligence (grâce à François Busnel), qui nous proposait un dialogue, axé notamment sur la mort, avec Sylvain Tesson. Evidemment, comme à chaque fois, je ne souhaite pas qu’une émission télé, aussi exceptionnelle soit-elle, vienne perturber ma petite vie bien tranquille. Alors cette émission-là, comme les autres, je l’ai regardée en replay les jours suivants (c’est très très pratique !!!).

Sylvain Tesson, je dois le dire, c’est ma grande découverte de l’année ! Ce qu’il a raconté dans la Panthère des neiges m’a bouleversé. Et j’ai été très ému par son histoire personnelle, sa chute, sa gueule fracassée, sa force intérieure qui a permis la résurrection …

Il faut avoir un compte personnel (c’est gratuit) pour revoir l’émission. Si cela vous tente, allez sur ce lien, vous devriez trouver facilement :

https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-14/3342676-emission-speciale-sylvain-tesson.html

Belle semaine à vous tous !

Et si on disait plutôt …

Dans un commentaire datant d’il y a un mois, Christophe a écrit « Je ne compte pas les deux milans car ils nichent à proximité et j’habite sur leurs territoires de chasse ».
Eh oui, si au lieu de se dire « j’ai tel ou tel oiseau autour de ma maison » (sous-entendu « ils habitent chez moi »), on se disait au contraire que finalement c’est nous qui sommes chez eux, ça changerait un peu les choses, non. Et sans doute que notre rapport à la nature en serait complètement modifié …

La Grande Farce

Ce blog est en congés (cela m’arrive souvent pendant les vacances scolaires) et le prochain article sera mis en ligne le lundi 2 mai.

J’ai souvent eu envie d’écrire quelque chose sur Pâques, non pas que je sois très sensible au côté religieux de certaines fêtes, mais par le fait que ces fêtes coïncident aussi à des moments précis du rythme annuel de la nature : l’inversion des saisons à Noël, l’entrée en hibernation de la nature à la Toussaint, le renouveau printanier à Pâques (mot qui d’ailleurs a pour sens « passage »), …

Cela dit, même si ces trucs cathos, j’en ai soupé un peu plus qu’à mon gré dans mon enfance, je sais aussi que, d’un point de vue musical, beaucoup d’oeuvres sacrées sont les plus belles oeuvres musicales que l’on puisse entendre. Par exemple, en ce qui concerne Pâques, je dois beaucoup de mes émotions à certaines oeuvres que j’ai écoutées des centaines de fois : le Stabat Mater de Pergolèse, la Passion selon St Matthieu de Bach, Les leçons de Ténèbres de François Couperin, Les Septs Dernières Paroles du Christ de Joseph Haydn …

Justement, à propos des dernières paroles du Christ mises en musique de plusieurs manières par Haydn (une version orchestrale, puis une version chantée, puis une version pour quatuor à cordes), il me semble intéressant de vous présenter « La Grande Farce » de Leny Escudero (oui, je sais, j’en ai déjà parlé sur ce blog en 2015 … mais j’en arrive à l’âge où l’on commence à se répéter, alors j’ai des excuses).

Ecoutez, c’est vraiment un contrepoint indispensable à toutes les choses qu’on a pu écrire (ou chanter) sur le sujet. J’ai hésité entre deux versions que voici. Elles sont très fortes toutes les deux.

Evidemment, le titre « la grande farce » pourrait faire penser à la situation politique (du type « la peste ou le cholera ») qu’on vit en ce moment. Mais promis, ce n’est qu’un hasard …

Résultats du premier tour

Le service politique du blogadupdup vous transmet les résultats du premier tour de l’élection présidentielle :
– Macron : 28%
– Abstention : 26%
– Le Pen : 23%
– Mélenchon : 21%

Le second tour opposera donc Macron et Abstention.

Les oiseaux de l’hiver

Comme je l’ai souvent dit sur ce blog, le nourrissage des oiseaux, à partir du moment où il a été commencé, doit durer absolument jusqu’en avril, le début du printemps étant une période difficile pour les espèces granivores (verdiers, chardonnerets …) car il n’y a quasiment aucune graine disponible dans la nature avant celles des pissenlits. En ce moment, Christophe me le disait hier soir au téléphone, il y a encore beaucoup d’oiseaux au poste de nourrissage (encore 25 gros-becs ce matin devant « ma cabane ») mais la saison tire à sa fin. Le temps donc de faire un bilan.

J’ai deux poste de nourrissage, l’un qui a été très peu fréquenté (à part une grosse bande de 70 tarins), l’autre au contraire qui a reçu la visite de 32 espèces (31 espèces d’oiseaux + un mammifère), ce qui est exceptionnel pour moi (mes critères après 45 années de nourrissage d’oiseaux en hiver : 10 espèces les mauvaises années, 15 en année moyenne, 20 les bonnes années, 25 les années exceptionnelles). Il faut dire que le fait de nourrir aussi avec des déchets de viande attire 5 espèces d’oiseaux que la plupart des gens n’ont pas.

Voici ces espèces, par ordre d’arrivée au poste de nourrissage (« par ordre d’arrivée », ce qui explique le côté un peu décousu de l’article). Je n’ai pas noté les oiseaux qui sont venus et qui n’ont rien consommé, exemple du troglodyte ou de la grive musicienne qui ne font pas partie de ma liste mais qui ont fait malgré tout une apparition à mon poste de nourrissage.

Mésange charbonnière (peu abondante en début d’hiver, très nombreuses en fin de période)

Mésange bleue (de moins en moins nombreuses au fil des semaines qui passaient)

Mésange nonnette (abondance exceptionnelle en début de période, diminution rapide à partir de février)

Sittelle torchepot (un couple tout l’hiver)

Rouge-gorge (én général un seul, disparition au 15 mars)

Verdier d’Europe (deux ou trois seulement, une dizaine pendant quelques jours en mars)

Pinson des arbres (très abondant, jusqu’à 35, encore très présent en avril)

Pic épeiche (un mâle en début de période, une femelle toute la saison jusqu’au début avril, encore présente hier)

Merle noir (onze maximum en janvier, disparition dès février)

Pie bavarde (7 en janvier, peu nombreuses le reste du temps)

Geai des chênes (un seul pendant tout l’hiver)

Buse variable (une buse très habituée venant tous les jours, trois autres plus occasionnelles)

Héron cendré (présent tout l’hiver, une ou deux fois par semaine)

Gros-bec (un vingtaine en permanence, jusqu’à 40 en mars)

Chardonneret (très peu, 2 maximum)

Moineau domestique (un couple)

Ecureuil (un seul en début de période)

Accenteur mouchet (un seul tout l’hiver, encore présent en avril)

Corneille noire (2 seulement, absentes depuis février)

Grand corbeau (l’observation la plus extraordinaire à mon poste de nourrissage, jusqu’à 7, mais ont disparu fin février)

Epervier d’Europe (une femelle, attaques régulières sur les petits passereaux)

Milan royal (trois maximum, dès le 13 janvier soit un mois plus tôt que d’habitude)

Grive litorne (une seule le 18 janvier)

Bruant jaune (dès le 21 janvier, jusqu’à 15 au début avril)

Faisan de Colchide (un couple)

Pinson du nord (45 en mars, encore présent ce jour)

Etourneau (un seul le 21 février)

Tarin des aulnes (70 fin mars, encore un ou deux actuellement)

Milan noir (4 maximum, première observation le 14 mars)

Pigeon ramier (un seul en fin de période, ne vient qu’en fin de journée)

Serin cini (6 ou 7, première arrivée le 24 mars)

Tourterelle turque (la dernière arrivée, présente depuis le début avril)

Et chez vous ?