Le poids des mots

Le choix des mots est important. Certains journalistes utilisent des adjectifs qui sont lourds de signification. Ainsi, quelques-uns de ces gratte-papiers, dont ceux du Monde, nous parlent actuellement « d’extrême-droite radicale » (pour qualifier la réunion qui s’est tenue il y a quinze jours à Paris entre catholiques traditionnalistes, racialistes et autres illuminés de la mouvance facho).

Cet adjectif de radical laisserait à penser qu’il existerait une autre extrême-droite plus ordinaire, presque normale et presque respectable. En un mot » acceptable ». Et ça, ça ne l’est pas !

Je ne sais pas quelle attitude il faut adopter face au parti extrémisme. J’avais été très sensible aux arguments défendus ici sur ce blog qui affirmaient que plus on diabolisait ce parti, plus on favorise sa montée en puissance. J’en conviens. Du bout des lèvres, mais j’en conviens. Mais en même temps, les idées extrémistes se propagent aussi rapidement quand on respectabilise le discours du FN. Ce parti joue sur deux tableaux a priori opposés. La stratégie est double. Voire triple car les idées extrémistes se propagent aussi de manière rampante et insidieuse.

Et ne venez pas me dire que la forte baisse du FN lors des dernières élections est un bon signe. Il y a juste des idées extrémistes qui ont fortement imprégné tous les discours ambiants.

J’avoue que je suis plutôt désorienté.

53 réflexions au sujet de “Le poids des mots”

  1. Vincent, cet article devrait te combler car tu viens juste d’écrire dans un commentaire :

    « Puisqu’on se connaît mieux maintenant, Bernard, relance donc nous un peu – pour voir ! – sur sujets moins consensuels que l’amour, l’oecuménisme musical et le refus de la guerre. Par exemple, je ne sais pas moi… heu… la politique, la climat, les OGM, etc… Si ça ne marche toujours pas, pas de souci, on revient tous là faire de la musique (« stratégie Bonobo ») ».

    A voir donc.

  2. Ouaip… sûrement que des extrémistes bien étiquetés permettaient une meilleure identification d’une polarité alors réelle, époque à laquelle se rattachaient aussi des valeurs fortement argumentées à droite comme à gauche.
    Tout cela semble déjà bien loin tant la pensée politique devient confusément économique, le désarroi patent et les craintes fondées.
    Toute notre société semble bien perdue dans ses valeurs, ses décisions.
    Ainsi, peu à peu, les journalistes comme bien d’autres « istes » ne savent-ils plus de quoi ils parlent, se gargarisent-ils de mots et ne savent même plus constater leurs graves dérives.

    Mais il me semble que ça et là des idées se frayent un chemin et grandissent.
    Des saumons remontaient bien les cours d’eau…

    J’ai encore constaté dimanche lors du colloque de la LPO de Franche-Comté à quel point une nouvelle génération prenait place. Elle parle mieux, elle parvient à se faire entendre, elle est déjà pleine de sagesse et les femmes y sont enfin représentées. J’ai longtemps eu peur de devenir un homme parmi tant d’autres dans la nature, loin de mon nid mais sans cane à pêche ni fusil… je craignais ainsi n’être qu’un simple consommateur de nature…

    Mais il me semble bien que la politique d’en-bas se fait chaque jour meilleure… et que ceux d’en-haut devraient en prendre de la graine… bio !

  3. Heu… Finalement, j’crois qu’j’vais attendre qu’on s’connaisse encore un peu mieux avant d’oser dire le peu que je pense sur le FN (sans craindre de « pourrir » à nouveau l’ambiance du blog).

    Mais – a priori – d’accord avec Christophe pour penser que nous vivons une période de transition un peu floue, que les anciennes polarités bougent et que les nouvelles générations vont sans aucun doute nous dérouter (et pas forcément « désagréablement »).

  4. Puisque rien ne bouge ici, finalement, tant pis, j’me lance :

    On peut ne pas être d’accord avec les réponses du FN (voire même avec les questions qu’il pose), on peut ne pas vouloir oublier d’où il vient, avec qui il a « fricotté », la personnalité, l’histoire et les zones d’ombre de son leader charismatique, etc… mais on ne doit pas négliger, à mon sens, que près de 20% de la population a pu en toute conscience (et pourrait peut-être encore) lui donner sa voix. Ni, surtout (si je ne m’abuse) que la majeure partie de son électorat est dans la « classe ouvrière » qui s’est raliée à lui après avoir déserté un PC et une gauche qui n’ont pas su prendre en compte ses angoisses et ambitions.

    Je suis pour ma part fondamentalement incapable de penser que ses électeurs sont des « fachos » ou des « salauds ». Et même si on arrivait à me le prouver, je ne saurais me résoudre à l’idée qu’il seraient condamnés à le rester.

    L’indignation, le mépris, le moralisme, pour moi n’avancent à rien. Ils ne font même qu’aggraver le dangereux fossé qui sépare les gens et les empêche de plus en plus de discuter sereinement quand ils ne sont pas d’accord (ce qui est pourtant le fondement indispensable à toute démocratie)

    En démocrate militant donc, je défends donc farouchement le dialogue (argumenté) avec les gens du FN… même si ce n’est pas toujours de tout repos !

    (Y’a pas de raison, j’le fait bien avec les écolos ! ;-) )

  5. Quel est le plus « extrémiste » (démocratiquement parlant), celui qui défend des idées discutables (voire immorales), ou celui qui refuse de discuter ?

  6. Si j’ai bien compris Vincent, il défend le dialogue avec les gens du FN, comme il le fait avec les écolos . J’aime bien le parallèle … chassez le naturel il revient au galop!!
    PS : sans intention de nuire, Vincent!

  7. Juste pour détendre un peu l’atmosphère :
    Savez-vous qu’un nouveau parti est en train de naître en France ?
    Il va s’appeler le PSG.
    Parti socialiste de Gauche.

  8. zen, Brind’paille… respire un coup et lis sans préjugés ce qu’écrit Vincent. Qu’est-ce que tu trouves de si discutable là-dedans ?
    Le fait qu’il soit favorable à une discussion avec le FN ? Tout d’abord, si on se base sur le corps de son argumentation, c’est plutôt avec les électeurs du FN qu’il propose d’avoir une discussion (bien que ça n’exclue pas pour autant une discussion avec le parti lui-même); et si j’ai bien compris, c’est avant tout pour comprendre ce qui leur rend le discours FN si séduisant : écouter, comprendre le point de vue de gens qui n’ont pas les mêmes idées, intégrer les informations qu’ils peuvent donner, les digérer, puis (et seulement à l’issue cet exercice) les confronter au nôtre de point de vue, mais avec une véritale écoute comme fondement à la discussion… Je ne vois rien là de blâmable, bien au contraire. Je regrette même d’en être incapable parce que je suis colérique, butée, et prompte à sauter à la gorge des gens dont les propos me choquent (ce qui ne fait avancer personne, bien au contraire et j’en suis bien honteuse). Je trouve donc plutôt réjouissant que quelqu’un soit suffisamment souple, bienveillant et patient pour proposer de le faire !
    Ou bien est-ce le fait qu’il ait fait un parallèle entre FN et écolos ?
    Mais, les écolos n’ont-ils pas bien souvent eux aussi un discours extrémiste ? Certes, il est plutôt motivé par de bonnes intentions, et je suis la première à me réjouir de la place de plus en plus grande que prend l’écologie dans les programmes politiques et dans nos vies, mais quand par exemple on propose de taxer les gens dont les voitures sont trop polluantes, on oublie souvent que c’est parce que ces voitures sont trop vieilles, pourries, déglinguées, et que les gens ne les utilisent pas par choix mais plutôt parce qu’ils n’ont pas les moyens de s’en offrir de plus performantes et moins polluantes. Avec cette taxe initiée par Nicolas Hulot : d’une part, on augmente encore leurs dépenses et d’autre part, on les stigmatise davantage ( « salauds de pauvres qui polluent »). Ce que je veux dire par là, c’est qu’on choque ou qu’on agresse toujours « quelqu’un » et que si on doit avancer tous ensemble, il faut prendre garde à ne jamais rompre le dialogue. A partir du moment où c’est un principe, il doit être appliqué partout et avec tous. Et ce n’est pas toujours facile…
    S’il est naturel pour Vincent d’écouter et de respecter les gens dont il ne partage pas les idées, eh bien ! sincèrement, chapeau bas ! Pour la plupart d’entre nous, c’est une gymnastique, voire même une torture !

  9. Si le nouveau parti socialiste s’appelle PSG… heu… ça veut dire que la gauche n’est pas près de remporter des victoires électorales, non ?

  10. Le parallèle était un « clin d’oeil », Brind’Paille…
    …mais pt’être pas que… tu as raison, je m’explique :

    Déjà, que la chose soit dite : le hasard de mon parcours m’amène à avoir beaucoup plus d’amis, de sympathie et de valeurs communes du côté des écolos que du FN.

    Ceci dit,
    je suis obligé de constater que ce n’est pas toujours facile de discuter politique avec ces amis, qui ont parfois la tentation, fâcheuse et peu favorable au débat, de se croire l’incarnation de la Raison, du Vrai et du Bien et de mépriser tout opposant en le reléguant parmi les ignorants ou les salauds. Mais (heureusement) pas tous… et pas tout le temps.

    En même temps,
    je ne prétends pas qu’il soit plus facile de discuter avec les électeurs du FN (ou supposés tels) qui ont, eux, il me semble, souvent tendance à aboyer plutôt que de parler (ce qui n’est pas plus favorable au débat). Mais (heureusement) pas tous… et pas tout le temps.

    Cependant,
    ne croyez pas (comme le laisse entendre Oups) que ce soit « naturel » pour moi (comme pour n’importe qui d’autre) de respecter et écouter les gens dont je ne partage pas les idées (et qui m’insultent, m’aboient dessus… et surtout m’énervent en révélant trop souvent la pauvreté des arguments que j’ai à leur opposer). C’est peut-être juste que mon goût de la chose publique (et surtout commune) et mon refus de cautionner la tentation du repli communautaire sont – et presque malgré moi – plus forts que ma crainte du conflit. Ou peut-être autre chose de moins « vertueux » que je n’ose pas m’avouer (et que vous pourriez peut-être m’aider à cerner)

  11. Tu as l’air (de te croire) très fort, Vincent, pour déceler les travers des autres. Mais les tiens, tu les vois, au moins ?

  12. je vais vous faire un aveu : j’ai dans un buffet une bouteille de champagne « Jean-Marie Le Pen », trouvée en vidant la maison de mes grand-parents qui préféraient donner leurs sous au parti qu’à mes enfants (vraiment trop douteux au niveau de la blondeur…).
    Je sais qu’ils votaient Le Pen, et je sais pourquoi, parce que j’ai fait de longues promenades dans la campagne au clair de lune avec mon grand père, un homme très généreux, très « bon » ET très intelligent, et que je l’ai écouté avec un esprit ouvert. Parce que je l’aimais infiniment. Je suis contente d’avoir compris ce qui le faisait soutenir le Front National (à l’époque, j’étais encartée aux jeunesses communistes), pour autant, je n’ai jamais pu accepter ses arguments, ni le faire changer d’avis (mon opinion n’avait aucun poids face à l’histoire de sa vie).

    J’ai cette bouteille depuis 2 ans, et je me demande chez quels hôtes je pourrais bien l’apporter, l’air ingénu, histoire d’observer les réactions…
    Brind’paille, tu m’invites à diner ? ;-) (il paraît qi’il doit être bon !)

  13. Je vais peut-être quand même le faire goûter avant, des fois que ça rende con… (t’es occupée, là, Humeur Badine ? Je peux te faire boire un truc ?)

  14. (nan, mais ça ne te prendra que 5 minutes, c’est juste pour voir si ça te fait aboyer en ténor ou en soprano ) (en Jean-Marie ou en Marine, quoi)
    (vu qu’apparemment tu es le(la) seul(e) encore debout….)

  15. Ah mais oui ! meeeerde, c’est vrai qu’on est passés à l’ère de la France qui se lève tôt !
    Meeerde ! Moi aussi je me lève tôt !!!!

  16. Tester sur moi pour voir si un truc rend con ?
    Comment veux-tu que j’hurle puisque ça signifie que tu penses que je pourrais l’être davantage ?
    (c’est bien pas si courant qu’on pense ça de moi)

  17. Pour recentrer sur ce qui semble être le sujet de départ : la baisse du FN aux dernières élections.

    Quel est l’avenir de ce parti ?
    Beaucoup pensent qu’il ne va pas survivre au départ de son leader (et à la récupération de ses thèmatiques par un UMP décomplexé). Peut-être.

    Je pense, pour ma part, que la création d’Egalité & Réconciliation d’Alain Soral n’est pas une chose anodine (même si les grands médias préfèrent ne pas en parler).

    Si Marine Le Pen (son alliée) prend la succession de son père (ce qui ne semble pas impossible) et si l’extrême gauche ne parvient pas plus à s’unir qu’à construire une alternative crédible (ce qui semble malheureusement bien parti), par un étrange retournement (qui ne sera qu’un « passage du Nord-Ouest » d’un extrême à l’autre), le FN peut très bien devenir le seul grand Parti fédérant les oppositions au libéralisme et bouleversant ainsi toute la donne politique (qui se résumerait dès lors à une opposition FN/PS-UMP).

    N’oublions pas, en effet, que la majeure partie de son électorat est déjà constituée, à l’instar d’Alain Soral qui a fait lors des dernières élections son coming out, de « déçus de la gauche » (ex-communistes, entre autres).

    Faut-il s’en inquiéter ou s’en réjouir n’est pas mon propos. Ne faut-il pas déjà accepter d’envisager le voir venir ?

  18. Quant à mon travers, Humeur badine, c’est peut-être justement ça (qu’on m’a déjà mainte fois reproché ici) : ne pas avoir d’avis globalement sur le fond. Ou plus précisément : n’avoir « au fond » que des soucis « de forme » ! (ce qui peut être, j’en conviens, dérangeant)

  19. Je ne connais pas Soral et compagnie. Tu peux donner plus d’infos ? un lien sur un site concis ?
    En tous cas, je sais que la gauche en avril sera probablement retournée. Si des bastions historiquement « rouges » passent à droite comme on est en train de l’envisager sur le terrain, le national ne saura plus trop sur quoi s’appuyer. En même temps, quand on foire une mayonnaise, ça ne sert à rien de remettre de l’huile et de touiller frénétiquement : il vaut mieux tout jeter, laver le bol et recommencer depuis le début. Ca commence à faire un moment que je pense la même chose de la gauche. J’attends en quelques sortes une explosion qui contraindrait militants et dirigeants des partis de gauche à se poser vraiment les questions, sans souci d’étiquette ou de ligne politique à suivre, en se débarrassant du politiquement correct, et avec plus de pragmatisme.
    Pour revenir à ce que tu disais, Vincent, j’ai le sentiment qu’il n’y aura bientôt plus que des partis de droite, et une flotille de groupuscules de gauche. Et du côté de la droite, même si le FN ne devient pas plus puissant en tant que parti, son idéologie se sera très largement infiltrée, dans l’ump notamment. Evidemment c’est à envisager, et à prévoir. Et pour ce qui est de le combattre, il va falloir commencer par renoncer aux discours convenus, et apprendre à mieux le connaître.

  20. Humeur badine : je ne sais pas si tu es déjà affreusement con(ne) ou juste un peu, voire pas du tout, étant moi-même trop con pour en juger… (en même temps tu n’en mets pas des tartines, hein, alors difficile de se faire une opinion…)

  21. Alain Soral est un écrivaillon qui s’est fait tout d’abord connaître dans les années 80 avec un premier best-seller : Les Mouvements de mode expliqués aux parents. En 1996, il a pondu un étonnant Sociologie du dragueur (le livre sur l’amour et la femme) qui a fait encore un peu parler de lui, mais il est surtout revenu un temps sur le devant de la scène, en 2002, après l’imprévisible succès de Jusqu’où va-t-on descendre ? (Abécédaire de la bêtise ambiante) que j’avais lu à l’époque – je l’avoue – avec délectation.

    C’est un autodidacte érudit, ex-coco, un peu « punk » (ou plutôt « kamikaze »), et plutôt déroutant.

    Il a créé lors de la dernière Présidentielle un micro-événement en annonçant son raliement à Jean-Marie Le Pen (ce que je n’avais personnellement pas vu venir). C’est le premier « gauchiste » (ex-communiste) qui fait ouvertement cet étrange saut. Non pas le premier à le faire (on sait ou croit savoir que l’électorat du FN est constitué de beaucoup de déçus de la gauche issus des classes populaires), mais le premier à ne pas s’en cacher, à le revendiquer même, et le théoriser (de façon éloquente).

    On peut bien sûr considérer que c’est du pur arrivisme, de l’esbrouffe médiatique, et que cela n’a pas plus d’intérêt que ça n’aura de conséquence. Peut-être. Est-il, comme certains le disent, le responsable de la chute du FN, ou sa possibilité de rebond ? Je ne le sais évidemment pas… mais – sans trop savoir pourquoi – ne peut m’empêcher d’avoir envie de « garder un oeil » sur ce qu’il impulse. Ça bouleverse en tout cas vraiment les idées reçues.

    Pour ceux qui veulent se faire une idée (je préviens, ça déroute – donc inquiète, voire énerve – beaucoup), je propose trois liens :

    son « coming out » pendant les élections présidentielles (8 min 40) :
    http://www.youtube.com/watch?v=UvJC8b-B7Q4

    un clip sur la création de son association « Egalité & Réconciliation » (14 min 52) :
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/alain+soral/video/x2cnie_alain-soral-presente-er_events

    son site : http://www.alainsoral.com/

    (Ame sensibles – ou « soupe au lait » – s’abstenir)

    PS : Bernard, si tu juges que ce genre de lien n’a rien à faire sur ton blog, je te laisse évidemment toute liberté de le faire disparaître.

  22. Je suis désolé de n’avoir pas encore pris le temps de consulter les liens ci-dessus (je le ferai) mais une question me brule les lèvres, disons le clavier.

    Soral a effectivement défrayé la chronique par son percours et i est un autra qui me présoccupe. Je veux bien sûr parler de Dieudonné.
    Ces deux là se sont d’ailleurs cotoyés lors de positionnements critiques face aux interventions musclées des Israéliens au Liban sud. Vous connaissez sans doute les provocations de Dieudonné (visite chez les lepénistes, à l’égard des extrémistes israéliens).
    Mon idée est que ce qui ressort de ses spectacles est fin, provocateur certes, mais pas xénophobe. Plus : ses positions provocatrices à l’égard du sionisme auraient justifié une sorte de cabale de la part de la diaspora juive, sans discernement.

    Cela dit, la provocation pouvant rimer avec la complaisance, je me demande si Dieudonné est bien le courageux combattant de l’obscurantisme que je crois, ou si, comme Soral, sa quête et ses rencontres ne constituent pas une dérive, celle qui est dénoncée par des médias… si partisans !

    Sauriez-vous éclairer ma lanterne ?
    Je dois dire que le sujet est épineux, mais parler honnêtement de ce sujet me paraît possible grpace aux contributeurs de ce blog.

  23. Ne pas confondre : Ouh ! Ç’a m’a effectivement brûlé le clavier !
    avec : Oussama pas l’air bien solide ces deux tours là !

    Je relève au moins 8 fautes dans le texte de 19h26 (commence à me les briser menu-menu le Dupdup avec ses stats !).

    Mettez ça sur le compte du froid – j’en revenais – car je suis allé quêté 1 tonne de tournesol pour nos camarades ailés (désolé pour la connotation coco, c’est le rico qui me plaît). La LPO vend le kilo à 1 euro… ça laisse rêveur non ?

    Bon là je m’égare carrément, il faut recoudre : j’ai adoré le côté radical du PSG grâce à Oups ! Que Dieudup me pardonne !

  24. Christophe,

    J’aimerais beaucoup rebondir sur Dieudo, parce que c’ets complexe et confus. J’avoue je suis troublée depuis le début de ses histoires, notamment par des rapports qu’on m’a faits de bastonnades dans le sentier. J’ai besoin de vérifier mes infos, si j’en trouve le temps, et d’y réfléchir un peu… parce que là…. c’est vraiment chaud-bouillant-aïe-mes-doigts, comme sujet.

  25. un petit récap des faits pêché sur communautarisme.net, pour commencer :

    Chronologie de la « polémique Dieudonné » depuis juillet 2003 :

    11 juillet 2003 : Dieudonné est relaxé du délit d’apologie d’acte de terrorisme. Le tribunal correctionnel de Paris a estimé que ses propos sur Ben Laden (« Je préfère le charisme de Ben Laden à celui de George Bush ») ne portaient pas d’appréciation morale.
    Le comédien Dieudonné M’Bala M’Bala, dit « Dieudonné », qui était poursuivi pour apologie d’un acte de terrorisme, a été relaxé vendredi par le tribunal correctionnel de Paris. Il avait déclaré dans le magazine L’Echo des Savanes de février 2002 que Ben Laden avait « réussi à changer les rapports de force et la façon de se battre », et avait ajouté « il est seul contre la plus grande puissance du monde, donc forcément, cela inspire le respect. Je préfère le charisme de Ben Laden à celui de George Bush ».
    Voir sur le site du Nouvel Obs
    .
    6 novembre 2003 : Dieudonné est relaxé par le tribunal correctionnel de Paris, alors qu’il était poursuivi pour provocation à la haine raciale et pour injures raciales à cause de propos tenus dans le magazine Lyon Capitale, le 23 janvier 2002.
    Dieudonné, candidat à l’élection présidentielle, interrogé sur l’antisémitisme, avait tenu des propos qui avaient provoqué la plainte du Consistoire central, de la LICRA et de l’Union des étudiants juifs de France. « Le racisme, avait-il dit, a été inventé par Abraham. Le peuple élu, c’est le début du racisme ». Il ajoutait: « Juifs et musulmans, pour moi, ça n’existe pas. Donc antisémitisme n’existe pas, parce que juif n’existe pas. Ce sont deux notions aussi stupides l’une que l’autre. Personne n’est juif ou alors tout le monde. Je ne comprends rien à cette histoire. Pour moi les juifs, c’est une secte, une escroquerie. C’est une des plus graves parce que c’est la première ».
    Voir sur le site du Nouvel Obs

    1er décembre 2003 : Au cours de l’émission On ne peut pas plaire à tout le monde, consacrée à l’humoriste Jamel Debbouze, Dieudonné déclare « j’encourage les jeunes gens qui nous regardent aujourd’hui dans les cités, pour vous dire, convertissez-vous comme moi, essayez de vous ressaisir, rejoignez l’axe du bien, l’axe américano-sioniste », tend le bras droit à la fin du sketch et crie « Israël !». S’ensuit une polémique spectaculaire.
    Voir la retranscription intégrale du sketch en format PDF

    5 février 2004 : Le spectacle de Dieudonné « Le Divorce de Patrick » à la Bourse du travail de Lyon est interrompu pendant une demi-heure après le jet d’un flacon contenant un produit chimique. Un spectateur -une jeune fille de 13 ans- a été blessé à l’oeil et deux autres ont été incommodés. Le principal suspect, appartenant à l’extrème-droite pro-israélienne, a été relâché à l’issue de sa garde à vue. Les pouvoirs publics et la presse passent sous silence l’incident.
    Voir sur le site du Nouvel Obs

    20 février 2004 : Annulation du spectacle « Le Divorce de Patrick » prévu à l’Olympia, sous la pression de menaces.
    La salle de spectacles parisienne de l’Olympia où Dieudonné devait se produire le 20 février, a reçu quotidiennement plusieurs centaines d’appels -sous forme de télécopies et de coups de téléphone- demandant l’annulation de son spectacle. Cette pétition émane du « Collectif citoyen antiraciste » et comporte notamment les propos suivants : « Dieudonné est raciste et antisémite, il ne doit plus pouvoir déverser sa haine ». « Si le spectacle n’est pas annulé, nous seront tous présents devant l’Olympia le 20 février », écrit le collectif en demandant aux destinataires de la pétition de la diffuser à leur tour.
    Dieudonné se produira néanmoins devant la salle de spectacle devant 1000 à 2000 personnes venues le soutenir.
    Voir sur le site du Nouvel Obs

    7 mai 2004 : Alexandre Moïse, Secrétaire général de la Fédération Sioniste de France, condamné par le tribunal correctionnel de Paris, pour faux messages antisémites Moïse, qui s’était fait connaître pour avoir organisé la campagne d’annulation des spectacles de l’humoriste Dieudonné, accusé d’antisémitisme, a été condamné par le Tribunal correctionnel de Paris à deux mois de prison avec sursis et à une amende de 750 euros, pour dénonciation mensongère : il affirmait être la victime de menaces antisémites, dont il était lui-même l’émetteur. Lire le jugement en format PDF

    26 mai 2004 : Dieudonné est condamné à une peine d’amende de 5.000 euros pour « propos racistes » et « injures raciales » visant les juifs, rapportés dans un entretien paru dans Le Monde en janvier : « La population juive, par exemple, n’aime pas que je dénonce certaines de leurs manipulations médiatiques. Quand ils se plaignent de racisme, il faut arrêter. Il n’y a pas d’antisémitisme en France. En tout cas, ils souffrent moins du racisme que les Blacks et les Rebeus. (…) Pourquoi me traite-t-on d’antisémite si j’affirme publiquement que je ne soutiens pas Tsahal ? (…) Je suis habitué au racisme anti-Noir depuis mon enfance et ce racisme doit être combattu au même titre que l’antisémitisme. Il n’y a pas de hiérarchie dans la souffrance ».
    Voir sur le site du Nouvel Obs

    27 mai 2004 : Le tribunal correctionnel de Paris tranche jugeant que les propos Dieudonné lors de l’émission de Fogiel du 1er décembre 2004 ne présentaient pas un caractère diffamatoire à l’égard des juifs.
    « Il s’avère que le personnage incarné par le prévenu ne représente pas ‘les’ personnes de confession juive dans leur ensemble comme il est dit dans la prévention mais une certaine catégorie de personnes uniquement dans l’expression de leurs idées politiques », a souligné le tribunal dans son jugement.
    Voir sur le site du Nouvel Obs

    30 juin 2004 : La cour d’appel de Paris prononce un arrêt confirmant la relaxe prononcée par le tribunal correctionnel à l’encontre de l’humoriste Dieudonné qui était poursuivi pour avoir déclaré : « les juifs, c’est une secte, une escroquerie, c’est une des plus graves parce que c’est la première ».
    La Licra et le MRAP avaient fait appel de ce jugement du 6 novembre 2003 et poursuivaient Dieudonné pour injure raciale et incitation à la haine raciale.
    Voir sur le site du Nouvel Obs

    2 juillet 2004 : Dieudonné annonce, sur le ton de la demi-plaisanterie, la constitution d’un Conseil représentatif des institutions noires de France, sur le modèle du CRIF. « La République ne fera pas l’économie du communautarisme comme le montre l’exemple du CRIF. S’il n’est pas démantelé, nous serons bien obligés de nous structurer de la même façon ».

    29 août 2004 : Le groupusculaire Parti Kemite (www.partikemite.org) organise un meeting au Théâtre de la Main d’Or, qui appartient à Dieudonné. « Compte tenu de notre politique, seul notre famille (le peuple kémite) y est conviée », proclament les organisateurs. En clair : entrée interdite aux non-noirs.

    28 septembre 2004 : Suite à la diffusion d’un reportage de l’émission Complément d’enquête sur Dieudonné, un groupe composé de 20 à 30 « jeunes » attaque la librairie Au Pays de Cocagne, rue Vieille du Temple à Paris, où l’écrivain et provocateur Alain Soral participait à une séance de dédicaces. Ces jeunes, appartenant selon toute vraisemblance à la Ligue de Défense Juive (LDJ) ou au Bétar, ont mis à sac la librairie après avoir brisé sa vitrine, et agressé les personnes venues se faire dédicacer un livre, faisant six blessés légers. L’enquête était toujours au point mort en février 2005. Voir le détail et le contexte de l’affaire

    29 octobre 2004 : Dieudonné annonce son départ du mouvement Europalestine, animée par Olivia Zemor, qui a réalisé 1,8% des suffrages aux élections européennes en Ile de France en juin 2004.

    11 novembre 2004 : Dieudonné acueille dans son théâtre les juifs ultra-orthodoxes et antisionistes de Neturei Karta. Maria Poumier, compagon de route de Roger Garaudy, et Ginette Skandrani, co-éditrice avec Mohammed Latrèche, président du Parti des musulmans de France, du faux Manifeste judéo-Nazi d’Ariel Sharon, font partie des organisateurs.

    10 décembre 2004 : La cour d’appel de Nîmes relaxe l’humoriste qui avait été condamné en première instance à 5.000 euros d’amende pour « propos racistes » et « injures raciales » visant les juifs dans un article du Monde en janvier reprenant des extraits d’un entretien au magazine musical The Source.
    Voir sur le site du Nouvel Obs

    03 février 2005 : L’écrivain Bernard-Henri Lévy signe dans son bloc-notes hebdomadaire du Point un papier intitulé « Dieudonné, fils de Le Pen » dans lequel il accuse le comique d’avoir tenu des propos antisémites et homophobes lors de sa représentation au Zénith le 29 décembre 2004 devant 5000 spectateurs.
    Voir sur le site du journal Le Point

    16 février 2005 : Dieudonné, en tournée à Alger déclare notamment que la mémoire de la Shoah relève de la « pornographie mémorielle » et déclare que « le sionisme c’est le sida du judaïsme ».
    Le journal en ligne pro-israélien Proche-Orient.info qui est à l’origine du « scoop » consacre un long dossier à la polémique. Proche-Orient.info avait d’abord titré que pour Dieudonné la Shoah était une « pornographie mémorielle », ce qui Dieudonné n’avait pas déclaré.
    Voir le dossier sur Proche-orient.info

    2 mars 2005 : Dieudonné est agressé en Martinique par quatre individus membres ou sympathisants de la Ligue de défense juive. Le tribunal correctionnel de Fort-de-France les a condamnés le 02 avril 2005 à 6 mois de prison dont 1 mois ferme et à un euro symbolique de dommages et intérêts.

  26. j’ai pas encore déduit. C’est toujours très confus. Je ne vais pas pouvoir démêler ça en quelques clics. Le problème, c’est le mode de documentation rapide, qui m’oblige à aller à la pêche sur des sites dont rien ne me garantit qu’ils sont fiables… Mais d’après ce que j’ai trouvé jusque là, il me « semble » (je ne sais pas faire les italiques), que Dieudo fait partie de cette catégorie de gens que j’aime beaucoup : ceux qui risquent le politiquement incorrect, pas par provocation, mais par souci de véracité et d’honnèteté. IL y a aussi,il est vrai, de la provocation dans le cas de Dieudonné, mais c’est plus dû à son métier d’humoriste qu’à une volonté de choquer, je crois. Dans les propos polémiques qui sont souvent cités, il y en a un en particulier qui revient sur tous les sites : « Le racisme a été inventé par Abraham. Le « peuple élu », c’est le début du racisme.  » : Comment contester ça ??? Il récuse l’idée d’un « peuple élu », donc, la notion même de judaïsme. Il va jusqu’à dire : « Pour moi, Juif, ça n’existe pas. ». « Le poids des mots » : il est certes antisioniste et ne le conteste pas, mais pas antisémite. (comment le pourrait-il, puisqu’il considère que les Juifs n’existent pas).
    Dans sa volonté de refuser tous les communautarismes, il s’ets rapproché de toutes sortes d’extrêmes : de Le Pen à Kémi Seba (et là aussi, il faut que je fouille plus, parce que pour autant que je sache, Kémi Séba ets violemment « anti-blanc », donc raciste)….
    enfin, voilà, je n’ai pas encore beaucoup avancé. Pas assez puor répondre à ta question, mais puisque tu l’as posée, j’essaie de commencer à me positionner (pas facile au boulot, en cumulant les mini-récrés)…
    Instinctivement je pencherais pour l’idée d’un Dieudo ni xénophobe, ni antisémite, ni si provocateur que ça finalement. Peut-être juste un peu maladroit dans la forme. Et qui envoie de smessages très confus. Mais ça, ça me semble directement lié à une attitude non partisane, non communautariste : le message est toujours plus contradictoire, moins clair, quand il est sincère, j’ai l’impression. Quand on suit un courant, c’est tout de suite plus pauvre et plus limpide. Non ? Je ne sais pas, je m’interroge à peu près autant qu’au départ et là, faut vraiment qu eje me remette au boulot ! Si je renonce à l’envie d’aller au ciné ce soir, je me replonge dedans…

  27. heu… j’avance pas… trop de contradictions et en plus débat « dynamique » avec fille au pair qui s’énerve avec des histoires de bols verts et d’Abraham qui aurait décidé que le bol vert était rouge… ok, ok…
    Christooooophe ?! t’as pas plus d’infos ?

  28. Non, désolé…
    Il me semble effectivement que Dieudonné appuie là où ça fait mal. C’est probablement une maladresse car la shoah constitue évidemment quelquechose de terrible… mais qui pourrait justifier bien des dérives. C’est tout le problème je crois. Et finalement on en vient à penser que Dieudonné n’est pas maladroit mais courageux en dénonçant des abus (ceux des extrémistes que constituent les pires des sionistes).
    On surfe sur une ambiguité douloureuse et chacun pourra aisément y balancer un bébé avec l’eau du bain.
    Il est peut-être encore trop tôt pour démêler tout ça mais cela me fait penser à la difficulté, par exemple, de dire d’un arabe qu’il est con : pas parcequ’il est arabe mais parce qu’il est con ! L’amalgame entre dénonciation et racisme est ici difficile… et j’utilise le mot dénonciation à dessein : il est encore une fois terriblement connoté.
    Quoi qu’il en soit, je remercie sincèrement tous les juifs et tous les noirs (comme toutes les autres personnes évidemment) dont l’ouverture d’esprit permettra de faire avancer ne serait-ce que d’un poil cette vieille et terrible histoire.
    La notion de discrimination positive me semble porteuse des mêmes ambiguités.

    Désolé Oups de t’avoir fait plancher autant, mais je dois dire que tu es allée plus loin que moi pour obtenir la même cruelle incertitude… il vaut sans doute mieux aller au ciné !
    Tiens, sur ce thème, j’ai bien aimé la fin du film Black Book de Paul Verhoeven (comme tout le film aussi hein !), elle traduit un peu de ce malaise dont le 21ème siècle ne parvient pas à se dégager.
    Shalom !

  29. En tous cas, le malaise est visiblement énorme, puisque personne n’a voulu se prononcer sur le sujet… là, ça me gêne un peu; Je doute que ce soit parce que ça n’intéresse personne, mais plutôt parce que chaque fois qu’on se prononce sur la Shoah, sur le sionisme ou l’antisémitisme, on risque de dire quelque chose de très choquant, donc on préfère garder sa langue pour soi. Je trouve ça dangereux qu’il y ait des sujet qu’on ne puisse pas aborder.

    (et je ne suis pas allée au ciné : le film que je voulais voir ne sort que le 28… (à la place, j’ai fait une boum sur The Cure dans le salon)

  30. Ouaip… j’aimerais aussi d’autres avis, mais comme on est aussi aux limites du show-bizz…
    Dommage en tout cas si Dieudonné devait « sombrer du côté obscur », car je dois dire que certaines de ses provocations me plaisaient bien !
    Et penser que nos seuls philosophes consensuels soient BHL, Finkielkraut, Glücksman et Bruckner me pose un problème… je les trouve trop réactionnaires.

  31. Héééé ! Hoooo ! Ne vous plaignez pas, avec Dieudonné vous êtes au moins parvenus à un dialogue, alors que moi, avec Soral (comme avec Lorenz, soit dit en passant, et d’autres sujets encore), j’ai encore eu l’impression de causer dans le vide !!! ;-)

  32. En plus, t’es pas juste… Oups était intéressée par Lorenz et n’a pas cessé de te relancer (alors que ça gonflait tout le monde)… et puis va donc y jeter un coup d’oeil : en dérivant sur Laborit et la « solution chimique » le débat est lancé !

  33. Mouais… Tu trouves ?… Il est devenu bien molasson ce blog, on dirait que plus personne n’ose « se mouiller » sur rien !

  34. ???

    Il me semble pourtant qu’il y a plus de dialogue que d’habitude. Plus qu’il y a quelques semaines notamment. Mais peut-être est-ce que je me trompe.

    Désolé, mais je n’ai jamais entendu parlé de Soral ou de Dieudonné … et je ne sais rien sur Lorenz non plus.

  35. Personnellement, je n’ai pas eu suffisamment de temps pour bien visiter le site de Soral ou relire Lorenz et lui trouver des contradicteurs de poids… désolée… masi j’envisage une longue période de chômage pour remédier à mes lacunes, promis Vincent !

  36. C’est toi Emilie qui a réalisé ce montage ?
    Tu m’impressionnes.
    Qui parle ? C’est toi ?
    Si c’est le cas, ta voix est sacrément agréable à entendre.
    Il est dommage que je n’ai pas saisi tout ce qui est dit à cause de la musique un peu forte. C’est peut-être parce que j’ai visionné ce montage avec mon miniPC sur lesquel le son est de mauvaise qualité.
    L’allégorie de la caverne de Platon en plus simple :

  37. Moi aussi, j’ai eu du mal à tout suivre et il me semble que la musique devrait être plus en arrière-plan. Mais cela reste du très beau travail.

  38. Merci à tous les deux, oui je sais pour la musique je vais essayer de la remanier mais je suis pas certaine d’y parvenir peut être en baissant déjà sous la vidéo.
    Oui Etincelle c’est ma voix et le montage a été beaucoup de recherche mais j’ai aimé le faire. C’est une analyse personnelle de la vie qui me tenait à cœur et la caverne de Platon s’y prêtait bien comme base.

  39. Ah, « la caverne de Platon », ça vaut bien « les descriptions verdoyantes d’Homère » :smile:

Laisser un commentaire

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: