Kurt Weil, vous connaissez ?

Proposé par Luc de Belgique

En ce qui me concerne, le nom de Kurt Weil est resté dans les ténèbres de mon acculture durant des années. Et pourtant, près de 60 ans après sa mort il m’arrivait de fredonner des petits airs qui lui devaient la vie.

Dans un film de Ernst Bush, la chanson est de Kurt Weil, les paroles de Bertold Brecht. C’est vieux, ça vient de loin, ça va loin. Mesdames et Messieurs, j’ai le plaisir ce jour, de faire en partie revivre sur le blog à Dupdup: L’opéra de Quat’sous.

Cette incroyable mélodie à été plus tard réactualisée par un amerloque, et quel amerloque !

Retour au film du réalisateur engagé de gauche (dégénéré diront bien entendu les Nazis) Ernst Bush, avec la chanson des canons (ou canonniers, je ne sais pas). Paroles et musique toujours des mêmes.

L’opéra de quat’sous n’est pas le seul composé par Kurt Weil. Il y a aussi : Grandeur et décadence de la ville de Mahagony. Ça ne vous dit rien ? Alabama Song… les Doors, Marilyn Manson, Bowie… Le plus difficile a été de choisir une version. Mon choix s’est porté sur quelque chose de plus récent, très respectueux me semble-t-il de cette époque bourrée d’humour et de dérision.

Pour terminer, comment ne pas parler du kitch et de cette invraisemblable liberté que soufflaient les artistes allemands de l’époque, sans faire un petit détour par une autre allemande, tout aussi provocatrice, et folle: Nina Hagen. Parole de Brecht, musique de Weil : Surabaya Johnny, extrait de « Happy End ». Nina donne ce qu’elle a de meilleur en elle. La vidéo est épouvantablement mauvaise, mais…

Il y a encore tellement de choses à se remémorer de cette époque foisonnante. Peut-être un autre jour, sur le thème de Lili Marleen, par exemple ou de Marlene Dietrich.

Zut, je ne résiste pas ! Ce n’est pas Marlene Dietrich qui la première a chanté Lili. Il faut rendre cette chanson à Lale Andersen.

16 réflexions au sujet de “Kurt Weil, vous connaissez ?”

  1. C’est toujours un grand moment d’émotion que de voir et d’écouter Louis Armstrong. C’est le premier qui m’a fait aimé le jazz. J’admire cette manière de magnifier n’importe quel morceau de musique. Dans les dernières années de sa vie, Armstrong flirtait beaucoup plus avec la variété qu’avec le jazz. Pourtant, moi qui n’aime pas la variété en général … j’aime cette période particulière de sa vie.

  2. ooooouuuuupsss, Bernard, je n’avais pas penser au poids des 6 vidéos. Est-t-il possible que ce soit trop lourd? Je n’ai aucun son.

  3. Je ne sais pas trop. Si c’est trop lourd, on ne devrait pas à le savoir par d’autres commentaires. Dans ce cas-là, j’aviserai en mettant deux vidéos uniquement en lien.

  4. Y’a un bug sur le blogadupdup ou chez moi ?
    Les derniers articles, derniers commentaires, … qui apparaissent à droite de la page habituellement ont mystérieusement disparus depuis ce matin ???

  5. Ben non, sur mon écran ça va. Par contre, la dernière vidéo dépasse dans la colonne de droite. Est-ce cela qui provoque un bug sur ton ordinateur ?

  6. Ce dimanche musical m’a fait doublement plaisir : d’abord retrouver une langue que j’avais apprise et dont j’avais fini par trouver le goût avant de l’oublier presque, en dépit de la difficulté chronique des Français à parler l’étranger. (message supra-liminal à l’intention de notre cher ministre de l’immigration)?
    Avec une prof extraordinaire et les soirées cinéclub en noir et blanc de mon adolescence, que des bons souvenirs !
    Deux interprétations de Kurt Weil par Ute Lemper, incontournable !
    http://www.youtube.com/watch?v=hTOR3s29mBE
    http://www.youtube.com/watch?v=Zk6itNYV8i0

    Et le deuxième plaisir : celui de ce lien merveilleux que Luc de Belgique établit entre l’Allemagne d’entre deux guerres et le Jazz devant lequel les blancs restent ébaubis. Il y a beaucoup à en tirer.

    Pour un peu, le message lancinant des marchands de peur séculaires aurait pu me faire marcher : j’aurais alors cru que la mondialisation était seulement une invention récente et abominable !
    Ce n’est pourtant qu’une toute petite planète…

  7. Alors là, Christophe, je suis scotché! J’ai tellement l’habitude de ne pas être compris dans mes propositions détournées! Mais en effet, les liens tissés à cette époque entre l’Allemagne et les States sont assez bousculant, dans notre représentation du monde, souvent très fragmentée par nos croyances et nos engagements…
    Je ne connaissais pas Ute Lemper, J’ai l’impression, qu’elle va m’ouvrir de nouvelles et bien belles portes.

  8. Luc, je me suis permis d’éliminer la dernière vidéo qui était insérée dans l’article, je l’ai remplacée par un lien vers Youtube car elle était trop large et entraînait des bugs sur certains ordi en perturbant la colonne de droite du blog.

  9. Tu as bien fait, Bernard, les bugs c’est comme les limaces, il faut les ÉRADIQUER! :whistle:

Laisser un commentaire

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: