Parc éolien : une énergie dans le vent ?

Un article proposé par Yves


Voilà un moyen de produire de l’énergie qui a du mal à se faire accepter dans nos campagnes. Une vraie source de conflits entre des réseaux qui se forment de militants pro et anti-éoliens  bien-sûr, sans oublier les riverains des futurs parcs éoliens qui sont de plus en plus actifs face à ce sujet. L’impact visuel, le bruit, les mauvaises ondes, les risques pour les oiseaux migrateurs …. On peut trouver beaucoup de désagréments à ce moyen de production d’énergie .

Alors moi cela me fait penser à cette phrase :

« C’est une bonne chose pour l’environnement mais , tant que c’est très loin de chez moi »

Ne faudrait-il pas une meilleur information de la population locale et surtout de La transparence de la part des entrepreneurs ?

L’argument principal en faveur de l’énergie éolienne a trait au caractère propre de la production et décentralisé qui laisserait une planète moins polluée pour les générations futures. Mais il est pourtant difficile en France de la mettre en place. Beaucoup de problèmes législatifs, le choix des emplacements, question délicate qui demande au préalable l’adhésion des communes concernées qui subissent des tas de pressions .

Alors , il est vrai que ces éoliennes gâchent notre contemplation de la nature autant que les panneaux solaires font moches sur les toits. Mais n’est-il pas grand temps de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, notamment le CO2 ?

Pour vous , Quelle énergie la France doit-elle développer en priorité ?

Nucléaire, solaire, éolien, biomasse ….

Ou continuer jusqu’à la dernière goutte avec l’énergie fossile ?

Pour moi le sujet et très ambigu.

68 réflexions au sujet de “Parc éolien : une énergie dans le vent ?”

  1. Un sujet d’actualité!
    Il y a probablement un gros enjeu à la clé, vu les difficultés que ce type de production d’énergie rencontre en France, alors qu’il est plus développé et depuis plus longtemps dans d’autres pays d’Europe.
    http://www.batiactu.com/edito/energie—l-eolien-dans-une-mauvaise-posture–25646.php
    Pour moi, le premier pas à faire serait de maîtriser la consommation énergétique actuelle. On a dit et redit que le gisement dans le bâtiment représente 40% de la consommation d’énergie française; les économes dans ce domaine sont donc un formidable enjeu, bien avant qu’on ne songe à produire encore plus d’énergie, notamment électrique.
    Le deuxième enjeu est celui de la consommation électrique des ménages (équipement ménager, ampoules, matériel informatique, etc). Là aussi la consommation peut être très réduite, par ce qu’on appelle les « éco-gestes » (éteindre les lumières, ne pas laisser les installations en veille, etc). C’est un enjeu méconnu mais qui commence à s’évaluer; ainsi, je commence à lire que certains programmes de bâtiments basse consommation ne remplissent pas leur rôle parce qu’à l’intérieur les gens ne modifient pas leurs comportements. On commence à percevoir qu’un tel bâtiment devrait être livré avec des « clés d’usage ».
    Ensuite, on peut parler des modes de production d’énergie, et là, je suis d’accord, l’éolien a sa place. Je pense qu’il faut en évaluer les impacts, notamment paysagers et sociaux, mais à mon avis ce n’est pas pire – peu s’en faut – que les prochaines centrales solaires que l’on nous promet pour les proches années. Imaginez 25 ha de terres agricoles recouvertes de panneaux solaires (projet sur ma commune) … alors qu’on proclame haut et fort, à part ça, qu’il faut économiser les espaces agricoles!
    On voudrait « sabrer » l’éolien pour mieux faciliter ce type de projet que je n’en serais pas plus étonnée que ça.
    Mais encore une fois, revenir à la sagesse en matière de consommation est pour moi l’essentiel.

  2. c’est l’ énergie solaire qui doit à mon avis être privilégiée et en parallèle l’énergie du vent. Mais privilégier des panneaux sur les toits.
    En ce qui concerne les éoliennes, c’est vrai qu’elles sont impressionnantes mais démontables. On pourra trouver des solutions de camouflage
    Il y a des projets en cours concernant la récupération de l’énergie solaire par satellite peut-être que les panneaux deviendront obsolètes. Il existe aussi de petites éoliennes à poser sur les toits. Il y a aussi les algues comme bio-carburant et comme capteuses des radiations lumineuses.
    Malheureusement même si on fait des économies d’énergie électrique, il faut en faire aussi sur le pétrole (en évitant de laisser le moteur en marche à l’arrêt par exemple). Mais cela ne suffira pas, le pétrole va disparaitre….restera le bois, le charbon(polluants). En conclusion, je crois qu’il faut investir dans la recherche pas pour spéculer mais pour notre avenir et celui de nos enfants.

  3. L’IMPOSTURE: Pourquoi l’éolien est un danger pour la France

    N’écoutez pas les sirènes des milliers de promoteurs éoliens qui écument la France,
    Cela va mal et les citoyens se révoltent partout.
    Les éoliennes industrielles pourrissent la vie de riverains qui pendant des années n’ont eu qu’à se taire.
    – Oui il y a des nuisances
    – Oui les biens des habitants sont atteints
    – Oui il y a des risques divers

    L’éolien est uniquement une vaste affaire d’argent.
    Ces énormes machines inutiles, produisent des quantités d’électricité minuscules et aléatoires et sont outrageusement subventionnées par la collectivité.
    Elles produisent indirectement des gaz à effet de serre car il faut les réguler par des centrales thermiques (discrètement en cours de construction par GDF/SUEZ et EDF

    12.000 éoliennes programmées par le Grenelle vont massacrer la France , même les Parcs Naturel Régionaux sont envahis

    JL Butré
    Fédération Environnement Durable

  4. il y a des nuisances ? des risques divers ? les habitants sont atteints ?
    mais pourquoi sont-elles subventionnées si elles produisent si peu d’électricité ? ?????????
    Les parcs naturels régionaux sont envahis, mais quels parcs ??

  5. vous voulez certainement parler du bruit du vent ? allez tous ensemble une petition contre le vent!!!
    je rajoute le pétrole aussi est aléatoire, et les centrales nucléaires sont-elles sans danger, sans pollution ?

  6. Petit commentaire subjectif, affectif et dérisoire dans ce monde ou la pensée appartient à tous…
    Je déteste toute les solutions, parce que in fine, elles portent toutes les germes de nouvelles difficultés bien plus grandes.
    Nous vivons dans un monde qui impose toujours plus de solutions de plus en plus contraignantes. Celles ci génèrent des complications demandant une part d’investissement impossible pour un certains nombre de personnes. Pour survivre dans notre monde, il faut être riche, intelligent et culturellement développé et particulièrement ouvert aux démarches et technologies nouvelles.
    Stop, je ne suis plus! La direction qu’a prise le monde ces trente dernières années m’a demandé plus d’effort d’adaptation que le monde n’en avait demandé aux hommes depuis six mille ans.
    La question environnementale en rajoute une sacré couche.
    Nous inventons des maisons «passives» et Brind’paille de confirmer mon intuition dans son commentaire :« à l’intérieur les gens ne modifient pas leurs comportements ». Hommes nous sommes, hommes nous resterons: des coloniaux, des égocentriques, des prétentieux. Ce que nous gagnons pour nos enfants, nous le dépensons pour nous… La question des générations future est une vaste fumisterie, un magnifique prétexte à ouvrir de nouveaux marchés, à assouvir notre besoin d’expansion. Nous avons conquis l’espace terre? Nous allons nous rendre maître du temps! Quand je pense qu’il y a des siècles, un homme aurait pu avoir la prétention d’agir sur le monde d’aujourd’hui, pour mon bien… Jules César, le grand pacificateur? Pascal, le rationaliste? Les économistes du 19ièm siècle?… il l’ont tous fait.
    Les génération futures, je m’en contrefiche.
    Je déteste les éoliennes.
    Je déteste les greniers isolés.
    Je déteste le double vitrage.
    Autant que les autos, les légumes en boîte et les lasers dans le ciel étoilé.
    Ce que j’aime, c’est la paix au fond des bois, le chant fluté des alytes, les courants d’air dans la cuisine. Bref: ce dont la majorité de l’espèce humaine n’a rien à fiche. (Faites un enquête auprès des politiques qui promotionnent les énergies renouvelables, pour identifier ceux qui connaissent l’alyte)
    L’Homme désire en finir avec la nature.
    Parce qu’au quotidien, elle lui rappelle sa finitude.
    L’homme qui accepte les limites que lui impose la nature, le froid, les mulots, les moustiques, les virus, les dents en avant, le nez de travers, le déplacement à pied… celui-là est un inadapté.
    Celui qui refuse les grands complexes de cinéma, ceux qui puent le pop-corn… celui-là est un inadapté.
    Personnellement, je fais tout ce que je peux pour m’adapter. Nager à contre courant m’est trop pénible. J’écoute de la musique sur CD, j’utilise un ordinateur personnel, je décroche parfois le téléphone fixe, je vais travailler en voiture.
    Mais le portable, c’est au dessus de mes forces. Le coka et les Mac-Do, c’est insurmontable, le nouveau (encore un)système d’exploitation windoooooz et les 160 télécommandes sur le meuble télé-disco-vidéo-magnéto du salon… les éoliennes dans le jardin, les panneaux photovoltaïques sur le toit en ardoise, l’accumulation des mesures de sécurité pour protéger nos enfant à vélo, je ne peux plus, je suis un inadapté.

  7. tu as raison il n’y a que les imbéciles qui aiment respecter la nature, protéger leur enfant, être inquiets des pollutions, qui ont changé leur comportement. Après tout, après nous le déluge….

  8. Ok JL Butré , vous êtes contre les éoliennes … Maintenant donnez nous des alternatives à ces projets sur la question des énergies renouvelables .

    Même dans le domaine de l’écologie , Dès qu’il y a de l’argent à se faire ……  » l’éco-arnaqueur » n’est pas loin !!
    Arnaques aux éoliennes ,
    Arnaques aux panneaux solaires ( voir la vidéo )
    http://www.wat.tv/video/500-plaignants-fraude-sur-26lj5_1k5lc_.html
    Arnaques au bois de chauffage …….
    Peut-on encore faire quelque chose de positif pour ce monde sans être pollué par l’argent aussitôt les projets mis en action ?
    Il est vrai que quand on voit que dans des communes où , pas un brin de vent ne souffle une bonne partie de l’année , des commerciaux malhonnêtes arrivent à vendre des éoliennes à des élus complètement dépassés par le sujet , en leur disant qu’il y a au contrat  » une assurance pas de vent  » … C’est honteux et il faut ce lever contre de tels manières d’agir .

    La solution à ces problèmes ?? … ARRETONS ce grand GASPILLAGE …. ça , c’est pour ceux qui ont encore les moyens d’avoir quelque chose à eux bien-sûr . Car la misère elle , on ne risque pas de la gaspiller …

  9. Dans mon commentaire de 14h 27 vous aurez l’indulgence de remplacer Pascal par Descartes bien sûr. Ma mémoire a fourché…

  10. Xixaria, je n’ai jamais dit ça. Je suis désolé. Peut-être suis incapable d’écrire… dommage.

  11. D’après certaines études, il semblerait que si on fait le bilan carbone d’une éolienne depuis sa fabrication, jusqu à son démantèlement et si on tient compte du fait que cette énergie doit être couplée à celle de centrales thermiques ou autres, car irrégulière, ce bilan carbone ne soit pas vraiment en faveur de l’énergie éolienne.
    On peut par exemple lire (attention, c’est ardu !) le calcul du lien ci-dessous et lire aussi les commentaires contradictoires pour peut-être se faire une idée et à coup sûr se persuader qu’être pour ou contre l’éolien, si on veut l’être de façon objective n’est pas facile.
    http://www.hirlimann.net/Charles/journal/2007/06/beton_et_eoliennes.html

  12. J’ai trouvé très pertinent ton commentaire de 14h27 Luc.
    C’est une belle résistance à la course en avant qui évite sans doute de se trouver toujours dans le besoin de ce dont on avait pas conscience d’avoir besoin. Mieux que la décroissance (un terme mal choisi), la non croissance, une belle façon de tuer ce mythe indécent.
    Sur les éoliennes, il est évident que les solutions alternatives aux énergies fossiles, surtout si elles sont renouvelables, sont souhaitables.
    Mais croire qu’il s’agit d’une solution miracle serait fou, pas plus que le tout solaire ou le tout hydroélectrique, etc. Les solutions simplistes répondent rarement aux besoins réels.
    Ce sujet est de toute façon polémique : la multiplication des projets éoliens cache évidemment bien des mensonges économiques. Les éoliennes ont des avantages et des inconvénients, localement de grands avantages qui doivent motiver leur réalisation, ailleurs de tels impacts qu’il faut les éviter. Une association à laquelle j’appartiens, la LPO (ligue de protection des oiseaux), se garde d’avoir une position tranchée sur le sujet, et si cela est fréquemment reproché par les anti-éoliennes (impacts localement très lourds sur les rapaces, les migrateurs avec les stations off-shore, les chiroptères, etc.), refuser systématiquement toute éolienne me paraît assez extrémiste.
    Les zones sensibles doivent être évitées et les études d’impact effectuées correctement.
    Il existe des éoliennes à axe vertical différentes de celles illustrées dans l’article de Yves, en avez-vous entendu parler ?
    Apparemment, elles auraient un meilleur rendement et moins d’impacts…
    Mais je lis aussi régulièrement des articles qui montrent la difficulté des éoliennes à fournir beaucoup d’énergie, leur efficacité dopée par les aides, la non régulation du débit fourni par EDF qui ne saurait délester les unités « traditionnelles » lors des pics de production de l’éolien, du solaire ou même de l’hydroélectricité…
    Comme pour d’autres problématiques (assainissement par exemple), j’ai du mal à penser que les solutions industrielles sont préférables aux solutions individuelles… qu’il faut encourager et accompagner bien entendu !

    Mais des parcs à éoliennes partout, des panneaux photovoltaïques partout… bof ! Comme si on ne pouvait être plus fin.

  13. Si ce bilan carbone n’est pas vraiment en faveur de l’énergie éolienne. Il est en faveur de quoi alors ?
    Voilà une des réponse que j’aimerai obtenir … C’est pas bien , c’est pas .. Ok .
    Mais il faut faire quelque chose pour trouver une autre énergie que l’énergie fossile et nucléaire … Alors des réponses SVP !!!
    Voilà peut être une solution …. La houle ?
    Il est sûr que ce moyen est aussi irrégulier que le vent … Mais son immersion totale apportera une absence de pollution visuelle et sonore.
    http://www.clubdesargonautes.org/energie/houle.php
    http://energie.lesverts.fr/article.php3?id_article=20

  14. Moi aussi, je comprends bien ce qu’à voulu dire Luc.
    Je ne crois pas qu’il soit ni possible ni souhaitable de revenir aux temps anciens (le cours du temps ne s’inverse pas), mais au moins pourrions-nous arrêter de vouloir toujours plus.
    Evidemment, c’est facile de dire ça sur le blogadupdup où tout le monde est déjà plus ou moins convaincu.
    Pourtant, il y a encore plein de gens qui ne pensent pas du tout comme ça et notamment les habitants des pays comme la Chine, l’Inde … qui ont envie d’avoir leur voiture, leur lave-linge, leur téléphone mobile et leur ordinateur, de manger de la viande … Bref, qui ont envie de faire comme nous, nous avons fait.

  15. Oui, il semblerait que la houle soit peut-être une source d’énergie prometteuse ?
    Puisque tu abordes le sujet du nucléaire, Yves, je suppose que tu parles de la fission nucléaire.
    Que pensez-vous de la possibilité éventuelle de l’énergie nucléaire par fusion ?
    L’energie idéale ?

  16. Excusez-moi je m’immisce dans la discussion pour poser une question à Dupdup qui n’a aucun rapport avec le sujet ! Je viens de recevoir le livre « Les enfants de la terre 1″… J’ai le temps de le lire ?

  17. Ya plus personne ? :sad:
    Yves, tu veux des réponses, mais si c’était si facile, je crois qu’on les aurait déjà les réponses.
    Il ne faut peut-être pas chercher à tout miser sur une source d’énergie mais s’adapter aux territoires particuliers.
    Dans l’océan l’énergie de la houle.
    La où il y a du vent, l’énergie éolienne.
    Dans les endroits très ensoleillées, le voltaïque.
    On peut aussi pousser un peu plus du côté de la géothermie.
    L’Europe de l’ouest possède un potentiel important pour la géothermie profonde (Massif Central, Bassin de l’Eger (Allemagne), … et aussi la Turquie.
    Et puis, si ça se trouve, l’énergie de demain n’est pas encore connue.
    La recherche avance à grand pas dans ce domaine.
    Pour le voltaïque, par exemple, ces derniers temps il y a eu des progrès énormes et ce n’est pas fini.
    Voici un lien sur l’éolien et un lien sur le voltaïque :
    http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=26761
    http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=26761

  18. Sûrement pas pour moi.
    En raison de deux gros écueils :
    – les déchets bien sûr
    – la ressource comme toujours

    On oublie trop que le minerai d’uranium (je sais, c’est plus complexe), provient aussi de gisements. Pas fossiles car ils ne résultent pas du vivant, ce minerai est tout de même issu de la partie minérale de notre planète et résulte de processus très anciens de cristallisation, lors de la génèse des roches. Une synthèse encore bien plus hors de portée.
    Et comme on parle de gisement, de carrière, de terre, un article comme un autre, mais éclairant (comme quoi la lumière ne provient pas que des temps géologiques), sur la situation en Afrique…
    http://liportal.inwent.org/lis/lis/niger/hassanesouley.pdf

    http://liportal.inwent.org/lis/lis/niger/hassanesouley.pdf

  19. Dupdup a l’air d’être très occupé en ce moment, je me permets de répondre à sa place, puisqu’il n’y a plus que moi sur ce blog ce soir :smile:
    Oui, tu as le temps de le lire, la discussion sera le 27 avril si mes souvenirs sont bons.
    En plus, ça se lit vite, je les ai lus il y a quelques années.
    Je n’ai pas commencé la relecture moi non plus et je veux finir deux autres livres avant, alors tu vois …

  20. Moi je ne peux constater qu’une chose , le nucléaire tue et les éoliennes … Font du bruit lorsque souffle le vent ( vent qui fait déjà assez de bruit en soufflant comme aujourd’hui sur nos côtes ) . Alors sur ce sujet , j’ai mon avis , il n’y a pas photo … je dis non au nucléaire qu’elle qu’il soit .
    Autre chose sur les histoires de nuisances .
    J’ai à 300m de la maison ces saletés de lignes HT . Comme C’est moche c’est grands pylônes en ferraille , et ces fils qui pendouillent …. !!!! De plus , Les soirs de brume ( nombreux ici !!! ) ça grésille dans le vent , la radio et télévision très difficile à capter , risques de maladies ….. Bon , les oiseaux peuvent se poser dessus sans problème … C’est une bonne chose pour la nature … Non ?
    Alors des éoliennes au nord de la maison ne gâcheront pas le paysage … Et puis si ça me gène , je peux encore regarder , à l’ouest , au sud et à l’est !!

  21. Flûte, j’ai collé le lien deux fois sans savoir comment.
    C’est donc un article doublement éclairant, une idée à creuser… plutôt que le sous-sol.

  22. Si vous avez, Christophe et Yves répondu à ma question au sujet du nucléaire …
    Vous n’avez peut-être pas vu que je parlais de la fusion et non de la fission, ce qui n’a rien à voir.
    Pas d’uranium et pas de déchets radioactifs.
    En théorie, 40 litres d’eau et la batterie d’un ordinateur portable contiennent suffisamment de lithium et de deutérieum pour satisfaire la consommation d’électricité d’un européen pendant quarante ans.
    Mais …
    Forcément, il y a un mais !
    Si cette énergie arrive à être mise en place, ce ne sera pas avant la fin du siècle et ce n’est pas sûr qu’on y parvienne tant l’investissement recherche sera important.
    Yves, tout ce que j’essaye de faire, c’est d’apporter des éléments objectifs.
    Je ne suis pas spécialement contre les éoliennes, ni pour d’ailleurs.
    Je ne suis pas capable de juger personnellement n’en ayant pas les compétences.
    S’il y en avait une qui s’implantait à côté de chez moi, je ne pense pas que cela me dérangerait non plus. Il y a déjà, comme chez toi plein de pylônes électrique.

  23. Oui tu parlais du thermonucléaire , c’est çà ?
    Propre dis-tu …. Je me souviens avoir lu cette phrase en essayant de me renseigner sur ce sujet .
    « Contrairement à la fission nucléaire, les produits de la fusion eux-mêmes (principalement de l’hélium 4) ne sont pas radioactifs, mais lorsque la réaction utilisée émet des neutrons rapides, ces derniers peuvent en revanche transformer les noyaux qui les capturent en isotopes pouvant l’être. »
    Alors il y aura aussi des antis- Thermonucléaire …
    Mais pourquoi pas une des solutions pour l’avenir même s’il est lointain !!

  24. Ouf, je n’ai pas déclenché une guerre.
    Je n’ai aucune compétence scientifique, c’est pour ça que je me contente de chercher des réponses à l’intérieur de moi. Je l’ai déjà dit, mais bon sang: qu’est ce que j’aurais aimé être un arbre. ÊTRE. Non plus agir ni même penser mais être. :face:

  25. Peu de temps pour participer à la discussion sur cet article et j’en suis vraiment désolé. Mais je vois que c’est un sujet qui passionne. J’interviendrai dès que ça sera plus cool pour moi.

  26. Oui, j’avais lu un article détaillé au sujet de ce rapport de la cour des comptes mais malheureusement, je ne suis pas arrivée à le retrouver.
    Si je le retrouve …
    Quand à la fusion nucléaire, effectivement, si les problèmes arrivent à être résolu un jour, et ce n’est pas sûr, ce n’est pas pour demain.
    Il faut donc trouver d’autres solutions avant.
    Pour cette énergie du futur ou contre ?
    On ne peut que s’en remettre aux spécialistes puisque nous sommes incapables, à notre niveau, d’appréhender tous les éléments.
    Et chez les spécialistes, eh bien, c’est comme pour tout, il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre.
    De très gros problèmes techniques se posent (stabilité du plasma du deutérium et du tritium, étanchéité des matérieaux aux neutrons extrèmements énergétiques …).
    Il est possible qu’on n’arrive à résoudre ces problème, mais à quel coût ?
    Le budjet du projet d’Iter est démesuré. Pouvons-nous consacrer autant à cette recherche alors que tant de gens sur Terre meurent de faim ou n’ont pas accès à l’eau potable ?
    De toute façon, pour l’instant, on n’a même pas commencé la première phase expérimentale qui est prévue pour dans une vingtaine d’année.
    Actuellement, la recherche se porte sur les matériaux qu’on pourra utiliser.
    Voilà ce que dit Jacques Treiner, professeur à l’Université Pierre et Marie Curie et qui critique la pertinence du projet ITER:
    « Quand à la production d’énergie (il parle de la fusion nucléaire), l’échelle de temps de la fin de siècle est bien au-delà de ce qu’exige l’urgence climatique. Economies d’énergie, efficacité énergétique, nouveaux renouvelables et traitement de leur intermittence, capture et stockage du gaz carbonique, nucléaire de 4ème génération : les dossiers ne manquent pas qui, pour diffciles qu’ils soient, paraissent plus à portée de réalisations concrètes. »
    Source: La recherche n°437, janvier 2010

  27. http://www.actu-environnement.com/ae/news/rapport-renforcement-cadre-juridique-eolien_9929.php4

    Je serais assez d’accord avec les mesures proposées, à condition qu’on ait les mêmes exigences envers tous les modes de production d’énergie … ce qui est loin d’être le cas!
    Un seul exemple : établissement préalable de zones de développement éolien (ZDE), permis de construire exigé pour les éoliennes, étude d’impact, enquête publique, mais vide juridique complet pour les centrales photovoltaïques.

  28. Une pensée pour Luc :
    «Notre espoir réside désormais dans la résistance de notre être face aux prévisions de notre esprit.»
    [ Enrique Vila-Matas ]

    Et autre chose : Amélie Nothomb, auteure belge, n’a pas de portable, pas d’ordinateur et ne sait pas conduire.
    Ah, ces belges …!

  29. Brind’paille, tu peux me situer le contexte (livre, texte) duquel est extrait la phrase de Vila-Matas?
    Pour en revenir aux éoliennes, là je partage l’ambiguïté de Yves.
    Le nucléaire plus vite on en sera débarrassé, mieux je me porterai. Cependant, ces grandes hélices monstrueuses, voici ce que je leur reproche (En plus d’être moche et d’abîmer le paysage). En Belgique, le paysage est déjà particulièrement morcelé. Et j’entends par paysage, également les biotopes. A cinq Km de la maison, huit éoliennes de 90 (NONANTE, QUATRE VINGT DIX!!!) mètres de haut ont été installées sur un espace de plusieurs dizaines voir centaines d’hectares de terrain agricole épargné jusque là par les chemins de remembrement en béton.
    Une infrastructure d’accès à la construction des tours a du être installée… Maintenant, là où nichaient par dizaine les bergeronnettes printanières, là où j’observais le lièvre, se trouve maintenant le rendez-vous des jeunes motards et des cannette de bière… :sad:
    En Wallonnie, les parcs à éoliennes fleurissent. Elles me semblent devenir la preuve pour les élus de leur sensibilité à l’écologie, quelque soit leur tendance. Plus des marchés juteux. Rien ne change dans les têtes.

  30. Correction commentaire précédant. Six éoliennes (et pas Huit) de 98 m plus 82 m de pales égale 139m de haut.

  31. vu tous les articles que j’ai lu sur les éoliennes … J’aurai du mettre en titre :
    Parc éolien : une énergie dans un vent de colère !!!
    :smile:

  32. Réponse à Luc : c’est en consultant le salon du Livre 2010 que je suis tombée sur cette phrase. Vila-Matas est un auteur invité; je ne l’ai jamais lu, mais j’ai trouvé que cette citation répondait assez à ton commentaire.

    Et je ne croyais pas si bien faire, car on consultant Wikipedia :
    « El viaje vertical (2000, prix Rómulo Gallegos), se veut le roman du « désapprentissage » dans un voyage à rebours, vers la non intention, le non vouloir, le non voyage ; Bartleby y compañía (2001), enfin, bercé par le célèbre « I would prefer not to do it » [Je préfère mieux pas] du personnage de Melville (voir Bartleby), est un parcours empreint de mélancolie vers le non agir et l´ascétisme littéraire ».

  33. Tout le monde est pour les parcs d’éoliennes, mais jamais à côté de chez eux ou dans leur jardin. :w00t:

    Des éleveurs de bovins ont remarqué un changement d’attitude et de lactation chez leurs vaches……depuis leur implantation sur leurs terres, pourtant ces éoliennes leur rapportent des subsides non négligeables…

    Voici le rapport d’un groupe de travail de l’Académie Nationale de Médecine, en date du 01.02.2006 sur le retentissement du fonctionnement des éoliennes sur la santé de l’homme

    http://www.ventdecolere.org/…/rapport-academie-medecine-V2.pdf

  34. Je commence seulement la lecture de ces commentaires.
    Etincelle, pourquoi dis-tu qu’il n’y a pas de production de déchets nucléaires dans le cadre de fusion nucléaire ? Cette production est moindre que dans le cas de fission, mais elle existe et de manière conséquente. Par contre, la durée de vie de ces déchets est moindre, de l’ordre de quelques dizaines d’années, mais 30 ou 40 ans c’est loin d’être négligeable à notre échelle.

  35. C’est vrai, je n’aurais pas du dire ça. Même s’il n’y a aucune comparaison avec la fission nucléaire, on ne peut pas dire qu’il n’y a absolument aucun déchet radioactif dans la fusion. Je retire donc ! Désolée.
    Néanmmoins, je pense que s’il fallait choisir entre fission et fusion (que nous ne sommes pas capables pour l’instant de mettre en oeuvre), il vaudrait mieux choisir la fusion, et de loin.
    Cependant, on peut toujours rêver …
    Peut-être trouverons nous un moyen de produire de l’énergie sans aucune pollution, ni nuisance, ni inconvénient, ni déchets.
    Cela paraît pourtant peu probable. On voudrait toujours avoir le beurre et l’argent du beurre mais …
    Et comme cela m’étonnerait que l’humanité accepte de revenir à l’énergie du cheval ou des bras, il faut se faire à l’idée que nous vivrons avec des constructions qui enlaidissent le paysage (éoliennes, barrages hydroélectriques), qui polluent (centrales thermiques), qui produisent des déchets dangereux (centrales nucléaires …).
    Pour revenir aux éoliennes, certains disent que plus il y a d’éoliennes et plus les rejets de gaz carboniques augmentent, ce qui est quand même un paradoxe !
    Ceci parce que les éoliennes ne fonctionnent que lorsque le vent souffle entre 20 et 80 km/h. Il faut donc que le relais soit pris par une autre source d’énergie, et cette autre source ne peut être que la centrale thermique car le nucléaire manque de souplesse.
    Rien n’est parfait (si cela était, cela se saurait ! :smile: ).

  36. Un article très intéressant sur le coût du nucléaire :
    http://www.actu-environnement.com/ae/news/cout_nucleaire_9904.php4#xtor=EPR-1
    Pour aller dans la continuité du commentaire d’Etincelle : si les éoliennes ne fonctionnent que dans certaines conditions de vent, pendant ce temps elles produisent quand même de l’énergie qui serait sinon produite autrement. Et qu’elles soient ensuite relayées par d’autres sources de production ne change rien à l’affaire, non?

  37. Oui, c’est vrai et d’ailleurs je m’étais fait la reflexion.
    A mon avis, ils disent ça parce le fait d’utiliser les éoliennes oblige à utiliser des centrales thermiques et que le fait que l’éolienne soit très subventionnée empêche de faire des efforts dans d’autres directions et utiliser des énergies qui n’auraient pas besoin d’un tel relais.
    D’un autre côté, je suppose que les autres sources d’énergies renouvelables sont dans la même situation. (? ) donc, ce ne serait pas l’exclusivité des éoliennes.
    Je redis, je l’avais dit plus haut …
    Je ne suis pas spécialement contre les éoliennes et pour le nucléaire.
    Comme vous tous, mon souhait est que l’on préserve le plus possible notre bonne vieille planète.
    J’essaye simplement de comprendre le mieux possible, si c’est possible, et de voir les différents arguments dans un sens ou dans l’autre.
    N’étant pas du tout spécialiste de ces questions, et pas vraiment compétente, je ne me sens pas capable de dire « Ca c’est bien, ça c’est pas bien ».
    Et pour se faire une opinion qui ait un sens, il faut, je crois, regarder les arguments des pro et des anti, ceci d’une manière générale.
    Toujours discuter avec des gens qui ne pensent que comme vous et ne jamais aller chercher un peu plus loin n’est pas enrichissant à mon sens.
    Evidemment, c’est plus cool.
    Après, chacun fait bien ce qu’il veut.

  38. Oh, ça va trop vite !
    Je viens seulement de lire ton lien Brind’paille sur le coût de l’énergie nucléaire.
    Effectivement, il faut être gonflé pour dire que l’industrie nucléaire n’a pas été subventionnée. Si depuis pas mal d’années (combien, 50 ans ?), on avait consacré autant d’argent à la recherche d’autres sources d’énergie qu’au nucléaire, nous aurions peut-être résolu certains de nos problèmes dans ce domaine.
    Bon, je vais lire l’autre lien que Brind’paille a laissé mais après j’arrête, il faut quand même que je vaque à mes occupations.

  39. Les parcs éoliens, de capteurs photovoltaiques comme les champs des palmiers à huile à perte de vue : c’est pas bien.
    La spéculation autour, c’est pas bien non plus. Le pétrole non plus, c’est pas bien : trop de guerres, trop de spéculations, ça pue !!
    tout ce qu’on a été chercher au très profond de notre Terre : pétrole, uranium, charbon… c’est comme si on avait ouvert la boite de Pandore.
    Le solaire et l’éolien sont pour l’instant des solutions à court terme pour remplacer le pétrole sur notre planète. Ces énergies sont complémentaires
    et, inépuisables (enfin tant que le soleil brillera)sans doute qu’il y en a d’autres autour de nous.
    Quant au nucléaire à fusion même peu radioactif, je me demande comment les hommes peuvent maitriser cette énergie extraordinaire, cette bombe solaire sans risque zéro.
    ps : je ne suis pas belge, je n’ai pas le permis de conduire, ni de portable(heureusement,j’ai un ordinateur) et j’aime beaucoup amélie Nothom

  40. D’après ce que je viens de lire, je ne sais pas trop s’il faut croire à la fusion nucléaire dans un avenir proche en raison d’énormes difficultés techniques. D’une part, il y a la difficulté de maintenir une température de 100 millions de degrés, nécessaire pour provoquer une collision entre 2 noyaux de même charge électrique. Par ailleurs, il faut maintenir en équilibre le plasma par de puissants aimants supraconducteurs afin qu’il ne touche aucun matériau car à très haute température aucun matériau ne peut résister. Mais sans doute que ce sujet est intéressant et pourrait faire l’objet d’un article sur ce blog. Quelqu’un s’y colle ?

  41. Une contribution éclairée (pas avec une bougie ;-) à la réflexion sur l’avenir de notre planète, la consommation et donc… l’énergie.
    Le propos de Jean-Marc Jancovici est énervant, insupportable, pro-nucléaire mais… à 1000 lieues (je vais calculer en lieue marine par respect pour l’auteur de l’article), c’est à dire 5556 kilomètres.
    Mais j’adore le ton, l’étayage vs enfumage, vidéo polémique… qui ajoute au débat, et je dois dire que j’envisage à la fois des critiques et des alternatives à ce qui est proposé ici.

  42. Waow, la vache ! Pas clair du tout, j’écris de plus en plus mal.
    En gros : le nucléaire serait un atout pour la transition nucléaire. :blink:

  43. C’est marrant ça Christophe , j’ai justement écouté une vidéo de Jancovici il y a quelques semaines , lorsque sur ce blog on parlait de Réchauffement climatique !!

  44. Explications surprenantes qui demandent réflexion .Le doute est toujours sain.
    Quand à dire que le nucléaire, donc l’uranium, sont tranquilles dans leur coin sans entraîner de conflits,(1ere vidéo), c’est peut être aller un peu vite. Notre présence militaire au Mali et au Niger, dont une partie protège la mine d’uranium D’Areva à Arlit, nous font comprendre que les islamistes s’en appareraient surement volontiers.
    Les atermoiements et tergiversations de l’Iran sur le nucléaire militaire,( lequel a toujours besoin du civil) et les remous que cela entraîne aux U.S.A., en Israel, et en Europe, éclairent aussi la question sous un autre jour. N’oublions pas en effet que le nucléaire dit civil, « tranquille », est la nourriture absolument indispensable à « la Force de Dissuasion » potentiellement moins tranquille, ne serait ce que par sa seule possession…..

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: