10 réflexions au sujet de “Phôtes d’aurtograf”

  1. J’ai bien peur que, forcés de faire toujours + d’économies, les journaux suppriment peu à peu les postes de correcteurs.

  2. Merci Bernard, nous retrouvons avec bonheur l’ancienne formule !

    Faut pas bousculer les vieux blogueurs avec de tels changements, :tongue:

    Il faut nous préparer… nous convaincre….. nous expliquer….pour ensuite nous imposer tes desiderata, c’est ça la politique constructive (je ne sais pas si c’est toujours constructif, d’ailleurs….) Errare humanum est ! :silly:

    Et puis tu sais Bernard, c’est quand même plus confortable de « valider le commentaire » que de « soumettre », on s’attend à une sanction veto ou à une soumission….. on ne peut pas entretenir des relations sado-maso avec toi…. t’imagines ….. et puis courber l’échine, c’est pas trop mon truc…. :wub:

  3. Il y en a tout de même certaines qui s’apparentent davantage à la faute de frappe qu’à la « vraie » faute d’orthographe, c’est presque rassurant. C’est agaçant, c’est vrai, mais moins que la faute de grammaire non ?
    Je dois être très vieux jeu là-dessus aussi, mais c’est un de mes premiers critères quant à mes lectures sur le net. Aussi intéressant soit-il, un blog qui comporte une trop forte dose de fautes d’orthographe ou de langage SMS a vite fait de dégager de ma liste. C’est déjà suffisant agaçant d’être obligée de lire les copies à haute voix pour les comprendre !

  4. Je suis d’accord, il s’agit surtout de fautes de frappe. Mais dans les titres, quand même ! Pour moi, ce n’est pas acceptable de la part d’un journal national.

  5. Les journaux n’ont pas le temps, les moyens ou la motivation pour vérifier les fautes de frappe ou d’orthographe …
    Quand est-il des informations délivrées ?
    J’ai bien peur qu’elles aussi ne soient pas toujours vérifiées avec le plus grand soin.

  6. Je pense effectivement que le métier de journaliste, qui est par définition un travail d’investigation, n’existe quasiment plus et que bon nombre d’informations ne sont pas vérifiées, comme le dit Etincelle. Une amie me disait tout à l’heure qu’il ne restait plus que le canard enchaîné qui mérite le nom de journal. Je suis plutôt d’accord avec ses propos.

  7. Le Canard enchaîné est à la base alimenté par des gens comme vous et moi : on amène une info et elle est bien sûr contrôlée, c’est là le travail de fond du journal.
    Tout ce système marche comme chez le psychiatre : les informateurs sont rétribués, même si c’est relativement symbolique.
    Ainsi la France d’en haut contrôle t-elle celle d’en haut et celle d’en haut ne peut-elle que rarement contester : la plupart des fuites viennent du pouvoir lui-même, mais à mon avis, pas que de la part de ceux qui sont les salariés de nos élus. Il serait intéressant d’établir la liste des élus informateurs avec en face le nombre d’entrefilets qu’ils ont à leur actif dans les pages du Canard Enchaîné : contre un collègue ou contre eux-même !

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: