Piment-cerise ?

Contrairement au piment d’Espelette dont il a été question dans mon article précédent, celui-là c’est pas un « piment de fifille » (hou la la, l’expression macho !). Le moindre bout sur la langue et vous grimpez au plafond ! Je ne sais plus d’où viennent les graines et je ne connais donc pas le nom de la variété. En fait si : on m’avait donné quelques graines sous le nom de « piment rond doux » … sans doute une erreur car ce piment n’a rien de « doux » !

Ce piment à l’allure magnifique est d’une culture très facile, aussi facile que celle du piment d’Espelette et la récolte est particulièrement abondante.

Alors quelle utilisation pour ce piment ? J’en ai mis quelques-uns dans une petite bouteille d’huile d’olive afin d’en faire de l’huile pimentée pour pâtes et pizzas. On verra bien ce que ça donnera …

J’ai fait quelques recherches sur le net pour tenter de déterminer le nom de cette variété. Il pourrait s’agir d’un « piment-cerise ». Quelqu’un de ce blog pourrait-il me le confirmer ?

24 réflexions au sujet de “Piment-cerise ?”

  1. Quand Bernard a écrit « fifille », son horizon se limitait à quoi ? La Franche-Comté ? La France ?
    Les deux reviennent au même dans le contexte de l’article.
    Mais si on élargit l’horizon à la planète entière, il n’est pas sûr que certaines « fifilles » n’en remontreraient (c’est français, ça ?) pas aux garçons de chez nous.
    Je me souviens d’une certaine cuisine indienne, en Inde, la vraie, pas celle pour les touristes …
    Evidemment, moi qui ne suit qu’une pauvre fifille française, inutile de dire que je n’ai pas pu avaler la moindre bouchée.
    Mais j’étais avec un copain (français) qui aimait beaucoup les plats très épicés.
    Eh bien ? …
    Il n’a pas pu non plus !
    Donc, ce n’est pas une histoire de fille ou de garçon mais une histoire de culture.
    De toute façon, Dupdup était persuadé en écrivant « fifille » qu’il y en aurait bien une ou deux pour ruer dans les brancards.
    Ben voilà, ce soir, c’était moi.
    :smile: :smile: :smile: :smile: :smile:
    Si seulement j’étais aussi photogénique que les piments de Bernard …
    Ils sont absoluments magnifiques.

  2. On mange du piment-cerise pensant qu’il est aphrrodisiaque et qu’on va faire grimper les filles au 7ème ciel. En fait, à peine posé sur la langue, c’est nous qui grimpons au plafond ! :angry: :dizzy: :face:

  3. Du pimant de fifille ou de… Pédé!
    Un jour, chez un de mes amis homo, mon fils découvre leur nouveau téléviseur écran plat et tout et tout. Et i l s’exclame: « ben dis donc c’est pas une télévision de pé… et il s’arrête net réalisant qu’il va dire quelque chose d’indélicat. Et mon ami continue à sa place: ha si, ça, c’est une vraie télé de pédé! :biggrin:

  4. Dis donc, Bernard, le rendement a l’air plutôt correct. Combien de piment sur un plan?

  5. Yves, très intéressant cet article. J’aime bien le passage suivant :
    « … Mais quelle est la définition de l’excitation sexuelle ? C’est une réaction en chaîne qui commence lorsque nous entendons, sentons, touchons ou rencontrons quelque chose ou quelqu’un qui réveille nos sensations. Nos vaisseaux sanguins se dilatent, le cœur commence à s’agiter et le cerveau libère alors des émetteurs qui nous guident vers le chemin du plaisir ».

  6. Bernard tu as de la chance, tout le monde semble aimer la vue de tes « cerises »… elles semblent provoquer l’émoi chez tes lecteurs :biggrin:

  7. Il s’agit effectivement d’une des variétés de pigment cerise, si celui-ci semble faire grimper Bernard au plafond, il s’agit vraisemblablement du « Hot Cherry » encore appelé « Baiser de Satan » que l’on peut situer sur l’échelle de Scoville au niveau 7/10
    (brûlant).

    C’est ton évaluation Bernard, toi qui l’a goûté pour nous ?

    Toutefois, il existe effectivement des pigments « cerise » doux, d’un grand rendement!

  8. Bonjour
    Ce piment en forme de grosse cerise ou petite tomate semble être celui utilisé en Hongrie dans les plats typiques (goulas, pörköt, paprikas, …). Il est moyennement fort (3 sur 10 dans l’échelle de Scoville) et a un goût particulier et savoureux lorsqu’on a dépassé la phase « trop »piquante. Je suis en train d’essayer d’en cultiver sur mon balcon à Lille !!! La chaleur en été n’y est pas la même qu’en Hongrie! On verra. Bonne soirée. Philippe

  9. En 2003, j’ai essayé aussi de cultiver piments et poivrons dans des pots (j’avais 76 variétés différentes) et je dois dire que ce mode de culture avait bien marché.

  10. eh bien un piment de « hot » qualite j’en ai fais une sauce piquante et de la harissa j’ai plus besoin des sauces des gr surfaces. ou bikhir

  11. Il me semble que, contrairement à ce que dit Rollin ci-dessus, ce piment est plutôt fort (et donc bien au-delà de la force 3 de l’échelle de Scoville).

  12. Bonjour,
    Je viens de faire quelques bocaux farcis.
    Si effectivement ils sont très forts « crus » (depuis hier, j’ai le bout des doigts qui « chauffent ») ils perdent de leur puissance après quelques semaines de macération (mes parents en ont fait l’année dernière, j’ai pu tester:silly: .)
    Recette :
    – Couper le « chapeau », les creuser pour enlever les pépins (fort de mon expérience d’hier, je conseille le port de gants…), les laver et laisser égoutter.
    – Dans un faitout, mettre 1/2L de vinaigre d’alcool coloré, 1/2 verre d’eau, 1 cuil à soupe de sel.
    – Mettre les piments à froid, porter à ébulition.
    – Lorsque ça bout, laisser 3′, égoutter à l’envers.
    – Farcir chaque piment avec 1 capre enroulée d’un filet d’anchois.
    – Mettre dans des petits pots, remplir avec de l’huile de tournesol.
    Attendre minimum 1 mois avant de consommer.
    J’ai également fait une farce à base de filet de maquereau fumé poivré + un peu de beurre mais je n’ai pas encore testé le gout, vivement dans 1 mois…
    Mes parents ont essayé une farce au thon l’an dernier, un peu fade.

  13. Merci pour toutes ces idées culinaires.
    Cette année, je n’ai pas semé de piments cerises (je me suis focalisé sur d’autres variétés), mais j’ai un stock de graines pour plusieurs années. Si quelques personnes de ce blog en veulent, je peux leur en envoyer.

  14. je cultive depuis 4 ans les petits poivrons cerises et ça marche très bien , belle récolte et facile a conserver ; les vider , les faire blanchir sècher et et les farcir avec au choix ; fromage ,câpre, thon , anchois, ensuite soit congeler ou en bocaux dans l’huile d’olive
    bon apéro

  15. Je ne sais pas s’il s’agit de la même variété de piment-cerise car la mienne est très forte et j’imagine que farcie ainsi, même après l’avoir blanchie, ça soit reste très brûlant au goût. Il faudra quand même que j’essaye cette méthode, mais l’an prochain seulement car je n’ai pas cultivé de piment-cerise cette année.

  16. piment-cerise trés fort en fruit frais .une fois blanchi dans 1 part de vinaigre d’alcool et 3 parts d’eau et une cuillere a soupe de sucre pour 2 litres de liquide 3 minutes à ébullition, égoutter 4 à 5 heures sur un torchon .farcir aux capres une écaille d’ail et un anchois, placé dans un bocal rempli d’huile d’olive. après 2 mois un délice .conserver dans un frigo prévu à cet effet ,l’huile fige ,mais on les conserve plusieurs mois sans altération du gout. sortir 2 heures avant de les consommer.

  17. Sur le même principe je vais essayer de faire cet après-midi cette recette de blanchiment puis de conservation dans l’huile (mais sans farcir les fruits) avec la variété de piment Bulgarian carrot (j’en ai récolté des tonnes sur un seul pied).

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: