Les voix royales

Un article proposé par Luc.

Dans les années ’80, j’étais épris d’opéra, de chants lyriques  et de quelques grandes voix classiques de l’époque. Les voix de femmes entre autres me faisaient vibrer, en particulier Barbara Hendricks dans son répertoire de la première moitié du vingtième siècle.

Ici dans une Bachianas Braziliera (n°5) de  Heitor Villa-Lobos.

http://www.youtube.com/watch?v=_06B1SQjRRQ

Si Barbara Hendricks ne fait pas l’unanimité auprès des amateurs de grandes voix (un timbre trop singulier), il n’en est pas de même pour son aînée de trois ans : Jessye Norman. Une voix particulièrement chaude, claire et puissante bien adaptée au répertoire dramatique.

Comparer ces deux divas n’est pas facile, leur genre de prédilection étant assez différent. J’ai donc choisi au plus proche de l’époque du précédent morceau tout en restant dans le drame de la période romantique. Mahler… Allez hop, tout le monde pleure. C’est trop bôôôôôôôô !!!

http://www.youtube.com/watch?v=gzT5SFezxUo&feature=related

Six ans avant Jessye, naissait une autre grande Dame de l’opéra : Lucia Popp. Sur Wiki, on peut lire « Son timbre superbe, rond, chaleureux, ses aigus lumineux ainsi qu’une technique exceptionnelle ». Alors pour illustrer ces propos auxquels j’adhère entièrement, j’ose vous proposer l’air le plus entendu de l’histoire de l’opéra… J’aurais pu par ailleurs proposer un dimanche musical sur ce seul thème de La Reine de la Nuit. Combien de reines du chant ne se sont pas essayées à cet air impossible ?

http://www.youtube.com/watch?v=_ufeyarJxNQ

Les grandes voix, les grandes dames, les divas, les stars, c’est bien beau tout ça… J’avais l’intention de terminer cet article par un autre « gros cube » de l’époque, Kiri te Kanawa. Mais celle là comme les précédentes ont déjà largement bénéficié des hommages du monde.

Aussi, je finirai différemment qu’imaginé. Quand de très bons chanteurs choisissant l’anonymat, décident de se regrouper pour mettre leur talent personnel au pur service d’une musique moins populaire, ça peut donner cela… c’est y pas beau ?

Bon dimanche musical à tous et… dites-moi : les voix royales des années 2010, c’est qui ?

47 réflexions au sujet de “Les voix royales”

  1. Je n’ai écouté pour l’instant que les deux premières vidéos. Sublimissime ! :wub:
    Sans soute que Barbara Hendricks a un timbre particulier. Mais c’est sa « marque de fabrique », non ? C’est avec elle que j’ai découvert les grands airs de Mozart. Le disque que j’ai d’elle est le premier CD que j’ai acheté. C’est dire l’importance qu’il a pour moi.

  2. Je ne vais pas mentir en disant que je suis fan de ce style musical …. Mais j’écoute sagement sans préjugés . C’est vrai que c’est beau …. Le truc est , qu’il faut que la mélodie aussi m’emporte autant que les voix .
    Comme ici avec Anna Netrebko et Elina Garanca , elles chantent merveilleusement bien , elles sont belles , la mélodie Offenbach m’emporte …. Alors là comme dit Luc , c’est Bôôôôôôôôôôôôôô …… !!!!!
    Je le passe et me le repasse tout en regardant par la fenêtre et j’ai l’impression que la nature danse sur cet air devant mes yeux …..

  3. Elina Garanca est une mezzo soprano, tessiture particulièrement chaude et envoutante!
    Une autre mezzo, plus ancienne: Marilyne Horne.

  4. J’ai souvent pensé que la passion selon Saint-Mathieu était la plus grande oeuvre vocale de Bach (même si j’y éliminerais quand même bien quelques récitatifs) :angel:

  5. Ces longueurs dues aux récitatifs la rende plus dramatique encore que la passion beaucoup plus courte selen St. Jean. :sleeping: :tongue:

  6. Est-ce que beaucoup de personnes de ce blog écoutent de l’opéra ?
    Est-ce que certains vont de temps en temps assister à un concert ?

  7. Ce que j’aime dans l’opéra, c’est que cela nous raconte des histoires qui n’ont pas d’âge. les drames que racontent Shakespeare (et mis en musique par Verdi par exemple) sont les mêmes que les drames des temps modernes. Il n’y a pas de différence fondamentale. J’ai l’impression que l’histoire de l’humanité tourne toujours autour des mêmes thèmes : le pouvoir, l’amour, la mort, la trahison, …
    C’est parfois terrible de constater que tout a été dit il y a des centaines d’années par nos aïeux et que nous ne faisons que répéter ce que d’autres générations ont dit avant nous.

  8. Je reviens sur le commentaire que j’ai écrit tout à l’heure. Vous n’avez pas l’impression, vous, que tout a déjà été dit ? C’est une des questions qui me tarabustent le plus.
    Exemple : en philosophie, nos grands philosophes grecs (surtout) et romains (un peu) ont dit 90% de ce qui était à dire. Les philosophes du siècle des Lumières (Voltaire, Rousseau, …) ont dit 9%. Alors il ne reste peut-être que 1% à dire pour nos pseudo-philosophes actuels … Alors, pourquoi est-ce qu’on nous fait chier, dans les médias, avec ces gens-là ? Hou la la, je sens que certains ne vont pas être d’accord … !

  9. La philosophie n’a plus rien à dire.
    La seule nécessite, c’est d’adapter la pensée à l’action en fonction des situations-problèmes. Et la, il faut réactualiser presque tout les jours. Ma réactualisation à moi, je la réalise de plus en plus dans… l’inaction. Je finirai tout à fait contemplatif. Je n’arrête pas de le dire: « regardez les arbres, ils n’agissent ni ne pensent en ne font aucun mal ».

  10. J’aimais bien aller à l’opéra. Mais pour trouver la qualité qui me convient, il faut aller jusqu’à Bxls. Alors… :getlost:

  11. Je pense que l’opéra est un grand spectacle. Le plus intemporel qui soirt. Je me contente d’en regarder parfois un en DVD. Et comme je me suis permis le luxe d’acquérir les DVD proposés par Télérama (le top du top, semble-t-il), que j’en ai 40 et que je n’en regarde qu’un par an, rendez-vous à l’aube de mes 96 ans pour que je vous fasse un article synthétique sur le sujet ! :wink:

  12. Ces très grandes voix me touchent beaucoup, mais je suis bien incapable de vous faire découvrir une ou même simplement écouter un extrait qui me touche plus qu’un autre.
    Bernard m’a offert un coffret de musique sacrée à notre retour de Texel l’an passé et si les morceaux les plus anciens sont effectivement parfois moins immédiats, certains oratorios ou motets me font un effet… bœuf ! J’ai redécouvert ainsi des compositeurs que j’avais délaissés et surtout exploré de nouveau la musique baroque… Rhâââ !
    http://www.leblogadupdup.org/2009/12/16/idee-de-cadeau-de-noel-5-2/
    Merci pour ces magnifiques morceaux qui, s’ils étaient écoutés plus souvent, par un plus grand nombre feraient « fatalement » pencher l’humanité vers un meilleur versant, particulièrement pour ce premier aria que j’adore. Encore cher Luc !

  13. Coucou!
    Ah, que de la joie pour commencer cette semaine, merci Luc!
    Alors, pour ma part, bien que j’adore la voix de Barbara Hendricks, dans ce morceau de Villa-Lobos je préfère celle de Victoria de Los Angeles, plus aérienne, modulée et dont l’interprétation me semble plus « mystérieuse » que celle de B. Hendricks, qui de son côté donne une ambiance dramatique (notamment dans le phrasé) que j’aime moins.

    Je ne connaissais pas du tout Lucia Popp, que je découvre avec admiration : quelle pureté de timbre, et quelle clarté dans les aigus, incroyable! Et surtout quelle énergie se transmet dans son chant.
    Quant à Kiri Te Kanawa, je l’ai découverte dans une interprétation de « L’invitation au voyage », poème de Charles Baudelaire, musique de Duparc.

    A mon sens, une perfection, un joyau, tant la musique, le poème et la voix sont en concordance intime.

    Je vais de temps en temps à l’opéra, mais je vois ce qui est près de chez nous, donc je ne choisis pas vraiment.
    Si les grandes interprétations sont absentes, malgré tout je prends beaucoup de plaisir à découvrir des œuvres que je ne connais pas. Et on passe quelquefois de très bons moments.
    L’année dernière par exemple je suis allée à Dijon voir « l’Amour des trois oranges » de Prokofiev (que je connaissais déjà pour le coup) mais la redécouverte de l’interprétation pleine de fraîcheur m’a beaucoup plu; je trouve qu’aller à l’opéra et écouter et regarder (la mise en scène, les costumes, le décor) facilitent l’appropriation de l’œuvre; on y sent aussi plus l’intrigue.
    Fin novembre, je vais voir « Orlando » de Haendel.
    Enfin, parmi les belles voix d’aujourd’hui, j’aime bien Natalie Dessaye, Cecilia Bartoli (énergie communicative et technicité virtuose), Dame Felicity Lott et bien d’autres.

    Belle journée à tous, qui a si bien commencé par nous envoûter!

  14. Chère Brind’paille qui connait et apprécie cette Bachianas! Ton commentaire m’interpelle car il me rappelle que lorsque j’ai découvert ce morceau il était interprété par Barbara et je suis persuadé être imprégné des premières versions entendues comme étant les seules possibles, les meilleures (si j’ai aimé, bien sûr)… Victoria de los Ángeles, était donc la première à oser profaner un de mes airs favoris … et tu as bien fait de me bousculer par elle. Quelle voix! Aérienne est le bon qualificatif. Par contre, je trouve au contraire de toi, son interprétation bien plus dramatique!
    Donc puisque l’audace a été commise, j’en ai osé une autre et de taille. Il m’a fallu une ou deux minute avant d’être convaincu, mais maintenant: je suis conquis. Je te laisse la surprise.
    Merci pour tes propositions, je ne connais que Natalie Dessaye.
    La surprise:

  15. Et une belle surprise ! Quelle chance de naître avec un tel organe !
    A propos, j’ai cherché vainement une vidéo dans laquelle Axelle Red chante un air classique, une superbe interprétation pour une voix merveilleuse. Peut-être quelqu’un sur ce blog saura la retrouver…

  16. Christophe, on n’a pas la voix de toutes ces filles. Certes. Mais nous aussi, on naît avec de beaux organes, non ? :silly:

  17. Beau dimanche. J’aime toutes ces voix, mais je dois dire que depuis env. cinq ans j’ai bifurqué vers le jazz. Je ne peux pas me prononcer pour une personne. Je suis très éclectique en musique et tout ce qui est beau me plait. Je vais du rock/blues jusqu’au castrat. Je me laisse allez sans retenues conformistes ni culpabilité (ha si ma mère me voyait, ou un tel…). Je vais à l’opéra une fois par an si possible, meme dans ce prétententieux opéra-théatre de Besançon. B. Hendrix est passé il y a qq années, j’étais présent. Je sais que le vrai opéra n’est pas dans cette province comtoise. Cela coute chère d’aller voir un spectacle de qualité. Si vous passez à Vérone, ce n’est pas si loin, foncez aux arènes: http://www.arena.it/ – qualité et grandeur vous emporterons.

  18. Thierry, j’ai récupéré ton commentaire par pur hasard, il avait été classé dans les indésirables et il a failli partir à la corbeille. Je n’en comprends pas la raison. J’espère que ce n’est pas arrivé avec d’autres de tes commentaires et qu’aucun n’est passé à la trappe. :angry:

  19. Bernard, il faut vraiment que je te fasse écouter un ptit gaillard que je viens de découvrir, je pense que ça te fera bien rire, je peux t’envoyer ça comment ? (si tu me files une adresse mail, je t’envoie des liens pour « écouter »…)

  20. Ouf !! j’ai cru que j’étais banni de ce blog. Effectivement, cela fait plusieurs fois que je poste et que l’article n’apparait pas (sur une longue période tout de même).
    Bon Jino, on t’ attend de gaillard ferme….

  21. Thierry, le mieux est que tu m’envoies aussitôt un mail si cela t’arrive encore. Je suis vraiment désolé ! Je vais surveiller de près mes commentaires indésirables.

  22. Des morceaux comme ceux proposés par brind’paille ou encore celui de la reine de la nuit ont certainement été écrit en fonction de cantatrices auxquelles pensait les compositeurs, non? A priori, personne ne peut chanter comme ça sans se casser la voix!

  23. Luc, je te dirai demain pour Purcell (et non Haendel, honte à moi!), c’est ce soir que j’y vais!
    PS : Joan Baez a osé … et prouvé qu’elle pouvait! Je trouve qu’elle chante cet air avec beaucoup de liberté, de jubilation, ça correspond bien à sa nature.
    J’ai oublié de dire : Poulenc, superbe (et le texte … sombre et lucide)
    Thierry : oui, prétentieux, mais bon, on n’a que celui-là!

  24. Alors, Didon et Enée … quelle musique!
    Petite formation hier pour cet opéra (« Les Nouveaux Caractères » dirigé par Sébastien d’Hérin, que des jeunes, et beaux en plus), le chœur Aedes (originaire de Bourgogne je crois; que des jeunes, et beaux en plus) admirable de clarté, de précision et d’interprétation.
    Une mise en lumière intéressante, des solistes de grande qualité. Les séquences avec l’enchanteresse et les sorcières, interprétées avec le cynisme de leurs projets, m’ont pas mal plu, bien que je n’aurais pas détesté des sorcières dans le genre de celles de Macbeth.
    Mais j’ai trouvé le décor un peu « raide » (aucun décor en fait, juste des murs mis en lumière) et les costumes décalés par rapport au parti pris de la mise en scène (genre robes fleuries, homme déguisé en ours, nounours serait mieux) et la gestuelle un peu fade.
    Didon m’est parfois apparue comme une écolière énamourée … loin du personnage.
    Mais que je suis sévère! Je rends hommage à toutes ces faiblesses qui permettent à de jeunes artistes de se produire et de nous faire passer un si bon moment.

    La musique : inventive, tantôt enjouée, avec des échos parfois d’airs populaires, tantôt se rapprochant de la musique sacrée la plus magnifique (lamento de Didon). Purcell n’avait que 30 ans quand il a composé cet opéra!

    Voici Didon interprétée par Véronique Gens, très épurée (on ressent la solitude desespérée de la reine) et d’une grande émotion vers la fin :
    http://www.youtube.com/watch?v=1S_84N0V81U&feature=related

    celle de Janet Baker (que je ne connaissais pas); ne regardez pas les costumes!
    Personnellement, je trouve cette interprétation extraordinaire
    http://www.youtube.com/watch?v=D_50zj7J50U&feature=related

  25. Super! J’adorerais être surprise de cette façon-là … et surtout dans ce magnifique café, avec cette ambiance …

  26. Quel bonheur de voir ces images , quelle belle idée … Comme toi brind’paille , J’adorerais être surpris de cette façon-là !!!
    :w00t:

  27. Mandela est mort il y a peu.
    Verdi il y a 100 ans, la Traviata ce soir à la Scala de Milan et sur Arte.
    Et puis peut-être, peut-être… Berlusconi est-il un animal politique mort.
    Va pensiero.

  28. J’étais juste entrain d’écouter … ça !!!
    :wub:

    Nelson Mandela disait : « La politique peut être renforcée par la musique, mais la musique a une puissance qui défie la politique. »

  29. Tout à fait par hasard, je découvre Fadia el Hage une cantatrice Libanaise.
    Alors, Bach en arabe, info ou intox?

    :wub: :wub: :wub:

  30. Cette belle interprétation montre une fois de plus le côté universel de la musique de Bach.
    Je suis d’ailleurs en train de lire un livre sur Bach qui date de 1963 et qui m’a été donné par Luc. J’ai déjà lu cinq ou six livres sur Bach, celui-ci est le meilleur que j’ai lu. :wub:

  31. Je viens de trouver une version live de cette chanson :

    Il y en a qui doivent penser au sacrilège en voyant le texte « mein Gott » changé en « Allah ».

  32. A noter que Fadia El-Hage a collaboré avec un groupe musical dont j’ai souvent parlé sur ce blog : A Filetta.
    Voir le reportage :

  33. Désolé, la vidéo qui suit ne chante pas mais…
    C’est encore plus puissant. J’ai découvert Marianne Sébastien en visionnant « Enquête de sens », très belle expression de la puissance humaine dans ce qu’elle peut apporter de positif.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: