Leonard Cohen : 80 ans !


Date de naissance : 21 septembre 1934. C’est donc aujourd’hui que Leonard Cohen fête ses 80 ans. Leblogadupdup ne pouvait pas passer à côté de cet anniversaire.
Quelques vidéos alternant années 70 et années récentes.

Suzanne

Bird On The Wire

The Stranger

Hallelujah

The Partisan

Take This Waltz (incluant une magnifique présentation des musiciens)

Bon anniversaire Leonard !

56 réflexions au sujet de “Leonard Cohen : 80 ans !”

  1. Cohen il y a quarante ans, Cohen aujourd’hui, c’est la même chose: magnétisme, sérénité, profondeur, présence, foi, détachement, … Il y a peu d’artistes qui nous tirent des larmes du corps. Quel beau cadeau il nous fait d’être encore parmi nous.

  2. pendant une compétition musicale, un papillon vient se poser sur le nez d’une flûtiste:

    ça aurait été très drôle si ça s’était produit sur un air de « Madame Butterfly ».

  3. So long Marianne et la découverte des variantes des accords du MI sur une guitare, au soleil sur les pelouses du Lycée… allez on va dire 1975 ? 1976 ? Et comme vous, j’ai encore des frissons en écoutant ou voyant ce Grand Monsieur. Et très bon anniversaire Sir Cohen.

  4. Effectivement, les variantes autour de l’accord de Mi (dans So long Marianne ou dans Suzanne) font partie du jeu particulier de Cohen à la guitare. Mais c’est aussi le cas pour deux autres accords : le La Mineur (dans You know who I am) et le Ré Majeur (dans Sisters of Mercy), deux accords qui permettent à Cohen de faire des variations avec le petit doigt.

  5. Je me demande quand même si un 80ème anniversaire peut être un anniversaire joyeux. Statistiquement, quand on arrive à cet âge-là, on aborde la décennie dans laquelle on a toutes les chances de disparaître.

  6. C’est probable… Avec des amis, on faisait le tour des artistes du 3ème âge qui chantent encore et des épouvantables performances que certains nous infligent. Je ne citerai personne.
    Toujours est-il qu’en discutant de concerts et d’artistes, Cohen est probablement resté le seul « nona » à s’en sortir tête haute.
    Même sans le chapeau. :wink:
    Happy birthday Leonard.

  7. J’ai vu Graëme Allwright a plus de 85 ans sur scène. Il garde la même énergie et la même voix. Idem pour Gilles Vigneault que j’ai vus l’an passé sur scène.

  8. J’ai vu Graëme aussi sur scène accompagné par 2 malgaches de talent, qui nous ont offert une version de l’étranger inoubliable :

    frissons garantis ! Et je trouve que nous avons beaucoup de chance de pouvoir partager ces pépites entre nous (grace à super Dupdup et son blog fabuleux !).

  9. J’ai vu récemment trois fois Graeme Allwright jouer l’étranger avec ses deux musiciens malgaches. Scotché le Dupdup par un musicien aussi vieux ! :wub:

  10. J’en profite pour dire que l’un des plus grands chanteurs de langue française (Jacques Bertin, mais qui connaît ?) passe à Beaucourt dans le Territoire de Belfort le 10 avril prochain. Joëlle et moi y serons.
    A noter que le dernier article musical que je ferai sur ce blog, juste avant que tout s’arrête, sera consacré à Jacques Bertin.

  11. Je viens de réécouter un peu Bertin (découvert grâce à toi Bernard lors d’un autre échange musical) et je comprends ton choix : c’est un oiseau sur la branche, comme je les aime. Je dois dire que du coup, aller découvrir le bonhomme en avril me tente énormément.

    Retour à Cohen.

    Dans mon univers musical, très hétéroclite et bien moins construit que celui des surtout mélomanes, Cohen figure très tôt dans le rayon « scotché », c’est pas trop mal pour un gars pas très rapide. Mais la dimension gentiment spirituelle de Léonard ne pouvait me laisser insensible. :sideways:
    Du coup cet album là, avec cette chanson là (Stranger song), c’est plutôt du domaine émotionnel, vibratoire, oserais-je dire primaire, que je l’apprécie : elle touche pour moi à l’essentiel de ce que représente l’humain : une part de risque, une part d’incompréhension, une part de sensualité et d’amour, une belle part de voyage ou de partage, une part de souffrance confuse, et bien d’autres petites ou grandes choses.

    D’habitude, je lis, je traduis, et même si je ne comprends pas tout, il me faut un accès cérébral.
    Pour cette chanson (quel titre !), c’est d’un autre ordre (je l’ai pourtant aussi traduite, analysée, et toujours pas comprise), je suis avec, dedans et j’adore. :smile:

    Cohen est un de ceux qui m’a permis d’aimer les hommes avant, pendant et après les oiseaux, je l’en remercie.
    Et en voyant ces vieux bonshommes (avec Graeme Allwright) porter encore si bien leurs voix sur ce corps de coucou, je suis admiratif car j’y sens une vérité profonde.

  12. hummm je me retrouve complètement dans ce que tu écris Christophe. J’ai découvert ces 2 grands lorsque j’étais ado, et je n’ai bien sûr pas tout compris le sens et la profondeur de cette chanson. Reste que ça touche une corde en moi, et ça vibre, et ce, depuis toutes ces années.
    Pfff :dizzy: Bernard ! si je passe chez toi chercher ces disques de Bertin, je vais devoir boire une bière ? :happy: voir 2 ? :lol: est-ce bien raisonnable ? :lol: :ermm: :tongue:

  13. Quelle longévité en tant qu’artiste et il continue à créer sans se contenter de ce qu’il a été. Bravo Mr Cohen! :smile:

  14. Concernant la longévité de l’artiste, une petite précision cependant : c’est en entendant Dylan que Cohen a décidé de devenir chanteur. Il a donc fallu attendre que Dylan soit là, ce qui explique que Cohen n’ait enregistré son premier disque qu’à l’âge de 33 ans.

  15. Dans la série, tel père, tel fils (ou fille dans la cas de Johnny Cash), je viens de découvrir Adam, qui a tout du père… Impressionnant : le talent bien sûr et des intonations de voix – dans les graves…. Quelle famille : encore des années à se régaler :
    Out of Bed
    Marianne by the son

  16. Je viens d’écouter entièrement le disque « Like a man » d’Adam Cohen. On y sent l’empreinte du père et c’est un très beau disque. :smile:

  17. Dans la foulée, j’ai écouté The River And The Thread de Rosanne Cash. L’impression de déjà entendu mais très agréable comme à chaque fois.

  18. Jack Bruce, bassiste et chanteur du groupe légendaire Cream est décédé aujourd’hui.
    Coïncidence : Joëlle et moi l’avons appris alors qu’on venait juste d’écouter le meilleur disque de Cream (Disraeli Gears) dans la voiture.

  19. J’ai entendu un extrait à la radio.
    Celui dont tu as mis la vidéo d’ailleurs je crois.
    En effet, envoûtant.
    Et cette voix !!!! Quelle voix !!!

  20. Je rajouterais quelque chose qui j’espère ne fâchera personne …
    Ce morceau (dont Bernard a mis une vidéo) me fait énormément penser à la chanson qu’on entend plusieurs fois dans le film Le dernier trappeur de Nicolas Vanier.

  21. La chanson qu’on entend parfois dans le film, notamment dans le générique de la fin (il me semble) m’avait marqué.
    Le rythme, et même la mélodie, presque exactement comme le début de celle de Léonard Cohen et la voix grave aussi. En fait, j’avais beaucoup aimé cette musique là.

  22. C’est bizarre, j’ai écouté les morceaux du lien donné par Yves et je n’ai pas retrouvé celui dont je parlais ci-dessus :wassat:

  23. Non, ce n’est pas possible que je me sois trompée de film.
    Je vais le regarder de nouveau pour noter les moments où cette fameuse chanson apparaît, parce qu’on l’entend plusieurs fois, au moins deux en tout cas.
    Elle n’est peut-être pas sur le CD de la BO parce que c’est juste une chanson et peut être pas composée par l’auteur de la BO.
    Mais là, je ne sais pas, c’est juste une idée.

  24. Bon, j’ai cherché dans le film.
    On entend la chanson dont je parle à la 24ème minute.
    Je n’ai pas cherché ailleurs mais je me souviens qu’on l’entend plusieurs fois.
    Donc …
    Ce n’est évidemment pas le même morceau que celui de Cohen mais je comprend qu’en l’écoutant, cela m’ait rappelé la chanson du film, tout au moins le début du morceau..
    Un peu le même air, le même rythme, même voix basse .
    J’adore cette chanson !

  25. So long Sir Cohen.
    Tant de souvenirs pour moi attaché à cet homme que j’ai fredonné sur les pelouses du lycée et redécouvert grâce à toi Bernard à travers le DVD « Songs of the road ». Hommage à ce « bird on the wire » qui a essayé à sa façon, de rester libre.

  26. Aureliano Tonet a écrit un très bon article dans le Monde sur la mort de Cohen. Un petit extrait :

    « A-t-il pactisé, dans quelque désert secret, avec David Bowie, Prince, Bob Dylan et d’autres ? Se sont-ils concertés pour faire de 2016 une cérémonie à l’ancienne, une « Old Ceremony » où le Ciel, façon croupier de casino, sortirait de son chapeau les grands défunts au hasard des jets de dés ? Ont-ils pris les paris, tentant, par une apparition subreptice de dernière minute – sortie d’album, concert, prix Nobel –, de déjouer le sort ? Le Canadien a-t-il attendu l’élection, la veille de sa mort, du joker Trump pour se retirer sur un ultime coup de poker ? »

  27. Une blague qui courait ces jours-ci « la réaction de Cohen suite à l’élection de Trump c’était quand même un peu exagéré ».
    ça m’a bien fait rire (j’adore l’humour noir). En fait, Stéphane m’apprend que si on a appris la mort de Cohen en se réveillant ce 10 novembre, il était mort depuis le 7 (et inhumé par ses proches à peu près au moment où on l’a appris)

  28. Parmi toutes les reprises de Hallelujah, celle ci est toute mignonne :

    J’aime beaucoup aussi celle-ci :

  29. En effet, reprise bien fraîche.
    Je vais faire preuve de chauvinisme, connaissez-vous celle de notre fromager mamirollais , je veux parler de Lilian Renaud. Une très belle voix.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: