Un autre coin de paradis

C’est un endroit un peu perdu quelque part à l’ouest de Macon.  Pour y arriver, sur invitation de Christophe, on a suivi ses précieux conseils, infiniment plus pertinents que ceux d’un GPS : « il suffit de baisser la vitre et de renifler l’odeur du gamay ». Effectivement, deux ans plus tard nous arrivions.

Sur place, l’endroit nous a paru magnifique, calme, empreint d’une certaine sérénité.

1Le premier matin, nous avons fait une petite balade sur le secteur et beaucoup de choses nous ont paru très étranges, mais peut-être n’était-ce que la conséquence du Gamay de la veille au soir.

Ainsi, nous avons rencontré au cours de notre courte balade :

… une poule qui courait sur une haie de thuyas …

2

… des crottes de nez suspendues aux feuilles des arbres …

3… des insectes qui n’arrêtaient pas de picoler …

4… d’autres qui faisaient de la gymnastique des heures durant malgré la fournaise ambiante (on était en période de canicule) …

5… des mouches qui butinaient des fleurs bizarres …

6Sans doute aurions-nous pu voir d’autres bizarreries si on avait poursuivi notre route. Mais on commençait à s’inquiéter, alors on a rebroussé chemin.

Après le repas et la dissipation des brumes de Gamay, nous sommes allés (quand je dis « nous », c’est avec Michel) au jardin qui touche la maison. On devine, aux rames de haricots, que ce jardin a été un potager il y a peu de temps encore.

7Et là, nous avons découvert un véritable paradis. La nature laissée pour compte s’y est développée avec luxuriance.

8Evidemment, toutes ces plantes en pleine floraison attirent des tas d’insectes et font le plaisir des photographes.

9Je vous présente dix insectes, à vous d’aider Christophe à identifier les bestioles qui vivent chez lui !

1
10

211

312

413

514

615

716

817

918

10 (deux images)19 20N’oubliez pas de préciser si chacune de ces espèces est comestible ou non. Il ne restera plus à Christophe, une fois les insectes identifiés et reconnus « mangeables » par vos soins, qu’à décider avec quel type de gamay il accompagnera chacune de ses bestioles. Si je dis ça, c’est parce qu’à mon avis il ne doit pas récolter beaucoup de pommes de terres et de haricots dans le jardin ! :tongue:

52 réflexions au sujet de “Un autre coin de paradis”

  1. Punaise , jolie jachère en effet !!
    :w00t:
    C’est bon , j’ai identifié tous les insectes du domaine à Christophe … Je crois bien qu’ils sont tous comestibles , je dirai même que vu l’état de la végétation environnante , ils doivent être bio !

  2. J’en donne deux ,
    N°5 : L’Helophile suspendu (Helophilus pendulus)
    N°7 : la Volucelle transparente (Volucella pellucens)

  3. Non, pour moi c’est plutôt la qualité des photos.. chapeau !
    et puis : vous avez vu la BIODIVERSITE ….. sur ce petit bout de terrain
    ça change d’une prairie traitée au glyphosate .

  4. Au pif je dirais:
    n°1 et 6 quelque chose s’approchant du grand damier (Melitaea phoebe) madame
    n°8 thècle du bouleau (thecla betulae)
    sous réserve de me planter.
    Faux la trichie (trichius fasciatus)? Cé quoi ce petit sourire ? :blink:

  5. photos 2, 3, 5, 7 et 9 : toutes des espèces de la famille des bzzz bzzz bzzz qui piquent
    photos 1, 4, 6, 8 et 10 : pas bzzz bzzz bzzz qui piquent du tout

  6. Oui, ils sont beaux.
    Sans doute les trouvons-nous beaux parce que la photo numérique permet d’aller loin dans le détail et, vu de près, on a toujours affaire à une architecture (le mot ne me semble pas trop osé) incroyable des ailes, de la carapace, des écailles …
    L’avènement de la photo numérique a sûrement créé quelques vocations et amené des naturalistes (habitués des oiseaux, des mammifères …) à s’intéresser aux insectes et autres sales petites bestioles.

  7. Je suis content qu’on me présente cet helophile suspendu, qu’on prend
    pour une petite guêpe qui fait du surplace. Quelqu’un m’avait dit « non, c’est
    une mouche déguisée en guêpe pour décourager des oiseaux prédateurs ». C’est
    avéré ça ou c’est romancé ? Les photos sont superbes.

  8. petite mouche, petite mouche… Elle est déjà de bonne taille. D’autres syrphes sont effectivement plus petites et bariolées de manière similaire. La couleur peut-être considérée comme un mimétisme (imitation de la forme ou de la couleur d’un prédateur ou d’un animal redouté). j(espère qu’il ne s’agit pas de h. trivittatus car la photo aurait des couleurs un peu faussées aptes à trompé la détermination… :ermm:

  9. Jamais ce potager n’a ressemblé à ça ! C’est la conjonction de deux facteurs : un moment de transition intergénérationnelle (plus personne n’est en mesure actuellement d’entretenir les planches) et un été extra sec.
    J’ai appris à jardiner là : désherbage, bêchage, cueillettes… Ça a toujours été un jardin sans chimie, dans une terre sableuse, sur roche de type porphyre ; les légumes ont un goût extraordinaire, supérieur à celui que l’on trouve en domaine calcaire.

    Alors dans ce moment pénible qui voit disparaître un peu de culture, j’ai été bien content de voir les copains aller de découverte en découverte pour ramener de si belles images de cette friche. Ce petit coin de paradis a toujours su apporter une surprise issue de la nature.

    Faut dire que le Gamay n’autorisait aux photographes que des déplacements lents, à quatre pattes : sans l’autofocus, je crois qu’on aurait plus de mal à identifier les six pattes, avec un regard Brouilly. :smile:

  10. Le saint amour qu’elle a rencontré à la taverne « Chez Nas » car c’est là qu’elle a vu pour la première fois son jules Iénas ! :smile:

  11. Pas moi, c’était juste pour faire un jeu de mots sur « chénas » qui est un des crûs du Beaujolais (avec le Juliénas et d’autres …).

  12. Pas lu, mais entendu à de nombreuses reprises ses interventions intelligentes et désabusées en rapport avec la fièvre islamiste.

  13. Ma parole, le Dupdup a dû asperger ce chardon de glu pour piéger les insectes !
    :lol:
    Sans rire cette fois, les photos sont magnifiques :wub:
    A croire que Bernard sait non seulement apprivoiser les bestioles à plumes ( les mésanges …), les bestioles à poils (le renard) mais aussi les toutes petites bêbêtes.
    Bravo à Bernard pour les photos et bravo à Christophe pour la friche bien peuplée.
    Vous savez que le Beaujolais, c’est mon pays ?
    Eh oui, je n’ai pas grandi dans la Drôme ! :wink:

  14. moi je suis née a lyon et mon frère habite saint priest il nous ramène du vin des coteaux du baujôlais qui plait bien a Patrick

  15. La détermination d’insectes est une affaire délicate car bien souvent on ne sait pas qu’il existe plein d’espèces très proches les unes des autres, la plupart des livres accessibles au grand public ne présentant en général que l’espèce la plus courante (et encore !). Ainsi en est-il des Trichies.
    Il est possible que pour la photo n°6, comme le dit Fifitoucourt, il s’agisse de la Trichie fasciée (trichius fasciatus) que l’on appelle aussi Trichie à bandes. Mais il existe aussi deux autres espèces très proches : la trichie zonée (trichius zonatus) et trichius sexualis. Cette dernière espèce étant localisée aux Vosges et à l’Alsace, on peut sans doute se permettre de l’éliminer. Il est difficile d’aller plus loin dans la détermination car pour être sûr qu’il s’agisse de la trichie à bandes, il faudrait examiner le tibia de la patte médiane. En effet, chez cette espèce il y a une dent très marquée aux 3/4 du tibia et c’est le seul critère fiable. Et la photo que j’ai mise ne le permet pas. Une seule photo est souvent insuffisante pour arriver à déterminer les bestioles compliquées (meuh non, je parle pas de toi Fifi !). Et en plus, si je voulais m’en tenir juste aux taches des élytres et aller voir les quelques photos disponibles sur le Net, si je m’en réfère à ce site allemand, il s’agirait même plutôt de trichius zonatus. Mais comme c’est un critère très relatif, on va simplement dire trichius sp (le suffixe sp voulant dire dans ce cas-là qu’on est juste sûr qu’il s’agit d’une espèce du genre trichius mais qu’on ne peut pas aller plus loin dans la détermination).
    Désolé de casser un peu ta baraque Fifi !
    D’ailleurs je ne savais pas qu’il y avait trois espèces de trichies, j’aurais dit également Trichie fasciée, mais c’est Michel qui a regardé les photos la semaine dernière et qui m’a mis la puce à l’oreille. Vous me demandez de quelle espèce de puce il s’agit ? sp sans doute !!!!!!! :w00t:

  16. Comment ça ?
    Dupdup n’a pas regardé la gambette de la demoiselle (il aurait ainsi vu s’il y avait ou non ce critère déterminant sur son tibia) …
    C’est bien étonnant, venant de sa part ! :lol: :tongue: :devil:

  17. Je viens de passer une heure sur la photo n°2 (les retraités, ça a du temps !). C’est compliqué car le guide illustré le plus complet et qui s’appelle le Guide des abeilles, bourdons, guêpes et fourmis d’Europe (de H. Bellmann) ne présente qu’un peu plus de 200 espèces alors qu’il existe 11 000 espèces d’hyménoptères en Europe. Cela confirme bien ce que je disais ci-dessus, à savoir que la détermination des espèces est très difficile, voire quasi impossible pour les groupes compliqués comme les hyménoptères et les diptères.
    J’en suis arrivé à la conclusion que cette espèce fait partie de la famille des scolies, genre Scolia. Or, il existe 8 espèces de Scolia en France et le livre de Bellmann n’en présente qu’une seule (Bellmann a l’honnêteté tout de même de dire qu’il existe 8 espèces très proches, ce que ne précisent pas tous les livres). Je suis allé sur internet car finalement en tapant le nom latin des 8 espèces avec « google images » on arrive à trouver des photos des différentes espèces (je pense d’ailleurs que c’est dans le domaine des insectes qu’internet est le plus précieux pour la détermination de la faune). Après consultation d’une bonne centaine de photos, je pense qu’ils’agit très probablement de Scolia hirta, la scolie hirsute.
    Si je n’en suis pas tout à fait sûr, c’est que les articles sur lesquels je suis tombé ne précisent pas si Scolia hirta butine les fleurs de raisin de cépage gamay ! :w00t:

  18. Humeur approximative avait raison de dire que cet insecte fait partie de la famille des bzzz bzzz bzzz qui piquent car effectivement les femelles (encore elles !) de scolies peuvent infliger des piqûres douloureuses.
    Une particularité des scolies : les oeufs sont pondus dans des larves de scarabées et de lucanes et les petits larves de scolies, après leur éclosion, vont dévorer la larve du coléoptère. A part ça, c’est des bestioles très gentilles (enfin, je parle des mâles, inoffensifs !).

  19. Meuh non, je ne suis pas fâché Bernard. :smile:
    Je connais aussi les délicatesses d’une détermination bien que non spécialiste. Comme pour le mâle d’Atypus l’autre jour je vais à l’espèce la plus courante et donc la plus probable. Une seule photo est rarement suffisante pour déterminer l’animal de toute évidence, je suis bien d’accord avec toi ! D’autant que la perspective peut déformer la forme ou le dessin caractéristique, les détails d’anatomie des pattes ou le réseau de nervures des ailes étant lui aussi souvent délicat à observer de cette manière. La trichie de ta photo semble plus mince et allongée que celle qui apparait dans « La nuit du grand paon ». Je pense que d’autres critères que le détail du tibia puissent entrer en jeu pour une détermination précise… sans m’avancer plus que ça. :wassat:
    Je reconnait de bonne grâce que j’ai proposé des déterminations de manière un peu simpliste. :cool: Je vous prie de bien vouloir m’excuser… :wink:

  20. Je pense au contraire qu’il est très intéressant de proposer une espèce donnée en choisissant la plus commune (et donc la plus probable) même si la proposition est fausse, car au moins ça nous fait un point de départ et on peut affiner ensuite les choses.

  21. En parlant de mouches …
    « Plus l’homme prolifère, plus la mouche prolifère; plus l’homme détruit son environnement, plus la mouche prospère; plus l’homme vit dans des conditions miséreuses, plus la mouche s’épanouit; plus l’homme fait la guerre, plus la mouche progresse… » (extrait « Les Mouches » de M.Monestier, Ed. Le cherche midi.1999)
    http://www.cherche-midi.com/livres/les-mouches

  22. Je viens de passer du temps sur les deux photos de punaises (n°10), il s’agit a priori de Carpocoris (famille des pentatomides) mais je n’ai pas les critères pour différencier les 6 espèces que l’on trouve en France. Donc Carpocoris sp pour l’instant.

  23. Voilà ma proposition pour les photos d’insectes :
    La plupart étaient déjà identifiées.

    1 : Melitaea phoebe
    2 : Scolia hirta
    3 : Diptère Tachinidae, difficile d’aller plus loin
    4 : Melitaea phoebe
    5 : Helophilus pendulus
    6 : Trichius sp
    7 : Volucella pellucens
    8 : Thecla betulae
    9 : Ectophasia crassipennis ou Ectophasia leucoptera
    10 : Carpocoris purpureipennis

  24. Y a pas à dire, ça a de la gueule les bocages de Saône et Loire. De la biodiversité, du soleil, du bon vin! Bref le paradis sur Terre! :w00t:

  25. Effectivement, ce que nous dit Michel recoupe pas mal ce qui a été dit.
    Finalement, sur 10 espèces :
    – 7 espèces identifiées
    – 1 espèce pas tout à fait identifiée (incertitude entre deux noms pour la photo 9)
    – 1 espèce où on ne peut pas aller plus loin que le nom de genre (photo n°6)
    – 1 espèce où on peut pas aller plus loin que le nom de la famille (photo n°3).

    C’est plutôt pas mal, non ?

    Merci à tous, Christophe va pouvoir savoir ce qu’il mange !

  26. Très sympa, voilà un moment de nature qui restera en mémoire : la saison qui vient ne verra pas une nouvelle jachère, la décision a été prise de revenir à l’herbe sur cette parcelle. On ne voit pas la maison et pas trop la main de l’homme dans cette jachère, mais croyez-moi, il y eu du labeur et j’entends encore les voix de mes aînés sans trop raser les murs. Ceux qui restent seront enchanté de cet article car ils partagent la plupart des centres d’intérêt de ce blog : nature, culture, Gamay compris.

    Je sens que cette affaire va me coûter une autre invitation car… si Dupdup croit avoir découvert des trésors insoupçonnés dans ce petit coin, il n’en a qu’effleuré un potentiel.
    Et moi je me suis pris une tannée au Mölkky, ça doit se payer. :angry:

    Euh… quand je dis « effleuré » je ne parle pas du Gamay. :whistle:

  27. ah oui le Mölkky, je me suis dit il y a peu de temps que j’avais commencé autrefois une mini-rubrique qui s’appelait « un art de vivre » dans laquelle j’avais déjà parlé de la pétanque et que le jeu de Mölkky, qui est encore bien plus convivial (en ce sens que tout le monde y joue facilement, contrairement à la pétanque), aurait bien sa place dans cette rubrique.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: