Variétés de courges et de potirons (3)

Pour les jardiniers les plus organisés, janvier et février sont les mois où l’on choisit les variétés que l’on va semer. Bonne période donc pour poursuivre mes séries d’articles sur le sujet entamées il y a plusieurs années déjà.

Et je vous propose aujourd’hui un nouvel article sur la diversité des cucurbitacées.


L’année 2018 fut une année moyenne : difficultés de pollinisation, peu de fruits par pied, sécheresse persistante … Mais comme j’avais semé beaucoup de variétés en vue d’une expo, ma récolte fut évidemment largement suffisante pour assurer ma consommation hivernale et printanière (de quoi tenir un siège de plusieurs mois !).

Après vous avoir parlé dans les articles précédents de variétés très classiques, voici trois autres variétés, plus petites et moins connues.

La première est la courge Anvers.


Elle fait partie d’une famille de courges très bonnes sur le plan gustatif : la famille des courges musquées dont les représentantes les plus connues sont la courge musquée et la courge butternut (je vous en ai déjà parlé dans cet article).


C’est une courge très intéressante à cause de sa petite taille. Car, lorsqu’on cuisine et que l’on est deux à la maison, une variété de petite courge est bien préférable à une grosse variété qui va vite s’abîmer une fois entamée. Et en plus, la courge Anvers se conserve facilement jusqu’à la fin du printemps.


La deuxième appartient à la famille des patidous. C’est un type de courges peu consommé en France et on ne trouve généralement que deux variétés disponibles (quand on les trouve !) : Delicata (de forme allongée) et Sweet Dumpling.


Petit conseil de cuisine : on fait cuire la courge entière (à l’eau ou à la vapeur), on la coupe en deux, on enlève les pépins avec une petite cuillère et on la déguste encore un peu tiède avec une vinaigrette. Excellent !


Personnellement, je trouve que la variété Sweet Dumpling est la meilleure des deux, d’un point de vue gustatif.

Enfin, une dernière variété que j’adore : il s’agit de Jack Be Little (parfois appelée Little Be Jack) qui donne à profusion des tas de fruits (parfois une trentaine sur le même pied).


A la maison, on ne consomme cette courge que d’une seule manière, très classe. On coupe le chapeau du fruit, on enlève les graines, on fait précuire à la vapeur. On garnit ensuite l’intérieur d’un mélange « crème fraîche – lardons – comté » puis on cuit au four dans un plat (après avoir remis les chapeaux). Un des meilleurs plats que l’on puisse déguster (évidemment, avec du comté … !).

Petit inconvénient : cette courge est à consommer au plus tard en février, il est difficile de la conserver au-delà de ce mois.


En conclusion : trois variétés que vous pourriez tester dans votre jardin et qui sont toutes de très bonne qualité gustative.

7 réflexions au sujet de “Variétés de courges et de potirons (3)”

  1. J’ai un peu plus de potirons qui pourrissent cette année que les autres années, mais cela ne concerne cependant que quelques-uns. Il y a des années où ils se conservent moins que les autres années, peut-être est-ce le cas cet hiver.
    Dans l’idéal il faut les conserver dans une pièce non chauffée (entre 10 et 15°C), surtout pas à la cave. Les mettre à la cave est une erreur que font beaucoup de gens. Je mets les miens au sous-sol. Comme la température y est clémente tout l’hiver (à cause de la présence de la chaudière), ce local leur convient bien.

  2. Salut Bernard, je les conserve perso dans le salon et ça marche bien, je garde les Butternut jusque juin ainsi.
    Par contre, je suis pas trop fan de Jack be little, je la trouve trop sucrée, c’est presque un dessert.
    Et le patidou est-il sucré ? Faut-il le peler ?

  3. J’ai oublié de préciser dans mon article que si je suis par ailleurs un grand diffuseur de graines de tomates, poivrons, piments et aubergines (toutes partagées à titre gratuit, cela va sans dire), je ne diffuse aucune variété de cucurbitacées. La raison en est simple : trop de problèmes d’hybridation dans cette famille de plantes, je fais comme tout le monde : j’achète mes semences car je n’en produis pas une seule.

  4. Bonjour, je viens de lire votre article dans un magazine concernant les tomates … vraiment très intéressant .. ensuite en quelques clics, j’ai découvert votre blog et je vais surement y passer quelques heures à y glaner beaucoup d’infos …. :smile:
    Dès que vous organiserez une visite de votre jardin, j’aimerais bien le découvrir.
    et aussi, ce serait génial que je puisse trouver les tomates dont vous parlez … pour pouvoir les semer bientôt…
    pourriez vous m’envoyer quelques graines (j’ai un petit jardin et une petite serre) si je vous fais parvenir une enveloppe timbrée ???
    Merci pour le partage de vos connaissances ….et encore bravo !!!

  5. Je viens de comprendre pourquoi mes courges se conservent moins bien au sous-sol cette année. J’utilise beaucoup le sous-sol pour faire de la bière (8 séances pendant l’hiver), le brassage produit beaucoup de vapeur d’eau, l’embouteillage aussi (car on désinfecte les bouteilles une à une avec un vaporetto). Conséquence de tout cela : le sous-sol est plus humide que les années précédentes et sans doute ne convient-il plus à la conservation des cucurbitacées.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: