Woodstock Anniversaire

On va beaucoup parler de Woodstok cet été dans les médias. Et pour cause ! Car ce sera le 50ème anniversaire du festival. Mais en août, mon blog sera en pause estivale et je serai trop occupé à faire la sieste et à lire des bouquins pour reprendre sérieusement le cours du blog. Alors un petit article en avance sur le sujet (j’ai déjà parlé du festival sur le blog, mais c’était il y a si longtemps …).

Quand on parle de Woodstock, on fait forcément référence à ce qui s’est passé en Californie dans la deuxième partie des années 60, le festival étant censé être représentatif du mouvement hippie, (le fameux « Flower Power ») et de la contre-culture. Mais tout ça était déjà fini depuis un moment, le festival qui s’est déroulé du 15 au 18 août 1969 n’était en fait que le dernier sursaut d’une époque à jamais révolue (mais qui laissera beaucoup de traces). Un festival nostalgique en quelque sorte !

Peut-être que je ferai un autre article très prochainement car il y eut 32 concerts et le sujet est vaste. Mais aujourd’hui je voudrais juste me focaliser sur cinq artistes qui m’ont beaucoup marqué lorsque le triple album du festival est sorti en mai 70. Woodstock fut d’ailleurs « un accélérateur de carrière » pour ces cinq-là. Il y eut plein d’autres noms tout aussi prestigieux que ces cinq groupes, mais il faut bien dire que certains artistes présents ont un peu loupé leurs prestations (notamment Janis Joplin, Jefferson Airplane, Grateful Dead).

RICHIE HAVENS, qui a ouvert le festival, est incontestablement entré dans l’Histoire de la musique ce jour-là. Et ce fut à la faveur d’une circonstance incroyable. Il avait fini son concert, il n’avait rien prévu d’autre que ce qu’il venait de jouer, mais le groupe suivant (Sweetwater) était bloqué dans les embouteillages (on attendait 50 000 personnes, il en est venu 500 000 et ce fut le plus gros embouteillage de toute l’histoire des Etats-Unis !). Alors Richie Havens a dû improviser pour faire patienter les spectateurs. Pour la prestation que l’on connaît !

Le lendemain, samedi, jour de pluie et de boue, un jeune batteur (MICHAEL SHRIEVE) faisait un effet incroyable dans le groupe de CARLOS SANTANA.

Dimanche 17 août, c’est un personnage nouveau sur la scène musicale, JOE COCKER (qui restera pour moi le meilleur artiste du festival), qui transformera un morceau des Beatles en une version hallucinée. Il y a tout l’esprit du rock dans ce joyau qu’est « With A Little Help From My Friends ».

ALVIN LEE, chanteur et guitariste de TEN YEARS AFTER, fera ensuite une version déjantée de « I’m Going Home ».

Et enfin, le lundi matin au lever du jour, alors qu’il ne reste plus grand monde (à part des tonnes de déchets, oui c’était ça aussi le fameux « peace and love »), JIMI HENDRIX, épuisé, revisite l’hymne américain (on est en pleine guerre du Vietnam) lors d’une des plus célèbres improvisations de l’histoire du rock.

Ça nous rajeunit pas, hein !

10 réflexions au sujet de “Woodstock Anniversaire”

  1. Joli florilège, vu tout ça plein de fois, et bien sûr, comme c’est gravé depuis longtemps, c’est une part de moi. Ton coup de cœur pour Joe Cocker était prévisible, lui si grand planteur de tomates.

    Quelle énergie se dégage de tout ça, c’est le plus fort je trouve : la drogue n’était pas moins forte ou rare, mais l’herbe plus douce non ? Ou alors c’était le temps, ou les perspectives, voire l’utopie, même terminale.

    Quelqu’un d’entre-vous a t-il vu Hôtel Woodstock, un rare film sur ce fameux concert. J’ai bien aimé, pourtant, faire un film sur le sujet était ambitieux…

    Allez, et si on se levait pour la paix ? Ce qui transfigurait tout ça, c’était quand même la guerre au Vietnam pour les Ricains puis l’Algérie pour nous.
    Woodstock aux Etats-Unis, corvée de bois et rideau ici non ? Vive l’Algérie libre, je vous ai compris gens de Woodstock. :sideways:

  2. S’il y a quelque chose qui m’a profondément marqué, c’est bien Woodstock!
    La porte s’est fermée (dirais-je enfin!…) sur la période yé-yé ,… bon on avait bien le tandem Stones/Beatles qui ont mis un pied dans la porte pour rester dans la course, mais elle s’est grand-ouverte sur le déferlement de la super-musique des seventies!
    Santana et surtout l’ensemble des percussions derrière me plongeaient dans une transe vaudou (merci d’avoir mis le morceau!) mais avec le recul des années je te rejoins sur Joe Cocker comme grand vainqueur.
    Ce gars m’a toujours impressionné par l’émotion qu’il distillait dans ses morceaux, même quand il lâchait les décibels, et il y avait déjà bien les deux dans « With A Little Help From My Friends ».
    Par la suite, quand il s’est calmé…de tout, il a rangé un peu les décibels mais il a préservé cette émotion comme un joyau, qui me touche tjrs, comme dans la version de ce morceau minimaliste, avec une dentelle d’accompagnement dont on entend à peine la trame et qui pourtant l’habille superbement …

    You are so beautiful

  3. Je m’étais promis de tout écouter sur cet article (Woodstock, quand même !) mais évidemment je n’ai pas eu le temps. Pour l’instant, j’ai enfin quelqu’un qui est arrivé pour sécuriser ma maison (Je fais partie des personnes impactée par le gros orage de grêle samedi après-midi dans la Drôme). Bon, une fois la maison sécurisée (ce soir j’espère), je serai plus tranquille, d’autant plus que d’autres orages sont annoncés pour demain.
    Et j’espère que je pourrai enfin visionner toutes ces vidéos pour me replonger dans l’époque de ma jeunesse avec délectation.

  4. Joe Cocker avait donné un concert à Besançon, c’était il y a au moins 20 ans. Je ne me rappelle plus pour quelle raison je n’y suis pas allé (peut-être tout simplement parce que je ne l’ai su qu’après coup). Un ami qui y était avait trouvé sa prestation extraordinaire.

    Merci Christophe pour la vidéo, je ne connaissais pas cette passion que Joe Cocker avait pour les tomates.

  5. Bernard , je ne sais si c’est l’abus de bières , l’age ou le trop plein de jardinage … Mais nous avons déjà parlé de cette passion qu’avait Joe Cocker pour la tomate sur ce blog !!! :smile:

  6. Lors du précédent commentaire, je parle de la sortie d’un coffret de 10 CD pour l’anniversaire de Woodstock.
    En allant sur le site d’Amazon, je lis ce commentaire de Patrick L., intitulé « on se calme », qui donne un avis intéressant sur le festival et sur cette réédition :

    « Je viens de recevoir ce coffret et a l’heure de poster mon commentaire, je relis ceux qui ont été précédemment envoyés.
    Ce coffret est surtout destiné aux collectionneurs et aux fouilleurs de raretés musicales. Tout n’est pas fantastique, tout n’est pas indispensable et tout n’est pas forcement bien enregistré. Les puristes regretteront l’absence de tel ou tel morceaux, les râleurs ne verront que le coté fric, et certains vieux nostalgiques ne manqueront pas d’opposer ce festival a d’autres tout aussi mémorables. Il n’en reste pas moins que Woodstock restera Woodstock pour toujours et que la mémoire collective le gardera comme le plus grand concert de musique de tous les temps. Bien sur, il ya eu Monterey avec de sacrées pointures et des performances inoubliables, il y eu Wight aussi avec ceux qui avaient refusé d’aller a Woodstock et qui cherchaient a se rattraper auprès de la jeunesse de l’époque, il y a eu des tas de petits concerts avec des groupes qui auraient mérité d’être plus connus, mais soyons raisonnables et ne tombons pas dans les mèmes défauts qu’a l’heure actuelle ou le sport principal est de tout critiquer avant tout.
    A l’heure de cet anniversaire, profitons de l’esprit de Woodstock pour apprécier et se remémorer ces trois jours de paix et de musique sans etre obligé de sombrer dans des polémiques inutiles et stériles. Personne ne vous oblige a acheter ce coffret, et a ce prix la, si vous l’avez fait c’est pour aviez envie d’entendre les morceaux introuvables sur les productions antérieures.
    J’ai maintenant l’âge de voir les choses avec le recul, j’étais jeune à l’époque de Woodstock mais déja, nous savions que l’on venait d’assister à un morceau d’histoire qui avait permis aux amateurs de musique de vivre un événement exceptionnel.
    Je déplore l’absence sur Amazon du coffret anthologie de 38 CD et DVD disponible aux Etats Unis seulement et qui est déja malheureusement épuisé, ce qui ne manquera pas d’entrainer une méprisable spéculation totalement en opposition avec les valeurs de l’époque.
    Meme si le mouvement hippy a trouvé son point d’orgue a Woodstock, ce fut également son chant du cygne, mais n’oublions pas que l’important est que certains aient gardé la mentalité et continuent à oeuvrer pour leurs valeurs et à faire que ce monde soit meilleur.
    Love and peace et bon anniversaire. »

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: