Les oiseaux de l’hiver 2020-2021

Le nourrissage hivernal des oiseaux a sans doute commencé pour la plupart d’entre nous.

Comme chaque année, cet article est là pour qu’on échange, entre tous les amoureux des oiseaux qui viennent sur ce blog, sur les différentes espèces que chacun peut observer cet hiver à son propre poste de nourrissage.

Quelles seront les tendances de cet hiver ? Beaucoup d’oiseaux ? Des espèces inhabituelles ?

On a souvent une attitude très paradoxale vis à vis de ces oiseaux. On aime bien en voir beaucoup autour de soi en hiver …  même si l’on sait pertinemment que si l’on en voit beaucoup ça peut être parce qu’ils crèvent de faim et qu’il n’y a pas grand chose à bouffer dans la nature. Plaisir égoïste sans doute … Mais bon, l’Homme est ainsi fait. Pas de raison donc de bouder son plaisir et de ne pas se rincer l’oeil !!!

A noter que, comme il a souvent été dit sur ce blog, les observations sont toujours très difficiles à interpréter. Une abondance de mésanges au poste de nourrissage peut vouloir dire que les effectifs de mésanges sont très importants. Mais cette abondance peut aussi signifier aussi le contraire, à savoir qu’en raison d’une pénurie de ressources alimentaires dans la nature, toutes les mésanges se regroupent de manière artificielle au poste de nourrissage et donnent l’illusion qu’elles sont nombreuses. Soyons donc prudent dans l’interprétation de nos observations.

J’ai remarqué qu’en général, lors d’une « année normale », il y a une quinzaine d’espèces différentes au poste de nourrissage. Mais que ce chiffre passe à une dizaine seulement les années basses, une vingtaine les années hautes, jusqu’à 25 les années exceptionnelles (ce qui est tout de même très rare, cela correspond en général à des hivers exceptionnellement froids comme janvier 1985 ou février 1986).

Alors cette quinzaine d’espèces habituelles, quelles sont-elles (évidemment, ce n’est valable que pour l’Est de la France) ? Je mets ici des images des espèces qui constituent pour moi la base de ce que l’on peut voir quasiment chaque hiver, les autres espèces non citées (tarins, pic mar, bouvreuil, …) étant un peu plus aléatoires.

Mésange charbonnière

Mésange bleue

Mésange nonnette

Sittelle torchepot

Pic épeiche

Rouge-gorge

Merle noir

Chardonneret

Verdier

Gros-bec

Pinson des arbres

Pinson du nord

Moineau domestique

Accenteur mouchet

Pie bavarde

Alors, il se passe quoi dans votre jardin ?

88 réflexions au sujet de “Les oiseaux de l’hiver 2020-2021”

  1. Dupdup, tu es très fort !
    Je venais sur le blog pour poser une question mais je me demandais où j’allais la poser.
    Et hop ! Le Dupdup a mis l’article qu’il fallait pour ça :smile:
    Alors voilà ma question …
    Est-ce que « le visage d’un oiseau » se dit ?

    Je n’ai pas commencé le nourrissage mais je pense que cela ne va pas tarder. Cela fait 3 jours qu’il gèle bien la nuit. Par contre, la journée, nous avons un temps fabuleux, bien ensoleillé et sans un brin de vent, ce qui est suffisamment rare en vallée du Rhône pour être signalé :whistle:
    Je suis très impressionnée par la photo avec tous les gros-becs ! Chez moi, j’en vois rarement et jamais plus d’un à la fois.
    Par contre, tout à l’heure, j’ai vu dans ma cour un oiseau que je n’y avais jamais vu : un roitelet à triple bandeau. Sympa ! :wub:
    Je reprends tes photos et compare par rapport à chez moi :
    Mésange charbonnière oui
    Mésange bleue oui
    Mésange nonette non
    Sitelle non
    Pic épeiche oui
    Rougegorge oui
    Merle oui
    Chardonneret oui
    Verdier oui
    Gros bec rarement
    Pinson des arbres oui
    Pinson du nord oui
    Moineau domestique non mais j’ai le friquet
    Accenteur mouchet oui
    Pie, y’en a pas loin mais jamais chez moi.

  2. Tu sais, les oiseaux, ça se vexe facilement. Si tu écrivais « sittelle »‘ et « nonnette » correctement, peut-être qu’elles viendraient !!! :whistle: :tongue:

    Ici, pas de vent non plus, mais on l’attend car la moindre brise ferait partir le brouillard qui n’a pas décollé de la journée alors qu’à quelques kilomètres de chez nous c’est un magnifique ciel bleu. On n’a que ce qu’on mérite paraît-il … :angry:

  3. Je vois à peu près tous ces oiseaux. Si je compte aussi les oiseaux de l’été à la gamelle d’eau, le nombre d’espèces s’élève à plus d’une trentaine.

    Pour l’hiver, mésanges charbonnières, bleues et nonnette, sittelle, merle, pie, pinson des arbres, pinson du nord, verdier, gros-bec, tarins des aulnes, chardonneret, bouvreuils, rouge-gorge, tourterelle turque, les geais et les incontournables moineaux domestiques auxquels vient se joindre le pic vert (qui ne va à la mangeoire, évidemment !). Il y a aussi un couple de corneilles noires qui vient de temps en temps (et les écureuils… mais ce ne sont pas des oiseaux !) :smile:

    Le pic épeiche reste toujours très loin du poste de nourrissage, bouvreuils et chardonnerets se font très rares. :ermm:

    Par contre, pas d’accenteur mouchet… ! :sad:

  4. Oups ! Désolée pour les fautes, j’ai fait vite et ai été coupée plusieurs fois par un coup de fil.
    Bon, ceci dit, ce n’est pas une raison pour mal écrire le nom de ces sympathiques oiseaux qui du coup, vexés, ne viennent pas chez moi :wink:
    Tu n’as pas répondu à ma question :
    Est-ce qu’on peut parler d’un visage pour un oiseau ?
    Je ne crois pas mais je l’ai lu quelque part.

  5. Ce matin, j’étais en train de regarder avec Joëlle les chardonnerets au poste de nourrissage lorsqu’un mâle d’épervier les a attaqués. L’attaque a été loupée et l’épervier est resté une ou deux minutes posé sur une chaise en bois, le temps que je fasse quelques photos. C’est la première fois que je fais une photo à peu près correcte du mâle d’épervier. Peut-être que j’en ferai un article plus tard (quand j’aurai trié les milliers de photos que j’ai en retard !).

  6. Ici, si effectivement le troglodyte est présent partout, il ne vient pas au poste de nourrissage. Sans doute que les habitudes diffèrent d’une région à l’autre.

  7. Je vais vous énumérer ce que j’ai pu observer hier après-midi dans le jardin :
    Accenteur mouchet – Rougegorge – Troglodyte – Bruant zizi – Bruant jaune – Serin cini – Bouvreuil pivoine – Verdier – Pinson des arbres – Rougequeue noir – Bergeronnette grise et de Yarrell – Pouillot véloce – Roitelet à triple bandeau – Roitelet huppé – Fauvette à tête noire – Linotte mélodieuse – Grimpereau des jardins – Sittelle torchepot – Mésange bleue , charbonnière , huppée , nonnette , à longue queue – Pipit farlouse – Alouette des champs et lulu – Chardonneret – Tarier pâtre – Etourneau sansonnet – Merle noir – Grive litorne , mauvis , draine , musicienne – Pie bavarde – Corneille noire – Choucas des tours – Geai des chênes – Pic épeiche – Pic vert – Bécassine des marais – Canard colvert – Héron garde boeufs – Héron cendré – Aigrette garzette – Buse variable – Epervier – Faucon crécerelle – Pigeon ramier – Mouette rieuse – Goéland argenté – Pluvier doré – Faisan de Colchide . Voilà , si je n’ai rien oublié !
    Par contre ici , observer un Gros bec c’est assez exceptionnel et les Pinsons du nord , ne viennent plus aussi nombreux qu’il y a 10/15 ans .

  8. Tu as vu tout ça en une après-midi ?
    Impressionnant !
    C’est une vraie réserve ornithologique chez toi :wink:

  9. Pour essayer de répondre à la question d’EtiNcelLe :
    difficile de parler de visage concernant les oiseaux. Par contre, certains indices permettent de distinguer les individus: particularité du plumage (taches blanches par exemple), petites variations morphologiques ou comportementales. Mais il faut avoir l’œil. Pas évident… :ermm:

  10. Dans le vocabulaire ornithologique on ne parle pas de visage. On utilise un vocabulaire précis qui fait référence à la morphologie et au plumage essentiellement. On parle de topologie de l’oiseau. Les termes calotte, front, menton, gorge, narine, moustache, nuque, œil ou sourcil ne sont pas surprenant, ajoutons parotiques, raie sommitale, raie latérale, cercle oculaire, culmen, trait malaire, espace sous-mustacien ou trait sourcilier, lores… ça devient plus spécialisé.
    Ces différents termes sont nécessaire pour l’identification de certaines espèces délicates, et bien visibles par exemple sur certains bruants.
    Voir le lien ci-dessous et cliquer sur l’image pour la télécharger, c’est extrait du guide ornitho je pense.
    Sinon en poésie on peut dire visage et même tout ce qu’on veut !

    https://www.google.com/imgres?imgurl=x-raw-image%3A%2F%2F%2F92b9f1d4949c3e6e2684aa390f8df1de22d9b7b35b6fb4a0a31c6b756404f15e&imgrefurl=https%3A%2F%2Fpiafbook.files.wordpress.com%2F2018%2F12%2Factivitc3a9-oiseaux-2.pdf&tbnid=bj6clNTxuZKeyM&vet=12ahUKEwiU7eLjlZ7tAhUtBWMBHdNnDCIQMygUegUIARDLAQ..i&docid=3bxuu0BBKEjaDM&w=748&h=341&itg=1&q=espace%20sous-mustacien&client=firefox-b-e&ved=2ahUKEwiU7eLjlZ7tAhUtBWMBHdNnDCIQMygUegUIARDLAQ

  11. Je pense que le comportement des oiseaux peut varier d’une région à l’autre. Ici en Franche-Comté, on n’imagine pas l’aigrette garzette dans un jardin, ni même un héron cendré, encore moins un garde-boeufs. Autres lieux, autres moeurs …

  12. beaucoup moins d’oiseaux dans l’instant..surtout des moineaux et des mésanges. Mon jardin est entouré de jachères sans intérêt pour les insectes, ceci explique celà je pense. Par contre les jachères permettent l’élevage de campagnols, et donc je vois maintenant assez régulièrement des cigognes, et pour la première fois cette année, une chouette chevêche..

  13. Merci les gars pour vos réponses.
    C’est bien ce qu’il me semblait qu’on ne parlait pas de visage pour un oiseau.

    Yves, ton site internet est vraiment beau et étoffé ! (émoticône qui applaudit)

    Bernard, est-ce que tu ne pourrais pas rajouter une icône qui applaudit dans ta liste ? :whistle:

  14. Cela fait trois bonnes années que j’ai arrêté la photographie animalière (mis à part quelques images d’oiseaux du bord de mer faites en vacances et quelques photos de guêpiers que j’ai faites ce printemps et que mettrai peut-être dans un prochain article). Hier j’ai réaménagé un affût photographique qui est derrière la maison, on verra bien si le virus de la photo (qui vaut bien d’autres virus, hein !) va me titiller … A suivre

  15. Ben j’espère bien!
    Il y a des moments où on a l’impression de faire du surplace mais en fait il y a toujours quelque chose à faire et quelque chose de nouveau à voir ou à photographier. Alors, go ! :wink:

  16. J ai l impression que les années se succèdent et ne se ressemblent pas… et pas dans le bon sens pour moi.

    Mesange charbo
    Mesange bleue
    Moineau domestique
    Pie bavarde
    Accenteur mouchet
    Tourterelle turque
    Pic epeiche
    Rougegorge

    Et c est tout pour le moment bref bien triste mais ce n est qu un debut… il y a 4 ans je suis monté à 21 especes. On verra bien

  17. Actuellement, c’est extrêmement calme au poste de nourrissage mais les chardonnerets commencent à investir les lieux, une quinzaine actuellement (ce que est déjà plus que la moyenne des autres hivers).

  18. Mangeoire installée aujourd’hui.
    Rien encore :wink:
    Si… quand même les pies, les tourterelles, les moineaux, le rougegorge… j’attends la suite.

  19. L’an dernier, j’avais eu une bande de friquets pour la première fois.
    Et bien ils sont de nouveau là cette année :smile:
    Sinon les oiseaux habituels et classiques.
    Mais les chardonnerets sont de plus en plus nombreux. C’est une véritable invasion. Et qu’est-ce qu’ils sont goinfres !
    Ce ne sont pas mes oiseaux préférés. Ils prennent toute la place !

  20. Je me rappelle qu’au début des années 90, j’avais utilisé pendant un hiver 400 kg de tournesol, j’avais évalué le nombre de chardonnerets à 340. Cette année j’en ai une quinzaine, ce qui est déjà beaucoup car habituellement ils arrivent plus tard dans l’hiver. A suivre.

    J’ai parlé dans un commentaire ci-dessus de la mésange boréale.
    Comme elle ressemble énormément à la mésange nonnette (celle-ci étant bien plus fréquente au poste de nourrissage), je remets, pour rappel, le lien vers l’article que j’avais écrit en 2014 sur les différences entre ces deux espèces :
    http://www.leblogadupdup.org/2014/02/21/mesange-nonnette-ou-boreale/

  21. J’ai débuté le nourrissage hier. Première visite, six tourterelles turcs; bonjour le budget! Viennent ensuite les chats puis les moineaux et les charbonnieres ainsi qu’un rouge-gorge.
    Etincelle,j’aimerais tellement être envahi par les chardonnerets,ils sont top beaux. :smile:

  22. C’est parce qu’il est venu chez moi.
    Dans le temps, je ne le voyais jamais mais depuis deux ans, je le vois :smile:

  23. En fait, il est sur le site, je l’entends parfois, mais il ne vient plus au poste de nourrissage. Sans doute qu’il trouve toute sa nourriture facilement dans la forêt qui est derrière la maison. Mais ça me surprend tout de même parce qu’en 40 ans de nourrissage d’oiseaux, c’est le deuxième hiver consécutif où il ne vient pas et cela n’était jamais arrivé auparavant.

    Par contre, très belle observation ce matin : Joëlle a vu une mésange huppée qui est venue chercher du tournesol.

    Le mâle d’épervier est toujours là (jusqu’à présent trois attaques loupées sur les chardonnerets).

  24. La mésange huppée vient aussi à l’un de mes postes de nourrissage . Pas foule tout de même, juste une qui est venue à plusieurs reprises pendant le W.E.
    Je constate que le pic épeiche ne boude pas que mes mangeoires !

    Moins de geais que l’an dernier et les tourterelles turques viennent à 2 ou 3…

    Bernard, si cela ne t’ennuie pas, je t’envoie une photo pour confirmation de détermination d’un oiseau (nonnette ou boréale? ) J’ai toujours eu du mal avec ces deux là… Nul n’est parfait ! :cwy:

  25. J’adore les quizz, si Fifitoutcourt est d’accord je suis preneur, surtout pour me confronter à l’identification sur photo : pas toujours simple, forcément pas tous les critères… et parce que ça fait longtemps qu’on ne m’envoie rien.
    Et des fois ben… on sait pas :wink:

  26. Bernard a déjà répondu mais je veux bien te soumettre le problème, qui apparemment est assez simple à résoudre.
    Je t’envoie ça… si je retrouve ton adresse ! :unsure:

  27. Joëlle qui va se promener une heure à pied tous les jours voit à chaque fois (ou presque), depuis le début de l’hiver, une dizaine de grandes aigrettes dans le pré qui est de l’autre côté de la rivière. Il y en a une qui vient de se poser il y a dix minutes dans le pré juste en face de la maison. J’ai l’impression qu’au fil des années, non seulement leur nombre augmente mais elles ont en plus une tendance à être un peu moins farouches.

  28. Joëlle a vu il y a deux mois un frelon asiatique qui s’en prenait à nos raisins. On a appris quelques jours plus tard que les pompiers sont intervenus pour détruire un nid de frelons asiatiques dans le village.

  29. Une femelle d’accenteur au poste de nourrissage. J’étais étonné de ne pas avoir encore vu cet oiseau cet hiver.
    Par contre, plus aucun signe de vie de la mésange huppée qui était là il y a quelques semaines.
    Les attaques du mâle d’épervier me semble être trop fréquentes en ce moment pour qu’il y ait beaucoup d’oiseaux au poste de nourrissage, je crois qu’il a tendance à faire un peu le vide autour de lui.

  30. Je suis scotché par la manière dont il attaque. Il va à une vitesse incroyable et il est sans doute bien plus efficace sur les petits passereaux que la femelle.

  31. En raison du confinement, nous avons installé notre mangeoire à Autrans seulement la semaine dernière.
    Les moineaux domestiques, mésanges et merles sont vite revenus mais au bout d’une semaine, je n’avais toujours vu aucun pinson des arbres alors qu’ils sont nombreux les autre années.
    Je ne sais pas pourquoi ???

  32. Peut-être est-il encore trop tôt pour que tu les voies. Les mésanges sont des exploratrices et ont vite fait de trouver la nourriture mise à disposition, beaucoup d’autres espèces ne fonctionnent pas de la même manière et trouveront la nourriture beaucoup plus tard. la famille des fringilles (verdiers, chardonnerets, gros-becs, pinsons ….) fonctionne de cette manière et il est rare qu’on les aie au poste de nourrissage dans les premiers jours. Il faut savoir par ailleurs que bon nombre de pinsons des arbres nous arrivent en provenance de contrées plus nordiques (alors qu’on le croit sédentaire). Il suffit qu’il y ait une très bonne année de fructification (ce qui est le cas cette année) pour que les oiseaux n’entreprennent leur migration vers le sud que lorsqu’ils ont épuisé les ressources alimentaires de l’endroit où ils sont. A suivre donc. Pour aller dans le mpême sens que toi : j’en ai très peu actuellement (et l’un d’entre eux s’est fracassé les cervicales sur ma vitre ce matin).

  33. Quelle idée d’avoir des vitres si propres :w00t:
    C’est un clin d’oeil parce que tu as dis une fois que c’est toi qui fait les vitres chez vous.
    Dans la Drôme, les pinsons sont là alors je pense que c’est ta première supposition qui doit être juste.
    On verra au fil du temps …

  34. A noter aussi que la migration des pinsons est quelque chose de compliquée. Les mâles étant plus attachés à leur territoire, ils quittent leurs lieux de nidification après les femelles et les jeunes, ce qui fait qu’on a affaire, lorsqu’on voit des bandes de migrateurs, à des groupes à forte dominante masculine ou à forte dominante féminine. Linné avait déjà observé cela il y a plusieurs siècles et a donné au pinson ce nom curieux (mais qui s’explique) : Fringilla coelebs, qui veut dire « pinson célibataire ».

  35. Les conditions météos asses froides des jours derniers font que l’affluence au poste de nourrissage est un peu meilleure. Tout le monde ici constate cette année l’importance des effectifs des chardonnerets. J’en ai 25 pour l’instant. A part ça, c’est calme. Mais depuis hier, trois tarins, je ne m’y attendais guère.

  36. Dimanche dernier , 22 Bruants zizis sous la mangeoire … !! :happy:
    Ce week-end , c’est pour moi le comptage Wetlands … Je vais avoir du boulot jusqu’à 18h00!! :cool:

  37. Jamais de bruant zizi ici au poste de nourrissage. :angry:

    Mais ça bouge un peu avec l’arrivée de la neige (enfin, moins de 2 cm, on se contente de peu maintenant … !). Ce matin, 48 chardonnerets et 12 tarins (avec une majorité de femelles). Normalement ces oiseaux seront là jusqu’à la fin de l’hiver, car les bandes de fringilles, une fois présentes, restent plutôt fidèles au site. A suivre donc.

  38. Moi aussi, j’ai vu des tarins à ma mangeoire sur Autrans ce week-end.
    Et 1 pinson (des arbres), le premier.
    C’est bien la première fois que je ne vois pas de pinsons.
    Les chardonnerets ? …
    Pff, j’en suis envahie (en bas dans la Drôme parce que sur Autrans, je n’en vois jamais)

  39. Fifi, le pic épeichette est de moins en moins fréquent ici. Il y a vingt ans, je le voyais trois ou quatre fois par an autour de la maison. Il arrive encore que je l’entende ou que je le voie, mais une fois seulement tous les deux ou trois ans. J’habite pourtant un milieu assez favorable pour cette espèce.

  40. bonjour,oui c’est moi qui suis au clavier. depuis hier je peux lire ce qui se passe sur l’écran, par contre pour écrire pour le clavier je dois encore beaucoup chercher k’emplacement des lettres.
    mais je suis super heureuse de vous lire.
    jr n’ai toujours qu’un oeil, je vais même ddire seulement un demi droit. le gauche est encore opaque et peut-être que dans deux mois on pourra faire enlever l’opacité qui me gêne terriblement.
    comme traitement c’et une goutte dans l’oeil droit et de la pommade v itaminée dans le gauche.par contre si on oublie les gouttes je ne vois rien
    mais ce preoblème avec mes yeux ne m’emp^che pas, depuis trois jours de voir un écureuil venir chaque matin, pendant 30 minutes manger é se goiffrer des graines de tournesol. et notre chatte, bien assise derrière la vitre le regarde. l’écureuil sait qu’il ne craint rien, et la chatte reste imperturbable derrière la vitre, sans bouger, à le regarder, c ‘est vraiment trop beau

    pour aujourd’hui c’est terminé, mais je vais revenir tranquillement, vous raconter ced qui se passe chez nous.
    ce matzin, Jean a voulu aller faire quelques courses dans une coopérative, il a tout trouvé ce qu’il voulait, sauf les mouc hoirs en papiers, toute ma région doit être enrhumée……………
    et chez vous, comment vivez-vous avec ce virus ? chez moi, mes deux filles y ont passé en octobre, ainsi qu’un mari, mais tout le monde est rétabli
    quant à moi, je rester àla maison, je n’autorise que quelques visites, avec masque et désinfectant
    j’attends Jean dans la voiture quand il va faire quelques courses et que j’ai envie de voir du pays.
    e4t puis, c’est la saison froide alors le soleil, j’enprofite derrière la vitre.
    bon j’arrête, à cause de ma vue, je ne trouve pas trop les bonnes touches mais rassurez-vous, je ne vois que de l’eau et du thé.

    j’ai une question pour Christophe, il te faut combien de temps depuis chez toi pour venir à la frontière suisse, n’importe laquelle, nous pourions t’acheter des kilos de miel

    amitiés à toutes et tous

  41. l’eau je ne la vois pas, je la bois
    pour lire les journaux, j’utilise une loupe,sauf pour les grands titres , mais cela reviendra, je suis tellement heureuse de lire le blog.

  42. Content de savoir Jacqueline au clavier : bonne année à toi !
    La frontière, ce n’est jamais bien loin pour moi, mon problème c’est le temps (qui passe).
    Mais je vais voir quand je peux caler un RDV, ça pourrait être à Jougne, aux Verrières de Joux ou aux Fourgs… je ne sais pas ce qui est le plus près pour vous.
    Mais pour l’instant prudence : il y a énormément de neige, je n’avais pas vu ça depuis très longtemps.
    A Chapelle-des-Bois d’où je reviens ce soir, ce sont des murs de neige et des amoncellements absolument incroyables… et magnifiques.

  43. On voit que tu as eu du mal à trouver les mots , pour nous dire à quel point tu étais heureuse de retrouver le blog à dupdup !! :w00t: :wink:
    Bravo et merci d’avoir fait autant d’efforts pour nous écrire ces petits mots … la vie n’est pas simple dès que l’on perd un de nos sens !!
    Bon rétablissement Jacqueline ! :happy:

  44. Tous mes vœux de rétablissement à Jacqueline.

    @ Bernard: l
    e fait est que l’épeiche est de plus en plus méfiant. Je le vois toujours de loin mais rarement de près et en particulier au nourrissage. Baisse de population ou changement de comportement ?

  45. OK Christophe, on attendra que la neige fonde. pour nous c’est Vallorbe, mais je dois encore attendre qu’un chirurgien veuille bien s’occuper de mes intestins, alors patience, on dégustera ton miel probablement en automne.

    Bisous aussi à toi Yves pour ton gentil message

    et pour ne faire aucun jaloux, bisous à tous mes correspondants.

  46. Christophe,

    je viens de regarder un peu la carte de géo et d’interroger internet pour les distances.
    comme je n’arrive pas d’après tes inducations à cibler où tu habites, quelle serait pour toi la plus proche frontière suisse de ton domicile.
    pour nous c’est Divonne les Bains, La Cure, Vallorbe ou les Verrières, ou le Col de la Faucille
    à +

  47. Hé hé !
    Comme on dit dans le Haut-Doubs, j’habite « dans le bas », c’est à dire plutôt verts Besançon.
    Mais je travaille sur tout le secteur de Pontarlier et suis donc « dans le haut » très souvent.
    Les deux points de jonctions possibles sont donc plutôt Vallorbe (Jougne côté France) et les Verrières (Les Verrières-de-Joux côté France), voire Sainte-Croix (Les Fourgs côté France).
    Mais si nous attendons la prochaine miellée, il est fort probable que je passe par La Cure, Saint-Cergue, Nyon et Genève pour aller en Haute-Savoie dans la période estivale.
    Ça sent la livraison à domicile !

  48. alors ce serait génial, d’abord de te voir, de t’accueillir chez nous pour un repas et pour le festival des milans.
    alors à bientôt, mais je ne comprends pas, tu as des ruches en Haute Savoie ?
    alors ce sera pour l’été, les bonnes tartines.

    le festival des milans, si d’autres correspondants du blog sont intéressés, venez, venez, le jardin est grand, mais il faudra attendre le premier jour du printemps

  49. Non non, pas de ruches en Haute-Savoie ; de la famille et éventuellement une expédition pour voir le gypaète dans un endroit vraiment merveilleux.
    Je vais régulièrement dans le secteur, mais actuellement, c’est plus difficile de programmer quoi que ce soit.
    Je constate que tu as retrouvé la maîtrise de ton clavier… j’espère que ce n’est pas l’inverse !

  50. bonjour Christophe

    bien lu concernant la maitrise du clavier et le « clavier de la maitrise »
    alors monsieur Mauvais, si je me souviens bien de ton nom, il faudra m’expliquer, car, tout de même après 3 jours de coma j’ai peut-être un peu perdu le sens de l’humour

  51. Bernard et Christophe

    c’est Jean qui m’a demandé de vous poser la question suivante :
    savez-vous comment on peut se débarrasser du frelon asiatique, je vous donne juste un indice, Christophe peut b bénéficier de l’aide de Bernard, en lui empruntant quelque chose.

  52. Pas de connaissance encore de cette énième envahisseuse, je ne connais pas de solution miracle, mais sans doute que tu penses aux poules, je sais qu’elles les capturent très efficacement.
    Pour le clavier, c’était juste un renversement des rôles : Jacqueline, j’espère que ton clavier n’a pas pris le pouvoir !

  53. tu as tout juste, le frelon asiatique vole très lentement et les poules arrivent à les attraper, et il paraît qu’elles se régalent

    pour mon clavier, il y a résistance avec ma vue et mon cerveau, avec ma vue je ne vois pas trop les lettres, et mon cerveau ne se souvient plus des emplacements, mais je dispose d’un bon correcteur, et quand je vois un mot souligné, je sais ce que je dois faire pour corriger la fauteje préc ise que c’est souvent une faute de frappe car pour l’orthographe je n’ai rien oublié, à 88 ans j’en suis fière…………

  54. coucou Bernard, je viens de relire ton message et je comprends la politique de l’autruche…….
    pas vu tout de suite ton jeu de mot, et je me demandais où il y avait du sable pour la tête.

  55. J’ai de gros doutes sur cette structure… j’ai alerté il y a longtemps, sans qu’on puisse me contredire, voire même le contraire.
    Je suspecte très très fortement un lobbying qui agit en sens contraire de ce qui est affiché.
    Je pense qu’en fouillant un peu chacun pourra s’en apercevoir.
    Je vous garantis que je préfèrerais être rassuré, mais vous constaterez vous-même l’opacité de Pollinis et la difficulté à obtenir des informations précises.

  56. bonsoir à tous

    moi je n’y connais rien au sujet des ruches, du miel et de son extraction, je veux parler du travail qui se fait maintenant
    par contre, quand j’avais 8 ans et plus (cela fait plus de 80 ans) j’aimais bien regarder mon oncle quand il venait dans la cour de la ferme avec les hausses pleines de miel et qu’avec son couteau avec une très longue lames il ouvrait les opercules. Je ne me souviens plus du nom de ce qu’il coupait, mais que c’était bon de sucer ce miel.
    mon oncle avait un grand appareil dans lequel il déposait les hausses, et avec une manivelle on faisait tourner les hausses, le miel s’écoulait, on le récoltait dans un grand bidon, avant de le mettre dans des boîtes ou des bocaux. c’était bien bon…………mais on se faisait gronder car on se « suçait » trop souvent les doigts.
    je ne sais pas maintenant comment le miel est extrait des hausses.
    bonne soirée

  57. @ Christophe et otto : Zut alors, il n’y a pas moyen. Maintenant on ne sait plus trop où sont les informations à prendre en compte, où est le vrai et le faux.
    Doutes sur Pollinis pour les neutraliser ou réel foutage de g… ? On ne sait plus où se trouve les complotistes. :blink:
    Pour revenir aux vaccins, si vous pouvez visionner ce petit montage vidéo (avec imac 27 et 48 Go de ram pas moyen de le voir de manière fluide !)

    https://www.francesoir.fr/societe-sante/la-teleconsultation-vaccinale-par-louis-fouche-video

    Vive la liberté d’expression ! C’est vrai que Fouché est un « rassuriste » dangereux… et mauvais esprit naturellement… :ermm:

  58. J’ai été inondé de messages venant de pollinis et je me suis désabonné à ce genre d’envois.
    Le fait de trop axer sur l’abeille me semble préjudiciable en soi. Préjudiciable à quoi ? Aux autres insectes pollinisateurs et aux autres insectes ! Il y a 35 200 espèces d’insectes en France et on ne parle quasiment que de l’abeille
    C’est un peu comme le glyphosate. On l’attaque, à juste raison certes (et il faut continuer à demander son interdiction), mais cela masque le fait que la plupart des agriculteurs ne l’utilisent pas (sauf ceux qui font du semis direct) mais qu’ils utilisent des tas d’autres désherbants, plus sélectifs (exemple : les désherbants à maïs) qui sont tout aussi néfastes. Quand va t-on en parler ?

  59. Non, non, ce sont les manipulateurs qui sont responsables, et nous sommes tous plus ou moins manipulables.
    Vu le nombre de fragilités dont je dispose, il en faudrait peu : une bière, un sourire, une chanson, et hop !
    Euh flûte… Dupdup tu me manipules quand tu veux.
    :biggrin:

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: