La crise ça rend zen !

Il y a plein de sujets dans l’actualité qui me hérissent et souvent, comme le dit l’expression : « la moutarde me monte au nez ».
Mais avec ce début de crise alimentaire mondiale où de plus en plus de produits sont manquants en magasins, le fait qu’il n’y ait plus de pots de moutardes en rayon m’a rendu forcément plus zen !
La crise, ça a du bon, non ?

Bon, c’est bien parce que mon prochain article n’est pas encore terminé que j’ai pondu cette connerie … ! On peut pas être bon tous les jours hein !?!

22 réflexions au sujet de “La crise ça rend zen !”

  1. On peut se dire aussi « Je n’ai plus un radis et je voudrais plus de blé… »
    Et là c’est moins zen :wink:

  2. :wink:
    Pour faire du beurre c’est moins simple, et c’est vache !
    Mais pour les épinards j’ai compris ;-)

  3. Pas vraiment. Je fais des travaux de rénovation et c’est vraiment galère. Ça a décalé mon planning de départ de 2 mois, cela un coût non négligeable pour nous. Les délais d’attente sont énormes, certains produits en rupture. Et puis les artisans, entre ceux qui te font des devis bullesques et ceux qui viennent 1 jour sur 3 car le monsieur a d’autres chantiers, je commence à me lasser d eux
    Maintenant, j’exige une date de début et une date de fin. Rajouter des pénalités de retard, je pense que c’est une bonne chose mais je crains qu aucun artisan voudra bosser pour moi :devil:

  4. J ai fait l elec et réseau, enduit, peinture…chapes
    Malheureusement, je manque de temps. Je ne peux pas, hélas, tout faire !!!

  5. Manque de fournitures, augmentation du coût des matériaux, entrepreneurs qui ont plein de boulot d’avance et qui foutent donc pas mal de toi, retard énorme sur les travaux … ce sont des choses qu’on entend presque quotidiennement. :angry:

  6. Les pénalités de retard … C’est à cause de ça qu’on a eu des rayons d’huile de tournesol vides dans nos supermarchés.
    Evidemment, ça, on ne le lit pas dans les journaux. Il faut être dans le milieu pour le savoir.
    Parce que de l’huile de tournesol, même si on en importe pas mal d’Ukraine, on en fabrique aussi en France. Les cuves sont pleines mais elles partent à l’exportation !!!
    Ceux qui veulent en savoir plus plus peuvent me demander en privé par l’intermédiaire de Bernard. Ce n’est pas que c’est confidentiel mais là, je suis très très en retard et n’ai plus trop de temps pour expliquer.

  7. Le tournesol, le colza, … qu’on consomme, c’est la partie émergée de l’iceberg car finalement une très grosse partie de ces nourritures « nobles » servent à alimenter le bétail.

  8. En fait, et je pense que c’est peut-être aussi cela qu’Etincelle veut dire, c’est que la France est une vraie puissance agricole (l’une des meilleures au monde) mais qu’une grosse partie de la production part à l’exportation, va donc sur le marché mondial, et subit donc les aléas (baisse ou hausse) de ce marché-là. Si on produisait juste pour nous et nos proches partenaires, il n’y aurait sans doute pas toutes ces fluctuations (et ces pénuries).

  9. il y a quelques jours, les habitants de l’Ain venaient à Genève pour acheter huile et moutarde car en France des « peureux » avaient vidés les magasins, mais ils n’ont pas pensé qu’en agissant ainsi et trop acheter il faut penser aux dates de consommation. Je suis sûre que chez ces gens les huiles et moutardes finiront à la poubelle……….sans oublier qu’il faut les conserver au frais.
    il me semble qu’en France vous n’avez pas beaucoup de « caves » sous vos maisons, à part la cave de Bernard qui regorge de bocaux de toutes sortes.
    Si j’écris cela c’est que je constate très souvent que les constructions françaises ne sont pas « excavées »
    chez moi avec les différentes pièces du sous-sol de la villa on pourrait faire un bel appartement. Mon père quand il a construit en 1955 il y a pensé, et il avait déjà 70 ans.

  10. Non Bernard, ce n’est pas ça que je voulais dire.
    Je ne parlais pas de généralités mais du cas précis de la pénurie d’huile de tournesol dans nos magasins.
    J’ai un peu plus de temps ce matin, je vais donc vous en donner la raison.
    Comme je disais, l’huile de tournesol est importée en grande partie depuis l’Ukraine mais nous en produisons également. Les producteurs d’huile ont des contrats avec les centrales d’achats des grandes surfaces. Dans ces contrats est stipulé que chaque fois qu’une centrale commande de l’huile au producteur, celui-ci doit livrer dans un délai fixé (je ne sais pas combien, un jour, deux jours ? C’est de cet ordre de grandeur). Si la livraison n’a pas été faite dans le délai imparti, les pénalités sont très très élevées. Or, à l’annonce d’un risque de pénurie par nos médias, comme à leur habitude, les français se sont rués dans les magasins pour faire le vide dans les rayons. Les producteurs d’huile ont compris qu’ils ne pourraient pas assurer les livraisons en même temps de toutes les commandes des centrales et ne voulant pas ou ne pouvant pas payer des pénalités faramineuses ont rompus leurs contrats avec les centrales d’achats. Ce qui leur a fait payer aussi des pénalités mais dans une moindre mesure. Malgré tout, les cuves étant pleines, ils se sont tournés vers l’export pour écouler leur production.
    Et voilà comment on peut être en pénurie d’huile de tournesol tout en ayant des cuves pleines de celle-ci.

    .

  11. C’est scandaleux, je vais changer mon vocabulaire : je ne dirai plus « la coupe est pleine » mais « la cuve est pleine »

  12. C’est quand même étrange qui les centrales d’achats ne pouvaient pas prendre en compte le contexte actuelle. Ils sont aussi rigides que ça ? Ils auraient pu négocier un avenant au contrat… Ils ont rompus les contrats et puis vendre à l étranger ? Tout le monde chercher l huile de tournesol donc ils vendaient en plus offrants ? Les gars, j’ai une super idée, on a du pognon à se faire et une vengeance de ouf sur les centrales d’achats. On « trumpise » les contrats, et puis on vend nos produits ailleurs x3 !! J’espère me tromper mais plutôt ils étaient dans cette logique ces fameux producteurs !!!

  13. Au plus offrants… Désolé pour les fautes je me suis pas relu.. Manque d huile de coude !!!

  14. Je n’ai pas compris que les producteurs aient vendu aux plus offrants. J’ai compris qu’ils avaient besoin d’écouler leurs stocks puisqu’ils ne vendaient plus aux centrales d’achats, et pas sûr qu’ils aient vendu plus cher.
    J’avais plutôt compris que les centrales d’achat sont trop puissantes et exigent des conditions exorbitantes aux industriels, comme aux petits producteurs.

  15. A titre perso je n’ai pas vu de ruée sur la moutarde ou l’huile de tournesol…. :ermm:

  16. Et ce qui me laisse un poil dubitatif, c’est qu’on en ressort depuis 2/3 semaines, mais d’une marque inconnue, et unique à l’étal….
    Complotiste ? :ninja:

  17. Le complotisme à dose l’étal !
    Oui, je sais c’est un peu tiré par les cheveux, mais après deux bières ça s’explique ! :whistle: :wink:

  18. Ça vous rappelle pas l’histoire des chinois qui vendaient leurs masquent aux plus offrants ?

  19. Tout se joue à très peu de choses.
    Exemple des logements disponibles en France : tant qu’il y aura plus de demandes que d’offres, les prix augmenteront de manière éhontée. S’il y avait plus d’offres, les prix baisseraient forcément.
    C’est un peu pareil pour l’agroalimentaire. Le moindre truc qui vient gripper le système a forcément comme conséquence de faire baisser l’offre et les prix augmentent alors de manière anormale. Créer un peu de pénurie (et les manières de le faire sont nombreuses, l’exemple d’Etincelle n’est qu’une manière parmi d’autres), aussi minime soit-elle, permet forcément à certains de s’en foutre plein les poches.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: