Jardin à orvets

J’aime la biodiversité. Qu’elle soit sauvage ou cultivée. J’éprouve une joie infinie à être entouré d’une diversité de formes de vie. Et comme je déteste les pelouses uniformes, j’essaie d’entretenir la mienne en fauchant le plus rarement possible afin que les différentes plantes qui la composent aient largement le temps de produire leurs graines. Ainsi, celle qui est derrière la maison n’est fauchée que deux fois dans l’année, ce qui lui permet d’avoir le temps de fleurir au printemps.

Les insectes viennent y butiner nombreux mais je m’aperçois que malgré mes efforts, ils régressent au fil des années. Mais le problème est beaucoup plus général. Avez-vous remarqué aussi leur diminution progressive au fil des années ?

J’ai l’habitude de cultiver des massifs de fleurs au milieu de la pelouse et de laisser s’installer le fouillis au pied des fleurs. Cela procure une zone où de nombreux animaux, escargots et autres, peuvent trouver refuge. Le pied de ces massifs garde toujours une certaine fraîcheur et une certaine humidité, même en plein été, et j’y vois régulièrement la couleuvre à collier.

Mais ma plus grande satisfaction est d’y rencontrer souvent l’orvet. J’avais rarement eu l’occasion de l’admirer jusque là, mais depuis que j’habite dans cette maison (il y a maintenant sept ans), les observations de l’orvet se comptent par dizaines. Actuellement je vois ce reptile presque toutes les semaines. Quand je sais que je vais avoir du monde à la maison, j’en capture un, l’installe au fond d’un seau, puis le relâche à l’endroit exact où il a été capturé dès que mes amis l’ont vu de près. Le but de l’opération : faire aimer ce monde méconnu des reptiles et faire en sorte que la crainte injustifiée de ces animaux disparaisse. Mais je sens que ce n’est pas facile. Joëlle n’a pas trop envie de toucher ces petites bêtes. Et vous ?

32 réflexions au sujet de “Jardin à orvets”

  1. J’ai publié un article sur mon blog pour donner des conseils afin de se débarrasser des limaces mais pas des hérissons, crapauds, orvets, etc.
    Résultat : depuis, chaque jour, il y a des gens qui arrivent chez moi en tapant « se débarrasser des orvets », ou des capauds, hérissons, etc.
    Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr!
    Une autre fois, j’avais publié quelque chse sur le maire qui mettait du répulsif à SDF. Comme j’avais un autre article qui parlait d’un Hibou Grand-Duc, il y a des recherches « répulsif à hiboux » qui arrivent aussi chez moi.
    Et re grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr!

  2. J’ai remarqué ça avec les papillons qui sont de plus en plus rares dans mon jardin et pourtant je n’utilise aucun insecticide chez moi , tandis qu’à côté ils ont un beau jardin , bien tracé , bien taillé , bien aspergé de désherbants et d’insecticides !!! Ces voisins qui me font les yeux noirs lorsqu’ils me voient prendre en photo ces insectes qui mangent leurs fleurs et légumes , ces oiseaux qui les réveillent tôt le matin et ces petits rongeurs qui mangent leurs récoltes !!! Je me suis fait engueuler par un voisin à cause du pinson qui chantait tous les matins du haut de mon cerisier et qui le réveillait à 5h00 du matin …. Bon Bernard m’a dit de chanter plus fort que cet oiseau pour qu’il déménage (lol) , mais moi il ne me dérange pas , si je suis venu vivre à la campagne avec ma petite famille ce n’est pas pour tuer tous ce qui m’entoure ( faune et flore je l’entends bien , je ne parle pas du voisin !! mdr ) pour être tranquille au calme!!

    Les orvets , alors là , lorsque j’en vois un je te fais signe , introuvable dans le coin !!! La peur de ces petits lézards sans pattes et tout à fait inoffensifs vient certainement de leur aspect de serpent , mais pourquoi la plupart des gens ont peur des serpents , alors là c’est comme des araignées , ça doit venir de l’enfance où on vous a dit que ces bêtes étaient monstrueuses et méchantes !!!

  3. Ça doit effectivement venir de l’enfance.
    J’espère qu’ils sont jeunes, les amis à qui tu montres les orvets, Bernard, parce que je crois que ça marche mieux avec les mômes.
    Il y a quelques années, j’habitais une grande maison à la campagne partagée en plusieurs logements. Mes enfants et ceux de mes amis voisins jouaient à se faire caresser les mains et les bras par les orvets dont ils adoraient le contact.
    Joëlle, je serais curieuse de savoir si tu sais d’où vient ta réticence à toucher ces animaux ?

  4. Lorsque j’étais jeune garçon puis durant l’adolescence, j’ai passé des heures à rechercher, observer et attraper les serpents. J’étais attiré par tout ce que la nature comptais de sauvage et je pense que depuis bien plus longtemps, j’ai trouvé là une source d’émerveillement et d’apaisement. Cela ne m’a pas quitté et les mêmes observations m’apportent les mêmes bienfaits.
    Je me souviens notamment de la capture d’une grande couleuvre d’Esculape (un reptile que j’affectionne pour sa grâce et l’emblème qu’il représente). Ma grand-mère paternelle qui se trouvait là, épouvantée comme mon père, m’avait dit une fois la bête relâchée : « Va te laver les mains et puis lave le savon. »
    J’ai ensuite passé de longues heures auprès des vipères sans jamais de soucis, je prenais un malin plaisir à les approcher à pas de loup, ayant remarqué leur extrême sensibilité aux vibrations.
    Mais après avoir tenu lézards ou orvets qui perdaient leurs queues, j’ai abandonné mes captures, il m’arrive même rarement de cueillir des fleurs, sauf quelques bouquets sauvages de mai.
    Dire que la couleuvre d’Esculape ou la chouette chevêche étaient les emblèmes de dieux antiques signifie à mon avis bien la perte du lien avec la nature. Ceux qui observent connaissent leurs véritables ennemis : même avec du savon, ce que les limaces laissent sur ma peau ne s’en va pas ! Voilà un des rares animaux que je n’apprécie pas du tout lorsqu’il fréquente le potager.

  5. J’aime l’araignée et j’aime l’ortie,
    Parce qu’on les hait ;
    Et que rien n’exauce et que tout châtie
    Leur morne souhait ;

    Parce qu’elles sont maudites, chétives,
    Noirs êtres rampants ;
    Parce qu’elles sont les tristes captives
    De leur guet-apens ;

    Parce qu’elles sont prises dans leur oeuvre ;
    Ô sort ! fatals noeuds !
    Parce que l’ortie est une couleuvre,
    L’araignée un gueux;

    Parce qu’elles ont l’ombre des abîmes,
    Parce qu’on les fuit,
    Parce qu’elles sont toutes deux victimes
    De la sombre nuit…

    Passants, faites grâce à la plante obscure,
    Au pauvre animal.
    Plaignez la laideur, plaignez la piqûre,
    Oh ! plaignez le mal !

    Il n’est rien qui n’ait sa mélancolie ;
    Tout veut un baiser.
    Dans leur fauve horreur, pour peu qu’on oublie
    De les écraser,

    Pour peu qu’on leur jette un oeil moins superbe,
    Tout bas, loin du jour,
    La vilaine bête et la mauvaise herbe
    Murmurent : AMOUR!

    Victor Hugo

  6. J’ai le souvenir bien net d’un orvet que mon père avait attrapé pour le montrer aux enfants de sa classe. J’ai passé des heures à le faire passer d’une main à l’autre… le pauvre!! Mais il n’avait pas perdu sa queue, sinon mon souvenir serait tout autre je suppose!!!
    L’orvet est un animal très discret et j’évie de le toucher maintenant, pour lui!!! Ce n’est pas l’envie qui me manque, mais je ne tiens pas à ce qu’il prenne peur et se mutile. On a fait des abris à orvets un peu partout mais on ne le voit rarement.
    On a pu par contre observer il y a 2 ans une magnifique couleuvre d’Esculape qui cherchait un abri pour l’hiver et que l’on a gentiment reconduit chez nous quand elle essayait de traverser la route. Elle est montée par le rosier aux fenêtres du 2ème étage!, puis est redescendue et s’est finalement logée sous la pierre du perron… bon sommeil!! Les filles ont pu l’observer à loisirs et se rendre compte de son absence d’agressivité!!
    L’an dernier, en grattant dans le compost fin août, j’ai trouvé 5 « bouchons » ovoïdes blancs de consistance bizarre : élastique et fermes à la fois et j’ai deviné qu’il s’agissait des oeufs de la bête, ce qu’un guide a confirmé. Normalement, ils auraient dû éclore plus tôt… mais avec le temps qu’on avait eu… Je les ai remis dans le bas du tas de compost voisin et je ne sais pas ce qu’ils sont devenus…
    Je croise souvent des serpents lors de mes pérégrinations sur le terrain… et les voit rarement en fait, c’est Michel qui me dit « tu as vu ce que tu as enjambé? » Bon, pas de quoi faire un infarctus! J’ai eu peur des serpents, comme tous les gens qui n’en ont jamais vu dirais-je, jusqu’au jour où j’ai pu en observer et on se rend bien compte alors que ce sont eux qui ont peur!!!
    Par contre je refuse catégoriquement que Michel s’amuse à en attraper!! Il ne faut pas tenter le diable tout de même.
    Savez-vous que les couleuvre se défendent souvent, une fois en mains, en aspergeant le fauteur de trouble du contenu nauséabond de leur cloaque? Bien fait!!!
    Et je ne suis dégôutée par aucune bestiole ou presque (les tiques font exception à la règle!), je n’aime pas les limaces pour ce qu’elle font de mon travail, mais je ne les trouve pas laides…
    Enfant, j’ai passé des heures à laisser glisser sur ma main les escargots de bourgogne ou les petis rayés des haies et des jardins que je continue d’aimer particulièrement!
    Pauvres gens que ceux qui se croient d’une espèce supérieure… Pour ma part, je me considère comme faisant partie d’une espèce animale comme les autres, plutôt plus moche vu ce qu’elle fait, bien qu’elle puisse être capable de grandes choses…
    J’apprends à mes filles à respecter toute forme de vie…

  7. sa m énerve car je n ai ps d orvet dans mon jardin comment faire pour les attiré ? j attend une réponse svp :happy:

  8. Je ne crois pas qu’il y ait de réponse simple à ta question. La nature, ça ne marche pas forcément d’un claquement de doigts.
    Je dirais qu’il faut au moins trois conditions pour que l’orvet se plaise autour de sa maison :
    – avoir une pelouse que l’on fauche peu souvent (et par zones) ;
    – avoir de nombreuses zones refuges (massifs de plantes, haies, zones de fouillis) ;
    – ne jamais utiliser de produits chimiques sur son terrain.

    Mais s’il n’y a pas d’orvets sur le secteur, il ne viendra pas ! Mes conseils ne sont pas garantis 100%. Et en plus, l’orvet a des exigences écologiques que nous ne connaissons pas forcément et qui expliquent qu’on ne le voit jamais sur certains secteurs, malgré des conditions a priori favorables.

  9. Quand la cabane de mon jardin a été emportée par la tempête, j’en ai trouvé un qui n’avait pas bougé et restait confortablement installé dans un pot de fleurs.
    Ce que j’aime, c’est trouver leurs oeufs un peu partout au potager.

  10. Hugo, ce smiley à la mine renfrognée que tu as mis, c’est parce que j’ai dit que les orvets on ne les voit pas forcément ?
    Favoriser la présence de l’orvet, c’est avant tout pour lui. Evidemment, si on arrive à les voir c’est mieux, mais ce n’est pas le plus important !

  11. D’après mon guide des amphibiens, l’orvet vit dans tous les biotopes légèrement humides.
    Ce qui explique peut-être que je n’en vois pas et que Jenofa en ait beaucoup chez elle.
    En 25 ans, je n’ai trouvé un orvet qu’une seule fois dans mon jardin.
    Par contre, il y a beaucoup de lézards verts et de couleuvres à collier.

  12. « légèrement humide », c’est une litote, Etincelle.
    Enfin, bon. Il fait grand beau depuis quatre jours mais on nous annonce des orages à partir de mercredi. Juste à temps pour que mes voisins ne se lamentent pas sur la sécheresse.

  13. Quand j’étais gamin, j’allais faucher de l’herbe pour les matins. Il y avait notamment du trèfle et de la luzerne … et des orvets ! Ce qui s’explique sans doute par le fait que le trèfle et la luzerne entretiennent une certaines humidité. Cela dit, l’orvet vient dans ma pelouse qui est plutôt sèche (présence d’orchis pyramidales et de platanthères à deux feuilles)

  14. Est-ce que tes orchidées sont en fleurs en ce moment ?
    Actuellement, les orchidées sureau (Dactylorhiza sambucina) le sont, à 1500 mètres d’altitude.
    Enfin, c’est vraiment le tout début.
    C’est juste un petit clin d’oeil pour Luc qui n’a pas cette orchidée en Belgique :wink:
    Par contre les botryches lunaires ( :wub: ) ne sont pas encore sorties.
    Je retourne sur le site dans un mois pour enfin pouvoir les admirer (j’espère !).

  15. moi j adore ses petites bestioles :
    : et j en ai déjà capturer plusieurs mais en ce moment j en ai 1et c est un mal.Il faut donc que je lui trouve une femelle car nous sommes au printemps et c est la saison des accouplement comment faire pour attraper une femelle?

  16. J’ai beaucoup d’orvet chez moi quand j’en vois un je souris car une fois j’en et pris deux et les et reproduit depuis je reproduit l’espèce pour qu’il y en et toujours (du moins chez moi). Alors sauver ces petits êtres tranquille et inoffensif. :smile:

  17. Je rencontre souvent des orvets sur mon terrain … On arrive à reconnaître les mâles et les femelles ? les seules femelles que j’ai reconnue étaient souvent entourées de leurs bébés orvets, c’est sympa de les regarder…

    J’ai au moins deux espèces protégées qui vivent chez moi…. La deuxième espèce c’est l’autour… moins rigolo celui là … Il continu à faire des dégâts…

  18. A priori on les reconnaît aisément : coloration contrastée avec dos clair et flancs foncés pour la femelle, alors que le mâle est uniformément brun, parfois avec de petites taches bleues, il a aussi une plus grosse tête (comme chez les humains). :smile:

  19. Non, non Georges, tu as bien d’autres espèces protégées chez toi : mésanges, merles et tous les autres petits passereaux au moins !

  20. Je suis tombé par hasard sur cet article sur les orvets. Et curieusement, leur evocation visuelle (orvet dans la main), m’a fait remonter des doux souvenirs d’enfance que je croyais perdus à jamais. Nous ramassions régulièrement des orvets avec mon frère pour jouer délicatement avec eux entre nos doigts. Ma mère les craignait, mais nous pas du tout. On prenait soin de les reposer, à contrecoeur, là où nous les avions « ceuillis ».
    Après notre déménagement, à mon grand regret, je n’en ai jamais retrouvé dans le nouveau jardin.
    Merci pour ces partages, et que vive l’orvet !

  21. Merci pour ce commentaire.
    Je crois que l’orvet n’est présent que dans un jardin sur mille. Donc pas étonnant que vous ne l’ayez pas retrouvé dans votre nouveau jardin. Une suggestion : boire un verre d’orval pour se consoler ! :wink:

  22. mon fils qui habite en seine maritime en a trouvé deux
    fois il connaissait et ne leur a fait de mal

  23. Lorsque j’étais gamin et que j’allais avec mon grand-père faucher de l’herbe à la faux pour les lapins, on trouvait souvent des orvets. A part dans mon jardin j’en vois rarement aujourd’hui.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: