Fabriquer soi-même sa choucroute

Il existe de nombreuses méthodes de conservation des légumes. Beaucoup nécessitent cependant une grande quantité d’énergie (congélation, stérilisation, pasteurisation, …). La lacto-fermentation est une méthode traditionnelle efficace, très utilisée dans certains pays comme les pays de l’Est. Je vais me pencher dans les années qui viennent sur cette méthode originale qui permet de conserver aussi bien du chou, que des poivrons, des carottes, des haricots … Il faut savoir que cette méthode est un petit miracle qui permet, sans apport d’énergie extérieur et sans aucun agent de conservation, de garder intactes la fraîcheur et les vitamines, voire d’améliorer la qualité nutritive des légumes.

Mais pour l’instant, juste un premier essai avec la seule méthode de lacto-fermentation qui semble encore être utilisée chez nous par certains jardiniers : la fabrication de la choucroute. C’est donc la première fois que Joëlle et moi avons fabriqué notre propre choucroute. C’était en novembre dernier.

Nous avons utilisé pour cela une variété de chou réputée pour cela : la variété Filderkraut. On peut utiliser aussi la variété Quintal d’Alsace. Attention, la choucroute ne peut se fabriquer qu’avec des choux denses, à la pomme très serrée.

Il faut disposer d’un couteau spécial à choucroute, muni de trois couteaux et d’un cadre coulissant qui permet de bien tenir le chou lorsqu’on le fait glisser sur les couteaux. Ce n’est pas très facile, c’est une opération qui se fait plus facilement à deux car il faut tenir fermement le récipient dans lequel tombe le chou coupé.

La recette que nous ont donnée Michel et Pascale, nos « maîtres ès choucroute »,  nécessite un pot en grès spécial dit « à joint d’eau » (j’expliquerai tout à l’heure l’intérêt de ce joint).

Voici cette recette. Le principe est simple. Pour 10 kg de choux, il faut 100 g de sel, 3 cuillerées à soupe de baies de genévrier, 2 cuillerées à soupe de graines de cumin, un saladier de pommes (qui restent fermes et ne noircissent pas, par exemple la belle fille de Salins), 1/4 de verre de raifort hâché fin, 3 feuilles de laurier et éventuellement un radis d’hiver hâché fin. On installe le chou coupé dans le pot, par couches de 10/15 cm d’épaisseur. Il faut tasser très fort chaque couche avec le poing et répartir tous les ingrédients cités ci-dessus entre chaque couche, sur l’ensemble de la hauteur du pot.

Au bout d’un moment, lorsque vous avez tassé suffisamment, le chou baigne dans son jus.

Il ne faut pas remplir le pot jusqu’en haut. Laisser un espace d’une dizaine de centimètres pour pouvoir installer deux pierres (spécialement conçues pour épouser la forme du pot). On aura au préalable recouvert les choux hâchés de quelques feuilles de choux entières (ce qui évite le dessus de la choucroute de noircir). Avant de refermer le pot, on appuie bien sur les pierres pour qu’elles soient recouvertes de liquide et pour faire ressortir l’air éventuel.

On rebouche ensuite le pot avec son couvercle et on verse de l’eau dans la rainure prévue à cet effet. Ce joint d’eau va empêcher l’air de rentrer et de venir oxyder la choucroute. Il va par contre permettre aux gaz de fermentation de pouvoir s’échapper du pot (on entend régulièrement les bulles qui traversent le joint d’eau). Attention, les bulles qui s’échappent assez fortement vont avoir tendance à faire couler de l’eau et il faut en rajouter régulièrement. Vous aurez sans doute remarqué que grâce à ce joint d’eau qui empêche l’oxydation par l’air extérieur, il ne faut que très peu de sel : 100 g seulement pour 10 kg de choux. On est donc très loin des quantités énormes de sel qu’on utilisait autrefois avec des pots en grès plus classiques.

On laisse ensuite le pot quelques jours à température ambiante (température propice au démarrage de la fermentation) puis on installe ensuite le pot au frais à la cave.

Au bout d’un mois, on peut commencer à consommer la choucroute, et ce pendant tout l’hiver.

228 réflexions au sujet de “Fabriquer soi-même sa choucroute”

  1. Justement, depuis dimanche de la semaine dernière (j’ai mangé une choucroute), je voulais te demander si ta choucroute était bonne.
    Tu ne l’as pas encore goûtée ?
    Si elle est bonne (et seulement dans ce cas ! :smile: ), tu nous invites tous pour une choucroute party ?

  2. Si si, très bonne.
    Sauf la première fois, j’avais égaré la recette de Michel et Pascale et j’ai oublié de la blanchir, elle était très acide.

  3. Chez mes parents, on fait la choucroute depuis toujours (c’était déjà le cas chez mes grands-parents). Mais ce que je préfère et on pratique la conservation/fermentation de la même manière, c’est les raves salées avec un peu de rutabaga en mélange avec les raves, ça donne de la couleur.
    Pour vous mettre les papilles en condition, allez voir ma recette de « Raves salées aux légumes anciens » sur Marmiton.org et surtout essayez de la réaliser. C’est absolument fabuleux !!! :tongue:
    Mais, trève de gourmandises, ce sujet m’est plutôt sympathique Bernard;
    A bientôt !!!:wink:

  4. Ouh la!
    Ca ne me rajeunit pas!
    Je me souviens avoir fait de la choucroute dans un de ces fameux pots, avec un quintal d’Alsace du potager. C’était bien bon, mais je ne me souviens plus trop pourtant comment et pourquoi le pot s’est retrouvé dans la cour à porter des fleurs.
    Comment tu dis, l’autre chou— Finkelkraut?

  5. Comme il est beau ton récipient pour la choucroute, je ne vois pas où je pourrais trouver le même à Paris ! quelle économie de sel de surcroît. Il doit porter un nom spécifique, non ? Quant à moi, j’en suis restée à la bonne vieille jarre en terre vernissée, avec un large bouchon en liège. Par contre, comme je suis une personne trop pressée, j’ai une technique pour couper très fin le Quintal d’Alsace, je le passe tout simplement sur ma trancheuse à jambon électrique, j’obtiens ainsi la même finesse que la choucroute du commerce !

  6. Très astucieux ce pot à joint d’eau !
    Alors, comme ça, les pommes de la belle fille de Salins restent fermes ? :lol:

  7. C’est bien vrai cela (disait la mère Denis) !!!
    Où peut-on se procurer un pot avec joint à eau, comme celui que tu nous montres en photo ?
    J’en étais resté au bon vieux pot en grès Betschdorf, avec les motifs bleus.

  8. Où acheter ce pot à joint d’eau ?

    J’ai découvert il y a quelques années les établissements Tom Press, l’association où je travaille ayant acheté par correspondance deux pressoirs à pommes dans cet établissement. J’ai été séduit par la qualité du produit.

    Cette maison est spécialisée dans tout ce qui est accessoires de cuisine et outils de transformation/conservation (stérilisateurs, hachoirs, déssicateurs, fumoirs, …).
    C’est cher mais de très bonne qualité. Et quand on a acheté quelque chose, on en a pour la vie car c’est du solide !

    C’est chez Tom Press que j’ai acheté mon couteau spécial choucroute et mon pot à joint d’eau (sur les conseils de Michel et Pascale).

    Le site de Tom Press : http://www.tompress.com/

    Pour accéder directement à la page des pots à choucroute :
    http://www.tompress.com/pots_de_lacto_fermentation_et_choucroute_l_pot.htm

  9. Etincelle, c’est Michel qui m’a dit que les pommes des belles filles de Salins restaient fermes, je pense que je peux lui faire confiance … Moi je me limite aux belles filles de mon village ! :wub:

  10. Bernard, tu dis que la première fois, tu n’avais pas blanchi la choucroute car tu avais égaré la recette. Mais ou est-ce donc marqué sur la recette que tu as donné ?
    Tu blanchis après avoir coupé les choux, je suppose ?
    Je dis ça parce que si quelqu’un veut suivre ta recette (j’ai envoyé le lien à Jonathan et Cécile), il va se retrouver avec une choucroute acide ???
    Si c’est que je n’ai rien compris, laisse tomber, mais si ce que je dis est juste, peut-être devrais-tu rajouter l’étape de blanchiement dans la recette.
    Au fait, la choucroute fermente (à Sion) pendant une période donnée ou pendant tout l’hiver ?

  11. Non non, on ne blanchit pas les choux au moment de la fabrication de la choucroute. C’est pour ça que je n’en ai pas parlé.
    On blanchit la choucroute plus tard, au moment de la cuisiner, quand on la sort du pot. Il faut sortir la choucroute et la blanchir alors sans la rincer. On la cuisine ensuite de manière classique, avec ou sans vin blanc.

  12. Etincelle, pour répondre à ta dernière question, je pense que la durée de la fermentation est très variable et est fonction de la température ambiante. Sans doute quelques semaines. C’est pour ça qu’on attend un mois avant de la consommer. Pendant l’hiver, ça ne bulle plus, cela veut dire qu’il n’y a plus de fermentation.

  13. L’acide lactique est en fait le bienvenu car il est très bon pour la santé et a des propriétés antibactériennes fortes, très usitées en Europe de l’Est.
    C’est sûr, quand on mange une choucroute, si on ne la lave pas ou la blanchit pas, ça fait beaucoup d’acide lactique d’un seul coup et on peut avoir des aigreurs d’estomac, surtout que nos estomacs n’y sont pas trop habitués.
    Donc, je blanchis ma choucroute une fois, mais je la cuis à l’eau (ou avec 1/2 verre de vin, pas plus). Elle est plus goûteuse ainsi, plus digeste aussi! et le vin ramène de l’acidité mal venue…
    Mais par contre, l’acide lactique est le bienvenu en petites quantités, surtout en cette période hivernale, pour chasser les microbes indésirables. La choucroute ainsi préparée (dans un pot à lacto fermentation avec peu de sel) est savoureuse crue!!! Gôutez-y pour voir, ça a un goût de « reviens-y »! :tongue:
    Voilà des crudités pour tout l’hiver… en petites quantités, cela va de soi,sinon aigreurs d’estomac garanties… Une bonne cuillerée à soupe à chaque repas, voilà de quoi se régaler tout en soignant sa flore intestinale et se protégeant efficacement contre les microbes hivernaux.
    En Tchéquie, ils ont toujours du jus de choucroute ou de la choucroute crue sous la main en hiver, et au moindre mal de gorge, ils en mangent plusieurs fois par jour, lentement, pour que l’acide lactique imprègne bien la gorge et c’est dit-on très efficace! Voilà un « sirop » pour la toux peu coûteux! Paraît-il qu’à un moment donné, la recherche a eu à s’orienter vers les antibios ou l’acide lactique pour lutter contre les infections bactériennes … les antibios, c’était plus juteux pour les labos, ça c’est sûr! alors l’acide lactique, exit…

    Les betteraves rouges lactofermentées c’est aussi très bon, j’essaierai l’année prochaine!

  14. Y’a plus qu’à tuer le cochon pour la charcuterie !!
    :happy:
    Chez nous la choucroute était stockée dans un bac en granite .

  15. Est-ce que vous connaissez des gens qui pratiquent la lacto-fermentation avec d’autres légumes que le chou ? Moi, je n’en connais que Josiane (qui tient « le potager d’une curieuse » dont j’ai déjà parlé sur ce blog).
    A l’heure des préoccupations du public en matière de santé et d’économie d’énergie, il me semble que c’est une méthode étonnamment moderne.

  16. Francisca, je note avec intérêt que tu coupes le chou avec une trancheuse à jambon. C’est une idée intéressante car avec un couteau à mandoline (spécial choucroute), il est impossible de couper aussi fin que la choucroute que l’on trouve dans le commerce.

  17. Comme le laisse supposer mon commentaire d’hier, mes parents ont 2 pots en grès avec dans l’un du chou classique pour faire une bonne choucroute et dans l’autre des raves blanches râpées en mélange avec un peu de rutabaga râpé également (juste pour la couleur) et c’est avec le produit du second pot que je prépare ma divine recette de « Raves salées aux légumes anciens ».
    Je vais me renseigner pour la quantité de sel, mais c’est assez peu. Les pots employés par mes parents sont des pots en grès classique (très lourds).
    Ils placent le chou, le sel et les condiments (feuilles de laurier, baies de genièvre, grains de coriandre, grains de poivre noir,…) puis recouvrent avec un linge, 2 planchettes au diamètre du pot et une lourde pierre. Généralement la préparation se fait durant la seconde quinzaine d’octobre et il faut attendre 6 semaines avant de goûter, soit pendant la première quinzaine de décembre.
    Je ne blanchis jamais ma choucroute avant la préparation par contre je la rince à l’eau froide 2 fois et c’est parti pour ensuite la cuisiner.
    Pour ce qui de l’expérimentation, j’ai essayé il y a 2 ans de faire une choucroute avec du chou rouge, ce fut catastrophique et mauvais.
    Merci Bernard, pour le lien vers ma recette sur Marmiton ; à propos, je vous recommande une autre de mes recettes pour le dessert, c’est le « Pain d’épices à 3 mains », vous trouverez un accès en bas de la page de « Raves salées ».
    Bonsoir à tous les gourmands de plats roboratifs à consommer en hiver. :wink:

  18. Sans trahir de secret je puis attester de l’excellence de la choucroute de Dupdup.
    Tendre, à peine acidulée, un vrai régal !
    Avec des saucisses de Morteau et un petit blanc d’Alsace ou du Jura (ou d’ailleurs)…
    que du bonheur !!! Faites comme il le dit, cette recette est la meilleure.

  19. Mince, on pensait que pour la future choucroute party (puisqu’apparemment, nous n’avons pas été invité à la dernière (Emilien est un privilégié), Yves apporterait la charcuterie de Bretagne mais c’est raté …
    En Bretagne, on ne fait pas la saucisse de Morteau.
    Tiens, en parlant de saucisse de Morteau …
    Une année, je ne sais plus trop quand, j’ai traversé tout le Jura en ski de fond, de refuge en refuge.
    Franchement, ils pourraient faire un effort de communication entre refuges.
    Les cinq premiers jours, tous les soirs, j’ai mangé … de la saucisse de Morteau.
    C’est bon, certes mais quand même ! :smile:

  20. Je ne connais pas.
    je suppose que c’est sensiblement la même chose ?
    Puisqu’on en est à parler de charcuterie et du Jura.
    Pendant cette petite randonnée à skis, j’ai eu l’occasion de voir ce qu’est un thué, cette grande cheminée dans laquelle on fume la charcuterie …
    Impressionnant !

  21. Lorsqu’on sort la choucroute de son pot spécial, il ne faut surtout pas hésiter à garder le jus précieusement dans un petit bocal au frigo. Ce jus servira pendant l’hiver à soigner les états grippaux. Car on le sait, le jus issu de la lactofermentation est un aussi bon remède qu’un antibiotique. Sans les effets négatifs … Et en plus, c’est plutôt bon !

  22. Bonjour,
    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre écrit et les commentaires qui suivent sur la fabrication de la choucroute.
    Je souhaiterai tenter l’expérience mais je reste pexplexe devant la choix de la taille des pots en gres : 10l 15l, 20l, davantage ? Trop peu ou beaucoup trop à préparer en une fois ?
    Pouvez-vous, SVP, me faire part de votre expérience dans ce domaine.
    Merci d’avance
    Valerie

  23. Je n’ai essayé la fabrication de la choucroute que l’hiver dernier. J’ai utilisé un pot de 15 l et cela m’a semblé un bon compromis au niveau taille. On en a mangé 6 ou 7 fois dans l’hiver, ce qui est pas mal. Peut-être que d’autres peuvent donner leur avis. Tout dépend aussi combien on est dans la famille. Pour une petite famille de 2 ou 3, il me semble que 15 l conviennent.

  24. Effectivement, si on utilise la choucroute que pour la confection de la recette alsacienne, en étant 2 ou 3 un récipient de 15 litres peut paraître suffisant.
    Perso, j’utilise la choucroute pour d’autres recettes, comme la choucroute de la mer avec des poissons variés, choucroute au haddock, choucroute au poulet fumé, choucroute à la pintade avec quelques châtaignes en garniture. 20 litres sont le minimum pour moi ! On peut toujours, s’il risque d’en rester, bien la rincer, mettre en bocaux avec des baies de genévrier et du vin blanc et stériliser !

  25. Il faudra qu’un jour quelqu’un d’entre nous fasse un article sur la lacto-fermentation, ce principe de conservation absolument révolutionnaire et écologique (sans consommation d’énergie). En France, on ne connaît ce procédé que pour la choucroute mais des tas d’aliments peuvent être conservés de cette manière-là.

  26. Il y a beaucoup de légumes qui peuvent passer par ce procédé, les navets, haricots, betteraves, radis…… les citrons. Rien de plus facile à faire, il faut juste un maximum de précautions d’hygiène au début, ensuite, ça mûrit tout seul, juste un peu de patience.
    Ne pas oublier les viandes de porcs qui subissent avec bonheur le même procédé !

  27. Bonsoir,
    Merci pour vos reponses. Nous sommes 2 adultes et trois enfants.
    Donc, au vue de vos reponse et de vos idees de recette, je vais m’orienter vers un pot de 20l.
    Reste plus qu’ investiguer au marche (en gironde depuis 2 ans et encore pour 2 ans ) si je vais trouver le chou qu’il faut en quantite qu’il faut, ou si un mes marchands habituels peut me trouver cela chez ses fournisseurs.
    Merci a vous
    Valerie

  28. 1) D’abord un grand merci/bravo à Francisca, qui m’a rappelé que j’avais une excellente trancheuse alors que je m’escrimais avec une mandoline de nain !!!
    Bouhouhou, on ne connaît pas ses propres trésors! :smile:
    2) Une question aux pros: j’ai commencé à remplir un pot en grès, et j’ai constaté que je pouvais encore rajouter du chou, mais je n’en avais plus assez; pendant combien de temps, une fois l’opération démarrée, peut-on encore en rajouter ? Merci
    Tchô à tous les choucroutophiles!

  29. A mon humble avis, je pense qu’il n’y a aucun inconvénient de rajouter du chou pour remplir le pot, à la condition qu’il n’y ait pas trop de temps écoulé entre les deux fournées. S’il devait y avoir trop d’espace temps, il serait sans doute judicieux de vider le pot dans un contenant très propre, de laver le récipient rincé à l’eau très chaude, bien égoutté mais pas essuyé, de mettre le chou nouveau au fond en respectant bien couche de sel et couche de chou, grains de genièvre et de poivre et de finir le remplissage par le chou qui était déjà en saumure afin qu’il soit consommé en premier.

    En ce qui concerne les haricots et les navets, ils peuvent sans aucun problème être rajoutés au fur et à mesure des cueillettes. Toujours penser à mettre d’abord une couche de sel avant les rajouts et finir par une couche de sel. Pas d’autres précautions.

  30. Alors, Bernard, tu as essayé la trancheuse électrique à jambon pour émincer ton chou cette année ? Génial non ! :wub:

  31. J’ai pu voir Joëlle trancher ses pommes de terre pour un gratin dauphinois savoureux , avec un engin manuel qui vaut bien la trancheuse électrique !!
    :cool:

  32. Pour le gratin dauphinois, un bon couteau aiguisé et un peu de dextérité, ça me suffit largement, même pas besoin d’engin manuel !

  33. « engin manuel » je pensais que vous parliez « mandoline » sinon vous auriez tout simplemet dit « couteau » Me trompais-je ?

    En fait, c’est Yves qui est « électrique » :wink:

  34. Oh, tu sais Olin, pas de panique, elles ont toutes un amant … qu’elles s’appellent Icité, Ature, Ragor, Arine, Ibule ou Chourie … ! :wink:

  35. Ah! les « Tripas a modo do Porto » !!!! il faut les avoir goûtées pour affirmer que cette explosion de saveurs, on ne l’oublie jamais ! :wink:

  36. Je vois donc que vous aimez rire, aussi puis-je vous répondre que je connais l’amant d’Oline, c’est le grand cerf (vu la saison de la chasse, il se cache sous plusieurs identités) :
    a) Polet b) Beau Croate c) Pierre d) Pete e) O’Positif f) Velas g) Vidé etc..etc..
    Ciao ciao

  37. Nous avons pris ce soir le reste de notre choucroute, juste un an après l’avoir fabriquée. Elle est encore meilleure ! C’est fabuleux ce principe écologique de la lacto-fermentation !

  38. On met souvent ce genre d’ingénieux savoir faire sous la bannière de l’écologie … N’avait-on pas plus d’idées ingénieuses avant l’électricité dans les foyers ?
    Je ne crois pas que la personne qui a inventé cela était plus écolo qu’un autre …. Il n’avait simplement pas encore le dieu électricité à son domicile . Je connais des personnes qui utilisent tous les jours ces systèmes pour conserver leurs aliments ( salage , lacto-fermentation , séchage au feu de bois … ) plus par un souci d’argent que par une âme d’écolo . Malheureusement ils vont quitter cette terre avec tous leurs secrets et pourtant , tel que va le monde , on aurait certainement besoin de s’intéresser et de revenir à ces modes de conservation . Car un seul jour sans électricité et c’est la panique dans les ménages … Moi le premier !!
    Ce qui rend encore plus intéressent ce genre d’article qui nous donne à réfléchir à d’autres modes de conservation que le fameux frigo électrique !!

  39. Oui, tu as raison. C’est la méthode de conservation la plus écolo qui soit mais les gens qui ont mis cette méthode-là au point n’étaient pas écolos (ou alors « sans le savoir »), ils étaient juste dans une « économie de subsistance ».

  40. L’Homme a toujours été, dans toute l’histoire de l’humanité – ou presque -, dans une économie de subsistance. Il s’en était affranchi très récemment. Il y revient très rapidement. Avec autant de milliards d’individus sur cette bonne vieille terre, nous ne pouvions qu’y revenir, non ?

  41. Rien à voir avec la choucroute ….
    Ma belle mère est restée enfermée chez elle toute une journée dans le noir complet grâce au tout électrique !!Et oui , on lui avait posé des volets électriques sur toutes les ouvertures de la maison … Le compteur a lâché pendant la nuit , la voilà prisonnière de sa maison !! Heureusement qu’une voisine voyant les volets fermés a appelée les secours . Attention de réfléchir à toujours poser un volet manuel … Bravo à l’entreprise qui a fait le chantier !!
    :angry:

  42. Quand j’étais gamin, mes parents faisaient souvent appel à l’économie, car ils n’avaient pas grand chose. On usait les objets (solides) jusqu’au bout, on utilisait les énergies et l’eau au minimum, on ne dépensait presque rien et ho miracle, nous n’avions presqu’aucun besoin…. question d’habitude! Plus tard j’ai compris que cette économie ETAIT l’écologie.

  43. Avec quel type de chou la fais-tu ?
    L’année prochaine, ce sera avec le chou de Saint Saëns, quelqu’un connaît sur le blog le chou de Saint Saëns ?
    Je vous vois tous vous précipiter sur Wikipedia, pour voir de quoi elle nous parle encore celle-là !
    Magnifique, non ?

  44. Oui, l’an prochain, ce sera avec le chou de Saint-Saens que tu m’as donné.
    Il est tellement gros (jusqu’à 20 kg) qu’un seul chou devrait suffire.
    Je ferai un article sur cette variété l’an prochain.
    Je suis très heureux d’avoir cette variété extrêmement rare dont tu as pu retrouver trace. :wub:

  45. Mais, c’est bien normal ce partage, je ne vois pas qui pourrait être plus digne de posséder une telle merveille, je sais que tu en prendras le plus grand soin, pour, à ton tour le partager avec d’autres jardiniers dans deux ans ! Ils en sont où ces petits trésors ?
    Le chou de St Saëns a une taille et une envergure exceptionnelles de 1.30 m de diamètre pour un poids habituel de 20 kg. Ses feuilles vert-ardoisé sont énormes, et belles, avec des côtes roses superbes. De très grandes qualités gustatives également ainsi qu’une conservation hivernale exceptionnelle. Dans les fermes de Normandie, il était arraché et accroché par sa racine dans des celliers ou des caves et il nourrissait d’octobre à mars des familles et des fermes au personnel nombreux ! On lui coupait les feuilles au fur et à mesure des besoins !
    Il est cité dans la littérature par Alphonse de Brebisson, célèbre botaniste normand, en 1854.

  46. C’est vrai qu’ils ont une qualité gustative exceptionnelle, c’est ce que m’ont dit les gastéropodes. Mes deux choux, je les surveille, car très convoités. Ils mesurent environ
    12 cm et ce sera long à passer l’hiver.

  47. Ah! c’est bien Hervé, et puis, pour l’hiver, je pense que les gastéropodes auront la queue courte, vous voilà tranquille, mais au printemps, à votre épée chevalier exterminateur !
    Je suis vraiment contente que vous soyez à nouveau sur le blog, un jardinier de plus, ça ne fait pas de mal !

  48. On dirait Sarko ki cause à moins que ce soit Coluche ou Desproges. Je parle limaces et escargots et on répond  » con  »
    Un con est un imbécile qui n’a de cet organe ni la profondeur, ni la saveur a dit Léo Campion. C’est ki suila??

    Pour détendre l’atmosphère, autres citations célèbres:

    Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît.
    _________________ __ _ Michel Audiard

    Le whisky est le cognac du con.
    _________________ __ _ Pierre Desproges

    La télé, c’est tellement con que même les pigeons ne se posent plus sur les antennes.
    _________________ __ _ Jean-Marie Gourio

    Les cons gagnent toujours. Ils sont trop.
    _________________ __ _ François Cavanna

    Comme disait mon grand-pére tout les ans il y a de plus en plus de cons, mais cette année j’ai l’impression que les cons de l’année prochaine sont déja là.
    _________________ __ _ Patrick Timsit

    Le con ne perd jamais son temps, il perd celui des autres.
    _________________ __ _ Frédéric Dard

    Mieux vaut ne rien dire et passer pour un con que de l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.
    _________________ __ _ Gustave Parking

    On dit toujours qu’on peut pas être et avoir été. Eh ben, j’en connais un, dis donc, il a été con et il l’est encore !
    _________________ __ _ Coluche

    A New York les taxis sont jaunes, à Londres ils sont noirs et à Paris ils sont cons.
    _________________ __ _ Frédéric Beigbeder

    Tolérance : c’est quand on connaît des cons et qu’on ne dit pas les noms.
    _________________ __ _ Pierre Doris

    La mort, c’est un peu comme une connerie. Le mort, lui, il ne sait pas qu’il est mort. Ce sont les autres qui sont tristes. Le con, c’est pareil.
    _________________ __ _ Philippe Geluck

    Un con est exquis, pourvu qu’il se taise.
    _________________ __ _ Frédéric Dard

    Dans la vie, il y a toujours des cons, mais il y en a qui y reste et d’autres non.
    _________________ __ _ Jean-Louis Fournier

    Au fond, je suis très proche des gros cons dont je parle. Au partage, j’ai seulement eu un petit peu plus d’ humour.
    _________________ __ _ Coluche

    On est toujours le con de quelqu’un, et tant pis pour lui.
    _________________ __ _ Jean Dion

    L’homme sans amour c’est comme une lanterne sans lumière, un bordel sans lumière, un port sans quartier réservé, sans musique ni chanson. Et un port sans quartier réservé, c’est con comme un porte-avion.
    _________________ __ _ Jacques Prévert

    et si vous en voulez encore, on peut en rajouter..

    Mais qu’est ce que les cons viennent faire dans la choucroute, le jour ou Dup prépare la sienne!! Y’a bien un  » con  » qui risque de la lui faire tourner…

    Peut-être con pourrait faire un article sur les cons, soit par ordre alphabétique, par taille ou stupidité. Qu’est ce vous en pensez TOUS ? Après tout, on est tous un peu con, surtout quand on arrive pas à trouver le késaco du jour.

  49. Tu en veux encore ? Je suis capable d’en faire des lignes et des lignes …..

    :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub:

  50. Tant que j’n’aurai pas de réponse, je continuerai

    :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub:

  51. Hou la la, j’ai zappé la réponse : il s’agit du chou fielderkraut.
    (en fait non, j’avais pas oublié, c’est juste que j’adore me faire prier avec des bisous) :wink:

  52. Le bleu a encore une question. Comme je n’ai pas trouvé le génial pot à rainure, j’ai dû opter pour le pot en grès classique, choux tassés, feuilles de chou, linge et planchette et grosse pierre. Que faut-il faire ensuite avec le jus produit au-dessus du chou?
    a) le laisser tel quel? b) le remplacer de temps en temps mais avec quelle fréquence?
    c) et par quoi, eau salée ou…?
    Merci, ô crèmes de chou!

  53. je vais essayer cette recette de fabrication de la choucroute mais malheureusement pour cette année je n’ai que des choux de milan.Si je prends les plus serrés pensez-vous que ça peut aller ?

  54. Je pense que c’est possible. Simplement, le chou de milan ayant une pomme moins serrée que le chou cabus, il faudrait en utiliser plus.

  55. je fais ma choucroute depuis de nombreuses années, c’est toujours un vrai régal;
    le chou à choucroute , le quintal d’Alsace, ne pousse pas chez moi dans le 05, mais avec le chou cœur de pierre, je n’ai plus aucun problème, il est serré, n’éclate pas et pousse très bien même s’il a un peu chaud et un peu soif !!!!
    dans mon pot à choucroute à joint d’eau, je ne mets que du chou et des assaisonnements et 110 à 120 g de sel par 10 kg de chou. j’ai fait un maillet en bois avec un grand manche pour bien tasser et faire sortir le jus du chou. puis comme tous, je mets des grandes feuilles de chou pour recouvrir la choucroute , puis je mets la pierre ( rondelle fendue en deux) et j’appuie dessus de façon à ce que le liquide recouvre les pierres de quelques centimètres. je pose le couvercle et remplis le joint d’eau….. et j’attends au moins 2 mois avant de déguster. ne pas ouvrir avant et n’ouvrir le pot que le temps du prélèvement de la choucroute. il faut une propreté impeccable de tous les instruments qui entreront en contact avec la choucroute du pot. repositionner parfaitement les feuilles de surface que l’on aura posé délicatement dans le couvercle le temps du prélèvement.
    cette choucroute se mange autant crue que cuite. si on la sert en plat avec de la cochonnaille , je ne mets que très peu de vin, car ne cuisant que très peu, le vin reste trop fort et nuit au goût de la choucroute.
    pour cette année, elle est prête et attend son heure de gloire et croassant sagement au fond de la cave.

  56. hola
    tu trouves ou les graines de coeur de pierre ya pas grand chose sur le net
    je connnais le tete de pierre mais pas le coeur a++merci

  57. hola
    merci bernard quel boulet en plus je suis a jardinier de france et commande ts les ans a++

  58. La variété de chou cabus que je préfère c’est le chou « cabus kapusoif » car très peu exigeant en arrosages ! :w00t:

  59. N’importe quoi le Patricio !
    Tout le monde sait que la variété russe la plus classique s’appelle le chou « cabus mékaenkorsoif ». :sick:

  60. En fait, « cabus mékaenkorsoif » n’est pas le nom spécifique d’une variété russe mais plutôt un terme générique qui englobe non seulement des variétés russes mais aussi polonaises, belges … et françaises ! :lol:

  61. Merci Marie-Jo d’avoir relancé la discussion sur cet article déjà ancien.
    En fait, quand ça dérive sur d’autres sujets, J’ADORE !
    Car ce blog ne s’est jamais pris au sérieux.

  62. Il y a aussi la variété Trod 20 qui est un demi chou cabus à feuilles rouges .
    C’est le mi-chou Cabus trod 20 rouge !!
    :sick:

  63. Bonsoir…. un petit détail après vos sympathiques commentaires… pour rendre la choucroute plus aérée je fait un mélange de choux. Pour 4 choux alsaciens je rape un chou frisé. Cela apporte de la légèreté à ma choucroute. Je ne met aucun épices, préférant rajouter à la cuisson mes épices en fonction de la choucroute choisie… de la mer… de canard… traditionnelle…. ou royale…. je ne blanchie pas ma choucroute mais la rince abondament deux fois à trois fois à l’eau claire… et je la goûte…. j’en mange de novembre à avril sur un pot de 50 litres si il m’en reste car bcp de mes amis connaissent l’adresse…. :whistle:

  64. La dernière choucroute que nous avons faite était très bonne, si ce n’est le fait que nous avons mis trop de cumin. Donc, finalement, ton idée Thierry de ne mettre les épices qu’à la cuisson me convient bien.

  65. peut t’on faire macerer la choucroute dans nimporte quelle ustansille ou dans quelle que chose de présis

  66. A priori, la choucroute se fait exclusivement dans des pots en grès ou des tonneaux en bois (du chêne en général). Sans doute que cela peut se faire aussi dans tout récipient à usage alimentaire mais je n’ai rien lu à ce propos.

  67. J’ai déjà vu de la choucroute macérer dans des espèces d’auges en granit . C’était lors d’une visite dans une ferme … Mais je ne me souviens plus où !! J’avais du goûter à trop de Chouchen ce jour là !!
    :blush:

  68. aprée avoire bien tasser les choux il ne rende pas d’eau faut t’il en ajouter? jai mie 40gm de sel pour 4kg cela et t’il sufisant

  69. Oui, 40 g de sel suffisent pour 4 kg de choux, mais uniquement si l’on utilise un pot « à joint d’eau », comme je l’ai indiqué dans l’article.
    En principe, on arrive à faire sortir suffisamment d’eau en tassant bien les choux avec le poing. Je pense qu’ajouter un tout petit peu d’eau ne devrait pas gêner mais je n’en ai pas la certitude.

  70. je n’est pas de pot a joint d’eau je le fait dans seaux celas pose un probléme doige enlever l’eau je posséde une jard avec couvercle mais pas erméthique que doige faire mercie de votre réponse ps jaitbien apuiyer avec le poing un peut prée une heure cela sufit?

  71. Je pense que sans pot à joint d’eau, il faut trouver une autre recette que celle que j’ai indiquée sur cet article car il est certain que dans ce cas-là il faut une quantité de sel supérieure.

  72. J’ai plusieurs recettes d’utilisation de choucroute crue très différentes des recettes habituelles.
    – CHOUCROUTE AUX PATES
    – Essorez bien votre choucroute crue à la main
    – Mettez la dans un poêle avec un peu d’huile de pépins de raisin
    – Faites la revenir à feu moyen (en la remuant régulièrement avec une spatule en bois)
    – C’est prêt au bout de 8 à 10 minutes, (la choucroute aura l’aspect un peu doré)
    – A manger avec des pâtes au beurre et de la crème fraîche épaisse

    – PUREE DE CHOUCROUTE
    – Epluchez les pommes de terre, coupez les en gros morceaux. Personellement je cuis
    toujours tout à la vapeur, donc je donne la recette version vapeur. Mettez les
    pommes de terre dans le panier à vapeur, rajoutez dessus la choucroute crue (que
    vous aurez préalablement essorée à la main) et faites cuire le tout jusqu’à ce que les pommes de terres soient cuites (15 à 20 minutes). La choucroute ne demande que très peu de cuisson, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent.
    – Ecrasez le tout avec un presse purée et en rajoutant du beurre et du lait.

    A manger en accompagnement avec côtelettes de porc, saucisse etc.

  73. Je viens de lire ceci dans la pub de Tom Press qui vante les mérites de la lacto-fermentation et notamment de la choucroute :
    « C’est grâce à la choucroute que l’on put s’affranchir du scorbut. James Cook, parti trois ans pour explorer le Pacifique Sud, prit à son bord 60 tonneaux de choucroute. Il n’eut à déplorer aucune victime de ce qu’on appelait alors la peste des mers. Vive la vitamine C et la choucroute ! »

  74. Eh voilà je me suis relancé dans la production de choucroute après un premier essai en novembre 2007 !
    A l’époque j’ai utilisé un fut alimentaire en plastique et ça marche aussi, mais faut nettoyer régulièrement et notamment à chaque prélèvement de choucroute… il faut faire davantage attention à la fermentation et ça nécessite plus d’hygiène.
    j’ai découvert cette année qu’il existe des pots en grès comme expliqué sur votre site (fabrication allemande ou autrichienne…bien sûr) on en trouve dans des anciennes quincaillerie et même chez Weldom… environ 80/90 € pour un fût de 30 l
    du coup je crois que j’ai mis trop de sel (1 kg pour un fut de 30 l) alors qu’il faut en mettre nettement moins comme l’explique Bernard… Aie ! aie ! aie !
    Alors qu’est-ce que je risque ? quel résultat ?
    Autre erreur à éviter pour ceux qui veulent se lancer comme moi : lors de la plantation dans le potager il faut bien faire attention de ne pas serrer trop les choux et laisser un grand espace entre chaque plant…environ 70 cm, sinon pas de beaux choux et c’est ce qui m’est arrivé l’année dernière.
    Le choux coupé fraichement (avant de le mettre dans le fût) est excellent en salade… et peut être mélangé avec un peu de pommes, noix, carottes, raisins. Un régal…
    Par contre peut-on utiliser le choux fraichement coupé pour le cuire ? comme du choux blanc ?

  75. Je ne crois pas que le fait de mettre trop de sel soit un handicap, il suffira juste à mon avis de rincer la choucroute à plusieurs eaux avant de la faire cuire.
    De toute façon, la faible quantité de sel que je préconise n’est possible qu’avec des pots spéciaux à joints d’eau. Dans les autres cas, il me semble qu’il faut mieux mettre des quantités de sel proches de celles indiquées par Jacques.

    A mon avis, le chou fraîchement coupé peut être cuit sans problème.

  76. voila 1 mois c’est ecouller je vien de vérifier la choucroute mais elle dégage une forte odeur celat et t’il normal

  77. Normalement, avec le joint d’eau, il y a peu d’odeurs, sauf lorsqu’on ouvre le pot pour prendre de la choucroute.
    (désolé d’avoir mis autant de temps à répondre, j’ai été absent toute la semaine)

  78. Bonjour.

    Ce site est très intéressant à parcourrir .
    Voici bien 17 ans que je fais ma choucroute et ç’est la première année que le choux blanc ne fermente pas, j’ ai pourtant procéde de la même façon que les années précédentes.
    Dans un ancien pot en grès sans joint d’eau je dispose par étage de 10 cm, 5 choux blanc tranchés finement, 15 gr. de baies de genévrier, 7 gr. de poivre en grains, 4 feuilles de laurier, 400 gr. de sel marin.
    Je n’ai presque pas de jus de fermentation après 3 jours, habituellement le lendemain le choux est déja recouvert de liquide.
    Pensez-vous que je puisse ajouter de l’eau pour recouvrir le choux?
    Le résultat sera-t’il valable?
    Je vous remercie.
    Jean-Claude

  79. Bonjour,
    Très intéressé par cette méthode de conservation, je serai tenté d’en faire l’essai, mais avant de faire réaliser le pot à joint d’eau, résidant sous les tropiques, je voudrais savoir si la méthode est aussi efficace sous ces latitudes ?
    Donc si un descendant d’un cuisinier de James Cook peut me dire si la choucroute était préparée avant le départ d’Angleterre ou pas ?
    Merci à tous.

  80. Alors là, je ne sais pas …
    En général, la fermentation doit être lancée à température suffisamment assez, mais en général, il faut mettre très vite au frais à la cave.
    Cette méthode de lacto-fermentation est très utilisée dans les pays de l’Europe de l’Est où il fait plutôt froid. J’aurais donc tendance à penser que ça ne marche pas sous les tropiques (tropique pour que ça marche ! :silly: )

  81. C’est sûr, sous les tropiques, la température n’est pas « suffisamment assez » !
    :w00t:

  82. Hou la la, je n’arrête pas de remanier mes textes en faisant des copié-collé et ça me joue plein de tours. :angry:
    « assez chaude » je voulais dire. Ou « suffisamment chaude ».
    Faut vite que j’aille me coucher ! :sleeping:

  83. Bonjour, et merci pour ce site fort intéressant. Je cherche des pots en grès à joint d’eau, et je voulais savoir si quelqu’un avait des plans pour en trouver d’occasion? Sinon, en neuf, je pensais à ceux de Tompress, avez-vous d’autres idées de fournisseurs?
    Sinon j’ai récupéré des gros bidons bleus qui peuvent être à contenance alimentaires, mais je ne sais pas comment les boucher efficacemment pour la choucroute, et à priori je suis sceptique quant au plastique…
    Mais dès que je suis équipée, je m’y mets!
    merci d’avance pour vos conseils!
    Pascale

  84. Je ne connais que la solution Tom press et c’est vrai que c’est un peu cher. Il me semble que les pots à joints d’eau sont plutôt de conception récente et qu’il doit donc être assez difficile d’en trouver d’occasion.

  85. On mange encore la choucroute qui a été faite il y a plus d’un an. Intacte ! Je pense que la lacto-fermentation permet de conserver les aliments bien plus d’un an. Quelqu’un de ce blog saurait combien de temps on peut conserver ainsi les aliments ?

  86. Petite précision concernant la recette de choucroute : il faut compter deux heures, nettoyage compris.
    (Joëlle et moi avons fait la nôtre ce matin).

  87. Bonjour,
    Cette année, les choux de mon jardin ont été productifs et j’ai donc décidé de me lancer dans la choucroute. Merci à tous pour tous les commentaires et conseils qui m’ont bien aidé dans cette opération, la fermentation a démarré il y a 2 semaines environ….. J’ai rapé les choux à la mandoline et j’ai utilisé un pot à joint d’eau de 20l. Je l’ai trouvé chez « bien-et-bio.com »: le prix est identique à celui de tom press mais la livraison est carrément moins chère (29€ chez tompress, contre 6€90 chez bien et bio). Mais tous les volumes ne sont pas disponibles chez bien et bio….

  88. Merci pour l’info. Chez Tom Press il n’y a que du matériel de très bonne qualité mais c’est vrai que les frais de port sont très élevés.

  89. Je ne comprends pas d’où vient ce jus dans lequel baigne le chou ciselé. Merci de votre réponse.

  90. Lorsqu’on appuie fortement sur les choux coupés, au moment où on les met dans le pot, ils rejettent une partie de leur eau et ils baignent alors dans leur jus (il est possible aussi que le sel que l’on met contribue à extraire l’eau contenue dans les choux).

  91. Bonjour
    j’ai 2 choux type milan de pontoise bien serré qui ont pommé après l’hiver,puis_je faire de la choucroute avec(ce choux est coloré ardoisé)? je dit type pontoise car c’est une optention récente trouvé en jardinerie,curieusement ,il semble pouvoir se comporter en vivace,et j’ai bouturé des rejets qui semble vouloir pommer a leur tour,a voir.

    Par ailleurs,on peur rajouter de la saumure ou de l’au si le choux n’en rends pas assez(selon le sel ajouté au départ)j’ai souvent ce problème dans ma régions plutôt sèche et ou j’arrose peu le potager,le choux peut se retrouver anormalement déshydraté,

    j’ai fait de la choucroute dans des bocaux a conserve a caoutchouc fermé(1,5 ou 2 litres),ça marche bien,l’ excès de gaz sort avec la pression,et c’est bien étanche a l’air,le problème est de trouvé un galet de la bonne taille pour empêcher le choux de remonter avec le gaz,je met aussi quelques morceaux de pomme avec le choux(recette polonaise)ça ne gêne pas la fermentation et c’est délicieux

  92. ce blog est une revelation pour moi, car je ne pensais pas qu’on peut faire de la lacto-fermentation dans une saumure en France. Je pensais que les bacteries necessaires (Leuconostoc mesenteroides, Lactobacillus plantarum et Lactobacillus cucumeris) n’y sont pas présentes.

    Mais en lisant vos texes, et surtout – vos reussites, je vois que partout, dans tous les departements, on peut le faire. Donc : ces bacteries y sont. Cela veut dire qu’on peut faire toute lacto-fermentation dans une saumure, comme dans l’Europe de l’Est : chou, mais aussi bettraves rouges et concombres?

    Quelq’un a fait l’experience? Ca marche?

    Une vraie revelation… il faut que j’essaie…

  93. Bonsoir Arthur,
    Un jour, Josiane (dont j’ai déjà parlé sur ce blog et qui tient le jardin « le potager d’une curieuse ») m’avait montré des bocaux qui contenaient des couches de légumes différents : betteraves rouges, carottes, poivrons … conservés sur le principe de la lactofermentation. Cette méthode était très originale car Josiane ne savait jamais ce qu’elle allait manger à l’avance, elle prenait la couche qui venait, ça pouvait être du chou ou du panais ou autre chose …
    Ce qui veut dire qu’on peut conserver n’importe quel légume avec cette méthode.
    Je lui avais posé plus tard la question de la méthode exacte, elle m’avait répondu, je vais essayer de retrouver sa réponse dans mes mails très anciens.

  94. Avec gmail, c’est pratique, on retrouve tout instanténément.
    Voici, Arthur, ce que m’avait dit Josiane en réponse à ma demande par mail :

    « C’est tout simple : tu prends des bocaux de conserve avec joint en caoutchouc (qui a pu servir déjà une fois, l’air sortira plus facilement et cela fait du recyclage).
    Tu râpes les légumes (une seule variété, un mélange ou en en changeant par couches de 3 cm, bien tassées) pas trop fin, sinon tu obtiens de la boullie.
    Entre chaque couche tu mets des herbes et du sel.
    Bien tasser, au poing par exemple.
    Les baies de genévrier et l’aneth permettent de diminuer la dose de sel.
    Je compte une cuillère à café bien remplie par bocal de un litre.
    En fait tu verras que tu mets une assez grande quantité de légumes, vu que tu tasses à chaque fois, et la dose de sel, c’est comme si tu voulais les cuisiner de suite.
    Ce n’est pas le sel le conservateur, mais l’acide lactique qui se développe avec le sucre des légumes.
    Tu gardes à 20° pendant deux jours, puis en cave.
    Attendre au moins un mois avant d’ouvrir.
    La saveur se perfectionne avec le temps »

  95. Bon, alors je vois qu’il y a beaucoup de personnes qui aiment la choucroute. Donc je vais vous en donner la recette (à l’asacienne et à l’ancienne et avec le choux déjà fermenté), je suis alsacien et en fesant scrupuleusement ma recette, vous aurez une très bonne choucroute:
    Pour 4 personnes (bons mangeurs):
    -1kg de choux fermenté
    -1 gros oignon
    – 3 clous de giroffles
    – 3 feuilles de laurier
    – 1 cuillère à soupe de grains de genièvre
    – cumin ou carvi (si tout le monde l’aime , sinon , ce n’est pas obligé)
    – 500 gr de lard fumé tranché en 3 coupes
    – 500 gr de lard frais (poitrine de porc) idem , tranché en 3 coupes
    – 4 à 6 saucisses de viennoises
    -4 à 6 saucisses de Montbéliard
    – 250gr de Kassler ou palette fumée sans os (coupez le en tranches aussi)
    – 1 bouteille de vin blanc d’Alsace (non sucré) ou bière.

    Recette a la marmitte traditionnelle et pas en cocotte, elle sera meilleure…

    épluchez le gros oignon et piquez le avec les 3 clous de giroffles bien rapartis, placez ensuite l’oignon au fond de la marmitte non sous le feu (on y viendra plus tard), rincez un peu votre choucroute dans un saladier pour eliminer l’aciditée « extreme », egouttez la bien , pour ceux qui aiment, rajouter un peu de cumin ou carvi , la cuillère a soupe de grains de genièvre et melangez les bien a la chouroute ensuite placez votre choux au dessus de l’oignon, mettez dessus vos 3 feuilles de laurier. Ensuite, placez vos morceau de lard fumé, ainsi que le frais, et le Kassler ou palette par dessus la coucroute (pour ceux qui sont vraiment gourmand, vous pouvez y rajouter des jarrets de porc frais (non précuits), prenez ensuite 1 verre a bière de 20cl , remplissez le completement de vin blanc d’Alsace ou bière , une fois le vin versé (ou bière) en fesant attention de bien le verser doucement et partout sur notre préparation, reprenez le verre vide, et remplissez le 2x d’eau, versez maintenant l’eau sur la préparation, prenez le couvercle de la marmitte puis fermez la (Très important pour le gout) commencez à allumer votre cuisinière TRES TRES IMPORTANT : A FEUX DOUX!!!!! la durée de cuisson de cette recette va durer environ 3 heures. Au bout de 2h45 de cuisson, piquez avec une fouchette dans le lard frais (ou jarret si vous en avez rajouté) pour verifier qu’il soit bien tendre, surveillez bien que le choux ne brule pas au fond de la marmitte sinon rajoutez de l’eau, il nous reste juste encore les saucisses que l’on va cuisiner en finale sinon elle éclatent, lorsqque que votre accompagnement est tendre lard (+ jarrets), mettez par dessus les saucisses de Montbélard et les viennoises pendant 10 a 15mn et toujours a feu doux!! Voila votre choucroute est prete a etre servie. :)

  96. Soit de la bière soit du vin blanc, ca c’est un choix de preferences, moi je la cuit avec du vin blanc , du riesling, et en mangant la choucroute je sers aux invités du pinot gris, ceux qui n’aiment pas le vin blanc à boire, prennent de la bière. Voila , tout est dit :)

  97. merci Bernard de m’avoir fait connaître tompress. Je vais certainement acheter le pot à joint d’eau en 5 litres, pour une personne seule cela devrait suffire et si plus tard je prévois plus grand alors ce sera pot en plastique car entre 1.5 kg et 11kg à vide y-a pas photo je ne suis pas Musclor alors j’imagine quand cela sera plein ça restera en plein milieu de la salle, comme décor je peux trouver mieux.

  98. Bonjour, je suis étonné que personne ne parle du Kimchi, très populaire notamment en Corée (Corée du Sud en particulier) d’où il est originaire.
    Alors permettez-moi d’en faire une brève présentation…
    Il s’agit d’une variante de notre choucroute traditionnelle (je suis alsacien :angel: ) à laquelle du piment en poudre (entre autre) est ajouté lors de la fermentation.
    Consommé cru quotidiennement (en quantité raisonnable sinon attention le colon…. :sick: ), le Kimchi assure un apport en nutriment (lactobactéries entre autres) dont les très propriétés sont très bénéfiques à celui qui le consomme.
    Il existe de nombreuses variantes et beaucoup de légumes peuvent être utilisés.
    Voilà pour le clin d’oeil exotique et vive les légumes fermentés!!

  99. Je ne connais pas le kimchi. Merci pour l’info ! :wink:
    Voila une bonne idée pour utiliser mes piments.
    En ce qui concerne les propriétés médicinales et les apports en nutriments et lactobactéries, j’ai des amis qui utilisent le jus de la choucroute crue dès qu’ils ont un problème de toux, bronchite, angine, … Ils ont toujours une petite bouteille de jus de choucroute au frigo en prévision de cela. J’ai goûté et c’est plutôt bon.

  100. je me lance dans la préparation de la choucroute. les pommes sont elles necessaires dans la recette ou facultative? Peut on mettre une autre variété? Rien qu’a lire votre recette l’eau nous en vient à la bouche. Je donnerai mes résultats dans l’hiver…
    Framboise.

  101. A mon avis, ce n’est pas indispensable. Je pense simplement que la pomme se marie bien avec les choux d’une manière générale (on peut par exemple en mettre avec le chou rouge, qu’il soit cuit ou cru) et que c’est là la seule explication. La recette qu’on m’a donnée pour la choucroute contenait de la pomme et j’ai appliqué la recette telle qu’on me l’a donnée. Pour les pommes, on peut mettre toutes sortes de variétés pour peu qu’elles ne noircissent pas rapidement quand on les coupe.

  102. bonjour, je viend de couper mais choux du jardin je les et misa egoute samedi je me lensse pour la choucroute maison

  103. Je ne savais pas qu’on pouvait égoutter les choux plusieurs jours avant de faire sa choucroute et, concrètement, j’ai du mal à comprendre de quoi il s’agit.

  104. samedi sa va etre un grand moment surtout g mes amis qui von metre la main a la patte. on va pouvoir faire de la choucroute de la mer.mais il va falloire etre passient

  105. Bonjour,
    nous avions fait l’année passée un petit « Probe » avec 3 choux pour la choucroute dans le pot à lacto fermentation de chez Tom-press. ça a super bien marché et donc cette année, mon mari dans un élan d’enthousiasme m’a fait ramener 14 kg de choux … et sitot dit sitot fait, hop dans le pot. Là nous l’avons goûtée, elle est bonne. Donc no problemo. Mais nous nous posons des questions : faut-il sortir la choucroute de son pot et la stériliser ? si oui combien de temps. (ou une autre méthode de conservation existe-t-elle ?) ou faut-il laisser le chou en l’état et prélever au fur et à mesure ? Le liquide est à fleur des pierres, faut-il l’enlever ou le laisser ? Et si nous voulons « lacto-fermenter » d’autres légumes, il faut racheter d’autres pots alors ?
    merci pour vos réponses …

  106. Non, non, inutile de la stériliser, il faut la laisser dans le pot et la prélever au fur et à mesure. Pour le liquide, je pense que ça n’a pas trop d’importance, l’important est qu’il y en ait jusqu’au-dessus de la choucroute. On peut donc en enlever un peu au fur et à mesure.
    J’ai bien peur qu’il vous faille racheter d’autres pots … ! :wink:

  107. riba-riba, merci pour cette réponse rapide et efficace … nous sommes belges d’origine (ben oui, personne n’est parfait !) et installés depuis peu dans la Vienne. Mon fou d’mari est cuisinier de formation. Nous sommes dans une petite maison acadienne, avec vrai four à pain d’origine, et un potager de la taille d’un terrain de foot … donc les conserves vont bon train … il y a de quoi tenir un siège ! Mon mari est guide-nature, moi conteuse (et artisan en laine feutrée) et nous envisageons de réaliser des promenades nature et conte l’été prochain (là on déballe les derniers cartons, ouf!)
    Je suis tombée sur votre blog par hasard, il est super, j’adore !
    Nous organisons avec les voisins un repas choucroute le 1er janvier. C’est en effet une tradition de la région de Stavelot, le premier jour de l’an il faut manger une choucroute avec une pièce sous l’assiette … c’est censé apporter fortune bonheur et santé ??? moi je ne suis toujours pas plus riche, mais je me dis que si nous ne le faisions plus ce serait ptêt encore pire :cwy:
    encore félicitations pour votre blog, à bientôt peut-être avec d’autres questions …

  108. Conteuse belge, Guide nature…? en France…? Tu connais Cindy S. (conteuse) ?
    Le monde des conteuses, des associations, du vert et de l’environnement est tellement petit en Belgique. On se connait peut-être… :smile:

  109. Bonsoir Bernard, merci oui, la Belgique est sympa, juste un peu plus de soleil et ce serait parfait !
    et dsl, je ne sais pas comment faire pour répondre à Luc sans squatter ton blog :unsure: donc :
    Bonsoir Luc, je ne la connais pas perso, je l’ai déjà entendue (sans doute à Chiny, ou peut-être Vassivières ?) moi je fais partie, en belgique, d’une petite Asbl : « contes za rebours », de Bastogne.
    Mon mari (Yves Bloden) a suivi sa formation de guide nature généraliste à Bxl. en 2010-11.
    Nous sommes ici depuis fin octobre, donc fraîchement débarqués. et un peu perdus, je l’avoue, mais « ça va d’aller » !!!

  110. Bernard est habitué au squat, dès qu’un belge arrive sur le site, je lui tombe dessus. :biggrin:
    Je ne connais pas contes za rebours ni Yves. Pas grave, on fera connaissance ici. Tu trouveras sur le blog les meilleurs articles au monde sur le potager, sur les oiseaux, et tellement de choses! :smile:

  111. Salut!!Mon désir est de trouver une personne sachant fabriquer la choucroute Pour maitriser la technique. serais prêt à financer ma formation.

    bouteille à la mer

  112. Ce blog n’est pas l’endroit où vous trouverez cette personne. Il n’y a ici que des amateurs qui partagent humblement ce qu’ils font, ce n’est pas très professionnel …

  113. Je viens de survoler ce post. Bernard au début parlait d’un cours sur la lacté-fermentation. Je ne suis pas capable de le faire mais j’ai beaucoup utilisé la lacto-fermentation dans une autre vie. J’étais producteur de fromages et c’est le principe de base. Le nom vient d’ailleurs de là, lacto=lait. Le principe n’est donc pas prêt de disparaitre il est même très largement utilisé. Seulement il est industrialisé. Le lait se conserve sous forme de fromage grâce à la lacto-fermentation, surtout pour les pâtes molles (camembert…). Les ferments nécessaires sont naturellement présents surtout dans un endroit où se fait régulièrement la lacto-fermentation : les bidons, les moules …. (vous n’auriez donc pas intérêt à « bien » laver vos pots. Les ferments lactiques ont besoin et créent un milieu acide qui favorisent la conservation et empêchent le développement des mauvais ferments, coliformes par exemple, qui rendent les aliments impropres à la conservation et immangeables (voire dangereux). (la conservation dans le vinaigre se fait aussi grâce à l’acidité)
    Dans l’industrie on utilise aussi les ferments mais après pasteurisation, avec un ensemencement de ferments de culture. On voit là une des sources de l’homogénéisation du goût : destruction des arômes naturels et ensemencement avec une seule variété de ferments. La différence du goût de plusieurs fromages, choucroutes… ne vient pas uniquement des laits et des variétés de choux mais aussi des variétés de ferments. La lacto-fermentation est aussi utilisé à grande échelle dans l’ensilage du maïs, des pulpes de betteraves, de l’herbe……
    Pour la petite histoire : il y a de nombreuses années j’ai visité une des laiteries fabricant du maroille. C’était à l’époque où quelques producteurs laitiers voulaient refaire eux mêmes du fromage après avoir (ou leurs parents) confié toute leur production aux coopératives ou aux industriels. Ils ont été incapables de commencer la production alors que le savoir faire était encore présent. L’absence de fabrication pendant une longue période mais surtout les règles (utiles pour les collecteurs) de production et de collecte du lait rendaient impossible le développement naturel des ferments (on parle d’un lait « trop propre »). La laiterie leur est venu en aide en leur fournissant des ferments au bout de quelques temps leurs fromageries, les outils de production étaient assez contaminés pour un ensemencement naturel.

  114. Merci Francis pour toutes ces précisions. C’est un sujet très intéressant et je ne connaissais rien aux conditions nécessaires au développement des ferments. Quand j’aurai un peu plus de temps (dans quelques années quand je serai en retraite), je vais essayer de travailler sérieusement et de conserver une partie de mes légumes grâce à ce principe de la lacto-fermentation.

  115. Ça y est, la choucroute est prête, on la mange ce midi. Après 5 mois d’attente.
    Le chou a une bonne odeur de choucroute ce qui est rassurant et ressemble beaucoup à celui de chez mon arrière grand-mère qu’elle faisait quand j’était gamine.
    Pour cette année, j’en ai pas faire énormément, un pot de 1 kg, mais je compte bien continuer. Mes gamines adorent ça.

  116. A l’automne 2011, on a fait de la choucroute (en suivant la méthode décrite dans cet article). On avait tellement de trucs à consommer pendant l’hiver 2011-2012 qu’on en a pas mangé. Idem pour cet hiver. On s’attendait à ce qu’elle soit fichue après autant de tant. Les feuilles de choux du dessus du pot avaient noirci, je les ai enlevées et balancées au compost. On a fait une choucroute ce midi : DELICIEUSE ! alors qu’elle datait d’un an et demi. J’ai de quoi en faire encore une dizaine !

  117. Juste pour être sure, nous allons faire la choucroute cette annee et nous voudrions savoir quelle quantite de choux (en kg), il faut pour un recipient de 40 litres ?

    Merci de votre aide.

  118. Ouh la… Beaucoup !
    Je dis ça parce que ma première expérience de choucroute est un fiasco… prévu !
    Pas assez de choux, récipient pas assez rempli, trop grosse bulle d’air -> raté !
    En gros, je dirais que pour ce volume il faut plusieurs dizaines de choux cabus, beaucoup moins pour des variétés « prévues pour » (Quintal d’Alsace par exemple).
    J’ai un pot en grès de capacité inférieure et mes quelques choux n’ont pas suffi, il m’en aurait fallu plus. En râpant et en tassant les choux, c’est comme avec le bois : on en range plus dans moins d’espace.
    Pour des abaques précises, Bernard et Francis sauront en dire plus. :wink:

  119. Virginie, peut-être qu’une quinzaine de gros choux (de type quintal d’Alsace ou fielderkraut) conviendraient. Mais il en faut bien plus si les choux sont de taille petite.

  120. Je vais fabriquer cette semaine de la choucroute de raves (car mon frère a beaucoup de raves dans son champ). Est-ce que quelqu’un sait comment on fait (mis à part le fait qu’il faut un couteau spécial pour la faire) ? Est-ce qu’il suffit de remplacer le chou par des raves et utiliser la même recette que celle que j’ai décrite ? Il s’agit a priori d’une choucroute typiquement franc-comtoise.

  121. C’est l’ami Albert qui devrait pouvoir te renseigner, je crois qu’il en est un grand adepte.
    Et la réponse m’intéresse car l’an prochain je compte en fabriquer : à la maison nous préférons la choucroute de rave.
    Il me semble même que le Blog à Dupdup te donnera de bons éléments de réponse, tu verras, c’est une mine d’informations !
    http://www.leblogadupdup.org/2010/11/16/la-reponse-au-kesako-dalbert/

    Ta question me fait penser à l’inventaire d’un grenier ou d’un atelier (d’un blog ?) : on sous-estime souvent nos richesses…

  122. Ah, l’ami Albert … !
    J’ai assisté hier soir à son mariage (j’ai, entre partenthèses, été choisi pour témoin il y a quelques semaines pour le mariage d’une amie qui laisse de temps en temps des commentaires sur ce blog, c’est à la mode sur ce blog de se marier en ce moment).
    C’était très drôle, Albert est arrivé sur un vélo à trois roues portant la mariée. Et au moment de mettre les alliances, les alliances avaient été oubliées à la maison … Mais ce n’était qu’un gag. Pendant deux minutes, les gens se sont demandés si c’était du lard ou cochon. Beaucoup, comme moi, n’ont pas compris que c’était un gag …
    Tout ça pour dire que l’Albert en ce moment, il a d’autres choses à faire que de répondre à mes questions sur la choucroute ! :wink:

  123. Je termine à l’instant la fabrication de la choucroute de raves. C’est une grande première pour moi. Peut-être que j’en ferai un article prochainement, mais globalement la technique est la même, si ce n’est l’appareil à couper qui est très différent.

  124. Ne vous moquez pas mais quand je me suis mariée, les alliances sont réellement restées à la maison, le témoin les avait oubliées et il a fallu que l’on nous en prête. Etait un signe pour un divorce 20 ans plus tard?

  125. Je viens de finir ma choucroute avec des choux « standard » mais bio….
    Bref donc pour 20l => 24 kg de choux brut (avant retrait trognon,etc…).
    Voili voilou pour un ordre d’idée.
    Ça « blop blop » déjà dans le joint à eau.
    C’est partie pour 2 semaines dans le salon avant de partir dans la cave (des beau-parents vu que j’en ai pas chez moi…comme quoi c’est utile les beau-parents finalement … :angel: ).

  126. Effectivement, « blop blop » est le terme exact. C’est ce que j’entends en ce moment avec ma choucroute de raves (autre recette dont je parlerai peut-être dans les temps qui viennent sur ce blog) que j’ai fabriquée le week-end dernier.

  127. Qqu’un sait-il à quelle fréquence faut-il contrôler le joint à eau (tous les jours, 2 jours, semaine, …) une fois en cave ?
    Merci,

  128. Je crois qu’il faut le faire régulièrement au début, pendant que la fermentation se fait (on rajoute juste un peu d’eau de temps en temps). Par contre, il me semble qu’ensuite c’est moins grave car il m’est arrivé d’oublier de rajouter de l’eau pendant plusieurs mois et la qualité de la choucroute n’a pas été altérée pour autant.

  129. J’ai mon joint à eau qui n’arête pas de baisser. Des fois sur 5 heures; comme si l’eau été aspiré par le récipient.
    J’en remets mais est ce normal?
    D’avance merci,

  130. Non, je ne comprends pas. Ou alors, ça bulle beaucoup (parce que c’est dans une pièce chauffée, que la fermentation fonctionne donc à plein pot) et les bulles provoquent du mouvement dans l’eau et la font déborder du joint. Je ne vois que ça comme explication.
    Je ne pense pas qu’il puisse y avoir aspiration vers l’intérieur du pot.

  131. Pas d’eau sur le coté. Et le pot est dans le garage depuis hier. Plutôt 10 °C la nuit (15 °C en journée (avec le sèche linge)).
    Hier soir plein à ras bord. Ce matin sous les ouvertures de dégasage!!!
    J’ai remis de l’eau et sa baisse encore.
    Semaine dernière j’ai ouvert par interrogation: tout semblait normal mais il me semble que le niveau d’eau avait augmenté dans la jarre. J’ai juste reposé le couvercle ensuite sans remettre d’eau et là beaucoup d’eau à nouveau puis dégazage important pendant 5 jours, puis moins puis à nouveau aspiration…
    Bizarre donc??? pfouu
    L’eau du joint ne se colore pas en blanc. Je pense que c’est ce qui arriverait si l’eau du joint entrait en contact avec le jus de lactofermentation non?
    Première choucroute et phénomène inexpliqué, c’est pas bon ça. J’espère que je ne vais pas perdre mais 20 Kg… :cwy:

  132. Pour l’animal qui vient boire peu probable. Même phénomène dans le salon( où j’avais mis la jarre au début pour lancer la lactofermentation) que dans le garage. Et pas d’animaux dans la maison (à part qq araignées…. :-) ).

  133. Bizarre Bizarre. Nous verrons bien en la goutant… :sick:
    Tiens d’ailleurs: au bout de combien de temps on peut gouter?
    Merci,

  134. Je viens de re-ouvrir le pot. Tout à l’air d’aller. Une fois ouvert puis refermer, faut-il le remettre à 20°C pour booster la fermentation et évacuer rapidement l’air ou puis je le laisser dans le garage (13°C actuellement)?

  135. Non, ça peut rester dans le garage. Une température assez élevée est nécessaire au tout début pour lancer la fermentation, mais une fois que c’est parti, on peut mettre le pot au sous-sol ou à la cave. Donc, pas la peine de le remonter dans la maison.

  136. OK, merci.
    Et pour ma deuxième question si qu’un peux me répondre: au bout de combien de temps on peut consommer?
    Vu que j’ai ouvert, j’en est profiter pour récupérer une lamelle de choux pour gouter (fabrication le 10/11) => croquant pour le moment et salé mais c’est tout.

  137. Une fuite au niveau de la concavité du joint d’eau due à une porosité ou une fêlure ?

    Je profite de cette petite discussion technique pour avertir ceux qui utilisent ces pots de grès que le fait de les trimballer sur des dalles calcaires (c’est le sol ancestral de ma cuisine) laisse des traces : ce qui est dur raye ce qui est moins dur. Ça s’est arrangé, mais on a failli hériter de marques indélébiles. Une protection est donc nécessaire sur les sols fragiles.

    J’en profite pour vous donner, au cas où, l’échelle de Mohs (dureté des minéraux) avec ce petit moyen mnémotechnique :
    Ta Grosse Concierge Folle d’Amour Ose Quémander Tes Caresses Divines
    1 Rayé par l’ongle (Talc)
    2 Rayé par l’ongle (Gypse)
    3 Rayé par une pièce de monnaie (Calcite)
    4 Rayé par une lame de couteau ou un morceau de verre (Spath)
    5 Rayé par une lame de couteau ou un morceau de verre (Apatite)
    6 Raye une lame de couteau ou un morceau de verre (Feldspath)
    7 Raye une lame de couteau ou un morceau de verre (Quartz)
    8 Raye une lame de couteau ou un morceau de verre (Topaze)
    9 Raye une lame de couteau ou un morceau de verre (Corindon)
    10 Raye toutes les matières courantes (Diamant)

    Mais… Le fait de le savoir par cœur ne pas empêché de rayer ma cuisine !

  138. Ta Grosse Concierge, ok, Quémander Tes Caresses Divines, OK.
    Éventuellement Folle d’Amour dans le désordre, bizarre, et Spath ? :ermm:
    Bon avec 38,5 de fièvre, je ne suis peut-être pas en état… :blush:

  139. Bon ben d’abord, comme le veut la tradition: Meilleurs vœux pour 2014!!! :-)
    Cela étant fait je reviens au sujet de ce blog: la choucroute.
    Je viens d’ouvrir pour écumer un peu en surface du jus (date de mise en fermentation: 10/11/13): les filaments de choucroute que j’ai écumé sont tout mou et s’écrasent sous les doigts. Est ce normal? J’espère qu’il n’en est pas de même pour la choucroute sous les pierres…??? :cwy:
    Elle « blop » encore: cela veut-il dire que ce n’est pas encore consommable ou puis je tenter une choucroute demain pour gouter tout ça :w00t: ?

    Merci,

  140. Je ne sais pas, la mienne est toujours restée ferme et en général la fermentation était finie au bout d’un mois. :blink:

  141. Finalement elle est trés bonne cette choucroute.
    Un peu acide. Faudra que je la lave plus.
    Je me demandais: je voulais la mettre en bocaux mais finalement ne puis je pas la congeler cru sous vide? Est ce faisable ou pas?

    Merci,

  142. Même si je vide le pot à choux eu fur et à mesure? l’augmentation du volume d’air dans le pot ne risque pas de faire pourrir le choux?
    D’avance merci,

  143. Non, je n’ai jamais eu ce type de problème.

    A noter que d’ici un mois je vais mettre un nouvel article en ligne sur le thème de la choucroute de raves.

  144. Bonjour,

    Ca y est c’est parti pour la choucroute 2014 lancée ce WE.
    Par contre j’ai un souci que je n’ai pas eu l’année dernière: au bout de 2 jours, alors que j’ai fermé le pot avec 5 cm entre le jus et le haut du pot, le niveau du jus est monté et a débordé dans le joint à eau et hors du pot ensuite. J’ai repressé les pierres et des bulles d’air se sont échappées comme si la masse de choux avait gonflée. J’ai tout remis en place et ça a recommencé ce jour après de nouveau 2 jours. J’ai donc retirer 2 cm de jus, repressé les pierres. J’espère que ca ne redébordera plus. Est ce une fermentation trop forte qui est responsable de cela (19°C dans la pièce).
    Avez vous déjà eu ce phénomène?

    Merci,

  145. Bonjour, je suis une lectrice silencieuse mais assidue de votre blog, que j’ai découvert il y a quelques mois, à partir de vos photos superbes d’animaux.
    Ensuite j’ai pu glaner ça et là, avec aussi les interventions des autres lecteurs, des idées pour le jardinage, pour le choix des graines…
    Puis j’ai remarqué les pages musicales (Cohen, c’est aussi de ma génération, je l’avais non pas oublié mais mis un peu de côté…), les pages « politiques », le ton des échanges entre lecteurs , tout ça me plait bien, sans parler des liens Kalakotkas ou Karu qui m’ont occupée une bonne partie de l’été!
    Et comme je suis arrivée récemment, j’ai encore plein de pages à lire!
    Aujourd’hui, je voulais participer à ma façon en donnant un lien que peut-être certains connaissent, sur la lactofermentation, ou plutôt sur une « lactofermenteuse » acharnée qui en a même écrit un bouquin très intéressant. Voilà le lien:http://www.nicrunicuit.com
    Au plaisir!

  146. Merci Kajalu pour ce témoignage. Le jour où tous les lecteurs silencieux de ce blog se mettront à parler, ça en sera fini de nos petites discussions de salon à quelques-uns et on pourra élargir les discussions et surtout élargir nos points de vue sur les différents sujets traités sur ce blog.
    Concernant la lacto-fermentation, j’ai participé mardi soir à un atelier éco-citoyen sur ce sujet. Il était animé avec brio par Rachel Baverel. La lacto-fermentation est « le » mode de conservation le plus intéressant (et de loin) car il ne consomme pas d’énergie et il conserve en très grande partie les propriétés des aliments.
    Je suis en train de préparer un article (qui sera en ligne d’ici 15 jours) sur le thème de la choucroute de raves.

  147. Miam, je la préfère à l’habituelle.
    Mais cette année, récolte minable (quelques rongeurs ont récolté avant moi). Bilan peu honorable : trois magnifiques pots en grès pas exploités cette année. La vidéo de(s)0 Bourguignon réveille mes ardeurs de jardinier honnête.

  148. Je reviens sur mon sujet de débordement: effectivement le pot devait être un peu trop plein. Depuis que j’ai retiré un peu de jus (2 a 3 cm), plus de débordement. J’ai ouvert aujourd’hui pour vérifier et le jus reste a 3cm du haut du bocal. Conclusion: faut remplir a la limite de l’envasement et pas plus haut.

  149. Yves le LANDAIS ; je me suis lancer à faire ma choucroute j’ai un pot avec couvercle mais pas à joint d’eau j’ai couper mon chou au trancheur a jambon? bon résulta dans l’ensemble ,je n’es pas eut de liquide j’ai donc mis de l’eau jusqu’au dessus des poids et comme chez nous il fait encore chaud j’ai le pot dans ma chambre-froide ai-je bien fait merci de me dire!!!!!!!!!!!!!!!

  150. Tout les cuisiniers que j’ai vu plus haut vous dise de cuire a feu doux ,alors qu’il est plus facile de maitre une couenne d’épaule de porc qui couvre tout le font de votre marmite ;et en plus on peut là manger ,huuuuummmmm!!!YL

  151. Je ne sais pas répondre à la question, n’ayant une expérience qu’avec des pots à joint d’eau. Normalement, lorsqu’on presse bien les choux avec le poing, il y a assez de liquide (d’autant plus que le sel qu’on ajoute permet d’extraire l’eau des choux).

  152. Concernant la température, il vaut mieux commencer la fermentation à température ambiante (elle démarre mieux) et ne mettre ensuite à la cave qu’au bout de quelques jours.

  153. un petit truc de vinassier , remplir la rainure du pot avec une huile alimentaire type paraffine évite une surveillance periodique de l’évaporation de l’eau du joint

  154. Merci pour ce petit truc bon à savoir.
    Et les bulles de fermentation arrivent quand même à passer à travers la paraffine ? :blush:

  155. Avec les choux que j’ai récupéré ce samedi au jardin, Joëlle et moi avons fait ce matin un pot de 10 litres de choucroute de choux, ce qui s’ajoute à la choucroute de navets qu’on avait faite il y a un mois et demi. De quoi passer l’hiver … !

  156. Avec tous ceux qui balancent du porc en ce moment, c’est l’année de la choucroute. :tongue:

  157. Salut à tous,
    je place ce lien ici parce qu’il y a un des thèmes abordés qui est la lactofermentation.
    Cette vidéo est extrêmement intéressante mais n’ayant pas actuellement le temps d’expérimenter, je compte sur vous. :wink:
    Il me semble qu’il y a là des solutions pour le monde de demain, disons même d’aujourd’hui car le nouveau monde a tué l’ancien monde. :angry:
    A vous de voir.

Laisser un commentaire

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: