Premiers papillons

Avant-hier 17 mars, le premier papillon de l’année volait derrière la maison. C’est mon premier papillon de l’année. Il s’agissait d’un citron.

Et si vous notiez dans vos commentaires la date à laquelle vous apercevez chacune des espèces de papillons ? On pourrait ainsi comparer nos observations d’une région à l’autre (ou d’un pays à l’autre, je pense par exemple à notre ami Belge).

Peut-être que vous en avez déjà observé d’ailleurs. Essayez alors de vous souvenir de la date.

169 réflexions au sujet de “Premiers papillons”

  1. Ce n’est quand même pas le même que celui qu’Yves a observé chez lui ?
    Parce que sur son blog, il nous dit que le premier papillon qu’il a observé est le citron. Et depuis il a vu un paon du jour.
    Et il note toutes les dates …
    Bref, Yves est le participant parfait pour le blogadupdup :smile:
    En ce qui me concerne, je n’ai vu aucun papillon pour l’instant, ce qui est un peu normal car chez moi, tout est toujours en retard (même le cerf-volant, je dis ça pour couper l’herbe sous le pied du Dupdup ! LOL).
    J’en suis encore au perce-neige dans mon jardin, encore que maintenant, j’ai aussi des primevères en fleurs.
    Et quand je pars en balade, c’est en montagne, dans la neige alors les papillons …
    Mais c’est une très bonne idée.
    Promis juré, dès que je vois un papillon, je note la date et je mets un commentaire ici.

  2. En s’y prenant plus tôt, on pourrait remettre cet article tous les ans et faire ensuite une comparaison entre les différentes années.

  3. Méfiez-vous des papillons car :

    « Les papillons pas pouilleux aux yeux pupillés et aux papilles pas pillées peuvent pas payer ! »

    Bon je sais, ça ne veut pas dire grand chose, mais l’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous !

  4. Bernard, est-ce que tu insinues qu’il faut se méfier de ceux qui ne peuvent pas payer ?
    Cela ne plairait pas à Panait Istrati ce que tu dis là ! :wink:
    Allez, Ne t’affole pas, c’était juste pour t’embêter un peu, je sais bien que ce n’est pas ce que tu penses. :tongue:
    Pour revenir aux observations de papillons …
    Ou aux non-observations de papillons …
    Les autres hivers, je vois assez régulièrement un vulcain dans mon jardin.
    Cet hiver, je n’en ai jamais vu.

  5. A peine sortis de leur léthargie hivernale (car ils passent l’hiver à l’état adulte), les mâles poursuivent déjà les femelles avec assiduité, :wub: ce que je viens de constater ce matin derrière chez moi.
    Citrons pressés ! :smile:

  6. Bernard, si tu avais passé, comme eux, l’hiver en abstinence, tu ne ferais pas pareil ?
    Allez, avoue !!! :biggrin:

  7. Salut , c’est Le Presse citron … Moi ça va un PAIC (citron) !!!
    :wink:
    Vous avez déjà vu un arbre à Six troncs ?

    L’arbre à six troncs
    L’air un peu paumé
    Au milieu des marrons
    Etait un oranger
    Ses branches comme des scions
    Servaient à pêcher
    Bogues et vairons
    Aux doux reflets bleutés ….

  8. Donc , chez moi dans le Finistère sud :
    Le 1er Citron : Lundi 15 mars 2010
    Le 1er Paon-du-jour : Mercredi 17 mars 2010

  9. Les observations du grand nooooord.
    Premier papillon (trop loin pour être identifié) le 17 mars…
    L’année dernière, j’ai tout noté à partir du mois de Mai. J’avais délimité un espace d’observation précis: « dans et de mon jardin », pour limiter les variables, afin de pouvoir comparer d’une année à l’autre.
    Ce matin, nombreux « gouttedeaus » dans le jardin et les campagnes: dates normales.

  10. Rien à voir avec les papillons , mais …..
    En ce moment , c’est horrible de voir sur les routes tous ces crapauds écrasés , alors qu’ils traversent pour rejoindre leurs espaces de reproduction . Il y a 20 ans c’était les salamandres , mais comme nous avons réussi à les faire disparaître de la région en détruisant leur biotope … On n’en voit plus ou alors très rarement .

  11. Alors, Luc, c’est quoi les « gouttedeaus » ?
    Je suis jalOOOOOOOOuse …
    Vous avez tous vu des papillons et pas moi !
    Mais je me rattraperai cet été parce qu’en montagne, il y a beaucoup plus de papillons qu’ailleurs, Na !

  12. A propos du citron, Tristan Laffranchis écrit dans son livre :

    « Lors de la parade nuptiale, la femelle abaisse ses ailes et redresse l’abdomen, exposant une touffe d’écailles odorantes. Pour s’accoupler, le mâle doit réussir à passer sous les ailes de la femelle »

    Quelle gymnastique ! :wink:

  13. … heu, excusez-moi, c’est mon côté poète qui m’a échappé: les « gouttedeau » qui volettent partout, ça veux dire qu’il pleut. Saloperie de temps!
    Pour les crapauds, ici, suivant les coins, c’est l’organisation ou l’hécatombe. Heureusement, de plus en plus, avec l’aide de la région wallonne, la traversée des routes par les batraciens se fait sous haute surveillance.
    http://static.youmake.tv/player/embed.swf?file=http%3A%2F%2Fdelivery1.youmake.tv%2F2008%2F01%2F11%2Fv%2F3883%2F3883.flv&image=http%3A%2F%

  14. dans le finistère nord les mêmes papillons que Yves mais avec deux jours de retard :
    1er citron le 17 mars et 1er paon du jour le 19. Premières hirondelles de rivages le 18.

  15. Pas possible ça ! On ne va quand même pas se faire battre par la Bretagne en ce qui concerne l’apparition de la petite tortue !!!!!!!!!! :wink:

  16. Ouf !
    Un peu tard mais l’honneur est sauvé !
    A l’instant, première observation de papillon, sur une fleur de pissenlit, dans mon jardin.
    Il s’agit d’un Robert le Diable.
    Donc : Drôme – 24/03/2010 – Robert le Diable.

  17. Un couple de vulcain dans mon jardin cet après-midi, et … un faisan.
    Ah bon ? il n’est pas accepté comme un papillon ?
    Oh Zut alors !
    Et les quatre buses qui planaient là-haut ?
    Non plus ?
    Et la fourmi qui est remontée sous mon pantalon et m’a piquée à la cuisse ?
    Non plus ?
    Bon ben alors, un couple de vulcains et c’est tout !

  18. Ce matin, toujours dans mon jardin, un tircis est venu faire un tour.
    Heureusement, j’avais l’appareil photo à la main et j’ai pu prendre une photo, sinon je n’aurais pas pu le déterminer. Il m’a donné du fil à retordre, le coquin !
    Je l’avais déjà dit et encore une fois, ça se confirme, c’est toujours le même livre qui m’apporte la réponse quand c’est difficile.
    j’ai regardé le Guide Vigot des papillons d’Europe, puis le guide Arthaud « Voir les papillons », puis chez Delachaux et Niestlé, « Les papillons d’Europe », puis le guide Vigot « Insectes et principaux arachnides ».
    Je n’ai pas trouvé.
    Finalement, c’est encore et toujours le guide Arthaud « Insectes de France et d’Europe occidentale » de Michael Chinery qui m’a sauvée.
    C’était difficile car le tircis (Pararge aegeria) existe sous deux formes.
    Pararge aegeria tircis, foncé et à taches couleur blanc crème, se rencontre à peu près partout.
    Pararge aegeria aegeria, plus clair et à tâches orangées, se rencontre dans le sud-ouest de l’Europe et en Italie.
    C’est la première forme qui est en photo dans tous les guides cités sauf le dernier ou les deux sont présentées.
    Et c’est la deuxième que j’ai observé ce matin.

  19. Première piéride du chou dans le jardin cet après midi !!
    Mais avec ce vent , il n’est pas resté posé longtemps … Et a vite traversé le champ vers d’autres cieux .
    Le paon du jour est bien présent tout comme le citron … Par contre , pas de vulcain pour l’instant .

  20. Des citrons et des petites tortues en pagaille à Seez (à 900 mètres d’altitude) en Haute Tarentaise (Savoie) cet après-midi.

  21. Alors, Yves, c’est lequel de tircis que tu as vu ?
    Le foncé à taches beiges ou la forme méridionale claire à taches oranges ?
    (voir mon commentaire du 29 mars à 11h18)
    Théoriquement, chez toi, ce devrait être le premier?

  22. Un imago de Pararge aegeria … Il est vrai que la clarté de la teinte des taches claires peut changer fortement en fonction des régions. Et même dans une même région on peut trouver ce papillon avec des teintes différentes ( j’ai pu le remarquer lors de mes observations et clichés de ce papillon ).

  23. Les papillons restent très rares par ici. C’est trop tôt. Une petite tortue hier après-midi, la première. Ce papillon très très commun dans mon enfance est quasi devenu une rareté. Pareil pour le Lambda, que j’attends avec impatience, en ayant revu l’année dernière après plusieurs années d’absence complète dans le jardin.
    A mon sens, les papillons sont, dans mon environnement quotidien, en diminution catastrophique de qualité et de quantité. L’année dernière fut très bonne en quantité, mais pour une quinzaine d’espèces maximum…

  24. J’ai fait une longue balade cet après-midi et j’ai vu 5 ou 6 aurores. Quand j’en ai parlé à Joëlle, elle m’a dit qu’elle en a vu la semaine dernière, le 3 avril à un jour près. J’adore ce papillon mais il est impossible (ou presque) à photographier, il est toujours en mouvement.

  25. Tu as vu, Bernard, dans mon diaporama sur les papillons, il y en a un d’Aurore, photographié l’an dernier, à la Montagne Sainte Victoire, dans les Bouches du Rhône.
    Figurez vous qu’aujourd’hui, j’ai vu un papillon à 3000 mètres d’altitude, sur un glacier !
    C’est fou !
    Malheureusement, je n’ai pas eu le temps de voir de quel papillon il s’agissait.

  26. J’aime ce papillon, l’aurore, qui est, il faut bien le reconnaître, la « bête noire » du photographe !
    Je crois que je le photographierai dans une autre vie …
    :angry:

  27. 17 avril, enfin un citron… et puis un Robert le Diable.
    18 avril, premier Paon du jour…
    Chuis pas en avance…

  28. Ce matin, il y avait un ball trap pas loin de chez moi. Le premier coup de feu a éclaté à 10H. C’était aussi mon premier pan du jour ! :silly:

  29. Pas mal de papillons en balade aujourd’hui … Aurore , carte Géographique , Robert-le -diable , Petite-Tortue …. Pour ne citer que les plus récents dans le coin .

  30. Premier Aurore ce matin !!!
    Mais pas la première aurore ce matin, car le nombre d’années depuis que je suis née multiplié par 365 et éventuellement 366, ça doit faire un nombre déjà conséquent !
    Et pas non plus d’aurore polaire ce matin, ni boréale, ni australe !
    :smile:

  31. L’aurore est sans doute le papillon le plus commun sur mon secteur en ce début de printemps, contrairement à certaines années où il est rare.

  32. De Bretagne à la Franche-Comté en passant par le Condroz, il y a déjà des similitudes qui se remarquent. 23 Avril, premier argus dans le jardin.
    Hier était aussi ma première balade à pied depuis deux semaines (ouf, je ne raterai pas les morilles): Un aurore tout les 30 m sur une lisière boisée de 500 m. Ça me paraît vraiment beaucoup. :smile:

  33. Ah oui, l’argus, je l’avais oublié celui-là. Pourtant je l’ai vu il y a une dizaine de jour mais je ne l’ai pas noté dans un commentaire.
    J’avais paillé mes fraises, il y avait tellement de vent (la bise du nors) que j’ai arrosé la paille pour ne pas qu’elle s’envole. Et les argus, attirés par l’humidité, sont arrivés.

  34. Yves, tu as plus de chance que moi. Impossible de photographier l’aurore. J’ai pourtant beau me lever aux aurores … !

  35. Aujourd’hui, le tircis sous sa forme Pararge aegeria tircis et un piéride que je ne sais pas déterminer.
    J’envoie la photo à Yves qui aura bien une idée, n’est pas Yves ? :smile:

  36. Sincèrement, Yves, tes photos, c’est quand même autre choses que celle de Dupdup… Ces derniers temps, il est pas top bon, quand mêêêême… :devil:

  37. D’après vous Luc de Belgique, si actuellement notre dupdup n’est pas au top, c’est peut-être le moment de l’acheter au prix de l’Argus, je pense que ce serait une excellente affaire !!!:tongue:

    Perso, ses photos me parlent, et je les trouve excellentes parce que je sais, pour l’avoir pratiqué, le travail et la patience que cela représente pour obtenir de tels clichés, la nuit c’est autre chose …..:wub:

  38. Il faut quand même que je rajoute que les photos d’Yves sont excellentes, et je les apprécie comme tout le monde sur ce blog.

  39. Oui Francisca et surtout par rapport aux oiseaux, c’est une autre paire de manche que de réaliser de bonnes photos de mammifères… Et comme Bernard en a des belles aussi dans ce rayon, que son ego est raisonnable, on peut tout de même bien se permettre l’ironie, sinon, il faudrait se contenter d’humour !

  40. Je crois que Dupdup et moi sur nos blogs , sommes plus là pour montrer la nature en photos et moins pour montrer des photos de nature parfaites …. Chacun son truc .
    Ce qui me fait plaisir dans vos sympathiques commentaires sur mes clichés … C’est que je peux prouver ( n’en déplaise à d’autres) , qu’avec moins de 200 euros dans un appareil photo , on peut se débrouiller … Et surtout se faire plaisir . Je sais qu’un jour j’aurai un reflex et un super téléobjectif … J’espère simplement que je ne finirai pas par dénaturer la nature dans mes clichés , pour finir par rentrer dans un moule où les images n’ont plus d’identité … Aseptisées .

  41. A l’instant, en quelques minutes dans mon jardin …
    Un vulcain, mais ce n’était pas le premier …
    Deux pierides du chou …
    Plein de petits nacrés …
    Un que je n’ai pas eu le temps de déterminer (la grisette ?) …
    Et un flambé !

  42. Et une Panthère (Pseudopanthera macularia) qui passe dans le jardin … Mince , je l’ai mis où mon Lumix ?

  43. Eh bien, on dirait que Yves ne s’ennuie pas …
    Entre une belle dame et une panthère ! :biggrin:

  44. Enfin, quand on est coincé entre une belle dame et une panthère, mieux vaut ne pas se tourner vers la belle dame. Cela dit, il arrive aussi qu’un certain nombre de belles dame s’avèrent assez vite être de véritables panthères ! :w00t:

  45. Pardonnez lui belles dames, il ne sait déjà plus ce qu’il dit :tongue: avec une telle chaleur, il faut bien se désaltérer……

  46. Premier moro-sphinx de la saison que je vois dans mon jardin et aussi premier machaon.

  47. Premiers moro-sphinx vus également.
    Comment vont faire les papillons pour survivre alors que les plantes sur lesquelles ils butinent habituellement ne sont pas encore fleuries ? Ce problème de déphasage dans le temps entre végétaux et consommateurs de plantes, entre proies et prédateurs, dû à l’inconstance des saisons … est un vrai problème.

  48. On peut observer ce phénomène dont tu parles grâce au comportement des oiseaux .
    Pour faire coïncider les besoins alimentaires de leurs nichées avec les disponibilités alimentaires (dont l’abondance maximale est souvent de courte durée)… Des études ont montré que les oiseaux pour répondre au réchauffement climatique , ont avancé leur calendrier biologique lors de ces dernières décennies.
    une étude anglaise portant sur plus de 70 000 pontes de 65 espèces montre qu’entre 1971 et 1995 toutes les espèces, à l’exception d’une seule (le Pigeon colombin), ont avancé leur date de ponte …
    Nous humains , saurons-nous nous acclimater à ces nouveaux climats ?
    Et resterons-nous encore longtemps simplement fataliste face aux éléments ?
    :angry:

  49. … en moyenne de huit jours par rapport à il y a vingt ans pour les chocards à bec jaune (voir mon dernier commentaire sur l’article du chocard où je disais exactement la même chose qu’Yves (quand les grands esprits se rencontrent ! :whistle: ))
    Puisqu’on parle ici de reproduction et de ponte …
    Vous savez comment se reproduisent les bonnes soeurs ?
    Non ?
    En couvent bien sûr ! :angel:

  50. Mais comment se fait-il que les réserves de nourriture ne sont pas elles, en avance également?

  51. Je pense que si les oiseaux, et la faune d’une manière générale, peuvent s’adapter progressivement aux changements climatiques, cela leur est très difficile lorsqu’une année les proies (exemples des chenilles pour les mésanges) apparaissent une année en avril, l’année suivante en mars et la troisième année en mai. J’ai l’impression que le rythme actuel de la nature est cahotique.

  52. Et si la faune en général avait un « sixième sens » justement pour savoir quand ou non procréer ? Est-ce qu’ils ne s’adaptent pas déjà aux conditions climatiques ?

  53. Bernard, lors d’un de tes stages de formation sur les papillons, peut-être t’a-t-on expliqué quelque chose qui m’intrigue depuis longtemps ? …
    L’écaille tigrée est chinée et l’écaille chinée est tigrée !
    C’est à se demander s’il n’y a pas eu une confusion lors de l’attribution de leur nom.

  54. Chez moi le petit Sylvain a grandi. Il ne reste plus qu’un grand Sylvain. Espèce migratrice d’ailleurs revenue du Mexique depuis peu. :wink:

  55. Depuis le début janvier , sur les vitres de la maison lorsque vient la nuit , je peux observer la Cheimatobie hiemale que l’on nomme aussi , phalène brumeuse ou arpenteuse tardive (Operophtera brumata L.) .
    Marrant ce papillon qui cherche à se reproduire au milieu de l’hiver !!

  56. Chaque hiver, je suis étonné du nombre de papillons nocturnes que l’on peut voir dès qu’il fait un peu doux et surtout dans les bois.

  57. Un citron observé aujourd’hui en plaine de la Loue, département du Jura, par un observateur du secteur… En voilà un réchauffé !

  58. Et ton citron, quelle variété ?
    C’est des « petits » dans la vallée de la Loue. Moi, Jean-Pierre m’en a envoyé un il y a trois semaines … ! Et comme il fait beau aujourd’hui, je l’ai sorti ! :biggrin:

  59. Citron en décembre
    Pépin le Bref !
    Si bref pépin
    sent l’ambre d’étron…

    Tu ferais bien de rentrer ton citron ou de sortir ton pépin !

  60. Un vulcain tournait autour de moi pendant que je préparais ma terre . C’était le premier de l’année .
    Qu’il profite bien de ce beau soleil vu ce qui arrive de l’ouest …

  61. Bien que son aire de répartition englobe toute le territoire de la France métroplitaine, je n’ai jamais vue la Grande tortue :sad:
    Cette espèce dont la principale plante hôte est l’orme a bien pâti de la maladie de cet arbre.
    Est-ce qu’il y a des ormes près de chez toi Yves ?

  62. Non non, pas du tout, la principale plante-hôte de la Grande Tortue est le saule marsault auquel s’ajoute le tremble, le pommier cultivé, le poirier, l’orme et des tas d’autres essences feuillues. L’orme n’est donc qu’une plante-hôte parmi d’autres et ce n’est pas l’essence la plus utilisée dans les endroits où ils subsistent encore.
    Mais c’est vrai que pour cette espèce on utilise parfois, et à tort, le nom de « vanesse de l’orme » qui ne correspond pas à la réalité.

  63. Ah ! Sur un de mes livres sur les papillons, on dit que l’orme est la principale plante hôte mais qu’il y a aussi, dans une moindre mesure les saules et le tremble.
    Quand j’aurai un moment, par curiosité, je regarderai mes autres livres et sur le net.
    Là, je n’ai plus trop le temps.

  64. Je crois qu’à ce niveau de détail, il faut regarder sur des livres spécialisés et non sur les petits guides d’identification que l’on achète. Je regarderai sur « les papillons dans leurs biotopes » (livre suisse de plusieurs milliers de pages, le top du top) que j’ai au boulot.

  65. J’ai fait le point sur mes différents guides d’identification. Ils citent tous comme plante hôte l’orme, différents saules, le peuplier et aussi les arbres fruitiers.
    Mais il est dit qu’au printemps, on l’observe souvent sur les chatons de saules.

  66. Juste une petite précision pour être sûr qu’on parle tous de la même chose : lorsqu’on parle de plantes-hôtes, il s’agit toujours des plantes qui accueillent les chenilles et non les adultes.

  67. Voilà ce que j’ai pu lire sur ce papillon :
    « La ponte a lieu en Avril, après l’hivernage, et bien sûr après accouplement. Les oeufs sont joliment côtelés, et régulièrement « déposés-collés » autour des plus fines branchettes de l’ arbre nourricier. Il s’agit essentiellement de saules et de bouleaux, plus rarement d’ormes et de trembles, mais aussi de fruitiers, et notamment de cerisiers. »

  68. Je pense que la disparition d’une espèce n’est pas comme on peut le croire dû au simple fait que sa plante hôte soit moins abondante . La petite tortue disparait à grande vitesse dans beaucoup de régions de France et de Belgique alors que sa plante hôte , l’ortie , est abondante . Pesticides , réchauffement climatique et autres poisons de l’humanité sont vraisemblablement les responsables .

  69. Un flambé dans mon jardin :smile:
    Je ne le vois pas souvent celui-ci
    Y -t-il beaucoup de flambés chez vous en Bretagne, Franche-Comté … ?

  70. Concernant la grande tortue, les spécimens que j’ai filmées dans mon dernier documentaire ont été trouvées effectivement sur l’orme ( « mauvaise herbe » de mon jardin :biggrin: ) et sur un cerisier. Petite anecdote: les chenilles ont été élevées en « cage » pour les besoins du film puis relâchées après métamorphose. Après libération des imagos, l’un d’eux est revenu plusieurs jours de suite sur la fenêtre par laquelle il a été remis en liberté, avant de regagner définitivement la nature. :blink:
    Les grandes tortues étaient observées régulièrement dans mon jardin jusqu’en 2005-2006. Mais depuis, plus rien. En fait, de nombreux papillons qui fréquentaient la valériane qui se développe anarchiquement sur mon petit bout de terrain ont disparu. Plus de flambé, ni de machaon, ni de grande tortue, ni de petite tortue, ni de sphinx divers, même plus un demi-deuil. Juste quelques citrons et autres piérides courante. :angry:
    Une vraie misère. Pourtant, pas d’insecticides ni d’herbicides utilisés. Les insectes et les mauvaises herbes ont la belle vie. Encore plus fort, pas un puceron sur les rosiers… ! Je suppose que les produits utilisés dans les jardins de mes voisins (pas une herbe plus haute que l’autre, déprimant…!) sont particulièrement efficaces. :sad:
    Pour répondre à Étincelle, il y a des flambés en Franche-Comté, mais j’ai de plus en plus de mal de les voir (je ne vais peut-être pas non plus au bon endroit…). :blink:
    Bonne chasse aux papillons à tous… :smile:

  71. Accouplement des petites tortues chez moi aujourd’hui… et aussi de la Coccinelle asiatique.

  72. Ici, depuis trois jours, il n’y a plus que des mâles. Je le sais parce que je les entends chanter: « on se les gèle, on se les gèle! »

  73. Encore deux flambés hier dans mon jardin. Et plus d’aurores que les autres années.
    Hier après-midi, un couple de flambés et un couple de vulcains s’amusaient à virevolter et se taquiner les uns les autres. C’était rigolo.

  74. Je viens de voir une grande tortue sur un de mes rosiers grimpants. C’était la première fois que je voyais ce papillon.

  75. C’est un papillon que je vois rarement ici. Il a sans doute été commun autrefois mais s’est beaucoup raréfié dans la partie nord-ouest de son aire de répartition.

  76. L’association dans laquelle je travaille coordonne cette année un gros travail d’inventaire des papillons en impliquant les classes primaires (60 classes). Avec mes collègues, on note les dates d’apparition des premiers papillons. Déjà notés :
    – citron, petite tortue, paon du jour, vulcain (fin février),
    – piéride blanche (du chou ou du navet), aurore (vers le 20 mars)

  77. La grande tortue n’est pas si rare. Le problème c’est qu’elle ne se nourrit pas ou rarement sur les fleurs. De plus elle « estive » donc elle n’est plus visible pendant les mois chauds. :sleeping:
    Chez moi, l’orme accueille la grande tortue … en hauteur. :wassat:
    Je ne vois donc plus qu’occasionnellement les chenilles située à la cime de l’arbre. Les adultes hibernent régulièrement dans mon sous-sol ou dans la cabane au fond du jardin. J’ai observé un adulte sur une fenêtre de mon sous-sol il y a un mois qui a disparu avec le redoux. J’ai trouvé des chenilles l’an dernier dont une écrasée devant la porte. Dans le film « Métamorphoses » j’ai filmé l’émergence d’une grande tortue … de mon jardin.
    Il est clair cependant que les effectifs étaient beaucoup plus importants autrefois. Merci les insecticides … et les utilisateurs idiots qui détruisent les chenilles et sont étonnés de ne plus voir de papillons ! :angry:
    Ah ! Bernard a rajouté un commentaire le temps que je ponde le mien… :biggrin:

  78. Bigre, il faut que je change les lunettes ! Le commentaire sur le flambé, je ne l’avais pas vu, j’ai cru qu’il était venu entre temps. :blush:

  79. Je connais mal la grande tortue.
    Yves, par contre, la connaît bien car il a eu l’an passé une belle population dans son jardin. Mais sans doute va-t-il nous en parler. :wink:

  80. C’est vrai que ce papillon a fait son grand retour l’année dernière autour de chez moi … Il est encore bien présent cette année d’après les observations que j’ai pu faire sur plusieurs sites de balades . Un autre qui est bien présent depuis quelques jours , c’est le Robert-le-Diable . Toujours aussi peu sociable avec les autres papillons qu’ils soient de son son espèce ou autres .

  81. L’agreste (Hipparchia semele), voilà une nouvelle observation de papillon pour moi .
    Sur le site de Wikipédia on peut noter :il n’a pas été retrouvé depuis 1980 dans de nombreux départements , en particulier dans le Centre, le Poitou-Charentes et la Franche-Comté
    Alors , est-ce vrai ? Les Franc-comtois de ce blog ne l’ont-ils jamais observé depuis? Regardez , pour moi , on le dit commun le long du littoral et c’est la première fois que je l’observe ( en grand nombre sur un site que je fréquente pourtant depuis bien des années ! )
    http://naturepassion.e-monsite.com/pages/papillons/agreste.html

  82. Première observation d’une Belle-dame cette année … Ce papillon est enfin de retour dans la région !! Il se fait rare depuis la véritable invasion de l’été 2009 .

  83. Observation des deux premiers Vulcains de l’année aujourd’hui … Narcisses , jonquilles et primevères fleurissent dans mon jardin ! Le mimosa jaunit chaque jour un peu plus !
    :happy:
    Ahh , la Bretagne , son soleil , ses plages , son cidre … Mais malheureusement son vent qui souffle toujours aussi fort !!

  84. Yves, comme je ne mesure pas toujours l’étendue de ton humour, confirme moi que tout ça est vrai parce que vu d’ici, ça parait franchement impossible. :blink: :smile:

  85. Et oui cher Luc , c’est vrai de vrai !!
    :smile:
    On vient d’avoir deux belles journées ( soleil , 13-14°) . Par contre , la nuit dernière le vent a bien soufflé !
    Malheureusement , ici quand la douceur arrive , le vent fort n’est jamais loin !

  86. Le vulcain est le papillon que je vois moi aussi régulièrement tous les hivers dans mon jardin.

  87. Un truc un peu drôle : il arrive que les vulcains s’enivrent de fruits fermentés (notamment aux pieds des pommiers) et restent ici en Franche-Comté. S’ils n’arrivent pas jusqu’à la Drôme, c’est parce qu’ils sont un peu pétés et n’arrivent pas à décoller de chez nous ! :whistle:

  88. On a donc un point commun les Bretons et les Franc-comtois : on a envie d’aller dans la Drôme, mais les fruits fermentés nous y en empêchent ! :whistle:

  89. Et puis , c’est plus facile pour Etincelle , qui elle a deux L , de venir nous rejoindre dans nos belles régions !!
    :wink:

  90. Je ne sais pas chez vous , mais chez moi , il y a un gros manque de papillons dans le paysage par rapport aux autres années à la même époque !!
    ( pourtant , j’ai eu du soleil ces derniers jours )
    :sad:

  91. Si je peux compléter ton observation, je dirai que sur mes 15 cocons de grands paons de nuit, seuls, 5 sont sortis ( dont 4 femelle et un seul mâle). Soit un tiers, ce qui est très peu. C’est un peu la cata, car il va falloir cette fois attendre à nouveau un an pour avoir une petite chance d’assister à une émergence. :sad:
    Avec une petite extrapolation par rapport à ce qu’il se passe dans la nature dont les conditions sont plus difficiles qu’à l’intérieur d’une cage, rien d’étonnant à ne pas voir nos petits papillons sortir… Apparemment, passé le jour, passé la fête si j’ose dire. Pour le grand paon, si j’en crois mes observations, dernière semaine d’avril, deux premières semaines de mai. Après, tout le monde reste au dodo pour une année… :wassat:

  92. Oui, ici aussi pas grand chose. :sad:
    J’ai bien vu un flambé, un machaon et un vulcain ce week-end dans les Alpilles mais c’est à peu près tout alors qu’il aurait du y en avoir des tas.
    Mais comment s’en étonner avec de telles températures ? :angry:

  93. Tout à l’heure, j’ai vu une Likenée rouge (Catocala nupta) dans ma cour.
    C’était la première fois que je voyais ce papillon.
    Il est énorme !

  94. Je pense que même avec le guide le plus complet, c’est à dire le « guide des papillons nocturnes d’Europe » de Robineau qui présente les 1626 espèces (toutes illustrées) de papillons nocturnes (c’est à dire tous les papillons nocturnes sauf quelques milliers de microlépidos), il est difficile d’aller à l’espèce précise. Les différences sont minimes entre Catocala nupta (la mariée), C. conjuncta, C.Elocata (la déplacée), C. promissa (la promise), C. puerpera, C. optata (la lichenée de Godart), C. dilecta (la bien-aimée) et C. electa (l’élue, la choisie). Les motifs des ailes sont quasi-identiques entre ces 8 espèces. ça m’a l’air aussi compliqué que chez les lycènes (argus ou azurés), je ne sais pas s’il faut aller ou non jusqu’à observer les glandes sexuelles car mon guide ne le dit pas. Entre « la mariée » et « la déplacée », les différences sont vraiment infimes, même la taille semble identique.
    En tous les cas, la question de la détermination a déjà souvent été évoquée sur ce blog (on l’a vue avec l’erreur commise sur les sternes). En ce qui concerne les insectes et certaines catégories d’insectes, Michel G. qui est spécialiste du sujet (et qui reconnait 40 familles de mouches à l’oeil nu) va rarement jusqu’à l’espèce et en reste assez souvent au niveau du genre. Il connaît bien ces papillons-là et il faudra que je lui pose la question.

  95. On restera à Catocala alors :wassat:
    Honnêtement, je ne pensais pas qu’il y avait autant de Catocala.
    Ne peut-on pas cerner un peu mieux en regardant les répartitions ?
    Est-ce que toutes les espèces dont tu parles sont présentes dans la Drôme (et en particulier dans mon jardin :ermm: )
    Parce que franchement, s’il faut regarder les glandes sexuelles :sick:
    D’abord, elles sont où exactement ? :cwy:

  96. Ouh là !
    Gaffe. :pinch:
    Surtout ne pas trop rapprocher une Etincelle des glandes sexuelles !

  97. Regarder la répartition dans les guides n’est pas terrible non plus pour cerner certaines espèces . J’ai moi même photographié et répertorié quelques espèces , qui sont inexistantes dans le Finistère dans des guides sur les papillons de France .

  98. Et moi, au bord de mon chemin, j’ai le laiteron rude (sonchus asper ssp asper) alors qu’il est présent partout sauf dans la Drôme d’après Tela Botanica. Mais la carte est fausse car il y a des observations enregistrées dans la Drôme. :cwy:
    Pour en revenir à ma Likénée …
    En consultant mon guide de Michaël Chinery (finalement, le mieux de ceux que j’ai et que je n’ai pas regardé hier), je dirais que c’est bien nupta que j’ai vue.
    MAIS …
    Sur mon guide, j’ai seulement nupta, electa, promissa et sponsa, en ce qui concerne celles qui ont les ailes postérieures rouges. Tant au niveau de la taille que des dessins et tons sur les ailes antérieures, je ne pense pas qu’il y ait de confusion.
    Sauf que mon guide ne montre pas conjuncta, elocata, puerpera, optata et dilecta.
    Il restera donc toujours un doute.
    Cependant, si dans la plupart des guides sur les insectes, il n’y a que nupta d’indiquée (je viens de vérifier tous mes guides), c’est sans doute que c’est la plus courante.
    Comme cela m’étonnerait d’avoir eu une rareté dans mon jardin, il y a de grandes chances pour que la likénée que j’ai vu était la belle mariée.
    Bon, c’est ce que je crois mais évidemment sans certitude.
    De toute façon, si j’ai pu la regarder à loisirs, posée et en vol, je n’ai pas pu faire de photos … Grrr ! :angry: , ni regarder ses glandes génitales :w00t:
    Allez, l’essentiel, c’est que j’ai vu un beau papillon, marié ou pas, et que cela fait toujours plaisir :smile:

  99. Idem : un citron en fin de matinée, c’était mon tout premier papillon de l’année. Je m’attends à voir dans les jours qui viennent d’autres espèces (petite tortue, paon du jour et aurore notamment) car le temps va être ensoleillé pour au moins 10 jours semble-t-il.

  100. Dimanche dernier, j’ai vu une petite tortue dans le chemin derrière chez moi.
    Ce n’était pas mon premier papillon de l’année puisque j’avais vu un vulcain en faisant une balade sur les contreforts du Vercors, le 20 février.

  101. Ton observation serait impossible ici car le vulcain ne passe pas l’hiver à l’état adulte. Par contre, dans le Midi, à basse altitude, il arrive souvent effectivement qu’il se réfugie entre des rochers ou dans des tas de bois et son observation est alors possible dès février.

  102. Petite tortue hier au jardin.
    Quant aux possibles… Ma coriandre est en fleur et va bientôt me faire des graines. Et dans les champs, la moutarde est en fleur! :w00t:

  103. Petite réflexion suite à mon dernier commentaire. Sans doute que les modifications climatiques en cours influent la biologie de nos papillons et que la « zone d’hivernation » du vulcain soit plus grande actuellement que ce qui est dit dans les bouquins.

  104. C’est vrai qu’ici , j’ai pu observer le vulcain en décembre , janvier , février … Et mars (à l’instant ! )

  105. Ce sera certainement la fête aux papillons dans les jours qui viennent. Le beau temps arrive pour un moment. Moi aussi, à l’instant, dans ma cour, un vulcain et un autre que je pense être une mégère mais je n’ai pas eu le temps de confirmer d’identification.

  106. Premier moro-sphinx vu ce matin dans les vignes au-dessus de Montmélian en Savoie.
    :smile:

  107. Ici, avec ce temps magnifique, il devrait y avoir bien plus de papillons qu’il n’y en a. L’année ne commence pas très bien pour les papillons. :angry:

  108. Hier 24 janvier, premier papillon (un citron) observé derrière la maison. Je crois que c’est la première fois que je vois un papillon en janvier.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: