Jacques Brel (1)

Luc ayant fait allusion dans son dernier article à la Frida de Brel, quoi de mieux qu’un petit dimanche musical sur le grand Jacques. Avec d’abord cette chanson dont on attend toujours le dernier couplet sur cette Frida qu’est belle comme un soleil.

http://www.youtube.com/watch?v=NfwW76JzVQI

Puis trois autres vidéos pour ensoleiller votre dimanche.

http://www.youtube.com/watch?v=pidXFrB61io

http://www.youtube.com/watch?v=Gy-Y6DudhY0

23 réflexions au sujet de “Jacques Brel (1)”

  1. Aussitôt mise en ligne, je regarde une nouvelle fois ces quatre vidéos. Et j’en arrive à cette conviction : à chaque écoute de Brel on n’en ressort par indemne !

  2. Une chanson pour deux versions, au sujet de la guerre d’Algérie.
    Ce n’est pas une des meilleures à mon goût mais Brel est mort le jour de mes 16 ans ans, et je suis donc né à la fin de cette guerre qui a volé bien plus que 32 mois à mon père.
    J’ai écouté en boucle le plat pays, comme les premiers disques de Joan Baez, des vinyls parmi d’autres dans la collection parentale dont les airs me scotchent toujours, heureusement qu’ils n’y avait pas les yéyés !

  3. Merci Bernard, pour ce dimanche musical là !
    Ca prends toujours autant les tripes ! On en ressort bien évidemment pas indemne, des chansons qui nous parlent et qui nous font vibrer ! :wub::wub:

  4. Merci Hervé pour le lien vers ce long texte sur la vie de Brel. Je viens de le lire. Je ne me souvenais pas que ses débuts dans la chanson avait été aussi difficiles et que le succès avait été aussi long à venir.

  5. Évidement que le petit belge il va faire een commentaar. Brel, c’est son enfance, sa jeunesse, son pays…
    J’ai choisi de relire le texte du plat pays plutôt que de choisir une vidéo de cette chanson, à laquelle tout le monde pense dès que l’on parle de Brel.

    Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague
    Et des vagues de dunes pour arrêter les vagues
    Et de vagues rochers que les marées dépassent
    Et qui ont à jamais le cœur à marée basse
    Avec infiniment de brumes à venir
    Avec le vent de l’est écoutez-le tenir
    Le plat pays qui est le mien

    Avec des cathédrales pour uniques montagnes
    Et de noirs clochers comme mâts de cocagne
    Où des diables en pierre décrochent les nuages
    Avec le fil des jours pour unique voyage
    Et des chemins de pluie pour unique bonsoir
    Avec le vent d’ouest écoutez-le vouloir
    Le plat pays qui est le mien

    Avec un ciel si bas qu’un canal s’est perdu
    Avec un ciel si bas qu’il fait l’humilité
    Avec un ciel si gris qu’un canal s’est penduAvec un ciel si bas qu’un canal s’est perdu
    Avec un ciel si gris qu’il faut lui pardonner
    Avec le vent du nord qui vient s’écarteler
    Avec le vent du nord écoutez-le craquer
    Le plat pays qui est le mien

    Avec de l’Italie qui descendrait l’Escaut
    Avec Frida la Blonde quand elle devient Margot
    Quand les fils de novembre nous reviennent en mai
    Quand la plaine est fumante et tremble sous juillet
    Quand le vent est au rire, quand le vent est au blé
    Quand le vent est au sud, écoutez-le chanter
    Le plat pays qui est le mien.

    Si un jour vous avez l’occasion de vous promener en Flandre, en rentrant chez vous ne tardez pas à réécouter cette chanson. Car alors seulement, vous comprendrez:  » Avec un ciel si bas qu’un canal s’est perdu ».

    Mon choix pour ce jour ira donc vers les flamands, en deux chansons qui représentent parfaitement les deux faces du grand Jacques.

    C’est bizarre, j’ai toujours nié toute forme de revendication nationale, et en vieillissant, les mots Belgique, Flamands, Bruxelles… commencent à me toucher très fort.
    Je sais, Bernard, que tu aimes mon pays. Ça aussi, ça me touche.

  6. J’aime beaucoup la Belgique, j’y ai fait pas mal d’expositions canines, et je l’ai souvent traversée pour aller dans mon pays de naissance.

    La plus belle ville de Belgique, pour moi, c’est Bruges, c’est une ville qui me ressemble, et j’y ai fait de nombreux séjours toujours aussi enchanteurs ! :wub: :wub:

  7. Ferré , Brel , Brassens … trois des plus grands auteurs-compositeurs-interprètes de la chanson française … Je crois que quand on a aimé ces gens là on ne peut tourner la page .
    http://snoopairz.free.fr/
    Maintenant , en 2010 , y a t-il des artistes qui pourraient nous faire tourner la page par autant de talent que ces trois là ? Vivons-nous dans une époque où le talent est éphémère … Une époque où seul le talent , ne vaut pas grand chose , où seul l’interprète qui rapporte un tas de pognon au boîtes de productions a sa place sur le devant de la scène ?
    Ferré , Brel , Brassens auraient-ils leur chance en 2010 malgré leur talent ?
    Ou faudrait-il pour trouver trace de ces trois là , gratter au plus profond d’internet comme maintenant pour découvrir un tas de bons artistes qui malgré un talent certain , resteront inconnus pour une grande partie de la population ?

  8. Bizness is bizzness ! Aujourd’hui, si le premier disque d’un artiste ne se vend pas, il disparaît forcément de la circulation. Si cela avait été la même chose à l’époque, nous ne connaîtrions ni Brel, ni Ferré, ni Brassens. :angry:

  9. J’insiste… car le bougre n’en a sûrement plus pour longtemps d’après ceux qui l’ont vu récemment sur scène, et en restent encore tout chose. Dommage, pas grand chose d’écoutables sur la toile.
    Allain Leprest est un grand, et il faudrait l’avoir vu.
    http://www.youtube.com/watch?v=OECXXHVhTHs&feature=related
    http://www.youtube.com/watch?v=IVEq1Zg9ns4
    http://www.youtube.com/watch?v=sbTGQPdttPo&feature=related
    http://www.youtube.com/watch?v=jtk80p9QhN0
    Je l’ai vu une fois sur scène et j’en suis resté sur le cul, les poils au garde à vous, et sûrement un qu’on me tirait avec le résultat que vous savez !
    Mais je suis sûr qu’il y en a d’autres des grands auteurs, autant que je doute qu’un Brassens, un Ferré ou un Brel « passeraient » encore… suffit d’écouter « C’est peut-être… »
    :heart:

  10. Cet homme là a été très malade et a reçu l’année dernière le grand prix « Sacem des Poètes », belle consécration tout de même !

    L’une de ces nombreuses chansons sur : le jardin

    « Chez le jardin du poète
    La brouette est déjà prête
    Pour aller chercher le prêtre
    Qui d’ailleurs ne viendra pas
    La pendule dis « tant pis »
    Et partager son repas

    Râteau, hérisson, poilu
    Poireau, carotte
    Caca-poupée, Francine, Jacques

    Chez le jardin du Poète
    Le marchand d’amulettes
    Brûlante sous sa jupette
    Arrose un plant de tabac
    Le soleil n’est pas brillant
    Mais la vache en asseyant
    Son gros cul sur le pliant
    Dit « j’en ferai pas un plat »

    Binette, serfouette
    Boite aux lettres, chat tigré
    Souris en plastique, pissenlit

    Chez le jardin du poète
    La grosse vache Paulette
    Allume une cigarette
    Et se rajuste les bas
    La soirée fut formidable
    Il débarrasse la table
    La bête gagne l’étable
    En trémoussant ses appâts

    Pivoine, hortensia, avoine
    Purée d’pois, mégot, artichaut
    Un raton laveur et la mer, la mer

    Chez le jardin du poète
    Rouille une roue de brouette
    Les piètres analphabètes
    Sont peu de choses ici bas
    Une vache dit « tant mieux »
    Fermant doucement les yeux
    En couchant son cul gracieux
    Sous son cabanon de bois »

  11. Ah ben ça alors !
    Luc va me prendre pour une débile car ce matin même, je lui ai dit dans un mail qu’il était étonnant qu’il n’y ai pas encore eu de dimanche musical sur Brel !
    Voilà, je suis prise sur le fait : je n’avais pas consulté le blogadupdup depuis deux jours. :blush:
    Il y a deux chansons de Brel que j’aime particulièrement : Mathilde et Fernand

  12. Je connaissais fort bien cette chanson de Brel. Et ce que je propose juste après, c’est « Durnal sous la pluie ». Durnal, c’est un village juste à côté de chez moi et Quentin Dujardin, il vient de là. Je me demande si Stéphane le connait…

  13. Et tant qu’à faire, Bernard, puisque manifestement nous sommes tout les deux en congé ce vendredi, écoute aussi: « Les pleurs de Bagdad » du même Quentin, c’est magnifique.

  14. Un après-midi, une après-midi, un interview, une interview?
    C’est comme vous voulez, mais c’est Jacques Brel. Très intéressant je trouve.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: