C’est quoi ce piment ?

Hier soir, il y avait de beaux petits piments dans les plats au restaurant « le Dragon d’Or » à Besançon. Plutôt costauds au goût. Alors, j’ai pris ceux qui étaient dans les assiettes à notre table et je les ai mis discrètement dans la poche de mon pantalon. Pour en prélever ultérieurement les graines et enrichir ma petite banque génétique de graines potagères. Mais quelqu’un aurait-il une idée sur le nom de cette variété ?

31 réflexions au sujet de “C’est quoi ce piment ?”

  1. Ne serait ce pas le piment chili dit de Cayenne?
    En as tu goûté?
    On dit que les piments, c’est un peu comme les femmes, plus ils sont petits, plus ils sont forts!
    Demande à Francisca, c’est une spécialiste pour goûter les piments!!

  2. C’est quelle sorte de resto le « DRAGON D’OR », si tu nous parlais du type de cuisine ce serait plus facile pour nous
    Mettre des pigments dans sa poche, tu aimes prendre des risques l’Ami !

  3. Hervé, vous n’aviez pas le droit, vous étiez dépositaire d’un secret !
    Il ne faut jamais rien dire aux hommes, me voilà prévenue !!! Aïe, aïe, aïe,
    Pas plus de commentaires SVP sur mes aventures pimentées ! Merci :wink:

  4. Alors là, maintenant que tu as parlé, Hervé, va falloir aller jusqu’au bout : c’est quoi les aventures pimentées de Francisca ? Tu nous tiens en haleine ! :w00t:

  5. « -La sensation que crée la capsaïcine dans la bouche est interprétée par le cerveau comme une brûlure réelle. Des endorphines sont donc immédiatement sécrétées afin de combattre la douleur. Elles apporteraient ensuite au dégustateur de piments forts une agréable sensation de relaxation. Cela expliquerait peut-être pourquoi certaines personnes en sont si friandes. » http://www.solanaseeds.netfirms.com/piments.html

    Sur ce site, j’ai trouvé le piment Chi-chien qui ressemble fort au tien et est populaire en cuisine orientale.

  6. Juste un mot Luc, je ne me suis pas du tout sentie relaxée, mais alors, pas du tout, je n’en dirai pas plus !
    Attention Hervé, ne vous laissez pas influencer par Bernard, il est redoutable ! :wink:

  7. Les piments que j’ai pris font entre 58 et 75 mm. Queue non comprise (c’est comme pour donner la dimension d’un homme, on ne compte pas tout ! :wink: )

  8. Je laisse à Francisca le soin de raconter ses histoires pimentaires.
    Après tout, c’est sa vie!

  9. Attention quand même quand tu mets du piment dans la poche de ton pantalon , si par mégarde tu viens à l’écraser et que cela touche ton intimité …. Tu vas payer l’addition !!!
    :blink: :blush: :sick: :cwy:
    « j’ai pris ceux qui étaient dans les assiettes à notre table » dis-tu !!!
    Manquerait plus que tu fasses le tour des tables … Pardon messieurs dames je prends les piments et je boirais bien un p’tit coup de votre vin rouge !!!
    :lol:

  10. Je pense que l’idée de Luc est la bonne, il s’agit très probablement du piment chi-chien, une variété chinoise très récente (d’autant plus que la longueur est exactement la même). Donc, quoi de plus naturel que de la trouver dans un restaurant chinois ! Merci Luc. :wink:

  11. Un conseil, Francisca, prévoyez toujours du lait ou un yaourt, ça peut servir.
    Le dragon d’or est un restau vietnamien, je crois.
    Bernard, tu nous a parlé de ce que tu t’aies accaparé, mais raconte:
    qu’as tu mangé?

  12. Je connais le Dragon, il y en a un au Mans. Très bon accueil et cuisine subtile.
    Tu as du te régaler, j’aime beaucoup la mangue cuisinée, en accompagnement de volaille.

  13. Il y en a un aussi à Quimper mais il fait des plats à emporter !!
    On en prend de temps en temps , ça change de notre cuisine et c’est très bon .

  14. Bonsoir Bernard (et tous)
    Tes « bestioles » m’ont rappelé le  » piment oiseau  » , un petit piment très « brûlant  »
    que je cultivais autrefois, là-bas , dans mon jardin .
    voir une photo « in situ  » à :
    http://oceanien.bloguez.com/oceanien/455871/Viens-je-t-39-emm-ne-
    mais,
    en relisant les dimensions, ça ne correspond pas car les miens mesurent 3 cm maxi .
    J’en ai encore quelques-uns, bien secs dans un bocal bien fermé,
    si tu veux tenter l’acclimatation, maintenant que tu as une belle serre….(;o)))
    Amicalement et à bientôt :
    J.L.R.

  15. Salut,
    ce n’est pas possible d’indiquer la variété de ce piment rien qu’en regardant les fruits. Ils sont de « type Cayenne » c’est sûr, mais très probablement pas de la variété Cayenne.

    Pour savoir de quelle variété il s’agit, il faut aussi regarder la taille du plant ainsi que la forme et couleur des feuilles.

    D’autre part, rien ne garantit que les graines du piment ne sont pas hybrides (par exemple si d’autres variétés ou espèces sont produites à proximité). Il existe en effet plusieurs espèces de piments : par exemple les piments Habanero (Capsicum chinense) ne sont pas de la même espèce que les piments de Cayenne (Capsicum frutescens, je crois, sinon c’est Capsicum annuum). Certains croisements entre les 3 espèces sont possibles, et certains non.

    C’est bien plus complexe qu’il n’y paraît, et beaucoup de sites web véhiculent des simplifications fausses !

  16. Philippe Wang, on est arrivé à l’hypothèse qu’il pouvait s’agir de la variété chi-chien, comme l’a proposé Luc dans l’un de ses commentaires (et non « cayenne »). Est-ce que cela te semble plausible ?
    Effectivement, comme tu le dis, c’est bien plus complexe qu’il n’y parait et je ne m’arrête pas à la solution la plus facile qui soit, d’autant que je ne suis pas si novice que je ne le laisse paraître dans mon article (j’ai cultivé 78 variétés de piments pour une expo en 2003) . Mais je dois dire que le nom de chi-chien me semble assez probable, tout semble correspondre.

  17. Bernard,
    Avec des voeux qui viennent de m’être adressés, on me confirme de source sûre qu’il s’agit bien du piment CHI-CHIEN

    Voici donc une recherche définitivement résolue avec brio !

    Bravo à Luc, Docteur es-piment et j’en profite pour te présenter tous mes voeux pour 2011 ! :wub:

  18. En fait la Venus de Willendorf (supposée divinité dodue du paléolithique) serait en fait une enseigne de marchand de légumes montrant un poivron surmonté d’une tomate cerise (la seule cueillable à l’époque ). L’ouvrage de référence sur le paléolithique, Silex in the City, semble accréditer cette these.

  19. histoire de pimenter la conversation : les poivrons n’existaient pas au paléolithique, ils n’étaient pas encore Venus parmi nous ! :wink:

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: