Plongée dans l’actualité politique

Tiens, ça fait longtemps qu’il n’y avait pas eu d’articles politiques sur ce blog. Pourtant il y a plein de sujets d’actualité sur lesquels on pourrait discuter.  Mais lequel de préférence ?
Le traité européen ? La laïcité ? La manière qu’a Ayrault de gouverner ? Les plans de licenciement ?
Finalement, en regardant hier soir l’une des dernières interventions de Jean-Luc Mélenchon face à des journalistes du Monde, de l’AFP et de France Info, au cours de laquelle il aborde un peu tous ces sujets, je me suis dit que cette vidéo-là pouvait être une bonne entrée en matière.

51 réflexions au sujet de “Plongée dans l’actualité politique”

  1. Cela faisait longtemps que je n’avais écouté Jean-Luc Mélenchon.
    Toujours bien d’accord avec ce qui est dit, et, on s’en rendra compte au fur et à mesure, beaucoup tiendront le même discours bientôt.
    Pas la droite libérale.
    Pas les médias (sauf de rares rescapés).
    Pas le PS (libéral).
    Simplement ceux qui, citoyens ordinaires, savent depuis longtemps que la justice est du côté de l’argent.
    Moi qui suis coupé de la télé depuis longtemps, je n’ai accès à ce genre de joute verbale que par internet, et souvent, il faut le dire, grâce à Dupdup ! Je suis à chaque fois (sauf lors de la dernière élection présidentielle que je suivais de près), estomaqué par la puissance affichée des médias, ici le Monde, France Info, etc. Il m’a juste semblé que la journaliste de l’AFP, sauf erreur, affichait une mine humaine et sympathique, alors que les autres protagonistes font partie des mâchoires serrées. Je nomme ainsi ceux qui avalent des pilules amères… et nous le rendent bien !

    Malgré tout, aucun scoop : l’Europe va mal, les riches vont encore trop bien, et ce qui s’annonce n’est pas réjouissant. Je suis juste content de voir que ce cher Mélenchon garde la gnaque, je me sens moins seul !

  2. 140 caractères seulement, c’est la règle de twitter. Les hommes et femmes politiques qui expriment aujourd’hui leurs pensées le font en tweetant, c’est à dire en moins de 20 mots. Cela montre bien la vacuité des propos et des choses qu’ils ont à nous dire.

    Ceux qui apprécient les discours-fleuve de Mélenchon ont sans doute déjà découvert son blog. Mélenchon nous livre deux fois par semaine une bonne synthèse de sa pensée politique avec des écrits aussi percutants que ses discours. Et là, c’est pas en 140 caractères !

    Voici par exemple le dernier paru :
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/09/28/agir-pour-ne-pas-subir/#more-13549

  3. On doit admettre qu’il connaît bien les domaines dont il parle; il aligne des faits, des chiffres, au contraire de bien d’autres politiques qui se contentent de propos « incantatoires », comme il le dit.
    Il dégage une grande intelligence, doublée d’une franchise qui n’a pas peur d’appeler un chat un chat, ça aussi ça paraît manquer aux autres ….
    Cependant, si on sait ce qu’il a envie de faire (et qui peut nous séduire), on ne sait pas très bien comment il compte gagner face aux grandes puissances d’argent qui ont réussi à tout verrouiller. Personnellement, je me demande si on a encore une chance de s’en sortir … sauf à créer partout dans le monde une grande révolution …
    Ce n’est pas pour demain!!
    D’où mon interrogation : Jean-Luc Mélanchon occupe une place d’opposition laissée libre, il le fait avec franchise et intelligence, mais n’est-ce pas le seul rôle qu’il peut jouer? Et donc, que représente ce parti dans ce cas (au-delà de dénoncer, quelles chances de changement réel)?

  4. C’est vrai Brind’Paille, d’ailleurs, c’est un constat qui prend toute son importance en Grèce où la montée en puissance de l’équivalent du front de gauche a été bloquée.
    Avec l’idée de constituante qui est avancée en Espagne, la récession probable et la grogne autour du traité, les puissants sont sûrement un peu inquiets… Mais il reste du chemin avant une vraie révolution !

  5. Vous êtes ici: Accueil / Bankster / Comment prendre le controle d’une nation? (methode gratuite!)
    Comment prendre le controle d’une nation? (methode gratuite!)
    19 août 2012 Par jean-luc.matthys 13 Commentaires
    Share on facebookShare on printShare on emailShare on twitterMore Sharing Services

    Voici une methode en 10 etapes pour prendre le controle d’une nation:

    Demandez a un banquier (Pompicsou- Rothschild) de devenir copain avec le gars intelligent qui gouverne le pays (De Gaulle), pour qu’il devienne premier ministre (1962)
    Faites tomber le gars intelligent qui gouverne (De Gaulle) avec une revolution (mai 1968)
    Faites elire le banquier (Pompicsou) a la tete du pays (1969)
    Faites lui voter une loi privant le pays du droit de creer sa propre monnaie (1973)
    Cela oblige ainsi l’etat a emprunter aupres des banques et des investisseurs internationaux
    Attendez patiemment que les politiques depensent plus que l’etat n’encaisse (1973 – 1998)
    Creez une banque supranationale independante (BCE) battant sa propre monnaie (1998). S’il le faut appuyez vous sur un bel ideal (l’Europe) pour faire passer la pilule.
    Attendez patiemment que les politiques depensent plus que l’etat n’encaisse (1998 – 2012). Si ca ne va pas assez vite creez une bonne crise (Subprime 2008) pour qu’ils s’endettent plus vite
    Enfin mettez un ancien banquier (Mario Le Dragon – Goldman Sachs) a la tete de cette banque supranationale (2011)
    Attendez patiemment que les etats soient en faillite pour leur imposer ce que vous avez decide. Si ca ne va pas assez vite creez une crise, voire quelques guerres par ci par la

    Resultats:

    La BCE tient desormais l’ensemble des pays de l’Union Europeenne par les « cojones ».

    Quand vous devez x milliards a la banque, et que vous ne pouvez plus payer les y milliards d’interets, ce n’est plus vous qui decidez de votre vie, c’est la banque.

    Les gagnants: Les proprietaires de Rothschild, Goldman Sachs & Cie
    Les perdants: Le peuple
    Les complices: Les politiques et les medias

    Resume

    « Donnez moi le droit d’émettre et de contrôler l’argent d’une Nation, et alors peu m’importe qui fait ses lois » – Mayer Amschel Rothschild (1744-1812)

    La Suite

    Laisser les politiques et les medias expliquer aux citoyens pourquoi il n’y a pas d’autre choix que de les tondre (les citoyens)
    Adopter si possible un discours rationnel (y a plus d’argent) et proposer un faux choix: soit on augmente les impots, soit on diminue les prestations (secu, retraite, enseignement)
    Pretexter une bonne crise pour faires les 2 (augmenter les impots ET diminuer les prestations)
    Puis vendre les bijoux de famille (transport, energie, immobilier) aux multinationales
    Enfin abandonner le pouvoir a des gens non elus par le peuple, comme en Italie (Mario Montagne)

    Questions:

    La Grece est elle encore une democratie?
    Apres la Grece, a qui le tour?
    Pour la France, a quand le tour?
    Que faire pour eviter que ce soit votre tour?

    NDLR: :cwy:

  6. Démonstration imparable !
    Oui je crois qu’effectivement ça se passe comme ça avec une grande complicité des politiques mais aussi et surtout des journalistes (dont on sous-estime sans doute la responsabilité). :angry:

  7. Je suis très heureux que le « non » l’ait emporté ce soir lors du referendum alsacien.
    Il s’agissait de fusionner les conseils généraux et le conseil régional. Sur le principe je suis pour, vu que les conseils généraux ne servent à rien. Mais je suis pour qu’on le fasse sur toute la France en non seulement en Alsace.
    Les Corses et les Alsaciens nous emm…… avec leurs exceptions. Le grand principe de la République est qu’elle est « Une et Indivisible ». Tolérer des exceptions n’est pas acceptable.

  8. Conversation enregistrée par le majordome de l’Élysée
    – François le Bon, Président Monarque
    – Ségolène, Madame Royale, duchesse de Poitou-Charentes
    – Valérie de Twitweiler, Madame de Maintenant

    François :
    Je vous ai fait venir toutes deux jusqu’à moi,
    Pour mieux vous faire part de mon réel émoi.
    Je me dois désormais de gouverner la France,
    Et je veux me vouer à cette gouvernance
    Sans me voir infliger chaque jour le souci
    De devoir arbitrer vos permanents conflits !
    Je veux que dès demain l’ensemble de la presse
    S’abstienne de parler du cas de mes maîtresses.
    Le trône que j’occupe exige que je sois
    Digne de la posture que l’on attend de moi.

    Royale :
    Vous êtes mal parti ! Lié à cette garce,
    Vous resterez toujours le dindon de la farce !

    Maintenant :
    Holà, Madame, holà ! Chantez un ton plus bas.
    Ce sont là des propos que je n’accepte pas !
    Vous vous trompez de genre, car en cette occasion,
    L’on doit parler de dinde et non pas de dindon.

    Royale :
    Nous sommes bien d’accord ! Je vois avec bonheur
    Que vous vous estimez à votre vraie valeur !

    Maintenant :
    Votre appréciation quant à elle m’enchante :
    Vous êtes trop aimable en vous voulant méchante ;
    Une injure de vous frise le compliment.

    Royale :
    Pour vous complimenter encore un bref moment :
    L’homme doit sa fortune à sa première femme ;
    Enivré de gloriole, il en devient bigame,
    Et il doit la suivante à sa bonne fortune !

    Maintenant :
    Vos considérations ne sont guère opportunes :
    Ce n’est qu’avec François que vous avez trouvé
    L’éphémère moyen de vaguement briller.
    Puisant dans son esprit, sa force et sa raison
    Les moyens de servir vos propres ambitions,
    Vous avez tout gâché en y mettant du vôtre,
    Exaspérant les uns, faisant rire les autres !
    Et depuis vous avez, sans perdre vos grands airs,
    Entassé joliment défaites et revers.
    Vous vous croyiez précieuse et fûtes ridicule,
    Vous espériez compter et ne fûtes que nulle !

    Royale :
    Permettez-moi, Madame, avec tout le respect
    Que l’on se doit d’avoir pour qui est au sommet,
    De très modestement vous dire sans ambages
    Que le peu que j’obtins, je l’obtins sans « jambage » !
    Tout ce que j’ai perdu, je peux le regagner
    Sans devoir pour autant coucher à l’Élysée.
    Je ne dois qu’à moi seule les postes que je brigue,
    Perdant ainsi sans honte et gagnant sans intrigue.
    Quant à vous, l’on pourrait demain vous replonger
    Dans l’aimable néant dont vous fûtes tirée.
    Adieu, Madame, adieu, et n’étant point méchante,
    Je vous laisse rêver « hollandemains » qui chantent !

    François :
    Eh bien voilà, voilà ; je crois que nous avons
    Fait assez bien le tour de la situation !
    Il est bon que parfois des vérités se disent,
    Qu’on puisse se parler avec pleine franchise.
    De la paix retrouvée, ces mots sont le prélude,
    Et tout va donc rentrer dans la normalitude.

    (à Royale)
    Embrasse les enfants, dis-leur qu’à eux je pense.

    (à Maintenant)
    Toi, viens faire l’amour avec la Présidence

  9. « Si Delphine Batho accuse de la sorte Philippe Crouzet (président du directoire de l’entreprise française Vallourec, leader mondial des tubes sans soudure, notamment utilisés dans l’exploitation des hydrocarbures de schiste. ), c’est aussi parce que l’épouse de ce dernier, Sylvie Hubac, est la directrice de cabinet de François Hollande. »
    C’est ce qui s’appelle être entubé. Pas seulement elle, mais nous aussi.

  10. Ce que dit Libé ce soir du voyage de Valérie Trierweiler en Inde :

    « Deux jours seulement pour l’Inde express : un stop à Bombay, une visite d’un bidonville et, pour conclure cette opération humanitaire – là, notre estomac se serre -, un dîner de gala dans l’un des plus luxueux palaces au monde, le Taj Mahal. Thème du banquet : la malnutrition. »

  11. La fermeté de l’Europe m’a poussé à faire un geste politique fort : j’ai arraché tous mes plants de Noire de Crimée. Pan ! dans la gueule à Poutine. Je suis le plus révolutionnaire de mon jardin.

  12. je ,ne sais pas ce qu’est plants de noire de crimée mais ca m’a bien fait rire!! malgrés le dramatique de la situation

  13. J’apprécie cette position nombril-est !
    Mais rappelons à Francis que les tomates n’y sont pour rien, ni dans la crispation inter-continentale, ni dans la sélection ou l’appellation.
    Mais il le sait bien, lui qui cultive honteusement la mémé de Beauce et la petit chaperon rouge en hurlant au loup tchétchène (variété Grozney) !
    Ah que le monde est rude actuellement.

  14. Pourquoi éliminer une variété de tomates et appauvrir ainsi un patrimoine génétique qui manque déjà cruellement de sper’tomato’zoïdes ? :wink:

  15. Pitoyable, je pense comme Léa que nos ados valent mieux : avec un soupçon d’idéalisme et d’invulnérabilité, ça aide !
    Le jour où l’on sort ces clowns, appelez-moi, je voudrais ne pas rater l’événement.
    Qu’on ne se méprenne pas : quand je vois que le PS espère un 2ème quinquennat sur fond de crise UMP/FN sans aucune autre idée, j’ai peur, et je les assimile évidemment aux clowns sus-nommés. :wink:

  16. Trop drôle ces politiques qui jouent aux vierges candides et qui font mine de découvrir qu’ils sont espionnés au plus haut sommet de l’état ! Comme s’ils ne le savaient pas depuis longtemps …
    Avec les Américains, de toute façon, on n’a que deux solutions : faire partie des ennemis ou faire partie des vassaux (voire notre alignement sur l’Otan). Et un vassal, quand il découvre qu’il est espionné, il gesticule pour la forme. Pure comédie. Monde de carton-pâte.
    (c’est juste pour provoquer la discussion)

  17. Oups ! C’est moi qu’il faut pardroner ! Me suis trompé de rubrique… Tu corrigeras Bernard ? Moi je vais reprendre un café !

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: