L’histoire du haricot (2)

Je conseille au lecteur de ce blog d’aller au préalable lire le 1er article consacré au sujet, article qui racontait l’histoire du haricot jusqu’à la Renaissance.

Nous en étions donc restés au 20 octobre 1533, date à laquelle Catherine de Médicis a importé notre fameux haricot dans le royaume de France.

 Le haricot s’est assez vite répandu et, de proche en proche, il est arrivé dans tous les villages. Il a été très vite adopté car il possédait de bonnes qualités : il poussait rapidement, il assurait une bonne récolte qui se conservait pendant la mauvaise saison et il ne subissait pas les attaques des charançons (contrairement aux fèves et aux pois secs).

Par ailleurs, comme les haricots poussaient dans les jardins et qu’on pouvait se passer de les mettre en plein champ, on évitait ainsi les prélèvements effectués par les seigneurs, l’Eglise et les agents du fisc.

 Le haricot a beaucoup évolué au fil des années, ce qui semble assez curieux a priori car en principe, c’est une plante autogame qui s’autoféconde (le pollen de la fleur féconde l’ovule de la même fleur), il devrait donc en résulter en théorie une certaine stabilité génétique. Mais en réalité, il existe un pourcentage faible d’hybridation.

Il y a par ailleurs chez le haricot beaucoup de variabilité génétique, on peut voir apparaître parfois des caractères qui sont inscrits dans les gènes mais qui ne sont pas visibles en général (caractères récessifs) (tout comme chez nous le caractère « yeux bleus » est masqué par le caractère « yeux marrons »).

Les jardiniers et les agriculteurs ont donc assuré leur propre sélection. Lorsqu’une gousse de haricots présentait par exemple des grains plus gros ou d’une couleur plus jolie ou plus précoces, ce sont ces grains-là que l’on choisissait comme semence. Il s’est ainsi constitué au fil des générations une multitude de variétés locales.

A cela s’ajoutaient les échanges entre les jardiniers et il arrivait souvent qu’un voyageur ou un colporteur contribue ainsi au renouvellement, à l’amélioration et au brassage génétique des haricots.

Dans les campagnes, la population recherchait surtout une récolte maximale, ce qui explique que les populations rurales aient surtout privilégié les haricots grimpants. Le haricot à rames a donc été longtemps le symbole d’un jardinage de subsistance dans une économie rurale où les rapports marchands étaient très limités.

Pendant des siècles, la sélection menée par les jardiniers s’est faite de manière empirique : on utilisait comme critères principaux la méthode de taille (nain ou grimpant), la présence de gousses plus ou moins sans fil, la couleur des gousses et des graines, le caractère gustatif et la digestibilité des graines.

Par contre, dès que l’économie marchande s’est développée et que la mécanisation des cultures est apparue, la sélection s’est faite de manière plus rigoureuse et plus scientifique. Les variétés naines plus faciles à cultiver, ont pris le dessus. Par ailleurs, il y a eu une demande de la bourgeoisie « au palais plus délicat » de consommer des haricots verts sans fil et moins coriaces. Le développement de ces haricots plus tendres date seulement de la fin du 19ème siècle. C’est sur la Côte Est des Etats-Unis, autour des grandes villes industrielles, qu’on eu lieu les premiers travaux d’amélioration qui allaient conduire à l’obtention des premiers haricots verts vraiment sans fil.

La fin du 19ème siècle marque donc l’apogée des variétés locales suivie d’un basculement rapide, en moins de vingt ans, au profit des variétés modernes (et au détriment notamment des variétés à grains).

Au cours du 20ème siècle, la sélection en Europe a porté essentiellement sur la résistance aux maladies et l’obtention de variétés adaptées à des modes de cultures industriels, à la stabilisation des variétés hybrides ou à des pratiques de conservation différentes, comme la congélation.

Comme pour le premier article, je conseille à tous ceux qui aimeraient aller plus loin dans la connaissance du haricot de se procurer le livre de Jérôme Goust chez Actes Sud.

45 réflexions au sujet de “L’histoire du haricot (2)”

  1. J’ai « Le plaisir de faire ses graines » du même auteur et c’est vachement bien. Je ne pensais pas qu’il avait écrit d’autres livres sur les légumes … :smile:

  2. Jérome GOUS(t) un nom prédestiné pour les grosses légumineuses !!!
    Oui, je sais c’est un peu facile. :biggrin:

  3. Finalement, les discussions sur le haricot continuent mais sur un article ancien … !
    Dans ce dernier article, je dis quelques mots sur les risques d’hybridation. Ce sujet intéresse plusieurs d’entre vous et Jérôme avait abordé le sujet dans un commentaire récent.

    On lit des choses assez contradictoires dans les bouquins. Je me fie beaucoup au livre que vient de sortir Terre Vivante et qui s’appelle « produire des graines bio« . Le haricot est une plante qualifiée de « principalement autogame » avec très peu de risques d’hybridation . Il est dit dans ce livre qu’il suffit de laisser 5 mètres entre deux variétés de haricots. Il semblerait que le principal risque d’hybridation vienne non pas des haricots de la même espèce (phaseolus vulgaris, c’est à dire la plupart des haricots) mais d’une autre espèce : le haricot d’Espagne (phaseolus coccineus). Donc nos haricots ne se croisent pas entre eux mais il suffit qu’on introduise dans son jardin des haricots d’Espagne (appartenant donc à une autre espèce) pour qu’il y ait hybridation. C’est un cas assez extraordinaire car d’une manière générale, deux espèces différents ne peuvent pas s’hybrider. Il est dit que dans ce cas, il faut semer les haricots d’Espagne à plus de 500 m !

  4. En cas d’hybridation constatée, il est dit dans le même livre qu’il suffit d’éliminer les graines qui s’écartent de la variété type (de forme différente, de couleur différente …).

  5. Bien content que tu abordes ce sujet Bernard. Je me posais justement une question. En cas d’hybridation quand peut-on voir le résultat du croisement ? Je pencherais plutôt pour dire que le grain produit est conforme à la variété mère mais qu’il aura les gènes des deux parents et donc qu’il produira une plante hybride qui produira des grains différents de ceux des parents.
    Par exemple la variété diable que tu m’as donné a produit des grains marbré. Y a-t-il eu hybridation ? si oui, chez toi ? Les graines unies que tu m’as donné étaient-elle déjà le fruit d’une hybridation ? Ou alors le croisement a t-il eu lieu chez moi ?
    Dans un haricot ce qui peut être hybride c’est l’embryon à l’intérieur du grain et non l’enveloppe ( le grain) non ?
    J’ai cherché un peu je n’ai pas trouvé de réponse. Quelqu’un pour m’éclairer ?
    Bien sûr si cela est visible sur les grains produits dés l’année de l’hybridation cela facilite la sélection.
    Cela ce complique aussi car il peut y avoir des hybridations non visibles avec des caractères dominants.

  6. Francis, quand il y a hybridation au cours de l’été, tu ne le vois pas au moment de la récolte de l’automne mais l’année suivante au moment de la deuxième récolte.
    Pour les grains de la variété diable, il s’agit d’un haricot d’Espagne (phaseolus coccineus), il s’hybride donc facilement, contrairement à nos haricots habituels, et ce n’est donc pas étonnant ce qui t’es arrivé. En fait, l’hybridation a dû arriver dans mon jardin.
    Il peut être intéressant pour toi de semer à part ta souche marbrée et de fixer au fil des années ce caractère marbré si jamais il t’intéresse.

  7. Je pense qu’il faut bien distinguer l’hybridation d’une variété avec une autre appartenant à la même espèce botanique comme Phaseolus vulgaris (comme Contender X Saxa) de l’hybridation d’une espèce avec une autre comme Phaseolus vulgaris X Phaseolus coccineus. Chez les végétaux bien plus que chez les animaux la notion d’espèce n’a plus vraiment de sens tant les hybridations sont fréquentes. Si les hybrides sont eux même capables d’engendrer une progéniture viable et féconde alors la notion est remise totalement ne question en question.
    Dans le fascicule dont je t’ai parlé Bernard il est écrit « La distance recommandée pour la production commerciale de semences appartenant au genre Phaseolus et à l’espèce vulgaris est de 50 m ». Ce qui va augmenter potentiellement les risques d’hybridation est la présence plus ou moins importante d’insecte au jardin.
    Je pense que l’idéal est quand même d’ensacher de belles gousses bien représentatives de la variété ou de l’espèce. Comme ça plus de risque !!
    Facile à dire, moins marrant à faire je l’avoue :w00t:

  8. Ce n’est pas ce que j’ai dit !!! :tongue: Bien sur qu’il faut encourager la présence de la biodiversité dans notre jardin :w00t:

  9. Bonjour,
    Tout d’abord, très bel article sur le haricot ….il y’a tellement de variétés qui existent et qui tombent dans l’oubli …..à nous de les faire perdurer……
    J’ai reçu en échange des graines de haricot à 2 couleurs, je n’ai pas de nom exact, et je ne trouve rien sur lui, pourriez-vous me l’identifier ?
    Merci d’avance et bonne continuation.
    Cordialement.
    PS: Je ne sais pas comment envoyer une photo…..

  10. Pour mettre un lien vers une de vos photos que vous voulez partager sur un commentaire de ce blog ou d’un autre , c’est simple . Il suffit d’aller sur un hébergeur d’images ( il y en a beaucoup et gratuits ) genre « Servimg.com » , « imagup.com » . la plupart du temps , il faut juste donner une adresse E-mail et un mot de passe …. Vous uploadez votre image et il suffit de récupérer le liens de celle-ci et de le reporter dans votre commentaire .
    Voici un exemple d’une image que j’ai hébergé sur Servimg.com .
    http://i41.servimg.com/u/f41/11/81/94/65/chevre10.jpg

  11. Merci pour votre recherche mais je pense qu’il ne s’agit pas de celui que vous proposez car j’ai les deux et ils ne se ressemblent pas sur 2 critères : la couleur et la forme de la tâche.

  12. Bernard, tes haricots à rames tu les fais monter sur une seul bout de bois qui est à la verticale ? c’est ça ? :silly:

  13. Tu fais simplement pousser tes haricots sur des tuteurs verticaux?Pas de problemes de stabilité ?

  14. Verticale tant que l’âge n’est pas encore là ! :wink:
    Plus sérieusement : souvent mes rames sont attachées deux par deux au sommet. Cela suffit en général, mais à quelques rares reprises le vent me les as couchées.
    Il m’est arrivé aussi de ne mettre qu’une seule rame, mais dans ce cas-là, je prends un bambou solide que j’enfonce profondément.

  15. Bonjour,

    merci pour votre page très intéressante sur les haricots. J’ai moi-même récupéré deux variétés différentes de haricots grimpants et je me demandais si les faire pousser côte à côte allait me donner des hybrides. :dizzy:
    Etant donné que j’aimerais proposer des graines obtenues à des camarades l’an prochain, j’aurais aimé être certain de la variété obtenue. J’ai déduit de ce que j’ai lu qu’il n’y avais à priori pas risque d’hybridation. Veuillez s’il vous plaît corriger si je me trompe. :blush:

    D’autre part, je tiens à faire partager une découverte personnelle récente. Depuis l’époque des Mayas, les haricots se cultivent avec le maïs et la courge. Cette dernière offre de l’ombre et de la fraîcheur au sol, le maïs sert de tuteur naturel au haricot, et ce dernier fixe l’azote dans le sol pour ses deux amis.
    En avez-vous entendu parler? Moi je lance mes premiers essais en ce moment-même. Ainsi, plus besoin de tuteurs! :cheerful:

    Il faut dire que je jardine sans engrais, sans labour, sans pesticides… et l’idée de voir du plastique dans mon jardin me donne des boutons. Utiliser le maïs à la place, c’est tout bénéfique, non?

    Bien cordialement, et dans l’attente d’une confirmation pour mon interrogation du début :kissing:

    Matthieu S

  16. Tu ne risques pas beaucoup d’avoir des hybrides mais le mieux serait quand même de les espacer le plus possible. A la récolte tu ne verras pas si tu as eu une hybridation ce n’est que l’année suivante à la deuxième récolte que tu pourras le voir.
    Pour ce qui est de l’association. Ce système ressort régulièrement, je n’ai pas encore lu de réel témoignage sur une pratique actuelle on en parle souvent comme une « légende ». La théorie est séduisante mais il faudrait aller plus loin dans la technique. Quelles variétés étaient utilisées ? Y a t-il aujourd’hui des variétés qui feraient l’affaire ? Le haricot fixe de l’azote, oui mais d’abord pour lui, et le maïs et la courge étant très gourmande en azote (la courge est un des seuls légumes pouvant pousser sur un tas de fumier). Quelle proportion de plants pour le haricot, le maïs et la courge ?
    L’an passé j’ai semé des haricots et des sweet dumpling au pied du même treillage. Les haricots ont vite été étouffés. Peut être aurais-je dû les semer avant ?

  17. Bienvenue Matthieu.
    Oui, comme le dit Francis, le risque d’hybridation, même s’il existe, est faible. En espaçant les deux variétés, on diminue encore énormément les risques. Et on peut également les semer à des périodes différentes (par exemple une au début mai, l’autre au 15 juin) pour que les époques de floraison ne soient pas les mêmes.

  18. Merci pour vos réponses, Bernard et Francis.

    Pour répondre à Francis sur l’aspect légendaire de la méthode maïs / haricots / courges, j’ai rapidement trouvé ce site par exemple:
    http://www.camindelamongeta.com/?page_id=23
    Puis, rien ne valant un test personnel, je m’y mets cette année. J’ai lu sur wikipedia qu’il fallait semer les haricots lorsque le maïs atteignait 15cm… bientôt le cas chez moi!

    Ce qui m’amène à vos réponses. Merci, je vais donc essayer de les espacer physiquement autant que possible. Dans mon cas, les espacer dans le temps sera plus difficile puisque j’ai 21 pieds de maïs qui poussent en même temps. (J’aurais bien aimé avoir plusieurs variétés de maïs, mais du coup l’hybridation aurait été quasi-certaine.)

    Je compte également tenter 2 pieds de haricots pour 1 pied de maïs, contre 3 / 1.

    Je croise les doigts, mais pas les haricots :cool:

    Merci encore pour votre aide!

    Matthieu S

  19. OK mais pas de courges !! Un autre problème serait que presque toutes les variétés de courges sont coureuses. Il y a de forte chance qu’elles grimpent sur le maïs. Et courges et haricots ce n’est pas le même poids. Pourquoi ne pas essayer avec des courgettes ou des courges dites buisson ou bush : bush buttercup, butter bush, amazonka, bushkin, delicata bush, golden nugget, cheyenne bush…
    Perso je mettrais plutôt 3/4 haricots pour 1 maïs que 2/1.

  20. Disons que dans mon explication je suis resté volontairement évasif, ne voulant pas détailler tous les détails de mon jardin. Pardonnez-moi.
    J’ai parlé de courges parce que c’est un classique. De mon côté, je compte faire pousser une variété de melon vert, dont les graines sont vendues à proximité de chez moi. Je me rends très souvent sur ma petite parcelle, et donc je me suis dit que je pourrais orienter les pousses de melon, si besoin. Voila pour cet aspect. :tongue:
    En ce qui concèrne les variétés que vous proposez, j’y penserai pour l’an prochain. Cette année, j’ai été pris de court, et je n’ai pas pu me fournir en graines de manière sitisfaisante.

    L’idée des courges sur le pied de maïs m’a bien fait rire! Je n’y avais pas pensé. :biggrin:

    Enfin, 3/4 haricot par pied de maïs… il faudra que j’essaie. Manque de chance, je n’ai pas récupéré autant de graines que je l’aurais souhaité. Je vais faire des pieds avec 4, d’autres avec 3, 2 et 1 pour tester. Merci pour l’idée, j’allais être trop timoré.

  21. Oui Bernard, enfin j’espère: j’ai tout fait pour me procurer des grimpants…
    j’ai participé à un petit cercle d’échange de graines, et les gens m’ont assuré qu’il s’agissait de graines (j’ai reçu deux variétés différentes, l’une à grains verts et l’autre à grains noirs) de haricots dotés « d’apex ». Est-ce bien le mot consacré?

    Ils m’ont mis l’eau à la bouche en me disant qu’il s’agissait d’espèces sélectionnées et cultivées depuis plus de 20 ans dans la même région. J’ai hâte de les semer. Je prendrai des photos des étapes de pousse.

    Dans un autre registre, j’ai parcouru le blog avidement hier soir, et je saisi mieux à qui j’ai affaire. Bernard, messieurs, mes respects. Je vois entre autre que nous partageons pas mal de choses: observation des oiseaux, musique, jardinage…
    Attention: je risque de hanter ce blog, vous voila prévenus. :ninja:

    A très bientôt, certainement au sujet des tomates! (j’ai seulement 5 graines de variété « Aiko » venant de Thaïlande qui ont germé sur 14, en pleine terre)

    Matthieu S

  22. Matthieu, tu as semé des tomates en pleine terre ? Pas impossible du tout, mais tu es dans quelle région ?

  23. C’est-à-dire que je suis un peu débutant, et du genre puriste. Je suis pour un jardinage « naturel », je veux dire par là sans apports extérieur autre que les graines. Cela implique que je suis contre le fait d’élever en pots, ou encore sous serre (je ne veux pas de plastique sur ma parcelle, même de polyéthylène ou autres…).
    Tout ça pour dire que dans l’idéal, j’aimerais planter directement sur le lieu de pousse prévu pour la plante. Enfin, mon idéal est encore plus « naturel » et serait d’utiliser la technique de boule de glaise de Fukuoka Masanobu, mais ça implique un grand terrain que je n’ai pas. Laissons cela.

    J’aurais donc aimé planter directement les tomates, en laissant faire la nature (sans tuteurs, sans taille). Deux problèmes m’en empêchent cette année:
    – je n’avais pas de graines (je débute et je m’y suis pris un peu tard)
    – je vis actuellement au Japon -> j’ai acheté un sachet de graines de tomates en pensant que comme en France, il en contiendrait des myriades. Quelle erreur: à l’intérieur de mon paquet, se trouvait un second sachet contenant…… 18 graines! Le tout pour l’équivalent de 4 euros… no comment.

    La mort dans l’âme, je me suis résolu à créer une petite bande de terre pour planter les graines, en espérant les déplacer dès qu’ils auront grandi (quand exactement, je ne sais pas).

    En ce qui concerne la région, je vis entre Osaka, Kyoto et Nara. Depuis un mois, la température varie avec des semaines aux maximales de 24°, puis retombe comme cette semaine à 16°/18°. Ca va normallement remonter pour taper très dur dans les semaines qui suivent.
    Pour donner un exemple, tous les agrumes sont plantés en pleine terre.

    J’arrête ici mon bavardage, je sens que je pourrais m’étaler sur des pages entières. :dizzy:

    PS: je prends tous les conseils. J’espère pouvoir donner en retour, n’hésitez pas à me solliciter.

  24. Semer directement en pleine terre, c’est évidemment possible mais on ne peut le faire que tardivement, c’est à dire pour une récolte plutôt d’arrière-saison. Je pense par exemple qu’ici en Franche-Comté il est difficile de le faire avant début mai, ce qui veut dire qu’on ne récoltera des tomates qu’à partir de septembre.

  25. Vous êtes levé tôt!

    En ce qui concerne les boules de glaise, j’ai trouvé rapidement cette vidéo. C’est en japonais, mais en regardant les images je pense qu’on en comprend le principe.
    https://www.youtube.com/watch?v=w_yjwoh0yZE

    Il s’agit de mélanger plusieurs variétés de graines à de la terre un peu sèche. Ensuite, on humidifie pour former des boulettes de terre. On laisse sécher.
    Le but est de pouvoir semer en jetant les boulettes de droite et de gauche (celles qui votent Front de Gauche, bien sûr), et de faire en sorte que les graines germent sans être mangées par les animaux.
    Il s’agit bien sûr d’agriculture naturelle, sans engrais ni labour ni pesticides… :alien:

  26. De mon côté, j’ai semé les tomates (14 ou 18 graines, je ne me rappelle plus) le 18 avril. J’ai vu tout à l’heure 6 pieds sortis de terre. Ils ont seulement 1 ou 2cm qui sortent du sol.

    De mon côté, pour mes plans de courgette et autres fleurs, j’ai planté dans des petits pots de terre plusieurs graines pendant la saison froide. Je ne comptais pas les replanter en pleine terre, mais c’était pour faire passer le temps! :dizzy:
    Du coup, plusieurs semaines plus tard, j’ai semé les mêmes graines de courgette en pleine terre, et je dois dire que ce sont ces dernières qui sont les plus robustes. Elles sont bien développées, avec une tige grosse comme un crayon de bois. Leur première vraie feuille se développe bien.
    En comparaison, celle en pot tire la gueule.

    Ma préférence va donc au semis en pleine terre, mais bien entendu il faut s’attendre à une récolte tardive. Je me dis que si c’est comme ça dans l’ordre naturel, il faut que je m’habitue à manger des tomates en fin d’été, et pas au mois de février comme dans les supermarchés du coin. :angry:

    Je suis un peu bête, mais j’essaie de me soigner. Par exemple en lisant ce blog. :happy:

  27. Merci pour les infos, je file au jardin avant la pluie et regarde la vidéo et l’article plus tard en rentrant. :wink:

  28. Matthieu, l’avion qui t’a transporté jusqu’au Japon était sans plastique ?
    Ton idée est intéressante et nous y tendons tous un peu. Cependant il faut connaître les limites de son projet et les situer. Le plastique dans une parcelle c’est pas naturel (quoique certaines abeilles en fabriquent). Mais faire des tomates en France (je crois aussi au Japon) c’est pas naturel. Des légumes sélectionnés c’est pas naturel. Semer n’est déjà pas naturel. Si nous poussons un peu la réflexion nous aboutissons forcément à un homme chasseur cueilleur. C’est bien là où j’aimerais arriver mais je doute qu’un avion même sans plastique m’y mène.
    Peut-être pourrais-tu nous trouver deux trois variétés de légumes intéressantes pour nous au Japon et on peut aussi t’envoyer quelques graines. Si tu le veux Bernard peut nous donner nos mails.

  29. Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu avances. D’ailleurs, la partie « voyage en avion », ça tape là où ça fait mal.
    Nous sommes bien d’accord pour dire que l’on tend vers… mais j’essaie justement de ne pas abandonner trop vite mes convictions pour un confortable « après tout, tout le monde le fait ». Pourtant, je me rends bien compte des limites de la tâche. Et, en effet, la réflexion poussée à son comble amène comme tu le dis au chasseur-cueilleur.
    Je sais au fond de moi que je vais devoir mettre de l’eau dans mon vin, mais je compte avant tout faire mes modestes expériences dans mon coin… après tout j’ai des modèles de réussite autour de moi: Fukuoka Masanobu, Kawaguchi Yoshikazu, etc… On va dire que leur manière de vivre me convient tout à fait.

    Je suis tout à fait partant pour échanger des graines, et nos emails.

  30. Oui, je crois que c’est impossible d’être complètement en accord avec les valeurs que l’on prône. On peut juste, comme cela a été dit ci-dessus, « tendre vers … ». Et c’est déjà beaucoup. Jamais assez certes, mais beaucoup quand même ! A chacun de voir jusqu’où il peut aller dans cette démarche.

  31. Je ne sais pas déterminer cette variété.
    Je viens de vous envoyer un mail.
    J’ai éliminé votre adresse mail de votre commentaire, je crois qu’il est préférable de ne pas laisser une quelconque adresse mail sur un blog, les moteurs de recherche des spameurs sont tellement efficaces …

  32. Bonjour sur la photo jpg 7273 ou il y a des graines connaissez vous le nom de la variété des petits ronds marrons c’est des haricots verts j’ai qq graines que l’on m’a donné mais je ne connais pas le nom Merci de votre aide
    NJ

  33. Non je ne sais pas, mais comme j’ai donné une partie de ma collection de grains de haricots (180 variétés) à la Maison de la Nature de Brussey, je peux faire une petite recherche dans le cours de l’été (la prochaine fois que j’irai à Brussey). Mais c’est pas évident, les grains de plusieurs variétés se ressemblent. Me le rappeler si jamais j’oubliais.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: