Un champ de seaux !

Il y a deux raisons majeures à mettre ses plants de légumes en pleine terre de très bonne heure.

La première tient au fait de pouvoir consommer des légumes très tôt. Lorsque l’on a, comme certains d’entre nous, le projet de consommer toute l’année des légumes de son propre jardin (ce qui n’est pas simple à réaliser), on attache une importance particulière à l’échelonnement des semis et des plantations. On sème le plus tôt possible les premières graines et on sème aussi le plus tard possible les dernières. Le gain n’est pas négligeable : on peut ainsi consommer des tomates pendant 5 mois (dès les premiers jours de juin et jusqu’aux gelées), soit près du double de la période habituelle.

La deuxième raison tient au fait que les légumes plantés très tôt sont forcément élevés « à la dure » (car ils doivent affronter des périodes de froid difficile), qu’ils sont ainsi endurcis naturellement et qu’ils donneront des plants plus résistants. Et comme cela a été dit récemment sur ce blog, on n’insistera jamais assez sur le fait que les plants mis de bonne heure en pleine terre s’installent profondément en terre et que leur système racinaire se développe fortement pendant tout le début du printemps, y compris pendant les périodes de mauvais temps. Car lorsque toute croissance semble arrêtée en surface, notamment par températures trop faibles, la plante continue son installation souterraine. Et lorsque le beau temps revient, la plante va pouvoir s’appuyer fortement sur sa partie souterraine pour se développer à la vitesse grand V. C’est ainsi que les choux qui ont été plantés de bonne heure cette année (dès la fin mars) sont déjà consommables alors que ceux plantés en mai ont du mal à se développer.

IMGP3184

A ces deux raisons, il faut ajouter que les jardiniers de ce blog ont pris l’habitude de semer des graines plutôt que d’acheter leurs plants. Lorsqu’on achète des graines, on n’en est pas à quelques graines près, loin de là (il y a plus de 1000 graines par sachet de salade) et on s’en fiche de prendre trop de risques et de semer trop tôt, ça ne coûte pas grand chose. Et quand on produit ses propres graines (ce qui est à la portée de n’importe quel jardinier avec certains types de légumes : tomates, poivrons, piments, laitues, haricots, etc…) et que les graines ne coûtent rien du tout, on s’en fiche encore plus. Alors on ose … !

Osons, osons donc !

Mais bien sûr, ce qui est facile à faire sur une partie de notre territoire (le Sud, toute la façade atlantique, …) ne l’est pas en Franche-Comté. Car il faut composer avec le gel. Et le gel survient chaque printemps même s’il sévit de moins en moins (je pense qu’on est passé en 20 ans de 7-8 matinées de gel en avril à 3 ou 4 seulement). Donc évidemment, on ne peut pas semer et planter trop tôt les plantes sensibles au gel (soit près de la moitié des légumes à mon avis).

On ne peut pas, sauf si ….

Car il y a un moyen, un peu contraignant certes, d’éviter le gel des plantes sensibles (tomates, poivrons, piments, physalis, potirons …), c’est de les protéger la nuit.

Je suis donc parti cette année avec l’idée de planter certains légumes très tôt (tomates de ma première série dès la fin mars, soit un mois et demi d’avance sur la normale, potirons dès le 10 avril …). Je me suis dit que cela n’allait pas être très contraignant car il suffisait que je protège mes plants uniquement certaines nuits. Effectivement, cela n’a pas été très contraignant en avril car il n’y a eu que quelques nuits de gel et je n’avais pas tellement de plants à recouvrir : quelques tomates (sur lesquelles je rabaissais un voile pour la nuit) …

IMGP9609

… quelques poivrons, piments et physalis recouverts par des moyens divers.

IMGP2434 IMGP2427 IMGP9615

La protection des plants ne m’a pris que très peu de temps (cinq minutes le soir, cinq minutes le matin) et cela n’a duré que trois ou quatre nuits. C’était d’autant plus facile que je n’avais mis finalement que peu de plants en terre.

Fin avril, je me suis permis de mettre presque tout en terre. Je croyais être sorti de l’auberge question météo. Mais voilà-t-y pas que pour les Saints de glace, quelques sites météo ont annoncé du gel pour trois nuits. Panique ! J’ai passé beaucoup de temps à rechercher tout ce que j’avais (ou pouvais récupérer) comme seaux, pots de fleurs, sacs en papier et récipients divers.

Le résultat a été étonnant : un véritable champ de seaux !

IMGP2429 IMGP2431

J’ai compté qu’entre mes trois jardins, j’ai installé chacun de ces trois soirs-là … 167 seaux et/ou pots de fleurs !

IMGP2436
Finalement, les protections mises en mai (et qui m’ont pris beaucoup de temps) ont été inutiles car, contrairement aux prévisions de quelques sites farfelus, il n’a pas gelé. J’aurais donc pu me contenter des protections d’avril. Mais j’avais tellement de plants en pleine terre que je n’ai pas voulu prendre de risque.

Petit complément à ce que j’ai écrit ci-dessus, mais vous l’aviez évidemment compris : il ne faut pas oublier de découvrir à chaque fois les plants dès 8H ou 9H du matin.

IMGP2454

Cette technique a intrigué l’entourage et je crois qu’elle est en train de faire des émules chez les voisins !

IMGP0915 IMGP0928

Une observation m’a fait fortement relativiser la notion de gel. Un soir, j’ai oublié de couvrir 3 pieds de tomates, 2 pieds de physalis et 5 pieds de potirons (qui étaient depuis longtemps en terre). Au petit matin, le feuillage de ces plants était complètement gelé …

IMGP0932… et le soleil est arrivé ensuite directement dessus. Hé bien, ces plants enrobés d’une pellicule de glace se sont bien remis et ne semblent absolument pas avoir souffert. Je suis persuadé que des plants issus de jardinerie fraîchement mis en terre, auraient aussitôt crevé.

A noter que je n’ai protégé que les légumes dits sensibles et qu’aucune protection n’a été apportée aux légumes qui supportent assez facilement le gel : betteraves rouges, artichauts, …

IMGP3182 IMGP3193

… côtes de bettes …

IMGP3179

… choux …

IMGP3186

… laitues.

IMGP3195

Même les pommes de terre ont été épargnées par un gel faible.

IMGP3177
Seuls ont été protégés les potirons …

IMGP3178

… les concombres et les courgettes …

IMGP3197… les tomates (les premières seront-elles mures avant la fin mai ?) …

IMGP3199

… les poivrons, les piments …

IMGP3203

… ainsi que les physalis.

IMGP3190

(toutes les photos de cet article, mis à part les photos des seaux et celle de la plante gelée, ont été faites ce soir).

Et vous, avez-vous déjà tenté cette méthode de protection nocturne des plants ?

77 réflexions au sujet de “Un champ de seaux !”

  1. super cet article et les photos, et cela me donne une idée, nous n’irons plus à la déchetterie avec nos pots de fleurs et nos seaux en plastique. Nous allons tout garder et soit te les apporter, soit te les remettre quand tu viendras, et si tu n’en pas emploi, tu pourras les offrir à tes voisins jardiniers.
    petit message perso, avez-vous vu les bébé chamois ?.
    et ici, à la corneille resto, et bien elle boit à même le tuyau d’arrosage..

  2. Il m’est souvent arrivé de récupérer des pots de fleurs au cimetière du village. Non pas évidemment sur les tombes, ce serait un sacrilège. Mais dans les poubelles du cimetière (il y a généralement un bac dans lequel les gens jettent pelle-mêle leurs vieux pots de fleurs et leurs fleurs desséchées). Pour en avoir 160 c’est pas compliqué, il suffit d’en récupérer quelques-uns par an. Au bout de 40 ans, ça commence à faire un certain nombre !!!!!!!!

  3. Épatant, une fois encore ! Ce qui m’étonne le plus, ce n’est pas que les plants de Tomates, Potirons et autres thermophiles passent sans encombre les nuits fraîches sous leurs capuchons, mais qu’elles parviennent à se développer dans une terre somme toute, en mars, relativement froide !

  4. La bise qui dessèche les plantes les fait terriblement souffrir mais pas spécialement le froid me semble-t-il. Sans doute que les autres jardiniers de ce blog auront un avis sur cette question.

  5. Le gel ou la neige après la pluie, font aussi plus de dégâts à température égale que dans des conditions pas trop humides : les tissus gorgés d’eau gèlent plus fort il me semble.
    Peut-être aussi y a-t-il des variations en fonction de l’ouverture des stomates.

    En tout cas, la bise est aussi un facteur aggravant !

  6. quel courage de faire un tel jardin!!!!
    chez mes parents il y a toujours eut un jardin c’était le passe temps de ma mère
    ca me manque!!!

  7. Réponse à ta question Jacqueline : non, nous n’avons pas vu les bébés chamois. Ils sont vraisemblablement déjà nés mais les mères les gardent encore cachés sous le couvert forestier. Ils seront visibles dans quelques semaines seulement.

  8. Bonjour,
    Bernard, tu dis qu’il faut enlever tout cela la journée , en est-il de même pour les cloches translucides ? C’est un peu comme une serre non ?

  9. Super article Bernard. Je voulais cette année tenter les coup avec des semis précoces mais je manque de place à la maison. Je me suis donc contenté de faire des semis à des dates plus conventionnelles. J’ai surtout augmenté la taille de mes pots pour les courges notamment et là le résultat est criant. Des plants plus beaux avec des racines n’ayant pas envahies le pot au moment de la plantation.
    En revanche, cette année sera une année avec un maximum de semis tardifs pour récolter plus à l’automne et l’hiver. Au programme: radis d’hiver, chou-rave, chou frisé, laitue d’hiver, navet … :biggrin:

  10. Tu as raison de privilégier les semis tardifs car la plupart des gens ont toujours largement de légumes à consommer à la belle saison et n’ont plus rien pour l’hiver.

  11. Je vais pouvoir manger mes premières tomates cerises du potager ce week-end !
    :cool:
    Pour en venir à tes sceaux , je fais cela aussi … Mais j’ai gaffe à faire avec le vent qui change vite ici !! Et qui peut en quelques minutes , tout faire valser chez le voisin !!
    Pour cela , j’utilise de vieux aquariums ( ça au moins ça ne bouge pas même par grand vent !! ) et des bidons de pétrole que je récupère autour de moi chez les gens qui se chauffent avec des chauffages d’appoints ( il y en a de plus en plus ) . Je les lave et les découpe , lorsqu’ils sont transparents , ça vous fait une mini-serre gratuite !

  12. Manger des tomates en ce moment : le jardinier franc-comtois que je suis s’incline devant le jardinier breton !!!!!!!! :wink:

  13. Peut-être … Mais sans le Franc-Comtois et ses supers conseils , le Breton n’aurai jamais mangé de tomates de son jardin à cette époque de l’année !!
    :wink:

  14. Georges, les cloches transparentes c’est effectivement comme une serre. Dans la serre, ce qui est le plus difficile à gérer ce n’est pas le froid mais l’excès de chaleur. La température monte très vite à 50°C et c’est beaucoup trop pour les plantes. Idem pour les cloches. J’ai des poivrons qui ont souffert d’excès de chaleur sous les cloches. Les cloches oui, tant qu’il n’y a pas trop de soleil … !

  15. En effet , attention au trop plein de soleil sous ces mini-serres … ça crame vite !!
    :face:
    Pour dupdup et moi pas de problème , une bonne bière fraîche et ça repart … mais pour les plants , c’est autre chose !!

  16. Oui, et quand car repart mal pour nous on en ouvre une deuxième, une troisième, … jusqu’à ce que ça reparte !

  17. C’est vrai mais … A la quatrième on ne veut plus repartir !!
    Et quand on finit par rentrer , on se fait sonner les cloches !
    :sick:

  18. Oui, et les cloches, transparentes ou opaques, ça nous fait remonter notre température interne et il faut alors qu’on rouvre une autre bouteille pour se rafraîchir … Et ça repart pour un cycle … pffhhh c’est fatigant d’être jardinier !

  19. rassure toi B, de B…….., écrivain aussi! surtout quand tu te bat contre des moulins à vents! :devil:

  20. Bernardo, est ce que tu pourrais jeter un œil à ta messagerie, de la part de Zorro?! ou alors c’est chez moi que ça va dans les spams!… :angel:

  21. Un beau pied de nez à la sceau-ciété de consommation, ce recyclage!
    Mais bon, les gars, sceau-bre, hein!

  22. Moi je ne le suis déjà plus, apparemment….
    C’est chez moi que les cloches sceau-nnent!

  23. à propos de gel, apprenez que tous flatteurs…ah non, ça c’est autre chose! mais sachez tout de même, dans l’expectative où vous ne seriez point déjà z’informés, que dans le Valais Suisse, il y a des gicleurs, genre sprinkler et on arrose les abricotier en cas de gel, la pellicule que forme la glace, protège les fruits naissants et youpi! le maraîcher s’enrichi! son banquier aussi, mais ça, c’est anecdotique! Jéhan :wink:

  24. …et puis Bernard, prie pour que Yan Arthus Bertrand évite de survoler ton jardin, il pourrait prouver au monde, que les décharges sauvages existent bel et bien en France! meuh non, je rigole!, tout le monde sait pertinemment qu’il n’y a plus de décharge sauvage dans l’hexagone! ce ne sont que des propos de journalistes en mal d’effets de manches! Et puis, la tienne, est ordonnée et artistiquement colorée! Sacré Le Nôtre va! :whistle:

  25. Ah oui les gicleurs sur les abricotiers, ça Valais le coup de la raconter celle-la !

    C’est pas bientôt fini vos jeux de mots seau-grenus ! :whistle:

  26. alors Bernard, là tu as tout faux. C’est Jean qui a écrit, moi pas compris ce qu’il a voulu dire, car moi, je signe toujours ce que j’écris. Mais elle bonne l’expression « expresseaux » mais au singulier car pour moi, un seul bien serré me suffit. Sur ce, je vais voir si mes tomates ont besoin d’un seaud’eau.
    Sans rancune, mais il faut relever que les jeux de mots sont superbes.
    Jac. :unsure:

  27. « il ne faut pas oublier de découvrir à chaque fois les plants dès 8H ou 9H du matin «  … Dis-tu Bernard .
    Ça me pose problème … quittant la maison vers 5h00-5h30 tous le matins pour ne rentrer qu’en milieu d’après-midi !!
    Je vais devoir me prendre un ouvrier agricole pour ce genre de travaux !

  28. Yves, j’ai bien peur que tu aies du mal à justifier auprès de ton employeur ton retard en invoquant les conseils du blogadupdup ! :wink:

  29. une petite question pour Jérôme, ou pour qui voudra bien me répondre. Je pense que cette question n’est pas à la bonne place, bien que l’on utilise des seaux pour ramasser les marrons. Jérôme va comprendre tout de suite que j’ai visité son bloc et lu son article pour les châtaignes/marrons.
    Alors ma question est la suivante : pourquoi y-a-t-il des marronniers avec fleurs blanches, et d’autres avec des fleurs roses.
    Merci.
    Jacqueline

  30. et ben, moi, en tant qu’inseaucial Suisse, je me demande pourquoi le Sieur Bernard n’a pas été choisi pour être garde des seaux et ministre des affaires seauciales? mais peut être qu’après tout, on pourrait essayer avec des pots non?! Par exemple, le pote des seaux, ou touche pas à mon pote oh! ou à mon pote si tôt! ouais, je sais, c’est 6h30, je viens de me réveiller, j’ai un peu la tête dans le seau ce matin…hi hi.Jéhan :biggrin:

  31. Oui, pas encore bien réveillé le Jéhan : sois tu manges un morseau, soit tu retournes te coucher au berseau ! :whistle:

  32. Jacqueline a écrit :
    « Pourquoi y-a-t-il des marronniers avec fleurs blanches, et d’autres avec des fleurs roses. »
    Parce que ce sont deux espèces différentes …
    Le marronnier à fleur blanches est Aesculus hippocastanum et celui a fleurs rouges est un hybride fertile du précédent et du pavier Aesculus pavia.

    Avez-vous remarqué que les pétales blancs du marronnier ont une tâche en leur centre qui change de couleur au cours du temps ?
    Elle passe du jaune ou rose. Ce changement de couleur a lieu au moment de la pollinisation. Ainsi, les insectes pollinisateurs qui ne voient pas le rouge ne seront donc plus attirés par ces fleurs, qui ont déjà été pollinisées, et se concentreront sur celles qui ne le sont pas encore.
    Ce phénomène se rencontre chez d’autres fleurs comme la jolie petite renoncule des glaciers.

    Voilà … Et ce ne sont pas des seaux-tises ! :wink:

  33. Merci Etincelle pour ces renseignements. Moi, je pensais que peut-être la différence était au moment de l’apparition du « fruit » et qu’un couleur de fleur en produisait et l’autre non, ou alors, les deux variétés donnent des « fruits » et que la différence se trouve dans la « bogue ». Quant à la tache de couleur qui change au moment de la pollinisation , jamais vu ni entendu parler, mais faut dire aussi que les arbres sont grands et que je ne me promène pas avec un escabeau.
    Bon dimanche et amitiés.
    Jacqueline :smile:

  34. je publie ici, in extenseau, ce problème inseauluble, où ais-je mis mes seaussettes?nom d’un petit t’oiseau! t’as vu Bernard! je me suis réveillé! ok! je retourne me reseaucer à la cuisine! bon appétit, n’oublie pas ta seauce à salade! :whistle:

  35. Jacqueline, la couleur des fleurs blanches ou roses des marronniers, que l’on peut observer dans les villes, correspond à l’existence de cultivars différents. Je n’ai pas des réponses exactes à te fournir. Mais je vois la chose ça. :smile:

  36. merci Jérôme, et bravo pour vos articles et les photos de vos légumes.
    Jacqueline

  37. J’ai retrouvé les seauxsettes de Jehan, elles étaient dans le seauàlinge.
    Jacqueline :dizzy:

  38. Des sceaux pour protéger (entre autres) les sceau-lanacées… j’y avais pas pensé!

  39. pardon aux blogueurs zé blogueuses, en relisant mes interventions, je constate que j’ai atteins enfin! les seaumets des la seautise! Jéhan :angel:

  40. C’est gentil Jacqueline mais mon blog sommeille plus qu’il ne vit faute de temps

  41. Bien que le marronnier d’Inde soit appelé aussi marronnier blanc, ses fleurs sont naturellement blanches ou roses. Le marronnier rose de mon voisin est ainsi un marronnier d’Inde Aesculus hippocastanum (même port, mêmes feuilles, même type de fleurs que le mien qui est blanc et donc plus classique). Blanc ou moins souvent rose, c’est donc la forme naturelle du marronnier d’Inde.
    Ensuite, comme l’a dit Jérôme, il existe de nombreux cultivars du marronnier d’Inde et ceux-ci peuvent prendre toutes les formes, non seulement au niveau des fleurs, mais aussi au niveau du port, de la forme et de la couleur des feuilles. Il y a, parmi ces cultivars, des arbres aux fleurs roses (d’un rose plus soutenu que la forme naturelle). Ceux-ci dont fréquemment cultivés.
    Et enfin, comme l’a dit Etincelle il y a un un hybride entre deux espèces botaniques : notre marronnier d’Inde (qui porte très improprement son nom, vu qu’il est originaire d’Europe, Grèce et Albanie notamment) et un marronnier nord-américain aesculus pavia (pavier rouge). Cet hybride, dont l’hybridation a été le fruit du hasard en pépinière (il s’en passe de drôle de choses vu qu’en principe les espèces différentes ne s’hybrident pas) est appelé marronnier à fleurs rouges et les fleurs sont en général rose foncé maculé de rouge.
    C’est parce que j’ai remarqué l’an passé que mon voisin avait un marronnier à fleurs roses que je me suis penché à ce moment-là sur cette question.

  42. et bien merci beaucoup, Etincelle, Jérôme et Bernard pour les renseignements sur les marronniers et bon weekend à tous.
    Jacqueline :smile:

  43. Pas de seau-terne à 9h35 mais une petite suggestion: pourquoi pas un « A vos plumes » à partir d’un mot ou de mots que l’on détournerait? qu’en pensez-vous?
    Le dernier atelier date du mois de mars, je suis en manque…Je ne viens pas sur ce blog que pour les ateliers d’écriture, non, je suis l’actu mais je commente peu. Je lis surtout les commentaires avisés ou parfois déjantés des aficionados du blog.

  44. c’est pas une mauvaise scie des de détourner un mot ou d’en trouver des autres à partir d’un commun, comme père, par exemple…per petuel, péritoine, perclus, permission…etc…a éviter toutefois, les mots sausies! ouarf! pour un dimanche, on pête le feu! Signé: le père manganate…Jéhan :whistle:

  45. Bernard, bonjour, et bon dimanche à tous et toutes!
    Juste une petite question : la date de péremption sur les sachets de graines, est-ce important? Je viens de faire un tri dans mes graines, et les sont périmées depuis au moins un an! Par exemple, mes haricots nains sont périmés depuis février ? Est-ce qu’ils vont lever quand même? Qu’en pensez-vous?

  46. A mon avis, si elles ont été conservées dans de bonnes conditions, elles devraient germer. Cela dit, à ta place, je sèmerais plus de graines que ce que tu mets d’habitude car il est probable que certaines aient perdu leur pouvoir germinatif.

  47. En fait, tout dépend du type de légumes : les tomates germent au moins deux ans après la date de péremption, les panais ont une durée de germination très courte, …

  48. ah ton jardin .. quel plaisir!!
    j’ai planté tres tot aussi , j’adore ce petit risque et cette belle recompense ….
    ca y est je mange des pois mange-tout , des salades , des epinards ,des choux pointus..
    une petite ligne de haricots nains commence à fleurir ..
    pas de sceau mais quelques petits voiles ..
    j’espere trouver un petit temps pour une visite et une petite biere en votre compagnie
    a bientot

  49. Nadia, passe quand tu veux, j’ai du temps en ce moment (mais envoie un mail pour prévenir). Quand à la bière, j’ai un beau stock !!!!!!!!!!

  50. Ne médis pas sur mes seaux !
    Car, comme le dit un proverbe irakien : « mes seaux : potes, amis »
    (en forme le dupdup le matin !) :wink:

  51. Ne médis pas sur mes seaux !
    Car, comme le dit un proverbe irakien : « mes seaux : potes, amis »
    (en forme le dupdup ce matin !) :wink:

  52. tellement en forme que ses doigts ont seauté deux fois sur le souriseau! ouarf! Jéhan :whistle:

  53. le pôvre…il est tombé par terre, c’est la faute à Voltaire, la tête dans son ruisseau, c’est la faute à Rousseau, mais ce n’est pas nos Ognons, c’est le sien! allez, je vais faire ma sieste moi! faut que j’enlève mes seau quettes…Hans :w00t:

  54. Bonjour à tous les amis du blog à dupdup. Je viens de lire une petite histoire amérindienne que je trouve tellement vraie et tellement d’actualité :

    Un grand-père indien indien explique à ses petits-enfants que chacun de nous a en lui deux loups qui se livrent bataille :
    L’un représente l’amour, la générosité, la sérénité, le partage, la gentillesse.
    L’autre, la peur, l’avidité, la haine, l’envie

    Un petit demande : « Et lequel gagne »?
    Le grand-père répond : « celui que l’on nourrit »…..

  55. Je la connaissais Léa, ta petite histoire, mais que c’est bon de la relire… Tellement vrai !

  56. Avis aux jardiniers qui auraient pris le risque de planter très tôt certaines plantes fragiles de type tomates, poivrons, aubergines : des gelées matinales ne sont pas exclues pendant le week-end du 1er mai. Alors, si vous avez des seaux, vous savez ce qu’il vous reste à faire … ! :wink:

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: