Le dire avec des dessins

Il y a des dates qui marquent. Hier soir, je me disais que s’il y avait un avant et un après 11 septembre 2001, il y aurait aussi sans doute un avant et un après 7 janvier 2015. Rien ne sera plus jamais comme avant.
L’avenir est incertain. Il peut aller dans un sens ou dans l’autre. On peut tous ensemble se ranger derrière les valeurs de la république et il pourrait naître de cela une belle solidarité qui dépasserait la simple solidarité nationale. Mais l’émotion peut amener aussi à plus de radicalité. Car la violence appelle souvent malheureusement la violence comme on l’a souvent vu dans notre Histoire. La loi de Murphy nous dit qu’à partir du moment où il existe plusieurs chemins possibles et que l’un d’eux peut mener à la catastrophe il y aura toujours quelqu’un, quelque part, qui empruntera ce chemin-là. On l’a vu hier avec cet assassinat, on peut aussi le voir demain avec les réactions qui vont naître ici et là.
Comment dire la douleur ? Comment dire l’impensable ? Les mots manquent bien souvent, bien que de bien belles choses aient été dites depuis hier. Je n’osais pas faire d’article sur le sujet, ne voyant pas quoi dire qui n’ait déjà été dit par ailleurs. Et puis, il y a eu ce lien dont Luc nous a fait part ce matin. Il s’agit de dessinateurs qui mettent leur talent à contribution pour nous dire des tas de choses qui restent dans l’esprit de Charlie Hebdo.

Parmi ces dessinateurs  (dont j’ignorais le nom pour la plupart, il s’agit d’ailleurs parfois de pseudos), il y a par exemple Tommy Dessine.
1
Mais il y a aussi bien d’autres dessinateurs : Ruben L. Hoppenheimer …
2… Boulet …
3
… The Independent …
4

… Joep Bertrams …
5… Francisco J. Olea
6… Le Plus …
7et Tomi Ungerer
8
Ne nous laissons pas submerger par nos émotions qui ne peuvent que nous amener à pire encore !

67 réflexions au sujet de “Le dire avec des dessins”

  1. tout a été dit par bernard pour ma part je ne vois rien a ajouter non il ne faut pas ceder a la haine

  2. La seule chose qui me « réconforte » c’est cette solidarité -Je suis Charlie-qui s’est mise en place en France et dans le monde, alors que j’imagine que bcp n’avait jamais entendu parler de Charlie Hebdo.

  3. Oui, mais il n’empêche qu’il n’y a pas des pleurs dans toutes les chaumières. Hier soir, des feux d’artifice de joie ont éclaté dans Besançon-Planoise et les flics se sont fait caillassés. :angry:

  4. Etincelle me fait remarquer qu’il y a aussi ce dessin (to draw, drew, drawn signifie dessiner mais aussi dégainer en anglais)
    https://pbs.twimg.com/media/B6wZOY8CMAA_b6v.jpg

    A noter que pour mettre dans un commentaire un lien vers un dessin qui est déjà sur internet, il suffit de faire un clic droit sur le dessin et d’aller dans « copier l’URL de l’image »

  5. Aujourd’hui, à la Maison d’Arrêt où je donne des cours de maths, un de mes élèves (détenu forcément) a dit
    « Je suis bien content, y’a des flics qui sont morts »

  6. Ce matin, j’ai reçu les vœux partagés de Cindy la conteuse.
    J’ai envie de les partager à mon tour.

    « Aujourd’hui, je ne peux que prier !
    « Comme une multitude de personnes, aujourd’hui, je suis en colère. J’ai envie de « déchirer des chaires. Je pleure pour le rire, pour l’art et pour la liberté. Je prie pour « des hommes sacrifiés, je prie pour les bras qui les chercheront en vain. Je suis en « deuil. Mais plus que cela, j’ai peur. Peur que la rage des hommes n’explose dans une « mauvaise direction, peur que les « biens pensants » ne s’en prennent aux « musulmans. Peur que les amalgames une fois encore ne gagnent la guerre. Peur que « la guerre une fois encore ne nourrisse que la guerre !
    « Alors, je ne peux que prier.
    « Je prie Dieu, Allah, les saints du paradis ou de l’enfer, les croisés immortels, la « grande mère du cœur de ma terre, les grenouilles amazoniennes, mon chien, mes « rêves et mes dragons.
    « Je prie. Toutes ces guerres cesseront-elles ?
    « Je prie pour qu’un jour l’humour fasse tant et tant danser les préjugés qu’ils ne « redeviennent enfin poussière.
    « Comme disait souvent mon père dans les moments graves : « Au cul la vieille c’est « l’printemps !!!! » ; non point qu’il fût intime de Sainte Agathe-la dame de l’hiver- « mais plutôt qu’il fût fan d’un printemps joyeusement éternel.
    « « La fleur, tu la regarde et elle sourit… Les convictions, elles, qu’elles soient « parfumées ou fanées, elles restent des misères, des vampires, des geôliers ! Tu veux « gouter la vie, cesse de les arroser !!! »
    « Voilà sans doute ce qu’il m’a apprit de plus précieux !
    « Aujourd’hui, du cœur de cet éternel printemps, je prie.
    « Je prie pour un jour de grâce ! Un jour où les hommes aimeront aussi les autres « hommes, les pas-comme-eux, les vilains, les pauvres, les infidèles, les cassés, les « déchirés du dedans, les fous, les liés, les sauvages, les libres, les amoureux, les snobs, « les redoutables, les incultes, les croyants et les pratiquants …
    « Et en attendant ce jour, je prie, aujourd’hui, pour les mosquées, pour les hommes de « prières, pour les amis, les fidèles d’une religion qui n’est pas la mienne. Je prie pour « que la haine des biens pensants ne se déverse pas sur la reliure de leurs livres sacrés.
    « Aujourd’hui, je ne peux que prier ! Et ce sont là, mes bons vœux pour l’année… ».

  7. Les  »  »  » se sont redistribués de manière un peu anarchique… tant pis, tant mieux… :smile:

  8. Les mots de Cindy partagés par Luc, me donnent envie de partager à mon tour le point de vue du Docteur Alexandre IMBERT (Alternative Santé), approche ésotérique et spirituelle.

    Bonjour,

    J’écrivais mon éditorial hebdomadaire lorsque j’ai appris, comme vous, l’attentat qui a fait douze morts chez notre confrère Charlie Hebdo.

    Partout j’entends les commentateurs souligner l’inquiétante montée en puissance des radicalismes religieux et j’imagine qu’il y aura bientôt de nombreux excités qui exigeront que l’on détruise le feu par le feu. Il y a pourtant un autre point de vue que je souhaitais partager avec vous.

    Depuis la fin des années 70, nous sommes entrés dans un cycle de profond affaiblissement des idéologies (religieuses ou pas) telles qu’elles se sont développées pendant l’ère du Poisson. Nos enfants désabusés sont désormais indifférents aux vastes perspectives philosophiques et métaphysiques qui animaient nos parents autrefois. Ils ont abandonné l’idée que l’on puisse changer la vie par la lutte (sauf s’il s’agit de mini-luttes telles que l’opposition au tracé d’une autoroute pour préserver la biodiversité), ils ne s’intéressent pas à la vie politique et encore moins aux religions encore fondées sur des superstitions primitives.

    Vingt siècles durant nous avons bâti des systèmes philosophiques débranchés du monde, attendant d’impossibles rédemptions, mais nos espérances ont viré à l’aigre et nos rêves ont tourné au cauchemar. Nous n’y croyons plus, nous n’avons plus envie de songer à rien de profond.

    C’est sans doute ce qui pousse aujourd’hui les dignitaires et les hiérarchies des trois vieilles religions abrahamiques à durcir leur discours. Ainsi, les intégristes (islamistes, sionistes ou traditionalistes catholiques) ne m’apparaissent que comme des hommes qui hurlent de rage et de panique, des désespérés qui sortent en vociférant de leur maison en flammes. Poursuivis par l’incendie qui gagne, certains grimpent jusqu’au sommet de leur clocher ou de leur minaret d’où ils finiront par se jeter dans le vide pour s’échapper. Le sursaut religieux n’est qu’un spasme, une convulsion de moribond qui se débat face à une mort prochaine.

    Que le feu passe donc et accomplisse son oeuvre. Car je crois que bientôt, une nouvelle constellation, celle du Verseau, trouera l’horizon pour arroser la Terre de toutes ses fontaines. Elle éteindra les dernières flammes des incendies religieux, elle lavera la Terre des idéologies chimériques. Elle permettra aussi aux graines qui auront résisté au feu de germer pour ranimer notre soif d’idéaux et d’espoirs pour nous propulser à nouveau vers l’avant.

    J’attends de cette ère du Verseau qu’elle remplace les rêveries creuses par des perspectives fortifiantes et libératrices. Qu’elle nous fasse passer de l’hallucination à la vision, de l’éblouissement à la clarté. C’est affreux, mais les spasmes horrifiants auxquels nous assistons sont un signe que cette heure est proche.

    Excusez-moi, lecteurs, de cette envolée ésotérique – que certains jugeront sans doute un peu ridicule – mais je suis profondément peiné de la disparition de Cabu et de Wolinski que je ne connaissais pas et dont je ne partageais même pas les idées, mais qui me faisaient rire.

  9. J’ai semé quelques graines de tomates tout à l’heure. C’est très tôt.
    Rien à voir avec Charlie ? Si ! Quelque part, dans ce monde de mort, j’ai envie de voir la vie renaître.
    Une graine de tomate qui lève, c’est ma bougie à moi.

  10. Que tous les hommes libres , du monde entier, s’abonnent à CHarlie Hebdo ! Que toute cette exceptionnelle et émouvante mobilisation à travers le monde entier se concrétise dans les faits et sauve ce symbole de la liberté : abonnons nous massivement ! Même les « cons » doivent s’abonner d’abord parce que c’est la population la plus nombreuse mais aussi , parce que sans CH ils n’auraient jamais eu autant de notoriété . Nous sommes tous le con de quelqu’un je suis fier d’être celui de CHarlie Hebdo.

  11. Demain à Quimper, place St Corentin à 14h30.
    Au delà de ces mouvements de foule, est-ce que chacun dans son quotidien promeut les valeurs de liberté, d’égalité, de solidarité et de fraternité. Parfois en dehors de la liberté de consommer je me demande ce que la société et donc les membres qui la composent, véhiculent? Le bien-être individuel qui ne tient pas compte de l’autre, la propriété des biens matériels qui frustrent ceux qui n’en ont pas les moyens d’acquisition et les entraînent vers des voies alternatives qui pourront satisfaire ces moyens matériel.
    Le délitement des valeurs fondamentales, la précarité amènent la perte de repère et peut emmener les plus fragiles à suivre ceux qui prônent des valeurs fortes telles celles véhiculées par les fondamentalistes islamistes. ceux-ci deviennent alors des jouets que l’on programme et téléguide sur des actions terroristes meurtrières telle celles que l’on vient de connaître.
    Bien qu’aucune raison ne puisse justifier de tels actes il faut tout de même se poser les vrais questions et aussi celle de nos responsabilités individuelles.
    Mercredi à 13h quand j’ai appris ce qui s’était passé à Charlie Hebdo, j’ai été statufiée et me suis retrouvée sans mots. Depuis un profond trouble m’étreint et je me dis que chacun à sa pierre à poser à l’édifice pour que les générations futures retrouvent des valeurs communes qui feront repères et ciment de la société française, de la société européenne. Ce ne sont pas les termes guerriers utilisés qui vont apporter les réponses aux problèmes qui nous sont posés.
    Demain rassemblements de soutien à Charlie Hebdo, hommages aux victimes mais aussi rassemblements citoyens. Laissons de côté les polémiques politiciennes et retrouvons les valeurs de la Res Publica!

  12. Maïvon, tu as raison de parler des valeurs de la république : liberté, égalité, solidarité et fraternité (ces deux dernières me semblant être très liées et inclues l’une dans l’autre). Mais si l’on se réfère souvent à ces valeurs issues de 1989, il est un concept plus proche de nous qui fait partie à part entière, malgré son caractère récent, des valeurs républicaines, c’est celui de la laïcité. C’est à mon avis un principe très fort (d’autant plus qu’on est l’un des rares pays de la planète complètement laïcs) qu’il faut défendre becs et ongles. Les quelques catholiques que je fréquente (si si !) sont, malgré leur foi, très attachés à ce principe de laïcité. Ce sont les intégristes et les fondamentalistes de toutes obédiences qui nous emmerdent !

  13. Bernard, dans la foule que je suivais, un officiel a annoncé 20000 personnes au micro.
    ça doit être pour ça que je ne t’ai pas vu : tu étais dans le groupe des 30000.
    :smile:

  14. Je pense qu’après l’annonce qui a été faite au micro, beaucoup de gens ont continué d’affluer, le chiffre a donc augmenté au cours de l’après-midi. 3/4 d’heure après le départ de la marche je suis retourné au point de départ, place de la révolution, la place était encore aussi remplie que lors du démarrage de la marche.

  15. C’est bien ça : nous avons piétiné un moment avant de suivre le mouvement, le débit était trop fort, les rues en crue.
    J’ai lu ce soir que de mémoire de Bisontin (gens du blog et d’ailleurs c’est le nom bizarre des habitants de Besançon), la précédente manifestation qui avait réuni autant de monde, c’étais pour les LIP, un autre moment historique important dans la mémoire des Francs-Comtois.
    Un merveilleux documentaire en atteste.

    Quelques témoignages, étonnants ci-dessous : y verrez-vous comme moi, le calme, la sérénité de ces personnes, loin de la violence dénoncée par les autorités de l’époque ?
    Savez-vous que ces années de lutte ont été gagnées sur un coup de maître, un trésor de guerre ?
    J’ai vu ce documentaire et partagé avec bien des personnes des impressions sur ce documentaire : l’émotion est forte.

    Puissent les manifestations d’aujourd’hui laisser d’aussi belles traces. :smile:

    http://www.ina.fr/video/I00014229/lip-autoportrait-par-les-ouvriers-grevistes-video.html

  16. 30000 personnes: bravo Besançon!
    Oui, tu as raison Bernard. La laïcité est une valeur fondamentale de la république et celle sur laquelle il faut s’appuyer pour faire face aux fondamentalismes religieux de toutes obédiences.
    Quel besoin peut-on avoir à afficher et revendiquer sa religion dans la sphère publique? Un besoin de repère? Un besoin d’appartenance à une communauté? Un besoin de reconnaissance?

  17. 29 septembre 1973, 100 000 personnes à Besançon, c’était ma première manif, la plus grande. J’avais 20 ans … et j’étais bien plus politisé qu’aujourd’hui.

  18. La « une » du prochain Charlie-Hebdo qui sortira demain en 3 000 000 d’exemplaires (au lieu de 60 000 habituellement) et qui sera traduit en 16 langues.

  19. Très inspiré par Escher l’artiste on dirait ! :wink:
    Je n’aime pas tous ces tableaux (il y en a même quelques-uns que je n’aime pas du tout) mais il y en a certains que j’aime beaucoup.
    Vous vous en fichez sans doute mais tant pis, je vous le dis quand même …
    J’aime les numéros 1-5-6-11-15-16-17-19-21 avec un coup de coeur pour le 17 et le 21
    Et voilà, vous savez tout :biggrin:
    Merci à Yves pour ce lien

  20. Lu ce matin dans les propos d’un lecteur du Monde :
    « Les limites de la liberté d’expression en France sont la diffamation, l’injure publique, l’incitation au crime : des mots qui font des victimes concrètes. Le négationnisme combine plus ou moins les trois. Le blasphème, aucun. »

  21. C’est là que je ne suis pas d’accord. Un état de droit, OK. Mais s’il manque en amont le respect profond et la pudeur ,ça ne me convient pas.

  22. Bien vu : sans le commentaire éclairé de ce jihadiste, je ne l’aurais pas reconnu. :smile:
    Ça s’éloigne des dessins, mais la chanson qui suit m’évoque fortement la dérive de ces tristes sires… S’il vous plaît, faites vous légers.

  23. Grande dame de la chanson française que j’écoute depuis 40 ans. Je suis allé l’entendre à la Mals à Sochaux le 7 octobre 2008 et c’était un grand moment. Elle va avoir 82 ans cette année.

  24. C’est quand même curieux : c’est la 20ème fois ce soir qu’on nous annonce qu’un attentat a été déjoué mais on ne nous a jamais dit ce qu’ont donné les procès des 19 autres instigateurs d’attentats ! Je crois à moitié à tout ça, sans doute y a-t-il une bonne part de comm’ !

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: