Blog en congés

J’ai pris l’habitude désormais de faire une pause chaque fois qu’il y a des vacances scolaires (ce qui me permet de « recharger les batteries »). Les Francs-comtois étant en congés ce vendredi pour une période de 15 jours, ce blog reprendra le lundi 9 mars.
D’ici là, je reprends mes affûts après un an d’interruption de mon activité photographique (vous avez sans doute remarqué que presque tous les articles que j’ai écrits en 2014, mis à part celui sur le petit gravelot, sont illustrés de photos anciennes). Alors j’espère revenir en mars avec quelques nouvelles images de buse variable. Mes affûts ont repris la semaine dernière et pour l’instant la moisson est bien maigre : une seule photo (mais quel plaisir de retrouver le calme de la contemplation … même quand il n’y a rien à voir !).

buse

Le héron garde-boeuf

HERONS DE CAMARGUE (8)
Il a souvent été question ici du héron garde-boeuf et mes précédents articles commencent à dater de plusieurs années. Les personnes récemment arrivées sur ce blog peuvent éventuellement se référer aux articles 1, 2 et 3 écrits il y a quelques années.

Le héron garde-boeuf est très commun en Camargue et sa population se monte actuellement à plus de 20 000 en fin d’été (soit plus de 5 000 couples et leur progéniture). Cet oiseau est étroitement lié au bétail et se rencontre en général à proximité des vaches, des taureaux et des chevaux (parfois plus rarement près des moutons et des chèvres).

1
Les photos des précédents articles étant 

Lire plusLe héron garde-boeuf

Parlons biodiversité cultivée …

Il est possible que je ne me fasse pas que des amis avec cet article.

Pendant des années, ma messagerie a été inondée d’infos concernant le conflit entre Kokopelli et les graines Baumaux. Toutes ces infos, qui venaient toujours de Kokopelli ou de réseaux amis de Kokopelli, allaient toujours dans le même sens. Il y avait toujours le bon d’un côté (Kokopelli, défenseur de la biodiversité) et le méchant de l’autre (Baumaux, marchand de graines). Le monde n’étant pas noir et blanc, j’ai souvent été gêné par cette absence de nuances. Je l’ai été d’autant plus que je connais la réalité des jardiniers franc-comtois que je fréquente : ils sont à fond pro-kokopelli mais achètent, pour beaucoup d’entre eux et sans forcément le dire, leurs graines chez Baumaux (il faut dire que les graines Baumaux sont très implantées dans l’Est de la France et notamment en Franche-Comté)

Comme j’aime bien me faire ma propre idée, le plus objectivement possible, et qu’on est en période d’achat de graines, je suis en train de comparer les variétés vendues par les uns et les autres. Pour ce premier article, j’ai choisi un domaine qui m’intéresse beaucoup : les salades (laitues et chicorées).

Je ne souhaite pas comparer les prix au gramme car la balance pencherait nettement en faveur de Baumaux. En effet, les sachets de graines de Kokopelli ne font qu’1 gramme (avec parfois une proportion importante de graines qui ne germent pas) alors que ceux de Baumaux peuvent aller jusqu’à 12 g (en moyenne 3 ou 4 g). Non, je veux baser mon comparatif uniquement sous l’angle de la biodiversité (puisque c’est le reproche qui ressort le plus souvent) et je m’intéresserai donc à la diversité des variétés et à leur provenance (et je sais que les lecteurs de ce blog sont d’ardents défenseurs de la biodiversité et que ce sujet les intéresse).

Voyons d’abord ce qui se passe du côté des laitues.

IMGP1440

Chez Kokopelli, le nombre de variétés disponibles est de 140. Il est quasiment identique (142) chez Baumaux. Kif kif la

Lire plusParlons biodiversité cultivée …

Angle de vue

La plupart du temps, l’abeille charpentière (que l’on appelle aussi Xylocope) nous apparaît seulement comme un gros insecte noirâtre.

IMGP3583Mais que les ailes se trouvent, ne serait-ce que l’espace d’un instant, dans un certain angle par rapport au soleil, apparaît alors devant nos yeux un véritable bijou dont nous ne soupçonnions même pas l’existence.

IMGP3701Il en est ainsi de beaucoup de choses de la vie : changer d’angle de vue nous oblige à voir les choses différemment.