Les Primaires américaines

Ce blog se met en congés. Il reprendra le lundi 29 février.
Oui, je vous entends déjà médire très très fort : « Quoi, à peine retraité, il prend déjà des vacances ! ». Ben oui, et en plus, pour vous narguer, avec un verre de Gouden Carolus (ma dernière trouvaille, une véritable tuerie) à la main …

Pour ce dernier article avant ces (petites) vacances, j’aimerais parler des primaires américaines (même si ce n’est pas parmi les centres d’intérêts de la plupart des lecteurs de ce blog). Vous l’avez peut-être compris dans les commentaires des derniers jours, je suis avec beaucoup d’attention ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis. On ne peut pas se désintéresser complètement du sujet car, qu’on le veuille ou non, la politique qui est menée là-bas, notamment en matière de politique étrangère, influe directement la nôtre. Quand les Etats-Unis, que l’on qualifie souvent de « gendarme du monde » décident de faire la guerre quelque part (et Dieu sait s’il y en a eu dans l’Histoire récente), les pays européens se mettent quasiment au garde-à-vous et partent eux aussi en guerre. Alors autant avoir un président le moins belliciste possible.

Alors qu’y a-t-il de nouveau dans ces élections américaines-là ? Il y a notamment, en plus de la candidature républicaine de Donald Trump (très atypique, on pourra en parler dans les commentaires), celle de Bernie Sanders du côté démocrate.

Personne ne misait sur lui il y a quelques semaines encore et Barack Obama lui-même avait d’ailleurs gentiment ironisé sur sa candidature.

Le profil de Bernie Sanders est très atypique. En vrac :
– né dans une famille d’immigrés Polonais ;
– militant contre la guerre au Viet-Nam dans les années 60  et participant à la grande marche de 1963 pour les droits civiques des Noirs.
– militant du Liberty Union Party, mouvement pacifiste revendiquant un socialisme non-violent ;
– troisième élu socialiste de l’histoire élu à la chambre des représentants, il défend sans cesse une remise à plat fiscale, la réforme de la santé et la baisse du budget de la défense ;
– devenu ensuite sénateur, il fut l’un des très rares élus à s’opposer à la guerre d’Irak ;
– il est connu pour son « marathon oratoire passionné » en 2010 pour s’opposer à la reconduction des exemptions fiscales en faveur des plus favorisés (instituées par Georges W. Bush). Le texte du réquisitoire a même été édité et jouit d’une grande popularité aux USA (notamment sur les plateaux de télévision où Sanders a souvent été invité et sur les réseaux sociaux).
– il a apporté un soutien très fort au mouvement Occupy Wall Street.

Parmi ses thèmes de campagne : gratuité de l’enseignement supérieur, doublement du salaire minimal, rendre universel la couverture santé.

Il y a plein de choses qui n’apparaissent pas dans les articles des journaux français sur cette campagne démocrate. En voici quelques-unes qui montrent qu’il y a quelque chose de nouveau du côté de la candidature de Sanders :
– dans la dernière primaire (New Hampshire), 83% des électeurs démocrates de moins de 30 ans ont voté Bernie Sanders et celui-ci a gagné dans quasiment toutes les tranches d’âge (Hillary Clinton n’étant majoritaire que chez les plus de 65 ans).
– Contrairement à tous les autres candidats (démocrates ou républicains), la campagne de Bernie Sanders n’est pas financée par de gros donateurs (ce qu’il refuse d’ailleurs) mais par « une armée de petits donateurs » (34 dollars en moyenne), ce qui est plutôt rassurant (car un lobby ne finance jamais une campagne sans en attendre un retour d’ascenseur à court ou moyen terme).
– Certains, notamment dans les journaux français, voudraient voir dans le succès de Bernie Sanders l’expression d’un mécontentement lié à la situation économique et la montée du nombre de pauvres. Or, l’Etat du New Hampshire dans lequel Sanders a remporté une très nette victoire mardi dernier, est réputé pour être passé à côté de la crise et il est habité par une majorité de gens au très fort niveau d’éducation et aux salaires élevés avec un faible taux de chômage.
– Les électeurs démocrates s’étaient déplacés en masse, malgré le froid et les tempêtes de neige et bon nombre de bureaux de votes ont fermé bien après l’heure de fermeture en raison des files d’attente, ce qui est très inhabituel.
– Ce sont surtout les jeunes qui sont responsables de cette forte affluence. En France, si les jeunes se mettaient à aller voter en très grand nombre, on dirait sans doute qu’il se passe quelque chose non ?

Evidemment, il y a peu de chances pour qu’il soit élu au final car des forces puissantes vont le contrer violemment dès que les lobbies (dont celui de la finance) vont vraiment sentir le danger qu’il y a derrière cette candidature-là (jusqu’à présent ils n’avaient pas vu le coup venir). Et on sait quelles peuvent être les mesquineries et les attaques de bas-étage des uns et des autres dans les campagnes électorales américaines. Et quand on n’est pas le candidat du système, on risque de recevoir des coups encore plus durs. Si les chances qu’il l’emporte sont très minces, le chemin sera de toute façon très long et les obstacles seront nombreux, même au sein du camp démocrate (d’autant plus que Bernie Sanders n’est pas membre du Parti Démocrate). Le fait notamment que Sanders ait un gros déficit de notoriété, contrairement à Hillary Clinton, dans les communautés noire et hispanique où il est pratiquement inconnu, sera difficile à surmonter (ces deux communautés sont d’ailleurs très peu représentées dans les deux Etats où l’on vient de voter). Tout va dépendre de sa capacité à élargir sa base électorale dans les semaines qui viennent (il va devoir teinter son discours de rose). Il y a aussi le fait que les prochains scrutins (dont les deux qui viennent dans le Nevada et la Caroline du Sud) ne lui sont pas du tout favorables au vu des derniers sondages.  Mais sa victoire de mardi dernier dans le New Hampshire va sans doute créer une dynamique très forte en sa faveur. Et puis les élections américaines (dont celle de 2008) sont parfois très surprenantes et déjouent parfois toutes les prévisions.

A noter qu’on peut suivre tous les résultats cumulés, élection après élection, sur ce tableau qui est très bien fait (il suffit d’aller cliquer sur la 2ème ligne en bleu pour basculer des républicains aux démocrates).

A suivre donc.

https://www.youtube.com/watch?v=ptJf3ju3X1g

131 réflexions au sujet de “Les Primaires américaines”

  1. « Et on sait quelles peuvent être les mesquineries et les attaques de bas-étage des uns et des autres dans les campagnes électorales américaines » …
    Il me semble que le dernier mot de cette phrase pourrait tout aussi bien être remplacé par le mot « françaises » :whistle:
    Bonnes « vacances » Bernard :cool:

  2. Oui, je suis d’accord avec toi, c’est pas d’un haut niveau ici. C’est même très bas. Mais en général, il n’y a pas d’attaques au niveau de la vie privée, c’est quand même une grosse différence (enfin, me semble t-il). Et puis, les propos tenus là-bas se jouent aussi sur des registres qui nous sont complètement inconnus ici. Exemple : lorsque l’ancienne secrétaire d’Etat Madeleine Albright dit à la tribune que les femmes qui ne voteront pas pour Hillary Clinton auront « une place spéciale en enfer » on n’imagine pas de tels propos ici … même venant de Christine Boutin !
    Mais évidemment, rien de reluisant de ce côté-ci de l’Atlantique, on est sans doute tous d’accord là-dessus.

  3. On est d’accord aussi sur le fait que si on a l’impression que les élections américaines ne nous concernent pas, c’est une erreur car la politique menée aux USA a toujours des conséquences chez nous.

  4. Je suis assez surpris, en en parlant autour de moi, de voir que beaucoup suivent avec attention ce phénomène Bernie Sanders. Stéphane (notre fils aîné qui habite en Belgique) me disait ces jours-ci que plusieurs de ses amis Belges et Français (tous trentenaires) participaient financièrement à leur petit niveau à la campagne de Bernie Sanders. Tout ça me semble étonnant …

  5. « makers » et « takers » ça vous parle?
    Lors de la précédente élection le candidat du parti républicain (Mitt Rommey) avait eu un discours très à droite. il avait opposé les makers (ceux qui « font ») et les takers (ceux qui « prennent »). il décrivait ces derniers, les pauvres, comme des gens qui se croyaient victimes et qui osaient demander la couverture médicale, les bons d’alimentation, les aides au logement etc. Il s’était présenté plutôt comme le candidat des makers, opposant violemment dans tous ses discours les deux catégories. C’est au contraire les takers que donald trump défend en priorité, les lignes sont donc complétement brouillées au sein du parti républicain. la candidature de trump est donc aussi originale que celle de sanders et ne va pas non plus dans le sens de son parti.

  6. Merci d’avoir abordé le sujet, je ne savais pas trop si j’allais le faire, mon coeur ne penchant pas trop de ce côté-là. Je vais essayer de trouver d’autres infos sur le sujet (pour ma gouverne personnelle).

  7. Les takers seraient-ils plus ou moins à droite ? La question est sans doute sans intérêt mais les « milliards aux alouettes » de Donald Trump montrent à quel point ici (USA) ou là (Europe), les lignes de fracture(s) deviennent lisibles.
    C’est pour moi aussi rassurant qu’inquiétant : rassurant du fait de cette lisibilité qui avait presque quitté le monde de la comm’ et du politique, inquiétant parce que la-les fracture(s) ne semblent pas devoir être réduites prochainement… en tout cas pas dans le monde d’en-haut. Mais plus bas, ces fractures sont terribles aussi : ce à quoi nous assistons en Europe (traitement de l’immigration, fait religieux), m’inquiète beaucoup.
    Et Trump ne me rassure pas beaucoup : avec son discours, sa coiffure et sa gonzesse, le rêve américain en a quand même pris un bon coup !

  8. En tous les cas, on y verra à peine plus clair mardi prochain. Même si ce ne sera pas un « super Tuesday » comme aux autres élections (il y aura beaucoup moins d’Etats qui voteront), ça va décanter un peu … En tous les cas, Trump qui réunit plus de délégués élus que tous ses concurrents réunis, c’est signe que quelque chose d’inédit se passe aussi du côté des républicains. A suivre donc … même si du côté républicain les jeux semble presque faits (car il est difficile de casser une dynamique d’une telle ampleur).

  9. Rien à voir avec les primaires américaines mais une fois de plus je ne sais pas où mettre ce commentaire.

    Titre de Libé ce soir : « Les victimes de la dictature argentine au centre du voyage de Hollande ».

    Vous imaginez dans 20 ans le titre d’un journal argentin : « les victimes du monarchisme présidentiel français au centre du voyage de notre Président » ? ça serait rigolo non ?

  10. au dela de l’homme d’affaires véreux, Trump est surtout un clown raciste
    qu’autant d’americains se reconnaissent en lui laisse pantois

  11. « Pantois » est léger, ça fait peur !! drôle de société dans laquelle nous vivons.
    La neige est tombée cette nuit, donc pas question de s’aérer l’esprit en jardinant……

  12. Bernard s’intéressant aux élections américaines, c’est encore pour un calembour ?
    Il a rit de voir les Américains élire Donald.

  13. Contrairement à ce qui se dit dans la plupart des journaux français, je pense que si effectivement Donald Trump a de grandes chances de l’emporter chez les républicains, les jeux ne sont pas faits pour autant et que Cruz a aussi pas mal de chances de l’emporter. Je pense que le passé de Donald Trump risque de le rattraper. Et puis, jusqu’à la semaine dernière il avait plus de délégués élus que tous ses concurrents réunis, ce qui n’est plus du tout le cas aujourd’hui.

    Côté démocrates, seuls 29% des délégués sont élus, donc tout reste encore possible même si évidemment Hillary Clinton reste la grande favorite.

  14. Je viens de tomber sur un article, en anglais, qui explique que Monsanto attaque l’état de Californie en justice, pour empêcher celui-ci de mettre l’ingrédient principal du roundup (le glyphosate) sur la liste des produits cancérigènes.
    Cette substance est en effet reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé comme étant très probablement liée à l’apparition de certains cancers.
    http://www.reuters.com/article/us-usa-monsanto-glyphosate-idUSKCN0UZ2RN
    L’article explique que la vente de ce produit génère « $4.8 billion » de revenus fiscaux à l’entreprise, sans compter ce que rapporte la vente des semences génétiquement modifiées qui tolèrent le glyphosate et qui sont très utilisées dans le monde…

  15. Et au final, Monsanto l’emportera grâce à son armée de juristes et d’avocats. Il n’y a malheureusement aucun moyen légal d’empêcher l’empoisonnement en masse des gens, malgré l’augmentation très rapide de la prise de conscience par le grand public.

  16. Je me demande si ces gens ont une conscience, ou s’ils sont juste obsédés. Je me demande où ils vivent, s’ils respirent le même air que nous, s’ils mangent la même chose que nous, s’ils n’ont pas peur de s’empoisonner eux, leurs enfants et petits-enfants…

  17. Pour en revenir aux élections américaines, Obama faisait totalement figure d’outsider, au début, et pourtant….
    On connaît la suite! Mais je ne sais pas si on peut comparer les deux trajectoires d’Obama et de Sanders

  18. C’est peut-être l’argent qui va manquer à Sanders car visiblement aux Etats-Unis, le nombre de délégués semble assez proportionnel aux sommes mises en jeu, chose inimaginable ici (enfin, pas dans les mêmes proportions).

  19. Je déteste tous ces gros cons qui tirent de la fierté à tuer des animaux sauvages. Je les déteste tous autant qu’ils sont! A quoi ça sert…

  20. Commentaire pas très utile j’avoue…
    Juste une réaction épidermique. Marre de voir ce genre d’image tourner sur internet. Il y en a eu beaucoup, ces derniers temps. On y voyait des hommes et des femmes parader devant des cadavres de lions, girafes, éléphants….

  21. Si si ça fait du bien de temps en temps de se mettre en colère. La colère affichée est infiniment plus constructive (et bien meilleure pour la santé) que la colère rentrée.

    Moi aussi j’en ai marre de tous ces cons richissimes qui sont persuadés qu’avec l’argent tout s’achète.

  22. Ce qui est bizarre du côté des républicains, c’est que Trump, qui est en tête, est la bête noire du parti et que le seul qui puisse le rattraper c’est Ted Cruz qui est le cauchemar n°2 des républicains, étant l’autre bête noire du parti. Celui qui est le candidat du parti, et qui est le seul à avoir son aval, c’est Marc Rubio et il est complètement dans les choux, loin derrière Trump et Cruz. A priori le parti républicain va devoir investir en juillet prochain l’une de ses deux bêtes noires. Un peu surréaliste.

  23. J’ai pas trouvé l’endroit adéquat où poster ce lien, alors je le mets ici.
    Un petit billet de Sofia Aram!
    « Il est toujours mieux de ne rien vendre que de vendre son honneur »

  24. Oui, tout à fait d’accord sur la beauté de cette phrase.
    Pour en revenir à Trump et tout ça et tout ça …
    Que ce soit aux USA ou ici, il me semble que les gens en ont tellement marre de tous ceux qui les gouvernent (et qui se foutent d’eux !) qu’ils sont prêts à voter pour n’importe qui, du moment qu’il sort des clous.
    Coluche est sans doute mort trop tôt parce qu’ en 2017, si ça se trouve, il serait sorti vainqueur des élections présidentielles en France.

  25. Je pense qu’une partie des gens, dégoûtés comme tu le dis, votent ainsi, de manière plutôt consciente des risques, juste pour se dire que finalement « autant faire péter le système ».

  26. 30 000 personnes sont tuées chaque années aux Etats-Unis par des armes à feu ! Et vive la légalisation des armes que certains aimeraient voir ici en France ! :blush:

  27. Dès que j’ai vu la première femme de la vidéo qui est très fan de Donald, je me suis méfié en me disant qu’on me trompait …
    … car comme chacun le sait « elle est fan, ça trump énormément ! » :smile:

  28. Un oiseau s’était perché vendredi sur le pupitre de Bernie Sanders. De là à ce que ses supporters y voient un signe pour la triple victoire du lendemain, il n’y avait qu’un pas …

    Etonnant tout de même !

  29. Les ornithologues sont partagés : pour certains ce serait une femelle de Roselin familier, pour d’autres, le saint-esprit.

  30. « On peut remplir un livre avec ce que Donald Trump ignore, et ce livre s’appelle l’encyclopédie » (John Oliver, humoriste)

  31. Lu dans leMonde.fr ce matin :

    « Le Wyoming étant le premier Etat américain producteur de charbon, Ted Cruz a pour sa part dénoncé les « attaques » démocrates contre les combustibles fossiles, affirmant que le président Barack Obama avait tenté de ruiner le secteur du charbon en faisant adopter de nouvelles normes antipollution. « L’Amérique est l’Arabie saoudite du charbon et nous allons développer notre secteur », a dit Ted Cruz. »

  32. Je crois qu’il faut laisser parler les urnes, la violence dans ces cas-là n’est pas la bonne solution et, finalement, ça ne fait que servir Trump.

  33. Oui, je pense aussi comme toi, mais je crois qu’il y a aussi de la violence qui découle d’une colère épidermique.
    Ce type a dit trop de choses terribles, a trop insulté les femmes, les mexicains, les arabes, a trop véhiculé les pire préjugés racistes et sexistes. Il n’est pas le seul, tu me diras… mais quand même, il a la palme!!

  34. Actuellement, ici comme en Amérique, les discours clivant font plus recette que les discours rassembleurs. Le rejet de l’autre s’installe un peu partout, c’est pourquoi le monde est bien mal barré (malgré des tonnes d’initiatives positives qui tirent en sens inverse).
    Trump a insulté les femmes certes, mais une bonne partie des femmes républicaines (au sens américain du terme) vont quand même voter pour cet uluberlu. C’est un peu à désespérer de la nature humaine.

  35. Ce que l’article ne dit pas (car souvent les journalistes ne font que survoler les choses) c’est qu’Annie Genevard est par ailleurs porte-parole de François Filon, ça en dit long sur les prochaines surenchères à droite lors des primaires.
    Mais je vous rassure tous, Annie Genevard n’est pas ce qu’on a de mieux en Franche-Comté (elle est députée du Doubs).

  36. Il y a des années, j’étais toute jeune (c’est dire si ça date :cwy: ) j’avais vu un reportage au JT belge sur les campagnes électorales aux Etats Unis. A l’époque, les américains se plaignaient déjà du niveau « poubelle » des campagnes électorales. Il semble que ça n’ait pas changé. Mais si on regarde la campagne qui se prépare ici… on ne peut pas vraiment dire que le niveau vole plus haut. C’est peut-être même pire encore.

  37. Coluche disait que deux sujets préoccupaient tout le monde : le fric et le cul.
    Il ajoutait que tout le monde ne disposait pas de fric, et que donc le second sujet était seul accessible à tous.
    Il semble qu’il avait raison : le fric ne suffit pas à élire un président.
    Zont pas de cul les Américains. :smile:

  38. Jour historique : pour la première fois les Etats-Unis n’ont pas voté pour l’embargo vis à vis de Cuba. Et la représentante des Etats-Unis a même déclaré aujourd’hui à l’ONU : « Au lieu d’isoler Cuba (…), notre politique a isolé les Etats-Unis, y compris ici à l’ONU ».
    54 ans pour s’en apercevoir !!!

  39. Pour revenir à mon commentaire ci-dessus, le terme « embargo », dans le cas de Cuba, est utilisé par les Etats-Unis et leurs alliés. Mais en fait, c’est le plus long blocage de toute l’histoire moderne (depuis 1962) et comme le blocage est à la fois économique, commercial et financier il est préférable, comme le soulignent bon nombre de personnes « non alignées sur les USA » d’utiliser le terme de « blocus », qui correspond plus à la réalité.

  40. ça y est, le premier bureau de vote a ouvert outre-atlantique.
    Pour le pire peut-être, mais pas pour le meilleur vu la teneur de la campagne électorale … :angry:

  41. Et en plus le résultat n’est pas serré du tout (à l’heure qu’il est : 290 grands électeurs pour Trump, 218 pour Clinton).
    Que faut-il déduire de tout ça ?
    Pour moi, la seule chose qui est sûre, c’est qu’à travers le monde entier il y a une défiance croissante vis à vis des élites.
    Même si on est contre Trump (enfin pas tout le monde, 53% des lecteurs du Figaro approuvent ce matin son élection), force est d’admettre que ce résultat américain est la victoire des dizaines de millions de pauvres que les précédentes politiques – républicaines ou démocrates – ont laissé sur le bas-côté de la route. Au bout du compte, ce ne sera pas une victoire pour eux, bien évidemment. Il faut en arriver à un niveau de politique très très bas pour que 50 millions de personnes qui sont dans la précarité en arrivent à voter massivement pour un milliardaire !

  42. Je voudrais dire quelques mots de plus sur le côté « défiance » qui s’installe partout.
    En France la défiance s’est installée avec le vote sur la constitution européenne. Rappelons-nous : en 2005, tous les partis, de droite comme de gauche, avaient appelé à voter oui et les gens ont quand même voté non. C’est la première fois qu’une défiance s’exprimait vis à vis non pas de l’un ou l’autre parti dominant mais des deux. En 2008, les deux partis dominants n’ont pas tenu compte des résultats du référendum et ont signé le traité de Lisbonne qui reprend dans son intégralité les termes de la constitution européenne, faisant ainsi un bras d’honneur au peuple. Et certains en sont aujourd’hui à s’étonner de cette défiance quasi-généralisée …

  43. finalement non, c’est pas une défaite, c’est malheureusement une pâtée.

    Je suis avec beaucoup d’attention depuis la fin de la nuit le site du New York Times et les résultats s’approchent de 305/230, soit une différence de 75 grands électeurs. Pour de l’inattendu c’est de l’inattendu car si on pouvait quand même supposer une victoire de Trump (vu la teneur de la campagne les derniers temps) on aurait imaginer que cela aurait été au coude à coude.

    Victoire des laissés pour compte.
    Victoire du monde rural profond.
    Victoire de la majorité silencieuse.
    Victoire d’un homme (relativement) seul

    Défaite des élites.
    Défaite des progressistes.
    Défaite des instituts de sondage et des médias.
    Défaite des partis et du système.

    Qu’adviendra-t-il de tout ça ?
    Bien malin qui peut le dire !

  44. Pour relativiser le terme de « pâtée » que j’ai écrit ci-dessus : au final, Hilary Clinton aura plus de voix que Donald Trump. Mais elle aura moins de grands électeurs.
    Le système électoral américain est très complexe et, comme ici en France (exemple des législatives), le milieu rural est un peu surreprésenté, ce qui fausse les résultats. Par ailleurs, le fait que chaque Etat (sauf le Maine) donne l’ensemble des sièges au gagnant fausse encore un peu plus les résultats.

  45. c’est de mauvaise augure pour 2017!! Les Français ont une fâcheuse tendance à copier toutes les conneries des USA… Alors, gare!!

  46. Petit complément pour expliquer ce que j’ai dit ci-dessus sur la sur-représentativité du milieu rural. L’Etat de New-York, très urbanisé, a, malgré sa petite taille, 30 fois plus d’électeurs que l’Alaska (qui rappelons-le est un état à part entière des USA bien que très décentré). Mais il n’a que 10 fois plus de grands électeurs.

  47. Un article du Monde qui donne des précisions sur la manière dont s’est effectué le vote :
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/11/09/6-idees-recues-sur-la-victoire-de-donald-trump-a-la-presidentielle-americaine_5028302_4355770.html

    Très très bon dialogue aujourd’hui (malgré la qualité du son assez médiocre) entre Noël Mamère et Jean-Luc Mélenchon. On y parle longuement des élections américaines avec de très bonnes analyses de la situation :
    http://melenchon.fr/2016/11/09/regards-croises-noel-mamere-jean-luc-melenchon/

  48. Un autre article qui apporte un éclairage sur l’apparente scission entre deux Amériques… voire entre deux Europe-s, car désormais les primaires et les élections ne concernent plus les USA. :dizzy:
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/11/09/wikileaks-acclame-par-les-pro-trump-hue-par-les-pro-clinton_5028453_4408996.html

    On aperçoit une jolie fondrière pour les partis traditionnels dans l’épisode américain de cette nouvelle série en sa première saison : en raison de compromissions régulières, de trahisons évidentes, de faillite idéologique (etc.) des failles apparaissent dans nos représentations et même dans celles des animaux politiques : la preuve, Hollande comme Sarkozy croient en un deuxième mandat. Ha ! :w00t:

    Pis moi je ne crois toujours qu’en la vie sauvage. :tongue:
    Regardez juste ce petit chef d’œuvre de film qu’est « Les bêtes du sud sauvage », c’est américain et c’est vraiment, vraiment une magistrale leçon de cinéma, et c’est plus fort que Trump parce que ça restera.

    Berlusconi, Sarkozy, Trump… même parcours général : fric = élite = médias = peuple.
    Trump est probablement une ordure, mais… finalement, n’est-il pas en phase d’intégration au sérail, parmi ses pairs, juste pas assez décrotté ?
    Vous verrez, encore deux pas ou deux secondes et ils seront tous copains, le temps d’une larme, une jolie blonde, brune ou rousse au bras.

    Non Bernard on ne parle pas de bière, ça c’est pour les pauvres. :whistle:
    Pour moi, ce sera plutôt une larme de gentiane, reine des digestifs, merveille du Jura, peu connue des Ricains. :smile:

  49. Pour moi , si les instituts de sondage et les médias se sont plantés , c’est que beaucoup d’électeurs US ont planqué leurs intentions de voter Trump . On a aussi connu ça en France avec le FN .

  50. mais aussi parce que une partie des sondages n’a pas été faite Etat par Etat mais sur l’ensemble de la population, et pas forcément dans l’Amérique profonde. Or, sur l’ensemble de la population, Hilary Clinton l’emporte en nombre de voix. Il semblerait même qu’elle ait 136 000 voix environ de plus que Trump (à confirmer).
    Peut-être aussi que les événements des derniers jours (le fait que le FBI décide de ne pas poursuivre Hilary Clinton) a exaspéré certains. Car si en France on a l’habitude des politiques qui mentent (suivez mon regard), le fait de « mentir sous serment » aux Etats-Unis est un péché capital !

  51. A noter que Trump sera un président bien plus puissant que ne l’a été Obama car celui-ci a eu contre lui le Congrès (sauf pendant les deux premières années de sa mandature je crois) et n’a donc pas eu les mains libres.
    Hier, en même temps que l’élection du président se jouait le renouvellement du Congrès et celui-ci est à une large majorité contrôlé par les Républicains qui ont remporté à la fois la Chambre des Représentants et le Sénat. Cela dit, une partie des Républicains n’est pas pro-Trump et ne va pas lui faciliter la vie.

  52. Sur le vote caché, c’est une explication possible mais je crois aussi que l’échantillonnage des instituts de sondage est à revoir : qui est vraiment allé voter ?
    Il y a fort à parier que les représentations des instituts de sondages, des journalistes, sont proches de celles des politiques. Tous se sont plantés, sauf Trump qui a balayé les communicants, juste établi une stratégie avec des méthodes de hussard, dont on a vu aussi bien la vulgarité que l’efficacité.

    Je suis frappé par l’écart qui apparaît entre le discours de rupture porté, d’après ce que j’ai lu, au long de la campagne, et par son premier speech suite aux résultats : il y fait preuve d’élégance vis-à-vis d’Hillary Clinton, ne parle pas de lui faire un procès, et affiche son souci de présider tous les Américains.
    C’est en fait une nouvelle rupture, et sans doute pas la première surprise d’une longue liste à venir.
    Une inquiétude toutefois : si cet homme n’est pas sain d’esprit, ça ne va pas être drôle de le voir se trouver de nouveaux camarades de jeu sur la scène internationale.

  53. Sur la scène internationale, il peut se passer de bonnes choses comme les pires.
    Parmi les bonnes pour nous, il y a sans doute l’arrêt du Tafta car Trump n’est pas un grand partisan du libre-échange, il se recentrera sur l’économie intérieure. Et comme le libre-échange est un pur produit du capitalisme et qu’il détruit la planète entière, ça peut être mieux de ce côté-là. Cela dit, comme Trump parle de rouvrir les mines de charbon, question environnement ça va être dur …
    Du côté international, Trump a bien compris qu’il ne pouvait pas se battre à la fois contre la Russie et la Chine. Un rapprochement avec Poutine semble assez logique pour Trump mais avec quelles conséquences pour nous autres européens coincés entre les deux ?
    Par ailleurs, Trump n’est pas favorable à ce que les USA jouent le rôle de gendarme du monde et il est fort à parier qu’il se retirera de certaines zones géographiques conflictuelles. Dan me disait tout à l’heure autour d’un café que le fait de retirer les missiles anti-missiles qui sont en Corée risquait de favoriser les Chinois. Alors si c’est pour passer d’une suprématie à une autre, ou d’un risque à un autre … ! :angry:

  54. Comme Christophe, je pense que les instituts de sondages doivent revoir leur échantillonnage. Les sondés n’ont pas forcément caché leur intention de vote (même si cela peut être vrai pour une partie d’entre eux) mais on n’a peut-être négligé certaines catégories de votants.
    Et comme Christophe, je pense qu’il ne faut absolument pas tenir compte de ce que les candidats disent pendant la campagne (Euh ! C’est ce que Christophe dit ?) mais voir ce qu’ils font une fois élu. Les promesses et autres discours de campagne ne reflètent pas les convictions intimes des candidats mais ce qu’ils pensent devoir dire pour gagner des électeurs.
    Et c’est bien sûr la même chose en France.

  55. drôle d’élection où le choix était de voter entre le désastre néolibéral et le fascsime

  56. Hou que non, pas un facho, un admirable stratège, un animateur de télé-reality qui sait que quand on flatte les gens par ce qu’il y a de plus vil en eux, en les tirant vers le bas, ça marche toujours …
    Ces petites saillies verbales c’est tout sauf du dérapage. Tout est calculé, millimétré … pas du tout impulsif comme tout le monde le dit.

  57. Dans la plupart des journaux on essaie de faire rire de Trump, de se moquer de lui et il me semble que c’est contre-productif (c’est plus simple pour les journalistes de faire ainsi plutôt que de s’en prendre au fond de ses idées).
    Il me semble que ce dernier article du Monde fait plus rire sur Obama que sur Trump lui-même.

  58. Clinton a donc plus de voix que Trump mais perd à cause notamment (mais pas que) des grands électeurs. Le système électoral américain est donc relativement injuste. Il ne faut pas oublier que c’est pour protéger les élites des excès de la populace que Georges Washington et ses amis (fin du 18ème siècle) ont créé dans la constitution ces fameux grands électeurs. Finalement, la populace a gagné cette fois-ci grâce à ce système prétendant les écarter. Retour de bâton.
    A noter que c’est à cause de ce système injuste des grands électeurs qu’on dit souvent que les Etats-Unis sont une république mais pas une démocratie.

  59. C’est vrai qu’il y aurait du avoir du changement depuis le 18eme siecle, mais avec leur sacro-sainte constitution ….Je ne pense pas Trump fou, outrancier surement mais aussi très pragmatique, commercial avant tout, quand il verra que mettre 40% de taxe à la Chine desservira ses propres intérêts et ceux de nombreux entrepreneurs républicains, il changera d’avis. Ne pas oublier que les Usa ont bcp de dettes envers la Chine qui elle accumule l’or et pourrait demander le remboursement en or et pas en dollars. Retirer les missiles anti-missile je n’y crois pas, la chine est en ligne directe par voie de mer avec les usa. Je crois surtout qu’il va faire payer très cher ses services pour continuer à jouer les gendarmes. Et ne pas oublier qu’il ne gouvernera pas seul. Pas de 49.3 aux usa. Mais les minorités et les pauvres vont souffrir.Par contre une bonne chose pour le tafta.

  60. C’est bien ce que je voulais dire Etincelle !
    Et comme l’a dit Bernard, tout est calculé : sans me moquer des Américains (car la même situation nous pend au nez), caresser le gros con bouseux bien de chez lui dans le sens du poil, à coup de gros mots, de propos déplacés à l’encontre des élites, de relents racistes et de propos outranciers, ça a marché.

    Alors je crains bien que la campagne qui démarre en France ne s’annonce croquignolette car bien des candidats vont s’inspirer, s’inspirent déjà, de la stratégie Trump !

  61. Ce qu’on oublie souvent de dire, c’est que Trump n’a pas gagné seulement contre une candidate démocrate, il a gagné aussi contre le camp des républicains. Ce n’est donc pas un ignare politique comme on aime à le dire ici dans nos respectables journaux mais une vraie bête politique. Si si je pèse mes mots (et on pèse nos maux)…
    Même si évidemment je n’approuve pas la ligne politique.

  62. Et quelle sale manie (pas seulement américaine) de toujours vouloir détruire ce que les prédécesseurs ont fait. Pourraient pas tout simplement améliorer , si nécessaire, et avancer sur d’autres choses. Quelle perte de temps et d’énergie. Je vais me faire huer mais ça me semble plus une réaction de mec.

  63. Oh non, ils ne détruisent pas forcément ce que les prédécesseurs ont fait, en général ce n’est pas simple de le faire. C’est souvent des effets d’annonce, des coups de menton. Même chez nous. Sarko n’a pas pu casser les 35 heures alors qu’il le voulait, c’est juste une posture idéologique. Petit aparté, hors contexte américain, sur les 35 h : la mesure est plus populaire qu’on ne le pense, y compris chez les employeurs (j’ai d’ailleurs été employeur et les 35 heures ont été un + dans ma structure). Les rares personnes que je connais qui sont contre les 35 heures ne travaillent pas (ou peu) et ignorent ce qu’est le monde du travail. Les 35 heures ont été mises en place avec du temps, il a fallu huiler les rouages et personne n’a envie qu’on redétricote ce qui a été fait avec beaucoup de négociation gagnant-gagnant (sauf dans certains secteurs, comme le secteur hospitalier, où la chose aurait dû être mieux réfléchie et où cela s’est fait dans la douleur). Je ne suis pas certain que Trump s’attaque au système de santé qui a été mis en place par Obama, même si ce système fonctionne mal (la faute au congrès disent certains). Je dirais même plus : les gens qui arrivent au pouvoir sont souvent contents que d’autres aient fait le boulot avant eux et s’ils retouchent à ce qui a été fait avant, ça reste de la mesurette, de l’ordre du symbolique.
    Enfin, c’est ce que je constate.

  64. Dans le sondage du jour du Figaro, 44% des lecteurs disent que ce résultat de l’élection américaine aura des conséquences sur leur propre vote à la présidentielle de l’an prochain. Etonnant, non ? Je n’arrive pas à comprendre.

  65. Assez d’accord avec Cath sur le processus de destruction après changement politique ou sur le changement dans tout autre domaine : on ne prend plus le temps de l’analyse, de l’évaluation, du tri entre le bon et le moins bon.
    Terrible ! Nous ne sommes même plus capable d’identifier ce qui marche, de le maintenir ou le condamner.
    Travail d’amateur : un bricoleur à peine dégrossi ferait mieux.

    C’est une situation épistémologique simple : lorsqu’une connaissance nouvelle existe, il faut l’apporter au puits de la science… mais aussi prendre soin d’en retirer les connaissances rendues obsolètes et d’en tirer d’utiles pistes de réflexion.
    Le premier mouvement est naturel, mais le second est plus rare car il demande un temps que le rythme de nos civilisations n’accepte plus guère.
    Je vais au bout de ma logique : de quelle civilisation pouvons-nous nous enorgueillir ?
    Celle qui change ? Celle qui reste stable ?
    Les apparences pourraient s’avérer Trumpeuses, et si seulement c’était positif !

  66. Cet article qui décortique les choses :
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/11/10/urbain-rural-blanc-minorite-jeune-vieux-les-lignes-de-fracture-du-vote-americain_5029065_4355770.html
    Les graphiques montrent clairement que ce ne sont pas les laissés pour comptes qui ont voté Trump (contrairement à ce qu’on a pu dire) car la majorité de ceux qui gagnent moins de 50 000 dollars par an a voté Clinton. Mais il est dit aussi que les non-diplômés ou peu diplômés ont voté Trump. ça ne colle pas, ceux qui gagnent peu sont évidemment les moins diplomés, ce sont les mêmes.

  67. Pas trop d’accord avec le fait que les moins diplômés gagnent peu . Tout dépend du métier exercé . Nos politiques veulent détricoter les 35 h pour faire travailler + ceux et celles qui travaillent déjà … Par contre ,Trump lui , promet du travail à ceux et celles qui n’en ont pas ! Revenir sans cesse sur la loi 35h montre la faiblesse de nos politiques face au chômage .

  68. Merci d’avoir rectifié, je n’ai sans doute pas été assez précis. Je parlais des Etats-Unis où Bill Clinton a organisé l’arrivée de main d’oeuvre d’Amérique latine et a paupérisé les travailleurs manuels de son pays. Je ne fais pas de parallèle avec ce qu’il se passe ici. :wink:

  69. Les analystes français nous emm…. avec leur articles du genre « qui sont les nouveaux électeurs de Trump ? » en essayant de trouver une explication. L’explication est pourtant assez simple : ce sont les mêmes électeurs qu’en 2012 pour Romney (qui avait perdu face à Obama). Le nombre de voix des républicains est identique (voire même à peine inférieur). Par contre, 5 millions de voix en moins qu’en 2012 pour les démocrates ça suffit comme explication.

  70. Je suis estomaqué par la manière dont la presse française fonctionne.

    Pour le Brexit anglais on nous a expliqué que les vieux, les péquenauds et les sous-diplômés avaient voté pour la sortie de l’Angleterre alors que les jeunes, les citadins et la classe supérieure avait voté pour rester dans l’Europe. C’est Libé je crois qui avait sorti cette analyse irrespectueuse … pour ne pas dire ignoble. Quelques jours plus tard, on avait appris dans les journaux anglais qu’effectivement les jeunes qui avaient voté s’étaient exprimé pour le maintien dans l’Europe mais que très peu d’entre eux étaient allés voter. En clair : les jeunes s’en foutaient. Mais ici en France on est resté avec l’idée de cette frontière entre vieux et jeunes anglais instaurée artificiellement par Libé & Co (à force par vouloir simplifier à l’extrême, on en finit par déformer complètement la réalité, alors qu’en fait tout est complexe et nuancé et mérite une analyse très fine).

    On dira dans quelques jours dans les journaux américains, comme on commence à le dire d’ailleurs, que les jeunes américains ne sont pas allés beaucoup voter et que leur participation est de quelques millions inférieure à celle de 2012 (c’est quand même pas rien) mais de ce côté-ci de l’Atlantique on sera passé à autre chose dans l’actualité et on en restera tous à l’idée que les vieux ont voté Trump et les jeunes Clinton. Le Monde, Libé, et d’autres jouent un drôle de jeu en stigmatisant certaines parties de la population (et en montrant du doigt dans cette élection américaine les vieux, les Blancs, les ruraux, les Protestants …. C’est contre-productif et ici, avec le FN, cette stigmatisation des électeurs du FN qui seraient eux aussi affublés de mêmes tares (les péquenauds des campagnes) fait des ravages et contribue au contraire, par réaction, à renforcer le vote extrémiste. On en reparlera …

  71. Ce qui m’étonne toujours c’est que le vote étant secret comment peuvent-ils avoir? Si c’est simplement avec un échantillon genre 1000 personnes entre 18 et 75 ans ce n’est absolument pas représentatif. Et rien ne dit que les personnes interrogées disent la vérité.

  72. Tonton Fifi, ton commentaire était bien dans les spams. Comme je l’ai approuvé, je pense que tes prochains commentaires apparaîtront d’emblée sur le blog … je reste vigilant quand même.

  73. – Dis tonton, t’a-t-on dit ce qu’on fit cet été ?

    – Non Titi, t’as pas dit, tu vas me raconter.

    – On a beaucoup trotté, on a été partout.

    – Bien Titi, en été il faut tâter à tout.

    – Oh, on a tout tâté, tonton, tout cet été
    Mais on t’a tu tonton tout ce qu’on a tâté.

    -Pourquoi m’avoir tout tu ? Dites sans hésiter
    Tout à votre tonton. Qu’avez-vous donc tâté ?

    – On te dit tout tonton ce qu’on fit à tâtons ?
    …. A tâtons on tâta de tata les tétons.

    – Titi, tu peux tâter comm’ ton tonton tâta
    Mais c’est laid de tâter les tétons de tata.

    – Mais tonton, on a tâté dans l’obscurité,
    Oui, tant et tant tâté que c’est sans s’en douter
    Que tata on tâta. Faut pas le regretter,
    Les tétons de tata se sont laissés tenter.

    (Pierre Louki, extrait de « Âneries »)

  74. Analyse qui montre un risque certain et signifie bien ce que représente aujourd’hui l’Amérique : une puissance en régression qui après une ingérence systématique abandonnerait petit-à-petit des terrains minés. Pourquoi pas. Pourvu que d’autres ne prennent pas la relève… mais c’est mal parti.
    Les Etats-Unis d’Amérique ne sont-ils pas aussi responsable (au moins partiellement) de la plupart des conflits existants à ce jour ? de l’anéantissement des alternatives économiques ? Quid de l’Arabie Saoudite ?
    Effectivement, nous n’avons pas fini de payer les conséquences des va t-en guerre si les USA retournent chasser sur leurs terres (et encore faut-il y regarder à deux fois), mais n’est-ce pas une bonne chose si les états souverains (ouaf ouaf) retrouvent un peu de leur libre-arbitre ?
    De quoi relativiser, et défiler de nouveau derrière nos petits drapeaux.
    Ok, ce n’est pas un agneau qui se pointe, et je ne suis pas optimiste, mais c’est un système complet qui est à revoir, celui qui est basé sur le profit et l’argent, et les prédécesseurs de Trump n’ont pas grand chose à lui envier non ?
    Rappelons tout de même (et Trump n’y changera sûrement rien) que les personnes responsables du crash financier de 2008, rendues millionnaires, collaborent avec Obama qui a poursuivi les mêmes objectifs que ses prédécesseurs… et avec l’Europe, toujours au profit d’une oligarchie.
    Pas grand chose de neuf je trouve, si ce n’est pour les pauvres gens qui vont continuer à en baver toujours plus.

  75. Je pense que les manifs anti-Trump qui ont actuellement cours aux Etats-Unis sont un déni de démocratie.
    On ne peut pas se dire démocrate et ne pas accepter le résultat des urnes.
    Jamais de la vie je n’aurais voté Trump. Il y a des tas de moyens de lutter contre sa politique et de résister mais en aucun cas ça ne peut être en défilant avec des banderoles « not my président » … surtout quant on n’est pas allé voter !

  76. Dans le genre « si ma tante en avait … » c’est le genre d’article qui me fait chier !
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/11/25/election-americaine-clinton-aurait-gagne-si-les-grands-electeurs-etaient-attribues-a-la-proportionnelle_5038211_4355770.html
    Quand Georges Washington a fait valider la première constitution américaine le 4 mars 1789, le fait d’avoir instauré des grands électeurs était dû à sa volonté de tempérer les ardeurs du peuple qui aurait pu voter pour un candidat ne venant pas de l’etablishment. Effectivement ce n’est pas du tout démocratique. Mais il n’empêche que les démocrates et les républicains ont toujours été pour ce système qui les a favorisés, aussi bien les uns que les autres car ce sont toujours des présidents venant du système qui ont été élus, venant d’un camp ou de l’autre. Ce n’est pas la cas cette fois-ci. Certes. Mais que ces gens acceptent au moins les règles qui ont prévalu pendant plus de deux cent ans. La modification de la constitution américaine est à faire. Oui, certainement. Mais que cela ne se fasse pas juste à la lueur de cette élection.

  77. A noter que dans le dernier numéro du Monde Diplomatique (que j’achète de temps en temps), il y a de très bonnes analyses sur l’élection présidentielle américaine.

  78. Ah les belles âmes qui disent pis que pendre sur les choix de Trump !
    Ils ont raison certes mais n’est-ce pas de leur faute ? Avoir réagi sans arrêt sur les saillies verbales de Trump (sur le sexe, les femmes …) alors que la seule chose à faire aurait été de regarder dans le détail son programme et de le dénoncer avant l’élection. Tout le monde s’est laissé prendre au jeu de propos qui étaient calculés, millimétrés … Ne restent que les yeux pour pleurer ! :angry:

  79. Plusieurs journaux français titrent ce matin sur le fait que Trump n’a plus que 38% d’opinions favorables. Mais bon, je connais plusieurs présidents français qui auraient bien aimé avoir un tel score … ! :whistle:

  80. La phrase d’un sénateur américain (Bob Corker) après une saillie verbale de plus de la part de Donald Trump : « dommage que la Maison Blanche soit devenue une halte-garderie pour adulte … quelqu’un a manifestement manqué son tour de garde ce matin ». Je n’aime pas trop les petites phrases assassines et anecdotiques qui font ensuite un tabac sur les réseaux sociaux, mais je trouve cela malgré tout très drôle non ? :smile:

  81. A propos de Trump et Kim Jong-Un : « Ces deux têtes de mules, on les verrait bien sans Corée, non ? »

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: