Le sphinx du troène

Je me demandais de quoi j’allais parler dans mon prochain article et j’hésitais entre un article sur Grateful Dead (promis à Frusquin il y a quelques semaines) et un article sur Léo Ferré dont on vient de fêter le 100ème anniversaire de la naissance. Mais je ne savais pas par quel bout commencer l’un et l’autre de ces articles (je suis parfois atteint du « syndrome de la page blanche »).

Et voilà-t-y pas que quelqu’un a mis sur le blog de Yves il y a quelques jours un commentaire parlant du sphinx du troène. Et je me suis dit que je devais avoir dans un coin de mon ordi quelques images oubliées de ce magnifique papillon nocturne et que, en attendant d’être en mesure d’écrire un article sur les musiciens susnommés, j’avais au moins un petit sujet que je pouvais traiter facilement et sans trop de préparation (ben oui, avec l’âge, on devient un peu fainéant … !).

imgp3222Avec un nom pareil, on pourrait s’attendre à ce que la chenille de ce papillon (dont je parlerai un jour) vive avant tout sur le troène.

imgp2598Certes elle vit sur cet arbuste, mais elle se développe aussi sur bien d’autres plantes-hôtes dont le lilas, le frêne, le forsythia, le sureau, certaines spirées, viornes …

L’adulte est un très gros insecte et atteint 12 cm d’envergure, ce qui en fait l’un des plus gros papillons d’Europe.

imgp3219Il est d’une discrétion énorme et, malgré sa grande taille, bon nombre de personnes ne le connaissent pas.

imgp3221Son habitat préféré est la lisière de forêt, de préférence modérément humide et les bords de chemins.

imgp3581Ce papillon s’est nettement raréfié au cours des dernières décennies, ce qui paraît assez surprenant car ses plantes-hôtes ne sont pas en régression et les milieux dans lesquels il vit restent plutôt communs.

imgp3579C’est un insecte qui, une fois attiré par la lumière, peut se laisser manipuler assez facilement.

imgp3575 imgp3213 imgp3552Je me souviens même d’un coup de flash un peu violent dans les yeux alors que je tenais l’appareil photo à bout de bras (j’étais un adepte des selfies bien avant l’heure !).

imgp3227Ce soir, en écrivant l’article, je me suis dit que ça serait bien quand même d’avoir une photo du papillon en vol en train de butiner. Et je suis sorti car le sphinx du troène vient tous les soirs butiner les plantes décoratives sur le devant de la porte. Le sphinx est arrivé 15 secondes plus tard (elle est pas belle la vie ?).

imgp6999 imgp7001Oui, je sais, les deux photos (surtout la dernière) ne sont pas très nettes mais je tenais à montrer la longueur de la trompe aspirant le nectar des fleurs. Mon excuse : la localisation de l’insecte et la mise au point ne sont pas faciles à faire la nuit. Cela dit, peut-être qu’avec une bière de moins ça l’aurait fait quand même !!!!!!!!!

Sur le site insectes.net, la référence en la matière, l’auteur de l’article sur le sphinx du troène dit au contraire : la trompe de ce sphinx est très courte, et j’avoue ne pas être certain qu’il puisse véritablement s’alimenter, sauf à « suçoter » je ne sais quoi. Finalement, je crois que c’est lui qui devrait arrêter la bière !

imgp3220

12 réflexions au sujet de “Le sphinx du troène”

  1. Superbe ce sphinx.
    Chez moi, un soir, un énorme papillon gris avait élu domicile. après recherche sur internet, j’en ai déduis que c’était un sphinx des pins. Et les soirs suivants, il y en avait au moins deux qui venaient butiner mes belles de nuit (jaunes). Je n’en avais jamais vu jusque là. Hélas, je n’ai pas d’appareil photos capable de faire d’aussi jolies photos.

  2. Pour le sphinx du liseron, ça ne change pas grand’ chose à mon article, faut juste que je précise à la fin que c’est effectivement à moi d’arrêter la bière ! :whistle: :wink:

  3. Non non tranquillise-toi, quand j’ai bu des bières j’ai l’habitude des promesses que je ne tiens pas. Je pourrais d’ailleurs, à ce point de vue, faire un très bon homme politique ! :wink:

  4. D’ailleurs je viens de déguster la Gangloff, une bière bisontine (Je traduis pour les ignares : « de Besançon ») qu’on m’a offerte tout à l’heure et qui avait disparu depuis tout juste 50 ans. C’était d’ailleurs la dernière bière franc-comtoise d’après-guerre (celle de 45, je parle pas de 68) avant que ne réapparaisse, plusieurs décennies plus tard, les bières artisanales (sans doute au nombre d’une cinquantaine actuellement en Franche-Comté).

  5. Hou la la, ça carbure chez les Belges ! Même après quatre bières, je l’aurais pas trouvé celle-là … Allez, j’en ouvre une, pour voir si avec cinq … :wink:

  6. Aucun rapport évidemment avec les bisons (encore que, après trois et quatre bières il devrait être possible d’en trouver un !) mais merci de m’avoir remémoré le film que j’avais bien aimé à l’époque. :smile:

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: