Didier Lockwood

La disparition de Didier Lockwood est un choc dans le monde de la musique, et pas seulement dans le monde du jazz.

En cherchant quelques vidéos pour cet article, je suis d’abord tombé sur ce document étonnant enregistré en 2014 à la terrasse d’un café en marge du festival Jazz des Puces. La vidéo commence tout doucement, ça ne démarre véritablement qu’au bout d’une bonne minute, j’adore !

Dans Bach, ça décoiffe !

Continuons dans d’autres genres complètement différents :

En compagnie de Stephane Grappelli (qu’on n’a pas l’habitude d’entendre au piano) …

… et de Marcel Azzola dans « la javanaise » de Gainsbourg :

Et pour finir un pot-pourri de documents d’archives de l’INA :

Ce contenu a été publié dans Musique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Didier Lockwood

  1. mireille dit :

    Merci Bernard pour ces vidéos musicales!
    Bonne soirée à toi aussi

  2. Christophe dit :

    J’avais tilté comme toi sur cette première vidéo étonnante où l’on voit vraiment toute l’âme de Lockwood, habité par la musique et adorant la partager avec tout le monde, sans chichi. C’était un grand, et il a eu le courage de démythifier son instrument, ce qui est peu banal.

  3. Nora dit :

    Tout comme Sonia M, je ne pense pas avoir une grande culture musicale, voire une grande culture tout court car je crois quelle puise sa source dans lenfance, ça fait partie de léducation que je nai pas eue.mais il nest jamais trop tard, le tout étant dêtre curieux et pas paresseux comme je sais lêtre parfois La musique mest vitale et bien des morceaux de musique classique ou dopéra mont fait pleurer ou sont allés chercher lémotion au plus profond de moi. La musique est un langage universel, nul besoin de parler la même langue quand on vibre ensemble pour la même musique, elle nous réunit un temps En décalé, après une belle journée ensoleillée où je me suis fais du bien, je bois un verre de vin rouge (un grand Sabine !), le jour décline, la musique est douce et me pénètre

  4. Bernard dit :

    Concert extraordinaire samedi soir au Thev à Vesoul : Loïc Lantoine, accompagné de 18 musiciens de jazz. J’ai adoré ! :wub:

  5. Yves dit :

    Ah , j’ai beaucoup aimé aussi … Je crois que pour vraiment apprécier Loïc Lantoine , il faut le voir sur scène . Il se dégage de ces soirées un grand parfum de joie et d’émotion …

  6. Bernard dit :

    Oui, c’est avec cette formation-là qu’il était à Vesoul.
    Tu as raison, c’est plutôt une musique à écouter sur scène, car je pense que le nombre de musiciens est tel (il y a eu à un moment donné plus de 40 musiciens sur scène) qu’on ne peut vraiment prendre la mesure de l’ampleur de la musique que sur scène. Un big band, c’est comme un orchestre symphonique, le disque ne peut pas valoriser ce type de musique.
    Un autre exemple :

  7. Bernard dit :

    Paradoxalement, j’ai trouvé que c’était une musique déjà ancienne qui se jouait là. Il y avait des accents de Nougaro, Guidoni ou Leprest dans l’intonation de la voix, et même dans l’écriture. Au niveau musique, j’y ai entendu de belles influences du jazz des années 60 et 70, notamment venant de Charles Mingus et surtout de Carla Bley. En tous les cas, on n’a pas l’habitude d’entendre ce genre de formation aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: