A toi Yves

A toi mon pauvre ami resté seul sur le quai
Avec ce bagage de douleur trop lourd à porter

Une vie qui s’arrête
Un oiseau qui se tait
La Faucheuse qui s’entête
La vie qui se défait

Une flamme qui s’éteint
Un cordon qui se rompt
Le bonheur qui prend fin
Ô tristesse sans nom !

Le coeur qui soudain s’affole
Le regard qui se voile
Et Murielle qui s’envole
Au pays des étoiles.

Ce contenu a été publié dans Coup par coup. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à A toi Yves

  1. Yves dit :

    Merci , merci Bernard pour ces quelques vers qui me vont droit au cœur , merci à vous tous amis du blog pour vos témoignages de sympathie en ce moment si douloureux pour moi et mes filles . Elle était la joie , le sourire , la vie … Seuls les pleurs et les souvenirs vont maintenant rythmer la notre . Je sais qu’il me faudra du courage et qu’avec le temps dit-on … Mais pour l’instant , je me retrouve-là , seul , les larmes aux yeux , cherchant quelques mots à vous dire .
    Merci à tous mes chers amis .

  2. Christophe dit :

    :face:
    Une belle pensée pour Murielle.
    Puissent la musique, la poésie et ton humour revenir en toi pour tes enfants et tous ceux qui te connaissent.

  3. EtiNcelLe dit :

    Bernard a su trouver des mots avec son très beau poème.
    Moi, je n’ai pas su :sad:
    Le destin est bien cruel parfois.
    Murielle est partie dans les étoiles comme a si joliment dit Bernard, mais ta petite femme, que tu adorais, restera à jamais avec toi, bien à l’abri dans ton coeur.

  4. jacqueline dit :

    Je viens de lire qu’Yves et ses enfants ont perdu une épouse et une maman chérie.
    Et je veux m’associer aux paroles de Bernard et présenter à Yves mes pensées émues.
    Toutes mes amitiés depuis la Suisse.

  5. cath dit :

    Yves, c’est avec une profonde tristesse que j’apprends le drame qui vous touche. Nous ne nous sommes jamais rencontrés mais à travers certains échanges et lectures sur ce blog, j’avais appris à t’apprécier. Je te souhaite beaucoup de force pour continuer sur ce chemin avec tes filles.

  6. Fadette dit :

    Yves, comme Cath je ne vous connais que par ce blog et le vôtre, mais je suis triste comme si un ami dans la vie réelle avait perdu un être cher.
    Je pense à vous, tout simplement.

  7. Fifitoutcourt dit :

    Je ne suis pas très fort pour trouver les mots qu’il faut. Alors, cher Yves cette petite page (protégée par un mot de passe).

    http://www.loxiafilms.fr/personnel.html

    mot de passe : 11082018

  8. Bernard dit :

    Très beau. Mieux que des mots !

  9. Yves dit :

    Mes filles et moi vous remercions très sincèrement d’avoir pris part à notre douleur par un commentaire , un poème , une musique . Merci à toutes et à tous amis du blog à Dupdup , vos mots ont touché mon coeur et ils contribueront j’espère à soigner mes maux .
    Du fond de mon Finistère , je vous embrasse …
    Ma petite femme aimait écouter Véronique Sanson et tout particulièrement cette chanson .

  10. Yves dit :

    Après le décès de mon épouse il y deux mois , je tentais de retrouver la surface pour respirer un peu , et voilà que la maladie vient d’emporter mon papa ce week-end … Quand le sort s’acharne !! :sad:

  11. jacqueline dit :

    toutes mes condoléances Yves
    toutes mon amitié
    Jacqueline

  12. Christophe dit :

    Dure année pour toi, mes bien sincères condoléances.
    Content en tout cas de te lire de nouveau.

  13. Fifitoutcourt dit :

    Désolé … :sad:
    Si tu peux te sentir moins seul, j’ai perdu mon père en mars dernier…

  14. Bernard dit :

    C’est à partir de la mort de l’un de ses parents qu’on se sent orphelin.
    Curieusement, on n’emploie ce terme « orphelin » que pour les enfants qui ont perdu leurs parents et jamais pour les adultes qui les ont perdus plus tard. Pourtant sur le fond, c’est la même chose, avec souvent une douleur équivalente.

  15. Christophe dit :

    Bon ben c’est à mon tour de voir mon père sur le chemin du départ.
    C’est arrivé vite, il ne souffre pas, il est très bien entouré.
    J’en profite pour rebondir sur des petits échanges que nous avions eus au sujet de l’hôpital.
    Dans les 3 services côtoyés ces derniers jours, les personnels sont formidables, mon père leur a encore dit ça aujourd’hui. On voit qu’à certains moments face aux urgences, il ne faudrait pas un couac en plus, notamment le week-end.
    Mais ce qui a profondément changé, c’est la relation, l’accès aux informations. C’est sur ce plan là que je trouve les progrès très importants, étant bien incapable de juger des moyens techniques.
    A bientôt

  16. Bernard dit :

    Travailler dans la santé est un véritable sacerdoce, d’autant plus que les conditions de travail deviennent extrêmement difficiles. Le médecin qui me soigne me disait que dorénavant il ne verrait quasiment plus ses collègues car le service hospitalier d’hématologie est dispatché … en 4 lieux différents. Et en plus cette médecin (la même que celle qui me suivait la première fois il y a plus de 15 ans) est chargée à elle seule de suivre dorénavant … 1000 patients ! Mille patients qui pour beaucoup ont un cancer (leucémie ou lymphome notamment). Alors oui, ça fonctionne bien sur certains aspects comme tu le dis Christophe, mais les médecins qui n’ont plus le temps d’examiner correctement un scanner, une radio ou même une simple analyse de sang (parce qu’ils n’ont que quelques minutes pour cela), ça existe !
    Ma mère qui est à l’hôpital en ce moment a dû attendre 6 heures avant d’être prise en charge aux Urgences. ça aussi, ça existe.
    J’ai pu constater aussi, comme tu le dis, lors de l’hospitalisation de mon père juste avant son décès, la grande disponibilité des équipes médicales. Les équipes sont admirables mais le système les broie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: