La volerie des aigles (1)

Je ne suis pas un adepte des parcs zoologiques. Encore moins lorsque des spectacles sont organisés à partir des animaux. Mais je dois dire que j’ai fini par aller enfin à la Volerie des Aigles de Kintzheim (Alsace). On m’en avait tellement parlé ! Donc 51 ans après la création de la volerie, j’ai fini par faire le déplacement.

Lieu très pittoresque chargé d’histoire …

… et qui domine toute la plaine d’Alsace, avec vue sur le vignoble.

On verra dans un prochain article que, malgré mon scepticisme de départ et mes a-priori plutôt négatifs, j’en suis ressorti très enthousiaste. Mais je parlerai du spectacle plus tard un peu plus tard, d’ici une ou deux semaines.

En attendant, juste pour introduire le sujet : quelques portraits de rapaces réalisés juste avant le spectacle. Successivement :

– l’Aigle batteleur, originaire de la savane africaine où il capture des animaux de toutes sortes (mammifères, reptiles, oiseaux) et se nourrit même de charognes (forçant parfois les vautours à régurgiter leur nourriture) ;

– l’Aigle ravisseur, présent également dans les milieux secs africains (savane, déserts, semi-déserts) et dont une sous-espèce est présente en Asie du sud :

– le Pygargue à tête blanche, rapace nord-américain, gros prédateur de poissons, célèbre pour être l’emblème des Etats-Unis d’Amérique ;

– le Pygargue de Steller, le plus puissant des aigles (jusqu’à 2,45 m d’envergure), d’origine asiatique, gros prédateur de saumons (mais aussi de renards, petits phoques …) ;

– le Faucon lanier, présent dans la zone méditerranéenne, prédateur de petits oiseaux qu’il chasse avec une dextérité étonnante ;

– le Faucon gerfault, le plus grand de tous les faucons du monde (1,45 m d’envergure), est un habitant des zones froides, il est en effet présent dans les zones les plus septentrionales de l’hémisphère nord (il ressemble au faucon lanier mais c’est la dimension supérieure et en aucun cas, même en migration, ne peut se rencontrer dans les mêmes zones).

– le Vautour à dos blanc, habitant des savanes africaines (on l’appelle également Vautour africain ou Gybs africain), d’une envergure de 2,20 m ;

– le Vautour fauve, qui est de loin l’espèce de vautour la plus représentée en France, et dont j’ai déjà parlé sur ce blog ;

– le Vautour de Rüppell, oiseau africain nichant dans la savane africaine, de plus en plus observé au nord du Sahara (notamment au Maroc mais aussi en Espagne, au Portugal et même exceptionnellement en France : Verdon, Baronnies, Grands Causses) ;

– le Vautour moine, dont je parlerai bientôt sur ce blog, l’ayant observé et photographié dans de bonnes conditions dans les Baronnies, Drôme) ;

– le Vautour à tête blanche, très gros rapace (2,95 m d’envergure), espèce endémique de l’Afrique (au sud du Sahara, jusqu’en Afrique du Sud) ;

Ces rapaces, ça a quand même de la gueule, non ?

9 réflexions au sujet de “La volerie des aigles (1)”

  1. A propos des photos, je rappelle qu’en cliquant sur chacune d’entre elles, on peut les visionner en meilleure qualité.
    La dernière photo me fait penser à un personnage, encore plus que les autres images.

  2. Le vin, le Jura, d’accord, mais ces bêtes là en cage, je peux pas.
    :sad:
    pour la gueule, je veux pas qu’on me prenne en Ehpad. :wink:

  3. Un peu d’accord avec Christophe. La nature est un spectacle, OK. Mais on est quand même ici un peu dans une version contemporaine de l’exhibition animale héritée du XIXème siècle où la nature appartient à l’humain. On peut amuser les petits avec d’excellents documentaires infiniment plus instructifs que les tours de cirque appris à des animaux captifs dont le comportement n’a plus rien de naturel.
    Reste qu’on peut les voir en réel de tout près… soit…

  4. Oui, je comprends bien ce que tu dis. Mais il n’empêche que c’est par ce genre de structure que l’idée de défense et de protection des rapaces arrive jusqu’au grand public. ça ne touche pas du tout le même public que celui qui est touché par les associations naturalistes, c’est très complémentaire et ça multiplie l’impact à la puissance 10 car ça a pignon sur rue et pas seulement de manière confidentielle. C’est là l’essentiel de mon propos.

  5. Cet été, lors d’une foire en montagne (vous savez, ces foires où on vend des vaches, chevaux, moutons), il y avait évidemment quelques stands autour pour les touristes comme l’ébéniste du coin qui vendait quelques petits meubles, l’artiste qui a peint des montées aux alpages sur des écorces de bois, le marchand de barbe à papa …
    Il y avait aussi un stand qui m’a passablement écoeurée mais a eu un énorme succès, évidemment.
    Il s’agissait de rapaces et grands oiseaux : grand-duc, vautours , aigles, des espèces pas forcément toutes de chez nous.
    Il y en avait bien une vingtaine.
    Posés sur une botte de paille avec une chaîne à la patte bien sûr.
    Je ne pensais pas que ce soit possible.
    Ces oiseaux ne sont pas protégés ?

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: