Haricots d’arrière-saison

Les changements climatiques, pour terribles qu’ils soient, peuvent tout de même être mis à profit par la jardinier observateur. Ainsi, les années passées, on a pu prolonger de plusieurs semaines les récoltes de toutes sortes de légumes grâce à des automnes globalement beaux (d’autant plus que l’augmentation des vents au fil des années s’accompagne sur mon secteur de la vallée de l’Ognon d’une baisse importante des brouillards, ceux-ci étant vite dispersés par les mouvements de l’air). Mais ce qui semble être la tendance observée (par exemple des automnes de plus en plus beaux) n’est pas forcément quelque chose d’acquis. Exemple : alors que je m’étais habitué à récolter des haricots frais tout l’automne (parfois même jusqu’au début novembre), l’an passé avait failli à ce que je croyais être devenu la règle et plusieurs de mes plantations n’ont pas eu le temps de produire quoi que ce soit.

Cet été, après les premières récoltes de toutes sortes de légumes (pommes de terre, courgettes, concombres, tomates …) j’ai eu soudainement beaucoup de place au jardin. Alors j’ai semé des tonnes de haricots (jen ai semé jusqu’à la fin août) me disant que cette année je serais très vigilant. L’automne est arrivé apportant son lot de soleil mais avec des nuits tout de même plus fraîches que d’habitude (déjà trois matinées de gel).

J’avais semé tellement de haricots en août (environ 150 poquets de 9 haricots chacun) que j’ai décidé de les protéger à tout prix. Et je me suis dirigé vers un truc que je connaissais mais qui est peu utilisé ici : les voiles de croissance.

C’est très léger (17 g seulement par m2) mais c’est terriblement efficace. Et ce n’est pas cher du tout (autour de 4 € et des bananes la bande de 5 mètres de long … pour savoir le prix précis vous pouvez consulter sur internet le cours de la banane !).

Sans doute que la nuit on y gagne quelques degrés seulement (ce qui est suffisant pour protéger du gel) mais en journée, quand le soleil est là, la différence est bien plus grande, une petite atmosphère chaude règne en permanence sous le voile. Et ces voiles protègent des vents. Résultat des courses : alors que les haricots de mon frère (semés tardivement comme les miens) se sont bruquement arrêtés de produire en raison des nuits froides, les miens donnent à tire-l’haricot (ha ha !).

A noter toutefois que le fait d’enlever les voiles (pour cueillir les haricots) et de les remettre ensuite est assez chiant.


Tous les deux jours, je cueille de quoi faire trois ou quatre plats et certains semis de haricots ne vont commencer à produire que d’ici une semaine.

Ce matin, la nature était entièrement gelée au début du jour mais mes plantes protégées du voile ont continué à produire comme jamais, voir la photo (toutes les images de cet article ont été faites ce matin).

Cette technique du voile de croissance m’ouvre énormément de perspectives. Et vous, vous l’utilisez ?

29 réflexions au sujet de “Haricots d’arrière-saison”

  1. Tu ne veux pas m’en envoyer un peu ?
    Avec un oiseau migrateur par exemple.
    Il doit bien y en avoir qui ne sont pas encore partis et qui vont passer au-dessus de chez moi après avoir attrapé un de tes paniers remplis à ras bord de bons haricots tout frais.
    :silly:

  2. Tiens en parlant de nouvelle plante tu sauras peut être Bernard, j’aimerais planter du chanvre en déco chez moi (rue des chenevières c’est approprié), tu connais un paysan qui en fait qui pourrait me laisser quelques graines ?

  3. Il semble impossible de trouver des graines au détail, je vais demander à mon frère mais cette année je n’ai pas vu de culture de chanvre au village.
    Le mieux est peut-être d’acheter en magasin bio des graines à consommer (entières, non décortiquées), d’en faire germer quelques-unes et de manger le reste.

  4. Ce matin, quatrièmes gelées, le gel était plus fort (tous les pare-brises étaient givrés) mais les plantes protégées n’ont pas souffert.

  5. Florent, personnellement, vu qu’il y a très peu de différences visuelles entre le chanvre et le cannabis, je n’en planterais pas, c’est le genre de truc pour avoir des emmerdes, aussi bien avec les voisins qu’avec les flics. Et je ne trouve pas que c’est extraordinaire au niveau déco.

    Sans doute qu’un paysan pourra t’en donner quelques plantules, ça ne va pas le priver, vu qu’en général il est semé à raison de 250 graines par m2, donc 2,5 millions de plants par hectare.

  6. Je sais qu’il faut normalement le déclarer à la gendarmerie. Bah j’essaierai on verra bien, et les voisins je leur ai déjà dit ils s’en foutent :biggrin:

  7. OK

    Je reviens sur les haricots. En général, je suis plutôt partisan des variétés anciennes de légumes mais dans le domaine des haricots (mais également des laitues), les variétés modernes offrent bien plus d’avantages que les variétés anciennes, notamment parce qu’elles sont sans fil. A noter d’ailleurs que le contender ne doit sa réputation qu’au fait qu’il ait été la première variété de haricot sans fil en France, mais pour sa qualité gustative bof bof il vit un peu trop sur sa réputation et à mon avis c’est une variété qui a peu d’intérêt. Pour les variétés modernes, je n’utilise que deux variétés (celles sur les photos) : Coktel (haricot vert) et Fruidor (haricot beurre), en général j’alterne les semis, une fois des « verts », une fois des « beurre » ! Comme j’ai testé des dizaines de variétés, je pense être arrivé, avec le choix de ces deux variétés, à quelque chose de très pertinent.

  8. J’utilise beaucoup le voile de forçage pour protéger du froid mais aussi des oiseaux qui au printemps viennent gratter dans les semis. Il y a une troupe de moineaux dans mon jardin qui se roulent dans la terre bien émiettée et qui mangent toutes les jeunes pousses et même les feuilles de salade et de poiré, du coup je couvre avec du voile, j’en coupe des morceaux qui correspondent à la taille de mes carrés de semis. Je l’utilise aussi sur des arceaux pour faire un tunnel par exemple pour protéger les courgettes en mai et juin. Par contre le voile avec le temps se troue et certains partent en morceaux. La durée de vie est de 4 a 5 ans.

  9. Merci pour ce témoignage.
    Je pense qu’effectivement ça doit s’abimer assez vite.
    Je n’utilise pas d’arceaux, je pose simplement le voilesur mes haricots et comme ça déborde un peu au sol de chaque côté, je pose des grands bambous à plat sur le voile (ça se voit bien sur la deuxième de mes photos). L’an prochain je pense que j’utiliserai le voile au début du printemps (jeunes salades, premiers haricots …).

  10. Est-ce que vous pensez que ce voile pourrait être utilisé pour protéger mes noisetiers des écureuils. J’en ai marre de ne récolter aucune noisette qui sont TOUTES mangées par les écureuils. Evidemment, cela nécessiterait une grands surface de voile :sad:

  11. Ton histoire m’a fait penser à « Un écureuil en jupon dans un bond … »

    Tu remplaces dans la chanson de Brassens « amandier » par « noisetier » et « amande » par « noisette » et ça te fait un air de chanson pour te consoler … :wink:

  12. c’est Hallowen, j’espère que Bernard aura mis en lieu sûr ses citrouilles et courges.
    Si non, s’il en a quelques unes sur fenêtres ou devant la maison il aura le défilé des enfants venant demander des bonbons.
    car c’est le mot d’ordre, partout où il y a des courges, allumées ou non, ou même seulement une bougie, les enfants passent.

  13. Rien de ce genre ici … Peut-être est dû qu’on habite un peu à l’écart du village, mais je n’ai pas l’impression que dans le village il se passe quelques chose.

  14. J’utilise aussi le voile pour protéger mes carottes que je laisse en pleine terre l’hiver. Je met au pied des carottes des feuilles de châtaignier de chaque côté du rang et entre les rangées, je couvre d’un voile retenu par quelques pierres. C’est très efficace, par contre certaines feuilles comme celle du pommier sont moins bien car elle retiennent plus l’eau. J’ai essayé différentes feuilles d’arbres et les mieux sont celles qui prennent le moins l’humidité.

  15. Ici, même à -10°C les carottes ne gèlent pas (si le gel dure peu) et on est de plus en plus nombreux à les garder en terre tout l’hiver. Mais comme je suis obligé de les enlever (parce que mon frère laboure le terrain), j’arrache celles qui sont au champ autour du 15 janvier et les conserve ensuite jusqu’en mai (dans des seaux en mélange avec du sable).

    Récolte extraordinaire de haricots aujourd’hui (je ne les avais pas récoltés depuis trois jours) : de quoi faire 8 repas pour deux personnes (en fait, bien évidemment, c’est trop pour notre consommation, j’en donne la moitié). Décidément, cette technique du voile de croissance est extraordinaire et mon frère Claude, qui est subjugué par mes résultats (d’autant plus que je lui donne une partie de ma récolte), a décidé de s’y convertir à l’automne prochain. Cette technique est ma grande découverte de l’année.

  16. Même quand on est un expert dans un domaine, comme Bernard pour le jardinage (si, si, pas de fausse modestie), on a toujours encore quelque chose à découvrir ou à apprendre.
    Je trouve ça formidable. On ne s’ennuie jamais et vivre est passionnant :smile:

  17. J’en parlais justement avec mon frère (lui aussi jardinier) cette semaine : dans ce domaine du jardinage, non seulement on en apprend tous les jours, mais le fait que les conditions (météo) fluctuent constamment, les cartes sont rebattues sans cesse et nos certitudes du moment sont vite balayées par la situation du lendemain. Alors on fait comme les plantes potagères, on s’adapte. Et c’est sans doute dans le domaine de l’adaptation qu’on en apprend tous les jours.

  18. La technique est super intéressante… je suis en débat avec Papa depuis des années sur les semis en aout (chacun son potager, hein), alors que les anciens préconisaient chez nous le dernier semis au 14 juillet (Plaine d’Alsace), ce qu’il applique à la lettre (et le 14, hein, pas le 15). Bon, cette année,il a gagné et j’ai perdu, gelée fatale autour du 25 octobre… Mais l’année prochaine… le voile! Je suis encore plus vexé que j’avais raté un semis debut aout (semences trop vieilles) que j’ai réitéré vers le 15 et j’avais des haricots prêts a récolter 10J apres la gelée… j’aurais dû y penser!
    Peux tu nous dire a quel moment tu as posé le voile? Pour prévenir des gelées ou déjà plus tôt pour avancer la végétation?
    PS: je pratique depuis 2 ans sur les premieres plantations de courgettes… tu gagnes 15j/3 semaines sur la premiere récolte et la reprise des plants est tres nettement améliorée.

  19. Les méthodes des Anciens étaient super bonnes. Elles le sont toujours mais les changements climatiques font qu’en général (mais pas toujours) on peut, à variétés égales, avancer les premiers semis d’une semaine ou deux et prolonger les derniers semis de deux, voire trois semaines. Et il faut savoir que le cycle de développement des variétés d’autrefois était plus long. Nos haricots modernes poussent plus vite, ce qui fait qu’on gagne encore une ou deux semaines. Donc des semis de haricots fin août, ça reste jouable.
    J’ai posé le voile au moment qui m’a paru le plus opportun, au moment où les fleurs commençaient de se former, quelques jours avant les risques de gel. Je n’ai pas de souvenir précis de la date, mais je pense que c’était autour du 10 octobre (à deux jours près).

  20. Très intéressant…
    J’ai utilisé cette forme de couverture aussi au printemps pour protéger d’un gel tardif, et parfois vraiment « à l’arrache » avec une bâche ou une vieille toile de tente, c’est très efficace pour protéger des semis ou plants précoces même si il peut y avoir blocage temporaire. Je trouve que les tomates sont quand même très sensibles au stress.
    Concernant les légumes qui passent l’hiver, sauf nécessité de travailler précocement le sol, ce sont plutôt les petites bestioles qui ont raison des légumes hivernants ou alors l’âge : faut pas trop pousser les vieux légumes quand même !
    Ce qui est à regarder de près je pense ce sont les conditions initiales : les plantules n’aiment pas le stress (température, humidité) ou sont simplement incapables de germer. Mais une fois plus coriaces… c’est plutôt le manque d’eau estival qui est pénalisant (pas cette année en FC).

  21. Ce matin, j’ai cueilli mes ultimes haricots verts, de quoi faire deux repas. Pourtant depuis quinze jours il fait froid en Franche-Comté (entre 5 et 10°C la journée). Ce sont les derniers haricots, il n’y en aura plus. Je pense qu’avec la technique du voile de croissance, j’ai cueilli en plus de quoi faire une trentaine de plats pour deux personnes. Mon frère qui avait fait des semis en même temps que moi, n’en revient pas car la production des siens s’est arrêtée il y a un mois. Il est converti à la méthode du voile de croissance et l’an prochain il va la pratiquer.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: