Django Reinhardt

Un article proposé par Francisca.
Django Reinhardt, dont on vient de fêter le centenaire, est né le 23 janvier 1910 en Belgique, à Liberchies, au sein d’une famille manouche gadjkénés nomade. Il est décédé en 1953.

A  10 ans, il se passionne pour la musique et se met à jouer du banjo, puis se met au violon et finalement à la guitare. Il fréquente le milieu du musette et du music hall, puis accompagne au banjo des accordéonistes des années 20.

A 18 ans, déjà marié, il est victime de l’incendie de sa roulotte et perd l’usage de trois doigts de la main gauche. A force de persévérance et sa technique d’exception, il transcende son handicap.

En 1931, Emile Savitry, peintre et photographe (1903 – 1967) lui fait découvrir une musique quasi-confidentielle en France : le jazz et amène Django et son frère Joseph à Paris et les introduisit dans le milieu du jazz.

Il aimait à dire :
« Je ne connais pas la musique, mais elle, elle me connaît »

Django a imposé un style unique, mêlant le lyrisme tzigane aux harmonies du jazz.

Sa carrière n’aurait sans doute pas pris une telle ampleur sans le Hot Club de France créé par Delaunay et Panassié en 1933. Pour diriger le Quintette composé uniquement d’instruments à cordes, leur choix se porte sur un violoniste virtuose : Stéphane Grappelli et sur cet audacieux rêveur qu’est Django Reinhardt. C’est la consécration.

Ses classiques :
Anouman
Nuages
Minor swing
The sheik of Araby
Nuits de St Germain-des-Prés
Manoir de mes Rêves,
etc…..

Enregistrements :
Intégrale de Django Reinhardt : 1 à XX (1934-1953) 2 CD, Paris : Fremeaux et associés FA302-FA315, 1997
Rétrospective Django Reinhardt : 1934/1953 – 3 CD Saga, Distribution Universal, 038 161-2
Djangoogie : 20 CD remasterisés (1928-1950) EMI France, 2009

Chronique de la ruche – février 2010

Un article proposé par Christophe.
Le printemps s’annonce et beaucoup parmi les lecteurs de ce blog vont consacrer une partie de leur temps au jardinage. La préparation du potager, les semis, les plantations redémarrent !
Cette nouvelle saison signifie aussi pour moi le « réveil » de bien des formes de vie, utiles ou non au jardinier… Et particulièrement celui des abeilles.

Elles ont passé l’hiver en formant une grappe : cela limite les déperditions de chaleur, produite par contraction des muscles thoraciques. Le miel stocké permet ce long effort. La particularité des abeilles d’hiver est leur longévité : elles peuvent vivre plusieurs mois, contrairement aux abeilles des générations suivantes qui vivent environ 28 jours.

Bientôt la reine pondra de nouveau, si ce n’est déjà commencé, et ces hivernantes deviendront nourrices ou butineuses en attendant la relève.
Une température qui dépasse les 12°, les premières floraisons, voilà que viennent les conditions possibles d’un nouvel essor de la colonie. C’est un moment important pour l’apiculteur qui effectue à ce moment une visite de ses ruches. On peut alors contrôler l’état des colonies, leurs réserves, l’importance et la répartition de la ponte : la reine pond plusieurs centaines d’œufs par jour (jusqu’à 2000 paraît-il), qui produisent en 3 semaines de nouvelles ouvrières.
C’est la troisième saison pour moi et les travaux d’hiver s’achèvent (préparation du matériel, nettoyage) : vivement les fleurs !

Mon premier album photo sur Picasa

OISEAUX DE TEXEL (7)
Ce blog repart après une quinzaine de jours d’interruption dont une semaine passée sur l’île Texel en mer du Nord.

L’une de mes insatisfactions sur ce blog est de devoir réduire les images que je mets en ligne à une toute petite dimension (chaque photo est réduite de 100 fois son poids) et de ne pouvoir en afficher à chaque fois que quelques-unes. Roland m’ayant expliqué comment créer des albums photos sur Picasa, j’ai pensé que cela pouvait être une bonne solution pour remédier à tout cela. Bien sûr, même avec picasa, je devrai encore réduire la taille des photos de départ (de 20 à 50 fois, elles passent ainsi de 10 Mo à 200/500 ko) et le résultat n’est pas encore celui que j’espérais. Mais bon, faut faire avec … !

La première série que je vous propose est consacrée aux foulques macroules de l’île Texel. Série qui permet d’apprécier, sur certaines images, la force du vent des îles du nord qui détrousse par derrière les jolies robes noires de nos amies les foulques.

Il suffit de cliquer ici pour accéder à la série de 50 images que l’on pourra avantageusement regarder en mode diaporama.


D’autres séries d’images vous seront proposées au fil des mois qui viennent.

En direct de la nature estonienne

Comme je l’ai annoncé dans mon dernier article, ce blog ne reprendra que le lundi 22 février.

En attendant, pour celles et ceux qui ne sont pas familiers de ce blog et qui le prendraient en cours de route, je rappelle qu’en cliquant ici on accède à un fabuleux site estonien (dont il est souvent question ici sur ce blog), qui permet d’observer en direct des animaux dans leur milieu. Pour accéder aux webcams, il faut aller dans la colonne de gauche et cliquer sur direct stream.

Vous avez ainsi accès à deux sites forestiers qui sont intéressants surtout la nuit et parfois dès la fin de l’après-midi (des projecteurs éclairent les deux sites en nocturne), en raison d’importantes bandes de sangliers. Voici par exemple deux images que j’ai « capturées » sur mon écran (c’est très facile avec la touche « Imp écr. Syst », il suffit ensuite d’aller coller l’image dans n’importe quel logiciel genre photoshop) :

Il arrive régulièrement que d’autres animaux passent devant la caméra en pleine journée ou à la tombée de la nuit. Ainsi ces chevreuils et ces élans :

Comme chaque hiver, un poste de nourrissage permet à des rapaces de venir se nourrir. Depuis quelques jours, la nourriture a été placée très près de la caméra (« Winter White-Tailed Eagle Camera ») et de superbes observations peuvent être faites en cours de journée, mettant en scène le grand corbeau, la pie bavarde, la corneille mantelée et cet énorme rapace qu’est le pygargue à queue blanche. Hier matin, trois pygargues étaient sur le site.


Bonnes observations !

Blog en congés

Hop, départ ce soir pour un petit séjour d’une semaine à Texel en Mer du Nord avec Christophe, Roland et Lydie !
Des milliers de photos d’oiseaux en perspective !

Comme il n’est pas certain que je puisse utiliser la souris de l’ordi en rentrant (because une forte  tendinite au bras droit), ce blog ne reprendra que le lundi 22 février.

Le retour de la buse

J’ai passé pas mal de temps pendant les vacances de Noël à me cailler les miches dans un petit affût en lisière de forêt, dans l’espoir de photographier la buse variable. Mais en vain. Il faut dire que si j’ai réalisé sans doute plus d’un millier de photos de buse à l’ère de l’argentique, les buses semblent me fuir depuis que je suis passé au numérique.

Samedi après-midi, j’ai tué deux lapins (ben oui, quoi, Dupdup est un méchant sanguinaire qui tue les deux ou trois lapins qu’il mange chaque année !). Le lendemain matin, j’ai mis les peaux et les ventrailles des deux lapins sur la pelouse derrière la maison, juste devant un petit abri camouflé sous un arbre (un affreux thuya, mais plutôt fonctionnel en tant qu’affût photographique). Quatre buses sont venues successivement dans l’après-midi. Voici quelques photos parmi la centaine réalisée ce jour-là.

la chenille du sphinx de l’euphorbe

Un article proposé par Etincelle
Dans les herbes, en bordure d’un petit sentier de montagne, une chenille vit sa vie de chenille.
Il se trouve que justement, vous marchez sur ce sentier.
Que faites-vous ? (barrez les réponses qui ne vous conviennent pas)
1) Je ne vois même pas cette chenille
2) Je la vois mais je n’en ai strictement rien à faire, je passe mon chemin
3) Je la vois et l’écrase : « saleté de bestiole ! »
4) Je la vois et je m’arrête pour l’admirer.
Est-il vraiment utile de préciser que je fais partie de la catégorie n°4 ?
A quatre pattes dans l’herbe mouillée, je suis restée un bon moment, sous la pluie de surcroît, émerveillée par cette époustouflante chenille.

Une peau bien lisse, une robe « Haute couture » de toute beauté, décorée de motifs géométriques colorés, un jupon rouge-orangé qui dépasse de la robe, notre chenille est sans aucun doute une des plus belles qu’on puisse contempler.
Ni queue ni tête ?
Si, mais avec les chenilles, on se pose parfois la question de savoir où sont la tête et la queue. Sur la première photo, la tête est à droite et la queue à gauche et sur la deuxième, c’est l’inverse.
Cette chenille passe par différents stades. Les couleurs vives n’apparaissent qu’au quatrième, qui est aussi l’avant-dernier. Notre petite merveille en est donc à son quatrième ou cinquième stade. Sans doute le cinquième d’ailleurs, vu sa taille qui est à peu près de 8 centimètres, la taille maximale qu’elle peut atteindre.

Le scolus (corne anale), rouge avec le bout noir semble bien agressif mais est inoffensif. Pas de dard, donc pas de risque de piqûre.
La jolie petite bêbête que voilà se rencontre en principe de juin à octobre, partout en France.
Celle de la photo a été vue en Suisse, ce qui n’est pas étonnant car cette chenille habite dans pratiquement toute l’Europe.
Elle vit sur les euphorbes, le plus souvent l’euphorbe petit-cyprès, dont elle se nourrit.


Ces plantes étant toxiques, la chenille l’est tout autant pour celui qui aurait envie de la gober (avis aux amateurs !).

Mais les prédateurs se méfient …
Une belle livrée rouge et noir comme celle-ci, le message est clair …
ATTENTION DANGER !
Les pattes rouge-orangé contrastent avec le dessous du corps jaune. La photo ci-dessous est assez explicite sur la façon dont la chenille s’accroche à une brindille.

C’est bien gentil tout ça mais une chenille, même de toute beauté, n’a pas pour destin de rester chenille. Elle doit bien finir par se transformer en chrysalide, puis en papillon, qu’elle le veuille ou non.
Quel est le papillon qui va sortir de la chrysalide ?
Bien sûr, il s’agit du Sphinx de l’euphorbe (Hyles euphorbiae). Bien que catalogué comme un nocturne, ce papillon mesurant environ 7 centimètres, évolue aussi au crépuscule et même parfois en journée, de mai à septembre, en deux générations.

Lequel papillon pondra de minuscules oeufs verts, qui en une semaine donneront naissance à la chenille.
Et voilà, la boucle est bouclée !