La cabane aux oiseaux (3)

Les vieux c’est prévoyant. Surtout ceux de la génération de mes parents qui a connu la guerre et qui a toujours peur de manquer de tout. Alors, il y a … 5 paquets de sucre dans la placard, 5 bouteilles d’huile d’avance … Et ma mère, prévoyante, ramasse toutes les noisettes qu’elle trouve dans son jardin, pour qu’elles « ne se perdent pas ». Et comme elle n’en mange pas, ou si peu, je les récupère les années suivantes pour les donner aux écureuils et aux oiseaux. Ma mère, sans le savoir, fait bien des heureux … !

Alors, je les donne aux « voleurs de noisettes ». C’est qui ces voleurs de noisettes ? En premier lieu il y a l’écureuil, mais celui-ci n’a pas encore trouvé la cabane devant laquelle je les dispose. Par contre il y a deux oiseaux qui n’ont pas les yeux dans leurs poches et qui, en fins explorateurs qu’ils sont, ont tôt fait de débusquer l’endroit où je les ai mises, dans de la mousse à quelques mètres devant la cabane.

Je veux parler d’abord de la sittelle torchepot, ma « voleuse préférée », avec son bandeau noir sur l’oeil qui accentue encore son côté cambrioleur.

 J’ai remarqué que la sittelle, cette année, n’était pas très accro aux noisettes. Elle en consomme, certes, mais relativement peu dans une journée.

 D’une manière générale d’ailleurs, la sittelle est venue assez peu aux mangeoires cet hiver, sans doute qu’elle a trouvé par elle-même l’essentiel de sa nourriture.

 Il arrive qu’elle vienne plusieurs fois en quelques minutes, puis plus rien pendant quelques heures.

 A la mangeoire, la sittelle se nourrit de tournesol …

 … mais aussi, et ce n’est pas dans son habitude, d’un peu de blé (ce qui m’a beaucoup surpris).

 J’aime beaucoup les attitudes très différentes de la sittelle, et notamment lorsqu’elle se dresse.

 Mon deuxième oiseau voleur de noisettes, vous l’aviez sans doute deviné est le pic épeiche.

 Il vient en général à trois ou quatre reprises dans la journée.

 Le pic épeiche qui vient à la mangeoire est une femelle, reconnaissable à l’absence de tache rouge derrière la nuque.

 Mais en regardant bien, je me suis aperçu qu’il y a deux embryons de tache rouge. Je n’avais jamais constaté ce phénomène. Quelqu’un a t-il une explication ?


Depuis hier, le pic épeiche se nourrit également des boules de graisse que j’ai suspendues devant la cabane.

 Même lorsque je cache les noisettes dans la mousse, le pic épeiche finit par les trouver … il sait maintenant que dupdup est un peu tordu et qu’il abuse de sa situation  de maître des lieux !

 Je n’avais jamais remarqué cette très belle croix derrière la tête.

Le pic épeiche restera toujours pour moi l’un des plus beaux oiseaux !

58 réflexions au sujet de “La cabane aux oiseaux (3)”

  1. C’est peut-être une vieille femelle, non ? Pierrot m’avait raconté que chez les oiseaux, les vieilles femelles avaient le plumage qui se rapprochait de celui du mâle. En tous cas, ça se vérifie chez les merles, pourquoi pas chez les pics ? (et chez les vieilles mémés à barbe :tongue: )

  2. Moins sérieusement :
    Vouloir se transformer en mec ! Décidément je ne comprendrai jamais rien à la psychologie féminine, même chez les pics et les merles ! :w00t:

  3. Alors le monde est vraiment foutu parce :
    1) Il ne fait aucun doute que la sitelle qui ne vient presque plus manger les noisettes fait comme les femmes au régime (mais au fait comment une sitelle peut-elle casser une noisette ? Moi qui ait du mal avec un ustensile prévu pour ça par nos futés ingénieurs :whistle: )
    2) Quand au Pic épeiche avec des embryons de taches rouges sur la nuque …
    Un être mi mâle mi femelle ? Un travesti peut-être ?
    :biggrin:

  4. Non mais c’est fou ! :cwy:
    Je réponds au commentaire de 20:09 de Bernard et entre temps il en a écrit deux autres !!!
    Voilà un homme qui tire plus vite que son ombre …
    Lucky Luke a trouvé un concurrent de taille :w00t:

  5. Dans un autre commentaire, Etincelle a écrit ce soir « Beattle » avec un t de trop.
    Je me demandais où elle l’avait pris.
    A « sittelle » bien sûr !
    :devil: :devil: :devil: :devil: :devil:

  6. Yves, excuse-moi, j’avais lu trop vite ton commentaire et j’ai modifié ton commentaire entre temps, dès que je m’en suis aperçu.
    Décidément, tout va très (trop ?) vite sur ce blog ce soir.
    Vous avez bouffé (bu) quoi ?

  7. Etincelle, tu as vu la photo de pic n°7 ? C’est bien parce que je savais que c’était une femelle que j’ai regardé ce qu’il y avait sous les jupes …
    Je m’attendais à une réflexion de ta part sur le sujet. Tu vieillis ! :whistle:

  8. Tiens, c’est exactement le 1400 ème article de ce blog.
    Mais bon, si je me mets à boire moultes bières chaque fois qu’il y a un chiffre rond, je vais finir par y être complètement (rond) ! :sick:

  9. Etincelle, je viens effectivement de recevoir un mail de Lucky Luke provenant de l’au-delà, il est pas content du tout du tout. Pas lucky lucky pour un sou not’ cow-boy préféré ! :wink:

  10. Yves, encore une fois désolé !
    De toute façon, ça va tellement vite ce soir que les gens, déjà fatigués par leur première journée de la semaine, n’arrivent déjà plus à suivre. Même Etincelle semble déja couchée ! :silly:

  11. Cela ne m’arrive jamais mais je viens de modifier l’article, j’ai remplacé la photo n°5 du pic par une autre où l’on voit encore mieux les taches rouges derrière la tête.

  12. Non, non l’Etincelle n’est pas encore couchée, elle est juste allée manger un bout (des noisettes entre autres Miam !).
    Alors …
    Oui, les ‘t’ me posent visiblement quelques problèmes. Tout le monde ne peut pas être parfait :angel:
    La photo n°7, oui bien sûr, Bernard ne pouvait pas ne pas tomber sous le charme de ce joli et sexy jupon rouge :w00t: (Voilà, il est content le Dupdup ? :wink: )
    Et pour la « divine » Etincelle … Oui oui oui, ça me plait :biggrin:
    Plus sérieusement, les noisettes ont été un prétexte à un bel article avec de toujours belles photos.
    J’espère que Christophe viendra faire un tour par là pour expliquer les embryons de taches rouges sur la nuque du pic épeiche mâle ou femelle (?) et confirmer ou non l’explication de Mag.

  13. Bien belles images avec une surprise pour ce Pic épeiche.
    Pas d’explication concernant ce plumage (rien dans le Géroudet), et si ce n’est pas une femelle âgée, c’est peut-être une mue incomplète d’un jeune mâle…

  14. Vieille femelle ou jeune mâle, on se saura jamais alors ?
    Bon ben moi, je choisis le jeune mâle ! :w00t:

  15. Et ben, dites donc vous êtes drôlement en forme ce soir, que d’humour (mention TB pour étincelle par exemple) et que de quantité de commentaires, j’apprécie !!!!! :biggrin:

    J’aime apprendre des tas de choses grâce aux contributions des personnes les plus qualifiées, ici Mag, Christophe et Bernard en particulier sur le pic merci pour ces infos ! :wink:

    Bravo également pour tes photos Bernard, j’adore ! :wub:
    Elles ont toutes été prises avec ton 300mm focale fixe ???…..si c’est le cas, franchement cette optique est très flatteuse, belle lumière et très joli piqué, tes propres réglages ont visiblement été judicieux, bravo !

  16. Les jeunes pics épeiches ayant la tête entièrement rouge au stade juvénile, je ne pense pas qu’ils passent ensuite par une phase entièrement noire avant de repasser au rouge.
    Je penche plutôt pour une femelle âgée.

  17. Evidemment, on se doutait que Bernard choisirait la vieille femelle plutôt que le jeune mâle ! :w00t:
    Mais c’est un choix par défaut …
    Il n’y avait pas de jeune femelle dans le choix :w00t: :w00t:
    Bravo à Mag qui a été plus forte que tous les gars réunis du blog :tongue:
    Au fait, Mag est bien une nana ?

  18. Ce serait le bout de la queue rouge, j’aurais dit comme Étincelle, mais le bout de la tête ! :w00t: :w00t:
    Une vieille femelle, ça colle: ce sont des traces de rouge à lèvres, bon sûr mais c’est bien sans ! :silly:

  19. J’ai interrogé la LPO Franche-Comté sur ces taches rouges. Voici la réponse de Sam reçue tout à l’heure par mail :

    « A priori oui il peut s’agir d’une vieille femelle qui acquiert quelques plumes de type male avec l’age… ce n’est en tout cas en rien un vestige de jeunesse, puisque les jeunes pics n’ont que la calotte rouge et cette calotte ne descend pas si bas sur la nuque.
    Le commentaire de Mag est donc celui qui s’approche le plus de la vérité.
    En tout cas, ces plumes, qui individualise cette femelle, pourront vous aider à voir si elle est encore là l’année prochaine ! »

  20. La boucle est bouclée : c’est Pierrot du GNFC qui m’avait appris ça, et c’est semble-t-il confirmé par la LPO, nouveau nom du GNFC…
    Sinon oui, je suis une fille, c’est bien connu que Dupdup préfère bosser avec les nanas :whistle:

  21. Ce mystère étant éclaici, il en reste encore un autre, tout du moins pour moi.
    Je l’avais déjà évoqué mais personne n’a réagi.
    Comment un oiseau aussi petit qu’une sittelle (avec 2″t » :wink: ) peut-il casser une noisette ?
    Alors Bernard, au boulot !
    C’est bien beau de nous montrer des photos sublimes (oui, oui, il faut le dire) mais maintenant, ce serait encore mieux si tu espionnais la sittelle et que tu nous faisais un petit reportage sur sa façon de s’y prendre avec une noisette.
    Et si cette proposition tente Christophe ou Yves ou un autre, qu’ils ne se gênent pas.
    S’il y avait une émoticône suppliante, je l’aurais ajoutée mais comme il n’y en a pas ….

  22. Assez fantaisistes les guillemets ce soir ! :biggrin:
    Sans doute aurait-il fallu laisser un espace entre le 2 et le guillemet :sad:
    Ou alors, c’est qu’ils ont bu un petit coup de blanc en trop (à moins que ce ne soit l’Etincelle ? :whistle: )

  23. J’avions pas vu le commentaire d’Yves …
    On n’est pas raciste chez les oiseaux !
    Si seulement c’était pareil chez (tous) les humains !

  24. Wahou c’est top ça !! Je suis bien content que tu l’ais retrouvé grâce à mon site, le lien vers ton blog y est depuis le premier jour, et c’est bien normal ! :wink:
    Merci pour ta visite, ça me fait très plaisir, vraiment ! Et merci pour cette pub inattendue! :silly:

  25. J’avais volontairement déconnecté ma galerie d’images car, d’un point de vue qualité, je n’ose plus regarder mes anciennes photos faites en argentique.

  26. Etincelle, si tu regardes le bec de la sittelle, on devine bien qu’il est bien plus puissant qu’un bec d’autre petit passereau, ce qui explique sa capacité à casser des coquilles de noisettes.

  27. Même si le bec de la sittelle est plus puissant que chez les autres passereaux, cela me parait tout de même extrordinaire. Moi, avec mes deux grands bras, terminés par deux mains de cinq doigts chacune, je serais incapable de casser une noisette sans l’aide d’un casse-noix et même comme ça, c’est parfois difficile.
    Alors avec juste un bec, même puissant, c’est très fort. La longueur du bec est faible ce qui implique une force de pression très très grande. D’ailleurs, un casse-noix qui fonctionne sur le même principe est beaucoup plus long que le bec de la sittelle.
    Les oiseaux sont vraiment étonnants.Que leurs minuscules muscles soient capables de créer de telles forces !

  28. Et si la sittelle procédait comme certains pics en déposant la noisette dans une « forge » c’est-à-dire un endroit où la noisette est coincée pour être cassée en tapant avec le bec. Une fois, la coque éclatée, il ne lui reste plus qu’à manger l’intérieur. Dans ce cas, ce bec est assez puissant pour « dynamiter » la noisette.
    Je sais pas, mais c’est peut-être une solution !! A force de fréquenter les pics, la sittelle a appris quelque chose. :pouty:

  29. Le plus souvent, les noisettes sont coincées dans les rides de l’écorce des chènes. J’en trouve encore bien chez moi. Par contre à ma connaissance toujours, les forges de grives, pour briser les coquilles d’escargos, sont toujours à l’horizontales. En annimation nature, on cherchait souvent ce genre de trace dans la nature. Les gosses adoraient ça! :smile:

  30. C’est une des façons de repérer la sittelle qui est un oiseau assez sonore en général, on entend donc facilement son « toc toc-toc-toc toc-toc toc-toc-toc… » lorsqu’on se trouve près d’un oiseau qui casse la graine. Ce n’est pas aussi sonore qu’un tambourinage de pic, mais on l’entend de plusieurs dizaines de mètres.
    Avec BF15 et Mag, je n’aurai bientôt plus aucun travail à faire sur les oiseaux, juste à regarder les images et poser les questions !

  31. Comme moi donc ! :biggrin:
    Vous avez bien de la chance d’observer des sitelles et des pics près de chez vous.
    J’habite pourtant en pleine campagne mais je ne sais pas pourquoi, je n’ai jamais vu une seule sitelle dans mon coin, pas plus que des pics sauf le pic vert qui est au contraire abondant.

  32. Abondant … façon de parler ! Car il faut un territoire minimal de 120 ha par couple et bien souvent plus. Il y a peu de données dans la bibliographie, mais d’après Blume (1981), le territoire du pic vert varie de 120 à 250 ha alors que pour Spitznagel (1990), il varie de 395 à 576 ha.
    Je pense que si on a une ou deux grosses fourmilières près de sa maison on voit le pic vert très souvent et on peut alors avoir la fausse impression qu’il est très abondant. Par contre, en l’absence de fourmilières, il se nourrira sur d’autres parties de son territoire, dans ce cas on ne le verra que rarement et on aura la fausse impression qu’il est rare.

  33. Tant que ça ?
    Bon, compte tenu que 1 hectare est un carré de 100 mètres de côté, c’est sûr que si je vois un pic vert dans mon jardin, il y a des chances que ce soit toujours le même.
    Mais même lorsque je pars en voiture de chez moi, quelque soit la direction (trois sont possibles), je vois régulièrement des pics verts mais jamais de sitelle ou d’autre espèce de pic. Il est possible aussi qu’un pic vert se repère plus facilement car plus réactif au passage des voitures ou des dérangements ?

  34. Le Pic vert fréquente beaucoup les milieux ouverts ou semi-ouverts dans sa quête de fourmis, ce doit donc être le type de milieu dominant dans ton environnement.
    On les voit souvent aux mêmes endroits, des pelouses bien exposées, à cette époque de l’année : les premières fourmis y sont réveillées !

  35. Il y a un couple de pics verts derrière chez moi en zone suburbaine mais dans un verger et une vigne toute proche ; je pense qu’il niche dans un trou du vieux noyer. Je vois aussi des écureuils très souvent et on entend (voit si on est patient) le torcol pendant la belle saison. Tout ça en zone proche de la ville.

  36. Depuis le début du mois de février dans un petit coin de nature que je fréquente ( là où je vais observer la Grue cendrée ) , le Pic vert est bien présent , 3 couples encore ce week-end dans la même prairie qui doit faire dans les 5000 m2 .

  37. Bonsoir tous,
    C’est vraiment un régal de vous lire : on apprend plein de choses en rigolant. Et un régal pour les yeux : superbes images (comme d’hab) Bernard !
    A quand une prise de son avec les images ? On aurait le toc toc toc de la sitelle en train de casser sa noisette….

  38. Merci pour votre article, qui m’avait permis l’année passée de mettre un nom sur les concurrents de mes voleurs de noisettes habituels (écureuils & pics épeiches) : un couple de sitelles torchepots. Cette année par contre, avec le retour des beaux jours, un nouveau voleur de noisettes sévit dans le jardin : un geai des chênes :-)

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: