La mésange huppée

Mésange huppée et mésange noire sont deux espèces peu communes en plaine (tout du moins dans ma région). Leurs effectifs sont bien moindres que sur le massif du Jura par exemple. Il faut dire que toutes deux ont un petit faible pour les conifères.

La mésange noire fréquente parfois le poste de nourrissage mais assez rarement. En 35 ans, je ne l’ai vue que pendant 5 ou 6 hivers. C’est en février 2011 qu’elle est venue la dernière fois.

IMGP5115Cette année, j’ai essayé un nouveau type de nourriture : le pain de graisse aux insectes (que l’on trouve maintenant assez couramment en magasin). Les oiseaux en raffolent …

IMGP1405Et c’est sur l’un de ces pains de graisse aux insectes qu’est venue la mésange huppée.

IMGP9603Il faut dire que j’habite en lisière de forêt et qu’il y a pas mal de pins sur le coteau. Ce milieu est donc naturellement favorable à cette mésange.

IMGP1412La mésange huppée vient rarement à mon poste de nourrissage, une année sur quatre en moyenne. Le pain de graisse aux insectes y a-t-il contribué cette année … ?

IMGP1396IMGP1923IMGP1901(toutes les photos de cet article, mis à part la photo de mésange noire réalisée « le cul dans un fauteuil« , ont été faites à travers la vitre de la fenêtre de la cuisine).

 

31 réflexions au sujet de “La mésange huppée”

  1. Elle est vraiment mimi… Pfff et tu n’as même pas le mérite de te geler les … pour chopper cette jolie houppette…. Je vois la scène d’ici : les charentaises au pieds, le boitier dans une main et une bière dans l’autre… Cool la vie chez Dupdup, quoi !

  2. Hou la la non, c’est pas du tout ce que tu crois cette fois-ci : faut quand même que je pose ma bière, que je me lève de mon fauteuil, que je prenne mon appareil, que je pose l’objectif contre la vitre, que j’appuie sur le déclencheur, que je réappuie sur le déclencheur, que je réréappuie sur le déclencheur (parfois 10 fois de suite), que je repose l’appareil, que j’aille vers ma platine changer de disque, que je m’assoies de nouveau dans mon fauteuil, que je boive une gorgée, … et ainsi de suite, parfois 10 fois dans la journée !
    Pfouhhhh, tu ne te rends pas compte du boulot que c’est ! :whistle:

  3. C’est un très bel oiseau ( je pense que c’est sa huppe qui fait son charme comme moi lorsque je suis décoiffé par le vent du large :wink: ) que j’entends dans les sous-bois de la région mais que je vois très très rarement !!
    Je n’ai jamais réussi à faire une photo de cette mésange .Bon , il est vrai que je disais la même chose pour la Mésange noire et cette hiver , elle est passée dans mon jardin pendant deux jours !
    Il fini toujours par arriver cet instant magique où l’oiseau est posé-là , devant nos yeux .
    :cool:

  4. Je trouve en plus que cette mésange est assez difficile à photographier : elle bouge tout le temps et reste très peu au poste de nourrissage (elle vient en coup de vent). Lorsqu’elle vient à la mangeoire, la plupart du temps je n’arrive pas à faire une seule photo, même lorsque je sais qu’elle va arriver (elle se pose dans un pommier avant de venir et je suis donc prévenu).

  5. Oui, mais à filmer pas plus difficile que les autres et même, je trouve, plus facile que la sitelle. Je pense que la difficulté est bien partagée par l’ensemble des petits passereaux, peut-être du fait de leur petite taille ? :blink:
    Aucun avis pertinent sur la photographie que je ne pratique pas… :wink:

  6. La sitelle, avec un seul « t » est très rare donc extrêmement difficile à photographier.
    Par contre, la sittelle, avec deux « t » est infiniment plus commune et ne me pose aucun problème.
    Fifitoucourt, tu devrais essayer aussi !!!!!!!!!!!!! :devil: :devil: :devil:

  7. Quand je nourrissais les oiseaux dans le jardin de ma grand-mère dans l’Yonne, j’avais réussi à en voir une année seulement. Après elle est restée absente, tout du moins quand je prenais le temps d’observer les mangeoires.

  8. Le Tarier pâtre , l’Alouette des champs ou encore le Pipit farlouse … Sont des passereaux que je dirai faciles à prendre en photo pour moi qui ne pratique pas ou que très rarement l’affût ( à part à travers la fenêtre comme le fait-là Dupdup ) .

  9. Nous avons un if qui est planté devant notre fenêtre de chambre et, il y a 5 ou 6 ans, la mésange huppée avait visité le nichoir en début de printemps. Mais elle s’est finalement installée ailleurs dans la forêt. :angry:

  10. Entre toutes ces jolies photos et ces jeux de mots en pagaille j’ai passé un bon moment, bravo ! :biggrin: Mention particulière pour l’Alainj’ Huppé ! hihihihihi ….. du coup, que penser du Préocc huppé ? , de l’inocc huppé ? , ou encore de toi Bernard qui n’a jamais été Dupd’ huppé !!!!! :lol: :whistle:

  11. Je préfère les minij’huppées au mini Juppé qui ne fréquente que les quartiers huppés … mais bon c’est un autre débat ! … :smile:

  12. Ahh ok , comme moi lorsque tu observes une guêpière ( la femelle du guêpier ) ton sang hibou … C’est chouette ça !!
    :happy:

  13. Houhouuuu « Chevêche au lit » !!!!!!! Bravo c’est un festival Yves, ça m’ Effraie tu es un Grand Duc des jeux de mots un peu Hulottés !!!!!! ….. du coup j’ m’Harfang la gueule !!!!!!!!!!! :biggrin::biggrin::biggrin:

  14. bonjour a vous tous Dup belle gym, moi c est dans le fauteuil sous la pergola que je les regardent et cet année quelle chance dans une de mes maisons une nichée de mésange a huppe et pas sauvage du tout (approcher a un metre sur sa branche )j ai meme fait manger une mesange charbonnière dans ma main :silly:

  15. il est vrais que je les soignes bien 40 kilos de graines de colza comme j ai des arbres fruitiers je ramasse les chenilles que je met devant les maisons (3couples de bouvreuil ,citelle pic palombe tourterelle , chaque année j ai au moins 2a3 nichées de mésanges :heart:

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: