L’Alphonse et son harem

On se retrouve après deux mois de vacances sur le blog.
Vacances pas pour tout le monde ! Car les discussions ont continué malgré la pause estivale. Le 50 000ème commentaire a d’ailleurs été posté il y a une dizaine de jours.
50 000 ! Ce que vous pouvez être bavards tout de même ! De vraies poules qui passent leur temps à caqueter !
A propos de poules, je vais vous présenter les nôtres. Elles sont là depuis tout juste un mois (4 semaines aujourd’hui) et se sont évidemment bien acclimatées au climat franc-comtois, l’un des plus cléments de la planète (si si ! … cela dit, j’imagine une fois de plus vos sourires narquois à cette affirmation gratuite qui n’engage que moi).
Les six poules et le coq font toutes partie de la race « wyandotte » dont le nom vient d’une tribu indienne (le peuple Huron qui occupait l’actuel Oklahoma et une partie du Québec avait aussi pour nom Wyandot, Wyandotte, Wyandat ou Wendat et leur langue s’appelait le wyandot). Cette race existe en 19 coloris différents (les poules, pas les Indiens … quoique avec leurs plumes de couleur !), peut-être même un peu plus. Pour moi qui suis un amoureux inconditionnel de la diversité, avoir choisi une race unique mais dans plusieurs coloris est un bon compromis entre l’envie de n’élever qu’une seule race (pour des raisons de facilité d’élevage) et l’envie d’avoir un maximum de diversité au poulailler.

1

Chacune des poules présente donc un plumage différent de celui des autres. Voici donc les membres de ma petite tribu :

Gertrude, wyandotte argentée à liseré noir
2 3 4 5

Germaine, wyandotte noire cailloutée blanche …
6 7 8 9

Aglaé, wyandotte dorée à liseré bleu
10 11 12 13

Sidonie, wyandotte dorée à liseré noir
14 15 16 17

Charlotte, wyandotte fauve herminé noir
18 19 20 21

Honorine, wyandotte au plumage non standardisé (je n’ai pas trouvé sur internet de descriptif correspondant exactement à ce plumage, sans doute est-ce un croisement entre deux wyandottes aux coloris différents, Francis me disant même il y a quelques jours que ce n’est peut-être pas une wyandotte pure mais un croisement entre deux races différentes … pfhhh c’est compliqué ces coqs qui trouvent, comme nous d’ailleurs, que c’est toujours plus excitant d’aller voir la voisine … ).
22 23 24 25

… et enfin, l’Alphonse, wyandotte barrée, qui est comme un coq en pâte au milieu de son harem.
26 27 28 29 30

Vous l’avez compris : les poules sont devenues une de mes passions et il devrait y avoir beaucoup d’articles sur le sujet (vous avez peut-être remarqué que je viens de créer une nouvelle rubriques « poules » sur ce blog, dans laquelle j’ai rangé les quatre autres articles déjà écrits les années précédentes sur le sujet). J’aurai donc l’occasion de parler en détail de chacune de mes nouvelles pensionnaires et de leur comportement. Pour aujourd’hui, ce n’était qu’une présentation générale très succincte.

Mon prochain article sur le thème des poules devrait être consacré à la manière dont le poulailler a été construit.

69 réflexions au sujet de “L’Alphonse et son harem”

  1. Bernard elles sont bien belles tes poules … et le coq aussi. La petite Sidonie à un plumage qui ressemble beaucoup à celui du faisan. J’ai mon ami Vincent qui projette également d’avoir des poules j’ai hâte de voir ton poulailler.
    Au delà de l’aspect biodiversité et beauté incontestable de tes poules, quel sont les caractéristiques d’élevage de cette variété ?
    Bonne journée. :smile:

  2. Ça fait plaisir de te retrouver! Tes poules sont toutes très jolies, et le coq très beau aussi! Maintenant, tu te réveilleras vraiment avec les poules!

  3. Toi qui est un fan des poules en liberté, comment tu gères la question?
    Elles sont vraiment trop belles, ça me chatouille de plus en plus d’avoir quelques poules à la maison. Mais ça m’a toujours donné l’impression que c’est un peu de l’esclavage, non?
    Parce que le jour où tu feras des infidélités à tes poules, t’est partis pour une double vie… :w00t:

  4. Je relaterai dans un prochain article la manière dont je compte gérer les poules. Elles n’en sont pas encore au stade liberté complète mais ça progresse dans ce sens.

  5. Pour le côté « esclavage » on en reparlera, mais on peut considérablement réduire le temps passé en mettant en place des systèmes automatisés. J’en parlerai aussi.

  6. Pour « le retour du poulailler », attendre la saison 4… (C’est comme ça avec les fous de séries, faut pas poser de question, il faut attendre patiemment le prochain épisode.) :tongue:

  7. Je pense que si tu maîtrises l’anglais, tu peux sans doute déjà télécharger la série 2 sur certains sites américains … à moins que tu ne préfères attendre mai 2015 sur TF1 !

  8. Dentelle et liserés, cailloutée blanche… c’est beau tout ça.
    Mais la voisine qui attire le coq, Joëlle l’a plutôt cailloutée ou carrément caillassée ?

  9. ici , je ne me risquerai pas à élever des poules et surtout un coq … Un voisin a voulu essayer , mais il a fini par bouffer ses galliformes à cause de gros problèmes avec le voisinage !
    :sad:

  10. Plus sérieusement : je pense que la question du coq et de ses conséquences avec le voisinage est une vraie question. Mais s’il n’y a que des poules, je ne vois pas comment un voisin, aussi con soit-il, puisse avoir la moindre réclamation à faire. Cela dit, le monde devient tellement fou … :angry:

  11. à propos des nuisances sonores du coq : je me souviens, l’année de mon bac, je restais des heures enfermée à réviser jusque tard. Et le matin, j’étais invariablement réveillée à ….5h00 par le chant d’un coq. Coq de concours, je crois. A l’époque, il me semble qu’en Belgique et dans le nord de la France, il y avait beaucoup de concours du type meilleur coq chanteur, meilleur canari chanteur….
    Bon, je dois avouer qu’à l’époque, j’avais plutôt envie de lui lancer des savates à ce coq chanteur.
    Nous avions également des poules à la maison, et bien des années auparavant, nous avions eu un beau coq également.
    Il avait fini sa vie dans une marmite, le pauvre. Il était devenu assez agressif et avait attaqué ma sœur qui allait chercher les œufs. Une attaque en règle, si je me souviens bien, mon père avait dû intervenir et ma sœur hurlait!

  12. Dans tous les livres que j’ai lus sur les poules, il est écrit que tout animal agressif (en général le coq) passe invariablement à la casserole.

  13. Bien contente de retrouver le blog en activité.
    Elles sont magnifiques ces poules. On dirait qu’elles ont mis leurs plus belles tenues de soirée et qu’elles paradent au bal du village. L’Alphonse n’a que l’embarras du choix, mais les poules, elles, doivent se contenter d’un seul amant. A quand la parité au poulailler?  » Nous voulons du choix, nous voulons du choix! » Méfie-toi des manifs, Bernard! :wink:

  14. Une des conditions à la domestication sans doute : la docilité. Un peu plus de vigueur ou de sauvagerie est acceptable pour une plus grande productivité par exemple ou pour sélectionner une race. En apiculture il arrive souvent que des colonies soient plus agressives, elles sont aussi d’après ce qu’on en dit, plus productives. L’apiculteur accepte donc quelques piqûres de plus pour une contrepartie en miel.
    Mais un de mes collègues a dû détruire une ruche « impossible » : piqûres systématiques à plus de 50 mètres de la ruche, impossibilité d’approcher.
    Une petite différence avec le poulailler cependant : les abeilles au vin jaune, c’est pas bon. :smile:

  15. Je vais mettre une bouteille de vin jaune devant le poulailler. Si mon coq n’est pas trop con, il va vite comprendre qu’il a intérêt à honorer ses compagnes … :whistle:

  16. Je n’ai pas le temps de regarder ce soir ce reportage assez long mais je vais m’y atteler dans les jours qui viennent car tout ce qui concerne les poules m’intéresse en ce moment, tant ce sujet me semble passionnant quelque soit le bout par lequel on l’aborde.

  17. Outre cette petite chansonnette ridicule, Alphonse m’inspire une chanson du regretté Claude Nougaro : « Le coq et la pendule », visible sur YouTube à cette adresse :

    Je pense que tôt ou tard, Alphonse a la même vocation que le coq de Nougaro.
    (Désolé Bernard, mais je n’arrive toujours pas à placer des vidéos dans mes commentaires , :angry: , alors si tu peux remédier à ce souci, merci d’avance).

  18. Je pense qu’avec le niveau que tu as, tu n’apprendras pas grand chose. D’ailleurs, ce n’est pas un reportage très technique mais plutôt un reportage familial, sur le ton de l’humour. Et raconté par Claude Rich, que j’aime bcp, c’est vraiment pas mal.

  19. BF15, normal, il n’y a que moi, en tant qu’administrateur du blog, qui peut insérer des vidéos. C’est donc toujours moi qui, après coup, transforme vos liens à tous en vidéos. :wink:

  20. J’habite dans l’ouest et j’ai souvent changé de maison. J’ai eu la dernière fois la présence d’un coq chez l’un des voisins. Il y a dix ans, c’était la présence de deux chiens. Question troubles de voisinages, les chiens c’est terrible au point de vouloir changer de maison alors que le chant du coq c’est plutôt agréable et on s’y fait très vite même quand on vient de la ville.

  21. J’ai un ami (Daniel) qui a vécu un calvaire avec les chiens de son voisin. Il a même regretté d’avoir acheté sa maison. Je crois qu’effectivement des personnes peuvent être amenées à déménager pour ce type de raison.

  22. J’ai regardé le reportage proposé par Léa. Très très bien ! Joëlle et moi avons adoré.
    En plus, ça se passe en Franche-Comté … :wub:
    Les relations qui règnent au sein de la basse-cour sont analysées avec humour. On a l’impression d’un mini-écosystème, à la différence près que ce ne sont pas des rapports prédateurs/proies qui prévalent ici, car personne ne mange personne (encore qu’un dindon soit tué par un autre), mais des rapports entre dominants et dominés (comme chez les humains quoi !).
    Merci de nous avoir proposé ce lien. Je conseille à tous ceux qui sont intéressés par ce sujet de regarder l’émission.

  23. J’ai commencé le visionnage du docu, c’est très intéressant du point de vue des relations entre animaux. Cela m’a replongé dans mon enfance à la ferme faisant émerger des souvenirs: certains sympathiques, d’autres moins. L’agressivité du coq qui vous poursuit quand vous avez 5 ans; la naissance des lapereaux, le ramassage des œufs, etc… Beaucoup d’humour dans ce documentaire et la voix de Claude Rich est si enveloppante! :wink:

  24. Les conditions d’élevage relatées dans le film sont très bonnes car il y a beaucoup d’espace pour que chaque animal puisse vivre à l’aise. A mon avis il y a quelques milliers de mètres carrés de surface enherbée. Lorsqu’il reste encore de l’herbe au poulailler, cela veut dire que la pression de pâturage (si on peut parler ainsi dans le cas des poules) est très faible car en général on est plutôt dans des conditions où les poules finissent par déraciner le moindre brin d’herbe.

  25. Dupdup, le nom que tu as donné à tes poules m’interroge bougrement.
    Par exemple : Est-ce qu’Honorine se fait honorer par l’Alphonse qui l’enfonce ? :whistle:

  26. félicitation pour la poule ça doit te faire plaisir un premier œuf ça me rappelle mon enfance j’avais un poussin dont je m’occupais , c’était la mienne qui a pondu la première j’etais tres fier

  27. Patrick, effectivement, ça me rappelle sans doute inconsciemment mon enfance.
    En tous les cas, enfance ou pas, je me sens heureux comme un gamin quand je vais chercher l’oeuf dans le poulailler (troisième oeuf aujourd’hui, sans doute pondu par Sidonie).

  28. Toujours une seule poule qui pond. Il s’agit de Sidonie qui en est tout juste à douze oeufs. A la coque, c’est délicieux ! :wub:

  29. J’en profite pour dire qu’il y aura ce week-end (1er et 2 novembre) une exposition avicole à Port-sur-Saône en Haute-Saône et que la race wyandotte y sera particulièrement à l’honneur (car ce sera le challenge régional de cette race). J’y serai le dimanche après-midi.

  30. super le jeu de mot tes poules pondent toujours pour mes petits fils une sur quatre ils sont tres decus

  31. Mes poules grossissent encore, elles ne sont donc pas encore matures, ce qui explique qu’elles ne pondent pas encore (sauf une). Les mois de novembre et décembre sont de toute façon défavorables à la ponte et il est peu probable que la première ponte se déclenche à ce moment-là.
    Sidonie est la seule qui ponde, elle pond de manière très régulière, deux jours sur trois. Elle pond deux jours d’affilée puis s’arrête un jour et ainsi de suite, ce qui est bien pour cette époque. Elle a déjà pondu une quarantaine d’oeufs.
    Le coq et les poules prennent de la crête, ils ne devraient pas tarder d’être adultes. Je m’attends donc à une belle production d’oeufs dès la fin de l’hiver.

  32. C’est une première au poulailler : l’Alphonse vient de s’accoupler avec la Germaine.
    C’est un vrai coq ! On en doutait parfois.
    Cela dit, je n’ai rien contre les coqs gays. Mais pour avoir des poussins, mieux vaut quand même avoir des oeufs fécondés ! :whistle:

  33. Avec l’Alphonse sur son dos, la Germaine en voit de toutes les couleurs. C’est une poule calin’idoscope ! :wink:

  34. 4 oeufs hier soir ! Presque toutes mes poules pondent. :smile:
    A priori, il suffit de trois poules pour avoir suffisamment d’oeufs pour deux personnes.

  35. vous avez choisi quelle chérie pour accompagner Alphonse ?

    j’espère que vous allez tous bien et à tous les lecteurs qui me connaissent j’adresse mes amitiés.

  36. Oh, l’Alphonse choisit lui-même ses préférées …
    Mais bon, c’est pas un super mâle, il semble parfois indifférent aux poules qui l’entourent … et réciproquement !

  37. Troisième série de naissances avant-hier au poulailler avec l’arrivée de 6 poussins.
    Ce qui porte à 26 mon petit cheptel :
    – 2 coqs
    – 10 poules
    – 6 jeunes nés en mai
    – 2 jeunes nés en juin
    – 6 jeunes nés en août

    Comme je veux limiter à 15, neuf d’entre eux être donnés ou passés à la casserole !

  38. Oups, j’aurais bien fait de faire des études à l’université de Liverpoule !

    Merci Cath, grâce à toi j’aurai deux poules de plus à manger … :wink:

  39. Superbes toutes ces poules. Il y en a de très originales.
    J’ai remarqué que si la plupart ont le bas des pattes exempts de plumes, certaines l’ont emplumé, comme les tétras par exemple dont les plumes aux pieds les empêchent de s’enfoncer dans la neige, en faisant un peu office de raquettes.
    Est-ce que ces poules là sont des espèces à l’origine vivant dans des régions enneigées ?

  40. 8 oeufs en moyenne tous les jours et … 12 aujourd’hui (record absolu pour mon poulailler) ! On voit que c’est Pâques ! :smile:

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: