49 réflexions au sujet de “C’est qui VOUS ? (4)”

  1. Je relève dans sa biographie qu’il était très proche et ami de Glenmor et qu’il partageait ses vues, semble-t-il, sur l’identité bretonne.

  2. Mais c’est hyper difficile comme question ! :angry:
    Je ne sais pas si je saurai y répondre.
    Si encore tu avais demandé une liste de 10, ça pourrait peut-être se faire mais là :wassat:
    Je vais y réfléchir.
    (Bien sûr, j’ai pensé à Jorn Riel mais il n’y a pas que lui …)

  3. Je dis dans mon article que je vais avoir du mal à répondre à la question. En fait, si, je sais pertinemment qui est mon auteur préféré mais je ne sais pas trop dire pourquoi et je tiens quand même à donner quelques raisons.

  4. En tous les cas, pour moi, ça ne peut pas être qu’un auteur de langue française car la traduction, même la plus élaborée soit-elle, ne rend qu’imparfaitement la qualité d’écriture de l’auteur.

  5. Je pense que la langue est un critère relatif pour deux raisons.
    D’abord parce que les écrivains francophones sont relus et certains font beaucoup de fautes d’orthographe en dépit de qualités littéraires par ailleurs incontestables.
    Ensuite parce que beaucoup de traducteurs font un travail remarquable pour transcrire la richesse d’un texte ou d’une langue différente.
    Certains bouquins nos tomberaient des mains sans les correcteurs et les traducteurs, et ce serait bien dommage.
    Vous remarquerez que je ne saute pas sur la réponse à la question posée. J’ai un peu la même réponse qu’Etincelle mais aussi celle de Bernard.
    Si en plus il ne fallait qu’un livre…

  6. Justement, il me semble que si la question avait été « Quel est votre livre préféré ? », cela serait plus facile.
    Parce qu’on peut adorer certains livres d’un auteur et ne pas en aimer d’autres.
    Il faudrait alors les aimer tous pour pouvoir classer l’auteur comme le préféré ?
    Mais bon, la question de Bernard était « l’auteur préféré » !!!
    Je n’ai pas encore eu le temps de réfléchir …

  7. Mais, mon cher Dupont, je dirais même plus qu’il s’agit aussi de temps qui s’écoule.
    Pour ma part, et comme le disent Étincelle et Christophe, j’ai plusieurs auteurs préférés et ceci au fil du temps, il y a bien longtemps j’appréciais certains écrivains puis j’en ai découvert d’autres qui m’ont tout autant emballé ; et je pense qu’à l’avenir j’en apprécierai encore d’autres, donc bien difficile à répondre mon cher Dupont…
    Je ne parle même pas des différences de genres (polar, S.F, classique, roman à l’eau de rose, B.D, documentaire,…) ; car il y a des bons écrivains partout dans ces genres littéraires.
    Ça devient le casse-tête ton truc !!!!!! :devil: !!!!!!!! :w00t:

  8. Je trouve assez incroyable qu’il n’y ait pas un écrivain qui vous ait marqué lors de votre vie , dans votre cœur , votre âme … Je ne sais si on peut dire « préféré  » , mais celui qui vous vient à l’esprit dès qu’on vous dit le mot écrivain . Moi je n’ai pas hésité , c’est Grall … Il savait magnifier ce que les autres décrient lors de leur passage dans notre région ( la pluie , le vent , les tempêtes…) …. Pas évident de trouver les mots du pourquoi cet auteur me touche , mais il le fait à chaque fois que j’ouvre un de ses écrits .
    :happy:
    http://naturepassion.e-monsite.com/pages/une-image-une-poesie/xavier-grall-solo-2.html

  9. Je comprends bien ce que tu dis Yves, mais disons que, en ce qui me concerne, je pourrais dire la même chose pour plusieurs écrivains.
    Alors :wassat:

  10. Etincelle, si j’ai bien compris, tu disais que pour qu’il y ait nom d’auteur préféré qui soit évident, il faudrait aimer tous ses livres, ce qui est difficile a priori.
    Il me semble qu’Yves a, au contraire, trouvé un auteur dont il aime toutes les oeuvres.
    Un peu comme moi avec mon auteur préféré dont j’ai lu près de 200 romans (j’ai commencé il y une douzaine d’années et j’en lis un de temps en temps) et que j’ai tous appréciés, je dirais même dégustés avec délectation. Facile à trouver quand j’aurai dit que c’est le romancier de langue française qui a vendu le plus de livres de tout le XXème siècle (550 millions je crois).

  11. Oui Etincelle , c’est bien ce que je dis aussi … Que je trouve incroyable qu’il n’y en ait pas un écrivain qui t’ait marqué plus que les autres dans le tas !
    C’est comme en amour , on peut croiser dans notre vie des tas de jolies filles ou de beaux garçons que l’on aime apprécier … Mais il y en a toujours une ou un avec qui on se sent si bien jusqu’à construire une vie … Parce qu’il y a chez elle ou lui , ce petit truc en plus , qu’il n’est pas toujours évident d’expliquer . Même s’il peut y avoir des hauts et des bas , comme des passages que l’on aime pas , on tourne vite les pages pour poursuivre la belle histoire … ça doit être ça l’amour !?
    Waouh , j’suis romantique ce matin …
    :wub:

  12. Ca dépend de l’époque. Quand j’avais 13 ans j’ai lu un Peter Randa « qui suis-je ». Révélation pour l’enfant que j’étais et j’y ai pensé de nombreuses années. J’ai eu l’occasion de le relire voici 10 ans et je me demande bien ce qui a pu me fasciner.
    J’ai eu une grande période Simenon, j’adorais mais c’est vrai qu’il y a longtemps que je n’y suis pas retournée. En ce moment je suis bien incapable de répondre, pour certains j’aime l’écriture, pour d’autres l’histoire, mais si l’histoire m’intéresse et que l’écriture me déplait je ne le finis généralement pas. (l’avantage de s’inscrire à une bibliothèque)
    Et j’ai oublié, bonjour à tous après cette longue absence

  13. Je ne sais plus qui a dit que « Connaître, c’est aimer ». Et je pense qu’il en est ainsi en amour comme en littérature. Lorsqu’on finit par aimer un auteur c’est parce que son oeuvre entière finit par nous donner l’image de la personne qui est derrière l’écrivain. Et les ratages qui peuvent exister contribuent à nous faire connaître l’homme tout autant que ses chefs d’oeuvres. Il en est de même des gens que l’on aime avec tous leurs défauts, défauts qui contribuent à la personnalité de chacun.

  14. Pour ma part, j’ai suffisamment peu lu pour ne pas avoir d’auteur préféré… :whistle:
    Alors, je me lance.
    Ado, c’était sans conteste Gaston Leroux.
    Depuis, le coup de cœur, via entre autre un livre qui a changer ma vision de la vie, c’est William Boyd. « Les Nouvelles Confessions ». Tout ses autres livres m’ont emballé.
    Mais, le plus grand, le plus constant, le plus touchant, le plus profond est naturellement un Belge. C’est Georges Simenon.
    Si certains d’entre vous le considèrent encore comme un écrivain de gare, sans jamais rien avoir lu de lui, qu’ils se précipite dans la première bibliothèque communale venue… :smile:

  15. pour moi, ça dépend de ce que j’ai envie de lire : coté thrillers et polars, sans hésiter Jean-Christophe Grangé, Peter JAMES et Karine GIEBEL que j’ai découverte récemment,
    coté « spirituel », le Dalaï-Lama, Matthieu Ricard, Bernard Werber et Eckhart TOLLE, et sinon, ben… ? bonne question ! Je lis assez peu en fait…
    Connaître – c’est aimer : entièrement d’accord : plus on connait quelqu’un(e) plus on l’aime… et le comprend…

  16. Difficile question. Comme le dit Cath, cela dépend des périodes de la vie. Aujourd’hui je dirai Cormac McCarthy. Hier j’aurais pu dire Barjavel ou Fante et avant hier j’aurais cité Boris Vian. Difficile de choisir un auteur. Lectrice de différents styles de littérature je pourrais aussi nommer Fred Vargas en polar français ou James Ellroy pour le polar américain. Etc, etc …

  17. moi j’aimais pearl buck lorsque j’étais jeune et un livre de gilbert Cesbron,il est plus tard que tu ne penses, m’a marqué et Exbrayat car j’apprécie les romans policiers

  18. Pour faire le lien avec un autre article du blog : les polars sont devenus à la littérature ce que les séries télévisées sont devenues au cinéma : indispensables !

  19. Désolée, je n’accroche pas trop aux polars.
    Encore que cet été, j’en ai lu un qui m’a beaucoup plu :
    Le dernier lapon de Olivier Truc.
    A tel point que je pense acheter le prochain à paraître.
    Sinon, pour l’auteur préféré, je vois que finalement, tout le monde, hormis Yves, en cite plusieurs (ce que je n’osais pas faire).
    Je crois que en auteur préféré, je mets quand même celui qui m’était venu à l’esprit en premier, à savoir :
    Jorn Riel
    Mais comme cela fait 40 ans que je lis beaucoup, c’est sûr que des auteurs, j’en ai lu plus d’un et que cette réponse ne me satisfait pas totalement !
    Alors, il y a aussi Panaït Istrati que j’ai adoré (Merci à Christophe de me l’avoir fait connaître). Ses livres m’ont beaucoup touchée. J’ai été transportée à leur lecture.
    Des auteurs qui m’ont fait tellement rêver à certaines époques de ma vie comme Roger Frizon-Roche, Michel Peissel.
    Pablo Neruda qui a écrit Chant Général, le livre que j’emporterais si je devais aller sur une île déserte avec un seul livre (Tiens, il ne l’a pas posée encore cette question le Dupdup !). Et tout un tas d’auteur de la littérature sud-américaine que j’aime énormément.
    La montagne pour cadre évidemment avec Daniel Grévoz, Anne Sauvy, Samivel.
    A une époque, Bernard Clavel, Barjavel.
    (Vous remarquez que j’aime les noms qui se terminent en « el » :biggrin: )
    En puis Galsan Tschinag, Francisco Coloane.
    Et un auteur qu’il est mal vu d’aimer mais que je cite quand même pour son livre Qui se souvient des hommes, qui est un des livres qui m’a le plus touchée et marquée à vie.
    Sans oublier la BD … Alors là, c’est Cosey mon préféré.

  20. Et … Un livre que j’aime sans l’avoir jamais lu …
    Les nomades de la mer de José Emperaire édité chez Gallimard en 1955.
    Introuvable !!! :sad: :angry:
    Je le cherche depuis des années.
    Apparemment, il y a eu une réédition en 2003 aux éditions Le Serpent de Mer, mais elle aussi épuisée.
    Please, si jamais l’un d’entre vous le trouve un jour dans un vide grenier, pensez à moi :smile:

  21. Ah,oui! Étincelle, en citant Roger Frison -Roche tu me rappelles mon adolescence où ses livres m’ont fait découvrir des mondes lointains : la montagne, le désert. Quelles découvertes pour moi, petite bretonne issue du monde rural dont vacances et voyages à l’époque étaient inexistants.
    La littérature est pour moi un voyage.

  22. C’est vrai Maivon ! Pour moi aussi , lorsque j’étais gamin , le seul moyen de voyager était la lecture . Ensuite , assez tôt c’est vrai , j’ai eu la chance de faire parti de groupes folkloriques avec lesquels j’ai fait le tour de l’Europe … Mais à cette époque-là , nous n’avions pas accès à l’image comme maintenant , un clique vers notre ami Google , et l’on croit tout connaitre d’un village de l’autre bout du monde … Même plus de place pour le rêve !! Au sujet des voyages un truc marrant , lorsque j’étais gamin , j’ai découvert une grande partie de l’Europe … Et maintenant que je file vers les cinquante piges … Je suis entrain de découvrir la Bretagne !! Ça vient de quoi cette manie que nous avons , à vouloir allez voir ce qui se passe derrière l’horizon alors qu’on n’a même pas été jeter un oeil de l’autre côté de notre rue … !?

  23. Moi aussi Yves. Plus j’avance et plus je rétrécis mon horizon géographique. Et dans cette dynamique, j’ai chaque année l’impression d’aller plus loin!
    A propos de voyage imaginaire, peu d’amateur de science fiction sur le blog?
    J’ai eu une longue période, après Jules Verrne , qui m’a fait faire le tour de l’univers (intérieur-extérieur)avec van Vogt, Azimov, Ph K. Dikt, A. C. Clarke et tant d’autres! :smile:

  24. Hips,
    J’en suis Luc, SF, Fantastique, Fantasy, et polars aussi Bernard, sont les genres que j’apprécie le plus, ça me transporte et me déphase.
    Je suis plutôt pour les modernes, même si j’aime quelques vieux comme si mais non qui sait raconter les histoires comme personne.
    En Fantastique, Jean-Philippe Jaworsky est juste d’une puissance folle, je ne peux que vous conseiller « gagner la guerre », j’attends impatiemment qu’il sorte des nouveautés.
    Bon dimanche
    Cédrock

  25. Un seul ?
    Vraiment impossible pour moi !
    Istrati c’est peut-être mon graal à moi mais ne pas parler de Camus, de García Márquez, d’un auteur russe et puis vous voir citer William Boyd, John Fante et même aller dans le polar et le fantastique, ben dur dur. Et la BD maintenant !
    Une femme d’accord — mais une seule à la fois :wink: — alors un seul auteur… :pouty:
    Cet article m’incite surtout à lire du Simenon. J’apprécie son écriture et beaucoup de choses de l’immense personnage mais le porter ainsi aux nues, ça m’épate, sans blasphème. :wink:

  26. Luc, à propos de Jules Verne, il est l’écrivain de langue française qui a vendu le plus de livres, tous siècles confondus. Viennent ensuite Alexandre Dumas et Georges Simenon.

  27. OK Christophe, mais pourquoi ne cite-t-on pas non plus Montesquieu et les autres zigs des lumières, Zola et le père Hugo et puis les vieux Grecques et tout les autres. Qu’est-ce qui nous parle dans la littérature? L’écriture? le langage? la pensée? le reflet de l’époque?
    Dans le « Monde des non-A » de van Vogt, la référence omniprésente est la pensée aristotélicienne… :smile:

  28. Etincelle, le livre « les nomades de la mer » avait pourtant été réédité en 2003. Il est introuvable depuis très peu de temps a priori (il était encore en vente il y a quelques années) et je m’étais d’ailleurs posé la question de l’acheter au moment de l’article « qui se souvient des Hommes … » sur ce blog.

  29. Oui, je m’en suis rendu compte seulement hier soir.
    Et pourtant, cela fait plusieurs années que je tape ce titre dans Amazone.
    Je ne comprend pas trop mais en tout cas, je suis très déçue de l’avoir raté.

  30. Luc, tu lis dans mes pensées, je pensais aussi aux classiques, aucune référence jusque-là à Hugo, Maupassant et surtout Montaigne, un de mes petits chéris.
    Et ensuite : René Char ?!
    Et avant la mythologie, les mille et une nuits. Encore et encore, avec Simenon, mais pas un seul, on serait pauvres.
    Et avec lumières, c’est la littérature aussi : un éclairage, une formulation, l’expression forte et simple d’un truc qu’on trouvait dur à formuler ou à penser, une mélodie, une idée, un voyage, l’émotion. La projection de ou sur soi.
    Et là, il suffit d’un coup de plume inspiré, pas nécessairement d’un auteur avec un grand A pour se faire un monde infini.
    Qu’on le veuille ou non, le monde de Simenon est fini. :pinch:

  31. Bonjour à tous
    Comme j’aimerais avoir plus de temps pour venir par ici ….
    Pour ma part, ce n’est pas un écrivain mais un « mouvement » le Nature Writing avec Thoreau en tête de liste suivi par Abbey, Rick Bass , Jim Harisson, Aldo Léopold ….

    Plus jeune, j’ai lu toute l’oeuvre de William Faulkner , une merveille !
    Il y a aussi Marie Gevers avec Vie et mort d’un étang
    Et encore les soeurs Bronte ….
    Dimitri

  32. Ah Thoreau !
    Dimitri, « La désobéissance civile » est un de mes livres de chevet.
    Et ayant appris à lire avec Curwood et London, j’étais mal parti pour rater la nature. Je pense que cela a été fondateur pour moi, et pourtant, sans avoir relu ça depuis longtemps, le monde la chasse et des trappeurs ne m’a pas séduit, c’est bien le témoignage du vivant qui l’emporte. A part Faulkner, je ne connais pas les autres…
    Viens plus souvent. :wink:

    Une citation de Harrison : « Je me rappelle avoir demandé à mon père quelle était la différence entre les animaux et nous, et il m’a répondu: «Ils vivent au dehors et nous vivons au dedans.» C’est donc dans la nature que je me sens chez moi. »

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: