Jardinage : vive la diversité des approches !

Attention, article polémique !

J’aime bien les discussions sur le jardinage qui ont lieu sur ce blog. Aucun des blogueurs n’y a d’idée définitivement arrêtée. Chacun d’entre nous sait que le jardinage est un long apprentissage, une perpétuelle remise en question, qu’il n’y a pas de recettes toutes faites, et que l’on tâtonne souvent avant de trouver une méthode que l’on testera d’abord puis adoptera peut-être … ou peut-être pas. Le jardinier est une personne humble par définition car il apprend très vite qu’on n’impose rien à la nature et qu’on ne peut, au mieux, que composer avec elle. Si le jardinier était plein de certitudes toutes faites, la nature aurait vite fait de lui rabattre son caquet. Et c’est bien ainsi. Savoir qu’au bout d’une vie entière de jardinage on ne connaît même pas le dixième de ce qu’il faudrait savoir est plutôt rassurant.

Mais ce qui a cours sur ce blog ne prévaut pas forcément ailleurs.

Aujourd’hui, il faut appartenir à une école.
Il y a l’école de ceux qui prônent le non-travail de la terre, l’école de ceux qui ne jurent que par les purins et décoctions, d’autres que par le compostage, d’autres que par la rotation des cultures,  d’autres que par la technique du jardinage en carrés, d’autres que par la technique du jardinage « en lasagne » …

TOUT CELA M’EMMERDE ET JE LE DIS HAUT ET FORT !

Tous ceux qui jardinent vraiment savent qu’une technique valable ici ne l’est plus ailleurs, qu’il faut tenir compte de sa terre, de son climat, du temps disponible dont on dispose et de bien d’autres choses encore.

IMGP6171

Quelques exemples (mais je pourrais en prendre plein d’autres) :

Premier exemple : il m’arrive 

Lire plusJardinage : vive la diversité des approches !

Archives musicales de l’INA (1)

Attention, presque toutes les vidéos de cet article (sauf une) ont été « désactivées sur demande » sur youtube et je n’ai pas pu les insérer dans mon article. Pour y accéder il va falloir faire comme au bon vieux temps et cliquer sur certains liens (parties de mon texte soulignées en bleu).

J’avais envie de faire un petit dimanche musical entièrement consacré à un grand artiste que j’apprécie beaucoup et que j’écoute énormément en ce moment : Julos Beaucarne. Mais je n’ai pas trouvé grand’ chose sur youtube si ce n’est ce document qui date d’il y a 37 ans et qui fait partie des archives de l’INA (Institut National de l’Audiovisuel).

Alors, de fil en aiguille, j’ai recherché d’autres archives de l’INA et je suis tombé sur quelques perles d’autres chanteurs qui vont sans doute ravir les vieux de ce blog (c’est à dire la plupart d’entre vous ! :tongue:   :devil: ). Par exemple Henri Tachan habillé en pierrot

… Mouloudji …
http://www.youtube.com/watch?v=ljhxBTJePUg

… Catherine Sauvage dans une immense chanson dont j’ai déjà parlé sur ce blog …

… le grand Trenet dans l’un de ses premiers succès

… et même Johnny (ça c’est un cadeau pour Mag :whistle: )

Bon week-end en musique à tous !

Nouvelle expérimentation sur la tomate

Cette année, je vais mener le test suivant : supprimer le premier bouquet de fleurs sur certains plants de tomates et comparer leur développement par rapport aux plants témoins. Intuitivement, je suis certain que j’en tirerai des conclusions. Mon idée, c’est que ces plants amputés d’un premier bouquet de fleurs n’auront pas de fruits qui leur pompent la sève trop tôt et qu’ils iront plus loin dans la saison (car plus armés pour lutter contre le mildiou). Qui est tenté par cette expérimentation ? Et si plusieurs d’entre vous sont tentés par la chose, quel protocole commun mettre en place ?

IMGP5544

Le héron cendré (2)

HERONS DE CAMARGUE (5)
En passant en voiture près de la colonie de hérons cendrés de Cussey-sur-l’Ognon (à quelques kilomètres de chez moi), je me suis rendu compte que quelques hérons sont déjà présents et qu’ils réaménagent déjà leurs nids.
Cela m’a fait pensé aux belles scènes que j’ai vues l’an passé en Camargue (voir le premier article que j’avais écrit sur le héron cendré).

1C’était en mai, il était tard dans

Lire plusLe héron cendré (2)

Electro Deluxe

Un article proposé par Albert
« Electro Deluxe », ce nom sonne comme une marque d’appareils ménagers (machines à laver et réfrigérateurs), mais non en fait il s’agit du nom adopté par un groupe de musiciens pour leur formation cataloguée dans le style « électro-pop ».

L’originalité de cette formation réside dans la démarche adoptée : on s’appuie sur des musiques interprétées par des vrais instrumentistes et on agrémente avec les éléments « électro », c’est-à-dire samples et autres boucles,…

L’ossature du groupe est constituée par un batteur (Arnaud RENAVILLE), un bassiste à la chevelure rasta (Jérémie COKE), un joueur de claviers (Gaël CADOUX) et un saxophoniste et programmateur en la personne de Thomas FAURE, ce dernier est épaulé par une solide section de cuivres : Vincent PAYEN à la trompette et Bertrand LUZIGNANT au trombone.

Découvrons leur musique avec le titre « Turkey » en vidéo officielle :

Cette formation sévit depuis le

Lire plusElectro Deluxe

Richard Desjardins

Un article proposé par Christophe
RICHARD DESJARDINS : AUTEUR, COMPOSITEUR, INTERPRETE ET DOCUMENTARISTE QUEBECOIS

Ça fait un bail que je souhaite partager avec ceux du blog à Dupdup l’émotion qui a été la mienne, il y a quelques années, à la découverte de l’album “Boom boom”. Mais rien d’écoutable ne traînait sur le web, ou alors j’ai été incapable de le trouver.

Et puis il y a peu, merveille, de superbes arrangements en prime, voilà Kanasuta “là où les diables vont danser”, avec d’autres morceaux.

Desjardins est pour moi l’un des plus grands derniers humains (petite allusion à l’un de ses albums).

Auteur-compositeur-interprète, documentariste et empêcheur de tourner en rond, il s’est imposé comme l’un des plus grands artistes québécois et donc francophones. Grave dans son propos, fulgurante dans sa forme, son œuvre dénonce l’injustice et pourfend l’insatiable appétit des puissants, sans jamais tomber dans le piège d’un désespoir stérile.

Avertissement préalable gens de France !

Les premiers morceaux sont accessibles (accrochez-vous un peu quand même !) mais une bonne part des enregistrements sont proprement imbitables(*) à nos oreilles, et c’est le cas des croustillantes chansons livrées en 6ème choix : ils sont le fruit d’un métissage linguistique profond et d’un accent… réputé.

D’abord, un morceau qui vous donne des clés.
Vous écouterez les autres après, si ça vous chante (enchaînement automatique, pas toujours bienvenu)
1. SIGNE DISTINCTIF

Ensuite… une intro originale à la

Lire plusRichard Desjardins

Les séries : du vrai cinéma ?

« Six feet under », « Game of thrones », « Sherlock », « Breaking Bad », « Treme »,
Ce ne sont là que quelques titres de séries télévisées d’une qualité exceptionnelle.
On peut se demander aujourd’hui si le vrai cinéma n’est pas dans les séries plutôt que dans les films qui passent en salles.
Qu’en pensez-vous ?
(n’étant pas du tout cinéphile, je n’ai pas d’avis tranché sur la question, mais je trouve intéressant qu’on puisse discuter sur ce blog d’un sujet  – le cinéma – que je n’aborde jamais)

Le guillemot de Troïl (2)

Tiens, il y a longtemps que je n’ai pas parlé de la Bretagne !
J’ai envie de mer en ce moment.
Les conditions météo actuelles sont bien trop douces pour la Franche-Comté. Alors, par réaction, mon organisme a un besoin vital de ressentir la force des éléments naturels : par exemple la force de l’eau et la force du vent.
La Bretagne est une terre de contraste. La Franche-Comté aussi me direz-vous. Mais cette douceur suspecte et cette mollesse ambiante me font tourner les yeux à l’extérieur de ma Franche-Comté chérie. Ceci explique que je vais reprendre dans les temps qui viennent mes séries d’articles que j’avais commencées les années passées et que j’avais un peu délaissées. Je parlerai donc prochainement des oiseaux de Bretagne, de Texel ou de Camargue (car la Camargue est aussi une terre où les forces naturelles sont bien présentes).
Mais commençons par la Bretagne.
Et notamment par le cap Fréhel que j’avais un peu laissé en plan.

1Il y a trois ans j’avais publié un premier article sur le

Lire plusLe guillemot de Troïl (2)

Bashung : la tournée des grands espaces

Lorsque Bashung entame sa « Tournée des Grands Espaces » le 9 octobre 2003 à Bruxelles, c’est après une longue absence de la scène qui aura duré 8 années. Cette tournée fut magnifique, il en est resté un très beau témoignage sous la forme d’un film réalisé par Don Kent. On trouve aujourd’hui ce concert sur Youtube. Le voici dans son intégralité.
Deux heures de pur bonheur, que demander de mieux pour commencer l’année 2014 sur le blogadupdup !
Bon week-end à tous !

Meilleurs voeux

Que dire pour cette nouvelle année ?
Quelle image la plus appropriée pour souhaiter – tradition oblige ! -de bons voeux aux blogueurs du blogadupdup ?
Pas de photo en fait.
Pas de musique non plus.
Juste une vidéo que j’ai bien aimée et qui m’a été envoyée il y a quelques mois par Nico.
Pour y accéder, il suffit de cliquer ici (il y a une bande-son, mais elle n’est pas indispensable … ou alors mettez sur votre platine l’aria des variations goldberg, tout simplement).

Dans cette vidéo, il y a un bon résumé de la vie de l’oiseau.
L’oiseau aime. L’oiseau baise. L’oiseau construit son nid. Il construit sa vie en même temps et participe aussi à la construction du monde. C’est peu. Et c’est beaucoup. Il fait la même chose depuis des dizaines de millénaires. Sans se détourner de l’essentiel. De ce qui est essentiel pour lui.
L’Homme d’aujourd’hui est loin, très loin même de ce qu’il faisait il y a des millénaires. Bien sûr, sa vie n’a pas la simplicité de celle de l’oiseau. Son cerveau développé lui permet d’aller infiniment plus loin : sur le chemin de l’Art, sur celui de la connaissance et sur celui des relations avec ses proches et les autres êtres vivants. Mais sommes-nous vraiment sur ces chemins-là que notre condition d’êtres humains devrait nous permettre ? La soif d’infini, qui est peut-être la vraie spécificité de l’Homme, n’a t’elle pas sombré dans le purement matériel, dans l’Avoir plutôt que dans l’Etre ?
Alors, si je n’avais qu’un seul voeu pour 2014, ce serait de souhaiter à chacun d’entre nous une prise de distance par rapport à un monde moderne fait de trop d’artifices et de trop d’illusions. Et de souhaiter aussi un recentrage sur ce que chacun pense être essentiel pour lui : des choses plus vraies, plus profondes, plus intemporelles et plus universelles. Un peu comme l’oiseau. Mais avec ce que notre condition humaine permet en plus.
BONNE ANNEE A TOUS !