La culture des endives (3)

Comme chaque hiver, je cultive des endives en cave et j’en ai d’ailleurs déjà parlé à deux reprises sur ce blog. Au fil des années, j’essaie d’améliorer mes pratiques, aussi bien dans le choix des variétés que dans la manière de les cultiver.

Cette année, je n’ai fini d’arracher mes racines au champ que vers le 20 janvier. Vu l’hiver très doux, certaines seraient encore en pleine terre s’il n’avait fallu que je fasse de la place pour que la terre puisse être travaillée au tracteur. Les dernières racines arrachées ont été replantées aussitôt à l’obscurité et sont déjà assez belles au bout de trois semaines de culture en cave.

1J’avais essayé il y a quelques années une variété rouge (dont j’ai oublié le nom). J’avais trouvé ça plutôt sympa mais les endives étaient cependant assez petites. Cette année, j’ai réessayé avec une nouvelle variété hybride : Monroe. Les amateurs d’endives peuvent garder ce nom en mémoire car cette variété est vraiment succulente et produit des endives de bonne taille.

2Lorsque j’ai repiqué en cave mes premières racines de l’hiver, j’ai pratiqué comme je l’avais fait les autres années, à savoir que je retourne un seau vide sur le seau d’endives pour que les pousses soient encore plus à l’obscurité (au cas où j’oublie de refermer la porte de la cave) (voir ici la photo du dispositif). Résultat des courses : j’ai eu de nouveau ces petites taches de moisissures à l’extrémité des feuilles (j’en avais déjà parlé dans un commentaire sur l’un de mes articles anciens).

3Recouvrir les endives n’est donc pas une bonne chose à faire ! Car c’est par manque de ventilation que les moisissures sont apparues. Il m’a fallu deux ans pour comprendre cela alors qu’avec un minimum de réflexion … ! (mais bon, un dupdup ça n’a pas l’esprit très vif, surtout en hiver !).

Je n’ai pas répété cette erreur dans mes derniers repiquages de racines et les endives « forcées en cave » (c’est le terme consacré) en janvier se portent à merveille !

4 7 8

Autre amélioration : j’avais testé les deux derniers hivers un mode de culture particulier, sans terre, uniquement à base d’eau, les racines baignant dans le seau rempli à moitié d’eau. Ce mode de culture marche plutôt bien si ce n’est que les racines sont difficiles à installer car elles sont toutes de hauteurs différentes. Pour améliorer le dispositif et remédier à cet inconvénient, je procède depuis cet hiver à un mode de culture mixte : je mets environ 1/3 de terre dans le seau, de manière à y enfoncer plus ou moins chaque racine en fonction de sa taille. Je complète ensuite avec de l’eau, jusqu’au 2/3 de la hauteur de la racine.  Les racines sont donc en grande partie dans l’eau mais la base est piquée dans la terre.

5

J’ajoute ensuite … du jus de lombricomposteur produit par mes vers de terre (il faudra que je vous parle un jour de ce fabuleux breuvage qui est aux plantes ce que la bière est au dupdup, à savoir quelque chose d’indispensable !).

69A force, je vais finir par la trouver « ma » méthode de culture idéale des endives !

Ce contenu a été publié dans Jardinage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

51 réponses à La culture des endives (3)

  1. Yves dit :

    Je ne sais si elles sont bonnes … Mais sur ces photos , elles sont drôlement appétissantes tes endives !!
    J’en mange très peu !! Alors que quand j’étais gamin , ma mère en cuisinait souvent car mon père les cultivait .
    Chez moi , je n’ai pas de cave ou même d’endroit qui reste sombre toute la journée .
    Chez Rustica , ils disent pour le forçage des endives en cave , de recouvrir d’un film de plastique noir en s’assurant que l’obscurité soit totale et que l’endive a suffisamment de place pour se développer. … On risque donc en faisant ça de choper de la moisissure ?
    http://www.rustica.fr/articles-jardin/legumes-et-potager/recolter-et-conserver-l-endive,5703.html

  2. Bernard dit :

    Je pense que dans des conditions normales il n’y a pas de moisissures avec un film plastique. Simplement, tout dépend de l’endroit et je crois que dans ma cave il y a des infiltrations régulières d’eau et c’est trop humide. Je pense qu’avec un film noir il faut laisser quand même circuler un peu d’air en dessous.
    Il faut savoir aussi qu’il n’y a pas besoin de cave et qu’on peut faire un seau d’endives à température ambiante (je l’ai déjà fait), il faut simplement que les plants soient protégés de la lumière et entièrement à l’obscurité.

  3. Fab dit :

    Merci pour ce bel article. Quand on a pas de cave, le seau est tout de même indispensable. Mais effectivement dans les tunnels traditionnels, il y avait de l’aération. Je retiens en tout cas le coup de l’eau et du jus de vers ;)

  4. Bernard dit :

    Je suis passé tout à l’heure chez Dan qui m’a dit qu’il était déçu de la technique de faire pousser dans l’eau. Je pense que c’est le jus de lombricomposteur qui fait la différence.

  5. EtiNcelLe dit :

    Ben ! :ermm:
    J’avais mis un commentaire (le premier même) et il n’apparait pas ? :sad:
    J’ai du oublier de cliquer sur « Laisser un commentaire » :silly:
    De toute façon, ce commentaire ne présentait pas grand intérêt. :wink:
    Je disais :
    « Waouh ! J’en croquerais bien une ou deux ! :biggrin: « 

  6. cath dit :

    Les rouges sont sympas pour donner de la couleur à l’hiver. Et quelques trous dans les seaux, ça donne quoi pour l’aération? en plus l’été accroché à un poteau ça peut servir de douche

  7. Bernard dit :

    Pour quel’équilibre des couleurs soit parfait, il faut mélanger endives blanches, endives rouges et quelques feuilles de mâche.
    Pour la question sur les trous dans les seaux, je pense qu’il vaut mieux faire rentrer l’air par dessous car ça amène moins de lumière que des trous par dessus. Enfin, c’est mon avis …
    Pour l’utilisation pour une douche, autant utiliser directement une grosse passoire ! :wink:

  8. françois b dit :

    superbes, tu les sèmes à quelle période au jardin? tu les « engraisses » beaucoup?

    Il fait chaud dans ta cave?

    suis curieux, mais je vais m’y mettre aussi, j’ai déjà mes graines pour le printemps :happy:

  9. cath dit :

    Pour le lombricompostage, c’est le système vendu une centaine d’euro, ou c’est toi qui l’a fabriqué?

  10. Bernard dit :

    Non, c’est un lombricomposteur que j’ai eu la chance de récupérer gratuitement.
    Il me semble aujourd’hui que dans pas mal d’endroits les collectivités locales ou les syndicats d’élimination des déchets subventionnent très largement l’achat des lombricomposteurs. On peut ainsi en avoir à 30€ au lieu de 150 €.
    De toute façon, ça ne devrait pas valoir plus de 20 ou 30 €, ce n’est que du plastique !

  11. Bernard dit :

    François, mes chicorées ont été semées en pleine terre en mai (lorsqu’on les sème trop tôt en avril, un certain nombre d’entre elles montent prématurément en graines). Le terrain avait eu beaucoup de fumier composté pendant l’hiver (12 tonnes pour une surface de 20 ares).
    Mes racines ont été moins grosses que d’habitude, je pense que je n’ai pas assez éclairci les plantes et que je ne les ai pas assez travaillées.
    Ma cave est plutôt assez chaude (autour de 14°C) (ma chaudière est au sous-sol et la cave qui est à côté, pour cette raison, ne peut pas être très froide, ce n’est pas une vraie cave, contrairement à celle que j’utilise de temps en temps chez mes parents et qui est extraordinaire).

  12. cath dit :

    Sur le site de Terre vivante.org, ils expliquaient comment en fabriquer, je ne me suis pas encore penchée sur la question.

  13. françois b dit :

    merci pour ces précisions, je vais essayer 2 variétés de chicon blanc, la barbe de capucin et il parrait que c’est aussi faisable avec les pains de sucre, on va tester :wink:

  14. Bernard dit :

    François, j’ai parlé de la culture de la barbe de capucin sur ce blog il y a longtemps.
    A priori, la méthode est la même que pour les endives (c’est aussi une chicorée).
    http://www.leblogadupdup.org/2010/03/04/petites-nouveautes-dans-ma-cave/

  15. françois b dit :

    je sais, c’est surement ici que j’ai eu l’idée d’en cultiver :tongue:
    je pense que j’ai déjà lu 2x la partie jardinage du blog :biggrin:

  16. Bernard dit :

    Y compris les commentaires ? :blush:

  17. françois b dit :

    presque, quand ça part en poèmes de 3 pages de long, je décroche :biggrin:

    il n’empèche que c’est un peu te ta faute si j’ai désormais 15 sortes de courges et 30 sortes de salades différentes dans mes graines (sans compter le reste) et que comme toi, je suis obligé d’aller cultiver dans les jardins des autres, parceque le mien est déjà plein. :blush:

  18. Bernard dit :

    ah, le problème, c’est que lorsqu’on commence à être amoureux de la biodiversité au jardin, on a du mal à s’arrêter …

  19. Yves dit :

    Tu n’aimes pas la poésie François … Dommage !
    Pour moi , le jardin-potager est un poème … Comme l’écrit Anna-Élisabeth de Noailles dans « La journée heureuse  »
    Et, lorsque sur le bord rosissant des collines
    Vous irez descendant et mourant, beau soleil,
    Je reviendrai, suivant dans l’air calme et vermeil
    La route du silence et de l’odeur fruitière,
    Au potager fleuri, plein d’herbes familières,
    Heureuse de trouver, au cher instant du soir,
    Le jardin sommeillant, l’eau fraîche, et l’arrosoir…

  20. françois b dit :

    c’est juste que je ne prends pas le temps de l’apprécier :whistle: :biggrin:

  21. Bernard dit :

    « Pas le temps … »
    Justement, je pense que l’apprentissage de la poésie est un apprentissage d’un rapport au temps qui est différent.
    Dans une société qui va trop vite, il nous faut réintroduire en force la poésie, qu’elle soit de Villon, de Lamartine, de Musset, de Verlaine, de Rimbaud ou de Léo Ferré !
    Vaste sujet !

  22. Yves dit :

    Pour le potager c’est la même chose , il faut savoir prendre le temps …
    :wink:

  23. Bernard dit :

    Jardinage, Nature, Poésie … même combat !
    ça serait pas mal comme slogan, non ! :cool:

  24. Luc de Belgique dit :

    Jardinage, Nature, Poésie … même combat ! J’adopte… :smile:
    Quoique… faudrait pas que ce soit un combat… Disons alors: « Jardinage, Nature, Poésie… même travail ». Et on rajouterait: « Le travail est un plaisir »! :smile: :smile:

    Expérience perso concernant la culture des chicons: 1. En seau au salon à 20° c’est parfait. Arrosage par en dessous, dans la soucoupe. Il me semble cependant que si les chicons poussent trop vite, ils sont moins fermes.
    2. A la cave, je mets les racines dans une grande poubelle noire, avec juste 30 cm de terre et je recouvre d’un drap, parce que le couvercle de la poubelle entraine des moisissure dans les jours qui suivent. 3. Cette année, j’ai incorporé de l’engrais organique à ma terre… La différence est flagrante! 4. J’ai essayé la culture dans l’eau et j’ai eu des racines qui pourrissaient… :sick: D’autre part, l’eau flétri dans ma cave et ce n’est pas très agréable, même si les chicons n’en avait pas le goût. Enfin, les dernières racine poussent moins vite que les premières: est-ce possible, Bernard?

  25. Luc de Belgique dit :

    Kesque jean fé des fôte! pour tant je me reli vin foi!!! Des ollé pour les pur istes… :blush:

  26. Bernard dit :

    Si tes racines sont restées à la cave au sec quelques semaines avant d’être mises en terre dans les seaux, j’imagine alors qu’il leur faut du temps pour que la physiologie de la plante se remette en marche. Un retard à l’allumage donc qui explique donc que les plantes poussent moins vite.

  27. Papilion macaron dit :

    Chuis pas fan des chicons :sick: mais quelles couleurs ! Les rouges sont juste magnifiques!

  28. Bernard dit :

    J’avais dit dans un commentaire que « pour que l’équilibre des couleurs soit parfait, il faut mélanger endives blanches, endives rouges et quelques feuilles de mâche. » J’ai testé ce soir un autre mélange assez voisin : j’ai remplacé la mâche par de la roquette (j’en ai plein cet hiver, elle n’a pas gelé). Et en plus c’est pas dégueu !

  29. Jérôme dit :

    C’est clair que tes endives sont très appétissantes. Il faut vraiment que je tente ta technique Bernard car cela permet d’avoir de la bonne verdure à la mauvaise saison.
    Tu sèmes combien de mètres linéaires pour en avoir à profusion ?

  30. Bernard dit :

    Non, je n’en ai pas à profusion. J’ai eu de quoi faire six seaux.
    Combien de mètres linéaires ? Je ne sais pas, peut-être une quinzaine …

  31. Maïvon dit :

    A quand un petit atelier d’écriture? :cool:

  32. Bernard dit :

    J’ai écrit un article sur le sujet, ce sera pour dans les semaines qui viennent. :wink:

  33. Maïvon dit :

    En attendant j’admire les endives qui ont l’air bien délicieuses. Justement ce soir je t’en aurai bien pris 3 ou 4 pour accompagner les lasagnes que je vais préparer.
    Je suis toujours l’actu du blog mais j’avoue que parfois ça va tellement vite que j’en perds le fil… :cheerful: :wink: :smile:

  34. Bernard dit :

    C’est plus un blog, c’est un rouleau compresseur (chacun des articles vient recouvrir le précédent, chacun des commentaires relègue les précédents aux oubliettes). Oui je sais, je sais … Mais bon, au moins ça vit ! :wink:

  35. Maïvon dit :

    C’est bien parce que ton blog vit qu’on y vient.

  36. Bernard dit :

    En allant cueillir deux endives ce soir, je me suis rendu compte qu’elles paraissaient souffrir du sec. En fait, toute l’eau des trois seaux s’était évaporée. Il faut donc en rajouter régulièrement (ce que je n’ai pas précisé dans mon article).

  37. Jacqueline et Jean de Suisse dit :

    je commence à me prendre au jeu, et je lis tous les sujets. Cela me change des jeux de cartes et objets cachés sur l’ordi.
    Et puis j’apprends beaucoup de choses……à mon âge…..c’est le moment…..Jean dit on doit apprendre à tout âge…..et je suis arrière grand-mère.
    Trop belles ces endives……cela donne faim…..
    Bernard…vous savez tout….tout….tout…..sauf peut-être les coins à champignons près de chez moi hihihi…..
    :

  38. Bernard dit :

    Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt, j’ai été absent trois jours.
    Pour les champignons, je ne suis pas très bon. D’une part parce que je ne regarde jamais au sol et que j’ai plutôt l’oeil tourné vers le ciel et d’autre part parce que … j’ai fait une intoxication de champignons en étant gamin. Cela dit, j’adore les champignons dans mon assiette !

  39. Bernard dit :

    Je viens de repiquer mes endives, elles reprennent difficilement quand il fait chaud mais je n’avais pas trop le choix, elles commençaient d’être un peu grosses et il fallait que les éclaircisse.

  40. Léa dit :

    J’ai essayé l’an dernier, et comme je les avais mises trop tard pour la montagne, je n’avais pu les repiquer. Elles étaient donc restées en terre tout l’hiver. Ce printemps, comme elles commençaient à monter, je les ai arrachées pensant les repiquer. Malheureusement, les racines étaient très peu développées, même pas aussi grosses que des carottes.

  41. Bernard dit :

    De toute façon, tes endives commençaient à monter, elles étaient donc en fin de course et il aurait été inutile de les repiquer.

  42. François B dit :

    Hello,

    j’ai fais un semis en pleine terre il y a une bonne 10aine de jour (endives de Bruxelles et barbe de capucin) , et je ne vois pas grand chose sortir, je dois m’inquiéter? je pensais que ça levait aussi vite que les laitues…?

  43. Bernard dit :

    Un jardinier du village m’a dit les jours derniers que son père coupait les feuilles de ses chicorées l’été (il les donnait à ses lapins) afin que les racines grossissent plus et donnent plus tard de belles endives. Je vais essayer de le faire sur la moitié de mes plants.

  44. Fifitoucourt dit :

    :ninja: mort aux spams et autres pirates du net :sick: :angry: :alien:

  45. Bernard dit :

    Ces spams me foutent la trouille.
    Celui-ci n’est que la toute petite partie immergée de l’iceberg. Il a réussi à franchir le filtre très puissant qui est installé sur l’administration de mon blog et ça m’inquiète énormément. Quand je dis « filtre très puissant », jugez-en par vous-même : depuis que les attaques ont commencé il y a trois ans, ce filtre à arrêté exactement 1 029 031 spams, c’est considérable. Le jour où la digue va lâcher, adieu le blog !

  46. julien dit :

    Bravo,
    très belles endives !!
    Est-ce que tu aurais des graines d’endives rouges Monroe par hasard ? :angel:
    Est-ce que tu as déjà essayé le forçage en plein champ ?
    Chez moi je ne peux pas, il fait (beaucoup) trop froid …

  47. Bernard dit :

    J’ai essayé la variété Monroe il y a 4 ou 5 ans, mais je ne l’ai plus.
    Tu es dans quelle région ? Si je dis ça c’est parce que l’endive supporte quand même bien le froid lorsqu’elle est en pleine terre. Je connais quelques personnes qui la cultivent ainsi en Franche-Comté alors que les hivers sont bien froids ici.

  48. EtiNcelLe dit :

    Bernard, enfin, tu ne savais pas que Julien habite au Svalbard ? :angry:
    Bon, je plaisante, je n’ai aucune idée de l’endroit où réside Julien.
    Mais j’aimerais bien savoir parce que un endroit où il fait trop froid me tente.
    J’ai horreur des endroits où il fait trop chaud.
    Ouais, bien sûr, la notion de chaud et froid est subjective.
    Disons que j’ai très vite trop chaud et pas souvent trop froid.
    Non, ce n’est pas vraiment ça …
    C’est surtout que avoir trop froid ne me dérange pas plus que ça alors que avoir trop chaud, je HAIS.
    Bon, OK, vous n’en avez rien à foutre :lol:
    Et en plus, cela n’a aucun rapport avec la culture de l’endive :blush:

  49. Bernard dit :

    Dans quelques dizaines d’années, presque tout le monde sera à la recherche de régions froides … :angry:

  50. EtiNcelLe dit :

    Surtout les moniteurs de ski :whistle:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: