La fin du blog

Ce blog s’arrête définitivement. Enfin en théorie … ! Car, comme je crains un peu de regretter ma décision, je me garde quand même une petite possibilité, même si celle-ci est infime, de repartir ultérieurement. Je vous donne rendez-vous le 1er janvier prochain, histoire de vous faire un dernier coucou (cas le plus probable) ou de reprendre mon bâton de pèlerin pour faire encore un bout de chemin ensemble (mais c’est peu probable, il faudrait vraiment que je sois dans un état d’esprit bien différent de celui qui est le mien aujourd’hui). De toute façon, dans tous les cas de figure, ce blog restera en ligne plusieurs années, afin de permettre la discussion permanente. Je me mets en congés, mais je ne vous mets pas en congés (ça c’est le côté sadique du Dupdup !!! :devil: )

Voici donc le dernier article. Le 2020ème !

L’aventure aura duré un peu plus de 14 ans avec une intense participation de vous tous (plus de 65 000 commentaires, 32 en moyenne par article, près de 3 millions de visites).

Je crois qu’il en est ainsi des projets, comme des gens. Les choses naissent, se développent et meurent. C’est dans l’ordre naturel des choses.

Je savais que ce jour arriverait et, honnêtement, je pensais même qu’il arriverait bien plus tôt.

Il n’y a pas une seule raison à cet arrêt, il y en a plusieurs. Certaines ont d’ailleurs déjà été évoquées sur ce blog (car j’ai souvent eu des états d’âme sur le fait de continuer ou non). Ces raisons, les voici, en vrac (c’est à dire sans ordre d’importance) et de manière assez concise :

La première raison est l’impression que j’ai dit à peu près tout ce que j’avais envie de dire. J’ai encore une bonne centaine d’articles dans ma tête et suffisamment de photos pour illustrer mes articles, mais à quoi bon un Nième article sur les oiseaux de Texel, sur la diversité des tomates ou sur les chansons de Brassens … ? Bref, il me faut arrêter avant de devenir un vieux qui radote (c’est déjà un peu fait, non ?)

La deuxième raison, importante dans mon cheminement personnel, tient au fait que je ne me sens plus vraiment concerné par le monde actuel dans lequel je vis. Ce monde de l’inculture et de l’ultra-consommation tire l’ensemble de l’humanité vers le bas. C’est effrayant. Et en plus c’est un mode de théâtre, un monde de carton-pâte, un monde de figurants, dans lequel peu de choses sont vraies. Alors je vais vivre dans ma petite bulle faite de  choses vraies, c’est à dire faite surtout d’amis, de bonnes choses à partager, de contacts avec la terre, avec la nature, au milieu de mes bouquins, de mes musiques, … On ne peut pas sauver le monde, mais au moins on peut essayer de préserver son âme ! Pour l’état du monde, advienne que pourrira !

La troisième est liée à l’impossibilité de dire maintenant des choses sur certains sujets d’actualité. J’avais prévu trois articles « à charge », le premier sur la laïcité, le deuxième sur la « perm’arnaqu’culture », le troisième sur le mouvement vegan). Ces articles sont prêts (sur mon ordi ou dans ma tête) mais ne seront pas publiés. A quoi bon écrire des choses qui ne sont pas dans la bien-pensance actuelle, si c’est pour se faire laminer sur les réseaux sociaux ? Je sais que j’ai tendance à prendre les choses à cœur et que tout conflit n’est pas bon pour moi. Cet arrêt du blog, à l’heure où j’avais pourtant vraiment envie d’écrire sur des sujets moins consensuels, est donc la seule solution que j’ai trouvée pour me préserver.

Il y a bien sûr aussi la déception qu’il peut y avoir parfois à écrire un article qui suscite peu de commentaires (surtout quand l’article était important pour moi). Mais comme ça fait forcément partie de la règle du jeu (sinon j’aurais arrêté le blog dès le départ), ça m’affecte au final assez peu. Mais les articles en question m’ont pris tout de même beaucoup de temps … Et de toute façon, il n’y a qu’un public très confidentiel pour la musique de Miles Davis, les chansons de Jacques Bertin, les variétés de piments, …

La dernière raison tient à mes « différents métiers de retraité ». Je mène de front trop d’activités différentes : brassage de bière, jardinage, conférences, animations au jardin, production et diffusion de semences, pratique de la guitare et du chant, blog, photographie,  … sans compter les projets en cours (projets d’écriture, préparation d’une série de concerts pour 2021, mener à bien le projet des « fêlés de la graine »). Et évidemment ma vie de famille à préserver ! Au cours de mon existence, j’ai toujours trouvé le temps de faire ce que j’avais envie de faire, même lorsque j’étais en activité professionnelle, mais là, pour la première fois, c’est un peu plus tendu … !

Ce fut une bien belle aventure. Riche d’échanges. Riche de relations humaines. Et je sais que cette partie là n’est pas complètement terminée et que je reverrai, toujours autour d’un verre, la plupart des fidèles de ce blog.

Ce blog est né dans un contexte très particulier. A une période difficile de ma vie, j’ai commencé d’écrire en 2002 un petit livret sur mon lit d’hôpital, pour moi d’abord, puis ensuite pour mes proches, avec juste des choses qui me passaient par la tête. Deux ou trois choses importantes sans doute, mais surtout des choses anodines, comme il en passe dans la tête de tous les gens malades. Et Stéphane, ayant remarqué que j’avais peut-être deux ou trois trucs à dire, m’a « formaté » un peu plus tard ce blog (ce fut son cadeau de Noël 2005). A l’époque, je ne savais même pas ce qu’était un blog. Et ce fut le début d’une belle expérience pour moi, car ce blog m’a permis d’ordonner des choses éparses que j’avais dans la tête et que j’ai dû ensuite structurer pour en faire quelques sujets d’articles.

Il y a eu tellement de chemin parcouru depuis que j’ai l’impression que ce blog a toujours fait partie de ma vie (alors qu’il n’a que 14 ans). C’est pourquoi la séparation ne peut pas se faire pas sans une certaine douleur. Mais j’assume évidemment le fait de prendre cette décision qui devait avoir lieu inévitablement un jour ou l’autre.

Merci à tous ! Merci de votre compréhension.

Ce blog ayant cette spécificité très rare – et c’est grâce à vous – de voir des discussions repartir parfois plus de dix ans après la parution d’un article, nul doute que s’il s’éteint de sa propre vie ça ne sera que dans quelques années … car il vous reste sans doute beaucoup de choses à dire.

Je voulais terminer cet article en ajoutant une petite touche de couleur, avec quelques photos emblématiques de ce blog. Mais que choisir ? Le guêpier ? La buse variable (dont j’ai tant parlé) ? Un panier coloré de légumes ? … ? Et puis finalement, non, au moment de mettre un point final à cet article, j’ai juste envie de mettre quelques images de mon village, photographié depuis la maison. Et je crois que ça illustre bien ce besoin que j’ai de me recentrer.

52 réflexions au sujet de “La fin du blog”

  1. Bonjour Bernard,

    J’ai découvert votre blog cette nuit en faisant une recherche sur la variété Matt’s Wild Cherry et j’ai trouvé finalement bien plus. Cela a égayé mon cœur de vous lire comme je vous l’ai écrit dans mon mail tout à l’heure. Je n’arrivais pas à m’arrêter mais le sommeil a fini par m’emporter.

    Que de joie de vous retrouver ce matin en ouvrant ma boite mail. Je tenais à vous remercier sur le blog pour le partage des graines.

    Je viens à l’instant de lire votre article et je n’ai pu retenir mes larmes. Vos mots ont résonné en moi. Tout a un début et une fin. C’est dans l’ordre des choses. Subsistera tout de même cette belle chaîne humaine que vous avez contribué à tisser en partageant vos connaissances et vos expériences. Vous avez permis à d’autres de semer des graines au sens propre comme au sens figuré. C’est une belle réussite.

    Fernando Pessoa a écrit dans Le livre de l’intranquillité :
    « La valeur des choses n’est pas dans la durée, mais dans l’intensité où elles arrivent. C’est pour cela qu’il existe des moments inoubliables, des choses inexplicables et des personnes incomparables. »

    Malgré l’arrêt du blog, je prendrai le temps de vous lire comme on lit un bon livre ou comme on déguste une tomate tant attendue . Vous l’aurez compris j’ai un faible pour la belle enfin les belles.

    Votre constat du monde et votre besoin de vous recentrer sur l’essentiel, je le rejoints. Écouter ses besoins et vivre en paix, c’est un bon programme pour la suite.

    Pour finir sur une note colorée comme l’arc en ciel sur la photo, à notre niveau, chacun dans nos vies respectives, cultivons l’amour autour de nous et le partage et merci de m’accueillir parmi vous.

    Najoi

  2. Merci Bernard d’avoir participé ces dernier temps à donner un peu de sens à mes journées les plus noires.Merci d’avoir laissé la parole à mes pensées les plus confuses et à bientôt et ça, c’est super cool! :smile:
    (je ne peux plus me passer de ta femme :w00t: )

  3. Najoi, on se tutoie non ?
    Drôle de coïncidence, c’est le jour même où tu découvres le blog que je mets en ligne mon dernier article …
    Dernier article certes, mais tout continue quand même sur le blog …

  4. Juste Merci !
    Merci pour ce blog
    Merci pour ton amitié
    Merci pour les conseils
    Merci pour les découvertes
    Merci pour tes partages … Merci et à bientôt devant une bonne bière . :wink:
    Et sur ce dernier article … Je ne peux conclure que par une poésie .

    LA VIE PROFONDE

    Être dans la nature ainsi qu’un arbre humain,
    Étendre ses désirs comme un profond feuillage,
    Et sentir, par la nuit paisible et par l’orage,
    La sève universelle affluer dans ses mains !

    Vivre, avoir les rayons du soleil sur la face,
    Boire le sel ardent des embruns et des pleurs,
    Et goûter chaudement la joie et la douleur
    Qui font une buée humaine dans l’espace !

    Sentir, dans son cœur vif, l’air, le feu et le sang
    Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre.
    – S’élever au réel et pencher au mystère,
    Être le jour qui monte et l’ombre qui descend.

    Comme du pourpre soir aux couleurs de cerise,
    Laisser du cœur vermeil couler la flamme et l’eau,
    Et comme l’aube claire appuyée au coteau
    Avoir l’âme qui rêve, au bord du monde assis …

    Anna-Élisabeth de Noailles

  5. Yves, un immense merci pour tout. Allez hop, je m’ouvre une tite mousse (une de ma fabrication, une IPA c’est à dire Idéale Pour l’Apéro) à ta santé ! :wink:

  6. Merci Bernard, merci pour tous ces conseils, ces belles photos, ton humour, mais ce n’est qu’un au-revoir, rien n’est jamais fini, je sais que l’on pourra te relire……………
    amitiés des petits suisses.

  7. Faudra qu’on se voit plus souvent autour d’une bonne mousse dès lors.
    A très vite et longue vie à toi.

  8. Salut Najoi, il y a pas mal d’années maintenant, lorsque j’ai découvert le blog, Bernard annonçait 15 jours plus tard qu’il allait fermer… J’ai bien peur seulement que cette fois ci soit la bonne. Je peux comprendre ta déception. :smile:
    Ne tient qu’à nous de le prolonger longtemps encore.

  9. En effet , Dupdup ferme le bistrot mais … Il garde la licence IV , ne sait-on jamais !! :whistle:
    Bon moi , je retourne à ma bière …. :happy:

  10. Salut,

    Tout à fait d’accord avec toi Luc et il y a de quoi faire.
    Apres chaque article lu, les idées fusent ! C’est comme une porte qui s’ouvre vers un nouveau jardin avec tellement de choses à découvrir.

    Petite anecdote sur la vie et le jardin…
    Un homme à la retraite, depuis quelques années, m’a un jour prêté son jardin à partir du printemps jusqu’à la fin de l’été. Il avait prévu de voyager à cette période. Je dois dire que j’ai pris la chose très au sérieux. Disons le clairement, je me suis mise un peu la pression. Je voulais être à la hauteur de la confiance qu’il m’avait accordé, ne pas saccager son potager et j’avais aussi envie d’y semer à peu près tous les légumes existants !
    J’ai donc commencé à lire par ci, par là. Il faut dire que je n’avais pas remis les pieds au jardin depuis l’enfance, hormis sur un coup de tête au réveil le matin, une visite à Mouscron en Belgique au jardin des Fraternités Ouvrières et à la ferme du Bec Hellouin en Normandie. Mon père avait une petite parcelle dans le 94 à Villeneuve St Georges au début des années 90. Certains connaissent peut être les jardins familiaux. J’en garde un souvenir délicieux. Il semblait être en paix avec lui même et heureux de nous avoir dans ses pattes, nous, ses petits.

    Tout ça pour vous dire que ma belle saison au potager s’est bien passée. Petit pois, haricots verts, tomates, piments, céleris, betteraves, salades, herbes aromatiques, pomme de terre, courgettes, patates douces, potirons…
    J’ai suivi les conseils expérimentés que je trouvais sur internet et pour le reste j’ai improvisé. C’était ordonné par ici, un joyeux foutoir par là ! J’ai compris ce que voulait dire le mot humilité… Enfin je suis comme retombée en enfance. Je sentais la présence de mon père. J’étais heureuse et en paix. J’étais lui. Paix à son âme. ❤️

  11. Bonjour,

    Jacqueline, merci. 😉

    Bernard, oh oui et parfois les pas viennent de loin…

    Je viens d’une famille de paysans. Surprise, oui et non !
    Oui car ça me paraissait bien loin de ma vie de citadine.
    Et non car en y réfléchissant, produire de quoi survivre en remontant un peu le temps, c’était la base. Nos ancêtres vivaient au rythme des saisons et ne dépendaient pas de la grande distribution comme nous aujourd’hui.

    Mon grand père, né en 1938, un homme brave qui a travaillé dur toute sa vie comme ouvrier à Renault, n’a jamais été très bavard. J’approche la quarantaine et, du haut de ses 82 ans, il ne m’a jamais autant parlé de lui. Je l’écoute attentivement, lui pose des questions et les jours qui suivent une pièce du puzzle s’emboîte. Vous savez ce morceau qui permet d’avancer dans la compréhension de soi, de l’autre et du monde.

    Un jour, il me raconte que, sur les terres de son enfance, le sol était tellement riche que tout poussait. Ce sont ses mots. Il n’exagérait pas puisqu’avec sa famille ils sont vite venus grossir les rangs de ceux qui avaient été expropriés moyennant le paiement d’une indemnité. Sous leurs terres se trouvaient un trésor, des gisements de phosphate. Eh oui ! Cette histoire se passe dans la province de Khouribga au Maroc où se trouve le leader dans la production/exportation de phosphate et engrais phosphatés. Le paysage a progressivement changé. Les paysans deviendront bientôt les ouvriers de la mine. Terminé pour beaucoup d’entre eux la production de céréales, fruits et légumes.

    Tout ça pour dire qu’en creusant un peu, nous avons tous dans notre histoire un lien avec cette terre nourricière. Pas étonnant qu’on y revienne ! Ça donne un sens à notre vie et aussi à notre mort. Enfin c’est mon avis.
    « Souviens-toi, homme, que tu es poussière et que tu redeviendras poussière ».

    Bonne journée à vous. 😉

  12. Ici, dans mon village, le lien avec la terre nourricière est toujours peu éloigné. Quand on a eu un grand-père paysan ou jardinier, le lien avec la terre peut encore être retrouvé, les racines ne sont pas bien loin. Mais quand le contact est perdu depuis trois ou quatre générations, est-ce encore possible de retrouver ce lien avec les éléments naturels ?

  13. Ici , nos racines paysannes s’enterrent jusqu’au granit … pour finir par s’en aller baigner dans l’océan . Et oui , mes racines sentent bon la terre et ont le goût du gros sel . La grand mère était paysanne pendant que le grand père naviguait sur les mers du nord . Malheureusement , de générations en générations , on regarde nos racines pourrir en même tant que la terre et l’eau , sans rien dire , sans rien faire (ou si peu …) , comme entraîné par cette fatalité ambiante . :sad:
    Mais bon , tout ça n’est pas bien grave à côté du Coronavirus qui fait trembler la planète !! :getlost:

  14. très bonne question Bernard, moi je suis de souche paysanne depuis au moins 5 générations, et je crois que « la terre » ne s’oublie pas.
    Merci Yves pour ton témoignage.

  15. Je pense que cela est possible Bernard si sur son chemin l’on a la chance de croiser des passeurs.

    J’entends par passeur, cette personne éveillée et consciente de sa finitude qui saura partager son temps, ses connaissances, son savoir faire et même au delà, son savoir être, et qui fera ainsi perdurer un héritage et quel bel héritage car celui ci ne se limite pas aux membres d’une même famille et va bien au delà des frontières, croyances, conditions sociales…

    Et bien sûr, en premier lieu, le vouloir. Ce qui nous le savons ne sera pas le cas pour tous, chacun ayant ses priorités.

    À mon avis, lorsque l’on a bien cerné ses besoins, la question de renouer avec les éléments naturels se pose voire s’impose.

    Yves, l’absurdité tend à régner sur le bon sens. On le voit un peu partout. Heureusement, il existe quelques îlots comme celui-ci où l’on se sent tout simplement bien.

    Si ce n’est pas indiscret, tu viens de quelle région ?

  16. « Ici , nos racines paysannes s’enterrent jusqu’au granit … pour finir par s’en aller baigner dans l’océan . Et oui , mes racines sentent bon la terre et ont le goût du gros sel . »

    Yves, j’ai bien aimé la manière dont tu as décrit tes racines.

    Quand je pense aux miennes, j’aurai du mal à les décrire tellement elles sont empreintes de déracinements et d’enracinements. Vaste sujet…

  17. Yves, j’hésitais entre Normand ou Breton.

    J’ai eu l’occasion de m’y rendre une fois, à Concarneau précisément.

    Salut de Normandie ! 😉

  18. Même si en ce moment je n’ai que peu de temps pour prendre part aux discussions sur le blog, j’y reste attachée et je continuerai d’y venir puiser des infos et des points de vue.
    Merci Bernard d’avoir partagé cette somme astronomique de savoirs, questions, points de vue et images d’ un monde où la profondeur des choses est la règle avec légèreté et humour.
    Cette petite communauté est bienveillante et respectueuse des points de vue de chacun.
    Je ne me souviens plus par quel hasard de mes pérégrinations sur la toile j’ai découvert ton blog mais je me souviens qu’il a tout de suite figuré dans mes favoris depuis très longtemps maintenant.
    Donner du sens à sa vie dans les valeurs qui sont profondes est essentiel aujourd’hui dans ce monde de zapping et de vérités à l’emporte pièces. Le plus important est d’être en accord avec soi même.
    Merci Bernard pour ce blog riche de ce que chacun y apporte et continuera d’y apporter. Profite bien de toutes tes activités et de ta famille.

  19. Salut Bernard,
    Un peu de tristesse avec cette annonce de fermeture irrévocable, mais je suis pas loin et la dernière fois que je suis passé chez toi, j’ai eu l’agréable découverte de ta bière et ça, c’est motivant pour faire le détour par Bussières moi qui passe souvent à proximité.
    On se croise aussi en divers endroits et je te rappelle que tu as de l’écriture à faire pour moi.
    Alors, à bientôt Bernard et comme le dit Freddy : « The show must go on ! » :tongue: :w00t:

  20. Tu me gardes une place pour ton show Brassens 2021, même si je n’aime pas le-dit chanteur, hein ? ;)

  21. on trouve, ou retrouve tout dans la terre de nos aïeux

    mon papa a fait construire la villa où j’habite en 1955. Nous faisions beaucoup de jardin en ce temps là, légumes, fruits, fleurs.
    Un jour en coupant des dahlias pour faire un bouquet maman a perdu son alliance.
    Malgré toutes nos recherches, sur le moment l’alliance n’a pas été retrouvée, même en arrachant les plants pour les protéger du gel.
    Le printemps suivant, on replante les dahlias, on profite des fleurs tout l’été, et quand on arrache à nouveau les plants, l’alliance fait surface, coincée entre deux racines.
    Bonjour Najoi

  22. Bonjour Jacqueline,

    Encore une belle histoire de racines…
    Associées, ces deux là ont une symbolique forte.

    L’enracinement m’évoque la stabilité, la sécurité et la transmission.

    L’alliance, elle, m’évoque l’amour, la lumière, la vie.

    Une belle association !

  23. ..un peu de nostalgie en lisant cette annonce..ce blog est une mine d’information, tenue avec rigueur et respect de l’orthographe..(ces 3 points le mette d’emblée hors concours par rapport au reste du « net »..)..à l’écart des tendances religieuses de tous poils, son auteur a de la terre sous ses souliers, et cela fait la différence avec les idéologues précités.
    J’admire les articles fouillés, précis et ordonnés, je sais pour l’avoir fait dans une vie antérieure, le temps nécessaire pour les réaliser..sans parler des qualités pour écrire cela, pas données à tout le monde..
    Allez, je te souhaite bon vent pour les projets, et pour finir sur une note gaie, quelques conseils pour les amateurs de minous : comment faire avaler une pilule à un chat ?

    https://attentionalaterre.blogspot.com/2008/09/comment-faire-avaler-une-pilule-un-chat.html

  24. moi aussi j’ai lu, mais pas jusqu’au bout car nous avons une chatte qui aime tellement mon clavier d’ordinateur que je dois tout mettre à l’abri.
    Madame Zelda, que j’ai rebaptisée Miminou aime tellement se lover sur la tablette d’ordi ou s’asseoir face à moi et me faire des câlins et des ronrons que je la laisse un moment.
    C’est tellement bon ces petits moments d’amour……………
    Pour les médicaments Jean dit qu’il faut tout écraser, mélanger à du beurre et tartiner les pattes. Automatiquement le chat n’aimera pas et se léchera les pattes, donc le médicament sera consommé
    Pour l’instant nous n’avons pas encore besoin de médicament,on verra par la suite .
    Mais Jean, le spécialiste en chat se débrouillera.

    Je ne sais pas si j’ai déjà raconté comment cette chatte est arrivée chez nous, une histoire incroyable de petite annonce et une dame qui devait se séparer immédiatement de cette magnifique beauté de 6 ans.
    J’étais absente, Jean est allé chercher la chatte à Neuchâtel, et quand je suis revenue à la maison, LA BEAUTE était là, et j’ai pleuré tellement elle ressemble à la chatte de mes petits-enfants. C’est aussi le sosie de La Gamine de Bernard.
    Mais ce qui m’a étonné, pas tout de suite, mais il y a 6 jours c’était de me demander comment cette chatte, à peine arrivée dans l’appartement en avait pris possession et était déjà venue dormir avec nous le premier soir.
    Et bien j’ai pu apprendre qu’en principe il faut environ 3 semaines d’acclimatation, et moi j’en déduit que s’il n’a fallu que 4 heures c’est que cette chatte était malheureuse avec son ancienne propriétaire. J’en veux pour preuve que 2 soirs après son arrivée elle venait me tenir compagnie sur la table d’ordinateur.
    En plus, la première semaine son ex nous écrivait tous les 2 jours (la chatte est chez nous depuis le début du mois) et maintenant depuis le 20 février plus de nouvelles.
    Mais comme Jean fait de la numérologie, il a vite compris les raisons.
    Je vous quitte, la chatte vient d’arriver et je ne veux pas perdre mon message.
    Bonne soirée.

    je ne sais pas si vous avez appris les nouvelles, à cause du virus, le salon de l’automobile de Genève est annulé, tout comme toutes les manifestations de plus de 1000 personnes en Suisse, et ceci jusqu’à nouvel avis.
    Comme on est bien chez soi.

  25.  » Mais quand le contact est perdu depuis trois ou quatre générations, est-ce encore possible de retrouver ce lien avec les éléments naturels ? »

    Je crois que oui. Parisienne de départ, parents parisiens, grands parents parisiens, arrières grands parents parisiens, au dessus je ne sais pas mais pas paysans. Et pourtant j’aime la terre, son contact, la plante qui pousse après avoir été semée, quelque chose de viscéral, (c’est vrai que je suis la seule de la fratrie à aimer ce contact). Peut-être cela traverse de nombreuses générations car à l’origine, chasseur cueilleur puis agriculteur
    Absente depuis longtemps sur ce blog pour cause de nomadisme, trop en recherche d’un nouveau lieu de vie pour y être présente, envie de changement dans ma vie, je comprends ton désir Bernard et te souhaite bonne suite pour tous tes projets. Bise :heart:

  26. bonsoir, je ne trouve pas le bon post pour écrire ceci :

    la météo est en folie, de 16 h à 19 h nous avons eu éclairs, tonnerre, vent, fortes pluies, je ne sais pas ce que cela laisse préjuger, ces orages au début mars, Bernard pourra peut-être moi je voulais regarder dans mon livre des dictons, écrit par une météorologue vaudoise, mais Jean m’a dit pas la peine, tout a tellement changé dans ce monde de fou.
    bonne nuit les amis.

  27. Désolée de réagir si tardivement, j’étais en vacances avec mes petites-filles qui occupent bien mes journées :wink:
    Un immense MERCI à toi Bernard, qui nous a entraîné dans cette belle aventure … Le blogadupdup :wub:
    J’ai eu énormément de plaisir à participer aux discussions, parfois même à écrire quelques articles, et surtout à échanger avec un petit groupe de personnes que, au fil du temps, on finit par considérer comme de vrais amis.
    Et puis, nous n’oublierons pas ces séries de commentaires cultes (je pense entre autres à ça : http://www.leblogadupdup.org/2009/08/10/le-plus-ancien-orgue-jouable-au-monde/#comments), les ateliers d’écriture qui ont produits de superbes textes, les discussions endiablées (par exemple : http://www.leblogadupdup.org/2009/03/03/la-vierge-froide-et-autres-racontars/#comments), les jeux de mots (Ah, le « Je la carex ou je la laiche » d’Yves !!! :lol: ), et bien sûr, pour les jardiniers ou les amateurs de nature, la somme extraordinaire de choses que tu nous a apprises ou simplement montrées avec le talent dont tu es coutumier.
    Bref, un blog irremplaçable :smile:
    Même si tu n’écris plus d’article, je prédis que l’aventure n’est pas terminée. De nouveaux lecteurs, comme Najoi (qui écrit si bien et est pile poil en phase), découvriront le blog par hasard et relanceront des discussions. Je comprends la déception de Najoi d’apprendre en même temps qu’il existe un si chouette blog et qu’il s’arrête !
    Nous sommes tous tristes mais nous comprenons bien aussi ton nouvel état d’esprit et te souhaitons tout plein de bonnes choses et de belles réussites dans tes nombreux projets.

  28. Mouais.
    Je n’ai pas laissé de commentaire car ce n’est pas la première fois qu’il veut arrêter son blog notre Bernard ! Arrêter, c’est ce que l’on se dit au bout de quelque temps quand on a créé un blog. :blink:
    Cela dit, il est est vrai qu’il a pris de l’embonpoint ce Blogadupdup et que ce ne doit pas être facile de gérer tous les commentaires dans ces multiples rubriques…
    On verra au 1er janvier… quand tu auras recherché les accus ! :smile:

  29. Ce n’est effectivement pas la première fois que je dis que veux arrêter le blog.
    Mais c’est la première fois que j’arrête … :wink:

  30. Bonjour,

    Merci EtiNceLle. 😉

    Je prends autant de plaisir à lire les articles que la partie des commentaires. Il s’y niche toujours une ou plusieurs pépites qui vaut le détour.

    Ça grouille un peu dans tous les sens, à l’image des vers de terre, et je trouve ça vraiment sympathique. On se croirait dans une cour d’école. C’est souvent drôle, émouvant parfois et instructif.

    Vous apportez tous un peu de vous et c’est ce qui fait la singularité et la beauté de ce blog. C’est qu’on est généreux dans la famille du blog à dupdup !

    Une belle journée à tous,

  31. N’empêche, je regrette vraiment mais alors vraiment, que Bernard, n’ait pas écrit ses articles sur la permaculture et les végan.
    Surtout celui sur la permaculture parce que je suis totalement ignorante en ce domaine.
    Tout le monde en dit du bien.
    Bernard semble avoir un autre avis.
    Alors là, cela m’aurait intéressée d’avoir un point de vue différent de ce qu’on entend et voit partout.
    Quand aux végans, qu’ils fassent comme ils ont envie mais qu’ils ne cherchent pas à imposer aux autres !

  32. Ah non !!!

    Je cherche ce soir une bonne lecture sur le pianiste McCoy Tyner qui vient de nous quitter, et qu’est-ce que j’apprends !!!

    J’ai découvert ce blog et la générosité de Bernard il y a quelques années, ce devait-être avec les mots clés « Michel Portal, Jacky Terrasson, Marciac » que je suis arrivé ici. Et un super service alors de Bernard.

    Voici que les oiseaux me passionnent depuis quelques mois et je retrouve en moi les articles de Bernard très fouillés et passionnant sur ce sujet. Fin 2019, c’est parti, je me promets de lire l’intégralité du blog. Et des commentaires tant ils sont riches également.
    J’apprends des concerts (Bach, Leipzig), que les oiseaux tombent sur la main de Bernard, la bière Cantillon. Je découvre dans les commentaires Roland, Yves qui a le bon goût d’être du Finistère…, pour ne citer qu’eux (mes excuses !).

    Je suis surpris au fil des articles du blog, dès janvier 2006, de me retrouver en harmonie de penser tant sur la musique, la politique, et la nature.

    Je me disais qu’un livre papier serait une bonne idée et faciliterait la lecture, commençant à réaliser que le pari de la lecture entière du contenu de ce blog avec les commentaires serait difficile à tenir. Le but était aussi de remonter le temps et de retrouver tout le monde ensuite !

    Vos connaissances et votre passion de la nature doivent vivre !
    Vous allez me dire, tout est déjà dit et très bien dès les premiers articles en 2006. Et la justesse de l’analyse se vérifie par les faits en 2020.

    Nous vivons une époque compliquée, trouble, qui se tend.
    Vous êtes précieux pour l’éclairer, et montrer ou rappeler l’âme du vivant par vos mots.

  33. Salut Jérôme … depuis le temps !!! :w00t:
    C’est vrai qu’à défaut d’une bonne bière entre amis , nous avons partagé quelques graines qui ont fait le bonheur de nos potagers …. Et cela grâce à ce blog ! :happy:
    J’aurai aussi une pensée pour Francis ( je ne sais s’il passe toujours sur le blog ?) . Car l’autre jour , j’ai trouvé dans mes paquets de graines des sachets estampillés de son prénom . Elles germent Francis , elles germent … ! :wink:
    http://www.leblogadupdup.org/2013/12/19/blog-en-conges-24/

  34. Bonjour Yves,
    Ne voulant tout de même pas usurper une autre identité, il y a sans doute confusion avec un autre « Jérôme ». J’ai peu participé au blog, j’ai plutôt « pris »…

    Je viens de retrouver le seul fil où j’ai participé, en 2011… (http://www.leblogadupdup.org/2011/02/20/jazz-in-marciac-2/)
    Vous y êtes présent d’ailleurs Yves !

    Jérôme b
    (du bord de la Bretagne)

  35. Ah en effet , je pensai parler à Jérôme D du 91 !! :blush:
    C’est pas grave … Salut à toi Jérôme B ! :wink:
    Pour me faire pardonner Jérôme . Comme tu aimes le jazz et la Bretagne … Avec le groupe Fleuves on mélange des deux … Et moi j’aime bien !! :biggrin:

  36. Il est temps que je te dise un grand merci Bernard, pour tous les agréables moments passés à lire tes articles, les commentaires, regarder tes photos, et écouter la musique que tu nous as fait partager.
    Merci pour tout!
    Belle retraite de blogueur!

  37. Je me rends compte en tous cas que la fin du blog n’empêche pas les commentaires. Je n’avais pas trop de craintes de ce côté-là.

  38. Oui , je sais , j’ai tenter d’arrêter les commentaires sur le blogàdupdup , en mâchant des chewing-gums , la pose d’un patch , avec de la mauvaise bière …. mais j’suis désolé , j’y arrive pas !!!! :cwy:

  39. Je pense que je ne t’ai pas encore remercié Yves pour ce morceau du groupe Fleuves. Je découvre, c’est très bon ! Ce groupe pourrait avoir le label ECM !
    Ces mélodies aériennes font du bien en ces temps de confinement. Voir aussi les spectateurs danser et « communier » avec une proximité qui ne nous paraît plus possible aujourd’hui laisse rêveur.

    Ce virus covid-19, celui qui vient d’emporter aujourd’hui le guitariste brestois Jacques Pellen.
    https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-coronavirus-disparition-du-grand-guitariste-jacques-pellen-6813788
    Peut-être faisait-il parti de ton univers musical Yves ?

    Jérôme b

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: