147 réflexions au sujet de “Les oiseaux de l’hiver 2018-2019”

  1. Dans le jardin, ce sont les moineaux domestiques qui squattent la mangeoire, accompagnés de quelques mésanges charbonnières et bleues. Très calme en gros. Visite sporadique de verdiers et de mésanges huppées. Le rouge-gorge traine par là parmi les merles. Le pic épeiche, le geai et les pies passent pas très loin.
    Pas de friquet bien sûr, Je ne pense pas l’avoir vu au jardin l’année dernière, même avec les pinsons…

  2. Je n’ai pas revu le moineau friquet dans mon jardin depuis l’an passé. il y a 7 ou 8 ans, quatre nichoirs étaient occupés, c’est désormais fini, il n’y a plus un seul couple ! :sad:

  3. Bonsoir Bernard,
    il me semble avoir vu des moineaux avec ces belles couleurs. Pour moi qui n’y connait pas grand chose avec les différentes familles des moineaux, je pensais que c’étaient des mâles.
    Je vais ouvrir les yeux, car il fait bien froid maintenant et cela défile à la mangeoire.
    (parfois même la chatte, mais les oiseaux sont plus rapides).
    Bonne soirées les amis.

  4. Jacqueline, le moineau friquet se reconnait avant tout à sa tache noire sur la joue blanche. Regarde ça en priorité et tu verras si le moineau friquet est à ta mangeoire. Sans doute que non (il s’est considérablement raréfié) mais pourquoi pas …

  5. Chez moi dans la Drôme, je n’ai jamais vu aucun moineau, riche ou pauvre venir se restaurer à mes mangeoires. Par contre, les chardonnerets, ça, y’en a à foison !
    Chez moi à Autrans sur le Vercors, il y a des dizaines de moineaux sur ma mangeoire … mais ce ne sont que des pauvres domestiques :sad:
    Et chez mes enfants en Savoie, il y a aussi beaucoup de moineaux, mais toujours des pauvres domestiques.

  6. Si un jour j’observe un moineau friquet dans le Finistère , je vous dis pas comment ça va faire le buzz chez les ornithos bretons !!! :blink:

  7. Du classique pour la maison avec mésanges, chardonnerets, moineaux, sittelle, pinsons des arbres, verdier…
    Quant au friquet il est venu à la mangeoire d’une voisine il y a quelques années et il ne figure pas sur la liste des oiseaux vus chez moi.
    A noter que le moineau domestique aussi est en régression…

  8. Hier vers 15H, un faucon pélerin est passé au-dessus de la maison. Son observation est devenue régulière, il a un perchoir au-dessus de la colline et surveille toute la vallée de l’Ognon, je le vois désormais 5 ou 6 fois par hiver.

  9. ici, en Provence intérieure, passages d’immenses nuages d’étourneaux faisant un bruissement de ventilateur et s’abattant volontiers dans les vergers d’oliviers pourtant déjà vides (sauf au sol). D’où viennent-ils et comment peuvent ils tous se nourrir dans ce dessert d’insectes, le froid ayant raréfié mouches et moustiques ?

  10. Avec mon ancienne présentation du blog, lorsqu’on cliquait sur les images on les avait en meilleure qualité. Mais j’avais oublié de cocher un truc, ce qui n’était pas grave car l’ancienne version gérait quand même les choses par défaut. Depuis que je suis passé la semaine dernière à la nouvelle version, on n’a plus la possibilité d’agrandir les images sur mes anciens articles (ou alors il faudrait que je reprenne tous mes articles un par un, ce qui serait fastidieux). La chose est réparée depuis ce matin mais uniquement pour les nouveaux articles. Donc, si vous cliquez sur la photo du moineau friquet, il devrait apparaître en meilleure qualité.

  11. Puisque tu évoques les changements avec ta nouvelle formule, il y a une chose que je trouvais bien et qui a disparu.
    C’est que le dernier commentaire sur lequel on avait cliqué la fois précédente apparaissait d’une autre couleur dans la liste à droite.
    Ainsi, on savait rapidement on en était resté à la visite d’avant.

  12. C’est parce que depuis le début du blog il s’est passé du temps, vous avez tous pris une douzaine d’années de plus, et que, à votre âge avancé, il n’est pas superflu de relire les choses deux fois pour les comprendre ! :whistle: :wink:

  13. Je crois qu’on le fait tous, et c’est si j’ai bien compris un très bon moyen de lutter contre la pollution cyber pour WordPress (peut-être les choix effectués par le consortium Dupont incorporation).
    C’est l’occasion aussi de vérifier qu’on sait encore comment on s’appelle. :whistle:

  14. Oui mon Christophe. tu es un bon petit! Bonne année à toi aussi ! :biggrin:
    Sérieusement, tu as raison. C’est vrai qu’il y avait des problèmes, en particulier avec mon adresse…

  15. Etincelle, le problème technique que tu évoquais (couleur des commentaires déjà lus) est résolu semble-t-il. Stéphane a rectifié. Merci de l’avoir signalé, ça aurait pu durer longtemps comme ça. :wink:

  16. Des dizaines de mésanges charbonnières, mais seulement 5 bleues alors qu’il y a encore 4 ans j’en comptais bien plus. Des nuées de verdiers et chardonnerets en passage le matin sur les graines au sol, quelques pinsons mais pas de pinsons du nord ou de gros-bec pour l’instant (il ne fait sans doute pas assez froid). Un rouge-gorge, un accenteur qui se cache dans la végétation et quelques merles autour des pommes laissées au sol. Pour cette année, le résultat est bien maigre tant dans la diversité que le nombre. Ou sont passés les sitelles, les pics épeiches, les mésanges nonnettes…. Bref pas top pour l’instant malgré divers postes de nourrissages opérationnels disposés dans le bocage gourdonnais. A suivre !

  17. Pour Jacqueline. Moyen mémo technique pour reconnaitre le moineau friquet.
    Ce moineau dispose d’une virgule noire sur la joue!

    En effet les friquets sont toujours à la virgule prêt !!!!!! :w00t::w00t::w00t:

  18. Le moineau friquet est toujours prêt : quand on lui imprime une virgule sur la joue droite, il tend la joue gauche et s’en reprend une. :smile:

  19. Une heure et demi d’observation des vas et viens à la mangeoire: c’est joli, ça vole dans tout les sens… Mais, retirez les mésanges charbonnieres, les pinsons des arbres, les pinsons du nord, (arrivés avec la neige) et quelques rares pierrots et il reste… un rouge-gorge! :sad:

  20. Hautes Alpes 05310 1000m neige froid depuis un mois et pas un oiseau dans la mangeoires a part les moineaux de l annee qui nichent dans les 10 nichoirs de la maison. Deja l annee derniere il y avait moins d oiseaux. Avant en 2011 ca grouillait de mesanges noires charbonnieres un peu de bleu. Des pinsons. Des tarins des aulnes. Parfois quelques rouges gorges , pies,ou pinson du nord. Mais cette année, absolument vide de visites.

  21. Il y a parfois quelques soubresauts, on a l’impression que les effectifs d’oiseaux remontent mais globalement on voit bien qu’au fil des années tout va irrémédiablement vers le bas. :blush:
    premier gros-bec aujourd’hui, un mâle (comme il faisait à peine frisquet, les femelles ont dû rester sous la couette !) :whistle:

  22. Il y a 10 jours, il y avait une petite migration d’une quinzaine de bergeronnettes grises autour du hangar de mon frère. D’habitude, je ne constate ce genre de migrations qu’au début mars.

  23. Bonsoir

    je viens d’entendre sur TF1 que la chasse aux oies cendrées est ouverte, sauf en Alsace. Cela me choque que l’on puisse tirer sur ces oiseaux, et surtout les manger.
    Qu’en pensez-vous ?

  24. Oui, d’accord avec toi, il est inadmissible qu’à un époque où la biodiversité diminue de partout on s’en prenne aux rares espèces dont les effectifs se portent bien.

  25. mais alors Bernard, que peut-on faire, ou que pouvez-vous faire ?
    si je ne me trompe pas, en Suisse les chasseurs ne peuvent que tirer les canards, mais avec un permis spécial, et pendant le temps réglementaire les « plumes » mangeables.
    Mais je peux me tromper.

  26. merci Christophe, j’espère que les chasseurs seront très maladroits………..

    mais je me pose une question, est-ce-que ces oies,cendrées ou non, sont comestibles ?
    si oui, les chasseurs devraient avoir « vergogne » en les mangeant………..

  27. ah bon…………….je veux bien manger de l’oie élevée dans une basse-court, mais celles qui volent en formation je doute fort qu’elles soient « mangeables »
    bonne soirée

  28. j’ai peut-être mal compris la raison de l’autorisation de chasser les oies cendrées en France, mais je me dis que si c’est pour les manger, la chair des oiseaux doit être dure.
    Par contre, si ce n’est pas pour les manger, que deviennent les cadavres.
    bonne journée.

  29. C’est bien pour les manger ! L’oie est une excellente volaille lorsqu’elle sort d’une basse-cour, c’est sans doute meilleur quand elle est sauvage ;-)
    On parle bien là de gibier, de chasse et de consommation. En général ce sont les chiens qui rapportent les oiseaux abattus. C’est bien sûr possible que certains ne soient pas récupérés ou un peu trop plombés !

  30. Etonnant, il y a un bon coup de froid sur la région mais toujours aucun grosbec à la mangeoire…

  31. merci Christophe. En parlant de chasse d’oiseaux d’eau (en l’occurrence canards) il me revient une « aventure » mais vieille de plus de 30 ans. Nous avions un ouvrier menuisier qui allait à la chasse, en janvier avec permis spécial, dès le jour levé il allait tirer les canards sur le Lac Léman. Il m’en avait donné un, j’ai mis 3 heures pour le plumer, 2 heures pour le cuire et nous n’avons pas eu de plaisir en le mangeant, tellement la viande était dure. Et quand j’ai dit à notre ouvrier, qui était aussi un copain que son canard était dur, il m’a dit, normal, j’aurais du te dire qu’il fallait l’écorcher et non le plumer…………
    Alors quand je vois des canards sur le lac je me souviens encore………….

  32. comme c’est d’actualité, il fait froid pour manger du foie de canard, sauf que je n’aime pas le foie gras, tant pour le goût que comment il est réalisé, par contre du vrai foie de volaille avec une persillade, je ne dis pas non.

  33. Manger ou non du foie gras ? Ce serait un beau sujet de discussion sur le blog, non ?
    (à noter que j’ai en préparation un article un peu polémique : « anti-végan », mais je ne suis pas certain encore de le mettre en ligne.

  34. Une fois de plus, l’Etat français s’en fout d’être con damné et de payer des pénalités, vu que c’est le contribuable qui, de toute façon, au final, payera … :blink:

  35. Il y a un certain rapport entre ce problème des oies cendrées et … les Gilets Jaunes. Je m’explique. Le monde rural est incompréhensible depuis Paris et nos gouvernants actuels n’y comprennent absolument rien. On avait eu jusqu’à présent des présidents issus du terroir, qu’ils soient de droite comme de gauche (Chirac, Mitterand, Giscard …). L’élection de Sarko, issu de Neuilly, a changé la donne. Celle de Macron issu du monde de la finance a confirmé la tendance. Et comme ces deux présidents-là (Sarko, Macron) ne comprenaient rien à la ruralité et se sont entourés de consultants à la « mords-moi l’noeud », qui leur ont fait croire que la ruralité c’était la pêche, la chasse, les traditions à la con qui ne veulent plus rien dire, de ce fait on cajole l’électorat des chasseurs, des pêcheurs sans se rendre compte que la ruralité ce n’est pas ça du tout, que la pêche et la chasse sont ringards et complètement marginalisés dans le milieu rural (moins d’un habitant sur 50). Le divorce entre ville et campagne (qui sous-tend la lutte des GJ) vient, à mon avis, en grande partie de cette erreur d’appréciation de ce qu’est réellement le monde rural. On prend les provinciaux pour des ploucs, mais si je ne prends que l’exemple de l’offre culturelle, tous les gens que je connais dans ma région profitent énormément des politiques mises en place par les collectivités (concerts, expos, théâtre …) alors que les quelques parisiens que je connais sont trop crevés le soir pour reprendre leur bagnole (ou le métro) et profiter de l’offre culturelle énorme qu’il y a à Paris (mais qui n’est pas consommée par les parisiens, mais au contraire en grande partie par les touristes et par les provinciaux qui vont à Paris). La vie « métro-boulot-dodo » ne permet pas l’épanouissement qu’on peut avoir ici dans nos territoires ruraux. Alors plouc, vous avez dit plouc ?

  36. Une chance Jacqueline, d’accord !
    Je rejoins une bonne partie de ton argumentaire Dupdup, en tout cas sur la rupture avec le rural depuis Sarko puis Moncron (je suis pour l’équité donc diminutif pour tous ;-)
    Mais sur le clivage chasse/écolos, c’est plus ancien et tous les pouvoirs depuis longtemps recherchent le rural à travers la chasse. C’est dire à quel point le pouvoir est largué, ignorant de ce que vivent ceux de la campagne.
    Ce que je crois de l’erreur de jugement ou du relais cherché, c’est l’angle réseau. Je m’explique. Le réseau des chasseurs (AAPPMA, Fédération, ONC…) est parfaitement conforme à celui des politiques, assez simple, réglementé et pyramidal.
    Celui des APN (associations de protection de la nature) est moins immédiat : il implique écolo (limite gauchiasse, bobo…) et une multitude de structures, de sensibilités, vous voyez un peu leurs limites sur le plan politique.
    Le pouvoir, qu’il soit local, départemental, régional ou national, ne s’y retrouve pas, et ne peux « y former » l’opinion sans se faire piéger dans sa nécessité d’enfumer avec sa comm’. Et là, le monde de la chasse avec notre cher lobbyiste Thierry Coste est parfaitement indiqué.
    Alors voilà, 12ème recours gagnant de la LPO contre l’Etat… bête à manger du foin, si proche des oies !

  37. Des vannes de ce type, j’en ai plein un car ! Mais ça va me passer, car comme le dit le vieil adage :
    « Jesus crie et le car à vannes passe ! »

  38. Bernard > il y a une petite vingtaine de moineaux friquets dans le grand parc de Saint-Ouen , à côté de chez moi ( c’est le 95 en Ile-de-France) : c’est un espace avec des jardins ouvriers , et les moineaux nichent dans le site CPCU ( chauffage urbain )
    c’est plutôt une rareté dans toute l’Ile-de-France > trop de moineaux domestiques sont signalés en friquets sur les sites des photographes …. bonne continuation,

  39. 20 moineaux friquets ensemble, c’est devenu si rare !
    Toujours pas de friquet cet hiver chez moi.

    Je désespérais d’avoir l’accenteur mouchet, habituellement présent tous les hivers. Depuis aujourd’hui il est présent à mes deux postes de nourrissage. Une femelle chez moi et un mâle à « la cabane ».

  40. bonjour, quel temps magnifique depuis quelques jours, et cela devrait durer encore deux semaines, selon météo suisse.
    je viens d’entendre sur TF1, de voir aussi un reportage sur les grues qui volent en formation pour rejoindre leurs lieux de reproduction.
    Banal, banal me direz-vous. D’accord avec vous sauf que le réalisateur de ce reportage s’appelle Legrué !!!!!!!!!!

    Bon après-midi.

  41. Les cigognes sont passées chez nous la semaine dernière (en route vers leurs quartiers d’été)

  42. Bonjour, bonjour,
    petite question pour les spécialistes : avez-vous déjà vu des milans cette année ?

    Jean croit, mais pas tout à fait sûr, avoir vu un royal passer au dessus de chez moi il y a deux jours.
    J’ai cherché des informations sur internet mais aucun passage n’est signalé pour 2019, mais il fait tellement beau que l’on peut s’attendre à tout.
    Bon après-midi les amis.

  43. Deux groupes de cigognes ici il y a deux heures dans les champs de Bussières : 50 cigognes puis un deuxième groupe de 24. Les deux groupes, dérangés par l’arrivée de tracteurs, se sont envolés puis se sont rejoints dans le ciel.

  44. magnifique, ça sent le printemps………..envie de chanter « les cigognes sont de retour….. »
    et l’envie d’aller en Alsace………………
    Nous attendons les milans……………..

    bon après-midi les amis.

  45. Ce soir, il y a une bonne centaine de cigognes dans les champs de Bussières. C’est une espèce qu’on voit maintenant tous les ans, mais jamais autant.

  46. Une vingtaine de milans royaux dans notre ciel sud-corrézien, hier matin. Beau ballet.

  47. bonjour Maïvon, quelle bonne nouvelle, qui me fait penser que nous reverrons nos chers milans dans une petite semaine, tout dépendra de la météo.
    C’est vrai que c’est génial de pouvoir les voir tournoyer au dessus de nos maisons.

  48. Maïvon !!!
    Tu habites en Corrèze ?
    Mais pourquoi m’étais-je imaginée que tu vivais en Bretagne ?

  49. Pour revenir à la fréquentation des oiseaux à la mangeoire … Chez moi dans le Finistère , c’est resté dans la normale pour un bon nombre d’espèces , sauf le Verdier d’Europe , en forte diminution et la Mésange bleue , en forte augmentation .
    Voici une liste qui exprime la moyenne des espèces présentes sur une journée cette hiver au poste de nourrissage :

    –Sur les graines et graisses —
    – Pinson des arbres : +/- 100
    – Pinson du nord : 2
    – Verdier d’Europe : 4/5
    – Mésange bleue : +/-30
    – Mésange charbonnière : 8
    – Chardonneret élégant : 4
    – Bruant zizi : 4
    – Bergeronnette grise : 2
    – Rougegorge familier : 2
    – Accenteur mouchet : 2
    – Sittelle torchepot : 2
    – Pic épeiche : 2
    – Geai des chênes : 4

    — Sur les pommes —
    – Merle noir : 10
    – Grive draine : 2
    – Grive litorne : 6/10
    – Grive mauvis : 10/20
    – Etourneau sansonnet : +/- 50
    – Fauvette à tête noire : 2

  50. Même constat pour l’augmentation de la mésange bleue. Tout le reste (sauf peut-être le pinson des arbres) est en diminution.
    Cela dit, on a un hiver tellement doux ! Du jamais vu je pense …

  51. Il n’est pas évident d’avoir des données objectives sur le sujet. Peut-être que je surestime le nombre d’oiseaux qu’il y avait autrefois. Mais une chose est sûre, c’est que j’utilise 200 kg de tournesol en moyenne par hiver (c’est ce que je commande en général), que ce chiffre est parfois monté exceptionnellement à 300 kg (à trois ou quatre reprises) et que cet hiver je suis …. en-dessous des 100 kg !!!!!!!!!!! :cwy:

  52. Moi aussi, je n’ai presque rien passé comme tournesol cet hiver par rapport aux autres.
    Mais vous en avez déjà vu un mois de février comme celui-ci ?
    Je ne sais pas si les oiseaux ont faim mais en tout cas, ils n’ont pas froid.
    La petite consommation de tournesol vient-elle d’un plus petit nombre d’oiseaux ou bien d’ un temps trop clément ? Peut-être des deux à la fois.

  53. C’est la première fois ici qu’on voit un lézard en janvier et en février. On a vu une guêpe vers le 15 février, des mouches et des moustiques en janvier … du jamais vu pour moi.

    Dans un autre domaine : autrefois mon frère rentrait ses vaches pour l’hiver en novembre, les années précédentes c’était au début décembre et cette année au début janvier …

  54. Bonsoir à tous,
    comme j’ai du temps, je ne résiste pas à vous copier un article de journal paru ce jour.
    Cela se passe en Suisse, naturellement, à Colombier sur Morges, et le titre « alléchant » est LE RETOUR D’UN OISEAU RARE. Il est rédigé par : Lionel Maumary, ornithologue.
    « le cochevis huppé, une espère de grosse alouette, n’avait plus été observé en Suisse romande depuis vingt ans.Un mâle fait une halte en ce moment sur la Côte vaudoise.
    vendredi cet oiseau a été vu à l’extérieur du village près d’un champ qui vient d’être labouré.
    Il s’agit d’un mâle isolé, vraisemblablement sur le chemin du retour de migration et qui semble bien décidé de rester dans la région.
    En pleine saison des amours il chante en vol nuptial. Sa présence dans la région est une bonne nouvelle, même s’il y a peu d’espoir que ce mâle chanteur trouve une femelle sous nos latitudes. Mais pour lui c’est bien plus qu’une escale migratoire, il a décidé qu’il allait nicher là, explique l’ornithologue. »

    je poste ce texte et je continue.

  55. la suite,,,,donc cet oiseau déterminé, en l’absence d’oiseau de son espère poursuit les alouettes des champs, celles qui lui ressemblent le plus. Il fait un peu le trublion parmi elles, rigole Lionel Maumary. Mais il craint aussi que ce cochevis huppé, sans partenaire, disparaisse comme il est apparu et reparte soit vers le sud ou à l’est,,,,,,,,,,,

    voilà, pour une fois que j’ai quelque chose à raconter.

    bonne soirée les amis.

  56. Bonsoir à tous.

    J’ai une question destinée à Bernard : as-tu reçu mes mails d’hier soir ?

    j’ai quelques problèmes avec notre ordi, si pas reçu je vais essayer de te les renvoyer.

  57. bien reçu le mail. Quant à l’oiseau qui vole après les hirondelles, si j’ai d’autres nouvelles, je te tiendrais au courant.
    bravo pour la future naissance, tu me l’avais déjà annoncé.
    quant à moi le ou la sixième arrière (cela ne me rajeunis pas) arrive à la fin du mois.
    Et nous attendons de pied ferme les milans.

  58. La semaine passée, une vingtaine de milans royaux au-dessus de nos têtes à la maison: magique. Nous en avons neuf à demeure toute l’année, et là je pense que les autres ont fait une pause avant de reprendre leur migration car nous ne les avons pas revus.
    Autrement, sur les boules de graisses des mésanges et encore des mésanges(bleues et charbonnières). Où sont passé les pinsons qui d’habitude vienne picorer sous les boules? Mystère. Deux bergeronnettes à demeure au jardin toute l’année.

    Nous avons circulé sur 1500 km pendant la période chaude de février, pas d’impact d’insecte sur le pare-brise. Les oiseaux disparaissent mais en amont les insectes aussi. P….. d’insecticides et autres pesticides!

  59. Bonjour Maïvon

    super les milans………….nous attendons les noirs qui passerons l’été dans notre région.
    Avons vu déjà quelques royaux, mais seulement de passage.
    Quant aux mésanges elles boudent les boules de graisse, tout comme les moineaux, mais ces visiteurs sont très fidèles aux graines de tournesol.
    Nous attendons encore les verdiers, et notre petit rouge-gorge.
    Quant aux pies et corneilles ce sont des goinfres, elles finissent tous nos restes.

    Il faudra que je cuise des plus grandes quantités quand les petits seront là, car les nids sont très près de chez nous.

    et toujours pas de pinsons………….je reconnais aussi que cette saison il y a très peu d’oiseaux.

    Nous avons déjà vu les abeilles gourmandes des pollens de nos premières fleurs, et aussi deux abeilles sauvages qui cherchent une fissure près de nos embrasures pour se loger.

    bon après-midi

  60. C’est normal que les mésanges boudent les boules de graisse, des bruits courent comme quoi elles seraient faites avec des résidus graisseux de station d’épuration … :alien:

  61. J’ai deux postes de nourrissage, distants de plus d’un kilomètre. Zéro pinson à l’un, des dizaines à l’autre. Pas l’ombre d’une explication … :blush:

  62. peut-être que la couleur d’un des postes de nourrissage ne plait pas……………..

  63. non non, cela fait 18 ans que les deux fonctionnent et c’est la première année où je constate une telle différence

  64. Je viens d’entendre le chant de la fauvette à tête noire …
    C’est l’printemps
    La la la la la la la la
    C’est l’printemps …

  65. C’est étonnant comme le printemps semble calqué sur la date de Pâques. Tout le monde dit ici que lorsque Pâques est tard, le printemps est tardif. Ce qui est le cas cette année.
    Exemple d’indicateur parmi d’autres : la floraison des forsythias. Ceux-ci se sont mis à fleurir seulement cette semaine (et tous ne le sont pas encore). Or, il arrive souvent, même ici en Franche-Comté, qu’ils fleurissent en février.
    Quelqu’un connaît l’explication pour ce rapport « date de Pâques/précocité du printemps » ?
    Le cycle lunaire ?

  66. Je note tous les ans (si j’y pense) la date de floraison du prunier sauvage de ma cour.
    Je ne trouve pas que ce soit plus tard que d’habitude.
    Voici les dates :
    2010 : 26 mars
    2012 : 27 mars
    2013 : 3 avril
    2014 : ?
    2015 : 20 mars
    2016 : 7 mars
    2017 : ?
    2018 : 13 mars
    2019 : 10 mars

  67. Les milans noirs sont arrivés.
    Sinon, hier, j’ai vu un corbeau freux avec des tâches blanches sur les ailes.
    Sans doute un pépé corbeau ? :biggrin:

  68. bonjour, nous attendons les milans noirs, si c’est comme toutes les années ce sera entre le 19 et le 21 mars.
    Je ne manquerai pas de vous en informer.

  69. Non Non, pas une corneille mantelée, c’était bien un corbeaux freux.
    Mais ses ailes avaient des taches blanches (bien blanches, pas grises), comme s’il avait été aspergé de javel !
    Je n’avais jamais vu ça :blink:

  70. Décidément, il se passe des choses étranges en ce moment.
    Un corbeau qui blanchit ! … et …
    Là, il y a 10 buses posées sur le haut du gros chêne vers chez moi. Je n’ai jamais vu des buses se comporter ainsi. D’habitude on n’en voit pas plus que une, deux ou trois à la fois.
    Cela pourrait-il être autre chose ?
    Avec les jumelles, j’ai pourtant bien eu l’impression qu’il s’agissait de buses variables.

  71. bonsoir,

    une corneille qui « blanchit » c’est vrai. Pendant quelques années nous avions un couple de corneilles, qui ont eu une couvée de quatre. L’année d’après, les petits sont partis, mais les parents sont restés et pendant deux ans nous avons bien remarqué des plumes blanches.
    Cette saison, plus de « plumes blanches » mais deux couples de corneilles squattent notre propriété.
    Bernard, je veux bien penser pour les milans noirs, mais jamais autant sur un arbre.
    Mais bon………..je ne sais pas dans quelle région habite Etincelle.
    Chez nous, jamais plus de deux milans sur l’arbre…………..
    Et nous attendons toujours les « nôtres »
    bonne soirée à tous.

  72. J’y ai pensé aussi mais même s’il s’agit de milans noirs, je ne les avais jamais vus comme ça dans un arbre si nombreux. Ils sont restés posés sans bouger pendant plus d’une heure !
    Ou alors, ils viennent juste d’arriver de migration et c’est leur habitude à ce moment là d’avoir ce comportement ?
    Ceci dit, aux jumelles, cela ressemblait plus à des buses qu’à des milans noirs.
    Bon, cela restera un mystère.

  73. Et pour le corbeau freux, ce n’était pas des plumes qui étaient blanches mais cdes têches sur des plumes.

  74. Le milan noir est bien plus sociable que la buse et j’en ai déjà vu une centaine posés ensemble sur quelques arbres, c’était lors d’une migration de fin juillet.

    De beaux passages de buses variables sont signalés en ce moment dans la Drôme.

  75. Bonjour,
    J’habite Jarville la Malgrange en Meuthe et Moselle, j’ai un jardin, pas très grand mais il a toujours beaucoup plu aux insectes et aux oiseaux. Je leur laisse un petit fouillis d’où les oiseaux extraient ce qu’ils leur faut pour nicher. Cette année, à cette date ils ne sont pas là ! Pourquoi ? Nous avons déjà remarqué l’abandon les années précédentes, mais pas à ce point. Nous nous inquiétons très sérieusement…

  76. La biodiversité baisse d’année en année et c’est catastrophique. Ce qui est vraiment inquiétant c’est qu’elle baisse y compris dans les endroits que l’on protège, que l’on aménage, qu’on laisse évoluer librement …
    Rien n’a changé en mal autour de chez moi, le milieu est le même que celui que j’ai trouvé il y a près de vingt ans en arrivant (autour de ma maison c’est même mieux). Or, malgré cela, le nombre d’espèce d’oiseaux qui se reproduisent dans mes nichoirs est tombé de 9 à 3. Cette année, pour la première fois, la sittelle n’est plus là. :angry:

  77. bonjour à tous,

    le restaurant des milans noirs est ouvert depuis quelques jours,et nous avons déjà plus de 10 clients.
    Les petits suisses vous souhaitent un bon WE. Amitiés.

  78. Quelle régularité au fil des années !
    Ce sera pareil dans 10 ans, ce sera pareil dans cent ans, et ce sera pareil dans milan !

  79. Les chardonnerets et les queues-rouges sont arrivés il y a quelques jours. Ca virevolte dans tous les sens pour récupérer de quoi faire les nids dans des endroits improbables parfois. Les hirondelles viennent d’arriver ce week-end. Elles retrouvent les nids de la grange du voisin ou de la vieille église du hameau. Elles sont 4 pour l’instant, ce qui n’est pas beaucoup.

  80. Un couple de faucon crécerelle s’est installé dans un nichoir installé dans le mur de la maison de mes parents. Hier le mâle est arrivé en criant, il tenait un lézard. Il s’est posé sur la cheminée du toit de la maison, la femelle est sortie du nichoir, elle est venue se poser très rapidement vers le mâle qui lui a offert le lézard. Le mâle est reparti, la femelle est rentrée au nid avec le lézard. Tout ça me promet de bien belles observations ce printemps. :wub:

  81. Pinson du nord à l’instant au poste de nourrissage. Je ne l’aurais sans doute pas remarqué mais Joëlle a l’oeil vigilant (les filles ça voit tout !!!!!!!!!!!!!).
    Sylvain a beaucoup d’oiseaux en ce moment au poste de nourrissage, Dan également. Comme cela a souvent été dit sur ce blog, cela confirme l’importance qu’il y a de nourrir encore au début avril, période difficile pour les oiseaux.

  82. coucou Bernard
    ton couple de faucons crécerelle est-il encore là, ou bien est-il reparti.
    Je me demande si le lézard n’était pas un poisson, vu la date de ton message..

    Il fait très froid chez nous, et les oiseaux n’arrêtent pas de venir manger les graines.

  83. ok Bernard alors il n’y avait pas comme………….un lézard.
    Bon week-end

    ah, une question, es-tu papy ou grand-papa

    moi, depuis le 3 avril je suis encore arrière grand-maman, Charlie (fille) est arrivée le 3 avril à 00h28. J’ai donc ,5 princesses et un petit roi.

  84. Bonjour à tous, et bon lundi de Pâques.
    Je vous avais signalé que les milans noirs étaient de retour, cela fait maintenant 4 semaines et que chaque jours les amateurs de viande ne manquent pas de venir nous dire bonjour chaque matin. Comme toujours il y a la « sentinelle » et dès que Jean arrive dans le jardin avec son cornet, et répand la viande sur le « terrain atterrissage » pas besoin d’attendre longtemps pour voir arriver une quinzaine d’affamés, ou de gourmands.
    Comme toujours les rapaces « plongent » et saisissent en vol les petits morceaux que Jean prend soin de couper en lanières.
    Nous n’avions jamais vu d’oiseau se poser et rester au sol pour manger, et bien, depuis hier c’est arrivé.
    Jean n’avait pas l’appareil de photo hier, mais vous pensez bien que ce matin il s’est mis en embuscade et il a eu le plaisir de pouvoir photographier, un, puis deux milans.
    Bernard je vais t’envoyer les photos par mail (dans l’après-midi) et tu pourras reconnaître notre jardin et la piscine.
    Oh, je sais que c’est courant chez Bernard de voir des milans au sol, (carcasse de bête au sol), mais nous habitons en pleine zone de villas, alors je ne sais pas si les voisins apprécieraient.
    Je reste à disposition si un lecteur/lectrice désire des photos, il suffit de me donner une adresse mail.
    A bientôt. Amitiés, et attention à la crise de foie (oeufs et chocolat)
    Chez nous, rien à craindre vu mon estomac fragile.

  85. Miracle ! Le pic mar vient de venir à l’instant à mon poste de nourrissage devant la fenêtre, après plusieurs années d’absence. :wub:
    Et en plus, j’ai eu le temps de faire quelques images. :wink:

  86. Bonsoir, début avril Bernard écrivait qu’il était important de nourrir encore les oiseaux.
    Chez nous, en ce moment, c’est un va-et-vient continu, même tard le soir, des moineaux, mésanges bleues et charbonnières, et cet après-midi deux verdiers se sont joints aux
    voraces moineaux.
    Le couple de ramier vient aussi se goinfrer des graines de tournesol.
    Dans le jardin nous pouvons observer deux écureuils.
    Je vous souhaite un bon week-end.
    La bise est tombée (rassurez-vous elle ne s’est pas fait mal) nous avons eu un peu de pluie, mais très peu, et il fait encore froid.

  87. J’avais écrit effectivement qu’il est important de nourrir les oiseaux au début de printemps, au moins jusqu’au 15 avril (difficulté pour les oiseaux à faire la jonction entre les dernières ressources de l’année précédente – graines surtout – et les premières nourritures disponibles au printemps, insectes surtout). Cette année est un peu particulière car le printemps est froid, très froid. Je continue de nourrir les oiseaux pour un objectif un peu égoïste. En effet, je veux reprendre prochainement (dès que j’aurai un peu de temps) mon expérience de nourrir les oiseaux sur la main (voir ici les articles 1 et 2) mais aussi l’écureuil (je mets ces liens pour les « petits nouveaux du blog qui n’étaient pas là à l’époque mais aussi et surtout parce que cela a été l’une de mes plus belles expériences de ma vie, j’en ai même le coeur qui s’accélère dès que j’y pense). Et surprise, je m’aperçois que la fréquentation de la mangeoire ne désemplit pas : pic épeiche, pic mar, sittelle, verdiers, mésanges …).

  88. viens chez nous, il y a deux écureuils qui n’arrêtent pas de monter et descendre des bouleaux et narguer la chatte qui voudrait bien les attraper, mais ils sont plus rapides qu’elle.
    Heureusement ils ne traversent pas la route, ainsi la chatte échappe aux voitures.
    bonne nuit.

  89. Trois sittelles à l’instant devant la maison. L’une d’entre elle a donné une becquée à une autre. Les jeunes sont donc sortis du nid.

  90. Madame rouge-queue est au nid sous l’appentis, nullement gênée par nos va-et-vient. Peut-être cette année y aura-t-il des naissances et des petits qui grandiront jusqu’à voler de leur propres ailes. Les années précédentes, nid au même endroit, naissances et chutes du nid fatales.
    Nous avons aussi une martres les parages alors grand danger.

  91. Ça piaille partout : nids de grimpereau des jardins, rougequeue noir, mésange bleue, mésange charbonnière à la maison… et le soleil enfin !

  92. J’ai eu un nid de rouge-queues noirs sur une étagère dans mon abri de jardin. Les jeunes se sont envolés samedi dernier.

  93. bonsoir à tous,

    il y a eu beaucoup de naissances dans les espèces d’oiseaux qui sont dans nos parages.
    hier soir j’ai assisté au vol de la famille pie, deux petits qui voletaient de branches en branches d’un pin.
    Et quelques minutes plus tard le couple de corneilles s’occupait de ses quatre rejetons.

    Il va être intéressant de regarder le matin si les petits viennent aussi voler la viande des milans.

    Et puis une jolie ex pression entendue dernièrement la télé.

    Pourquoi les canards ne sont jamais en retard ? parce que ils sont toujours dans l’étang.

    Bon été les amis.

  94. Dans le même genre (inventé à l’instant) : et pourquoi les hirondelles vont aussi vite que les voitures qu’elles survolent ? Parce qu’elles sont toujours dans les cieux ! :w00t:

  95. Bon, ben alors j’y vais aussi :
    Mais pourquoi les Apollons chantent-ils donc comme des casseroles?
    Passque les corps beaux croassent! :silly: :silly:
    (Je crois que je ferais mieux de sortir…)

  96. Bonsoir, j’espère que vous allez bien.
    Je sens que je vais me faire gronder, mais j’écris tout de même. Toute l’année Jean dépose des graines de tournesol sur une fenêtre et nous pouvons observer les moineaux, différentes sortes de mésanges et ce jour un verdier. Tous les oiseaux viennent avec leurs petits et c’est super joli de voir les mamans les nourrir.
    Mais, vu les conditions météo Jean a remis des boules car il avait remarqué que les oiseaux se posaient sur les supports où nous mettions les boules. Et bien ce sont des voraces qui se jettent dessus et les boules disparaissent même plus rapidement qu’en hiver.
    Même un pic est revenu.
    Alors je me demande pourquoi, en fait je suppose que les oiseaux sont en manque de vers et d’insectes et ont besoin de « gras ».
    Quant à l’eau, Jean en remet chaque matin dans les différents « abreuvoirs »
    bonne soirée et bonnes vacances les amis.

  97. Ma réponse est simple : c’est comme pour les gens, l’été est en train de devenir une saison difficile pour les oiseaux (manque d’insectes notamment). Ton témoignage d’oiseaux qui se ruent sur des boules de graisse en plein été est hallucinant, on imagine difficilement que cela soit possible, mais il traduit la violence des changements climatiques. Cela fait deux ans que je constate une mortalité énorme des oiseaux en été.

  98. bonjour
    cet été j’ai continué a mettre des graines dans les mangeoires car je n’ai jamais vu autant d’oiseaux et ,d’écureuils venir se nourrir des sitelles des mésanges nonettes des masanges charbonières des mésanges bleues….. est ce normal qu’en plein été les oiseaux et les écureuils fréquentent la mangeoires et les abreuvoirs ?
    faut il continuer à alimenter ?

  99. je précise que l’hiver dernier ils étaient très rares à la mangeoire et que j’ai supprimé toutes les haies de résineux en fin de printemps ce qui correspond à leur arrivée à la mangeoire

  100. Dom,
    Bon nombre d’observations que je fais depuis quelques années montrent que l’été devient une saison très dure pour les oiseaux. Jusqu’à présent, les nourrir en été était un peu absurde, mais finalement on peut aujourd’hui se poser la question. A chacun de faire comme il le sent. En tous les cas je le fais cet été (notamment parce que je suis en train de reprendre mon expérience de nourrir les oiseaux sur la main).

  101. bonjour à tous,

    Jean pleure, les milans sont partis.

    Mais nous avons eu tout de même la chance de voir à 30 kilomètre de chez nous, dans la campagne vaudoise,un paysan labourer un champs, et quand nous avons passé j’ai pu compter au moins 8 milans s’envoler, et autant de goelands.

    Bon après-midi

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: