Discographie de Brassens (5)

Il y a un mois, j’ai entrepris de parler sur ce blog des différents disques de Brassens, les douze de l’intégrale vinyle Philips. Et, en toute logique, j’ai commencé par le n°1. Mais comme nous sommes une quinzaine de personnes à nous retrouver tous les mois, depuis septembre dernier, pour chanter les chansons de Brassens et que nous en sommes déjà au disque 5, je suis en train de revoir mon plan. Finalement, histoire d’être plus en phase avec ce que fait notre petit groupe musical, je passe directectement au disque n°5. Tant pis, je parlerai plus tard des disques 2, 3 et 4.

Ce disque n°5 est peut-être le plus court de la discographie de Brassens, il ne contient que 10 chansons enregistrées entre 1956 et 1960 (Le vieux Léon – La ronde des Jurons – A l’ombre du coeur de ma mie – Le pornographe – La femme d’Hector – Bonhomme – Le cocu – Comme une soeur – Le père Noël et la petite fille – Les funérailles d’antan).

brassenspornographe.jpg

Parmi ces dix chansons, Le Vieux Léon a ma préférence. D’abord parce que c’est l’une des deux plus belles valses qu’ait composé Brassens (l’autre étant incontestablement La Marine sur le 1er disque). Et puis, je dois dire que c’est la chanson qui m’a le plus usé les phalanges, à force de la gratter sur la guitare… depuis trente cinq ans ! Enfin, je dois dire que j’aime en général les rimes courtes et celles-ci ne font que quatre pieds, un vrai délice à l’oreille « Y’a tout à l’heur’, Quinze ans d’malheur… ».

Parmi les autres chansons, j’aime beaucoup Les funérailles d’antan qui nous parle d’un monde qui était en train de disparaître à l’époque où Brassens a écrit cette chanson, un monde où l’on prenait le temps de vivre et aussi celui de mourir. Ce texte me parle particulièrement car, dans le petit village de mon enfance, le corbillard était tiré par un cheval. Et comme le cimetière était à un kilomètre de l’église, ça durait, durait longtemps.

Une troisième chanson, La Ronde des Jurons, est également très axée sur le passé. Les jurons d’autrefois, que Brassens nous énumère, valent bien notre Merde devenu si omniprésent (que Brassens ne cite pas dans cette chanson, celà eut été dommage, mais qu’il réserve un peu plus loin pour la chanson Le pornographe). Brassens était, à mon avis, un homme entièrement tourné vers le passé, et ce disque en est la plus grande illustration.

Le disque comprend deux très beaux portraits féminins : La Femme d’Hector qui nous fait étrangement penser à La Jeanne (que Brassens interprètera quelques années plus tard) et Bonhomme qui est une très belle chanson sur le thème de la fidélité.

Après le thème de la fidélité, vient en contrepoids celui de l’infidélité avec lequel Brassens s’amuse dans la chanson Le cocu. Avec ce texte, Brassens inaugure une série de chansons sur le thème de l’adultère, thème qu’il retournera dans tous les sens et pour lequel il imaginera les situations les plus cocasses (viendront donc plus tard sur d’autres disques La traîtresse, La femme adultère et Lèche-cocu).

On retrouve sur ce disque plusieurs petites chansonnettes, petites histoires dont Brassens a le secret. Ainsi Comme une soeur et surtout A l’ombre du coeur de ma mie et Le père Noël et la petite fille, toutes deux chargées de beaucoup de poésie.

Et vous, ça vous inspire ce disque ?

Cadeaux à revendre !

Il y a trois jours, un article du Monde m’a fait sauter au plafond. Il était consacré à la revente des cadeaux de Noël qui se généralise, notamment sur les sites Priceminster et eBay. Il semblerait que 39% des internautes trouvent que l’idée a du bon et envisagent d’avoir bientôt recours à cette pratique.

Aujourd’hui, je ne saute pas au plafond, je le traverse littéralement. Je viens de recevoir un mail d’Amazon intitulé « vos cadeaux peuvent vous rapporter gros » et qui commence ainsi : « Cher Amazonaute, même le père Noël peut se tromper de cheminée… Ne stockez pas : vendez vos cadeaux sur Amazon.fr. Simple et rapide, la mise en vente est gratuite ! ».

La société de consommation dans sa forme la plus caricaturale ! L’argent est devenu la seule valeur reconnue. Notre société a-t-elle perdu tout sens du Sacré pour en arriver à considérer comme normal de monnayer les cadeaux de ses amis ?

Fleur de Noël

Hier, Joëlle a trouvé une fleur dans notre pelouse. Oh, pas une grosse fleur, une petite fleur insignifiante qui semble être du genre polygala, mais une fleur tout de même, ce qui a de quoi surprendre le jour de Noël.

polygala.jpg

Le 23 décembre déjà, je m’étais posé quelques questions. J’étais allé écouté Stéphane, Mélanie et Vanessa qui donnaient un concert dans la petite chapelle de Charcenne. Quelqu’un avait posé un bouquet de fleurs de forsythias sur l’autel. Des forsythias en fleurs en décembre, deux mois et demi avant leur date de floraison normale ?

forsythias.jpg

Le 24 décembre, autre surprise : une fauvette à tête noire dans un buisson près de chez moi, alors que cette espèce est censée hiverner sur le pourtour du bassin méditerranéen. Ce jour-là, j’avais entendu une chouette hulotte à … 4 heures de l’après-midi. Et puis, aujourd’hui, je m’aperçois que tulipes et narcisses sont déjà sortis de terre.

tulipes.jpg

Voilà, si certains doutaient de la réalité des changements climatiques, vous pouvez aussi vous reporter au site internet que nous a conseillé Anne et qui fournit la preuve d’une réelle évolution.

Les années Woodstock

J’ai toujours aimé la musique de la fin des années 60. Ces années ont été marquées par ces fameux festivals qui accueillaient parfois des centaines de milliers de personnes. Le plus célèbre est de loin celui de Woodstock, devenu mythique (ne parle-t-on pas de la génération Woodstock ?) mais il y eu aussi celui de Monterey en 1967 (le premier festival pop) et celui de l’île de Wight en 1970.

Outre la musique de ces années là qui me touche particulièrement (j’avais une quinzaine d’années à cette époque), je dois dire que ce qui me frappe le plus était la faculté qu’avait cette génération là à écouter toutes sortes de musiques, y compris celles qui étaient aux antipodes les unes des autres. Il n’y avait pas de cloisonnement entre les différents genres. Ceux qui écoutaient Leonard Cohen ou Joan Baez étaient les mêmes que ceux qui écoutaient Hendrix ou Led Zep, Otis Redding ou Ravi Shankar.

Je visionne régulièrement les DVD de ces festivals et j’ai souvent envie d’en parler sur ce blog mais ça n’intéresse au mieux que ceux qui connaissent déjà. Mes écrits ne diraient rien à ceux qui n’ont pas eu l’occasion de visionner les images ou qui ne connaissent pas ces musiques. Comment faire pour résoudre ce problème ? Jusqu’à présent, je ne savais pas trop où trouver les images de ces concerts, mais par bonheur, je viens de découvrir – c’est tout frais, ça date d’hier – le site dailymotion.com qui est une vraie mine en matière de documents musicaux. Dornéavant, dans mes prochains articles, je devrais donc pouvoir mettre des liens avec certaines vidéos.

En attendant d’autres articles, voici une petite sélection de vidéos tirées des festivals des années 60 (il suffit de cliquer sur les noms écrits en bleu pour les visionner) :

– festival de L’ILE DE WIGHT : prestation très émouvante de Leonard Cohen.

– festival de WOODSTOCK : les cinq « incontournables » (à mon goût) : Joe Cocker et son célèbre With a little help from my friends (adaptation d’une chanson des Beatles), Richie Havens (qui a ouvert le festival) et sa chanson improvisée Freedom (la deuxième moitié de la vidéo), Carlos Santana et son jeune batteur de 17 ans (Michael Shrieve) dans une version époustouflante de Soul sacrifice, Ten Years after et son Goin’ home passé dans la légende et bien évidemment Jimi Hendrix jouant au petit matin du dernier jour du festival un hymne américain déstructuré alors qu’une bonne partie du public était déjà parti.

– festival de MONTEREY : la prestation complète et hors du commun d’Otis Redding peu de temps avant sa mort (les images du public sur le dernier morceau Try a little tenderness illustrent bien l’esprit pop de l’époque).

Voilà, j’espère simplement que tout le monde pourra lire facilement ces petites vidéos.
JOYEUX NOEL en compagnie de Sinead O’ Connor ou d’un petit dessin animé pour celles et ceux qui ont envie de rire.

Adieu Pierre Louki

Avant hier soir, je rentre chez moi, très heureux d’être enfin en vacances. Mais il y avait un drôle de mail qui m’attendait : « sale nouvelle, Pierre louki est mort cette nuit ».

Ma découverte de Pierre Louki date du 1er avril 1973. C’était l’année de mon bac et j’étais venu, avec Joëlle, écouter Brassens au Théâtre de Besançon, l’unique fois d’ailleurs où j’ai assisté à l’un de ses spectacles. Assez curieusement, je n’ai pas de souvenir vivace de Brassens ce soir là. Peut-être parce que j’étais encore sous le coup de la première partie. Il y avait en effet un grand gaillard déguingandé qui chantait sur scène des chansons drôles et émouvantes : Pierre Louki.

Dans les jours suivants, je me rappelle avoir acheté un disque vinvyle que j’ai ensuite écouté des dizaines de fois « Le disque d’or de Pierre Louki ». J’ai adoré sur cet album les histoires drôles du grand-père caché dans un placard, du cousin d’écosse qui ne voulait pas écosser les petits pois et les très belles chansons tendres que sont « les mots du vocabulaire » et surtout « Qui viendra me dire bonsoir ? ». Depuis, les chansons de Louki ne m’ont jamais quitté.

Beaucoup plus tard, ayant appris en 1998 que Louki passait dans un petit village près de Château-Chinon, Joëlle et moi avons fait l’aller retour dans ce petit village de Corancy où Louki se produisait. Louki n’en revenait pas que nous ayons fait des centaines de kilomètres pour venir l’écouter. Depuis ce jour, il nous appelait « les fous de Haute-Saône ».

Avec Jean-Pierre, bisontin dont Louki m’avait donné les coordonnées, et Smaïn, un autre larron, nous avons organisé la venue de Louki le 29 septembre 1999 au Petit Kursaal. 400 personnes pour un concert inoubliable. Louki avait alors … 79 ans.

Pierre Louki donnait très peu de concerts. Mais souvent, Joëlle et moi partions à Paris dans le seul but de l’écouter : je me souviens avec beaucoup d’émotion de ses récitals à Sevran, au nord de Paris, puis ceux donnés à l’Espace Kiron et à la Maroquinerie. Et puis quelques pincements de coeur aussi en repensant aux quelques lettres de Pierre, surtout en 2002 alors que je traversais une mauvaise passe au niveau santé.

Cette année là, j’ai eu la chance de gratouiller quelques notes, chez lui à Montreuil, sur la guitare que lui avait offerte Brassens … la guitare qui avait fait le célèbre récital de Bobino 72. Ce jour-là, Pierre nous avait chanté a capella, à Jean-Pierre et moi, quelques chansons qu’il espérait pouvoir enregistrer sur un prochain disque. Odette, la femme de Pierre, était là. Mais l’année suivante, nous nous retrouvions dans ce petit cimetière de Brienon à la mort ce celle qui avait été la compagne de toute une vie. Pierre retrouva alors un peu de courage pour publier il y a deux ans un ultime opus au titre prémonitoire de Salut la compagnie. La sortie de ce disque fut l’occasion de donner un concert à Beaucourt. C’était alors notre dernière rencontre.

Mardi dernier, Pierre Louki dédicaçait encore son dernier ouvrage Confidences dans une librairie parisienne.

Il y a maintenant déjà deux jours que Pierre est mort et aucun mot n’a été dit dans la presse. Rien d’étonnant puisqu’elle l’avait ignoré toute sa vie durant !

2000_louki.jpg
(photo Christian Berjon)

Par le plus grand des hasards – mais était-ce vraiment un hasard ? – en folâtrant ce matin sur le net, je tombe sur une très belle vidéo ou Pierre chante dans les années 70 Mes copains. Pure moment d’émotion pour moi.

Bien sûr, je consacrerai dans les temps qui viennent une série d’articles à Pierre Louki.

La Haute-Saône à l’honneur

Après le Kenya, retour dans nos contrées franc-comtoises. Ou plutôt la Haute-Saône exactement. Ici, pas de lions dans des parcs nationaux, simplement des Haut-saônois que l’on regarde parfois comme si le département tout entier était un immense zoo, une « réserve d’indiens » avec ses autochtones que l’on regarde parfois avec condescendance, comme s’ils étaient derrière des grilles. Le problème des grilles, c’est qu’on ne sait jamais vraiment si l’on est soi-même à l’extérieur ou à l’intérieur.

Je n’aime pas trop les livres qui parlent du terroir, ça sent toujours trop le dépliant touristique. On y retrouve toujours les mêmes images éculées du passé, l’église machin, la fontaine truc bien proprette. Bref, quelque chose d’aseptisé à 100%. Toutes les collectivités locales aiment vendre cette image lyophilisée de leur territoire. Sans aucune honte en général, et même avec fierté en bombant le torse. D’ailleurs, tous les ouvrages de ce type qui paraissent présentent tous en dernière page les logos des financeurs de ces publications.

Pour une fois, j’aurais bien aimé trouvé au dos du livre que viennent de sortir deux de mes amis, le logo du Département de Haute-Saône. Mais non, Anne et Jérôme n’ont pas réussi à forcer les portes qui auraient dû leur être naturellement ouvertes.

Ce livre intitulé « paroles et champs » met en parallèle des paroles de paysans d’aujourd’hui et des photos des paysages que ces travailleurs de la terre entretiennent (tiens donc, c’est en écrivant cette phrase que je fais, pour la première fois, la relation étroite qu’il y a entre ces deux mots « paysans » et « paysages » ; pour être fils et frère de paysan, je n’ai pas à être très fier de cette découverte faite à plus de 50 berges).

livre1.jpg

Il y a beaucoup de poésie dans ce livre. D’abord dans les images qui sentent à plein nez l’odeur de l’herbe coupée (prédisposés au rhume des foins, s’abstenir !) et qui vous recouvrent de givre ou de brume haut-saônoise.

Et puis, il y a aussi dans cet ouvrage les mots tous simples des paysans qui nous montrent leur quotidien et leur regard sur la nature. On y sent une vie entièrement marquée par le rythme des saisons « Quand on entend les oiseaux chanter, on tient le bon bout », parfois un regard amusé sur le mode de vie moderne « Aujourd’hui, on court partout. Quand il y a de la neige, les gens ne courent plus ».

Le temps qu’il fait et la nature sont au centre des préoccupations quotidiennes « Dès qu’il y a un rayon de soleil, il faut se sauver, tu peux pas rester enfermé comme çà ! », « Qu’est-ce que le mauvais temps ? C’est le temps qui dure trop longtemps ! » Mais on sent aussi poindre une certaine revendication à vivre à son propre rythme « Par contre, faut pas venir à deux heures quand je fais la sieste, j’ai une sieste à faire, je fais une sieste. D’ailleurs, je suis un homme à siestes », une faculté rare à apprécier des choses tellement simples qu’elles semblent hors de notre époque, hors du temps « J’aime bien voir manger les vaches, c’est beau, elles trient, elles ont une façon de manger ». Bien sûr, certaines phrases vous feront rire mais elles sont tellement réalistes ! « L’été chez nous, c’est pas beau, c’est trop chaud, d’abord le vert est bien moins vert et de temps en temps, il est jaune ».

Finalement, on retrouve aussi dans ce livre les lions d’Afrique pour qui il n’y a pas de vie possible en dehors du territoire « Je ne me suis jamais posé la question d’aller vivre ailleurs ». « Ma femme voudrait bien partir en vacances, mais pour aller où ? »

livre2.jpg

Ce très beau livre de 96 pages en quadrichromie est en vente chez les deux auteurs : Anne Millet et Jérôme Marcel, 11 rue de la Grange du Bas – 25170 CHEVIGNEY au prix de 19 euros, franco de port.

La faune du Kenya à l’honneur

Le Kenya est l’un des pays les plus riches au monde de par sa biodiversité. Mon ami Samuel Delon s’est passionné pour la faune de ce pays et en ramène chaque année des photos époustouflantes.

1.jpg

J’ai assisté à plusieurs de ses conférences et expositions et j’en suis toujours ressorti ébahi par la qualité des documents présentés.

2.jpg

La prochaine conférence aura lieu demain soir mardi 19 décembre à 20h30 à l’amphi A, Fac de Sciences, la Bouloie, Route de Gray à Besançon. A ne pas manquer. Sous aucun prétexte !

3.jpg
(les 3 photos sont publiées avec l’aimable autorisation de Samuel)

Le blues de Sonny Boy

Image en noir et blanc. Pièce austère au décor très sobre. Au milieu, un grand bonhomme à l’allure déguingandée. Et qui semble un peu étranger à notre monde.

Le son de l’harmonica retentit. Première notes longues et plaintives. Puis un rythme lancinant qui s’installe. Caméra hésistante qui zoome lentement pour s’arrêter sur un visage étonnant. La voix retentit. Un peu lasse mais si émouvante. Les trois mots répétés ressemblent à un hymne incantatoire Bye bye Bird, Bye bye Bird, … Devant le visage, les mains évoluent de manière incroyable. A-t-on déjà vu des mains pareilles ? Les doigts se lient, se délient et jouent une danse reptilienne autour de l’harmonica. Ils semblent presque faire l’amour à l’instrument. Le corps est animé de mouvements chaloupés. L’homme fait corps avec sa musique. Le deuxième couplet est aussi dénudé. Pendant que résonnent les trois mots Bird I’m gone, la caméra refait le chemin inverse. Zoom arrière donc. L’harmonica est alors planté dans le bouche et les mains continuent ailleurs leur travail : les doigt claquent puis les mains se frappent.

La danse hypnotique se termine en douceur. Dos voûté, saluant timidement le public, Sonny Boy Williamson quitte le champ de la caméra sur la pointe des pieds. Le coeur du spectacteur bat alors très fort.

Scène filmée en 1963, avec une seule caméra. Sobriété de moyens typique de l’époque. Et qui sied à merveille à cette musique dépouillée. Toute la magie du blues condensée dans trois minutes d’émotion.

Galerie d’images « en stand by »

Dans l’un de ses commentaires, Vincent me demande pourquoi j’ai arrêté de mettre de nouvelles séries photographiques sur ma galerie d’images (voir ci-contre la rubrique « coups d’oeil »). Aurais-je fait le tour de la question ?

Non, car j’ai probablement 20 000 diapos qui dorment dans mon armoire. Je pense que parmi elles, il pourrait y avoir encore quelques centaines, voire même mille ou deux mille photos que je pourrais mettre en ligne.

oeufs.jpg
(tiens, au fait, vous avez réussi à trouver le nid du petit gravelot sur la photo ?)

J’ai cru que j’arriverais à tout gérer : le blog + la galerie d’images. Il me fallait 3 heures chaque jeudi soir pour trier les diapos, les scanner, réduire leur taille informatique, les mettre en ligne. Trois heures, c’était à la limite de ce que je pouvais faire. J’ai tenu six mois, jusqu’en juillet.

Et puis, au cours de l’été, certaines personnes qui avaient beaucoup de vacances (des enseignants, suivez mon regard …) se sont mises à mettre beaucoup de commentaires sur mes articles. J’ai trouvé passionnant de pouvoir participer aux échanges, je me suis un peu pris au jeu, c’était très prenant en temps et j’ai dû délaisser ma galerie d’images.

Et puis, je dois dire que ces photos font partie pour moi du passé. Beaucoup ont été faites dans le début des années 80. Il me semble que c’était il y a très très longtemps. A 52 berges, d’autres activités m’attendent encore. Et il y a trop de choses à découvrir dans ce foutu monde !

gravelot.jpg

La photo est quelque chose de passionnant, mais je ne suis pas trop dans ce truc là en ce moment, c’est tout. Je fonctionne un peu comme ça, au rythme de mes passions. Celles-ci ne s’émoussent jamais avec le temps, elles s’éclipsent par moment pour laisser la place à d’autres. Mais c’est pour mieux ressurgir plus tard. Rendez-vous donc pour de nouvelles images dans quelques semaines, quelques mois … ou quelques années !

Faut-il des riches, faut-il des pauvres ? (6)

Au cours d’un stage que j’ai fait il y a quelques années sur « la gestion du temps », Anne, formatrice, nous avait expliqué la règle des 20%-80%. Ainsi, les choses importantes ne prennent que 20% de notre temps alors que nous en consacrons 80% à d’autres qui nous parasitent. Il semblerait bien que cette régle soit universelle et puisse être appliquée à des tas d’autres domaines. Ainsi, ne dit-on pas souvent que 20% des terriens s’accaparent 80% des richesses.

20%-80%, ça donne un rapport de 1 à 4, croyez-vous ! Eh bien non !

Lors de sa conférence, Pierre Rabhi nous a illustré ce rapport de manière plus crue. Cinq hommes autour de la table, cinq oranges sur la table. Le premier homme prend 80% des fruits, soit 4 oranges, il n’en reste qu’une seule à se partager entre 4, c’est à dire un quart d’orange par personne (dans la mesure où ces personnes se partageraient le fruit de manière équitable, ce qui n’est pas gagné !). On voit déjà bien dans cet exemple que la réalité est bien plus terrible qu’au premier abord. Le rapport n’est plus de 1 à 4 mais de 1 à 16.

Les propos de Pierre Rabhi me reviennent alors que je viens de lire ce matin un article sur une étude publiée par l’ONU qui s’inquiète de l’écart sans cesse croissant entre riches et pauvres. Les chiffres sont éloquants : 2 % de l’humanité concentre 50 % du patrimoine de la planète, alors que la moitié de la population mondiale n’en détient que 1 %.

Je vous laisse faire le calcul. Le vrai, cette fois-ci ! Celui qui nous montre le rapport exact entre le gâteau et la miette !

Ah, le capitalisme est bien le plus beau des systèmes que l’on ait inventé jusqu’à présent !

Légendes de la Haute-Patate profonde (1)

Mon article sur la mésange charbonnière a suggéré à notre ami Vincent une question pertinente : « Y a-t-il dans la Haute-Saône profonde, ou dans je ne sais quelle archive (morte ou vivante), une légende expliquant la cravate noire de la mésange ? Sinon, quelqu’un pourrait-il l’inventer ? J’aimerais bien savoir, moi, pourquoi elle en porte une, la semaine comme le dimanche, sur sa belle chemise jaune ? »

Eh bien, non seulement, la question de Vincent m’a donné l’idée d’ouvrir une série d’articles sur ce thème, mais en plus il se trouve que je connais justement une légende sur la cravate de la charbonnière. La voici, telle que ma grand-mère Dupdup nous la racontait :

La mésange charbonnière est appelée ainsi parce qu’autrefois elle allait « au charbon », dans le secteur de Plancher-les-Mines exactement. A force de travailler dans les mines, elle a acquis, au fil des générations de charbonnières qui se sont succédées, un ventre de couleur noir charbon. Et oui, c’est sa vraie couleur !

Alors comment ce ventre est-il devenu jaune ? C’est assez simple : la combustion de charbon est tombée en désuétude (« trop polluant » ont dit les premiers écolos de l’époque). Les mines de charbon ont alors fermé et toutes les mésanges charbonnières ont dû se recycler … dans l’industrie chimique où la tenue « couleur souffre » est exigée. Les mésanges ont donc dû se vétir de redingotes jaunes.

Mais en changeant de conditions sociales (puisqu’elles ont quitté leur statut de prolos bossant dans les mines), les charbonnières se sont quelque peu embourgeoisées. Elles ont alors pris de l’embonpoint et se sont trouvées rapidement à l’étroit dans leurs nouvelles redingotes qu’elles n’arrivaient plus à refermer. Et c’est ainsi que progressivement la couleur noire d’origine, qui était cachée sous la redingote, est réapparue au grand jour. La Direction a d’ailleurs bien toléré ce laisser-aller, toute contente de voir l’ensemble des salariées mésanges adopter le port de la cravate !

Quant à la question de savoir pourquoi elles portent la cravate même le dimanche, je dirais que c’est peut-être par « excès de z’ailes ».

Voilà l’histoire véridique de la cravate de la charbonnière que je tenais à raconter ici, avant qu’elle ne disparaisse de la mémoire collective.

charbo4.jpg

Connaissant l’esprit un peu tordu de Vincent (ah bon ?), je sais déjà qu’il va me poser la question : « Et alors, pourquoi les femelles ont-elles des cravates noires un peu plus petites ? ». Et bien, simplement, parce qu’elles boivent à peine moins de bière !

Quant à la sous-espèce endémique dupdupontus à large cravate qui n’est localisée qu’à Bussières, ce n’est qu’un mythe. L’explication en est très simple : les charbonnières qui vont à la table Dupdup y sont mieux nourries qu’ailleurs ! Evidemment !

La mésange charbonnière

LES OISEAUX AU POSTE DE NOURRISSAGE HIVERNAL (1)
L’hiver est l’une des saisons que je préfère. Peut-être parce que j’aime la force des éléments naturels et que le vent, le froid, la pluie sont bien plus présents en hiver qu’aux autres saisons. Mais aussi parce que les oiseaux font de l’hiver la saison la plus animée. Mésanges, sittelles et verdiers voltigent en continu devant les fenêtres et ce ballet bariolé nous rappelle qu’il n’y a pas de morte saison et que la vie est toujours là.

Habituellement, je commence le nourrissage hivernal des oiseaux fin novembre ou début décembre. Les mésanges sont toujours les premières à trouver la nourriture, parfois au bout de quelques minutes seulement. Mais peut-être s’agit-il des « vieilles mésanges » de l’année précédente qui ont encore un vague souvenir de la table à Dupdup. La mésange charbonnière est invariablement la première à trouver la nourriture.

charbo1.jpg

Très reconnaissable à son ventre jaune coupé en deux par une barre noire (fine chez la femelle), la mésange charbonnière peut venir en nombre chercher des graines de tournesol mais il est impossible de savoir combien exactement viennent se nourrir. Car les mésanges arrivent, prennent une graine, et repartent aussitôt. Une seule graine de tournesol à chaque voyage. Ce qui explique leur ballet incessant.

charbo3.jpg

Les mésanges font partie des oiseaux qui ont un régime alimentaire alterné. A la belle saison, elles se nourrissent essentiellement d’insectes. Mais dès que l’hiver approche, plutôt que de partir en Afrique comme le font d’autres oiseaux insectivores, elles adoptent un régime alimentaire différent, composé presque uniquement de graines.

La charbonnière est un oiseau placé sous le signe de la diversité : diversité des milieux fréquentés (forêts, parcs boisés, abords des maisons, jardins, haies), diversité du régime alimentaire (chenilles, pucerons, coléoptères, petits papillons nocturnes, sauterelles, abeilles, araignées, mille-pattes, graines de pins, pépins de pommes pourries, céréales, graines d’arbres divers, amandes, noisettes, faines, jeunes pousses, boutons en fleurs, …) et surtout diversité du chant (en 1961, Gompertz a identifié une quarantaine d’émissions vocales différentes, soit un vocabulaire presque aussi riche …que les titulaires du baccalauréat d’aujourd’hui !).

charbo2.jpg

Si vous ne connaissez pas cet oiseau, n’hésitez pas à installer quelques graines de tournesol sur le rebord de votre fenêtre. Il est probable qu’une charbonnière découvrira la nourriture en quelques jours ou, au plus tard, quelques semaines, même si vous habitez en ville (pour peu qu’il y ait quelques arbres).

Vivement le mois de juin !

La canicule de 2003 et celle de juillet dernier avaient quelque chose d’effrayant, certes, mais au moins la chaleur ne laissait aucun doute : on était bien en été !

Les chaleurs des temps derniers me semblent beaucoup plus préoccupantes : on avait beau humer l’air, regarder autour de soi, rien ne laissait paraître qu’on était en début d’hiver.

Samedi 24 novembre, nous étions à une terrasse d’un café de Besançon à 19H le soir (il y avait bien plus de gens aux terrasses des cafés que dans les cafés mêmes). Le lendemain, il faisait 21°C à l’ombre. Fin novembre, les chardons bleus du jardin fleurissaient pour la deuxième fois de l’année (du jamais vu dans ma vie de jardinier !). Vendredi 1er décembre, j’ai participé à la plantation de 50 pommiers, la plupart avaient encore leurs feuilles. Le même jour, une grive draine chantait et je n’ai pas souvenir d’avoir entendu cet oiseau avant janvier. Samedi 2 décembre, une espèce de papillon, le vulcain, volait dans le jardin à 11 h du matin. Une heure plus tard, un paon du jour, autre papillon, est ressorti de mon sous-sol (où il était entré passer l’hiver) pour prendre l’air. Dimanche après-midi 3 décembre, je suis allé photographier les vaches de mon frère qui étaient encore au pré. Là aussi, du jamais vu en décembre chez les générations de Dupdup paysans !

vaches.jpg

Lundi matin 4 décembre, on me signalait des cerisers en fleurs à Montbéliard. Mardi, des forsythias qui ne fleurissent qu’en mars, laissaient admirer leur superbe couleur jaune. Aujourd’hui jeudi, les moineaux s’en donnaient à coeur joie et présentaient des signes d’excitation sexuelle dignes d’un mois de mars. En rentrant tout à l’heure, je m’aperçois qu’Anne a laissé un commentaire sur l’un de mes articles en disant qu’elle venait de manger des framboises du jardin avec sa voisine en plein mois de décembre. Et caetera, et caetera …

Je n’aime pas la chaleur. Alors, vivement juin qu’il neige !

John Wesley Harding (2)

TRADUCTION LIBRE DE LA CHANSON “ABSOLUTELY SWEET MARY”

Nouvelle traduction de l’une des chansons du disque JOHN WESLEY HARDING que nous offre ce mois-ci Jean-Louis, qui nous accompagne toujours dans ce projet « Dylan ».
Il s’agit de la chanson I DREAMED I SAW ST AUGUSTINE.

Voir le texte original en anglais et écouter 30 secondes de la chanson.

Je rêvais que je voyais St Augustin

J’ai rêvé que je voyais St Augustin
Aussi vivant que vous et moi,
Se pressant à travers ces quartiers
Dans la pire des misères,

Lire plusJohn Wesley Harding (2)

John Wesley Harding

DISCOGRAPHIE DE BOB DYLAN (8)
L’accident ou la madadie sont souvent l’occasion de faire une pause et de faire le point sur sa propre vie. A la suite de son accident de moto qui avait laissé place pendant quelques mois aux rumeurs les plus folles (mort ? paralysé ? Amnésique ?), Dylan se retire du monde dans sa maison de Woodstock. Il en ressortira métamorphosé.

Les premières personnes à le revoir sont les musiciens de son groupe The Hawks que Dylan voit secrétement dans une cave aménagée en studio. C’est avec ce groupe qui prend alors le nom du célèbre the Band que Dylan enregistre les Basement Tapes qui ne paraîtront sous la forme d’un double disque que 7 ans plus tard … mais nous en parlerons ultérieurement !

Pendant que Dylan vit se retraite paisible, le monde change. Souvenons-nous de 1967, l’irruption de la contre-culture américaine et le célèbre Summer of love marqué par un rock psychédélique défoncé (qui vit au rythme du LSD) porté par le Jefferson Airplane et Grateful Dead. Dylan n’entretient alors aucune relation avec le mouvement hippie. Il ne reste volontairement qu’un observateur distancié des changements en cours. Cette période foisonnante est marquée également par l’arrivée sur la scène musicale des Doors, de Cream, de Jimi Hendrix et des Who. C’est à cette épôque que les Beatles sortent leur album concept, le célèbre « Sergent Pepper ».

Dylan réapparait en studio en janvier 1968. De l’avis général, il n’est plus le même et semble heureux, relax, confiant et radicalement changé. A tel point que les musiciens s’interrogent quant aux séances d’enregistrement qui sont imminentes.

dylan.jpg

Dans un contexte musical en pleine effervescence, Dylan sort un disque, JOHN WESLEY HARDING (dont des extraits peuvent être écoutés par exemple sur Amazon) qui semble anachronique, voire déplacé pour son époque. Ce n’est ni tout à fait du folk, ni de la country, encore moins du rock. Pourtant la qualité musicale est au rendez-vous, le public d’ailleurs ne s’y trompera pas et hissera ce disque en deuxième position des ventes (évidemment, quand une personne que l’on a cru morte sort un disque, on comprend que celui-ci se vende à 250 000 exemplaires dès la première semaine !).

john-wesley_.jpg

C’est l’un des disques de Dylan les plus sobres et des plus rigoureux (certains disent même « spartiate »). L’instrumentation est dépouillée, les chansons sont aérées et respirent, les phrases sont plutôt courtes et il n’y a plus cette urgence habituelle à dérouler le texte. C’est un Dylan apaisé et bien dans peau qui nous livre là son huitième opus, pouvant être considéré comme « un disque de rupture ». D’ailleurs, aucun texte du disque ne fait la moindre allusion au passé. Ce disque est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs albums du maître.

Comme Dylan étudie à cette époque la Bible avec autant d’assiduité que peut l’être un étudiant en théologie, les textes regorgent de métaphores religieuses. Robert Shelton dit que « cet album traite de la quête d’un homme pour le salut et des réponses… ». Dans ce disque, Dylan semble dépourvu de la moindre conscience politique.

Mis à part deux chansons qui m’inspirent peu (d’un point de vue musical), j’aime beaucoup ce disque de Dylan qui, à mes oreilles, « sonne assez folk ». J’ai un petit faible pour All along the whatchtower qui sera porté à un haut niveau d’interprétation par Jimi Hendrix, pour The ballad of Frankie Lee ans Judas Priest et I pity the poor immigrant qui sont, toutes deux, de très belles ballades, et pour la dernière chanson du disque I’ll be your baby tonight.

Dylan sort ce disque fortement teinté de folk au moment ou Woody Guthrie, qui peut être considéré comme son père spirituel, vient juste de mourir.

Pierre Rabhi à Besac

Belle conférence hier soir de Pierre Rabhi hier soir à Besançon où 500-600 personnes étaient venues. Thème de la conférence : « Toujours plus de croissance, est-ce vraiment raisonnable ? ».

Il y a une phrase qui a flatté mon égo de jardinier : « faire du jardin, c’est entrer en résistance, c’est un acte politique ».

Dans la salle, il y avait Mag, Anne, Vincent, Jean-Yves, … Et si c’était eux qui nous parlaient de cette soirée ? Y’a de la place pour les commentaires sur ce blog, non ? A vos plumes donc !