Petite devinette (6)

610, ça vous dit quoi comme nombre ?
Je donnerai un indice chaque soir vers 20H (à lire dans les commentaires).
Premier indice de ce soir : ce nombre ne me concerne absolument pas. Rien à voir donc avec le nombre de variétés de légumes que j’ai déjà cultivées (bien que je n’en sois certainement pas loin), le nombre de fois où j’ai écouté le premier mouvement du Quintet pour clarinette K. 581 de Mozart ou le nombre de paires de baffes que j’ai déjà méritées à ce jour (ce serait très largement sous-estimer mes capacités en la matière et j’en serais vexé).

Petit dimanche musical (19)

Ce petit dimanche musical commence avec la vidéo Le facteur de Georges Moustaki qui nous est proposée par Joëlle.

La musique continue avec le célébrissime Libertango d’Astor Piazzolla (choix de Oetincelleo), Lazare et Cécile d’Anne Sylvestre (Christophe), les Freebidou (Sylvain), Drive de REM (Fred D), Keep on Prayin’ de Wraygunn (Anne), Rémi Jousselme interprétant une oeuvre de Arthur Kampela (choix de Steph), The planets de Gustave Holst (BF 15) et Little Mother’s Helper (reprise d’une chanson des Stones par le chanteur belge Arno) (mon propre choix).

Et pour terminer, un petite vidéo sur la musique arabo-andalouse proposée par Robert en hommage à Lili Boniche, disparu le 6 mars dernier. Bon dimanche à tous.

Surtout ne pas arrêter de nourrir les oiseaux !

Les oiseaux de nos campagnes sont adaptés à passer l’hiver. Bien sûr, le froid et le manque de nourriture vont avoir raison d’une partie de la population mais les survivants seront ceux qui permettront aux effectifs des différentes espèces de se reconstituer dès le printemps. D’un point de vue purement naturaliste et scientifique, rien ne sert donc de nourrir les oiseaux pendant la saison hivernale.

merle.jpg

Mais à partir du moment où l’on commence de mettre des graines à leur disposition, on créé des conditions inhabituelles de concentrations d’oiseaux. La situation devient très artificielle, il y a alors sur un espace restreint beaucoup plus d’oiseaux que ne peut en contenir cet espace en temps normal. L’arrêt brutal du nourrissage crée alors une situation qui peut être fatale à certains oiseaux.

sittelle.jpg

La situation est d’autant plus difficile que le mois de mars et le début d’avril sont des périodes charnières pour tous les oiseaux de la famille des fringilles qui se nourrissent de graines (chardonnerets, verdiers, tarins, bouvreuils…). Certes, il fait souvent déjà meilleur à cette époque, mais le stock de graines disponibles dans la nature est épuisé ou presque. Pour ces espèces, la jonction est difficile à faire entre l’hiver et le printemps (la transition est par contre plus facile pour les mésanges qui trouvent déjà quelques chenilles et insectes à leur disposition). C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il vaut mieux nourrir les oiseaux de janvier à avril (plutôt que de novembre à février comme le font la plupart des gens).

chardonneret.jpg

Le mauvais temps de ces jours-ci (il neige ce matin) aggrave la situation déjà tendue en temps normal. Si vous faites partie de ceux qui nourrissent les oiseaux en hiver et que vous habitez en Franche-Comté, prolongez cette activité au moins jusqu’au 10 avril et diminuez les quantités de graines progressivement.

Petit dimanche musical (17)

Continuons donc ce petit dimanche musical qui devrait se prolonger encore quelques semaines (quelques mois ?) car vous avez toujours de bien belles choses à nous faire découvrir. La première vidéo nous est proposée par Christophe, il s’agit de Guaranteed de Eddie Vedder :

Et la musique continue avec la fanfare Ciocarlia (Sylvain), Bonnie & Clyde de Serge Gainsbourg (Oetincelleo), Cordoba de Isaac Albeniz (Steph), Music for a while de Purcell (Joëlle), The turn of the century de Yes (BF15), Lift me up de Moby (Fred D), Sunny afternoon des Kinks (Anne) et Desolation Row de Bob Dylan (moi-même). Bon dimanche en musique.

Erreur de boîte aux lettres

C’est demain le deuxième tour des municipales. Hier, une dame du village d’à côté a distribué un tract électoral dans ma boîte aux lettres. Je veux bien voter pour elle. Sauf que je n’habite pas Boulot mais Bussières. Je souhaite de tout coeur à cette personne d’être élue … au moins pour qu’elle ait l’occasion, pendant son mandat, d’apprendre à connaître les limites de sa commune.

Nouvelles images d’écureuil

Depuis plusieurs années, les écureuils du voisinage se donnent tous rendez-vous à la maison Dupdup. Ce matin, d’eux d’entre eux étaient en train de rechercher des noix qu’ils avaient enterrées dans le sol (pour rappel : voir l’article de mai 2006 dans lequel j’avais déjà relaté ce comportement). Depuis ce début d’année, les écureuils (habillés de neuf suite aux soldes) restent attablés plusieurs heures chaque matin à ma mangeoire, se délectant de noix, noisettes et graines de tournesol. Voici deux photos qu’a réalisées Boris (alias « le Russe ») lors d’un petit week-end passé à la maison il y a quinze jours.

ecureuil1.jpg

ecureuil2.jpg

Quand nous bouffons de la merde !

Je suis intimement persuadé que notre mode de vie moderne, et notamment notre mode d’alimentation, constitue, d’un point de vue de la santé, une véritable bombe à retardement et que nous n’en mesurerons les effets réels que dans plusieurs décennies.

Jusqu’à présent, je savais qu’en mangeant de la nourriture achetée dans les magasins les plus classiques, on ingurgitait des centaines de molécules chimiques de synthèse et qu’on se s’empoisonnait à petit feu. Tout le monde sait cela aujourd’hui, il faut vraiment se voiler volontairement la face pour ne pas être au courant. Mais je ne pensais pas que les grandes surfaces pouvaient contraindre le consommateur moyen, innocent, à manger de la viande pourrie à son insu. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Regardez le reportage suivant si vous avez le courage d’aller jusqu’au bout.

Il y a un autre reportage qu’il ne faut pas louper – mais probablement le savez-vous, vu le nombre de mails qui a circulé – c’est « le monde selon Monsanto, de la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien » qui passe demain soir mardi 11 mars à 21H sur Arte. Il paraît que ce reportage, lui aussi, est édifiant … !

En compagnie de Léo Ferré (1)

Je n’ai pas eu le temps de préparer votre « petit dimanche musical » habituel. Avec l’arrivée des beaux jours et les travaux de jardinage qui battent leur plein (soixante arbres fruitiers à tailler + la vigne + le travail du sol + …), je dois avouer que j’ai beaucoup moins de temps à consacrer à ce blog.

Mais, en vous proposant une petite séquence de Léo Ferré, ce dimanche restera tout de même musical.

Si je ne devais conserver qu’un seul chanteur dans ma discothèque, ce serait incontestablement Léo Ferré pour qui je nourris une admiration sans bornes. Je suis un inconditionnel de cet artiste. J’aime son style d’écriture, son inspiration, sa voix, sa manière d’interpréter les grands poètes, sa révolte…

Voici une première vidéo, filmée dans les années 75, époque à laquelle Ferré s’accompagnait volontiers d’un orchestre symphonique. Avec ce Requiem, c’est, une fois de plus, du grand Ferré.

La teigne du poireau n’aime pas le poivre

LE COIN DU JARDINIER (28)
J’aime bien les petites astuces que connaissent les jardiniers. Il en existe des tas qui sont, pour beaucoup, vouées à disparaître. Car la mémoire collective orale, qui se transmet de bouche à oreille, fout le camp et beaucoup de savoir-faire disparaissent ainsi progressivement.

poireau1.jpg

Le ver du poireau est une plaie. Pour s’en débarrasser il existe plusieurs méthodes, notamment celle qui consiste à jardiner en mélange carottes et poireaux. Chaque plante tire alors de cette cohabitation un bénéfice réciproque : le poireau éloigne la mouche de la carotte et la carotte éloigne le ver du poireau. Je n’ai pas testé cette méthode, ne semant pas ces plantes aux mêmes époques mais il semblerait que son efficacité soit toute relative.

Les vieux de mon village trempent les racines de leurs poireaux dans de l’eau légèrement javellisée avant de les repiquer et il semblerait que ce soit assez efficace.

Le ver du poireau étant en fait une chenille (la chenille d’un papillon appelé « teigne »), on pourra empêcher le papillon adulte de venir pondre ses oeufs en plaçant un voile de forçage sur les poireaux lors de leur repiquage. C’est probablement la méthode la plus efficace qui soit connue.

Mon ami Robert utilise quant à lui une méthode inédite et très originale : il met trois grains de poivre dans chacun des trous juste avant le repiquage du poireau. L’odeur du poivre serait-elle suffisamment forte pour empêcher les papillons de venir pondre ? Ou les papilles de chenilles seraient-elles beaucoup trop délicates pour supporter le goût du poivre ? Je n’ai pas la réponse précise mais comme cette méthode semble très bien marcher, je vais m’empresser de l’appliquer dès ce printemps … !

poireau3.jpg

(ma récolte de ce matin)

Un oeil tourné vers les élections américaines (1)

Aux Etats-Unis, la course à l’investiture démocrate continue donc, grâce au rebond d’Hillary Clinton. Les Républicains américains n’ont jamais eu bonne presse en France, même chez les électeurs de droite, probablement à cause de leur politique étrangère et je ne vais froisser personne sur ce blog en disant que ces derniers n’ont pas ma faveur.

Je ne me suis jamais passionné pour ce qui se passait au niveau politique outre-Atlantique, bien qu’étant persuadé que le résultat des élections américaines peut avoir de grosses répercussions sur le reste du monde.

Cette fois-ci, je suis de très près ce qui se passe. L’idée d’avoir un président femme ou un président de couleur me séduit fortement. Bien entendu, ce n’est pas parce qu’Hillary Clinton est une femme qu’elle est meilleure en politique (quoique, ça mérite débat …) mais je crois à la valeur des symboles.

A y regarder de plus près, il n’y a pas de différence fondamentale entre les programmes des deux candidats démocrates (si ce n’est un plan de couverture maladie universelle qu’Hillary Clinton espère bien imposer à une Amérique qui crève aussi, ne l’oublions pas, sous son nombre de pauvres). Pourtant, j’ai une nette préférence pour Obama. Pas à cause de ses qualités exceptionnelles (intelligence, éloquence et charisme) mais bien à cause du symbole que représenterait son élection.

D’un point de vue politique intérieure, la victoire d’un candidat de couleur permettrait aux Etats-Unis de se réconcilier avec leur triste passé : passé ancien (esclavage, ségrégation) et passé récent (le triste épisode des noirs de la Nouvelle Orléans livrés à eux-mêmes lors de l’inondation de la ville).

D’un point de vue politique extérieure, il est certain que la victoire de Barack Obama redonnerait du baume au coeur à tous ceux qui croulent sous le joug impérialiste américain, et pas seulement au Proche-Orient. Cet homme, né d’un père Kenyan et ayant vécu en Indonésie, symbolise aux yeux du monde, comme le rappelle le journal Le Monde, « l’internationalisme, le dialogue, le métissage », alors que Bush est le triste symbole « de l’unilatéralisme, du nationalisme et de l’arrogance ». Bien sûr, on pense à l’Irak qui est en toile de fond de cette élection … Mais on pense aussi, d’une manière plus générale, aux relations qu’entretiennent les Etats-Unis avec la plupart des pays (il est difficile d’ailleurs de reconnaître un seul succès international à Georges Bush au cours de ses deux mandats, la force primant toujours sur la diplomatie).

Le résultat de l’élection prochaine peut-être un événement à la hauteur de ce qu’ont été l’abolition de l’esclavage et la lutte pour les droits civiques. Difficile de ne pas faire le parallèle entre Barack Obama et Martin Luther King. En espérant toutefois que la fin soit plus heureuse …

Du changement dans l’air (4)

La saison avance à grand pas et chaque jour apporte son lot de nouveautés.

Mercredi 27 février, les bergeronnettes des ruisseaux étaient déjà en train de visiter des cavités pour construire leur nid.

bruisseaux.jpg

Jeudi 28 février, j’observais le premier bruant des roseaux et le premier rouge-queue noir fraîchement arrivés du Sud.

bruant.jpg

rouge-queue.jpg

Samedi 1er mars, cinq bergeronnettes grises suivaient le tracteur de mon frère à la recherche de quelques petites bestioles retournées par le soc de la charrue.

berggrise.jpg

Tiens, il manque à mon tableau le tarier pâtre que je n’ai pas encore remarqué mais qui devrait déjà être revenu. Il était pourtant au bord de la mer du nord à Texel il y a trois semaines …

Et vous, vous avez remarqué d’autres changements ?

Petit dimanche musical (16)

Cette seizième édition du petit dimanche musical commence avec une vidéo de Richard Galliano et Tangaria Quartet qui nous est proposée par Sylvain :

Et la musique continue avec Bettye Lavette (choix de Anne), Serge Reggiani (choix de Christophe), El Choclo interprété par Roland Dyens (Steph), Georges Moustaki (Joëlle), No quarter de Led Zeppelin (BF 15) Smells like teen spirit de Nirvana (Fred D), Gato Barbieri (Oetincelleo), La maudite guerre de Zachary Richard (Robert) et Otis Redding au festival de Monterey (moi-même). Bon dimanche à tous.

Les âneries de Pierre Louki (2)

« Il y avait cinq étages
Et pas d’ascenseur.
Il franchit le premier étage sans trop de peine.
Le deuxième étage lui parut déjà plus difficile.
Durant l’ascension du troisième étage, il sentit de multiples douleurs.
Il souffrit terriblement pour gravir le quatrième étage.
L’escalade du cinquième étage fut un véritable martyre.
Alors
Désirant retrouver le bien-être,
Il décida de refaire le chemin en sens inverse
Immédiatement
Et il sauta par la fenêtre.

Mais ce fut le rez-de-chaussée le plus dur. »

(Pierre Louki, extrait de « Âneries », 1998)