Tomates à feuilles de pomme de terre

LE COIN DU JARDINIER (30)
Tous les ans, je mange les premières tomates vers le 15 juin. L’année 2007 avait été une exception et pour la première fois j’avais pu consommer quelques tomates à la fin mai. Mais les années se suivent et ne se ressemblent pas. Ainsi 2008 est plutôt une année tardive et si j’ai mangé mes premières tomates en juin, c’était in extremis le dernier jour du mois.

Par contre, 2008 sera peut-être une année exceptionnelle car le printemps pluvieux a fourni de la pluie au moment où les tomates en avaient le plus besoin, pendant leur phase de croissance. Le feuillage s’est ainsi beaucoup développé, la plupart des pieds dépassent déjà 1,50 m et les plants sont déjà chargés de lourdes grappes.

Presque toutes les variétés que j’avais semées en février se comportent bien jusqu’à présent (entre mon frère Claude et moi, nous cultivons cette année 52 variétés différentes). Si le mildiou épargne les fruits, la production 2008 risque d’être d’un très bon crû.

Manger des tomates du jardin pendant quatre ou cinq mois au lieu des deux mois habituels, c’est possible. Parmi les « petits trucs » indispensables pour y arriver, il faut signaler les tomates à feuilles de pomme de terre.

Les tomates à feuilles de pomme de terre sont en général des variétés sibériennes dont le cycle du fruit est très court. Le temps qu’il faut pour passer de la fleur au fruit mûr est moindre. Je suis persuadé que les jardiniers des régions montagneuses pourraient tirer tous les avantages de ce type de plante. Avec des variétés classiques, ce n’est pas facile par exemple de faire pousser des tomates dans le Haut-Jura, mais avec des variétés sibériennes je suis persuadé que ça marcherait.

Chaque année, je cultive un grand nombre de variétés. La première tomate que je mange est toujours une tomate sibérienne. Cette année, la variété la plus précoce s’appelle Kotlas. L’an passé, c’était Matina. Petite proposition : j’enverrai des graines de ces deux variétés à toutes les personnes qui le souhaitent.

70 réflexions au sujet de “Tomates à feuilles de pomme de terre”

  1. Eh bien j’ai partagé aussi la première Kotlas de mon jardin lundi, c’est à dire le 30 juin, le lendemain c’étaient les deux premières courgettes.
    La pluie d’aujourd’hui est cependant bienvenue car la terre était bien sèche…
    Une bonne année pour le potager en perspective, à voir pour la suite !
    Je me pose la question de traiter ou pas avec la bouillie bordelaise à la veille d’une attaque possible du mildiou : je ne suis pas certain qu’un traitement même régulier soit suffisant et surtout, je n’aime pas les traitements si l’on peut les éviter. Qu’en pensez-vous ?

  2. Ben, j’ai mangé ma première tomate le 28. Une Marmande produite en serre. Ma seconde, goûtée hier, encore une Marmande produite dehors cette fois.
    Les autres suivent. 72 plants de 15 variétés. Une folie…
    Et les petits pois. Merveille de Kervalon, semi-grimpant. Voilà 3 semaines qu’on s’en régale. Et 8 kgs au congel.
    Et les framboises depuis 3 semaines aussi.
    Et les courgettes depuis 15 jours.
    Et le lapin, cadeau de la voisine parce que j’ai donné la main au sciage-rangement de son bois de chauffage. Un don accompagné d’un Pupillin et d’un Bourgogne.
    Et le sciage de mon propre bois. 20 stères. Prix de revient total : 115 Euros (Affouage communal = 15 Euros, + sciage avec une dame de 72 ans, retraitée des PTT = 5 Euros le stère). La coupe et le transport, on les fait nous mêmes en coopération avec deux collègues. Energie renouvelable. On chauffe une maison pour pas cher. Un seul inconvénient : il faut bosser ! Mais finalement on prend goût à passer des journées en forêt, en janvier ou février, en chemise, par moins 10° parfois.

    Pour répondre à ta question, Christophe, depuis le début de saison, j’ai traité deux fois patates et tomates à la bouillie bordelaise. Et basta.
    Après la pluie d’hier qui a tout lessivé, je vais traiter à nouveau, car avec la chaleur qui s’annonce le mildiou pourrait bien se pointer aussi.
    Pour les doryphores, je plante des aubergines à proximité des patates. Ces infâmes insectes qui adorent les feuilles de patates, raffolent davantage encore de celles d’aubergines. Une fois par jour, je fais le tour de mes plants de ces dernières et je massacre les quelques individus qui s’y prélassent éventuellement.

    Tout ce qu’il faut faire pour bouffer, hein ?

  3. Je m’incline devant la tomate du 28 juin de Robert. La marmande est une variété ancienne qui a beaucoup de qualités et à mon avis elle est aussi précoce que certaines variétés très récentes dont on vante la précocité exceptionnelle.
    Concernant le mildiou, c’est de toute façon un truc très compliqué. La pluie d’aujourd’hui qui suit une période très chaude et qui va précéder de nouvelles journées ensoleillées va encore favoriser ce champignon. Voici ce que j’avais écrit dans un précédent article :
    http://www.leblogadupdup.org/2007/08/14/le-fleau-du-mildiou/

  4. Très facile à trouver chez Kokopelli :
    http://www.kokopelli.asso.fr/boutic/index.html
    Comme il s’agit de semences naturelles (c’est à dire non-hybrides), on recueille quelles graines d’une récolte pour les semis suivants.
    Bernard a écrit un excellent article sur la question…
    Je ne parviens pas à le retrouver.
    Tu peux le mettre en lien, Bernard ? Merci.

    Un effet du jardinage sur le rythme de vie : le soir, je m’endors tôt, assommé par une saine fatigue. Evidemment, je m’éveille à potron-minet. Heures bénies dans le silence de la nuit, à attendre que le jour se lève afin de retourner jouir de la terre… Vivre avec le jour, vivre avec le soleil et la pluie, vivre dans l’effort de produire ces choses vivantes, belles et bonnes à manger…

    Si l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, je mien semble assuré pour un bail.

  5. Hé là, si j’en juge ta première photo, elles sont nourries au pot d’échappement de bagnole tes tomates ?

  6. Merci , j’ai donc là une des réponses que peuvent se poser les gens comme moi qui n’y connaissent rien en potager , on ne peut récolter les graines des tomates de la grande distribution ( Hybrides F1) !!! Vous êtes en sorte les conservateurs d’un patrimoine naturel très riche , et de plus succulent , car le goût des tomates du jardin n’a rien à voir avec celles acheter dans les commerces sans saveur d’un goût neutre …. Pourquoi ???

    Les abeilles sont dans beaucoup de région en voie de disparition , cela peut-il nuire quelque part à votre potager , et dans quelle proportion ???

  7. Les abeilles sont aussi en forte diminution en Franche-Comté. Il existe certains légumes qui peuvent se passer d’insectes pollinisateurs, c’est par exemple le cas des tomates, et la raréfaction des insectes n’a donc pas d’incidence sur ces légumes. Par contre, certains légumes (comme les courgettes, les potirons …) sont très tributaires des insectes pollinisateurs (pas seulement l’abeille) et j’ai remarqué que depuis quelques années la production des courgettes devenait très irrégulière et que les petites courgettes pourrissaient à peine formées, par manque de pollinisation. J’ai lu que la disparition des insectes pollinisateurs à l’échelle de la planète entraînerait une diminution de 10% de la production de nourriture.

  8. Veinards !
    Je repique mes tomates certainement trop tard…elles sont formées, mais je n’en ai goûté encore aucune de mon jardin, et avec la pluie de ce matin…je crains le pire pour ce qui est du mildiou !
    Ta proposition m’intéresse Bernard et lorsque tu feras la distribution de graines de tomates précoces, pense à moi ! Merci d’avance !

  9. OK, c’est noté Michèle.
    Il est possible que j’organise cet été une petite séance de dégustation à la maison mais ce n’est pas encore certain.

  10. Donc pour gagner 5% de production on met sur les cultures des produits qui tuent les abeilles et ces abeilles qui disparaissent vont nous faire perdre 10% de production …. Quelle époque !!!!!

  11. Là pour une fois je gagne Nanard :biggrin: !!, j’ai mangé ma première tomate dans la première quinzaine de juin!!!
    mais je ne suis pas comme le Nanard, je ne peux plus dire le jour exact…
    Aussi une marmande produite en serre (qui n’a jamais été chauffée) mais qui provenait d’un petit plant du commerce.
    Bon, pas de quoi faire encore une salade à cette époque mais les premières sont si bonnes (je précise qu’elle avait aussi bon goût que celles produites dehors car elle n’avait pas reçu plus d’engrais (c’est à dire seulement de mon compost maison).

    Quelques précisions issues de mon expérience… : pas besoin à mon avis d’aller chercher des variétés venues de perpet… les tomates de nos grands-parents suffisent déjà bien, après c’est surtout pour le fun!!!
    J’ai aussi essayé une tomate polonaise « promyk » que je ne conseille absolument pas : rachotte, peu productive, tomates rikiki… et pas spécialement goûteuses alors qu’on annonçait comme d’hab. une petite merveilles!!! Finalement après bien des essais, je reviens à la marmande, qui même produite en serre reste extra! Ces variétés sont certainement bien dans les pays de l’est… Le terroir joue certainement.
    Pour le reste j’ai 45 pieds et pas ma de variétés, mais ma préférence va à la mat’s wild cherry pour les cerises (miam!) et la berao pour les grosses (ou tomate arbre)? Celle-ci monte à deux mètre facile d’où son nom. Elle produit en masse des « olivettes » à chair ferme et goûteuse et reste la dernière à produire, quand les autres ont déclaré forfait. Mais pour satisfaire mon palais et ma curiosité, il m’en faut bien d’autres variétés de toutes les couleurs…

    C’est vrai que « Matina » produit assez tôt, mais elle ne m’a pas laissé de souvenirs inoubliables et je n’en plante plus qu’un seul pied par an…
    Les tomates à feuillage de PdT ont la réputation de d’hybrider plus facilement que les autres, ce que pour l’instant je ne confirme pas car j’ai fait ma graine et elles ressemblent toujours au parents… Dans ce groupe, il faut compter aussi les tomates coeur de boeuf, tout sauf précoces…

    Côté mildiou, je pense qu’on prend un risque énorme à ne pas traiter du tout. Et comme avant tout je veux respecter mon travail, je traite! Mais tu sais Christophe, il y a traitements et traitements!
    1) On peux ne pas traiter du tout sous abri mais à mon avis on joue au loto en ne traitant pas dehors (tout le monde n’a pas le microclimat de Bussières…)
    2) Les traitements suffisent à mon avis à assurer une production même s’ils n’empêchent effectivement pas la maladie d’apparaître, ce qui est déjà pas mal! J’ai eu des tomates à en manger tout mon saoul l’an dernier, même si je n’ai pas pu faire de conserves…
    3) Les meilleurs traitements et les seuls efficaces dans le cas du mildiou restent les traitements préventifs. En agrobio, « traitement » signifie souvent « alimentation correcte en oligoéléments et sels minéraux » c’est pourquoi le mot « traitement » ne doit pas faire peur à priori!!! Personnellement, nous traitons avec du « cuivrol » qui est un engrais foliaire riche en cuivre utilisé en agrobio (Il reste extrêmement moins dosé en cuivre que la bouillie bordelaise… pour ceux qui ne le savent pas, le cuivre s’accumule dans le sol et peut devenir toxique pour les plantes, surtout dans certains types de sols, c’est pourquoi son utilisation est autorisée mais réglementée en agrobio). Seul ennui, ce produit n’est plus vendu que pour les pro!!! par 25kg. La boutique paysanne à Poligny reconditionnait ces produits mais ils ne le font plus (comme on les a chaudement recommandés dans notre bouquin, je crois que je vais leur écrire un petit mot). Qu’à cela ne tienne, groupons nous et reconditionnons nous même!!!! Ce produit est extra pour les arbres fruitiers pour lutter contre chancres, tavelure, moniliose… car il pénètre dans le bois.
    On alimente aussi nos tomates avec des extraits végétaux fermentés (« purin d’ortie ou de consoude ») et de temps en temps avec des poudres de roche.

    Le savon noir dilué à 2% toutes les semaines semble également suffisant (cf article de l’avant dernier numéro de la « Gazette des jardins », journal vendu en kiosque que je recommande hautement à tous!!!!)

    Suite aux nombreux aléas climatiques, on se pose la question, si on ne va pas se trouver une serre tonneau pour assurer la production coûte que coûte…
    Pas question de manger les tomate=choux-raves du commerce!!! Et cette année, on a planté 3 plants de concombres dans la serre et on mange du concombre presque tous les jours depuis début juin!!! à voir…

  12. Bonjour,
    Je suis nouveau jardinier, j’ai déjà planté des différentes variétés de tomates et je connaissais pas ces variétés : Kotlas et Matina. Pouvez-vous m’envoyer les graines de ces 2 variétés (Kotlas et Matina) svp ?

    En vous remerciant

  13. Je peux sans problème vous envoyer des graines des deux variétés kotlas et matina.
    Merci de me donner votre adresse postale.

  14. bonjour
    je suis tres interessee par vos graines de tomates
    et egalement des graines de tomates anciennes( si quelqu un en a trop)
    je voudrais essayer des varietes que l on ne trouve pas sur les marches.
    bien entendu je rembourse les frais de ports
    merci
    madame choppe yolande
    la gaubourgere
    72600 roullee

  15. je suis à la recherche de semences de petite moineau, introuvables. une bonne âme pourrait-elle m’en envoyer quelques unes? merci

  16. petite moineau est parait-il une petite tomate extraordinairement gouteuse et prolifique dont parlent certains courriels. peut-être originaire du québec. mais pour ce qui est de trouver la semence….bernique.

  17. Je n’en ai jamais entendu parler. Mais si un jour tu trouvais cette variété, je suis très intéressé pour trouver quelques graines.
    Je ferai un article sa semaine prochaine à propos des graines de variétés de tomates que je peux donner et envoyer par la poste à toute personne intéressée.

  18. alors cette liste? j’ai trouvé des références mais ne sais comment faire pour en obtenir. essaie de taper petit moineau sur goole. pour le reste j’aimerais bcp avoir 2-3 graines ‘orange bourgoin’, et green plum. je peux te proposer en échange des noires de crimée et des tomates de balcon. a plus.

  19. C’est par pur hasard que je suis « tombé » sur votre page web.
    J’ai un jardin potager de 500 m² en Lorraine et chaque année, c’est un peu la panique quand il faut acheter les pieds de tomates.
    Cette année, je me suis contenté de faire comme beaucoup. J’ai mis de la Montfavet, de la grappe et de la Marmande. Mais toutes ces variétés sont hybrides F1 donc de 1ère génération. On ne trouve plus que ça dans le commerce. Impossible donc de faire ses propres semences à moins de vouloir produire n’importe quoi et surtout à n’importe quel goût.
    Bernard, j’ai trouvé votre article fort intéressant.
    Etant bientôt retraité et voulant devenir autonome ( ou presque ) en matière de jardinage, je ne serais pas contre l’envoi de quelques graines de semences de vos variétés KOTLAS ( tomates à feuilles de pomme de terre ) et MATINA. Je vous en remercie à l’avance. Mon adresse postale vous sera communiquée par mail si vous le désirez.
    Sur ce, amis jardiniers, je vous souhaite d’agréables moments dans votre potager.

  20. Bonjour, je renouvelle mes semences cette année et pourrai donc vous envoyer en début d’automne les graines des variétés que vous désirez. Vous pourrez ensuite produire vos propres graines de tomates (il suffit de renouveler ses graines tous les 5 ans, elles gardent un bon pouvoir germinatif si elles sont bien conservées), c’est une activité passionnante. Le mieux à faire, d’ici là, c’est de rechercher sur ce blog (avec le moteur de recherche dans la colonne de droite) les différents articles que j’ai pu écrire sur les tomates (il y en a beaucoup), et en particulier ma série « mes tomates de l’été 2008 » dans laquelle sont visualisées pas mal de variétés que je possède.
    Pour celles et ceux qui passeraient cet été en Franche-Comté (j’habite à 10 mn de la sortie autoroute Besançon), il est possible de venir prélever une tomate de chacune de mes variétés (une quarantaine), de faire ensuite son choix et de prélever ensuite les graines des variétés désirées.
    Et à votre tour ensuite de les diffuser les années suivantes autour de vous.

  21. recherche graines de tomates exclusivement anciennes car j’ai la chance d’avoir à nouveau un jardin, ainsi que grains de haricots à rames « Marie Louise » et une autre variété genre « beurre merveille de venise ou or du rhin » mais avec des gousses un peu plus larges et plus longues, j’ai oubié son nom réel, en sologne on l’appelait « ruban d’or ».
    En fait je recherche toutes graines ou tubercules de légumes anciens pour avoir un jardin qui sort des sentiers battus.
    Si je pouvais recevoir ces trois variétés de tomates que je ne connais pas : Kotlas, Matina et Petite moineau ce serait avec plaisir.
    L’année prochaine je pourrai faire profiter à mon tour de mes graines récoltées avec plaisir.
    Merci à tous

  22. Je débute dans ce domaine mais je suis très intéressée par des graines sibériennes. Je viens de faire l’achat d’une serre qui va considérablement m’aider dans la culture des tomates.

    Merci d’avance

  23. j’ai essayé cette variété  » PAtata » à feuillage de pomme de terre …ça donné des fruit spectaculaire…c’essai est dans le cadre de stage de fin d’étude pour le diplome d’ingenieur ….le fruit été sorte de 3 lobes fisionné é le poids c quelque chose de waaaaw 700 grammes par fruits

  24. Quelqu’un a-t-il déjà essayé la tomate « beauté blanche »? J’en ai acheté un sachet au biaugerme.
    Je vais essayer cette année. Une tomate toute blanche, ça promet, j’espère!

  25. Oui, je la connais, aussi bien sous le nom de « beauté blanche » que de « white beauty ».
    J’aime toutes les tomates mais trop les blanches dont la consistance est souvent trop molle et la saveur trop doucereuse. Mais tout ça est une question de goût.
    Il y a par contre une petite tomate cerise blanche (et qui tire légèrement sur le jaune) que j’aime bien, elle s’appelle « snowberry ».

  26. Quand je dis « doucereuse », je pense au manque d’acidité car c’est une tomate très sucrée, ce qui est incontestablement un avantage pour certains.
    La question des synonymes est compliquée chez les tomates car celle-ci porte plusieurs noms différents : beauté blanche, white beauty, Weisse schönheit, white wonder, merveille blanche, white snowball, white apple.

  27. Bonjour Bernard,

    Petite question, on peut semer des tomates jusqu’à quelle date limite ? Tu parlais dans l’un de tes articles de semis tardifs plus résistant au mildiou mais je n’arrive plus à le retrouver. Par avance merci.
    D’ailleurs, en parlant de mildiou avais-tu lu cet article posté sur le blog de Kokopelli
    http://www.kokopelli-blog.org/?p=1820
    J’ai essayé sur de la fonte de semis et ça fonctionne pas trop mal voici le lien de ce que j’ai écris sur tomodori http://tomodori.com/forum/topic9582.html

    Jérôme.

  28. Oui, j’avais parlé de semis jusqu’au 15 mai. On est à la fin mai, je pense que ça vaut encore le coup d’en semer quelques-unes, uniquement pour des récoltes d’arrière-saison. Comme on est quand même très tard dans la saison, j’essaierais avec des tomates plutôt précoces car il me semble que des tomates tardives (coeur de boeuf, ananas) n’auraient pas le temps de mûrir.
    Je vais en semer deux variétés aujourd’hui, juste pour voir …
    Merci pour l’idée.
    Je n’ai lu que le début de ton article sur l’iode car je retourne au jardin.
    J’en parlerai dans la journée.

  29. J’ai une petite expérience sur le sujet mais , une chose est sûr , c’est qu’on peut avoir des tomates cerises (genre , Sweet 100 , pépé … Même tétons de vénus ) très tard dans la saison ( jusqu’en novembre dans le Finistère ) en les protégeant des pluies qui rincent les fruits ( perte de goût , éclatement des fruits .. ) .

  30. Tiens, c’est une idée, je vais prévoir un abri pour mes plants tardifs.

    Ah, les tétons de Vénus, le jardinier aime bien cette variété en général, ça le change des seins de glace ! :smile:

  31. Pour les abris, il parait que c’est aussi bien efficace contre le mildiou, dans le dernier 4 saisons ils en parlent. Je vais essayer cette année car l’année dernière fût un catastrophe, à vous en dégouter de la tomate … enfin presque faut pas exagérer !!! :smile:

  32. ça y est, j’ai semé cet après-midi des tomates en vue d’une récolte d’arrière-saison.
    J’ai pris la variété de tomate cerise « la jacquinotte ».
    Personne ne la connaît, il s’agit d’un hybride que Raoul Jacquin (co-fondateur de Kokopelli) a obtenu. Il l’avait dans son jardin mais ne lui avait pas donné de nom. J’ai prélevé quelques tomates et j’en ai extrait les graines. Comme ça m’énervait d’avoir une tomate sans nom, je l’ai appelée « la jacquinotte » du nom de son obtenteur. Même le Raoul n’en sait rien … :wassat:

  33. Jérôme, je viens de lire ce qui est écrit sur l’iode, c’est assez étonnant. Ce qui s’est passé au Quebec avec la récolte de pommes de terre sauvée est une belle preuve de l’efficacité de l’iode. J’ai envie d’essayer. Tu l’as déjà fait ?

  34. Merci pour le renvoi vers ton article sur le mildiou.
    Je n’ai pas encore testé (le plus tard possible d’ailleurs) l’iode sur le mildiou, cependant je l’ai testé sur mes plants de salades touchés par la fonte du semis. Je ne sais pas si tu as vu les photos que j’ai prises avec mon objectif macro mais le résultat est assez prometteur. On voit bien que les tissus touchés arrêtent de se nécroser et repartent comme en 14 !!! Pour généraliser il faudrait faire des tests sur de nombreux plants et faire varier la concentration. J’ai acheté de la béthadine en pharmacie à 2/3 euros le flacon. Une cuillère à café dans un litre d’eau du robinet et hop au pulvo :smile:
    En parlant de Kokopelli, j’ai semé ce matin le haricot nain mangetout Saxa que je parraine. :smile:
    Bernard, j’ai relu ton article et celui de Francisca sur la création de nouvelles variétés de tomate. Absolument génial. Je le lis et le relis. L’ idée qu’en l’espace de quelques années, on puisse créer une tomate bien à « nous » avec un petit nom qui va bien est absolument fantastique et cela change la vision que l’on peut avoir du jardinage je trouve. Tout cela semble bien compliqué mais pas infaisable d’après ce que j’ai pu lire. J’ai beaucoup de questions à ce sujet d’ailleurs sur le choix des deux plants à croiser en fonction de la forme, de la couleur, du goût et de ce que l’on souhaite obtenir . Comment se fait ce choix et est-il fiable à chaque croisement ? J’aimerai me lancer mais j’ai peur qu’il y ait beaucoup d’incertitude ? Non ?
    Jérôme.

  35. Il arrive que sur un pied de tomate apparaisse un fruit qui est bien différent des autres. Il s’agit d’hybridation naturelle, ce qui est assez rare (même quand on plante en même temps plus de 50 variétés différentes). Lorsque ça arrive, on a une tomate que personne d’autre ne possède et les graines de cette tomate peuvent être utilisées comme point de départ d’une nouvelle sélection. L’hybridation, je m’y intéresserai un peu plus quand j’aurai du temps disponible, c’est à dire dans quelques années quand je serai en retraite.

  36. salut,
    Bernard tu veux dire :  » qu’apparaissent des fruits qui sont…. » ? Un fruit différent sur un seul pied c’est une malformation, une maladie ….. un problème dans le développement avec différentes causes possibles. Non ?
    Dans une hybridation le résultat est d’abord à l’intérieur des graines et invisible. Puis les graines semées donneront des produits différents qu’il faudra fixer.
    Je ne comprends pas cette histoire d’un fruit différent. Je ne l’ai jamais vu.
    francis

  37. Euh oui, tu as raison … je me suis planté, ce n’est pas le fruit qui est différent, mais tout le plant car c’est effectivement au niveau de la graine que ça se situe et on ne s’en rend compte qu’à la génération suivante. Il y a trois ans, j’avais donné cinq plants de fruity orange, les 4 plants que j’ai donné avaient des fruits de couleur orange, le mien avait des fruits de couleur rouge.
    Désolé pour l’erreur … :angry:

  38. Les termes hâtif et précoce, qui sont donnés parfois comme synonymes, sont à mon avis à l’origine de quelques confusions.
    La définition de ces deux mots est assez large et ne donne pas d’indication claire. Pour les légumes ils peuvent désigner deux caractéristiques différentes mais pas opposées et qui peuvent se chevaucher :
    – le temps de maturation : durée entre le semis et le premier fruit récolté
    – la capacité à produire tôt dans l’année (précoce prend ici le sens de primeur)

    Ainsi pour les variétés de tomates dites russes ou sibériennes (climat continental marqué). Leur caractéristique première est d’avoir un temps de maturation court pour pouvoir produire durant un été court. Le semis pourra être tardif (pour nous) début juin et la production avant le retour du froid.
    La possibilité de produire tôt se basera plutôt (aussi) sur la résistance au froid.
    Les variétés à temps de maturation court semées « tardivement » bénéficieront tout de suite d’une température optimum. Semées tôt sans la faculté de résister au froid elles risquent de ne pas produire beaucoup plus vite que d’autres.
    Je crois qu’il serait préférable de parler avec des données chiffrées :
    – temps de maturation en jours
    – pour une fourchette de température (mini-maxi) optimum pour un bon développement et une durée d’ensoleillement moyenne (duré du jour).

  39. Cette discussion m’a remis en mémoire une recherche que je voulais faire depuis quelque temps.
    Amateur d’hostas j’ai été surpris quand un pépiniériste m’a dit que beaucoup des nouvelles variétés étaient le résultat d’irradiations, parfois appelées ionisations pour faire plus propre.
    Je viens de faire une rapide consultation via G.. il semble bien que certaines variétés de tomates soient issues d’irradiations de semences. En fait on accroit considérablement le taux de mutations « spontanées ».
    Il n’y a sûrement pas de danger sanitaire à partir des produits des variétés obtenues, mais cela me gave un peu de savoir que certaines tomates que je cultive de la manière la plus naturelle possible soit, peut-être, le résultat de telles pratiques et qu’on les appelle « variétés anciennes ».
    Je ne serais pas étonné que des variétés fixées dans des universités américaines ou russes durant les années 50-60 viennent de là.
    Je crois que je vais regarder les Talalikin 186 et autre Peremoga 165 d’un autre oeil….

  40. Il y a plein de gens qui pensent semer des variétés de tomates anciennes et qui en fait sont des variétés récentes. Pour les jardiniers amateurs de biodiversité que nous sommes, nous avons tous dans nos tiroirs des graines de variétés de tomates vertes. Or, toutes les variétés de tomates vertes sont des variétés récentes, la première tomate verte (qui est la plus connue, il s’agit de green zebra) a été obtenue en 1983 je crois par Tom Wagner.

  41. J’avais entendu (mais je ne sais plus où) que les choux romanesco avaient été obtenus par irradiation des semences mais je n’ai jamais trouvé d’information fiable sur le sujet.

  42. Je pense que beaucoup savent que les variétés ne sont pas si anciennes que cela. Je faisais cette remarque parce que dans cette expression, même si l’on n’est pas dupe, « ancienne » est aussi porteur de traditionnelle, naturelle…… alors que pour certaines variétés il faudrait mettre à côté d’OP le symbole de l’irradiation. A l’ère de la transparence, comme pour les plantes génétiquement modifiées, il faudrait indiquer la méthode d’obtention.

  43. Bonjour Bernard,
    Je sais que ce post commence à dater mais est il encore possible d’obtenir quelques graines de ces variétés sibérienne.
    Habitant en Belgique je suis particulièrement intéressé par ces variétés.
    Merci d’avance et à bientôt
    Grégory

  44. Pas de problème, je regarde ce qu’il me reste ce soir et je vous envoie deux ou trois variétés (je vous envoie un mail pour récupérer votre adresse postale).

  45. Bernard, est-il possible d’avoir de la graine de tomate plutôt sexy, délicieuse en bouche et assez déluré mais pas grosse surtout … assez fine et sportive, c’est le style de la maison … :whistle:

  46. Bonjour Bernard,
    Combien de jours environ pour passer de la fleur au fruit ?
    J’ai trouvé chez Kokopelli la sasha altai (59 jours) ainsi que l’altajsky urozajnij une russe précoce.
    Vu les résultats que j’ai cette année, je rechercherai surement en priorité un critère de précocité pour mes plans de l’an prochain.

  47. Plusieurs variétés très précoces, notamment russes ou sibériennes, me déçoivent. C’est bien pour des tomates de début de saison mais elles évoluent souvent assez mal et j’en ai arraché plusieurs pieds dès la fin juillet.
    Par contre, Stupice et Edouard me semblent être des variétés sûres (parmi les précoces).

  48. Téton de Vénus ??
    A la liste de Bernard j’ajouterais Bloody Butcher et une surprise pour moi parce qu’une inconnue, d’ailleurs vous pouvez peut être m’aider à l’identifier.
    C’est un plan issu d’une graine d’un paquet de canabec rouge (!!), tout de suite j’ai pu la débaptiser car elle a des feuille de pdt. Elles ressemblent aux trois citées plus haut. Feuilles pdt, taille environ un mètre, déterminée, fruit rond un peu plus gros que stupice et compagnie, rouge mais avec des épaules verte/brunes, productive, précoce (je ne peux pas comparer avec les autres qui étaient en serre mais 2ème dehors après truffaut précoce), goût dans une bonne moyenne supérieure, semble assez résistante.
    Je sais bien qu’il est impossible de trouver mais vous me donnerez peut-être quelques idées, de toute façon je n’aurai jamais de certitude. A part le goût, ce que j’ai trouvé sur le net qui semble correspondre c’est slava.
    A part celle là, j’ ai eu aussi la surprise d’une hybridation spontanée : une belle tomate ronde et d’un bel orange sur un petit plant, avec un goût très correct. Comme l’autre j’ai décidé de la garder et de suivre l’évolution.
    Pour la précocité. Les jours donnés sont toujours les plus favorables possible pour le commerce et obtenus dans les meilleures conditions. Une simple exposition différente inversera les données dans un jardin. Il faudrait aussi se baser sur le pic de production et non sur la première tomate. Sur certains plants on peut avoir rapidement une première tomate (dont souvent on ne sait pas quoi faire et qu’on a du mal à partager, mais qui fait toujours plaisir) et avoir un pic qui correspondra de peu aux tomates de saison.

  49. A l’attention de Bernard

    Bonjour,
    Je suis un jardinier très passionné et je suis tombé sur votre blog par hasard.
    Vous faites état de variétés de tomates que je ne connais pas, à savoir :
    « Kotlas » et « Matina »
    Vous serait-il possible de bien vouloir m’adresser les graines de ces deux variétés ?
    Je vous en remercie bien sincèrement par avance
    Bien cordialement..
    André Calvet

  50. André,
    Un petit conseil : ne mets pas tes coordonnées sur internet. N’importe qui peut les utiliser. J’espère que Bernard après les avoir notées les enlèvera.
    Pour les tomates plusieurs personnes pourront t’en donner ici mais ce n’est plus le moment. Pour ma part je crois avoir matina, mais ces deux variétés sont assez connues et tu pourras facilement les avoir.

  51. Bonjour,

    Intéressé par votre article ( sous un air de Joseph Haydn :angel: … dont la musique est un modèle d’élégance , n’est-ce pas ? ) je recherche des graines de tomates précoce.  » Kotlas » et  » Matina » si vous avez encore des graines disponibles… pour du troc… j’aurais des graines de radis… violet de Gournay , de la roquette, de la moutarde de Chine ( je commence les semences). Merci. Joël

  52. bonjour, je serai aussi intéressé par des graines si c’est toujours possible vu l’ancienneté des postes. merci.

  53. Bonjour, j’avais fait cet article il y a 11 ans. Il ne me reste que quelques graines des variétés citées dans l’article et je les sèmerai l’an prochain. Donc pas de graines disponibles avant l’automne 2020. Désolé !

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: