Même les sarcelles s’y mettent …

Difficile de trancher dans un débat « heure d’hiver ou heure d’été ? ». Pour donner raison à l’un ou à l’autre des protagonistes de ce débat, il faudrait comme on dit « une âme innocente » dépourvue de partialité. Difficile de trouver une telle âme de nos jours dans la race humaine pervertie par le modernisme et la société de consommation. Alors, finalement je me suis tourné vers les oiseaux qui représentent la candeur et l’innocence même. Difficile de taxer un seul oiseau de manque d’objectivité, non ?

Hé bien, vous n’allez sûrement pas me croire mais les faits sont là et me donnent raison à 100% ! Les voici tels que je les ai constatés.

La semaine dernière, sur le petit étang de Buthiers juste à côté de chez moi, il n’y avait que des sarcelles d’hiver.

sarcelle1
sarcelle2
Vous n’allez peut-être pas me croire mais en ce début de semaine, il n’y a que des sarcelles d’été !

sarcelle3
sarcelle4
Difficile d’apporter une meilleure preuve, non ? Comment ça « non » ? Seriez-vous de mauvaise foi ?

Vivre à l’heure d’été

J’adore le passage à l’heure d’été qui me permet de profiter au maximum de l’extérieur après la fin de la journée de travail.

Mais le passage à l’heure d’été a aussi ses détracteurs. Il y a ceux qui sont pour et il y a ceux qui sont contre. Chez ces derniers, l’argument le plus souvent évoqué est la difficulté à se réhabituer à un nouvel horaire.

J’ai l’impression par contre que si nous restions toute l’année à l’heure d’été, tout le monde y trouverait son compte. Qu’en pensez-vous ?

ciel

Seasick Steve

Il y a quelques semaines, Yves avait mis dans l’un de ses commentaires un lien vers une vidéo de Seasick Steve. Je dois avouer que je ne connaissais pas ce grand musicien de blues, alors que j’écoute énormément ce type de musique. J’ai aussitôt été séduit par le côté festif de ce bluesman. Ceux qui aiment le boogie aimeront sans aucun doute la prestation de Seasick Steve sur un morceau au rythme endiablé comme Cut my wings (que l’on peut retrouver également en cliquant ici dans une version un peu différente).

Comment avoir ignoré un artiste de ce niveau qui joue depuis plus de cinquante ans (le bonhomme a déjà 68 ans) ? Simplement parce que la reconnaissance a été extrêmement tardive. Il a passé une bonne partie de sa vie, jusqu’à une période récente, dans les couloirs du métro avant d’être enfin reconnu. Par contre, il semble aujourd’hui assez familier des plateaux télé, ayant ramassé pas mal de prix et de récompenses les dernières années. Le voici dans Started out with nothin‘ :

Seasick Steve donne aussi dans le registre des ballades. Voici Walking man qui me rappelle beaucoup les compositions de Jorma Kaukonen et de son Hot Tuna (dont je parlerai certainement un jour) :

Allez, un dernier petit boogie chargé d’électricité pour finir :

Face à face avec le milan royal

Alors, il est pas beau et fier « mon » milan royal, posé sur « son » poulet ?

milanroyal2
Journée de chance aujourd’hui. Je me suis caillé dans mon affût mais cela faisait presque vingt ans que le milan royal n’était pas venu se poser devant moi.

milanroyal1
milanroyal4
L’occasion pour moi de prendre sur le vif une attitude étonnante :

milanroyal3
Mais celui que j’attends avec le plus d’impatience, c’est le milan noir. C’est « mon oiseau maudit ». Trente ans que j’attends … Cet après-midi, il s’est enfin posé devant moi. Je l’avais dans le viseur. Et comme un con, j’ai voulu attendre qu’il soit bien tranquille avant de faire ma première photo. Et il est parti avant que j’aie pressé le doigt sur le déclencheur. La semaine prochaine ou l’an prochain peut-être … !

De hauts salaires. Oui, mais jusqu’où ?

On parle beaucoup de parachutes dorés et de salaires des grands patrons actuellement. La question des parachutes dorés est une vraie question. Mais celle des salaires en est une autre, tout aussi importante car elle grève de manière encore plus forte les budgets des entreprises, petites ou grandes.

S’il est communément admis que les dirigeants d’entreprises gagnent beaucoup plus que leurs salariés, la question est de savoir ce que nous pouvons décemment accepter comme limite. Sur France Inter hier, l’information que j’ai entendue faisait état de patrons dont les salaires sont 600 fois supérieurs à ceux de leurs employés. Cela m’a fait frémir et m’a amené à la question suivante : « Comment décemment peut-on estimer que son  travail vaut plusieurs centaines de fois le travail d’un ouvrier suant avec son marteau-piqueur au soleil ? »

Quel niveau de rémunération peut-on tolérer aujourd’hui ? Où mettre le curseur ? La réponse est certainement différente selon que l’on est de gauche ou de droite (cela dit, j’ai l’impression que les gens de droite, et notamment les « petites gens de droite » sont certainement les plus enclins à mettre le curseur assez bas).

Voici un essai de position (non dogmatique) de ma part sur le sujet :
Pour moi, le salaire référence est le SMIC et je pense qu’il faut aujourd’hui légiférer, en fonction de la valeur du Smic. Alors, combien de fois le Smic ?
– 10 fois ? Sans doute acceptable par (presque) tout le monde.
– 20 fois ? Peut-être …
– quelques dizaines de fois ? Sans doute la limite acceptable.
– plusieurs centaines de fois ? Non, non et trois fois non !

J’ai conscience qu’en abordant ce sujet, je vais encore aller au casse-pipe et qu’il y aura du grabuge. Mais bon, Dupdup ne serait plus Dupdup s’il se bornait à parler seulement de mésanges et de tomates. Et comme j’ai annoncé que je ne me donnais plus de contraintes …

J’ai bien conscience qu’il y a beaucoup de maturité chez les uns et les autres sur ce blog, mais je me suis quand même vêtu d’un gilet pare-balles … A voir donc si on est capable de discuter entre nous de manière posée.

Des graines, encore des graines !

Il fait encore froid mais le soleil a été généreux les temps derniers. Il y a dans l’air la sensation que le printemps n’est pas bien loin, malgré les nuits de gel, et les premières fleurs de jardin sont épanouies depuis quelques jours, voire quelques semaines pour certaines d’entre elles.

fleurs
Cette sensation de printemps imminent peut conduire les personnes qui ont l’habitude de nourrir les oiseaux l’hiver à arrêter cette activité de nourrissage dès les premiers beaux jours, en février ou en mars. C’est une erreur car le début du printemps est la période la plus difficile pour bon nombre d’espèces. Nous sommes en effet à une période charnière pour tous les oiseaux de la famille des fringilles qui se nourrissent de graines (chardonnerets, verdiers, tarins, bouvreuils, gros-becs…).

verdier1
Certes, il fait déjà moins froid qu’en plein hiver mais le stock de graines disponibles dans la nature est épuisé ou presque. Pour ces espèces, la jonction est extrêmement difficile à faire entre l’hiver et le printemps. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il vaut mieux nourrir les oiseaux de janvier à avril (plutôt que de novembre à février comme le font la plupart des gens).

Actuellement, 200 oiseaux fréquentent encore mon poste de nourrissage, dont une majorité de chardonnerets (une centaine), de tarins (20), de pinsons de nord (15), de pinsons des arbres (15), de verdiers (40) et de gros-becs (5).

gros-bec
Et parmi ces oiseaux, trois ou quatre écureuils qui sont là tous les matins.

ecureuil2

(toutes les photos ont été réalisées hier dimanche)

Petite devinette (10)

Allez, une petite devinette comme vous les aimez bien.
324 000, ça vous dit quoi comme chiffre ?
Petit indice : cela a un rapport avec un autre chiffre : 7 400.
Allez, faites travailler un peu vos neurones. Oui, je sais, le week-end, c’est dur …
Il y aura un petit indice demain soir dimanche puis un autre indice tous les soirs.

Hommage à Bashung (3)

Le lundi, c’est pas le jour que les gens préfèrent en général. Et en plus, le premier lundi, sans Bashung, alors je vous dis pas …
Pour continuer notre petite exploration de ses oeuvres, trois vidéos ce soir : la première est consacrée à une rencontre entre Bashung et Bertrand Cantat.

Viennent ensuite deux facettes différentes du même morceau « Résidents de la république » extrait de son dernier disque. D’abord le clip de la chanson puis une version acoustique.

Hommage à Bashung (1)

Mon coeur saigne. Je l’ai appris il y a tout juste dix minutes. Oui, bien sûr, je m’y attendais – un cancer des poumons ça pardonne rarement – mais quand même … !

Quand j’ai vraiment découvert Bashung, c’était sur le tard, il y a une dizaine d’années seulement. Mais depuis je me suis rattrapé et je dois dire que j’ai été subjugué par l’oeuvre entière de ce grand bonhomme.

Mon blog devait s’arrêter l’espace d’une semaine. Finalement, j’ai choisi de mettre en ligne chaque jour de la semaine une vidéo de ce grand artiste. Et pour commencer La nuit je mens, extrait d’un superbe DVD « la tournée des grands espaces » que Steph m’a fait connaître. Le titre était prémonitoire : Bashung vient d’entamer sa dernière tournée dans les grands espaces.

Cette série d’articles est dédiée à Claudine.

Petite pause d’une semaine

Tout est allé très vite depuis la reprise de ce blog, les articles ont fusé, les dialogues aussi, et je ressens le besoin de faire une petite pause. Le prochain article consacré à un petit dimanche musical paraîtra le dimanche 22 mars.
Je vous rappelle par ailleurs notre rendez-vous littéraire le mardi 7 avril avec « Qui se souvient des Hommes … » de Jean Raspail. Il vous reste un peu de temps pour lire ce livre d’ici là.

village

Jardiniers de France

LE COIN DU JARDINIER (42)
Il y a trois ans, je suis devenu « Jardinier de France ». En adhérant à cette association, j’ai rejoint une structure qui a déjà 130 années d’existence. Vous pouvez cliquer ici pour connaître l’histoire très intéressante de cette société. Parmi les dates qui ont jalonné son histoire, je retiendrai les années 20 au cours desquelles l’association s’est beaucoup impliquée dans le développement des « jardins ouvriers » et les années d’après-guerre marquées par une pénurie alimentaire. Dans ces années difficiles, l’association s’est donnée comme objectif d’assurer la subsistance des plus pauvres. Elle a alors créé sa fameuse « série n° 1 » qui permet à une famille d’assurer sa subsistance, pour une somme très modique, pour une année complète.

Soixante ans plus tard, cette fameuse série existe toujours. A notre époque qui voit le prix des sachets de graines augmenter de manière éhontée et sans justification (il existe de nombreux sachets de graines qui valent 4 ou 5 euros actuellement et qui valaient 4 ou 5 francs il y a quelques années seulement), cette série est précieuse. Pensez donc, vous avez 20 sachets de graines pour 12,50 euros seulement soit 62 centimes le sachets de graines (et en plus, il y a 5% de réduction si on est adhérent). J’achète cette série tous les ans. Elle ne contient que des variétés anciennes qui ont fait leurs preuves (tomates marmande, tomate St Pierre, carotte nantaise, radis de 18 jours, navet de Nancy, oignon jaune des vertus, mâche à grosse graine, poireau de Solaise, chou milan de Pontoise …).

graines

D’autres séries proposées sont très intéressantes, notamment les séries régionales. Il existe ainsi une série « Ouest » adaptée au climat océanique (12 sachets de légumes + une fleur pour 6,20 euros). On trouve aussi dans le catalogue des jardiniers de France une gamme de 60 variétés au prix de 95 centimes le sachet. Les frais de port s’élèvent à 8 euros mais on peut grouper les commandes (et cela favorise en plus les échanges entre jardiniers). De plus, les sachets contiennent une grande quantité de graines et on peut facilement partager leur contenu avec d’autres jardiniers.

A l’heure où le jardinage pourrait redevenir une nécessité absolue et vitale dans un contexte de crise durable, de telles offres ne peuvent être que les bienvenues. Cliquer ici pour accèder au site des Jardiniers de France.