Amoureux des belles dames

PAPILLONS DE NOS JARDINS (3)

L’été, il m’arrive souvent de courir après les belles dames. Parfois plusieurs à la fois. Quelle santé ! Mais elles s’enfuient dès que j’approche un peu trop, pour mieux s’arrêter un peu plus loin (comportement typiquement féminin). Alors je les poursuis de mes assiduités, jusqu’au milieu des grandes herbes. Elles me narguent souvent en venant roder dans le jardin, autour de la maison. Elles disparaissent à l’automne et me laissent esseulé tout l’hiver. Mais quel miracle à leur retour au printemps ! Mon coeur bat de nouveau pour elles !

Vous ne l’avez peut-être pas immédiatement compris, mais la « belle-dame » dont je parle est un élégant papillon. Plutôt répandu chez nous, ce papillon l’est aussi ailleurs car on le rencontre sur presque toute la planète, sauf en Amérique du sud et dans les régions polaires. Son abondance varie beaucoup d’une année à l’autre.

Ce papillon fréquente nos jardins d’avril à octobre, en deux ou trois générations qui se succèdent et viennent butiner de nombreuses fleurs tels que buddléïas, sedums, chardons bleus, asters …

belledame1.jpg

Les oeufs sont pondus séparément sous des feuilles de chardon, mauve, vipérine, bourrache, plantain… Les chenilles de la dernière génération passeront l’hiver à l’état de chrysalide avant de se métamorphoser aux premiers beaux soleils du mois d’avril (parfois dès mars).

Le plus étonnant dans cette espèce est son aptitude à migrer. Chaque année, une vague de migration, venant d’Afrique du Nord, traverse la France d’avril à juin, passant même par le jardin à Dupdup. A l’automne, les belles-dames de la deuxième génération redescendent vers le sud. Elles migrent également de nuit et viennent parfois sous les éclairages des bâteaux, en pleine mer. Car c’est bien connu : les belles dames rêvent en secret de beaux marins !

Avis de recherche

Je suis en train de réaliser, dans le cadre de mon activité professionnelle (préparation d’un panneau pour une petite expo), une liste d’expressions qui utilisent des noms de légumes ou de fruits .

Exemples : faire chou blanc (échouer), avoir la pêche (être en forme) …

Mais j’imagine que vous en connaissez des tonnes. Alors, si vous pouviez m’aider (en précisant si possible la signification de l’expression), ce serait super !

A vos méninges toutes !

Rêves de neige et de glace

Au début de la canicule, j’avais écrit dans un commentaire « mes plus beaux rêves sont des rêves de pluie ».

La canicule s’aggrave. Mes rêves évoluent en conséquence, ils deviennent de neige et de glace. Alors, comme ça en passant, j’offre aux lecteurs qui viendront faire un petit tour sur ce blog, une photo faite depuis la maison en mars dernier.

neige.jpg

Si l’été est appelé à devenir durablement la pire des saisons, viendra un temps, peut-être pas si lointain, où l’on dira le 21 mars de chaque année : « Finis les beaux jours ! ».

Les insectes pollinisateurs dépriment

Parmi les insectes qui butinent les fleurs, j’ai un petit faible pour les bourdons. D’abord et surtout pour leur facilité d’observation : on les voit toute l’année, dès les premiers beaux jours, du lever du jour à la tombée de la nuit, et ils se laissent observer de très près. Mais aussi parce qu’ils jouent un rôle énorme dans la pollinisation des fleurs et participent ainsi à la survie d’autres espèces.

Lorsqu’on parle de la pollinisation des arbres fruitiers, qui est indispensable pour qu’il y ait des fruits, on a tendance à ne parler que des abeilles et on cite rarement les bourdons. Quelle injustice ! Pourtant les bourdons sont bien plus actifs que les abeilles et visitent, dans le même espace de temps, deux ou trois fois plus de fleurs. Alors que les abeilles ne viennent visiter les fleurs qu’au-dessus d’une température de 15°C, les bourdons se contentent de 10°C (ce qui a son importance car les printemps franc-comtois sont plutôt froids et les fleurs des fruitiers n’ont parfois comme seule visite que le bourdon terrestre). Et puis, notons l’efficacité extraordinaire des bourdons dont les ouvrières déposent une phéromone (hormone volatile odorante) sur les fleurs butinées, indiquant à leurs suivantes que ces fleurs ont déjà été visitées et leur évitant ainsi une prospection infructueuse (vous imaginez un voleur mettant sur la porte d’une maison qu’il a visitée, une petite pancarte « déjà cambriolée » !). Comportement fascinant !

bourdon.jpg

Pour la première fois, je me suis fait du souci ce printemps pour les bourdons, n’ayant guère vu ces beaux insectes velus dans mon jardin. Plus tard dans la saison, j’ai remarqué que bon nombre de courgettes se formaient mais tombaient presque aussitôt (donnant l’impression qu’elles pourrissaient), signe que les fleurs n’avaient pas été visitées par les insectes.

Hier, je suis tombé sur un article paru dans leMonde.fr qui confirme mes observations. Ce journal fait état d’une enquête menée simultanément par une équipe de chercheurs britanniques, allemands et néerlandais. Leur étude montre que dans bon nombre d’endroits, les abeilles ont déjà subi une baisse de 67 % des effectifs et que les mouches pollinisatrices ont parfois décliné de 33 %. Cette baisse a déjà des répercussions sur les plantes : « 75 plantes sauvages qui nécessitent d’être pollinisées par des insectes ont vu leur distribution diminuer, tandis que 30 autres, pollinisées par le vent ou l’eau se sont, au contraire, répandues davantage ». Les chercheurs sont inquiets car, « quelle que soit la cause retenue, l’étude suggère fortement que le déclin de quelques espèces peut déclencher une cascade d’extinctions locales parmi d’autres espèces associées ».

Le service gratuit que nous offrait les insectes butineurs depuis 140 millions d’années est donc en train d’être détruit en quelques décennies seulement.

Soyons honnête : si les journaux font état des résultats de cette étude, c’est bien parce que la baisse des populations d’insectes pollinisateurs a une incidence sur le plan économique (pour produire leurs céréales, les Etats-Unis songent déjà à élever des insectes pour pallier la disparition des espèces sauvages mais se désolent par avance du coût engendré et du manque à gagner).

Mais là où certains ne voient aujourd’hui qu’un problème financier, se cache aussi une vraie tragédie dont peu de journaux parlent. Car nul doute que la baisse des insectes pollinisateurs s’inscrit dans un phénomène plus ample qui touche l’ensemble des espèces animales et végétales de la planète.

Une espèce disparaît toutes les vingt minutes, à un rythme cent fois plus rapide que la normale. Affolant ! Personne ne sait encore quand viendra le tour de l’Homme. Mais on pourrait commencer d’avoir une petite idée, non ?

Cette affaire commence à sentir le roussi et va finir par me foutre le bourdon !

les concerts-fleuves du Dead

Aïe, aïe, aïe, Vincent et plusieurs autres bloggeurs sont partis en congés. Il ne devrait donc pas y avoir beaucoup de commentaires à mes articles dans les semaines qui viennent. Tant pis, j’en profite pour écrire deux ou trois trucs qui, de toute façon, n’auraient pas susciter beaucoup de commentaires.

Par exemple, si je vous parle de la sortie des disques Live du Grateful Dead, ça ne va pas vous dire grand’ chose.

Pour ceux qui ne le savent pas, le Grateful Dead, alias « le Dead » pour les habitués, fut l’un des plus grands groupes rock du monde, de par l’ampleur de ses concerts et du phénomène aux Etats-Unis. Son influence et sa notoriété furent pourtant faibles de ce côté-ci de l’Atlantique, excepté auprès d’un certain public « soixante-huitard » (attardé ?) dont je fais peut-être partie.

Né dans le contexte hippie californien des années 60, en même temps qu’un autre groupe mythique le Jefferson Airplane, il fut de toutes les expériences de l’époque : psychédélisme, mysticisme oriental, activisme politique d’extrême gauche, expériences communautaires, consommation de drogues, …

La musique de Grateful Dead, qui se voulait au départ une sorte de laboratoire musical, est influencée par de nombreux genres : blues, rock, country, bluegrass, sans oublier le free jazz et les musiques électroniques. Le groupe était réuni autour de la personnalité exceptionnelle du chanteur-guitariste Jerry Garcia, accompagné de musiciens hors-pairs dont un autre chanteur-guitariste : Bob Weir.

dead2.jpg

Le Grateful Dead était avant tout un groupe de scène où les concerts étaient marqués par une symbiose exceptionnelle entre les musiciens et le public. Le groupe avait son propre public qui le suivait pendant toutes ses tournées. Celles-ci étaient gigantesques et ressemblaient à une foire ambulante, les concerts de plusieurs centaines de milliers de personnes n’étaient pas rares, commençaient parfois à la tombée de la nuit pour ne finir qu’au petit matin… pour mieux reprendre le soir suivant (de nouveaux baffles s’ajoutaient jour après jour et leur assemblage finissait par ressembler à une montagne de dix mètres de haut). Ces concerts prenaient un peu l’allure de grand’ messes, duraient au moins trois heures, devant un public qui semble-t-il n’était jamais lassé et qui restait aussi nombreux au fil des années. Et celà a duré … près de trente ans. Ce type de concert est resté unique dans toute l’histoire de la musique. Un site internet propose aujourd’hui en ligne les enregistrements mp3 de … 2 500 concerts.

Jerry Garcia, adepte de la consommation de cocaïne, fut retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel en 1995 et le groupe cessa alors ses activités (les musiciens survivants du groupe ont alors « repris du service » sous le nom de The Other Ones et ont continué à faire vivre la musique du Dead. Je ne sais pas si ce groupe existe encore aujourd’hui).

L’ingénieur du son Dick Latvala, qui officia sur la plupart des disques du Dead et qui était responsable de leur son spécial, entreprit d’archiver avec minutie les enregistrements qu’il avait réalisés. Latvala est mort en 98 mais ses enregistrements sont actuellement publiés en CD à un rythme assez rapide et s’appellent Dick’s Picks (« les prises de sons de Dick »). 35 volumes ont déjà été publiés, la plupart des concerts de cette collection font trois CD, parfois 4. Ce sont, comme je l’ai dit plus haut, des concerts-fleuves dont les morceaux font parfois 23 minutes. La fluidité de la guitare de Jerry Garcia et la sérénité qui se dégage de cette musique font que la plupart de ces disques sont envoûtants (ils me laissent parfois la même impression que des ragas indiens). Nul besoin de fumer la moquette pour apprécier cette musique à sa juste valeur, les notes se suffisent à elles-mêmes. Parmi les 35 volumes de la collection, peu sont commercialisés en France, on consultera donc avantageusement un site américain comme allmusic.com.

On peut aussi découvrir la musique du Grateful Dead par le disque culte American Beauty (dont on peut écouter des extraits sur Amazon.fr), bien que ce disque « studio » extraordinaire soit nettement plus country que le reste de la production. S’il fallait que j’emmène 10 CD sur une île déserte (dans la mesure évidemment où il y aurait l’électricité pour les écouter, ce qu’on oublie toujours de préciser), j’emmènerais assurément American Beauty. Il y trônerait en bonne place à côté de Hendrix, de Léo Ferré, de Jean-Sébastien Bach … sans oublier bien sûr Dylan sans qui le Grateful Dead, bien entendu, n’aurait jamais existé. On y revient toujours … ! Chassez le Bob, il revient au galop !

accro au tabac d’Espagne !

PAPILLONS DE NOS JARDINS (2)

J’ai une amie qui est accro au tabac. Toutes les heures, elle va butiner un peu de tabac dans son paquet et se roule une clope qui va aussitôt s’envoler en fumée.

Moi, je suis accro au « tabac d’Espagne ». C’est le nom d’un joli papillon qui vient toutes les heures butiner un peu de nectar dans mon paquet de fleurs de buddléïas et puis qui va, lui aussi, s’envoler vers le ciel. On a tous le tabac qu’on peut !

Le tabac d’Espagne est ce gros papillon, couleur « tabac blond » ponctué de noir, qui fréquente nos jardins de juin à septembre. La chenille est une habituée des pieds de violettes sauvages qu’elle dévore au printemps avec toute la voracité dont peut faire preuve une chenille. Comme j’ai beaucoup de violettes dans ma pelouse naturelle, les « tabacs d’Espagne » viennent pondre leurs oeufs sur les écorces des arbres qui sont autour, tout près des violettes qui vont donc servir de garde-manger aux chenilles au printemps suivant.

tabac.jpg

Petite précision : ne cherchez pas à récolter et à faire sécher le « tabac d’Espagne » qui fréquente votre jardin, il ne se fume pas ! J’ai oublié de le préciser à mon amie, mais comme elle est une fidèle lectrice de mon blog, la voilà donc prévenue !

J’ai été très impressionné par la qualité des textes et des poésies qui ont été publiés à la suite de mon article consacré au « flambé », autre papillon de nos jardins. Des tas de textes que je ne connaissais pas, écrits par des auteurs parfois célèbres (Hugo, Gainsbourg, Nougaro, Claudel) mais aussi d’autres beaux textes inconnus, dont un poème original de Butterfly.

Je ne m’attendais qu’à quelques commentaires. Les 44 commentaires publiés (du jamais vu dans l’histoire de mon blog !) ont pulvérisé le record ! Si vous découvrez seulement ce blog ou si vous avez loupé l’article, allez vite y faire un tour, les commentaires vous donneront certainement l’envie d’aller admirer de plus près ce monde extraordinaire qu’est le monde des papillons. Et, vous deviendrez peut-être vous aussi, accro au tabac !

La pire des saisons ?

Je me demande si l’été n’est pas en train de devenir la pire des saisons !

Et dire que tout ça n’est peut-être qu’un avant-goût de ce qui nous attend demain !

Quelques degrés encore de plus et on imagine bien que cette chaleur pourrait vite devenir apocalyptique. Vous n’avez pas cette impression ?

Membre de la tribu des adeptes de la faux

Quand il s’agit de faucher les grandes herbes, l’usage d’une simple faux me semble infiniment préférable à celui d’une débroussailleuse à fil : agréable à pratiquer, moins fatigant, moins polluant et moins bruyant !

Ce matin, j’ai de nouveau pris cet outil pour faucher un petit coin d’herbes folles.

Mais aïe, aïe, aïe ! Joëlle est venue faire une photo.

faux.jpg

Ce cliché, qui prouve de manière indubitable que je me livre à cette drôle de pratique d’un autre âge, ne va-t-elle pas me faire condamner devant les tribunaux pour faux et usage de faux ?

Petite énigme

La petite énigme du jour (ou de la semaine, ou de l’été, ça dépend combien de temps vous mettrez pour la résoudre !) :

« – Monsieur, vous travaillez mal !
– Je suis un novice pardi ! »

Les articles sur mon blog ne reprendront que lorsque l’énigme sera résolue. A vos neurones toutes !

Quand l’eau devient dangereuse pour la santé

Boire de l’eau minérale peut être dangereux. Une étude réalisée par l’Institut de géochimie environnementale à l’Université d’Heidelberg en Allemagne s’alarme de la présence d’antimoine dans l’eau embouteillée. La toxicité de cette substance est comparable à celle de l’arsenic. Or, de nombreuses eaux minérales, dont 9 françaises, dépassent allègrement les normes et contiennent 95 à 165 fois plus d’antimoine que l’eau du robinet. Par ailleurs, de nombreux composés chimiques des bouteilles en polyéthylène passent dans l’eau et certaines eaux minérales contiennent jusqu’à … 200 composés chimiques différents.

Les principaux groupes vendeurs d’eau minérale, notamment Danone et Nestlé, ont été saisis de cette affaire dès le mois de janvier mais n’ont toujours pas réagi (en matière de réactivité, il semblerait que tous deux pédalent dans le yaourt et le chocolat !).

Personnellement, je me fous de cette information, j’ai toujours pensé que la bière était meilleure à la santé que l’eau. C’est juste pour votre gouverne personnelle … !

Justement, à propos de bière, les chercheurs de l’université de l’Oregon viennent de découvrir que le xanthohumol, l’un des composés du houblon qui sert à fabriquer de la bière, protége contre le cancer de la prostate. Simplement, pour que le xanthohumol soit efficace et puisse bloquer la protéine qui est impliquée dans ce cancer, il faudrait s’enfiler pas moins de … 17 bières par jour ! Et le canard enchaîné d’hier de conclure son article par la phrase « de quoi hâter sa mise en bière ? ».

Le paillage au jardin

LE COIN DU JARDINIER (8)

Nous sommes donc en pleine canicule et certaines plantes du jardin commencent de souffrir. Le jardinier est alors confronté à un dilemne un peu délicat : faut-il arroser ou non ?

La plupart des gens commencent à arroser très tôt, dès le printemps. Les légumes adoptent alors la loi du moindre effort : plutôt que d’aller chercher l’humidité en profondeur, ils ne développent qu’un système racinaire faible car ils trouvent en surface toute l’humidité dont ils ont besoin. Petit problème, une fois qu’on a commencé d’arroser : il va falloir arroser sans cesse, faute de quoi les légumes vont s’étioler (d’autant plus qu’ils vont avoir des besoins en eau de plus en plus importants au fur et à mesure qu’ils grossissent et que la saison avance).

Il y a par contre des jardiniers qui n’utilisent pas d’eau. Ainsi, la plupart de ceux qui ont la chance de pouvoir cultiver leurs légumes en plein champ n’arrosent jamais, d’abord parce qu’ils n’ont pas la possibilité de le faire mais aussi parce que les plantes s’en sortent généralement très bien (je l’ai constaté même pendant la canicule de 2003). Les tomates, par exemple, vont développer un système racinaire très important, de petites radicelles pouvant même aller chercher l’humidité à plusieurs mètres de profondeur.

Depuis ce printemps, je n’ai pas arrosé une seule fois mes tomates, mais aucune n’a encore souffert du manque d’eau (j’ai même déjà deux pieds qui dépassent ma taille et je mange des tomates depuis le 22 juin). Mais comme la canicule sévit en ce moment, qu’elle risque à priori de durer encore quinze jours au moins, j’ai décidé ce matin de mettre en oeuvre une technique que j’utilise régulièrement l’été, le plus tard possible, il s’agit de la pratique du paillage qui permet aux plantes d’avoir à leur disposition de l’humidité en surface tout en arrosant très peu.

Je suis donc allé ce matin récupérer de la paille dans les champs (on peu le faire facilement lorsque les moissons sont terminées et que la paille a été pressée, il en reste toujours un peu sur le terrain). J’ai ensuite mis une couche de paille autour de mes pieds de tomates et je les ai ensuite arrosés. Dans quinze jours, malgré la canicule, la terre sous la paille sera encore humide et je n’aurai plus besoin d’arroser de nouveau.

tomatepaille.jpg

Un peu plus tard dans la matinée, je suis aller repiquer des petits choux que j’avais semés, en utilisant la même technique de paillage. En temps normal, il serait impossible de repiquer des choux avec de telles chaleurs. Le paillage par contre le permet, je l’ai souvent constaté. Et avec cette technique, les choux vont grossir très vite.

La technique est donc simple, gratuite, économe en eau. Elle n’a que des avantages, d’autant plus qu’il se développe sous la paille toute une vie organique intéressante à observer, avec des tas de petites bestioles qui sont de précieux auxiliaires pour le jardinier. Mais j’aurai l’occasion d’en parler plus tard.

Quand on sera devenu vieux, ce serait sympa si on pouvait aussi nous pailler, afin d’éviter qu’on se dessèche trop. Mais bon, je n’y crois pas vraiment. Alors, avec cette chaleur torride, quand je me dessèche un peu trop, j’aime encore bien appliquer la vieille méthode classique, éprouvée par des générations de jardiniers : je file chercher une bière ! Ce que je fais d’ailleurs sur le champ !

Fortiche le Nostradamus !

Il y a un mois, plusieurs journaux, dont le Monde, ont cru bon de citer Nostradamus qui aurait soit-disant prédit une victoire de l’équipe d’Espagne lors du Mondial 2006. Le bonhomme avait écrit : « Quand le sixième mois de 2006 sera terminé, le roi d’Espagne passera les Pyrénées avec son armée. Les légions de Belzébuth les attendront pour la bataille dans les plaines d’Europe centrale. La destruction et la défaite s’abattront sur les malins. Le Saint-Graal reviendra en Espagne, avec le Roi Triomphant. »

nostradamus.jpg

Incroyable et très fortiche ce Nostradamus qui, non seulement avait prévu la fin du monde pour l’an 2000, mais aussi une victoire de l’Espagne six ans plus tard !

Histoire de pigeons

Beaucoup de monde ce vendredi 30 juin pour le concert de Michel Portal à Besançon. Une fois de plus, j’étais là, accompagné de Joëlle qui est devenue, depuis quelques semaines, ma « photographe attitrée », auteur des clichés de cet article. Les musiciens sont en retard, le soleil ayant retardé la mise en place des instruments et les « balances ». Mais la chaleur torride ne gêne pas tout le monde, au contraire : en attendant que les portes s’ouvrent, en tête de la longue file dattente (il y a 600 personnes environ), j’observe avec un oeil de naturaliste, deux pigeons qui s’accouplent sur le toit voisin, la chaleur favorisant sans doute leurs amours torrides.

La première partie du concert est étonnante, assurée par deux musiciens d’avant-garde : le contrebassiste Barre Philips (légende vivante qui jouait dans les années 50 avec Coleman Hawkins) et le compositeur/percussionniste Alain Joule. La musique est très free. Je n’ai pas aimé plus que ça mais à un moment donné j’ai fermé les yeux et j’ai alors ressenti la musique avec beaucoup plus d’acuité. J’ai eu l’impression à ce moment d’avoir affaire à une musique cosmique, m’emmenant loin dans l’espace. Probablement qu’il faut écouter Barre Philips et Alain Joule dans des circonstances particulières, par exemple dans le noir, couché dans l’herbe en regardant les étoiles. J’aimerais un jour réécouter cette musique que je n’ai pas forcément apprécié sur l’instant.

contrebasse.jpgbatteur.jpg

Pendant l’entracte, j’ai retrouvé Denis que je n’avais pas revu depuis huit ans. Il n’a pas aimé du tout la musique et était sorti dès le premier morceau boire une bière dans le café d’à-côté, refusant ainsi d’être pris pour un pigeon !Viennent ensuite Michel Portal, accompagnés par Bruno Chevillon (le meilleur des contrebassistes français ?) et de Daniel Ciampolini aux percussions. Je n’écrirai que peu de choses sur Michel Portal dont la prestation musicale est toujours à la hauteur des attentes, lui ayant déjà consacré un article il y a quelques semaines. Voici juste quelques photos.

portal+chevillon.jpgciampolini.jpg

La musique n’empêche pas le va-et-vient des pigeons qui, à plusieurs moments du concert, passent au-dessus de la cour du Palais Granvelle, volant d’un rebord de toit à l’autre.

Comme Louis Sclavis (voir le compte-rendu du concert qui a eu lieu deux jours plus tôt), Michel Portal passe du saxo à la clarinette mais utilise à plusieurs reprises le bandonéon, notamment lors d’un morceau très beau et très humoristique ayant pour thème les oiseaux (le bandonéon imitant le chant du coucou et de quelques autres volatiles). Nul doute que les pigeons du quartier étaient toute ouïe !
oiseau.jpg
Lors du rappel, consacré à un thème très festif, le contrebassiste de la première partie est venu rejoindre nos trois compères pour un dernier grand hommage à la musique.

rappel.jpg

Le concert est fini. Joëlle et moi retournons à notre voiture. Il fait nuit et il n’y a plus de pigeons sur les trottoirs de Besançon. Juste quelques amoureux qui roucoulent !

Le flambé

PAPILLONS DE NOS JARDINS (1)

Je m’inquiétais un peu depuis ce printemps pour la santé des populations d’insectes de nos jardins : peu de bourdons terrestres sont venus polliniser nos arbres fruitiers, peu de papillons sur les fleurs de la pelouse, … Où était passé ce beau monde ?

Et puis voilà que depuis quelques jours les lavandes et les buddleias se mettent à fleurir (plus tardivement que les autres années).

buddleia.jpg

Avec cette nouvelle floraison, voici qu’en quelques jours apparaissent soudainement, comme par magie, de nombreuses espèces de papillons : « belle dame » (voir photo ci-dessous faite il y a quelques instants par Joëlle), »tabac d’espagne », « petit Sylvain », « machaon », « petite tortue », … tous plus beaux les uns que les autres (voir la petite série d’images que j’avais consacrée il y a quelques mois à ces insectes).

belledame.jpg

En allant au jardin ce matin, Joëlle a eu la chance de photographier l’un des plus beaux papillons que l’on puisse voir autour de la maison : « le flambé ». Jusqu’à présent, nous n’avions eu que rarement la chance de l’observer. Mais la plantation de quelques pruniers autour de la maison semble lui plaire (ce papillon est très lié aux arbres et arbustes du genre prunus). Il y a deux ans, nous avons même vu une femelle pondre ses oeufs en vol contre les feuilles d’un mirabellier.

flambe.jpg

Le flambé de ce matin, le premier de l’année, était dans les grandes herbes, il était encore assez tôt et n’avait pas encore capté suffisamment d’énergie lumineuse pour s’envoler (c’est un peu comme Joëlle pour qui sortir du lit n’est pas une mince affaire !).

Lafranchis écrit dans son ouvrage consacré aux papillons de jour « Le flambé se reproduit parfois dans les jardins et les vergers non traités ». Ce papillon n’est donc pas très commun, il est même en régression. En Belgique, il ne subsiste que sur quelques côteaux calcaires. Au Luxembourg, il vient de disparaître. Il commence de se faire rare en région parisienne. Il est encore dans le jardin des Dupdup, mais jusqu’à quand ? Sachons donc l’admirer les rares fois où il se présente encore à nous !

Je me suis souvent demandé, si les dieux avaient existé, s’ils auraient choisi comme messagers ailés des oiseaux ou des papillons. Mais je sais que moi, j’aurais hésité !

The Times They Are A-Changin’ (2)

TRADUCTION LIBRE DE LA CHANSON “ONE TOO MANY MORNINGS”

Mon ami Jean-Louis m’accompagne donc dans ce projet ambitieux consacré à la discographie de Dylan. Le mois dernier, la traduction libre qu’il avait faite de « A Hard rain’s-a-gonna fall » avait suscité beaucoup de commentaires.

La chanson de ce mois, extraite donc du disque « The Times They Are A-Changin » s’appelle « One Too Many Mornings ». Elle est d’une veine complétement différente, Jean-Louis ayant délibérément choisi de nous faire découvrir les différentes facettes de l’écriture de Dylan.

Voir le texte original en anglais et écouter 30 secondes de la chanson.

Une matinée de trop

Là bas, dans la rue les chiens aboient
Et le jour tire à sa fin.
Lorsque la nuit sera vraiment tombée,

Lire plusThe Times They Are A-Changin’ (2)

The Times They Are A-Changin’

DISCOGRAPHIE DE BOB DYLAN (3)

Nous sommes donc en mai 1963 et Dylan vient donc de frapper très fort avec son deuxième album The Freewheelin’ Bob Dylan.

C’est à l’époque de l’enregistrement de ce disque devenu mythique qu’il fait la connaissance de Joan Baez qui, en quelques années, est devenue l’étoile montante de la chanson folk. Dylan monte régulièrement sur scène pendant les concerts de Joan Baez. C’est pendant cet été 63 que leur relation va culminer. Les rumeurs courent sur Dylan et Joan Baez et les relations entre Dylan et Suze, sa petite amie, s’effilochent et se termineront d’ailleurs par une séparation.

baez_dylan.jpg

Deux concerts donnés pendant l’été en compagnie de Joan Baez marquent la consécration de Dylan dans le monde du folk. Le premier a lieu en juillet au festival de Newport. Dylan y est partout, il est sur toutes les scènes et son prestige grandit d’heure en heure auprès de la communauté folk. Un mois plus tard, c’est la célèbre marche sur Washington, qui fut la plus importante manifestation de lutte pour les droits civiques et au cours de laquelle Martin Luther King prononça son célèbre discours I had a dream … Dylan est à ses côtés et c’est devant un public énorme qu’il se produit en compagnie de Joan Baez, Mahalia Jackson, Peter, Paul & Mary.

Dans ce contexte, la firme Columbia qui voit la popularité de Dylan croître, lui propose de retourner en studio. L’album est enregistré à l’automne 2003 et sortira quelques mois plus tard en janvier.

Times.jpg

Cet album s’intitule The Times They Are A-Changin’ (on peut écouter, en cliquant ici, des extraits des chansons de ce disque). Le disque est dans la même veine que l’album précédent, « elles remuent profondément le couteau dans les plaies de l’Amérique » (R. Santelli). La chanson qui donne le titre à l’album devient instantanément l’hymne de toute la jeunesse américaine, le journaliste Andy Gill y voit « le chant de guerre de la jeunesse nouvelle, brûlant de métaphores sur la révolution en marche ».

Les chansons du disque sont plutôt noires, elles parlent de drame familial sur fond de misère (The ballad of Hollis Brown), de l’assassinat d’une serveuse noire par un blanc (The lonesome death of Hattie Carroll), de la mort d’un militant noir pour les droits civiques (Only a pawn in their game), tourne en dérision les partisans de la guerre (With God on their side) … Cinq chansons de ce disque furent popularisées en France par Hugues Aufray (Les temps changents, La ballade de Hollis Brown, La mort solitaire de Hattie Caroll, Dieu est à nos côtés, Le jour où le bateau viendra).

Malgré une chanson assez optimiste (When the ship comes in) et deux chansons d’amour, la tonalité d’ensemble du disque est plutôt très sombre. Un journaliste écrira à propos de ce disque : « Dylan ne vous distraira pas. Ce n’est pas son propos. Mais il vous endurcira l’âme ».

Ce disque qui raconte avant tout des histoires s’appuyant sur des faits sociaux renforce le malentendu entre Dylan et son public. Car la vieille gauche américaine puis toute la jeunesse du pays veulent alors faire de lui un nouveau prophète, un messie des temps modernes, d’autant plus que certains vers de Dylan ont des allures quasi-bibliques (« Car les temps sont proches… », « Car le perdant d’aujourd’hui sera gagnant plus tard », « O le temps viendra / Où les vents d’arrêteront / Où la brise cessera de respirer »).

Dylan n’est qu’un faiseur de chansons et ne veut évidemment pas endosser le rôle qu’on veut lui donner. Beaucoup plus tard, en 2004, il s’exprimera sur cette époque dans son livre Chroniques : « Les ténors de la presse continuaient à faire de moi l’interprète, le porte-parole, voire la conscience d’une génération. Elle est bien bonne. Je n’avais fait que chanter des chansons nettes et sans détour, exprimant avec force des réalités nouvelles. Cette génération, je partageais fort peu de choses avec elle et je la connaissais encore moins. Mon destin et la vie me réservaient sans doute encore des surprises, mais incarner une civilisation, non. La vraie question était d’être fidèle à moi-même. J’étais plus un conducteur de bestiaux qu’un petit joueur de flûte. »

Dylan cherche vite à quitter ce rôle de porte-parole qu’on veut absolument lui faire porter. Mais c’est probablement trop tard, le mythe est là, bien installé au bout de deux disques seulement.

La dernière chanson de l’album, « Restless Farewell », est un tournant, une chanson d’adieux. Dylan y laisse entendre qu’il est sur le départ. Mais pour où ? La suite de cette saga Dylan dans un mois.