La sittelle torchepot

LES OISEAUX AU POSTE DE NOURRISSAGE HIVERNAL (2)
Après la mésange charbonnière, voici une autre habituée des mangeoires en hiver : la sittelle torchepot. L’une d’entre elles est venue tout à l’heure voler une noisette sur le rebord de la fenêtre. C’est la première de l’hiver. Il faut dire que, pour la première fois depuis trente ans, je n’ai presque pas d’oiseaux au poste de nourrissage. Sans doute que les conditions climatiques très douces, le faible nombre d’oiseaux nés en 2006 et le fait que la nature regorge encore de nourriture (2006 ayant été une bonne année de fructification) expliquent cette désaffection très inhabituelle.

La sittelle, habitante typique des grands arbres, est l’un des oiseaux les plus facilement réconnaissables : forme pointue, dessus gris ardoisé, dessous orangé et un beau masque de cambrioleur qui lui traverse l’oeil. Mais c’est souvent par son comportement qu’on l’identifie rapidement, l’oiseau ayant l’habitude de descendre les troncs d’arbres la tête en bas. C’est « l’oiseau acrobate » par excellence, elle n’hésite pas à inspecter le dessous des branches en se maintenant à l’aide de ses ongles munis de longues griffes.

sittelle2.jpg sittelle3.jpg

En hiver, du tournesol, des noisettes et des mélanges à base de graisse l’attireront facilement. Le bec de la sittelle est long et dur. La robustesse du bec lui permet de casser des graines ou des fruits coriaces, comme par exemple les noisettes dont cet oiseau raffole. Sa longueur lui permet, en faisant office de pinces, d’attraper des insectes, la sittelle se nourrissant de chenilles au moment de l’élevage des jeunes au printemps.

sittelle4.jpg

Au poste de nourrissage, ne vous attendez pas à voir plus de deux sittelles. Cet oiseau reste très territorial en hiver et les mangeoires ne seront fréquentées que par un seul couple au maximum. Je me rappelle d’une petite anecdote qui s’est déroulée à la fin des années 70 : alors que j’étais immobile contre un arbre en train de photographier un pic épeichette à son nid, j’ai eu la surprise de sentir une petite chose heurter ma jambe. C’était la sittelle qui était venue se plaquer contre mon pantalon, prenant ma jambe pour le tronc d’un arbre. C’était je crois mon premier contact avec un oiseau sauvage. Plus tard, beaucoup plus tard, la sittelle est devenue familière de la main à Dupdup, ayant eu, l’hiver dernier, 2 028 fois l’occasion de se frotter à ma peau !

sittellemain.jpg

Les nouveaux venus sur ce blog, qui souhaiteraient en savoir plus sur mes expériences un peu délirantes de l’hiver dernier et sur ces oiseaux qui sont venus plus de 23 000 fois sur ma main, pourront se référer aux 8 articles « Des oiseaux en veux-tu en voila « , écrits entre janvier et avril 2006, dans la rubrique Coups d’ailes ci-contre (articles du 23 janvier, 30 janvier, 8 février, 10 février, 21 février, 23 février, 19 mars et 23 avril).

Hiboux moyens-ducs

Petit appel de Régis jeudi dernier : “j’ai trouvé un dortoir de hiboux moyens-ducs, y’en a vingt ou trente, ça t’intéresse de venir ?”. Et comment, ça m’intéresse ! Depuis longtemps, je rêvais de voir ces rassemblements. Je savais que de telles concentrations d’oiseaux hivernants existaient, favorisées généralement par des pullulations locales de campagnols, mais je n’avais jamais eu l’occasion de repérer un seul dortoir. Pourtant, ce n’est pas faute de m’être baladé en hiver.

Avant-hier, nous nous sommes donc retrouvés, avec Anne et Nico, à l’entrée d’un petit village proche de Besançon. Avant même d’avoir garé ma voiture, j’avais remarqué deux formes allongées dans l’un des conifères. Après un examen rapide, nous avons pu comptabiliser rapidement cinq hiboux depuis le bord de la route, mais quelques autres se sont malheureusement envolés. Le feuillage était très dense et il est probable que beaucoup d’autres étaient encore cachés à l’abri des branches. Dans la longue-vue, l’image etait superbe, les hiboux nous fixaient avec attention, avec des yeux étonnés. Les conditions lumineuses étaient très mauvaises, je n’ai pas réussi à faire de bonne photo. Heureusement, Nico m’en a aussitôt adressé une qu’il m’a autorisé à publier sur ce blog.

hihihi4.jpg

Cela me rappelle une petite anecdote. C’est en février 79 que j’ai observé pour la première fois de ma vie cet oiseau, dans des circonstances plutôt particulières. Un moyen-duc épuisé était bizarrement en train de barboter dans une petite mare. Je l’ai pris délicatement, l’ai posé sur un piquet mais il n’a pas réussi à s’envoler.

duc.jpg

Je me souviens avoir ramené l’oiseau chez moi et l’avoir passé au sèche-cheveux. Après plusieurs jours de nourrissage, l’oiseau avait repris des forces. Lorsqu’il a commencé de voler dans la cuisine et d’arracher les rideaux de la fenêtre, j’ai estimé qu’il était temps de le relâcher sur le site même où je l’avais trouvé. J’ai retrouvé tout à l’heure le cliché fait au moment de l’envol, il est de très très mauvaise qualité, abîmé en plus par des tas de poussières. Mais bon, c’était mon premier sauvetage d’oiseau !

duc1.jpg

La mésange charbonnière

LES OISEAUX AU POSTE DE NOURRISSAGE HIVERNAL (1)
L’hiver est l’une des saisons que je préfère. Peut-être parce que j’aime la force des éléments naturels et que le vent, le froid, la pluie sont bien plus présents en hiver qu’aux autres saisons. Mais aussi parce que les oiseaux font de l’hiver la saison la plus animée. Mésanges, sittelles et verdiers voltigent en continu devant les fenêtres et ce ballet bariolé nous rappelle qu’il n’y a pas de morte saison et que la vie est toujours là.

Habituellement, je commence le nourrissage hivernal des oiseaux fin novembre ou début décembre. Les mésanges sont toujours les premières à trouver la nourriture, parfois au bout de quelques minutes seulement. Mais peut-être s’agit-il des « vieilles mésanges » de l’année précédente qui ont encore un vague souvenir de la table à Dupdup. La mésange charbonnière est invariablement la première à trouver la nourriture.

charbo1.jpg

Très reconnaissable à son ventre jaune coupé en deux par une barre noire (fine chez la femelle), la mésange charbonnière peut venir en nombre chercher des graines de tournesol mais il est impossible de savoir combien exactement viennent se nourrir. Car les mésanges arrivent, prennent une graine, et repartent aussitôt. Une seule graine de tournesol à chaque voyage. Ce qui explique leur ballet incessant.

charbo3.jpg

Les mésanges font partie des oiseaux qui ont un régime alimentaire alterné. A la belle saison, elles se nourrissent essentiellement d’insectes. Mais dès que l’hiver approche, plutôt que de partir en Afrique comme le font d’autres oiseaux insectivores, elles adoptent un régime alimentaire différent, composé presque uniquement de graines.

La charbonnière est un oiseau placé sous le signe de la diversité : diversité des milieux fréquentés (forêts, parcs boisés, abords des maisons, jardins, haies), diversité du régime alimentaire (chenilles, pucerons, coléoptères, petits papillons nocturnes, sauterelles, abeilles, araignées, mille-pattes, graines de pins, pépins de pommes pourries, céréales, graines d’arbres divers, amandes, noisettes, faines, jeunes pousses, boutons en fleurs, …) et surtout diversité du chant (en 1961, Gompertz a identifié une quarantaine d’émissions vocales différentes, soit un vocabulaire presque aussi riche …que les titulaires du baccalauréat d’aujourd’hui !).

charbo2.jpg

Si vous ne connaissez pas cet oiseau, n’hésitez pas à installer quelques graines de tournesol sur le rebord de votre fenêtre. Il est probable qu’une charbonnière découvrira la nourriture en quelques jours ou, au plus tard, quelques semaines, même si vous habitez en ville (pour peu qu’il y ait quelques arbres).

En selle les hirondelles !

L’une de mes collègues, Céline, vient de faire un stage dans la Brenne. Elle a ramené de cette région des photos étonnantes, qu’elle m’a permis d’utiliser sur mon blog.

Sur une ancienne ferme, des hirondelles de fenêtre ont mis à profit l’architecture du bâtiment. On admirera d’abord la construction des nids qui est d’une symétrie presque parfaite.

nidsarche.jpg nidsgrosplan.jpg

Mais le plus surprenant encore est à l’intérieur du bâtiment. Des vélos sont suspendus dans la grange. Jusque là, rien d’inhabituel. Sauf qu’en y regardant bien, on s’aperçoit que des hirondelles rustiques (une autre espèce) ont construit leurs nids directement sur les vélos. Ainsi, sur la route avant du vélo violet :

veloviolet.jpg nidsurroue.jpg

Un couple d’hirondelles a même utilisé la selle d’un vélo pour y construire son nid.

selle.jpg

Bel exemple d’adaptation aux activités humaines. Est-ce là le signe d’une nouvelle évolution de cette espèce, ce qui lui permettrait ainsi de recoloniser peut-être un habitat humain qui lui est de moins en moins favorable ? A suivre.

Petit plaisir du jour

Le printemps se termine. La saison de reproduction des oiseaux tire à sa fin. Déjà bon nombre d’oisillons ont quitté le nid. Ainsi les mésanges, bergeronnettes, sittelles … !

En ce moment, le rouge-queue à front blanc nourrit ses jeunes derrière la maison, ceux-ci devraient sortir du nid d’ici un jour ou deux (voir la série d’images que j’ai déjà consacrée à cet oiseau).

A vingt mètres de là, un torcol fourmilier s’est également installé dans un nichoir (celui dont je parlais dans mon article du 6 avril) et les jeunes sont également sur le point de s’envoler vers une vie nouvelle (voir également la série d’images sur cet oiseau). Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion d’observer cet oiseau très discret et Nico est venu le photographier hier. Il m’a envoyé ses photos, et là, surprise : le torcol qui est photographié porte une bague !

torcol.jpg

(photographie aimablement prêtée par Nico)

Il n’y a que quelques endroits en Franche-Comté où l’on pratique le baguage (activité scientifique d’étude des oiseaux), dont notamment le centre où je travaille et où le torcol est régulièrement capturé, bagué puis évidemment relâché. Il y a seize kilomètres entre mon lieu professionnel et le village où j’habite et il est possible que l’oiseau vienne de là-bas. Evidemment, il pourrait aussi venir d’ailleurs, mais bon, l’idée que cet oiseau ne soit pas arrivé chez moi par hasard (et qu’il m’ait « suivi » en quelque sorte) me plait assez bien. J’aime bien ce genre de coïncidences, j’ai parfois l’impression que ça n’arrive qu’à moi ce genre de truc.

Voilà, c’était mon petit plaisir du jour. On a les petits plaisirs qu’on peut (ou qu’on se donne !).

Les oiseaux de ce printemps

Dans l’un de ses commentaires en réponse à l’un de mes articles, Roland s’inquiétait de la baisse des effectifs d’hirondelles mais constatait par ailleurs une très forte présence, ce printemps, de certaines espèces, dont la fauvette à tête noire et le rossignol.

rossignol0001_2.JPG

Effectivement, ce printemps apporte, comme chaque année, son lot de bonnes et mauvaises surprises. Ainsi, quelques espèces me semblent être en forte diminution, c’est le cas du verdier, du chardonneret, du rouge-gorge ou du martin-pêcheur alors que d’autres ont plutôt des effectifs en hausse comme effectivement la fauvette à tête noire ou le rossignol. Il en est même qui me semblent reprendre un peu « de la plume de la bête » après quelques années difficiles, comme l’hirondelle de rivage ou le faucon hobereau.

Mais gardons nous des conclusions hâtives ! Des conditions locales qui prévalent à tel endroit peuvent sans doute expliquer de fortes variations d’effectifs alors que ce constat ne sera pas valable ailleurs, même parfois dans des zones assez proches. Ainsi Roland a dit dans son commentaire que la fauvette grisette était peu commune cette année alors que je n’en ai jamais vu autant près de la gravière de Geneuille. Il est difficile d’analyser avec certitude ces fluctuations et de leur trouver une explication objective.

Je suis souvent admiratif de la capacité qu’ont les oiseaux à reconstituer leurs effectifs. Le cas le plus frappant me semble être celui du martin-pêcheur qui semble parfois avoir complètement disparu après un hiver rigoureux mais qu’on retrouve dès l’été en grand nombre le long de nos rivières (Paul Géroudet dit qu’il peut faire jusqu’à trois nichées de 7 petits dans l’année, soit une vingtaine d’oiseaux, je vous dis pas les allocations familiales… !). Je me souviens aussi des pie-grièches écorcheurs qui étaient peu communes dans les années 80, qui sont revenues en masse au début des années 90 mais dont les effectifs sont à nouveau faibles aujourd’hui. Les effectifs varient souvent « en dents de scie » et je crois que c’est le cas de beaucoup d’espèces et que ça a toujours été ainsi.

Là où par contre je suis inquiet, c’est de constater qu’il y a globalement, au fil des années, une baisse générale de la quantité d’oiseaux. Une étude menée sur l’ensemble de l’Europe a montré qu’en dix ans, une quarantaine d’espèces plutôt communes, avaient vu leurs effectifs diminuer, quelque soit l’endroit en Europe, y compris des espèces que l’on pense commune comme le moineau domestique ou la pie bavarde.

pie0001_2.JPG

Il est donc difficile de démêler ces deux phénomènes différents, d’une part une propension naturelle des espèces à avoir des effectifs qui varient de manière sinusoïdale, et d’autre part une dégradation générale des conditions de vie avec des conséquences négatives sur la plupart des espèces. En gros, pour résumer, je dirais que les effectifs d’oiseaux prennent l’allure d’une sinusoïde à la pente descendante. Comme le dit si justement Roland, je pense qu’il y a une vraie inquiétude à avoir pour certaines espèces comme les hirondelles, qu’il s’agisse de l’hirondelle rustique ou l’hirondelle de fenêtre.

hirondelle0004_2.JPG

Pour beaucoup d’espèces donc, la courbe descend, avec des sursauts épisodiques nous laissant parfois croire à un léger mieux, mais globalement, y’a pas de doute, ça va plutôt vers le bas !

Et vous, avez-vous fait des constats de ce genre, ce printemps plus particulièrement mais aussi les années passées ? Vincent, tu en penses quoi de l’évolution des martinets de Besançon ?

Festival de faucons hobereaux

Il y a quelques semaines, j’ai raconté la capture étonnante d’un chardonneret par un épervier. Il ne m’est pas donné souvent d’observer ce genre de spectacle.

Mardi dernier, j’étais dans mon bureau (eh oui, je bosse de temps en temps, y’a pas que le blog dans le vie, faut bien becqueter et je n’ai pas les moyens physiques d’attraper des chardonnerets) lorsqu’une hirondelle de fenêtre est arrivée dans la cour, « à fond les gamelles », suivie par un faucon hobereau qui la talonnait à moins d’un mètre. Tous deux ont disparu de mon champ de vision mais je n’aurais pas donné cher de la peau de l’hirondelle, son sort semblait scellé d’avance.

Vingt minutes plus tard, un faucon hobereau (le même ?) traverse la cour au ras du sol, alourdi par une grosse proie qu’il tenait entre les serres. Les deux scènes ont été très fugitives, ce qui est souvent le cas pour ce genre d’observation.

Le soir même, lors d’une petite balade sur la gravière de Geneuille, peu de temps après avoir aperçu une femelle de busard des roseaux en migration, un faucon hobereau débouche dans le paysage et attaque les hirondelles qui tournoyaient au-dessus du plan d’eau (il y avait là des hirondelles rustiques, des hirondelles de fenêtre ainsi que des hirondelles de rivage, la totale quoi !). Il loupe une première hirondelle, plonge entre les arbres, une hirondelle en sort, poursuivie rapidement par le faucon hobereau qui remonte dans les airs « en chandelle », la loupe et replonge au milieu des arbres avant de quitter le site. La scène a duré un certain temps, le faucon hobereau me semble être un chasseur beaucoup plus endurant que l’épervier (qui s’arrête vite de chasser s’il a raté sa proie, le temps au moins de reprendre des forces).

hobereau-0001_2.JPG
(photographie réalisée en captivité)

Jusqu’à présent, j’avais observé trois fois ce genre de scènes en vingt sept années d’observation ornitho. Et là, trois fois dans la même journée ! Les dieux seraient-ils avec moi ?

Voilà, c’était ma rubrique « Le saviez-vous ? » car si certaines personnes ignorantes du monde des oiseaux, pensaient que nos petits hommes politiques locaux étaient les seuls petits hobereaux connus à ce jour (leur nombre étant en augmentation rapide, conséquence de la décentralisation), mon article aura au moins le mérite de leur faire savoir qu’il existe d’autres hobereaux, les vrais, un peu moins rapaces mêmes, ceux qui ont un peu plus de panache et qui, du haut du ciel, ont un peu plus de hauteur de vue ! (c’était mon petit coup de griffes de la journée ! Mais n’en disons pas plus pour l’instant, c’est un sujet que je garde en réserve pour plus tard).

Des oiseaux, en veux-tu, en voilà ! (8)

SUITE ET FIN DE MON AVENTURE
Depuis quelques mois, je raconte l’histoire assez étonnante qui m’arrive avec les oiseaux du voisinage que j’ai habitués à venir manger sur ma main. Tout au long de l’hiver, je suis allé de surprise en surprise, avec l’arrivée d’espèces que je n’attendais pas. Les nouveaux lecteurs de mon blog pourront se reporter aux articles « des oiseaux, en veux-tu, en voilà », n°1 à 7 dans la rubrique ci-contre « coups d’ailes ».

Assez confortablement installé dans mon affût, les mains dépassant de la toile et les yeux pouvant observer, grâce à une petite visière, les oiseaux à moins de trente centimètres, j’ai pris l’habitude de noter au fur et à mesure, dès le début de l’hiver, le nombre et la liste des espèces qui sont venues et de reporter toutes mes données sur un fichier excel sur mon ordi.

Avec l’arrivée du printemps, ma petite aventure se termine pour cette année (elle se termine en beauté grâce à un véritable festival de gros-becs le week-end dernier). Voici donc le moment de faire le bilan de mes observations hivernales. Je vous livre les chiffres, tel que l’ordinateur les a additionnés, jour après jour, semaine après semaine, mois après mois (pour les années après années, revenez faire un tour sur mon blog dans cinquante ans !) :

– les oiseaux sont venus mangés 23 125 fois (oui, oui, vous avez bien lu !) dans mes mains, soit une moyenne de presque 1000 fois chaque semaine (le week-end en général), avec un total de 15 espèces différentes.

– deux espèces se partagent le haut du tableau et représentent environ chacune 30% des données : la mésange bleue (7 080 fois ; 31,1%), la mésange charbonnière (6 668 fois ; 29,3 %)

mésange-0001.JPG

– quatre espèces se situent à environ 10% ou à peine moins et sont venues à peu près 2 000 fois chacune : le tarin des aulnes (2 284 fois ; 10%), la mésange nonnette (2 068 fois ; 9,1%), la sittelle torchepot (2 028 fois ; 8,9%) et la mésange boréale (1 915 fois ; 8,4%)

– le pic épeiche est venu régulièrement tout au long de l’hiver (434 fois ; 1,9%) (la peau de mon avant bras, écorchée par les griffes acérées du pic, se souvient bien du passage de l’oiseau)

– cinq espèces, dont un mammifère, sont venues de manière irrégulière et ne représentent au total qu’1% des données : le gros-bec (179 fois), le chardonneret (36 fois), l’écureuil (35 fois), le verdier (17 fois), le geai (16 fois).

gbec-0002_2.JPG

– enfin, trois espèces ne sont venues que très occasionnellement : le pinson du nord (3 fois), l’accenteur mouchet (1 fois) et la buse variable (1 fois) qui est sans doute l’oiseau le plus exceptionnel de la liste.

– virus H5N1 : zéro

Après l’hiver qui fût la période du nourrissage des oiseaux, voici le printemps qui est celle du jardinage. Allez, je file compter les vers de terre !

Une scène spectaculaire à quelques mètres !

Il y a quelques semaines, j’ai écrit un petit article sur la nécessité de continuer le nourrissage hivernal des oiseaux jusqu’au mois d’avril, ce mois étant particulièrement difficile pour tous les oiseaux de la famille des fringilles (verdiers, chardonnerets, tarins, gros-becs…). Comme pour confirmer mes propos, le nombre d’oiseaux qui viennent à mes mangeoires augmente de jour en jour. Hier matin, il y avait une trentaine de gros-becs (en vingt-cinq années de nourrissage hivernal, je n’en avais jamais vu autant !). Ce nombre est passé à 50 aujourd’hui en début de matinée puis à 90-100 vers midi. A chaque alarme due à un danger quelconque, la troupe s’envole et c’est un spectacle rare de voir un groupe aussi important de gros-becs en vol.

Ce matin, vers 11 H, j’étais dans le jardin en train d’éliminer mes « mauvaises herbes », une oreille toujours à l’écoute des sons de la nature, et j’ai brusquement levé la tête, attiré par des piaillements inhabituels d’oiseaux, qui me semblaient particulièrement excités. Dans le ciel, un milan noir passe, puis un autre rapace qui me semble être un busard des roseaux, mais mes yeux fatigués de quinquagénaire ne me permettent pas de l’identifier avec certitude (dommage, ça aurait été la centième espèce vue depuis la maison et j’ai promis qu’à 100 j’ouvrais une bouteille de champagne !).

C’est au moment ou j’observe un autre petit rapace, haut dans le ciel, l’EPERVIER, que je comprends pourquoi les petits oiseaux poussaient des cris d’alarme (je suis habitué à la présence de l’épervier, il attaque régulièrement chaque hiver les petits passereaux à mon poste de nourrissage, parfois plusieurs fois par jour). Au moment où une petite troupe de verdiers affolée passe au-dessus de moi, l’épervier qui est encore haut dans le ciel, fonce soudain dans ma direction en battant fortement des ailes, puis se laisse d’un seul coup tomber comme une masse, les ailes plaquées contre le corps, ce qui lui permet de prendre beaucoup de vitesse. Je suis alors persuadé qu’il va s’en prendre à la troupe de verdiers partis en direction de la vallée, mais non, il arrive à sept-huit mètres de ma tête à une vitesse qui me semble vertigineuse, et capture de plein fouet un chardonneret perché au-dessus de moi sur le bouleau. La capture est précédée d’un gros bruit, dû à une décélération violente, à la suite de l’ouverture subite des ailes pour limiter la violence de l’impact.

Jusqu’au moment de la capture, je n’avais pas remarqué qu’une petite bande de chardonnerets s’était réfugiée au-dessus de moi. Celui qui a été capturé n’a pas eu le temps de voir venir l’épervier, il a quasiment été « cueilli » sur la branche, sans avoir eu le temps de fuir. L’épervier est parti aussitôt, sa proie entre les serres. Une minute plus tard, verdiers, chardonnerets et gros-becs revenaient progressivement au poste de nourrissage, ils savaient que l’épervier avait eu sa proie et qu’ils avaient maintenant quelques heures devant eux avant qu’une nouvelle attaque ne se produise.

epervier300-01.JPG

J’ai déjà assisté à une dizaine de captures de passereaux par l’épervier, celle-ci a sans doute été la plus spectaculaire de toutes.

Ah, si nous étions des chardonnerets et si la mort était aussi prompte !

Un drôle d’oiseau !

Non, non, Vincent, si tu as cru qu’avec un titre pareil j’allais parler de toi, c’est raté. Ce sera pour une autre fois. Je veux simplement parler d’un petit volatile que peu de personnes connaissent. Sans être fréquent, il n’est pourtant pas rare : il s’agit du torcol fourmilier.

Ce petit oiseau a sensiblement la taille du moineau. Il est étonnant mais il faut avoir la chance de l’observer de près. Etonnant d’abord par son plumage finement chamarré qui est une extraordinaire tenue de camouflage. Etonnant aussi par les mouvements de la tête, l’oiseau ayant la possibilité de tourner la tête à 180°, tel un jouet articulé, d’où son nom de torcol. Vous aurez compris aussi que c’est un mangeur de fourmis, son nom complet le précise.

Le chant du torcol est très particulier, on ne peut le confondre avec aucun autre, ça ressemble à une série de cris de pics mais en très nasillard, on peut le traduire par kin kin kin kin kin kin … (on dirait un pic épeichette qui aurait trop écouté Bob Dylan ! Mais peut-on trop écouter Dylan ?).

Samedi matin, au lever du jour, j’ai crû entendre un cri de torcol depuis mon jardin. La veille encore, il n’était pas encore revenu d’Afrique, j’en suis quasiment sûr, je l’aurais sans doute remarqué, étant très habitué à entendre son chant et j’avais passé la journée entière dans le jardin. Une heure plus tard, un torcol se met à chanter à tue-tête à une dizaine de mètres. C’est bien lui, il est enfin là. Plus tard dans la matinée, je passe à côté d’un nichoir à oiseaux et me dis que je ferais bien de le nettoyer, avant que les oiseaux ne s’y installent. A peine ais-je touché le nichoir qu’une tête affolée de torcol passe par le trou d’ouverture du nichoir puis y retourne précipitamment.

Je suis stupéfait de voir qu’un oiseau qui était encore absent la veille puisse aussitôt reprendre possession de ses anciens quartiers aussi rapidement. Car il s’agit bien entendu du même torcol que l’an passé et qui aura fait un petit séjour en Afrique entre temps ! Cette facilité à revenir sur les mêmes lieux, année après année, est étonnante, elle m’impressionne à chaque printemps. On pourrait écrire des pages et des pages sur les mystères de la migration.

Cette petite anecdote m’a donné envie de mettre en ligne aujourd’hui, sur ma galerie photos, une petite série d’images consacrée à ce drôle d’oiseau.

Avril : mois difficile pour certains oiseaux !

Dan me fait savoir ce soir qu’il y a beaucoup d’oiseaux à son poste de nourrissage, des verdiers, des tarins, et notamment huit gros-becs. Beaucoup de gens pensent qu’il faut arrêter de nourrir les oiseaux aux premiers rayons de soleil et c’est ainsi que beaucoup ont cessé cette activité juste après la période de neige du début mars. Erreur ! Car s’il est des mois difficiles pour nos amis les zoziaux, c’est bien les mois de fin d’hiver et de début de printemps.

S’il ne fallait nourrir que quatre mois, ce ne sont surtout pas les mois de novembre, décembre, janvier et février mais bel et bien ceux de janvier, février, mars et avril. Il y a un groupe d’oiseaux, regroupés au sein de la famille des FRINGILLES, qui souffrent beaucoup en fin d’hiver. Font partie de cette famille les verdiers, les chardonerets, les gros-becs, les tarins … en gros ceux qui ont un bec puissant et s’en servent pour décortiquer des graines. Ce sont donc des granivores et ils vont donc avoir énormément de mal à faire la jonction avec la belle saison. Les mésanges, elles, pourront toujours se nourrir des premiers insectes printaniers. Mais les bouffeurs de graines : tintin ! Vous remarquerez d’ailleurs que le nombre de verdiers, chardonnerets … augmente avec le déroulement de l’hiver. Les fringilles sont bien plus nombreux aux mangeoires en mars qu’en décembre.

gros bec-0001.JPG

En temps normal, je nourris ces oiseaux à longueur de journée jusqu’en fin mars, puis réduis progressivement l’apport de nourriture, en ne mettant plus que quelques poignées de graines au lever du jour. Mais cette année, il y a deux raisons supplémentaires pour continuer à pratiquer le nourrissage des oiseaux un peu plus longtemps que d’habitude :

1 – l’automne passé a été marqué par une quasi-absence de graines dans la nature, 2005 ayant été une des années les plus pauvres en fruits, baies et graines. De ce fait, l’hiver a été rude pour beaucoup d’oiseaux qui ont dû fuir plus au sud (exode sans retour pour la plupart !).

2 – cet hiver est particulièrement long (il a beaucoup neigé aujourd’hui alors que nous sommes le 5 avril) et les fringilles en souffrent d’autant plus.

En résumé : absence de graines + hiver long font de l’hiver 2005-2006 l’un des plus durs pour la faune sauvage et notamment pour la famille des fringilles, la plus exposée.

Alors, faisons comme Dan, continuons encore un peu à nourrir ces oiseaux. Et comme c’est pour le plus grand plaisir des yeux, ça ne gâte rien !

Des oiseaux, en veux-tu, en voilà ! (7)

Dernier épisode de ma petite aventure hivernale avec mes amis les zoziaux. Avant-hier matin, une quinzième espèce, un gros-bec, est venue se poser sur ma main. La scène a duré cinq minutes, me laissant largement le temps d’admirer la beauté du plumage, à une trentaine de centimètres seulement des yeux. Hier matin, il est revenu une seconde fois.
L’hiver se termine, j’arrête le nourrissage hivernal des oiseaux à la fin mars. Je ne pense pas qu’une nouvelle espèce vienne d’ici là. Tant pis, ce sera pour l’hiver prochain.

gros-bec-0002.JPG

Dur dur pour les premiers migrateurs !

Dans son commentaire sur mon article consacré à l’ouette d’Egypte, Roland s’interrogeait sur la survie des hirondelles de rochers observées lundi dernier 13 mars à Saint-Claude par une température de -5°C. On se demande effectivement comment de telles bestioles, qui ne se nourrissent que d’insectes volants, arrivent à faire face à de telles conditions.

Michel me faisait remarquer lui aussi qu’une trentaines d’hirondelles de cheminée survolaient le Doubs à Osselle samedi dernier 11 mars (pour ma part, je n’ai jamais observé d’hirondelles aussi précoces). Depuis plus d’une semaine, la température est basse, la bise souffle et il n’y a pas l’ombre d’un moucheron qui puisse servir de nourriture à ces oiseaux (Michel me signale tout de même avoir vu avant-hier son premier papillon, un citron).

On ne peut qu’être admiratif devant ces oiseaux, qui paraissent si fragiles mais qui bravent la force des éléments naturels – certes, au prix d’une mortalité probablement élevée – pour rejoindre avec hâte leurs lieux de reproduction. Ah amour, quand tu nous tiens !

D’autres migrateurs arrivent les uns après les autres, le tarier pâtre, le bruant des roseaux, la bergeronnette grise et même le milan noir et le busard cendré (ces deux dernières observations étant également de Michel). Avez-vous vu d’autres espèces migratrices fraîchement revenues d’Afrique ?

Après la mouette : l’ouette !

Dans mon dernier article, je parlais des inondations qui avaient transformé la plaine alluviale devant chez moi en gigantesque lac. Ce plan d’eau provisoire et éphémère avait attiré quelques mouettes rieuses, pour le plus grand plaisir des yeux. Hier matin, autre surprise et autre occasion de se rincer l’oeil, une ouette d’Egypte barbotait dans le champ inondé à cent mètres seulement de la maison. Vous allez me dire : « C’EST QUOI UNE OUETTE ? »

Mon ami Roland avait fait il y a quelques temps un commentaire sur l’un de mes articles à propos des espèces que l’on nomme « férales » et qui sont soit des espèces échappées de captivité, soit domestiques mais qui arrivent toutes deux à se reproduire de manière pérenne dans la nature. L’ouette d’Egypte est l’une de ces espèces férales. Au départ, l’ouette vit à l’état sauvage en Afrique ; elle a été introduite récemment dans le sud de l’Angleterre où elle a commencé à se reproduire, ainsi qu’aux Pays-Bas. C’est d’ailleurs dans ce dernier pays (sur l’île Texel) que j’ai observé pour la première fois cette petite oie, il y a deux ans seulement (auparvant, je ne savais même pas que ça existait !).

Depuis hier, le niveau de la rivière est redescendu et la prairie est fréquentée par de nombreuses alouettes (mars est d’ailleurs un mois particulier pour cet oiseau : nous voyons à cette époque se côtoyer quelques hivernants qui ne sont pas encore repartis, des nicheurs fraîchement revenus qui s’installent déjà sur leur territoire et des migrateurs en transit, les plus nombreux, qui remontent vers le nord).

La vallée de l’Ognon serait-elle envahie par la « bande des ouettes » ? D’abord la mouette, puis l’ouette et enfin l’alouette. A quand la rare marouette ?

Des oiseaux, en veux-tu, en voilà ! (6)

Deux choses extraordinaires viennent de m’arriver dans mon poste d’observation.

Première chose : hier matin, alors que j’étais en train de nourrir des oiseaux, il y avait alors trois tarins sur ma main, les oiseaux se sont mis à pousser de très gros cris d’alarmes, tout le monde s’est envolé. Il y a eu du bruit sur la toile de mon abri et une femelle d’épervier s’est alors perchée devant moi, sur une branche de thuya, juste sous la toile de mon affût. Elle n’avait attrapé aucun oiseau. Elle est restée une quinzaine de secondes puis s’est envolée tranquillement. C’est la première fois qu’un tel oiseau rentre dans mon affût pendant que j’y suis. La scène s’est passée à un mètre cinquante de mes yeux.

Deuxième chose : ce matin, un pic épeiche est venu sur ma main, comme à son habitude, a pris une noix mais l’a laissée tombée dans le fouillis des branchages où il n’a pas pu la retrouver. Il est revenu aussitôt sur ma main, or il n’y avait plus du tout de noix. Il s’est alors mis à prendre une graine de tournesol, est allé la décortiquer dans la fente d’un piquet à un mètre de mes yeux, est revenu à nouveau et ainsi de suite. Cela a duré longtemps. Au seizième voyage, il s’est mis à taper fort sur le bout de mes doigts gauches (mais ne m’a pas fait trop mal, j’ai de la corne sur ces doigts-là en raison de la pratique de la guitare), puis s’est mis à cogner sur mon avant-bras (prenait-il déjà mon bras un peu ridé pour un vieux tronc noueux ?). Trouvant probablement la bête un peu dure (ou indigeste ?), il est parti sur mon autre main et s’est mis à taper avec force sur le bout d’un doigt, ça a commencé à faire mal. Je ne savais pas trop comment arrêter la scène, alors quand j’ai vu qu’il y avait une petite goutte de sang sur le doigt, j’ai simplement dit « hé … ». Effarouché par le son de ma voix, il s’est envolé en poussant un cri. Quand j’ai retiré mes mains, il y avait aussi une petite tache de sang sur mon avant-bras gauche.

Des oiseaux, en veux-tu, en voilà ! (5)

Michel et Pascale sont venus avec leurs deux filles pour observer les oiseaux de très près.

L’attente n’a pas été très longue, la première mésange bleue est venue sur la main de Sarah, suivie rapidement des autres mésanges.

sarah-006.jpg

Idem pour Manon dont la petite main (elle n’a que 8 ans) a accueilli la sittelle torchepot.

manon-002.jpg

Puis ce fut au tour de Pascale qui eu la chance d’observer le tarin.

pascale-008.jpg

Dans la foulée, Joëlle (ma Joëlle à moi) a fait l’essai, pour la première fois, de tendre sa main pleine de tournesol et de noisettes, c’est un pic épeiche qui s’est agrippé à son bras (y’a pas que son mari !) et a pris délicatement une noisette dans sa main.

picepeichel-001.jpg

Michel était dans un affût juste à côté, avec un appareil photo pour immortaliser toutes ces scènes.
Pour ceux qui pensaient jusqu’à présent que j’avais un don particulier, voire un certain fluide pour attirer les oiseaux, cette petite expérience leur prouve que non. Il ne suffit que de patience !

L’étau se resserre !

Lorsque j’ai commencé à raconter sur mon blog mes histoires d’oiseaux qui viennent manger sur ma main, mes amis ont commencé à s’inquiéter de ma santé et m’ont demandé si je n’allais pas servir de terrain au virus H5N1. J’avais répondu que j’aurais plutôt tendance à être atteint de la grippe à bière. Je croyais que ma réponse n’était qu’une boutade mais en buvant ce soir une bière de Munich, je m’aperçois qu’elle provient de B’aviaire ! Aïe, aïe, aïe, l’étau se resserre ! Et si mes amis avaient raison ?

Des oiseaux, en veux-tu, en voilà ! (4)

Il y a trois jours, j’avais annoncé un scoop, en disant qu’une quatorzième espèce était venue sur ma main. Je n’avais pas dit le nom mais fait saliver quelques-uns en disant simplement que c’était encore plus invraisemblable que le geai, le pic épeiche ou l’écureuil. Voilà donc l’histoire, telle qu’elle s’est déroulée.

En même temps que je nourris des oiseaux avec du tournesol, des noix ou des noisettes, je mets un peu de déchets de viande sur le terrain derrière la maison et j’ai l’habitude d’avoir comme hôte principal la buse variable, accompagnée parfois de la pie bavarde et de la corneille. Cette année, les buses ont beaucoup plus faim que d’habitude (les centres de soins pour rapaces de Lons-le-Saunier ou de Lyon regorgent cet hiver de buses maigres et épuisées) et j’ai eu la surprise de voir, jeudi de la semaine dernière, onze buses en même temps sur les déchets de viande. Je n’avais jamais attiré autant de buses depuis l’hiver froid de 1986.

Dans la journée, une idée un peu saugrenue m’est venue : et si je mettais de la viande sur ma main, est-ce que l’une d’entre elles oserait venir ? J’ai appelé Michel (avec qui j’avais déjà prévu de faire des photos de petits passereaux le lendemain) en lui disant que j’allais peut-être tenté d’attirer la buse sur ma main. Je suis allé m’acheter une paire de gants (j’aurais bien essayé mains nues, mais Joëlle s’y est formellement opposée !).

Le lendemain matin, Michel s’est installé dans son petit affût, à quelques mètres du mien (je rappelle que je suis planqué dans un abri en toile, que je laisse dépasser mes mains pleines de nourriture et que j’ai fait une ouverture dans la toile pour voir les oiseaux à 30 cm de mes yeux). Au bout d’une heure environ, une première buse est arrivée et a mangé un peu de nourriture que j’avais mise au sol. Et puis la pression a augmenté, d’autres buses ont commencé à tourner. L’une d’elles est enfin venue sur la mangeoire à un mètre de moi. Quand elle a eu fini de dévorer le petit morceau de viande que j’avais mis, elle est venue d’un seul coup sur ma main. Séquence émotion ! La buse est peut-être restée deux ou trois minutes sur ma main. Je ne me rappelle pas vraiment des détails, j’étais un peu dans un rêve. Je n’ai pas gardé l’impression d’un oiseau lourd, je ne me rappelle pas non plus avoir senti ses serres.

Michel a fait trois photos. On avait prévu un cadrage beaucoup trop serré, il aurait fallu un 135 mm plutôt qu’un 200. Michel devait donc attendre que la buse se baisse de temps en temps pour avoir dans le viseur, à la fois la main et l’oiseau. Petit problème d’exposition ou d’accus qui avaient du mal à recharger par le froid, les trois photos sont plutôt très sombres. En voici donc une, à titre de document !

buse-01.jpg

Mon histoire d’oiseaux sur la main est sur le point de s’achever, au moins au niveau du récit, car je continuerai cette activité qui m’a passionné tout un hiver. Il y aura peut-être encore une ou deux nouvelles espèces d’ici la fin de l’hiver (j’espère que le gros-bec viendra ce week-end) mais avec un rapace aussi spectaculaire que la buse, je crois que la limite est atteinte. Mais bon, il y aura encore au moins un petit « article-bilan » en fin d’hiver !