45 réflexions au sujet de “« A vos plumes ! » (28)”

  1. Comme les mots m’ont semblé assez faciles, je me suis donné comme contraintes supplémentaires de les mettre tous dans l’ordre et dans la même phrase.

    « Ici on est en démocratie, mais ailleurs il serait peut-être délicat d’envoyer une lettre sous enveloppe dans le monde, on ne sait jamais par qui elle pourrait être interceptée, car vous pouvez être certain qu’en aucun cas elle ne se perdrait dans la nature sur un quelconque éperon rocheux, mais qu’elle tomberait sans doute dans les mains d’un policier qui serait toute ouïe et dont le visage inquisiteur ne relèverait sans doute pas du profond hasard. »

    C’était juste pour rire, je mettrai un autre texte dans les jours qui viennent.

  2. Non, ce n’est pas un hasard !
    Cette enveloppe qui arrive d’ailleurs, de si loin, de l’autre bout du monde était attendue.
    Alors que sa fine ouïe lui apporte les pépiements des oisillons dont les parents sont venus nicher au coin du volet, de l’éperon de son coupe-papier, il décachette avec émotion le pli pour en extraire un délicat vélin aux teintes pastel qu’il approche de son visage.
    S’en dégage un profond parfum de fleur exotique, celui des fleurs dont sa bien-aimée du bout du monde décore sa merveilleuse chevelure.
    Hélas ! La reverra-t-il un jour ?

  3. Que dire sur cet article délicat proposé par Etincelle ? Je ne m’attendais pas à ce qu’elle propose un nouvel atelier d’écriture. Profond hasard ? Pourquoi est-ce que je ne m’y attendais pas ? Parce que je la croyais ailleurs, quelque part en train de faire de la varape sur un quelconque éperon rocheux des Alpes, là où elle aime aller se nicher loin du monde, là où l’ouïe est attentive aux bruits de la montagne, là où l’air est frais et fouette le visage, là où la solitude enveloppe. :wink:

  4. Il y avait longtemps ! :smile:

    Exercice délicat que d’observer par hasard un vautour nicher nulle part ailleurs que sur un éperon dominant profond ravin. La vue plus que l’ouïe permet à Dupdup, visage tendu, de saisir l’instant dans la fraicheur qui enveloppe ce monde de roches et de pics.

  5. Je lis le texte de Bernard posté à 18h52 et j’en reste baba !
    C’est incroyable, on dirait qu’il a lu dans mes pensées celui que j’allais proposé.
    Le voilà …

    La petite crête

    Déterminée, elle chemine sur la crête effilée de l’éperon rocheux.
    Cette si jolie petite crête qu’elle a découverte un peu par hasard un jour de balade solitaire. Elle savait qu’elle reviendrait ici encore, toujours et enfin. L’éperon rocheux domine les Gorges de la Bourne, là où elles s’évasent pour abriter le village de La Balme de Rencurel dans son écrin vert de prés parsemés de villardes.
    Sereine, elle chemine sur la crête effilée de l’éperon rocheux.
    Pas à pas, elle avance tranquillement, l’esprit déjà tourné vers ailleurs. Elle est prête. Autrefois, son regard aurait été attiré par le bleu profond de la gentiane à feuilles étroites, le rose délicat de l’œillet de Grenoble ou le jaune vif du passerage des montagnes. Ou bien, son ouïe aurait été alertée par le chant du pinson des arbres, le tambourinage du pic noir ou l’aboiement d’un chevreuil vers la Roche Chalve. Elle aurait aussi pu tendre son visage à l’agréable petite brise rafraîchissante remontant la vallée. Aujourd’hui, rien ne distraira son attention.
    Concentrée, elle chemine sur la crête effilée de l’éperon rocheux.
    Encore quelques mètres. Elle songe à ces jours heureux passés ici même, seule ou avec ses plus chers amis avec qui elle voulait partager sa petite crête. Elle est maintenant arrivée au bout de l’éperon. Elle imagine son âme (qui sait ? Pourquoi pas ?) se libérer de son enveloppe charnelle et, lumineuse, virevolter quelques instants le long des parois rocheuses parées de potentilles caulescentes, avant de se nicher au creux d’une anfractuosité. Jusqu’au jour où elle serait appelée de nouveau dans le monde des humains.
    Déterminée, sereine, concentrée, elle chemine sur la crête effilée de l’éperon rocheux.
    Pour la dernière fois, elle dirige son regard vers le soleil …

  6. Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, au hasard de la météo, l’appel profond d’un ailleurs m’enveloppe. Perché sur mon éperon rocheux préféré, les sens en éveil, comme tous les matins, je m’ouvre au monde. En cette chaude journée de printemps, mon visage accepte avec bonheur le souffle délicat de la brise de mer. Un léger couinement vient titiller mon ouïe. Serait-ce la mouette mélanocéphale qui tous les ans vient nicher par ici? Je saisis les jumelles, l’aperçois et grâce à sa bague, je la reconnais. Perché sur mon éperon rocheux, il se passe tous les jours quelque chose. Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, je continuerai d’y monter chaque jour.

  7. Puisque avec Maïvon, nous sommes passés de la montagne à la mer, restons-y un peu (ou pour l’éternité :wink: ) avec ce nouveau texte que je vous propose …

    La mer était d’huile, le ciel constellé d’étoiles.
    Bien que tout ouïe et les yeux écarquillés, la vigie venue se nicher dans le nid-de-pie aperçut la montagne de glace trop tard. La stupéfaction puis l’horreur s’imprimèrent sur son visage.
    Le paquebot en route pour le Nouveau-Monde, cet ailleurs dont ils rêvaient tous, ne put éviter l’iceberg dérivant par un malencontreux hasard sur sa trajectoire.
    Ce navire qui ne pouvait pas couler sombra bel et bien au plus profond de l’océan, entraînant avec lui plus d’un millier d’enfants, de femmes et d’hommes, en même temps que le délicat et luxueux équipement à bord.
    Telle une enveloppe scellée à jamais, l’eau froide et sombre se referma sur le bâtiment et ses passagers …
    La mer redevint d’huile sous un ciel toujours constellé d’étoiles.
    C’était le 14 avril 1912.

  8. Au hasard des rencontres, dans ce monde interlope, l’Ailleurs comme un éperon délicat m’attire irrésistiblement. Visage fermée et pourtant tout ouïe , mon interlocutrice, de son regard profond m’enveloppe d’un voile de nostalgie. Ce matin mon billet d’avion est arrivé, direction la Thaïlande et qui sait où j’irais nicher cette fois et pour combien de temps ? L’Ailleurs comme un éperon délicat m’attire irrésistiblement.

  9. L’homme stoppa son cheval à hauteur de l’indien et lui assena un grand coup d’éperon dans le visage. Le Selk’nam chuta et vit le Remington pointé sur lui. Il émit un profond soupir rauque avant de succomber. Le cavalier, tout en sautant de sa monture, dégaina son coutelas et avec un geste par ailleurs incongrûment délicat, sectionna les deux organes de l’ouïe de sa victime pour les nicher dans une enveloppe de peau de mouton. Ce geste n’était pas fait par hasard mais pour toucher la prime, dix onces d’argent par paire d’oreilles d’indigène.
    C’est tout au bout du monde, en Terre de Feu, que cette cruelle scène a eu lieu. Ce cavalier s’appelait Julio Popper mais il y en eu bien d’autres.

  10. Waouh messieurs dames , c’est plutôt délicat d’écrire un texte comme ça , sur le pouce , avec ces quelques mots !! Je me suis dit que l’inspiration allait peut-être me venir par hasard … Mais non , il y a trop de monde ce soir autour de moi . Et puis mince , c’est quoi cette odeur qui enveloppe la pièce et qui m’empêche de me concentrer !! bon sang de bonsoir , le titre doit bien se nicher quelque part dans ma p’tite tête … Allez , il me faut mettre mes sens en éveil , pour l’odorat pas de problème ça marche , peut -être que l’ouïe dans se brouhaha m’aiderait à retrouver de l’inspiration ? Et bien non , j’ai beau chercher au plus profond de moi même … rien ne vient ! A force de m’énerver à tenter de trouver ne serait-ce que le début d’une phrase , je dois avoir le visage d’un gars tout en haut d’un éperon rocheux , qui d’un coup se rend compte , qu’il a peur du vide ! Bon , je n’insiste pas , ce soir j’ai la tête ailleurs … Si je trouve quelque chose à vous raconter dans les jours qui viennent , je vous ferai un signe mes canards !
    :blink:

  11. Finalement, le manque d’inspiration peut donner de bonnes idées de texte :smile:
    Moi, c’est le contraire, j’ai plein d’inspiration en ce moment …

  12. Grâce à mon ouïe fine d’indienne, j’entends encore le galop du cheval dans la steppe. Je le reconnaîtrais entre tous. C’est celui de Julio Pepper. D’ailleurs, je vois bien la trace caractéristique de son éperon personnel sur le visage mutilé de mon père. Venu d’un autre monde au-delà des grandes eaux, ce Julio Pepper est le diable en personne.
    Malgré le profond dégoût qui me donne la nausée, d’un geste délicat, je ferme les yeux de celui dans les bras duquel je ne pourrai plus jamais me nicher et l’enveloppe de ma cape en peau de guanaco.
    Nue, les cheveux au vent, moi, Ona, fille de Macara le chamane, je jure que si par hasard mon chemin croise un jour celui de cet assassin, oui, je jure que je le tuerai de mes propres mains.

  13. Sur l’enveloppe, des cachets du monde entier constellent le délicat papier bleu. Je suis d’ici et d’ailleurs, toujours en mouvement comme piquée par l’éperon d’un insecte inoculant au hasard, les envies de voyage. Cette lettre m’a rattrapée alors que je suis venu nicher au plus profond de la forêt canadienne comme capturé par mon compagnon trappeur. Visage fermé, le regard posé sur mes mains, l’ouïe en éveil, il attend que j’ouvre cette drôle de missive. Je ne lui ai rien caché de mes amours anciennes ni de mes départs au pied levé. Le jour n’est pas venu, je range l’enveloppe dans ma boîte à secrets où elle rejoint les autres jamais ouvertes. Pour quelque temps encore je nicherai ici. Ses traits s’ouvrent, son visage se détend, son regard m’enveloppe et je me sens bien. J’ai pris la bonne décision.

  14. Un délicat parfum m’enveloppe. L’ouie en éveil, j’attends que mon cher et tendre vienne nicher son visage dans le creux de mon épaule. Toujours ailleurs, par monts et par vaux , d’éperon rocheux en éperon rocheux, il parcourt le monde. Je ne sais plus par quel heureux hasard nous nous sommes rencontrés car il y a de cela plus de quarante ans. Si ce n’est en montagne, c’est forcément sur une côte rocheuse. La roche sculpte des amours durables et en ces temps d’obsolescence programmée, mieux vaut s’y accrocher.

  15. Ah, il manquait  » profond ».
    Un délicat parfum m’enveloppe. L’ouie en éveil, j’attends que mon cher et tendre vienne nicher son visage dans le creux de mon épaule. Toujours ailleurs, par monts et par vaux , d’éperon rocheux en éperon rocheux, il parcourt le monde à la recherche de je ne sais quel profond secret.. J’ai oublié par quel heureux hasard nous nous sommes rencontrés car il y a de cela plus de quarante ans. Si ce n’est en montagne c’est forcément sur une côte rocheuse. La roche sculpte des amours durables et en ces temps d’obsolescence programmée mieux vaut s’y accrocher.

  16. A propos de mot qui manque, je me permets, Bernard (même si je ne joue pas car c’est au dessus de mon niveau) , de te rappeler que Etincelle nous avait proposé un verbe à l’infinitif issu du substantif « niche ». Or cette niche, il eût fallu que tu en fisses cas le moment venu.

  17. Ah oui, pourtant dans le petit brouillon que j’avais fait avant, j’avais mis le verbe « nicher ».
    Heureusement les censeurs veillent !!!!!!!!! :wink:

    « Ici on est en démocratie, mais ailleurs il serait peut-être délicat d’envoyer une lettre sous enveloppe dans le monde, on ne sait jamais par qui elle pourrait être interceptée, car vous pouvez être certain qu’en aucun cas elle ne se perdrait dans la nature en allant se nicher sur un quelconque éperon rocheux, mais qu’elle tomberait sans doute dans les mains d’un policier qui serait toute ouïe et dont le visage inquisiteur ne relèverait sans doute pas du profond hasard. »

  18. Chaque coche a sa mouche, hélas….
    Quand aux niches fiscales elles ont peu de censeurs, elles…..

  19. Ah oui, effectivement, les niches fiscales…
    De bon matin, en lisant ton commentaire, ça donne ça dans la tête à Dupdup :

    Du haut de leur corniche
    Les riches ont des niches
    Ils se paient des bonniches
    des piscines, des caniches
    des yachts et des péniches
    Il faut qu’on les déniche
    La richesse, c’est finish !

  20. Bon allez ! Je tente un autre éclairage…

    Achab se complaisait dans un profond mutisme, confiné dans l’ enveloppe de sa cabine et anéanti par son dernier échec. Un équipage perdu, un navire sacrifié et un animal mythique disparu, voilà l’insupportable bilan qui lui fermait le visage. On l’avait repêché moribond, aux confins d’un monde où il survivait.
    Qu’on ne s’y trompe pas, son fanatisme ne l’avait pas abandonné. S’il semblait se trouver “ailleurs”, Achab traquait encore le moindre indice, ne laissant rien au hasard.
    Il attendit huit ans, sept mois, douze jours et quelques heures avant que son ouïe perpétuellement aux aguets ne perçoive le délicat murmure. C’était ELLE. Tout ce temps à remâcher l’humiliation, le deuil, et à vérifier point par point la moindre erreur qui aurait pu se nicher dans un plan maintes fois reconsidéré et peaufiné.
    Grâce à une incomparable science de l’océan et à ses observations passées, galvanisé par ces funestes retrouvailles : il utilisa l’éperon de son navire qui transformé en un meurtrier rostre de narval, perfora le cétacé de part en part.
    Moby Dick sombra dans un sanglant bouillonnement. La baleine avait autant été condamnée par les outils modernes de géolocalisation que par la folie d’un homme. Elle rejoignit sur Instagram, parmi d’autres merveilles de la nature, le triste cimetière des chasses démoniaques.

  21. Je vous aurais bien mis une photo mais on ne peut pas en poster dans les commentaires du blogadupdup.
    Alors, je vous raconte un peu (avec les mots imposés). C’était hier …
    J’y suis retournée aujourd’hui. L’ambiance était totalement différente : grand beau temps, pas un nuage.
    Voilà le texte :

    Raquettes au pied, nous avançons pas à pas dans une poudreuse toute fraîche et toute douce. Le brouillard nous enveloppe complètement. Dans ces conditions, l’ouïe reste le seul sens d’une quelconque utilité. Au hasard de notre errance, les hêtres enrobés d’un délicat, fragile et géométrique ornement de givre surgissent de la brume. Nous évoluons dans un autre monde, un monde féerique. Alors que nous parvenons sur la crête des Rochers de la Sausse, un éperon calcaire apparaît soudain, surplombant le vide et caparaçonné d’une épaisse couche de glace aux arabesques sophistiquées. C’est ici même qu’au printemps vient nicher le tichodrome échelette. Le grand vent du nord fouette notre visage et malgré le désagrément, j’en éprouve un profond plaisir. Je suis dans mon élément, heureuse, et je ne voudrais pas être ailleurs

  22. Bravo, on est transportés, quelques instants en vacances à la neige. On en oublie le jeu avec les mots imposés( ça c’est le summum ).

  23. Frusquin, le mot « summum » est, dans le sens premier du mot latin, lié à l’été (là où le soleil est à son « point le plus haut »). D’où d’ailleurs le mot summer (l’été) en anglais. Donc, tu es en quelque sorte en train de dire que le texte lié à l’hiver d’Etincelle, c’est l’été. ça c’était juste pour te taquiner … :whistle: :wink:

  24. Bernard merci de cet éclairage lumineux, Étincelant !
    au fait, ôte moi d’un doute, tu avais bien saisi que mon pseudo rappel à l’ordre (surprenant pour un non joueur) n’était qu’un mauvais prétexte pour placer mon jeu de mot tarabiscoté :
    niche……fisses cas le……?

  25. (idem pour ma première remarque avec « se nicher » le mot manquant. L’erreur sur l’ouïe m’étant complètement passée au dessus) N’étant pas capable de concourir, j’essaie de placer mon grain de sel, c’est l’arme des faibles….

  26. Frusquin, je ne vois pas pourquoi tu ne pourrais pas concourir.
    Je suis sûre que tu t’en sortirais plus qu’honorablement.
    On ne demande pas la lune :smile:
    En ce qui concerne le jeu de mot dont tu parles plus haut, faudra m’expliquer parce que je n’ai rien compris :blush:
    Je ne suis pas très douée pour ça :wink:

  27. Merci pour ces encouragements bien sympathiques.
    Une des raisons aussi (difficile à neutraliser) de ma non participation: la flemme.
    Mes jeux de mots sont un peu « tirés par les cheveux » (tiens, drôle d’expression!):
    Niche fiscale. « Or cette niche, il eût fallu que tu en…..fisses cas le…..moment venu. »
    Ce qui est censé être comique, c’est que la phrase ait gardé un sens très à propos
    malgré le jeu de mot. Du grand Art, n’est ce pas?

  28. En fait, ce que je n’avais pas compris, c’est le rapport avec ton pseudo (Frusquin je pense ?) parce que tu dis :
    « tu avais bien saisi que mon pseudo rappel à l’ordre (surprenant pour un non joueur) n’était qu’un mauvais prétexte pour placer mon jeu de mot tarabiscoté : ».
    Et je n’ai toujours pas compris :wassat:
    Je dois être un peu lente d’esprit :biggrin:
    Sinon, je te signale qu’on ne dit pas « tiré par les cheveux » mais « capillotracté » ! :w00t:
    Allez, foin de la flemme, ponds-nous une jolie petite prose

  29. mon pseudo rappel à l’ordre =mon soit disant rappel à l’ordre= mon rappel à l’ordre pour de rire. (Qui aurais je pu être pour rappeler Bernard sérieusement à l’ordre ? )
    Allez, on va s’en sortir. Une ornière c’est jamais palpitant :wink:

  30. Oups ! :cwy:
    Quand tu parlais de ton « pseudo », je croyais que tu parlais de « Frusquin », ton pseudonyme :silly:
    Je comprends que je ne comprenais rien :lol:

  31. On se croirait ailleurs, sur une autre planète. Et pourtant, nous sommes bien sur notre bonne vieille Terre, au milieu des solfatares islandais.
    Alors que nous cheminons, pas du tout au hasard, pour bien prendre soin de ne pas passer au travers de la petite croûte superficielle, nos sens sont malmenés : l’odorat par la désagréable odeur de soufre et l’ouïe par le violent bruit de cocotte minute émanant du profond trou d’où s’échappe la vapeur brûlante qui nous enveloppe et vient brûler la peau de notre visage.
    Un peu plus loin, une coulée de lave refroidie laisse apparaître un délicat éperon noir comme l’encre sous lequel est venu se nicher une boule de lave encore en fusion, d’un beau rouge flamboyant.
    Quel monde étonnant !

  32. Tiens, ça me fait penser que BF15 (Albert) est justement en Islande en train d’observer les aurores boréales et qu’il va sans doute faire un ou deux articles pour le blog à son retour. Il rentre demain.

  33. Il me semble bien qu’à l’occasion d’un atelier d’écriture, j’avais fait un texte sur les aurores boréales ? Mais je ne sais plus où … Ma mémoire flanche :unsure:

  34. J’ai retrouvé, c’était ici
    http://www.leblogadupdup.org/2011/11/16/a-vos-plumes-9/
    Je fais allusion à une aurore boréale en Laponie dans un premier texte puis en Alaska dans un deuxième texte.
    Il faut dire que les aurores boréales sont magiques et mystérieuses.
    Pour nous qui n’en avons pas chez nous mais également pour les habitants des contrées nordiques qui y sont habitués.

  35. Eh bien, justement ! BF15 est fort déçu :angry: de son escapade islandaise : météo pourrie quasiment durant tout le séjour, surtout dans l’après-midi puis en soirée où la pluie fut notre lot quotidien. Même les islandais ne comprenaient pas ce qui se passait en ce mois de février, habituellement c’est la neige qui domine les paysages ; il y a du réchauffement climatique dans l’air !
    Bien sûr, nous avons compensé par d’autres découvertes :smile: mais l’objectif initial était de voir danser ces fameuses lumières nordiques dans le ciel, et là, je reste sur ma faim !
    Alors, concernant cette île de l’Atlantique nord, je peux vous parler d’autres choses comme des baleines observées dans un bras de mer non loin du port de Reykjavik, de la géothermie et ces eaux à la forte odeur de soufre (geysers, source d’eau chaude, production d’énergie), des vikings, des cygnes chanteurs de l’étang de Tjornin, du rift qui sépare et éloigne l’Europe de l’Amérique, des volcans et des glaciers, de la culture des tomates (et d’autres végétaux) sous serre même pendant l’hiver septentrional … ou encore de quelques bières de brasserie dégustées par ci, par là.
    Bonne soirée à tous et à bientôt sur ce blog :sleeping:.

Laisser un commentaire

:alien: :angel: :angry: :blink: :blush: :cheerful: :cool: :cwy: :devil: :dizzy: :ermm: :face: :getlost: :biggrin: :happy: :heart: :kissing: :lol: :ninja: :pinch: :pouty: :sad: :shocked: :sick: :sideways: :silly: :sleeping: :smile: :tongue: :unsure: :w00t: :wassat: :whistle: :wink: :wub: